Espace de discussion aromantique

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Avatar du membre
CLP
Acolyte
Messages : 373
Enregistré le : 19 août 2011, 15:05
A été aimé : 3 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par CLP » 28 nov. 2012, 20:59

Tyane a écrit : Parce que si les romantiques ne se reconnaissent pas dans les liaisons du type Tristan et Iseult ou Roméo et Juliet, ou Roméo et Tristan, mais dans les autres, alors on ne peut définir l'aromantisme comme absence de sentiments amoureux.

Existe-il vraiment un besoin de tomber amoureux pour être romantique ? L'amour n'est-il pas beaucoup plus large que la romance ? Deux amis proches et complices ne peuvent-ils pas vivre une relation romantique, bien qu'entièrement amicale ?
C'est évidemment une position qui se défend. L'idée fonctionne de la manière suivante : l'amour romantique n'existe pas. Tous les amours intenses (amitié, famille, etc) sont de même nature que l'amour dit romantique.

Dans ce cas effectivement, l'idée d'aromantisme tombe à l'eau.

Ce qui m'étonne avec cette vision, c'est la chose suivante. Pourquoi dans ce cas (si l'xp romantique n'est pas différente des autres formes d'affection intense) l'expérience romantique est-elle valorisée à ce point dans nos sociétés ? Pourquoi la recherche d'un partenaire romantique est-elle exaltée à l'extrême ? Pourquoi les sentiments romantiques sont-ils décrits comme étant unique et particulier ?

Edit : Et j'ajouterais aussi : pourquoi donc est-ce qu'on te regarde comme un alien si tu dis que tu veux avoir une relation aussi intense, importante et valorisée qu'une relation romantique mais que tu ne veux pas qu'elle soit romantique ?

Avatar du membre
Tyane
Assidu
Messages : 893
Enregistré le : 26 avr. 2011, 17:15
A aimé : 1 fois
A été aimé : 32 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Tyane » 28 nov. 2012, 21:29

CLP a écrit : Ce qui m'étonne avec cette vision, c'est la chose suivante. Pourquoi dans ce cas (si l'xp romantique n'est pas différente des autres formes d'affection intense) l'expérience romantique est-elle valorisée à ce point dans nos sociétés ? Pourquoi la recherche d'un partenaire romantique est-elle exaltée à l'extrême ? Pourquoi les sentiments romantiques sont-ils décrits comme étant unique et particulier ?
C'est plutôt, vis-à-vis d'une personne qu'un amour va être particulier, que si l'on demandait à l'amoureux pourquoi as-tu aimé cette personne, il ne pourrait répondre que "Parce que c'était lui, parce que c'était moi." L'intensité du sentiment amoureux est finalement assez "banal", même si l'amour ne le semble jamais : l'amour n'est ni neutre, ni froid, même s'il peut être discret et implicite.

La relation romantique est à mon avis idéalisée parce ce qu'elle est la plus facile à mythifier, à se représenter en une histoire passionnelle, qu'il s'agisse de romance ou non, comme l'illustrent les histoires d'amitié de Jules et Jim, de Castor et Pollux, de Tom Sawyer et Huckleberry Finn...

Garder le contact avec une personne unique, cela paraît plus fort, parce qu'alors les sentiments sont censés être tournés vers une seule personne... et, dans le même temps où a été idéalisé l'amour romantique, on s'est beaucoup moqué du couple, du mariage, de l'infidélité et des coeurs empoisonnés...

Avatar du membre
CLP
Acolyte
Messages : 373
Enregistré le : 19 août 2011, 15:05
A été aimé : 3 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par CLP » 28 nov. 2012, 22:43

Ce que je voulais dire par là c'est que le mot "aromantisme" a du sens à mon avis même si l'amour romantique n'est pas une espèce d'amour séparé.

Parce que :

1) Un certain nombre de comportements sont présentés comme émanant naturellement des sentiments romantiques que l'on est sensé ressentir. Disons : sentiment de manque, besoin de proximité physique, baisers, caresses, beaucoup de temps passé ensemble, etc. On peut même ajouter que - surtout dans la culture populaire - le modèle des relations romantiques est donné de manière assez précise. C'est presque un guide étape par étape....

2) Les relations qui sont considérées comme romantiques reçoivent une attention particulière. Elles sont considérées comme les relations les plus importantes (au détriment des relations amicales). C'est à elle qu'on accorde du temps et de l'attention. C'est ces relations qui sont considérées comme assez sérieuses pour pouvoir durer toute une vie, etc.

3) Mais en fait : il y a pas mal de personnes qui ne se sentent pas à l'aise avec ce modèle de relation. Pour pas mal de raisons différentes. Mais il me semble qu'être aromantique i.e ne pas ressentir de sentiments romantiques est une raison assez majeure pour ne pas se sentir en accord avec ce genre de modèle. Après tout si on ne ressent pas le truc, pourquoi mettre le pieds dans tout ça ?

Avatar du membre
Tyane
Assidu
Messages : 893
Enregistré le : 26 avr. 2011, 17:15
A aimé : 1 fois
A été aimé : 32 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Tyane » 29 nov. 2012, 00:22

Si le romantisme se rattache à ce modèle, alors je pense que les aromantiques sont plus nombreux qu'on ne le pourrait le penser. Selon ce modèle, il ne peut y avoir d'amitié romantique, hors je pense que cela va contre une conception "forte", intense, de la relation amicale. Il me semble que le rejet ou la relativisation du couple indissociable et câlinophile va de : pair avec un attachement avec ce qu'il y a de positif dans le romantisme, à savoir une valorisation de l'amour, et c'est pour cela que des gens qui rejettent la romance sont réticents à se dire aromantiques, bien qu'ils ne se reconnaissent pas dans ce modèle.

Je trouve finalement que ce terme a sa pertinence, à condition de préciser qu'il ne rejette pas l'idée de sentiments forts, voire effusifs, mais la perspective d'une romance exclusive, d'un partenariat amoureux, d'un emprisonnement mutuel.

Darine
Membre junior
Messages : 5
Enregistré le : 12 déc. 2012, 15:32
Localisation : Kiev

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Darine » 17 déc. 2012, 21:47

CLP a écrit : Ici, la plupart des aro sont asexuel-le-s. Et être les deux à la fois, ça peut être dur. Il y a les fausses impressions, les stéréotypes, les jugements rapides auxquels on peut finir soi-même par croire. Qui n'a pas entendu au moins une fois que : "tout ce qui compte dans la vie, c'est l'amour ?". Ben non, désolé ! Ca peut aussi être difficile dans les relations, quand les gens attendent de nous qu'on ait des sentiments romantiques pour eux...
Moi, je ne dirais pas que c'est dur. À mon avis, au contraire, "asexualité + aromanticisme" simplifie beaucoup de choses. Je n'ai pas besoin des rélations romantiques, ainsi je ne dois pas réflechir comment les avoir sans sexe. Beaucoup d'asexuel-le-s complaignent de n'avoir pas d'un partenaire A où d'avoir les problèmes typiques avec un partenaire S. Et moi, j'en suis libre.

Avatar du membre
CLP
Acolyte
Messages : 373
Enregistré le : 19 août 2011, 15:05
A été aimé : 3 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par CLP » 26 déc. 2012, 14:10

Darine a écrit : Moi, je ne dirais pas que c'est dur. À mon avis, au contraire, "asexualité + aromanticisme" simplifie beaucoup de choses. Je n'ai pas besoin des rélations romantiques, ainsi je ne dois pas réflechir comment les avoir sans sexe. Beaucoup d'asexuel-le-s complaignent de n'avoir pas d'un partenaire A où d'avoir les problèmes typiques avec un partenaire S. Et moi, j'en suis libre.
C'est pas faux, mais quand tu n'as pas les mots pour té décrire, ça peut rendre confus.

Ceci dit tu as parfaitement raison, il y a plein d'aro qui sont parfaitement bien et il faut absolument ne parler ! :D

Avatar du membre
Tyane
Assidu
Messages : 893
Enregistré le : 26 avr. 2011, 17:15
A aimé : 1 fois
A été aimé : 32 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Tyane » 26 mars 2013, 00:46

Interview de David Jay à propos de l'aromantisme (in english, of course )

Sardanapale
Membre junior
Messages : 13
Enregistré le : 09 avr. 2013, 18:02

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Sardanapale » 10 avr. 2013, 13:38

Cette notion d'aromantisme me dérange un petit peu. Voici quelques raisons :
- Tout d'abord, et à l'instar de quelques-uns de mes prédécesseurs, je ne crois pas que l'attirance, ou le projet de construire quelque chose avec quelqu'un sur le plan affectif puisse se quantifier. L'analogie avec l'asexualité me semble fausse en cela que si j'admets la possibilité d'un intérêt sexuel nul inconditionnellement, je récuse l'existence de son équivalent affectif. Le désir sexuel peut atteindre 0 dans tous les cas, ce que je crois faux dans les autres domaines, toujours coincés dans un continuum ]0;+inf[, toujours conditionnels.
- Le mot me semble détestable et inutile. Quel besoin de ce hideux "aromantisme", quand à l'élégante "déréliction" ?
- En cette ère décadente où l'on nous bassine avec l'amour passionnel, le coup de foudre, l'image d'un amour "évident et sacré", je demeure convaincu que l'amour, du côté des jeunes hommes en particulier, est un apprentissage. Et un apprentissage douloureux et patient. Douloureux car il nous met face aux contradictions de nos fantasmes civilisationnels de manière plus brutale que les femmes. Long, parce qu'il faut du temps pour intégrer que l'on n'aime pas comme une fillette (ou comme un héros de sitcom, qui n'est jamais qu'une fillette-à-queue), ce qui ne fait pas de nous des monstres, des autistes, des "aromantiques" ou des a-grèce-moderne. La vérité de l'amour masculin "sain", c'est avant tout qu'il est transactionnel, relativement linéaire, et qu'il a une raison d'être objective et logique qui transcende le besoin compulsif de s'aliéner en quelqu'un d'autre, ce qu'on nous vend comme le pinacle du beau sentiment, dans cette société folle et sans grâce.
- Le sentiment de déréliction qui frappe beaucoup de jeunes peut les tenter de généraliser ou de "médicaliser" un peu vite leur ressenti. Il est néanmoins intéressant de se poser la question : Combien de "vieux" sont intervenus en 4 pages pour marquer leur assentiment ?
- Bien souvent, ne pas aimer comme les autres peut nous porter à croire que l'on n'aime pas. En ce qui me concerne, je ne me retrouvais pas dans cet ersatz d'amour courtois quasi-institutionnel que l'on retrouve nulle part et partout (et dont je rends le post-féminisme directement responsable). Puis, j'ai découvert le BDSM. Je me suis rendu compte que je pouvais aimer sans mièvrerie inutile, que je pouvais aimer presque sans tendresse, presque sans mensonge. En d'autres termes, j'ai appris ma manière d'aimer. J'espère que cette dernière phrase ne vous semblera pas trop paternaliste, ce n'est pas son but : Je pense que beaucoup d'entre vous auront, sinon l'assurance, du moins l'occasion de trouver la leur. Point de détail amusant pour les "aromantiques" : Dans la Rome antique, justement, on était "adulescens" jusqu'à 25-30 ans (35, parfois), pour devenir vir ensuite. Gageons que certains d'entre vous trouveront un autre eux-mêmes d'ici là.

Telenn Gwad
Membre junior
Messages : 5
Enregistré le : 19 mars 2013, 18:34

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Telenn Gwad » 13 avr. 2013, 16:10

Bonjour ou bonsoir

Je me considère comme aromantique. J'explique: avant de connaître le mot aromantique, j'avais l'habitude de simplement dire "l'amour, je m'en fout.", ça peu sonner froid mais c'est tout ce que j'avais trouvé, ensuite quand j'ai trouvé le mot aromantique ça a été un genre de "révélation" déjà par ce qu'il avait un mot pour décrire ce que je ressens (enfin ce que je ne ressens pas) mais en plus ça m'a permis de découvrir que j'étais pas seule. Mais même quand je ne savais pas qu'il y avais d'autres aromantiques, ça ne me perturbait pas plus que ça, comme pour l'asexualité, je croyais que c'était quelque chose de "biologique" en faite, mais ça m'allait parfaitement, je disais "je me fout de/ne ressent pas l'amour" exactement de la même façon que je disais "mon groupe sanguin est A" ou "je suis allergique à telle chose". Et c'est toujours le cas même si à présent je sais que ça n'a rien à voir avec une maladie ou autre.
Maintenant, ce que j'entendais par "je m'en fout" : premièrement je n'ai jamais été amoureux.se, ensuite contrairement à tout un tas de gens je ne "cherche" pas l'amour, je ne l'ai jamais cherché par ce que....je m'en fout. ça ne m'a jamais fait envie, je crois que je ne comprend pas en faite : les gens ont tendance à dire que l'amour est plus fort que l'amitié, je peux pas en juger mais pour moi ça semble faux, les gens ont l'air plus à l'aise avec leurs amis qu'avec leur amoureux/se, les amis se disputent rarement pour leurs autres amis alors que les gens qui ont plusieurs partenaires romantiques se font traiter de tout les noms par ceux qui pensent un couple ne doit pas dépasser deux personnes (au passage on entend souvent des gens dire à leur partenaire "je n'aimerais que toi ", c'est un peu comme si je disais à un ami "tu seras toujours mon seul ami et je n'en aurais jamais d'autres par ce que ça voudrait dire que je ne t'aime plus"), et puis il parait que c'est difficile de dire à quelqu'un qu'on en est amoureux alors qu'on a même pas forcément besoin de dire à quelqu'un qu'on est son ami. D'ailleurs si l'amitié n'est pas réciproque je suis pas sûre qu'on puisse appeler ça de l'amitié, alors que quand l'amour n'est pas réciproque, c'est quand même de l'amour.
Pour finir j''aime écrire mais je n'ai jamais mis d'histoire d'amour dans aucun de mes textes (parfois des personnages sont en couple mais basta, je n'ai rien de plus à dire) ça ne m'intéresse pas, je ne sais probablement pas les raconter, je n'en ai pas envie et je trouve que les histoires d'amour prennent souvent trop de place dans les récits.

C'est comme ça que je vois les choses, et même si "Aromantique" n'est pas le bon mot, ou alors même si le monde entier déclarait que l'aromantisme (aromanticisme?) n'existe pas, je continuerais à utiliser ce terme par ce que l'amour je m'en fout, je n'en ai jamais ressentit et je suis ravi.e que quelqu'un aie inventé un mot pour résumer cette idée.
J'espère que je n'ai pas vexé les "romantiques".

Au sujet des relations dites "queerplatoniques" je pense qu'il est plus juste de les rapprocher de l'amitié que de l'amour, je pense même que c'est faux de les rapprocher de l'amour en faite. Parmi ces amis il y a des personnes que l'on apprécie encore plus que les autres, toujours. Je suppose que l'on a tous un où plusieurs meilleur ami, pour des raisons différentes, mais en tout cas c'est quelqu'un en qui on a confiance et qui nous connais et nous comprends, et on a envie qu'il sois heureux... et comme on l'apprécie beaucoup on a peut-être envie de le lui montrer, et je suppose que le terme "queerplatonique" signifie que pour montrer cet affection, on veut faire des choses qui sont en général "réservées" aux couples, mais par exemple avoir envie d'embrasser son meilleur ami ça ne veux pas dire qu'on a envie d'être en couple avec, on peut aussi avoir envie d'habiter avec quelqu'un simplement par ce que l'on aime sa compagnie.
Quand aux "squish", je pense que ça peux arriver, quand on rencontre quelqu'un, que pour une raison ou une autre, on a tout de suite envie qu'il soit notre ami. (un bon exemple dans "l'ami retrouvé" la scène où Hans voit Conrad pour la première fois est pour moi un bonne définition de ce que peut être un "squish".)
Là aussi c'est juste mon point de vu.

j'espère vous avoir aidé à comprendre ce qu'est l'aromantisme (je ne sais jamais si on doit dire aromanticisme) et si vous avez des questions je suppose que je peux y répondre. Par ailleurs il existe un forum, http://aroplane.org , dédié à l'aromanticisme et aux relations queerplatoniques.

Avatar du membre
The Angry Asexual
Apprenti
Messages : 52
Enregistré le : 26 avr. 2013, 21:29

Re: Espace de discussion aromantique

Message par The Angry Asexual » 01 mai 2013, 20:50

Katniss a écrit :[...] je suis une romantique déçue... probablement. Mais alors puis-je faire part de mon immense lassitude par rapport à ce qui a été pour moi la grande Arnaque de l'amour ?

[...] L'amour romantique ne m'a amené strictement que de la douleur, de l'embarras ou des illusions cruellement défaites. Les longs mois, voire les années, à souffrir, je connais, c'était mon fond de commerce, qui n'a jamais servi à rien ni à personne. Si j'ai une certaine qualité de vie maintenant, je le dois bien à mon acharnement à avoir tué en moi ce foutu espoir d'amour qui m'a jetée dans tous les pièges mortels possibles...
Même profil au masculin.

Une seule relation a suffit pour me plonger dans le désarroi le plus total qui a mené vers une crisé existentielle en passant par des symptômes post-traumatiques, de la misogynie mais surtout par une dépression aiguë paralysante qui à mis fin à ma carrière professionnelle.

J'ai tout perdu; mon travail, mes passions, mes rêves, mon désir ardant de fonder une famille, ma sexualité et même l'espoir de m'en sortir.

Je tourne en rond et je gâche ma vie. :|
Image

Morpheus, dans le film Matrix.

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par melancolie » 03 juin 2013, 06:47

Je viens d'apprendre un nouveau mot : WTFromantic (prononcer "what-the-fuck-romantic") : mot utilisé par des gens qui n'ont pas envie d'une relation amoureuse au sens classique mais ne sont pas non plus aromantique, et qui ne trouvent pas d'autre mot pour se décrire.
Ca me correspond assez.
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
Patofeio
Agent
Messages : 788
Enregistré le : 29 mai 2013, 22:20
A été aimé : 1 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Patofeio » 03 juin 2013, 17:23

En plus c'est stylé comme nom !

Plutôt WTF suite à une (ou plusieurs) déception(s) ou depuis toujours ?

Zimou
Administrateur
Messages : 4995
Enregistré le : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 437 fois
A été aimé : 454 fois
Contact :

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Zimou » 03 juin 2013, 17:49

On est tous un peu "WTF" ^^ on est tous différent et on a tous des envies différentes, plus ou moins en accord avec les autres ^^
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Avatar du membre
giby
Ascendant
Messages : 920
Enregistré le : 27 avr. 2013, 11:35
Localisation : Nord (59)

Re: Espace de discussion aromantique

Message par giby » 03 juin 2013, 17:56

melancolie a écrit :Je viens d'apprendre un nouveau mot : WTFromantic (prononcer "what-the-fuck-romantic") : mot utilisé par des gens qui n'ont pas envie d'une relation amoureuse au sens classique mais ne sont pas non plus aromantique, et qui ne trouvent pas d'autre mot pour se décrire.
Ca me correspond assez.
Rien que le nom ça donne envie d'en être... mais je suis romentique
(\__/)
( :'.': )
(")_(") Copie et colle le lapin dans ta signature pour l'aider à envahir le monde.
Image

Avatar du membre
Tatamie
Associé
Messages : 680
Enregistré le : 22 mars 2013, 20:24
Localisation : Nantes
A été aimé : 3 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Tatamie » 03 juin 2013, 21:19

Je ne comprenais déjà pas tous les termes, mais là encore moins :|
Dans une présentation ça commence à faire beaucoup !!
:P
Vive la case "ne se prononce pas" romantique !

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité