Espace de discussion aromantique

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Avatar du membre
Hestia
Avenator
Messages : 1565
Enregistré le : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Elle et Iel
A aimé : 206 fois
A été aimé : 357 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Hestia » 05 sept. 2019, 14:28

Pour ma part, je dirais qu'effectivement, même si la traduction de squish serrait un coup de foudre platonique ou amical, dans la pratique on est pas forcément confronté au squish dès le premier regard. Moi, il m'a fallut quelques jours pour réaliser que j'ai eu un squish pour l'individu qui me plait actuellement. En fait, je dirais qu'un squish c'est l'équivalent d'un coup de coeur, un béguin qui arrive quand on n'y s'attend pas, mais ce n'est pas forcément un coup de foudre du premier regard.

Est-ce qu'il y a une différence avec une amitié classique?

Disons, que pour moi c'est oui et non. Non, car niveau sentiment, je ne perçois pas vraiment de différence, et oui, car pour moi un squish me pousse à penser à la personne quasiment tout le temps, ne pas la voir à longue terme m'agace et quand j'ai un squish pour quelqu'un de genre masculin, je semble adopté l'attitude d'une personne amoureuse; du moins c'est comme ça qu'on a interprété mon attitude à 3 reprises.

Si je me base sur ce que je ressens et ce que j'ai expérimenté, avec mon squish actuel, lorsque j'ai eu l'occasion de le voir, je dirais que c'est paradoxal: d'un côté discuter avec lui était agréable, c'étaient des moments serein et bienveillants, mais dès qu'il était question de prendre l'initiative de le rejoindre pour lui parler, je me suis senti paralysé ou alors dès que je me retrouvais à proximité de lui, j'avais peur et je partais au lieu de chercher à lui parler.

C'est comme ça que la dernière fois que je l'ai vu, il a fallut que quelqu'un dise à mon squish que je voulais lui parler pour que je puisse le remercier, car sinon, j'ai bien peur que je n'aurais jamais eu le courage de toquer à la porte de son bureau, et de la personne qui lui avait signaler que je souhaitais lui parler.

Après c'est cas par cas, mais effectivement quand on a un squish on a généralement envie de nous rapprocher de la personne qui nous plait, apprendre à la connaitre et si possible construire une relation (amitié la plupart du temps) avec elle.

Dans le cas de mon squish actuel, je ne pense pas que je puisse me permettre vouloir me lier d'amitié avec celui-ci car c'est l'un de mes supérieurs, je peu juste espérer que lorsqu'il viendra travailler officiellement sur le lieu de mon travail, je réussirais à développer une relation professionnelle positive et ne pas être capable d'aller lui parler. Si je l'avais rencontré dans d'autres circonstance j'aurais pu espérer me lier d'amitié avec lui, mais là ça me parait être impossible.

Sinon, on peut constater que les anglophones font une distinction entre l'attirance platonique qui provoque le désir de créer un lien d'amitié et celle qui provoque le désir de s'engager dans une relation queerplatonique; le désir d'emménager avec la personne qui nous plait c'est plutôt une attirance queerplatonique, selon ce point de vu, et on devrait dire selon les anglophones plush et non squish. Moi je ne vois pas trop la différence au niveau attirance, c'est juste une question de degré au niveau du lien émotionnel et d'état d'esprit
Je suis une personne non-binaire, et j'apprécie qu'on parle de moi avec des mots et des phrases épicènes, et j'accepte qu'en m’accorde au féminin lorsqu'il est difficile de faire autrement.

Avatar du membre
Hestia
Avenator
Messages : 1565
Enregistré le : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Elle et Iel
A aimé : 206 fois
A été aimé : 357 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Hestia » 05 sept. 2019, 15:20

A au fait, petite précision concernant l'éventuelle différence entre l'amitié classique et le squish, j'avoue que malgré que j'apprécie certain-e-s de mes collègues, j'ai prévu de confirmer une demande de changement de lieu de travail, après avoir dit à mon squish ce que j'avais à lui dire, mais finalement, je me suis rendu compte que je tenais vraiment à le côtoyer, et j'ai beau essayer de me convaincre que j'ai le pré-sentiment qu'il est important que je le côtoies, la vérité c'est que je désir vraiment découvrir comment notre relation va fonctionner, le voir et passer du temps en sa compagnie, même si je dois me contenter d'une relation strictement professionnelle.
Je suis une personne non-binaire, et j'apprécie qu'on parle de moi avec des mots et des phrases épicènes, et j'accepte qu'en m’accorde au féminin lorsqu'il est difficile de faire autrement.

Avatar du membre
Evanescente
Acolyte
Messages : 368
Enregistré le : 23 avr. 2018, 20:13
A aimé : 40 fois
A été aimé : 36 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Evanescente » 05 sept. 2019, 17:55

Pour ma part, pas de crush, car je ne désirais pas la sexualité avec mes « béguins « . Squish alors ? Sauf qu il n y avait pas de ma part d’envie de faire ami ami avec eux. En plus, loin des yeux... Donc le terme squish ne me convient sans doute pas. Pourtant, oui mes « béguins «  me faisaient vraiment de l’effet ! Ça doit être comme la sexualité (a deux): fantasmee ça va, réelle au secours y a plus personne... Donc les squishs chez moi ça doit être pareil je crois. J’ai pu ressentir des choses, parfois assez violentes, pour eux. Mais c’est resté dans ma tête, de mon côté, sans chercher à ce que ça se concrétise par l’amitié, l amour ou autre.

Ça vient peut être du fait que je me dévalorise et est persuadée de ne pas pouvoir plaire. Peut être que si j’avais plus confiance en moi, j’oserais une relation platonique ou queerplatonique si jamais je ressentais ça à nouveau.

Bon le type qui pourrait me plaire (assez pour que je sois intimidée en sa présence) est un gradé et il a ses amis, sa famille (femme et enfants), donc impossible pour moi de l’approcher. Et d une certaine façon, ma phobie sociale s’en trouve rassurée. Je l’apprécie oui, mais d’une certaine façon, plus il est loin et mieux je me porte... Je redoute le jour où il faudra que je lui adresse la parole (j espère que ça n arrivera jamais,il a l’air très bien comme type, mais timidité tout ça)...

Avatar du membre
Hestia
Avenator
Messages : 1565
Enregistré le : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Elle et Iel
A aimé : 206 fois
A été aimé : 357 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Hestia » 05 sept. 2019, 18:47

Evanescente a écrit :
05 sept. 2019, 17:55
Pour ma part, pas de crush, car je ne désirais pas la sexualité avec mes « béguins « .
Euh je ne vois pas le rapport entre le crush et le désir d'avoir une sexualité. Un crush c'est l'attirance romantique, voir un coup de foudre romantique. A la rigueur tu peux dire que tu n'a pas de smush qui fait justement référence au désir sexuel pour autrui.
Je suis une personne non-binaire, et j'apprécie qu'on parle de moi avec des mots et des phrases épicènes, et j'accepte qu'en m’accorde au féminin lorsqu'il est difficile de faire autrement.

Avatar du membre
Evanescente
Acolyte
Messages : 368
Enregistré le : 23 avr. 2018, 20:13
A aimé : 40 fois
A été aimé : 36 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Evanescente » 05 sept. 2019, 19:34

Oui au temps pour moi, j’ai confondu...

roger delamare
Membre junior
Messages : 6
Enregistré le : 04 oct. 2019, 22:39

Re: Espace de discussion aromantique

Message par roger delamare » 04 oct. 2019, 23:47

moi aussi je comprends pas trop

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 2 invités