L'asexualité, la remise en question

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
FKK
Membre
Messages : 18
Enregistré le : 14 janv. 2012, 09:24
Localisation : Vienne
A aimé : 0
A été aimé : 0

L'asexualité, la remise en question

Message par FKK »

Bonjour à tous,

Comme chacun le sait à force de le rabâcher, la définition de l'asexualité c'est "ne pas ressentir d'attirance sexuelle pour autrui". Jusque là tout va bien.

Seulement, nous sommes tous très (voire trop) différents par rapport à ce que nous voulons appeler de l'Asexualité. Je pense que cela nous rassure bien de nous dire que nous ne sommes pas seuls à ne pas avoir envie de ci ou de ça, alors nous nous réfugions derrière ce mot, qui à mon avis n'a pas qu'une seule signification.

Entre:
- Ceux qui sont attirés par les autres, qui peuvent, mais qui n'ont pas envie d'un rapport sexuel
- Ceux qui sont attirés par les autres qui ont des rapports sans éprouver de plaisir
- Ceux qui ne peuvent mécaniquement pas avoir de rapports sexuels
- Ceux qui ont des rapports, qui éprouvent du plaisir mais sans réel besoin
- Ceux qui pratiquent la masturbation, qui éprouvent du plaisir, en pensant à autrui
- Ceux qui pratiquent la masturbation, qui éprouvent du plaisir, sans penser à autrui
- Ceux qui pratiquent la masturbation par besoin et non par envie
- Ceux qui ne ressentent pas le besoin de se masturber
- Ceux qui trouvent que la sexualité c'est sale
- Ceux qui pratiquent les préliminaires sans passer à l'acte
- Ceux qui sont bloqués, traumatisés par des évènements passés
- Ceux qui n'ont jamais rien ressenti
- Ceux qui pratiquaient et qui ne pratiquent plus pour x raisons
- Ceux qui sont simplement en manque de libido
- Et j'en passe encore et encore...

Est ce que se masturber en pensant à autrui ce n'est pas éprouver de l'attirance sexuelle pour cette personne ? A ce compte là ce n'est pas de l'asexualité.

Bref, je dirai que je ne suis pas asexuel car dans ma tête j'aimerai avoir une relation. Dans les faits, je n'en aurai pas parce que je ne veux pas passer à l'acte, je n'en ai pas envie et n'en ressens pas le besoin aujourd'hui. Ce n'est pas de l'asexualité, c'est un autre problème, d'ordre psychologique.

Je ne remets pas en cause le fait que certaines personnes soient asexuelles, ces personnes qui ne ressentent pas de désir pour autrui, jusque dans leurs pensées.
Je dis juste (et c'est un avis très personnel) que ces personnes ne représentent pas la moitié des personnes présentes sur ce forum, et qu'on a trop tendance à élargir la définition de l'Asexualité pour être plus nombreux et se rassurer derrière ce mot. J'en fais parti.

Je précise toutefois que je remets en cause la définition de l'asexualité et non l'existence de ce forum, ce qui n'a rien à voir.

Qu'en pensez vous :?:
" L'essentiel est d'être ce que nous fit la nature.On n'est toujours que trop ce que les hommes veulent que l'on soit. "
- Jean-Jacques Rousseau -

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: L'asexualité, la remise en question

Message par Piccolo »

Effectivement, nous sommes très différents les uns des autres.

Mais je pense que c'est un peu la même chose chez les S: C'est loin d'être tout noir ou tout blanc chez eux aussi.

A mon avis il y a autant de sexualités différentes qu'il y a d'individus, ou presque.

Avatar du membre
MICK
Affilié
Messages : 292
Enregistré le : 29 janv. 2012, 08:33
Localisation : Moselle
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: L'asexualité, la remise en question

Message par MICK »

Très bien dit Piccolo, moi je me considère asexuel à 100%, plus d'envie de masturbation, plus de relations sexuelles, mais beaucoup d'amis(es).
Pas confondre amitié et attirance sexuelle
Bonne journée

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: L'asexualité, la remise en question

Message par Piccolo »

Ouais, c'est clairement la frustration qui fait la différence pour moi aussi.
Et cette frustration, je ne l'ai pas. En plus d'avoir un dégoût (non choisi, je précise) à l'idée d'avoir un rapport intime avec qui que ce soit pour ma part.

Le dégoût et l’écoeurement, et bien j'estime que c'est humain, peu importe la nature de l'objet en question.

Donc ouais, j'en déduis donc que je suis asexuel.

Avatar du membre
whathappen
Ascendant
Messages : 977
Enregistré le : 31 mars 2010, 21:22
Localisation : 37
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: L'asexualité, la remise en question

Message par whathappen »

FKK a écrit :Bonjour à tous,

Comme chacun le sait à force de le rabâcher, la définition de l'asexualité c'est "ne pas ressentir d'attirance sexuelle pour autrui". Jusque là tout va bien.

Seulement, nous sommes tous très (voire trop) différents par rapport à ce que nous voulons appeler de l'Asexualité. Je pense que cela nous rassure bien de nous dire que nous ne sommes pas seuls à ne pas avoir envie de ci ou de ça, alors nous nous réfugions derrière ce mot, qui à mon avis n'a pas qu'une seule signification.

[...]

Je ne remets pas en cause le fait que certaines personnes soient asexuelles, ces personnes qui ne ressentent pas de désir pour autrui, jusque dans leurs pensées.
Je dis juste (et c'est un avis très personnel) que ces personnes ne représentent pas la moitié des personnes présentes sur ce forum, et qu'on a trop tendance à élargir la définition de l'Asexualité pour être plus nombreux et se rassurer derrière ce mot. J'en fais parti.
Je suis d'accord avec FKK à 200%. C'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai déserté le forum il y a un an.
FKK a écrit :
Bref, je dirai que je ne suis pas asexuel car dans ma tête j'aimerai avoir une relation. Dans les faits, je n'en aurai pas parce que je ne veux pas passer à l'acte, je n'en ai pas envie et n'en ressens pas le besoin aujourd'hui. Ce n'est pas de l'asexualité, c'est un autre problème, d'ordre psychologique.
Pareil pour moi. Merci FKK d'avoir lancé le sujet, ça aidera certains à se reposer des questions et à trouver le sens exact de leur différence.

Bon courage à tous.

A une prochaine
Certaines solutions sont tellement compliquées qu'on préfère parfois avoir des problèmes.

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A aimé : 0
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: L'asexualité, la remise en question

Message par Syd »

FKK a écrit :Je précise toutefois que je remets en cause la définition de l'asexualité et non l'existence de ce forum, ce qui n'a rien à voir.
Je trouve au contraire que tu ne remets pas en question la définition de l'asexualité, mais que tu la confirmes. C'est l'étendue du champ d'application de cette définition que tu remets en question, et je suis tout à fait d'accord avec toi.

Cependant :
On ne peut pas (et on ne doit pas) dire à quelqu'un ce qu'il est, c'est à lui ou à elle de décider quelle étiquette ou case lui convient le mieux. C'est sûr que là, on peut tout à fait se retrouver avec des S qui se disent A et des A qui refusent la réalité et se pensent S.
On ne peut pas non plus filtrer les nouveaux pour vérifier s'ils sont A ou pas.
On ne peut qu'espérer que les lectures et discussions sur le forum aideront tout le monde à voir plus clair.

FKK a écrit :on a trop tendance à élargir la définition de l'Asexualité pour être plus nombreux et se rassurer derrière ce mot
Je ne sais pas pourquoi ceux qui sont à l'origine de la création des communautés A (ça remonte même à avant Aven) ont élargi à ce point la définition. Je suppose que c'était pour ne pas paraître sectaire.
Esteban75 a écrit :c'est ce qui expliquerait le turn-over important que certains on déjà souligné
Si je débarquais aujourd'hui en ne sachant rien de l'A et que je lisais certains trucs qu'on répète souvent, je me dirais "zut, ce n'est pas encore ça que je suis". Et je me barrerais.

Avatar du membre
gotzs
Acolyte
Messages : 374
Enregistré le : 05 nov. 2011, 21:15
Localisation : Genève
Pronom : il n'est pas sur
A aimé : 2 fois
A été aimé : 1 fois
Contact :

Re: L'asexualité, la remise en question

Message par gotzs »

Syd a écrit :On ne peut pas non plus filtrer les nouveaux pour vérifier s'ils sont A ou pas.
J'ai du mal à saisir cette phrase Syd. Est-ce que ça veut dire que le forum ne s'adresse qu'aux asexuels?

Si je puis me permettre:

1) je n'ai aucune objection à ce que des S viennent discuter ici, soit pour essayer de comprendre l'asexualité, soit pour venir ouvrir nos œillères sur ce que peuvent ressentir les pratiquants.
2) je trouve cette phrase très sectaire, et si l'idée que tu sous-tends (si elle est partagée par la majorité également, nonobstant ton statut de modérateur) est que seuls les A ont leur place ici, je pense que ma place ne s'y trouve plus (j'aime converser avec des gens ouverts d'esprit)


Maintenant, je veux bien admettre aussi que tu t'es mal exprimée.... dans ce cas, no worry :bise:


[NdR: il ne me semble pas que, de toute façon, les S soient très intéressés pour venir discuter ici. Ou alors dans le cadre d'enquêtes (universitaires ou journalistiques). Bref pas trop de souci à se faire avant qu'ils ne viennent envahir le forum]
don't make love, just have love
ne faites pas l'amour, donnez juste de l'amour

Avatar du membre
Iléa
Amibe
Messages : 80
Enregistré le : 04 oct. 2009, 18:20
Localisation : Bordeaux
A aimé : 0
A été aimé : 1 fois

Re: L'asexualité, la remise en question

Message par Iléa »

Ah l'éternel débat envers soi même et les autres.
Le suis-je ou ne le suis-je pas ?

Il est vrai qu'appartenir à un groupe à un effet rassurant qui peut pousser à se fourvoyer.
Mais certes, si la définition de l'asexualité est large, ne regroupe t-elle pas toutes les absences de pratiques ou de ressentie caractérisant la sexualité ?

Pour ma part voilà un bout de temps que je suis inscrit sur ce forum, regardant de temps à autres, m'informant, réfléchissant, m’interrogeant.
Et pourtant malgré le doute qui m’imprégnai au début au vu de mes pratiques solitaires effectué autant par envies que par besoins, je suis bel et bien obligé de m'admettre la réalité :

Les rapports avec de gens ne m'excite nullement, voir me répugne et surtout m'ennuie...
Ce qui s’avère vite problématique pour un homme dans une telle situation, difficile de simuler. :mrgreen:

Alors suis-je un S refoulé qui a seulement peur des autres ?
J'en doute au vue de ce que j'ai pu entreprendre pour vérifier cette hypothèse et avec un tel comportement.

Ainsi douter de nos appartenance car nous présentant des différences est à mon avis un non sens.
Elles se présentent au sein des A comme elles le sont partout ailleurs...
Pour trouver la voie il faut suivre le lapin blanc...

Avatar du membre
chapson
Affable
Messages : 116
Enregistré le : 29 janv. 2012, 19:32
A aimé : 0
A été aimé : 1 fois

Re: L'asexualité, la remise en question

Message par chapson »

Iléa, je me reconnais parfaitement dans ce que tu viens de dire!

Et je pense comme toi : la définition que je connais de l'asexualité, c'est : ne ressentir aucune envie, aucun besoin de relations sexuelles avec autrui.

Maintenant masturbation ou non, attirance ou non, pensées quelqu'elles soient, je pense que ça entre dans le moule aussi. Je considère que c'est la pratique ou non qui distingue A et S.

Et je pense que la peur ne peut pas éternellement dépasser l'envie. Au bout d'un moment, on finit par faire des choses, AU moins des préliminaires, non?
Autant que les A qui se masturbent, même si on n'en a un peu peur, on finit par passer le cap, et là on y prend goût.
Personnellement, j'ai essayé les deux, et seule la masturbation m'a plu. Donc, je crois pas qu'un jour, miraculeusement, le dégoût de l'autre disparaisse...
Je me remet pas vraiment en question. Si c'était un blocage, y'aurai sûrement pas ce "dégout" face à la personne. Non?

Cela dit, le sujet est intéressant. Je pense juste que ce n'est pas rassurant pour les personnes qui pensent s'être enfin trouvé et qui voit ça...tu supposes quoi, finalement, FKK? Que ces catégories de personnes sont des A, ou juste des personnes dans une mauvaise période de leur vie??
Image

FKK
Membre
Messages : 18
Enregistré le : 14 janv. 2012, 09:24
Localisation : Vienne
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: L'asexualité, la remise en question

Message par FKK »

Il y aurait beaucoup de choses à répondre à chacun de vos messages, malheureusement la fatigue se fait sentir, je vais quand même prendre un peu de temps..

@Piccolo: Je suis bien d'accord avec toi ! c'est pareil du côté des "S". Seulement les S sont considérés comme "normaux" dans la société (et je suis le premier à trouver cette phrase absurde!), ce n'est pas le sujet, je m'interroge simplement sur la définition que l'on donne de l'asexualité. Je ne cherche pas à voir plus loin sinon on en fini plus..
Tu dis ne pas avoir de sentiment de frustration, si je ne me trompe pas tu fais parti des rares personnes à ne pas pratiquer la masturbation ? Donc effectivement dans ton cas cela prouve bien qu'il n'y en a pas. Pour les autres, le fait de pas assouvir l'envie ou le besoin, est frustrant. Mais bon là je m'éloigne du sujet car on ne parle plus de rapport à autrui.

@Mick: Ne considères-tu pas que ta baisse de régime puisse venir du fait que tu aies 56ans? Attention je ne dis pas que tu es un vieux croulant! lol. Loin de moi cette idée, sincèrement. Ce que je veux dire c'est qu'à 18ans tu n'étais peut-être pas le même, que tout cela a évolué. Et que ce manque de libido ne porte peut-être pas le nom d'asexualité. Je ne sais pas, simple hypothèse et tu sauras évidemment répondre mieux que moi. :)

@Esteban: Tu parles de "pulsion sexuelle", est ce que le fait d'avoir envie de se masturber n'en est pas une? (pas toujours certes lorsqu'on le fait par besoin plus que par envie).
Lorsque je dis que je ne suis pas asexuel, c'est parce que je considère que je ne rentre pas dans la définition à proprement parler que l'on en donne. Car parfois mes pensées me trahissent, tout simplement. Mais cela reste les pensées, et comme je l'ai dit, dans les faits c'est bien différent.
Et comme je l'ai dit aussi, je ne remets pas en cause le fait qu'il y ait des gens qui correspondent à cette définition il y en a c'est certain.

@whathappen: Merci beaucoup pour ton soutien! :P

@Syd: "Je trouve au contraire que tu ne remets pas en question la définition de l'asexualité, mais que tu la confirmes. C'est l'étendue du champ d'application de cette définition que tu remets en question, et je suis tout à fait d'accord avec toi. "
Ca marche dans un sens comme dans l'autre. Soit la définition n'est pas adaptée aux personnes, soit c'est l'inverse lol
Ne me fais pas dire ce que je ne dis pas! Je ne juge personne et je ne suis pas du genre à mettre des étiquettes. Chacun sait mieux que moi ce qu'il est, c'est certain! Et je n'ai pas dit qu'il fallait filtrer qui que ce soit non plus.

@Gotz: Ce que tu dis, je le pense également, toutefois c'est un peu hors du sujet (comme l'était plus ou moins la phrase de Syd)

@Iléa et Chapson: Je me reconnais beaucoup plus dans ce que vous décrivez. Et ta réponse Chapson est très intéressante.

Par contre, j'en viens à me dire que je me suis certainement mal exprimé en lisant les quelques début de fausses pistes que j'ai pu lire.

La définition officielle que donne Wiki "Être asexuel, c'est ne pas ressentir d'attirance sexuelle pour autrui" me dérange. Elle est trop ciblée (ou trop vaste d'ailleurs) et si nous la suivons au pied de la lettre, un paquet d'entre nous ne le sont pas.
L'exemple le plus flagrant, c'est de pratiquer la masturbation ne serait-ce qu'une fois en pensant à autrui, à l'acte, etc.

Se dire Asexuel, c'est rassurant. Mais combien ont en fait un blocage, dû à une mauvaise expérience, une mauvaise rencontre, un viol, une enfance difficile, une recherche d'identité sexuelle ou que sais-je encore? A parcourir le forum il y en a quand même un sacré nombre! Ce n'est pas vrai pour tout le monde on est bien d'accord ! ce ne sont que quelques exemples parmi tant d'autres..

Voilà, j'exprime simplement ce qui passe dans ma tête, quelques questions que je me pose. J'ai peut-être tout faux, je fais peut-être fausse route, je ne dis pas le contraire.
Merci à vous tous pour vos réponses quoi qu'il en soit! :)
" L'essentiel est d'être ce que nous fit la nature.On n'est toujours que trop ce que les hommes veulent que l'on soit. "
- Jean-Jacques Rousseau -

Beliefs
Adepte
Messages : 248
Enregistré le : 01 janv. 2012, 23:14
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: L'asexualité, la remise en question

Message par Beliefs »

FKK a écrit :Bonjour à tous,

Comme chacun le sait à force de le rabâcher, la définition de l'asexualité c'est "ne pas ressentir d'attirance sexuelle pour autrui". Jusque là tout va bien.

Seulement, nous sommes tous très (voire trop) différents par rapport à ce que nous voulons appeler de l'Asexualité. Je pense que cela nous rassure bien de nous dire que nous ne sommes pas seuls à ne pas avoir envie de ci ou de ça, alors nous nous réfugions derrière ce mot, qui à mon avis n'a pas qu'une seule signification.

Entre:
- Ceux qui sont attirés par les autres, qui peuvent, mais qui n'ont pas envie d'un rapport sexuel
- Ceux qui sont attirés par les autres qui ont des rapports sans éprouver de plaisir
- Ceux qui ne peuvent mécaniquement pas avoir de rapports sexuels
- Ceux qui ont des rapports, qui éprouvent du plaisir mais sans réel besoin
- Ceux qui pratiquent la masturbation, qui éprouvent du plaisir, en pensant à autrui
- Ceux qui pratiquent la masturbation, qui éprouvent du plaisir, sans penser à autrui
- Ceux qui pratiquent la masturbation par besoin et non par envie
- Ceux qui ne ressentent pas le besoin de se masturber
- Ceux qui trouvent que la sexualité c'est sale
- Ceux qui pratiquent les préliminaires sans passer à l'acte
- Ceux qui sont bloqués, traumatisés par des évènements passés
- Ceux qui n'ont jamais rien ressenti
- Ceux qui pratiquaient et qui ne pratiquent plus pour x raisons
- Ceux qui sont simplement en manque de libido
- Et j'en passe encore et encore...

Est ce que se masturber en pensant à autrui ce n'est pas éprouver de l'attirance sexuelle pour cette personne ? A ce compte là ce n'est pas de l'asexualité.

Bref, je dirai que je ne suis pas asexuel car dans ma tête j'aimerai avoir une relation. Dans les faits, je n'en aurai pas parce que je ne veux pas passer à l'acte, je n'en ai pas envie et n'en ressens pas le besoin aujourd'hui. Ce n'est pas de l'asexualité, c'est un autre problème, d'ordre psychologique.

Je ne remets pas en cause le fait que certaines personnes soient asexuelles, ces personnes qui ne ressentent pas de désir pour autrui, jusque dans leurs pensées.
Je dis juste (et c'est un avis très personnel) que ces personnes ne représentent pas la moitié des personnes présentes sur ce forum, et qu'on a trop tendance à élargir la définition de l'Asexualité pour être plus nombreux et se rassurer derrière ce mot. J'en fais parti.

Je précise toutefois que je remets en cause la définition de l'asexualité et non l'existence de ce forum, ce qui n'a rien à voir.

Qu'en pensez vous :?:
J'aime ton questionnement, cette faculté à prendre du recul et ton authenticité (bis) :-)

Je pense pareil que toi :-)

La définition n'est pas reconnue parce qu'elle n'est pas claire et n'est d'ailleurs pas répertorié dans le dictionnaire Larousse (je ne m'avancerais pas pour dire qu'il est absent de tout dico). le Wiktionnaire donne à l'asexuel cette définition figurée : "Se dit d’une personne qui ne considère pas les relations sexuelles comme importantes, et peut s’en passer sans jamais en ressentir le besoin". D'autres dico internet disent que c'est un synonyme d'asexué.

Il est sans doute plus prudent de parler d'hyposexualité à degrés et formes divers. Désormais, je n'utiliserai plus ce terme pour me qualifier. Mettre une étiquette a tendance à renforcer l'objet de l'étiquette.

Avatar du membre
Aède
Affable
Messages : 121
Enregistré le : 10 févr. 2010, 14:16
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: L'asexualité, la remise en question

Message par Aède »

Seulement, nous sommes tous très (voire trop) différents par rapport à ce que nous voulons appeler de l'Asexualité. Je pense que cela nous rassure bien de nous dire que nous ne sommes pas seuls à ne pas avoir envie de ci ou de ça, alors nous nous réfugions derrière ce mot, qui à mon avis n'a pas qu'une seule signification.
Il suffit de respecter la définition. Par exemple, il est très clair que dans les cas
- Ceux qui sont attirés par les autres, qui peuvent, mais qui n'ont pas envie d'un rapport sexuel
- Ceux qui sont attirés par les autres qui ont des rapports sans éprouver de plaisir
Il ne s'agit pas d'asexualité telle qu'elle est définie sur le site, mais d'autre chose, et cela vaut pour d'autres mentions dans le catalogue donné.

Petit rappel : il est tout à fait logique que la définition d'Aven ne soit pas dans le Larousse et qu'il y ait de fortes disparités définitoires sur le web. Le principe, c'est déjà de s'accorder autour de la définition ici. J'ai déjà écrit ailleurs sur le forum que le terme n'était pas très satisfaisant en lui-même dans sa construction, étant donné qu'il faut le mettre sur le même plan que homosexualité, bisexualité et hétérosexualité, pour correspondre à la définition d'Aven... alors qu'il peut tout à fait dire non-sexualité, en fait. Le problème réside dans cette dualité. Mais toute personne qui arrive sur ce forum se rend bien compte en lisant la définition en haut de page de quoi il s'agit ici.
Je ne sais pas si l'on reviendra sur ce problème de terminologie - la terminologie est peu satisfaisante dans le domaine des orientations sexuelles, dans le sens où, par exemple, "homosexualité" recouvre et le concept de l'orientation homosexuelle et indépendamment de l'orientation une pratique sexuelle avec une personne de même sexe.
En tout cas, dans la situation actuelle, l'important c'est de bien distinguer les concepts et de bien s'accorder sur les objets dont l'on parle.
Il n'est pas étonnant que de nombreuses personnes qui viennent ici ne sont pas asexuelles au regard de la définition d'Aven. Le discours ambiant, et, pour une part, le discours spécialisé, ne reflètent pas tout simplement la diversité des possibilités, des situations. Il, ou ils, renvoie(nt) à une image qui ne peut que susciter des interrogations, des problèmes, et parfois de grosses difficultés, chez ceux à qui elle ne correspond pas ; ils essaient donc de trouver des réponses là où ils peuvent. Sur pas mal de points, ils vivent des situations similaires à celles des asexuels, d'où des rapprochements possibles, et des discussions intéressantes à faire.
Ensuite, il ne faut pas oublier que le forum est censé être un lieu de discussion sur l'asexualité telle que définie par Aven, même si de facto il dépasse ce cadre. Mais ne pas oublier non plus qu'il n'existe pas, je crois, de forum plus général où pourraient se retrouver les personnes correspondant au portrait rapide que je viens de faire - c'est-à-dire un forum qui place ces questions au premier plan ; il ne manque pas de forums sur la sexualité en général, mais ces questions y sont soit périphériques et admises, soit périphériques et déconsidérées ou mal considérées. Sans parler (arf, prétérition) du vaste sujet des relations amoureuses, de l'aromantisme, et des nombreuses possibilités de relation (ou d'absence de relation).
Ceci explique cela :wink: .

Avatar du membre
Lutine
Apprenti
Messages : 59
Enregistré le : 23 janv. 2012, 01:19
Localisation : Nantes
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: L'asexualité, la remise en question

Message par Lutine »

Comme j'ai tendance à ne pas encore être bien sûre de mon asexualité, lire tous vos messages a ajouté de nouvelles questions à la longue liste qui encombrent déjà mon esprit... :?
Ce n'est pas forcément une mauvaise chose puisqu'après tout, je suis la seule à pouvoir définir si je suis asexuelle ou pas, alors autant bien y réflechir... :wink:
Pour moi, la grande différence entre A et S, c'est la pratique. Je pense vraiment être A, et je n'ai jamais été sexuellement active.
- Est-ce que j'en ressens de la frustration? Pas vraiment. Comme on vit dans une société où le sexe EST la norme, ce que je ressens parfois ressemble plus à une certaine déception, celle d'être née "hors norme" (ce qui n'est pas quelque chose qui me gâche la vie, mais qui, suivant l'ouverture d'esprit de ceux face à moi, peut eventuellement me mettre dans des situations difficiles). Il m'est arrivé de penser que perdre ma virginité ferait de moi une personne "dans la norme". Mais ça ne me transformerait pas en S, en fin de compte...
- Me masturber en pensant à l'acte sexuel fait de moi une S ?
Je ne pense pas. D'abors parce que ça n'arrive grosso merdo qu'une fois par mois, pendant ma période féconde. Pendant ce bouleversement hormonal, je me rappelle de l'existence de mon entrecuisse, oui... et je pense à l'acte parce qu'en même temps, l'utilisation basique de cette partie du corps, c'est ça. Si entre les jambes, j'avais une bouche à la place du sexe, je penserais peut-être à des orgies de mousse au chocolat :?:
Au lieu d'essayer d'être parfait, essaie d'être simplement heureux !

Avatar du membre
Lutine
Apprenti
Messages : 59
Enregistré le : 23 janv. 2012, 01:19
Localisation : Nantes
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: L'asexualité, la remise en question

Message par Lutine »

-Si je devais mesurer mon envie de faire l'amour, sur une échelle de 0 à 10... ça serait 0 tout le temps, avec une pointe à 0,5 pendant ma période féconde...
Plusieurs de mes amies, S et épanouies, arrivent à peine à croiser le regard d'un homme sans penser à sa queue... L'une d'entre elles vit avec un homme "pas facile à vivre" (selon moi, c'est un taré), mais selon ses propres mots, elle ne le quittera jamais, parce qu'il la fait grimper au rideau comme personne. J'ai vu pas mal de S se mettre dans des situations compliquées rien que pour pouvoir baiser. pour eux, l'envie de passer à l'acte est très forte. Je ne suis pas du tout comme ça...
-"consommer" du porno, ça m'émoustille au point de faire de moi une S ?
Le porno s'adressant majoritairement aux hommes hétérosexuels désireux de fantasmer sur des filles inaccessibles pour eux... non, la plupart du temps, non. J'en ai regardé pas mal à une époque où je voulais "devenir normale" (je ne connaissais rien de l'asexualité et je souffrais d'être totalement inclassable). Ces vidéos sont très souvent ennuyeuses, avec des scènes parfois risibles et grotesques. Quelques scènes m'avaient un peu interessée, mais il s'agissait... de baisers ou caresses tendres ou autre... quelque chose qui me semble "plaisant", après le rabottage d'entrecuisse, qui lui ne m'interesse pas...
-Finalement, est-ce que j'ai envie de passer à l'acte/d'être penetrée ?
Les S (et la société S dans laquelle nous vivons) repetent que le sexe est ce qu'il y a de mieux, que c'est bon, sain, bénéfique pour la santé... mais l'idée de passer à l'acte me semble "exotique", au même titre que manger des insectes ou des larves. Pourtant, je sais que certains peuples en mangent, et que sur le plan nutritif, il n'y a rien de mieux : riche en protéines, bon pour la santé, très bénéfique, une saveur raffinée (parait-il). Je respecte ceux qui en mange, mais je n'en mangerai pas. Cependant, comme notre societé est axée sur le sexe, que presque tout fait référence au sexe, parfois, leurs idées "parasites" arrivent jusque dans mes pensées les plus intimes. Mais non, fondamentalement, je ne veux pas passer à l'acte.
Au lieu d'essayer d'être parfait, essaie d'être simplement heureux !

Avatar du membre
Lutine
Apprenti
Messages : 59
Enregistré le : 23 janv. 2012, 01:19
Localisation : Nantes
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: L'asexualité, la remise en question

Message par Lutine »

-et si c'était la conséquence d'un blocage ou d'un traumatisme ?
C'est mon pire doute. J'ai subi, une fois, des attouchements, quand j'étais enfant. Cependant, comme je l'ai écrit ailleurs dans ce forum, je pense que déjà à l'époque, je devais être asexuelle. Je ne sais pas si on peut dire d'un enfant qu'il est asexuel ou pas, mais je pense que ma réaction serait éventuellement une preuve que j'étais asexuelle, déjà. Et si je l'étais déjà, alors ça ne peut pas être une conséquence, ni un blocage...

Voilà... je me suis permis d'écrire 3 longs messages ici pour donner mon opinion... j'espère que vous ne m'en voudrez pas si c'est un peu maladroit, mais comme je suis en plein questionnement, j'avais besoin de poser tout à plat, pour y voir plus clair... peut-être qu'avec vos commentaires, je vais avancer :)

J'avoue qu'en ce moment, je suis un peu perdue... :void:
Au lieu d'essayer d'être parfait, essaie d'être simplement heureux !

Répondre