Ma théorie sur l'asexualité

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Avatar de l’utilisateur
Gianni
Floodeur intermittent
Messages : 3875
Inscription : 31 juil. 2005, 19:41
Localisation : Viña Del Mar
A aimé : 0
A été aimé : 3 fois
Contact :

Message par Gianni »

Syd a écrit :TU classifierais les A non attirés sur quelque plan que ce soit comme une orientation à l'intérieur d'une classification asexuelle qui elle ne serait pas une orientation ?
N'oublie pas que ce qui définit la notion d'orientation, c'est le désir sexuel, pas l'attirance affective.
Je suis encore ainsi Image pour avoir cogité sur le sujet ! Image

Quelque part, je me dis que c'est à tout un chacun de définir... Je reste un "A-point", hors-normes comme dans tout le reste de ma personnalité, refusant peut-être encore plus que toi l'étiquetage...

Je laisse le temps au temps pour trouver une réponse à ce casse-tête !Image
Le sexe, c'est la rencontre de deux corps. Le bonheur, c'est la rencontre de deux personnes. [Hervé Desbois]
Notre ville: http://asexuellecity.miniville.fr/env
Avatar de l’utilisateur
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Inscription : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A aimé : 0
A été aimé : 4 fois
Contact :

Message par Syd »

Gianni a écrit :Quelque part, je me dis que c'est à tout un chacun de définir... Je reste un "A-point", hors-normes comme dans tout le reste de ma personnalité, refusant peut-être encore plus que toi l'étiquetage...
Possible, en fait, je reufse moins l'étiquette maintenant qu'avant, ou plutôt j'en refuse moins les conséquences. Mais que l'attirance affective n'entre pas dans la définition reste une garantie de simplicité, la question déterminante étant celle de l'attirance sexuelle. Et de ce point de vue, nous sommes tous des "A-points". ;)
dimsum
Membre junior
Messages : 13
Inscription : 31 août 2006, 23:43
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par dimsum »

j'ose m aventurer vers une définition qui n en est pas une,je m'explique:
je peux supposer que tout les"A" sont des êtres sensibles(voir très sensible),qu ils se decouvrent "un amour"(chacun le sien) basé(les grandes lignes) résolument sur l amour psychique,l amour de l inconnu,cette partie du corps qui nous individualise tous,qui fait de nous ce que nous sommes,et dont la sources de cet inconnu est immatèriel,
durable,voir inépuisable(on dirrai que je parle écolo :lol: ).
Pour ma part je préferai être un esprit plutôt qu un corps,et toute ma vie je l ai basée sur la réflexion de qui se cache derrière ce corps,qui est-elle,que veut-(elle ou il),que puis-je faire pour lui,cet esprit qui dirige le corps,qui y vit,cet infini au creux nos coeurs.....
je reste persuadé que le "A" est le plus vrai dans son comportement(par rapport aux S,Homo et bi)il ou elle fait plaisir à son conjoint ce n est pas pour la dringuelle du soir,mais bien parce qu'il ou elle l' aime de toute son âme..... :oops:

AVE celui qui vous salue va nager. 8)
PS:je vous :bise: tout le monde
"Ange mélancolique,passez votre chemin,
Ange de l'espoire, passez vore chemin,
Ange de mon coeur,passez moi l'envie de vivre..."(de moi)
CarpeDiem
Membre
Messages : 21
Inscription : 19 août 2006, 10:50
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par CarpeDiem »

Syd a écrit :Si on reprend la liste des attirances que tu as données précédemment par ordre alphabétique : bi, hétéro, homo, il convient d'y ajouter une autre catégorie : "personne" car sinon les A n'appartiennent à aucune orientation sexuelle existante. Et ne pas être attiré sexuellement par quiconque est déjà une façon de se situer par rapport à cette attirance physique.
Mais, j'ai un petit problème... Je suis parfois attiré, réellement, fortement, par une personne du sexe opposé. Est-ce sexuel ou pas, j'en sais rien puisque, pour moi, être attiré ce n'est pas imaginer être au lit pour b.... comme des bêtes. C'est avoir une envie forte, très forte d'être avec elle, de la serrer contre moi, de partager des trucs avec elle : tiens, un super concert ou le soleil qui se lève sur le Macchu Picchu... Et, là, tu te sens vibrer... Et si ça ne déclenche rien physiquement, cette envie, je la ressens dans tout mon corps, partout...
Avatar de l’utilisateur
Michel
Aspirant
Messages : 49
Inscription : 06 août 2006, 23:26
Localisation : Paris, France
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par Michel »

CarpeDiem a écrit :Mais, j'ai un petit problème... Je suis parfois attiré, réellement, fortement, par une personne du sexe opposé. Est-ce sexuel ou pas, j'en sais rien puisque, pour moi, être attiré ce n'est pas imaginer être au lit pour b.... comme des bêtes. C'est avoir une envie forte, très forte d'être avec elle, de la serrer contre moi, de partager des trucs avec elle : tiens, un super concert ou le soleil qui se lève sur le Macchu Picchu... Et, là, tu te sens vibrer... Et si ça ne déclenche rien physiquement, cette envie, je la ressens dans tout mon corps, partout...
Je partage l'opinion de Syd et d'Eclora selon laquelle l'asexualité est une orientation, le quatrième terme à ajouter au triplet bi/hetero/homo. L'inclination sentimentale est autre chose, un asexuel peut très bien tomber amoureux (s'il n'est pas aromantique).
Mais comme tu le relèves, cela ne débouchera pas sur une réalisation sexuelle. D'ailleurs moi aussi je me représentais cet ordre des choses, avant de comprendre ma nature asexuelle : tomber amoureux puis passer à l'acte sexuel, sauf que je n'ai jamais passé la seconde étape. Mais j'ai aussi trouvé dans la littérature des cas de sexuels tombés amoureux après l'acte sexuel, mais là c'était carrément comme des histoires de martiens :roll:

En fait l'attraction sentimentale et le désir sexuel sont pour moi bien indépendants, un homo peut se tromper sur son orientation et tomber amoureux d'une personne de son sexe opposé, et cela n'enlèvera rien à l'authenticité de son affection (sauf à considérer que l'amour doive se réaliser sexuellement, mais ça pour moi c'est vraiment une idée de S).
Que tu éprouves une attirance pour une femme (identifiée sexuellement) ne signifie pas que cette attraction soit sexuelle. Songe à l'amour courtois, aux poètes ou aux chevaliers certainement S pour la plupart et qui pouvaient aussi aimer asexuellement une femme. Pareillement tes sentiments sont véritables et sincères, mais simplement ils ne sont pas accompagnés d'une pulsion sexuelle, ce qui peut les rendre problématiques car le modèle dominant est celui de la réalisation sexuelle des sentiments :(
Dernière modification par Michel le 10 sept. 2006, 02:19, modifié 1 fois.
"Je cherchais une âme qui me ressemblât" (Lautréamont) ... et puis je l'ai trouvée ...
Avatar de l’utilisateur
Calaf
Membre
Messages : 28
Inscription : 22 août 2006, 09:16
Localisation : le nez dans le Zarathoustra
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par Calaf »

dimsum a écrit :Pour ma part je préferai être un esprit plutôt qu un corps
Je pense qu'il ne faut pas séparer le corps de l'esprit, les deux forment un tout indissociable et sont strictement dépendants l'un de l'autre. Cependant je ne peux m'empêcher quelquefois de partager ce fantasme de n'être qu'un esprit, sans doute parce que je trouve mon corps trop limité, pas "à la hauteur" de ce qu'il contient, c'est à dire mes émotions.
Je crois qu'il faut absolument combattre ce rejet du corps (car il est à l'origine de graves toubles psychiques tels que l'anorexie que je connais bien). Depuis que j'ai accepté d'être A je ne connais plus ces moments de rejet. Je suis enfin moi, j'ai fait la paix avec mon corps.
L'histoire d'une vie, quelle qu'elle soit, est l'histoire d'un échec.
JP Sartre, l'Etre et le Néant
Avatar de l’utilisateur
Jullianna
Aborigène
Messages : 4147
Inscription : 27 mai 2005, 21:02
Localisation : Pays de la Loire
A aimé : 91 fois
A été aimé : 67 fois

Message par Jullianna »

Michel a écrit :
Je partage l'opinion de Syd et d'Eclora selon laquelle que l'asexualité est une orientation, le quatrième terme à ajouter au triplet bi/hetero/homo. L'inclination sentimentale est autre chose, un asexuel peut très bien tomber amoureux (s'il n'est pas aromantique).
Mais comme tu le relèves, cela ne débouchera pas sur une réalisation sexuelle.
Image

Depuis , le début , j'oppose nature et orientation ...
et là , en quelque mots , (merci Michel) , je commence à comprendre pourquoi tout le monde parle d'orientation ... C'est uniquement d'un point de vue sexuel et non sentimental !!! :idea:
Or moi , dans bi/hétéro/homo , je comprends non seulement sexuel mais genre ! Or chez moi , un seul genre peut provoquer une inclination sentimentale et amoureuse , mais sans pulsion sexuelle . alors , je parle de nature , car mon orientation est hétéro !
Mais là , expliqué ainsi , j'avoue que je discerne mieux cette fameuse 4ème orientation ... Biensûr , c'est la définition même de l'Aven , aucune pulsion sexuelle et pour n'importe quel genre ... (y compris les A aromantiques..) ; mais comment dire que je suis A et "hétéro" au sens genre ! :? si vous avez une idée ? :(
Avatar de l’utilisateur
Michel
Aspirant
Messages : 49
Inscription : 06 août 2006, 23:26
Localisation : Paris, France
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par Michel »

Jullianna a écrit :Or moi , dans bi/hétéro/homo , je comprends non seulement sexuel mais genre ! Or chez moi , un seul genre peut provoquer une inclination sentimentale et amoureuse , mais sans pulsion sexuelle . alors , je parle de nature , car mon orientation est hétéro !
Mais là , expliqué ainsi , j'avoue que je discerne mieux cette fameuse 4ème orientation ... Biensûr , c'est la définition même de l'Aven , aucune pulsion sexuelle et pour n'importe quel genre ... (y compris les A aromantiques..) ; mais comment dire que je suis A et "hétéro" au sens genre ! :? si vous avez une idée ? :(
En fait il faut tout d'abord se mettre d'accord sur les termes ; un certain usage aujourd'hui distingue :
- l'identité sexuelle : l'être physiologique (et civil : puisqu'un(e) transexuel(le) opéré(e) a maintenant le droit d'obtenir un changement d'état civil)
- le genre : l'être intérieur tel qu'il se perçoit selon les codes liés à sa culture
- et enfin l'orientation qui est caractérisée par l'identité sexuelle des partenaires
Mais cette terminologie (fixée par les *gender studies* dans les universités américaines) ne couvre pas toute la sphère sentimentale. Ici sexualité peut être pris comme synonyme de génitalité.

Pour ce qui est de l'attraction que peut éprouver un A, je préfère utiliser le terme de sentimentalité, et effectivement il existe aussi une préférence dans l'inclination sentimentale. Mais je crois que celle-ci est plus lache que dans l'orientation sexuelle (le caractère ambigu de la profonde amitié qui peut unir deux personnes du même sexe/identité est un lieu commun), et que cela prouve assez l'autonomie de l'attraction sentimentale. Tu pourrais donc dire que tu es asexuelle hétérosentimentale.

Finalement si l'asexualité est considérée comme une orientation, c'est parce que l'Aven est né aux Etats Unis et a cherché à caractériser l'asexualité par rapport aux trois concepts identité/genre/orientation, et que c'est comme alternative au troisième d'entre eux qu'elle s'appliquait le mieux.

Ce qui peut induire une confusion, c'est que la psychanalyse a élargi la notion de sexualité ("Dans l'expérience et la théorie psychanalytique, sexualité ne désigne pas seulement les activités et le plaisir qui dépendent du fonctionnement de l'appareil génital ..." ~ Laplanche et Pontalis in Vocabulaire de la Psychanalyse.) De fait, les tenants des concepts freudiens peuvent à raison affirmer qu'il y a une orientation sexuelle chez l'asexuel qui éprouve une attirance même seulement sentimentale, parce qu'il s'agit bien d'une expression de la libido ("Manifestation quantitative dans la vie psychique de la pulsion sexuelle" ~ Freud in Introduction à la Psychanalyse).
Mais pour autant on ne peut pas affirmer que l'asexualité est une nouvelle identité (c'est le corps opéré ou non qui fait foi) ou un nouveau genre (on est féminin, masculin ou transgenre).

Le tout est de savoir à quel cadre conceptuel on se réfère et de s'y tenir, sinon les mots perdent leur sens. Pour ma part si je considère plus juste de voir l'asexualité comme une orientation spécifique c'est parce qu'elle n'est pas source d'angoisse, il ne s'agit donc pas d'un inaccomplissement de la libido.

PS Je me relis et je me dis que j'aurais mieux fait d'écrire *sans pulsion génitale* pour ne pas prêter à confusion :roll:
Dernière modification par Michel le 10 sept. 2006, 02:04, modifié 1 fois.
"Je cherchais une âme qui me ressemblât" (Lautréamont) ... et puis je l'ai trouvée ...
Avatar de l’utilisateur
Jullianna
Aborigène
Messages : 4147
Inscription : 27 mai 2005, 21:02
Localisation : Pays de la Loire
A aimé : 91 fois
A été aimé : 67 fois

Message par Jullianna »

Michel a écrit :
Pour ce qui est de l'attraction que peut éprouver un A, je préfère utiliser le terme de sentimentalité, et effectivement il existe aussi une préférence dans l'inclination sentimentale. Mais je crois que celle-ci est plus lache que dans l'orientation sexuelle (le caractère ambigu de la profonde amitié qui peut unir deux personnes du même sexe/identité est un lieu commun), et que cela prouve assez l'autonomie de l'attraction sentimentale. Tu pourrais donc dire que tu es asexuelle hétérosentimentale.
Finalement , je reviens à la case départ ... puisque bien avant d'entendre parler d'asexualité ... je me "définissais " comme hétérosentimentale . Donc , je suis A hétérosentimentale , ça me plaît et me correspond bien :D
Avatar de l’utilisateur
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Inscription : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A aimé : 0
A été aimé : 4 fois
Contact :

Message par Syd »

Jullianna a écrit :Or moi , dans bi/hétéro/homo , je comprends non seulement sexuel mais genre !
Pas tout compris dans ton exposé (assez surmenée en ce moment) sur le genre, mais je comprends mieux pourquoi certains n'acceptaient pas le terme d'orientation qui semble si évident. Dans la définition du terme "attirance", il n'entre qu'une seule notion, la sexuelle qui caractérise l'objet de l'attirance, rien d'autre.
Michel a écrit :Mais cette terminologie (fixée par les *gender studies* dans les universités américaines) ne couvre pas toute la sphère sentimentale. Ici sexualité peut être pris comme synonyme de génitalité.
C'est exact, et c'est bien la raison pour laquelle l'attirance sentimentale nous aide à nous situer, un peu plus que la simple attirance sexuelle. L'inconvénient alors réside dans le fait qu'une certaine complexité est inévitable pour quiconque essaie de comprendre ce qu'est l'asexualité. Et un sexuel ne se présentera pas comme (je dis au hasard) Sexuel hétérosentimental.
Avatar de l’utilisateur
Jullianna
Aborigène
Messages : 4147
Inscription : 27 mai 2005, 21:02
Localisation : Pays de la Loire
A aimé : 91 fois
A été aimé : 67 fois

Message par Jullianna »

Syd a écrit : Pas tout compris dans ton exposé (assez surmenée en ce moment) sur le genre, mais je comprends mieux pourquoi certains n'acceptaient pas le terme d'orientation qui semble si évident. Dans la définition du terme "attirance", il n'entre qu'une seule notion, la sexuelle qui caractérise l'objet de l'attirance, rien d'autre.
Certains (comme moi ) , je suppose comprenait attirance sexuelle et sentimentale ...
et donc pour un A , l'orientation allait vers le genre ( j'ai dit cela pour éviter de parler de sexe au sens génitalité , si tu préfères ...
Syd a écrit :
Michel a écrit :Mais cette terminologie (fixée par les *gender studies* dans les universités américaines) ne couvre pas toute la sphère sentimentale. Ici sexualité peut être pris comme synonyme de génitalité.
C'est exact, et c'est bien la raison pour laquelle l'attirance sentimentale nous aide à nous situer, un peu plus que la simple attirance sexuelle. L'inconvénient alors réside dans le fait qu'une certaine complexité est inévitable pour quiconque essaie de comprendre ce qu'est l'asexualité. Et un sexuel ne se présentera pas comme (je dis au hasard) Sexuel hétérosentimental.
Non , parce que pour lui , les 2 vont de pair ... !!
En fait se présenter juste comme A ne donne pas d'indication sur nos attirances sentimentales ... c'est déjà difficile de faire comprendre qu'il peut y avoir attirance amoureuse , alors si on la gomme ... Pour certains , c'est suffisant ... pour d'autres (comme moi) , ce n'est pas la "réalité" .. :? :(
en fait quand on dit hétéro , homo ou bi , on comprend tout de suite ce que veut dire la personne , pas besoin d'en rajouter ... ; quand on dit A , il manque une précision ... Après , c'est à chacun , peut-être de définir l'importance ou pas de ce détail ...
frania
Adepte
Messages : 178
Inscription : 27 juin 2006, 17:27
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par frania »

j'ai de la peine avec l'idée que l'asexualité puisse être une 4e orientation sexuelle mais par contre je suis d'avis qu'il s'agit d'une 4e IDENTITE SEXUELLE (il y a une petite nuance, désolée si je chipote sur les mots).
une fois que vous savez que votre identité sexuelle est l'asexualité, vous pouvez vous définir plus précisément en déterminant si vous êtes attiré émotionnellement par aucun des deux sexes, ou par les femmes seulement, ou par les hommes exclusivement, ou indifféremment par les deux sexes.
vous pouvez également pondérer ces facteurs: certains nuanceront leur degré d'attirance émotionnelle (le terme aromantisme reflète une tentative de précision), chacun trouvera les mots qui lui plaît, mais les mots ne sont jamais que des outils, et j'ai l'impression qu'il nous en manque car la palette de possibilités est vaste et complexe!
Répondre