Mon cas : sexuel par habitude ?

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Avatar du membre
Psst !
Affable
Messages : 113
Enregistré le : 21 oct. 2010, 23:22
Localisation : Paris (ou presque)

Mon cas : sexuel par habitude ?

Message par Psst ! » 22 oct. 2010, 00:15

Hum, ça fait bizarre de parler de ça, surtout que je ne sais pas trop ce que j'attends : je n'ai pas envie qu'on me colle une étiquette. Peut-être juste comprendre et me dire que je ne suis pas seul.

Bon, je vais tenter d'éviter le pavé, d'être clair et synthétique. Je n'ai pas trouvé la charte, donc si ce post est trop cru, qu'un modérateur le supprime et m'en informe, je tâcherai de le réécrire autrement.

En gros, j'ai commencé ma vie (homo)sexuelle il y a six ans. J'ai multiplié les partenaires, avec d'assez longues pauses entre chaque. Enfin ça variait de 2 jours (ok ça ne compte pas comme "longue pause" :mrgreen: ) à 4 mois, avec une moyenne qui tournait autour d'un acte toutes les six semaines. Donc une cinquantaine d'actes dans ma vie (c'est marrant comme, en termes d'actes, ça me semble peu, alors qu'en termes de partenaires, ça me paraît juste énorme). J'ai également eu un petit ami il y a trois ans (pas pendant très longtemps) et un second cet été (pendant encore moins longtemps).

Bref, je crois que la plupart de mes partenaires n'ont pas regretté l'expérience (ça fait très prétentieux, mais j'ai quelques éléments qui tendent à le prouver), mais de mon côté, à de très très rares exceptions près, disons 3, j'ai toujours été cruellement déçu. Ce qui explique probablement en partie pourquoi je ne donnais pas suite aux "J'aimerais qu'on se revoie" et aussi la faible fréquence de mes relations.
Le truc, c'est que jusqu'à très récemment, je me disais que je n'avais simplement pas trouvé la bonne personne, que quand je serais amoureux ça irait beaucoup mieux et que je n'aurais plus l'impression de donner du plaisir sans jamais en recevoir une contrepartie satisfaisante. Je me croyais super difficile. Aujourd'hui je me rends compte que mon manque d'intérêt est peut-être juste... un manque d'intérêt. :roll:

A noter que les 3 fois où j'ai pris du plaisir, c'était trois fois où les performances, des deux côtés (mais surtout du mien, pour le coup), ont été très médiocres, et où on a réussi à dédramatiser le truc jusqu'à en rire. Donc ce n'était pas exactement du plaisir sexuel, j'ai juste passé "un bon moment dans les bras d'un garçon". Je viens de m'en rendre compte.

Alors voilà, ce qui me rend perplexe, c'est que votre définition de l'asexualité (celle de la FAQ :P ) ne me correspond tout de même absolument pas : je suis capable de ressentir du désir pour quelqu'un, de ressentir une attirance sexuelle et d'avoir envie de coucher/faire l'amour. Sauf que je ne prends pas vraiment de plaisir : c'est bien, mais je m'éclaterais autant si on jouait au Scrabble (enfin peut-être pas quand même).

Le problème (car il en faut un), c'est que cette situation influe, je pense, sur ma vie sentimentale : comme je m'ennuie (pour rester poli) pendant l'acte, je n'ai pas envie de revoir l'autre ou, si je suis dans l'optique d'une relation stable, je me débrouille pour espacer suffisamment les rapports avant, finalement, de rompre quand ça commence vraiment à me souler. Rompre par fierté, pour éviter d'admettre cette "faiblesse" et d'avoir à en parler, je pense. Le plus drôle c'est que j'ai une réputation assez sulfureuse, notamment sur le forum d'où je viens (et dans la tête de mes parents :lol: )...

Hum, ce post est tout sauf clair. Si vous avez des questions pour que je précise un peu les choses, n'hésitez pas.
Comme dit en intro, je ne sais pas ce que j'attends comme réponse. Je pense que je vais juste traîner un moment ici pour voir comment on s'en sort pour déclarer à quelqu'un qui nous intéresse "Écoute, tu me plais beaucoup, mais dans un lit, moi je préfère dormir que faire des galipettes".

Zimou
Administrateur
Messages : 4996
Enregistré le : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 437 fois
A été aimé : 454 fois
Contact :

Re: Mon cas : sexuel par habitude ?

Message par Zimou » 22 oct. 2010, 12:17

Psst ! a écrit :Bref, je crois que la plupart de mes partenaires n'ont pas regretté l'expérience (ça fait très prétentieux, mais j'ai quelques éléments qui tendent à le prouver), mais de mon côté, à de très très rares exceptions près, disons 3, j'ai toujours été cruellement déçu.[...]
Le truc, c'est que jusqu'à très récemment, je me disais que je n'avais simplement pas trouvé la bonne personne, que quand je serais amoureux ça irait beaucoup mieux et que je n'aurais plus l'impression de donner du plaisir sans jamais en recevoir une contrepartie satisfaisante. Je me croyais super difficile. Aujourd'hui je me rends compte que mon manque d'intérêt est peut-être juste... un manque d'intérêt. :roll:
jusque la, je te suis, je suis un peu pareil.
Psst ! a écrit :je suis capable de ressentir du désir pour quelqu'un, de ressentir une attirance sexuelle et d'avoir envie de coucher/faire l'amour. Sauf que je ne prends pas vraiment de plaisir : c'est bien, mais je m'éclaterais autant si on jouait au Scrabble (enfin peut-être pas quand même).
c'est là que je te suis plus. si tu ne peux prend pas de plaisir, comment peut tu le désirer? c'est comme si tu n'aimais pas le chocolat et que tu désirais en manger quand même. peut être que ce que tu désire c'est pas de passer a l'acte, mais plutôt de donner du plaisir a ton partenaire?
Psst ! a écrit :comment on s'en sort pour déclarer à quelqu'un qui nous intéresse "Écoute, tu me plais beaucoup, mais dans un lit, moi je préfère dormir que faire des galipettes".
Je pense que c'est quelque chose que les A doivent avoir à dire aux S!
Bon courage!
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Avatar du membre
Psst !
Affable
Messages : 113
Enregistré le : 21 oct. 2010, 23:22
Localisation : Paris (ou presque)

Re: Mon cas : sexuel par habitude ?

Message par Psst ! » 22 oct. 2010, 12:59

zimou a écrit :c'est là que je te suis plus. si tu ne peux prend pas de plaisir, comment peut tu le désirer? c'est comme si tu n'aimais pas le chocolat et que tu désirais en manger quand même. peut être que ce que tu désire c'est pas de passer a l'acte, mais plutôt de donner du plaisir a ton partenaire?
Le désir est là, comme si j'oubliais à chaque fois que je vais être déçu (ou comme si j'espérais encore que cette fois, ce sera génial). J'ai toujours envie a priori, mais dès qu'on dépasse les préliminaires je sens que je décroche, et depuis quelques mois, mes performances s'en ressentent. C'est hyper frustrant pour mon égo. :x C'est puéril, mais c'est assez dur d'accepter la rétrogradation au rang de "coup banal" quand on a été classé "bon coup" pendant quelques années. :roll:

Bon, et comme tu dis, j'ai toujours été plutôt dans l'optique de donner du plaisir à l'autre, puisque mon propre plaisir est assez inaccessible. Ça me conforte dans mon malaise actuel, en fait : non seulement je ne prends pas mon pied, mais en plus je ne suis plus au top pour l'autre. Ça me désespère. Pour le moment je vois (vaguement) un garçon qui a l'air de se satisfaire de ce que je peux lui donner, mais ça m'oppresse quand même. Et du coup je suis à nouveau dans le schéma décrit dans mon premier message : espacer nos contacts, fuir plutôt que d'expliquer la situation.
Peut-être que c'est simplement une question de ravaler sa fierté : je n'ai jamais toléré la moindre faiblesse* chez moi, et sentir que je faiblis sur un point de ma vie que je contrôlais plutôt bien m'insupporte. Imaginer d'en parler en tête à tête avec quelqu'un qui compte ou pourrait compter, c'est juste impossible. Ce ne serait pas la première fois que ma fierté me fait ce coup-là. C'est une tortionnaire relativement efficace et ça fait bientôt 24 ans qu'elle sévit sur des thèmes en tous genres.

En fait j'ai l'impression d'être devant un précipice : si je saute le pas (admettre que le sexe n'a pas trop d'importance pour moi), ça changera ma vie et me fermera des tas de portes, au niveau de ma vie sentimentale future (parce que bon, trouver un gars intéressant c'est déjà difficile, intéressant ET gay encore plus, mais intéressant ET gay ET peu intéressé par le sexe, ça relève de la mission impossible :mrgreen: ). Je freine donc des quatre fers devant ce qui est peut-être une évidence.



* Désolé d'utiliser le mot "faiblesse", le but n'est pas de vous blesser, mais actuellement c'est comme ça que je le ressens.

Avatar du membre
Lotsë
Acolyte
Messages : 390
Enregistré le : 01 août 2009, 15:12
Localisation : Bordeaux
A été aimé : 1 fois

Re: Mon cas : sexuel par habitude ?

Message par Lotsë » 22 oct. 2010, 13:28

.
Modifié en dernier par Lotsë le 21 juin 2012, 11:39, modifié 1 fois.

Avatar du membre
behappy
Affranchi
Messages : 466
Enregistré le : 13 oct. 2010, 00:01
Localisation : region parisienne (92)

Re: Mon cas : sexuel par habitude ?

Message par behappy » 22 oct. 2010, 13:53

Lotsë a écrit : Quant à Psst, tu dis clairement que tu éprouves du désir; et pourtant tu peux aussi ressentir du désintérêt pour le sexe, ce qui est un point commun avec les A! Donc c'est un peu difficile de te situer ^^
A t'on vraiment besoin de 'le' situer ? S'il n'arrive pas à le faire lui même, difficile alors pour les autres de la faire ! (oups :oops: , j'arrete ma philo de bac a sable, avant de m'embrouillé moi LE neurone :lol: )
DON'T WORRY, BE HAPPY !

Avatar du membre
Psst !
Affable
Messages : 113
Enregistré le : 21 oct. 2010, 23:22
Localisation : Paris (ou presque)

Re: Mon cas : sexuel par habitude ?

Message par Psst ! » 22 oct. 2010, 14:32

behappy a écrit : A t'on vraiment besoin de 'le' situer ?
Merci, c'est ce que je voulais dire dans la première phrase du sujet. Pas d'étiquette. Étant sur un forum gay et lesbien par ailleurs, je sais déjà que certain(e)s ne rentrent jamais dans les cases qu'on voudrait leur imposer (ou même proposer). Je ne pensais pas me retrouver un jour dans cette situation, mais bon... :P

Pour clarifier un peu ma position, le désir (équivalent à l'attirance sexuelle, pour moi), est une anticipation du plaisir, en relation avec la sexytude du partenaire. Donc si je passe une soirée avec un gars qui est juste "Wahou", ben le désir est présent. "Avant". Parce que je me dis "Avec lui ça ne peut être que bien, non ?", je crois. Ce n'est que "pendant" que les choses se gâtent et deviennent sans intérêt.
De la même façon, ça m'arrive d'être en manque alors même que je sais qu'une partie de jambes en l'air ne m'apporte rien.

Alors peut-être que c'est tout simple, et qu'en fait j'identifie mal mon désir. Peut-être que je veux juste de la tendresse et de la complicité (cf mes quelques fois réussies) mais que, n'osant pas la réclamer, je me conforme à "ce qu'on attend de moi", par politesse, timidité ou fierté, et que j'ai intériorisé la chose jusqu'à la rendre inconsciente.
Hum, ça paraît un peu tiré par les cheveux, mais pourquoi pas. :roll:

Ma vie n'était pas assez compliquée comme ça. :mrgreen:

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Re: Mon cas : sexuel par habitude ?

Message par melancolie » 22 oct. 2010, 19:49

Psst ! a écrit : Pour clarifier un peu ma position, le désir (équivalent à l'attirance sexuelle, pour moi), est une anticipation du plaisir, en relation avec la sexytude du partenaire. Donc si je passe une soirée avec un gars qui est juste "Wahou", ben le désir est présent. "Avant". Parce que je me dis "Avec lui ça ne peut être que bien, non ?", je crois. Ce n'est que "pendant" que les choses se gâtent et deviennent sans intérêt.
De la même façon, ça m'arrive d'être en manque alors même que je sais qu'une partie de jambes en l'air ne m'apporte rien.
Bonjour,

Sans vouloir te faire peur, j'étais exactement comme ça avant de réaliser que j'etais asexuelle.
J'ai toujours ressenti du plaisir pendant l'acte mais cette impression qu'au final bof la relation sexuelle n'en valait pas le coup après coup.
Comme toi pendant mes periodes de célibat (la plus longue pour moi n'a pas été d'un mois mais de plus d'un an), je ne ressentais pas de manque.
Puis ca a été en couple que je n'ai plus ressenti de ce désir de passer à l'acte et de cet espoir que ca allait être un bon moment.
Donc j'ai papillonné pendant 6 ans, d'aventures en relations amoureuses en esperant trouver la "bonne personne" avec qui ce serait super ; après quelques "essais" le désir n'était plus là et j'ai compris que c'etait moi qui devait m'interroger sur l'interèt que je portais à la chose et que mes partenaires et amours ne pouvaient rien pour moi.

Je ne sais pas si mon témoignage peut t'aider à y voir plus clair dans ta situation mais je crois qu'il faut que tu t'interroges sur pourquoi tu continues et persistes à avoir des relations qui ne sont pas satisfaisantes.

Une periode d'abstinence (je parle d'abstinence car tu as du désir) peut être salutaire pour faire le point et que le veritable désir et interet (ou pas) se pointe.

Bon chemin à toi
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
Psst !
Affable
Messages : 113
Enregistré le : 21 oct. 2010, 23:22
Localisation : Paris (ou presque)

Re: Mon cas : sexuel par habitude ?

Message par Psst ! » 22 oct. 2010, 21:03

melancolie a écrit :Sans vouloir te faire peur
Héhé, je n'ai pas spécialement peur, mieux me connaître me permettra simplement de mieux interagir avec les autres, même si ça implique des changements radicaux.
je crois qu'il faut que tu t'interroges sur pourquoi tu continues et persistes à avoir des relations qui ne sont pas satisfaisantes.
Merci pour le conseil. La période d'abstinence pour clarifier les choses me semble assez intéressante aussi. On verra ce que ça donne et ce qui viendra la briser ("vrai" désir ? envie de tendresse ? rien ?).

Avatar du membre
tortue597
Acolyte
Messages : 366
Enregistré le : 18 juil. 2010, 10:56
Localisation : 59
A aimé : 1 fois
A été aimé : 1 fois

Re: Mon cas : sexuel par habitude ?

Message par tortue597 » 22 oct. 2010, 21:11

Bonsoir Psst !
Juste un petit post pour dire que je me reconnais dans ton témoignage, même si je ressens du désir, je suis tiraillée par cette appréhension d'être déçue qui me tombe toujours dessus. Je n'ai malheureusement pas de conseil à te donner puisque je suis encore dans le doute, mais je suivrai avec attention tes témoignages ;)
Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort, qu'ils ont forcement raison.
Et si toutefois, vous rencontrez quelqu'un qui ne sait plus sourire, soyez généreux, donnez-lui le vôtre.

Avatar du membre
Psst !
Affable
Messages : 113
Enregistré le : 21 oct. 2010, 23:22
Localisation : Paris (ou presque)

Re: Mon cas : sexuel par habitude ?

Message par Psst ! » 23 oct. 2010, 20:18

tortue597 a écrit :Bonsoir Psst !
Juste un petit post pour dire que je me reconnais dans ton témoignage, même si je ressens du désir, je suis tiraillée par cette appréhension d'être déçue qui me tombe toujours dessus. Je n'ai malheureusement pas de conseil à te donner puisque je suis encore dans le doute, mais je suivrai avec attention tes témoignages ;)
Ça fait plaisir de constater que je ne suis pas le seul dans mon cas, même si c'est pas cool que tu te retrouves dans la même galère. :P

M'enfin, heureusement que la vie ne se résume pas à ces questions-là et qu'il y a des choses qui permettent de se changer les idées et de s'éclater ailleurs. :)

Avatar du membre
Psst !
Affable
Messages : 113
Enregistré le : 21 oct. 2010, 23:22
Localisation : Paris (ou presque)

Re: Mon cas : sexuel par habitude ?

Message par Psst ! » 28 oct. 2010, 10:14

Marrant, ça fait un peu plus d'une semaine que je réfléchis à ma possible asexualité (ou en tout cas à mon hyposexualité avérée) et j'ai l'impression que le refoulement de cet état, jusqu'à présent, explique énormément de choses, notamment dans mes difficultés à me mettre en couple (sans parler d'y rester). J'ai toujours essayé de rejeter la faute sur moi au moment de mes ruptures ou de mes décisions de ne pas revoir quelqu'un, sans chercher à creuser ce qui causait l'échec. C'est pourtant évident : toutes mes relations avaient une dimension sexuelle (et parfois uniquement ça) qui s'avérait décevante.

C'est fou le temps qu'on peut perdre quand on n'a pas les outils pour se comprendre. :roll: C'est fou de persister à se cogner contre un mur en espérant avancer, quand on ne voit pas qu'il y a une porte juste à côté.
Le pire dans tout ça c'est que je connais la notion d'asexualité depuis des années, mais que je n'y avais tout simplement jamais réfléchi. Formaté par une société sexualisante, je n'arrivais pas vraiment à comprendre le "concept" et du coup je n'avais jamais fait l'effort d'aller voir plus loin que mes préjugés.
Il a fallu un déclic (un énième plan, foireux sur le plan sexuel mais réussi sur le plan complicité/tendresse) ET un rappel que l'asexualité existe (merci Dexter) pour que je fasse le rapprochement. C'est quand même affligeant d'être aussi con. :lol:

Bref, ça va beaucoup mieux et je me pose beaucoup moins de questions. On verra ce que ça donnera quand je serai confronté à un garçon qui me plaît. :roll:

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Re: Mon cas : sexuel par habitude ?

Message par melancolie » 31 oct. 2010, 04:25

Bonjour Psst,

je suis heureuse que tes reflexions te pemettent de te sentir mieux.
C'est vrai que c'est dans une future relation que tu pourras vraiment realiser de ce que tu es.

je voulais te proposer de venir au groupe de parole que j'organise sur Paris (sans aucun engagement) samedi 6 novembre à 16h (voir mon post dans la section "rendez vous") car le sujet est "la decouverte de son asexualité".

Te confronter à d'autres temoignages et echanger sur le sujet pourra peut etre t'aider.

A bientôt peut être
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Khyme
Aspirant
Messages : 39
Enregistré le : 29 déc. 2008, 21:35

Re: Mon cas : sexuel par habitude ?

Message par Khyme » 26 févr. 2011, 18:46

Un petit up car j'ai la même façon d'aborder le désir que toi, je suis attirée par un mec (et c'est toujours plaisant de séduire) et puis une fois qu'un coït se dessine en fait plus du tout, et pas par stress des performances. Je ne sens rien, et quand c'est fini j'ai une espèce de dégoût ("mais pourquoi je l'ai fait alors que je sais que ça ne me plaît pas?"). En plus si l'autre s'intéresse à mon plaisir, il s'attarde, je me fais chier, et c'est pire que tout.

Prendre du temps sans sexe pour réfléchir est une bonne chose, ça m'a permis de voir ce qui me manquait et pourquoi j'avais "replongé" si on peut dire.

J'ai apprécié ton témoignage d'où mon petit message qui ne veut pas dire grand chose :)

bwaibwai
Néophyte
Messages : 2
Enregistré le : 16 oct. 2011, 04:43
Localisation : bordeaux

Re: Mon cas : sexuel par habitude ?

Message par bwaibwai » 26 oct. 2011, 19:53

bonjour a tous,

je viens juste de m'inscrire et je pense être dans le même cas que psssst, je ne sais pas trop ou j'en suis ni comment avancer. J'ai l'impression d'avoir toujours fait l'acte sexuel par habitude ou pour faire plaisir mais moi, je n'en vois pas forcement l'utilité, je préfèrerai être dans une relation platonique ou il y a de l'amour et des câlins mais pas forcement de sexe et entre guillemets, je sis gay de plus ce qui n'aide pas non plus car pour beaucoup (gay = sexe). Voilà ma problématique. A bientôt

Voya
Aguerri
Messages : 564
Enregistré le : 10 oct. 2011, 20:21
A aimé : 2 fois
A été aimé : 4 fois

Re: Mon cas : sexuel par habitude ?

Message par Voya » 27 oct. 2011, 00:47

bwaibwai a écrit :J'ai l'impression d'avoir toujours fait l'acte sexuel par habitude ou pour faire plaisir mais moi, je n'en vois pas forcement l'utilité, je préfèrerai être dans une relation platonique ou il y a de l'amour et des câlins mais pas forcement de sexe
Bienvenue,
Je suis un peu aussi comme ça, l'acte sexuel ne me dérange pas, mais je peux tout à fait m'en passer. Si je suis honnête avec moi même, un rapport affectif proche sans sexe me convient très bien. Quand on réfléchi d'un point de vue A (ou hyposexuel), les choses deviennent soudainement plus claires, on comprend mieux certain de nos comportements passés.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 8 invités