Que de souffrances ???

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Avatar du membre
Patrysse
Membre junior
Messages : 6
Enregistré le : 28 oct. 2005, 19:15
Localisation : Nantes

Que de souffrances ???

Message par Patrysse » 14 nov. 2005, 15:58

Hello à toutes et tous,

J'ai pris plus le temps de vous lire que je ne l'avais fait lors de mon premier surf et dépôt de message sur ce site.
Est-ce une erreur de jugement de ma part ou y a-t-il une bonne dose de souffrance chez la plupart d'entre nous qui correspondons ainsi ?
Il y a incontestablement l'asexualité choisie. Mais plus souvent, me paraît-elle subie. Avec plus ou moins d'effets secondaires tendant vers le négatif.
Je ne jette pas la pierre, car je suis le premier à adopter une attitude de curé, en ayant conscience que certaines choses heureuses ne peuvent se concevoir qu'à deux (je ne parle pas que de l'acte sexuel).
Mais la vie en va ainsi : de 30 à 40 ans, je déplorais ma vie de couple on ne peut plus banale et insipide. Je souhaitais vivre des grands moments de bonheur, comme j'ai toujours cru qu'il devait s'en vivre à deux. Et aujourd'hui, séparé et seul, je regarde passer les années en ne goûtant plus aux joies partagées.
Alors, même si j'assume ma solitude sentimentale, en suis-je heureux pour autant ??? Je ne le crois pas...
C'est le dilemme du jour.
Bonne journée.

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Que de souffrances ???

Message par Syd » 14 nov. 2005, 18:32

Patrysse a écrit :Il y a incontestablement l'asexualité choisie. Mais plus souvent, me paraît-elle subie. Avec plus ou moins d'effets secondaires tendant vers le négatif.
Il faudrait que tu précises ce que tu entends par asexualité "subie". C'est par rapport au sexe lui-même ou par rapport à la vie lorsqu'on appartient une minorité ?
Il est tout à fait vrai que vivre in the closet, c'est-à-dire en cachant ce que l'on est par peur du jugement et du rejet dans la société et parfois aussi dans sa famille, cela peut apporter de la souffrance.
Si c'est par rapport au sexe lui-même, en revanche, c'est très facile à vivre.

Avatar du membre
Eclora
Affranchi
Messages : 485
Enregistré le : 13 nov. 2005, 15:25

Message par Eclora » 14 nov. 2005, 22:20

Pour ma part, j'aurai tendance à penser un peu comme Syd, que la part de souffrance qui existe dans l'asexualité vient du fait de ne pas être compris, surtout quand cette incompréhension vient d'un de nos proches.
Par contre, ne pas avoir de relations sexuelles n'est pas une souffrance puisqu'elle est un choix, donc on ne peut pas dire que se soit une asexualité subie (sauf si on est curé).
Là où il peut également y avoir souffrance c'est lorsque l'on tombe amoureux(ses) d'un(e) sexuel(le). Car lui ne peut pas concevoir une relation amoureuse sans sexe, et donc ça rend la situation difficile à vivre.
J'espère que ça répond à ta question.
Image

Avatar du membre
Patrysse
Membre junior
Messages : 6
Enregistré le : 28 oct. 2005, 19:15
Localisation : Nantes

Je prends le train en marche...

Message par Patrysse » 15 nov. 2005, 11:34

Il est possible que je prenne le train en marche...
Je n'ai bien évidemment pas lu toutes les interventions des unes/uns et des autres.
Mais il me semble que certain(e)s A le soient par "défaut" : manque d'ami(e)s, de confiance, timidité, peur... et les mille autres raisons qui font parfois jouer à l'autruche.
C'est ce que j'ai appelé "asexualité subie".
Ne vous méprenez pas : je ne cherche qu'à comprendre, probablement pour me comprendre. Je suis tolérant et chacun doit avoir la possibilité de mener sa vie comme il l'entend.
Moi qui rejette toutes relations intimes parce que je veux les réserver à Ma Princesse, j'ai beaucoup de mal à me situer, à vivre sans ce que j'appelle "les petits bonheurs" : plonger mon regard dans celui de la personne aimée, respirer son parfum, marcher à ses côtés...
Si j'ai choisi de me passer de sexualité, j'ai aussi l'impression de subir ce choix... Voilà qui est cornélien !

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Je prends le train en marche...

Message par Syd » 15 nov. 2005, 12:16

Patrysse a écrit :Mais il me semble que certain(e)s A le soient par "défaut" : manque d'ami(e)s, de confiance, timidité, peur... et les mille autres raisons qui font parfois jouer à l'autruche.
C'est ce que j'ai appelé "asexualité subie".
Ce que tu désignes, ce serait plutôt de l'abstinence subie, l'asexualité se définissant plutôt par l'absence de désir physique.
Je ne peux que t'inciter à lire les faqs (foires aux questions) ;-)
http://asexuality.org/fr/Exemplaire/Informations.html

Je ne pose pas le problème en termes de choix, car je n'ai pas eu à choisir (ou alors j'ai choisi de ne pas aller contre ma nature car elle ne me faisait pas souffrir). Mais il est vrai que les conséquences n'en sont pas moins là, et éprouver des sentiments pour un sexuel peut être source de souffrance, comme l'a rappelé Eclora.

Avatar du membre
Eclora
Affranchi
Messages : 485
Enregistré le : 13 nov. 2005, 15:25

Message par Eclora » 15 nov. 2005, 18:35

Patrysse a écrit :Moi qui rejette toutes relations intimes parce que je veux les réserver à Ma Princesse, j'ai beaucoup de mal à me situer, à vivre sans ce que j'appelle "les petits bonheurs" : plonger mon regard dans celui de la personne aimée, respirer son parfum, marcher à ses côtés...
Sans vouloir t'offenser tu es un peu compliquer, car j'ai l'impression que tu t'imposes une absence de sexualité pour des raisons morales (à savoir tu te "réserves" pour ta princesse, c'est très beau) mais si tu le vis mal (ce qui a l'air d'être le cas) ce n'est pas bon pour ton moral (logique), peut-être devrais-tu compensais cette "abstinance" par une autre activité que tu aimes faire (ex : faire du sport, jouer au bowling, peindre ton autoportrait de 36 façons différentes :lol: , bon je penses que tu vois ou je veux en venir)
Par contre je ne comprends pas en quoi l'absence de sexualité t'empêche de vivre "tes petits bonheurs", sauf si vraiment tu ne sors avec personne, mais pour savoir si une personne peut devenir la bonne pour toi eh bien il faut d'abord la fréquenter et ça passe justement par les petits bonheurs que tu évoques.
Bon allez je te fais un petit bisou :bise: pour te consoler.
Image

Avatar du membre
Patrysse
Membre junior
Messages : 6
Enregistré le : 28 oct. 2005, 19:15
Localisation : Nantes

Message par Patrysse » 16 nov. 2005, 15:47

Oui, tu as doublement raison Éclora : je suis compliqué et mon comportement ressemble plus à de l'abstinence qu'à autre chose.
Pourtant.

Ma Princesse, comme je l'appelle, je la connais déjà. Nous avons été fugacement et "adultèrement" ensemble.

J'ai des fois l'impression de pratiquer l'auto flagellation, mais j'aime tellement tout chez cette femme que je ne veux en approcher aucune autre. Et sans désir ou attirance, pas question de "petits bonheurs".
Du coup - encore raison Éclora - ces petits bonheurs, je les cherche ailleurs, auprès de mes enfants, de mes propres ou dans mes loisirs... mais ça n'a pas la même saveur, bien sûr...

Alors oui, je cherche à "devenir" asexuel, à défaut de l'être réellement. Et j'espère y arriver, pour moins souffrir, curieusement... Ma conception de l'existence ne m'autorise pas à vivre comme un jouisseur.

Rien que de dialoguer ici, de vous lire, ça fait beaucoup de bien. Merci.

Avatar du membre
Eclora
Affranchi
Messages : 485
Enregistré le : 13 nov. 2005, 15:25

Message par Eclora » 17 nov. 2005, 12:07

Patrysse, j'ai honte j'ai oublié de lire ta présentation de bienvenue :oops:

Je viens de réparer cette erreur :lol:
Du coup, je comprends mieux ta situation (logique). Ton histoire est bien triste, et je ne connais pas de traitement de désintoxication contre le coup de foudre (snif), que puis-je dire si ce n'est : pourquoi ta princesse ne peut pas quitter son mari (flut de zut) ? Et est-ce qu'elle est au courant de ton mal-être ? c'est trop dommage comme situation, surtout que si elle t'aimes vraiment elle aussi doit souffrir de la situation, non ?

Soyons positifs, au moins tu ne bois plus et tu ne fumes plus, c'est déjà un bon point pour toi.
Je suis triste :cry: de ne pas pouvoir t'aider davantage.

P.S. : l'être humain est capable de s'habituer à tout (même au pire).
Courage.
Image

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités