Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Avatar du membre
Truk
Acolyte
Messages : 372
Enregistré le : 26 oct. 2009, 23:26
Localisation : Lyon

Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Message par Truk » 06 janv. 2010, 15:56

Une petite idée qui me trotte dans la tête depuis un petit temps.
Dans les films ou roman/BD sentimentaux ou dramatiques, les personnages ont des relations sexuelles.
Mais dans les univers de fiction SF heros etc. On ne vois jamais ce genre de chose.
Je veux dire que même si dans les classiques la sexualité est présente (Ulysse, etc).
On ne vois pas Batman au lit ou au toilettes. À croire que Frodon ne fait pas caca.
Peter Parker cours après Mary Jane, mais rien d'explicite là dedans.
Ou quand un film traîte d'un sujet lourd (folie, emancipation, politique, guerre) on remarque que les sentiments sont là mais que les sexe ou les contraintes matérielles (hygiene, nourriture, sexe) passent souvent à la trappe.

Peut on en conclure que dans l'univers narratif, si ce n'est pas directement lié a l'intrigue, cela "pollue" le récit ?
Ce serais pourtant rigolo non, un John McLain avec une bête apendicite ou un problème d'éjaculation précoce, histoire de pimenter un peu et "humaniser" nos personnages si parfaits.
"De leurs ennemis les sages apprennent bien des choses."

Aristophane

Avatar du membre
Maëlle
Associé
Messages : 721
Enregistré le : 22 févr. 2009, 22:56
Localisation : Région Parisienne
A été aimé : 1 fois

Re: Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Message par Maëlle » 06 janv. 2010, 19:08

c'est clair que la SF n'est pas porté la dessus , à tel point qu'en fait je n'y avais jamais réfléchi ! :D

Il y a une partie de la SF et des comics qui se veut tout de même tout public.. et puis à la base tout venait pas mal des américains qui sont prudes. Il y a peut-etre des raisons là dedans.

Après sur des livres plus récents on va trouver les relations sexuelles mais elles sont très courtes. limite on peut juste lire "et là ils font l'amour" sans plus de détails :D D'ailleurs quand un roman place le sexe comme sujet important la pub semble porter la dessus justement parce que c'est rare ( exemple le cycle de la chair de je sais plus qui *fleme de chercher* )

je pense aussi qu'entre le scenar, les personnages sortant souvent de l'ordinaire et un monde à inventer, les auteurs de SF ont bien assez d'éléments pour remplir le bouquin sans aller chercher du commun pas intéressant :twisted:
"Pas de jolie vie, de joli chemin si l'on craint la pluie"

Avatar du membre
Apathy-is-a-cold-body
Adepte
Messages : 190
Enregistré le : 24 nov. 2009, 19:53

Re: Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Message par Apathy-is-a-cold-body » 07 janv. 2010, 14:54

Chez Barjavel, il y a du sexe.

Même une description que j'ai trouvé "belle" parce que poétique dans "Le voyageur imprudent."

Dans mes histoires, il y en a mais toujours lié à la contrainte, la domination, l'humiliation. Des sentiments amoureux, il y en a encore plus, mais autour du manque affectif et de la rupture principalement.

Bref, inconsciemment, je ne montre que le côté négatif.

Je crois que j'écris pas de la SF pour rien.

reverine
Assidu
Messages : 832
Enregistré le : 03 janv. 2009, 01:26
Localisation : Liège et Namur (Belgique)
A été aimé : 1 fois
Contact :

Re: Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Message par reverine » 07 janv. 2010, 19:09

Je rejoins l'idée suggérée ci-dessus, je pense que c'est parce que les grands pays littéraires du domaine sont très prudes, ou très attachés à ce que les héros fantastiques soient "parfaits" et transmettent les "valeur nationales".

Parce que si on prend l'exemple des mangas par contre, sciences fictions ou non, 'y a de tout en hentaï, comme en ecchi.

Ceci dit, là où on ne met pas beaucoup de sexualité dans le domaine littéraire, on en est complètement "libéré" dans la culture du créateur (USA, France, Angleterre...), alors que l'exemple que j'ai cité avec les mangas, on sait que les japonais tiennent beaucoup aux principes d'intimité et de secrets sur la vie privée.

Cela pourrait-il être lié ? Ca ne m'étonnerait pas. :)

Personnellement, je m'adapte dans mes histoires (aussi SF) au caractère du personnage qui se dessine petit à petit, et au ton de l'histoire. Dans les Amphibes, je suis prude, car leur société l'est. Dans "Le Manoir du Luvieu", je décris tout à fait une scène sexuelle car les personnages n'ont pas de tabous et oublient leur pudeur( ou du moins ils la mettent sous une autre forme).
Se forcer à avoir envie de ce qu'on ne veut pas est une contrainte... Pq donc nous forcer à associer un si vilain mot avec l'acte d'amour ?
"C'est sa catastrophe , le Belge ne va au désir que par le chemin du besoin" Denys-Louis Colaux

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Message par Syd » 10 janv. 2010, 09:16

Truk a écrit :Une petite idée qui me trotte dans la tête depuis un petit temps.
Dans les films ou roman/BD sentimentaux ou dramatiques, les personnages ont des relations sexuelles.
Mais dans les univers de fiction SF heros etc. On ne vois jamais ce genre de chose.
Je veux dire que même si dans les classiques la sexualité est présente (Ulysse, etc).
On ne vois pas Batman au lit ou au toilettes. À croire que Frodon ne fait pas caca.
Très intéressant cette présentation sur le même plan de la sexualité et des activités scatologiques... :lol:

Que les contraintes du style hygiène passent à la trappe, c'est obligatoire si on ne veut pas se retrouver avec des films de 5 heures ou des films vides (tu ne regardes pas souvent des films français, n'est-ce pas ? :twisted: :P ).
Je me rappelle cependant de la série télé "Loïs et Clark" où on voit les deux personnages confrontés à des problèmes de couple assez banals. Dans les comics, il y a bien sûr le Dark Knight de Frank Miller, qui montre un Batman faisant face à l'âge (il me semble qu'on retrouve aussi un Superman tout aussi décati).

Concernant la sexualité, il faudrait savoir de quoi tu parles : une romance où on voit les personnages se faire la cour et s'embrasser, même si l'histoire n'est pas centrée sur cet aspect ? ou carrément des scènes où ils sont en train de faire l'amour ?

Avatar du membre
DannyBoy
Associé
Messages : 632
Enregistré le : 10 août 2009, 23:16
Localisation : Paris

Re: Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Message par DannyBoy » 10 janv. 2010, 17:38

C'est probablement aussi que la science-fiction, genre masculin par excellence, se centre plus sur l'action et l'abstraction que sur le ressenti et l'émotion. Par conséquent, même quand il y a des scènes de sexe dans la SF, elles ont tendance à se retrouver "entre les chapitres". Ce n'est tout simplement pas le sujet.

Même dans les pratiques sexuelles Bene Gesserit de Dune (Frank Herbert), le sexe et ses pratiques sont plus décrits comme une technologie (de domination, d'ailleurs) que comme une relation humaine.

Cela tend à confirmer mon intuition que la multiplication des représentations sexuelles dans la culture est le signe d'une société qui se féminise.
"Plenty of people are onto the emptiness, but it takes real guts to see the hopelessness..."
- John Givings, Revolutionary Road

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Message par Syd » 10 janv. 2010, 17:53

Tu dirais donc qu'une culture dominée par une certaine pruderie est le signe d'une société aux valeurs masculines ?

Avatar du membre
DannyBoy
Associé
Messages : 632
Enregistré le : 10 août 2009, 23:16
Localisation : Paris

Re: Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Message par DannyBoy » 10 janv. 2010, 18:55

Syd a écrit :Tu dirais donc qu'une culture dominée par une certaine pruderie est le signe d'une société aux valeurs masculines ?
L'Histoire se charge de répondre. L'Angleterre victorienne, l'Amérique des années 50, les sociétés musulmanes sont toutes des patriarcats très forts, où la sexualité féminine est réprimée, et où le statut social des femmes est dépendant de leur chasteté. Seule une société où les mœurs féminines sont libres peut encourager la luxure.

Ces sociétés ultra-patriarcales utilisent la pression sociale et la culpabilisation comme moyen de répression de la sexualité féminine, et la dynamique sexuelle "naturelle" (l'homme propose, la femme dispose) se charge de rediriger la sexualité masculine vers le mariage, comme principal moyen d'assouvissement de leurs besoins. Bienvenue dans la pruderie.
"Plenty of people are onto the emptiness, but it takes real guts to see the hopelessness..."
- John Givings, Revolutionary Road

Avatar du membre
~flor_vermelha~
Associé
Messages : 643
Enregistré le : 16 oct. 2008, 17:12
Localisation : Allemagne
Pronom : Elle
A aimé : 35 fois
A été aimé : 52 fois

Re: Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Message par ~flor_vermelha~ » 10 janv. 2010, 19:38

Pour le genre SF, j´ai fait l´observation suivante: Moins sexe il y a dans l´original, plus il y en a dans la Fan-Fiction. Il y a par ex. un si grand nombre d´histoires qui parlent d´une passion lesbienne que Kathryn Janeway éprouverait pour Seven of Nine...
P.S.@Maelle: C´est drôle... on a le même chien...

Avatar du membre
Truk
Acolyte
Messages : 372
Enregistré le : 26 oct. 2009, 23:26
Localisation : Lyon

Re: Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Message par Truk » 14 janv. 2010, 00:04

37.2 Le Matin ... Bon film.

J'ai peut-être trop ancré mon post sur les univers de SF ou Comics... c'était dans un sens plus large que je voulais partir...
Se baser sur "Pourquoi le quotidien interfère avec le récit plutôt que de le nourrir ?"

Comment dire.
Qu'on soit agent de la CIA ou livreur de pizzas nos relations sociales sont pour beaucoup basées sur le "qui couche avec qui" et le "tu a mangé quoi hier".

Personnellement si la soirée n'est pas propice, je ne parle pas forcément de philo ou de métaphysique.


Société qui se féminise... J'aurais tendance à m'inscrire en faux. À vrai dire, dans beaucoup de patriarcat on observe une interaction codifiée et sexuée. (Japon /Moyen-Orient) À l'homme le travail et la représentation extérieur du foyer, à la femme la gestion de l'éducation, du porte-monnaie et de l'oreiller.
Aujourd'hui, dans une ère post-luttes féministes, on assiste plutôt à une redéfinition des genres, l'homme se sent acculé par la place prise par la femme, qui elle tend malgré des apparences féminisantes à se masculiniser dans son rôle social.
L'homme doit constamment faire l'équilibriste pour rester "viril" et ne pas se féminiser sans pour autant sombrer dans un machisme condescendant.
Mais cependant dans la représentation du féminin, je vois qu'on en fait une faiblesse, la femme d'affaire est une réussite, normal c'est un homme.

Je pourrais dire qu'on a fait un progrès quand les pères arrêterons de dire a leur fils de ne pas pleurer a la mort du chien de la famille.
"De leurs ennemis les sages apprennent bien des choses."

Aristophane

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Message par Syd » 14 janv. 2010, 07:39

Truk a écrit :Qu'on soit agent de la CIA ou livreur de pizzas nos relations sociales sont pour beaucoup basées sur le "qui couche avec qui" et le "tu a mangé quoi hier".
Dans les séries télé policières du genre "New York Police Blues" et cie, les détails quotidiens de ce genre sont beaucoup plus inclus que dans un film limité en temps qui est donc obligé de se concentrer sur l'essentiel.
Truk a écrit :dans une ère post-luttes féministes, on assiste plutôt à une redéfinition des genres, l'homme se sent acculé par la place prise par la femme, qui elle tend malgré des apparences féminisantes à se masculiniser dans son rôle social.
Cela correspond davantage à mon ressenti, également.
Tu me fais penser à cet article sur des traders que j'avais lu quand ils étaient encore à la mode. Une femme trader disait qu'elle devait se comporter comme si elle avait des co****** pour y arriver, ce qui ne semblait pas lui poser de problèmes.

Avatar du membre
DannyBoy
Associé
Messages : 632
Enregistré le : 10 août 2009, 23:16
Localisation : Paris

Re: Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Message par DannyBoy » 14 janv. 2010, 18:49

Syd a écrit :
Truk a écrit :dans une ère post-luttes féministes, on assiste plutôt à une redéfinition des genres, l'homme se sent acculé par la place prise par la femme, qui elle tend malgré des apparences féminisantes à se masculiniser dans son rôle social.
Cela correspond davantage à mon ressenti, également.
Tu me fais penser à cet article sur des traders que j'avais lu quand ils étaient encore à la mode. Une femme trader disait qu'elle devait se comporter comme si elle avait des co****** pour y arriver, ce qui ne semblait pas lui poser de problèmes.
Malgré les apparences, il n'y a pas vraiment de contradiction entre la "masculinisation" de la femme (un phénomène très réel), et la féminisation de la société.

Lorsque l'homme se féminise et que la femme prend des attitudes de plus en plus masculines, le résultat net est que les mœurs féminines se libèrent (attitude masculine de "butineur"), que le spectacle de la sexualité féminine devient de plus en plus acceptable (pas de condamnation sociale à s'exhiber ou à avoir des mœurs "légères"), et que les hommes se désintéressent de leur rôle paternel (trop de risques de tromperie).

Les hommes calquent alors leurs attitudes sexuelles sur les mœurs féminines, ce qui nous donne les métrosexuels, et peut-être bien quelques A... :wink:
"Plenty of people are onto the emptiness, but it takes real guts to see the hopelessness..."
- John Givings, Revolutionary Road

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Message par Syd » 15 janv. 2010, 08:06

Je vois mieux où tu voulais en venir. Ce qui me trouble, mais je vis dans un environnement assez réfractaire à cette "féminisation" de la société, c'est que cette exhibition de la luxure plaît beaucoup aux hommes, ce qui explique par exemple une telle sexualisation de la publicité qui ne se fait que dans un sens.
Je ne suis pas sûre que l'étalage de la sexualité soit le corrolaire de la masculinisation des femmes, plutôt une conséquence de la libération sexuelle démarrée à la fin des 60s. Mais les femmes me semblent plutôt victimes de cet état de fait, encore qu'on pourra m'objecter qu'elles ont démarré tout cela quand elles se sont emparées de leur expression corporelle et se sont mises à en jouer (et c'est la société de consommation qui les a objectisées).

Quelqu'un a regardé l'émission "69, année érotique" qui est passée sur France 5 ?
http://www.lepoint.fr/culture/2009-12-3 ... 9/0/408951
DannyBoy a écrit :Les hommes calquent alors leurs attitudes sexuelles sur les mœurs féminines, ce qui nous donne les métrosexuels
Ils sont encore à la mode, ceux-là ? :P

Avatar du membre
DannyBoy
Associé
Messages : 632
Enregistré le : 10 août 2009, 23:16
Localisation : Paris

Re: Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Message par DannyBoy » 15 janv. 2010, 10:06

Syd a écrit :Ce qui me trouble, mais je vis dans un environnement assez réfractaire à cette "féminisation" de la société, c'est que cette exhibition de la luxure plaît beaucoup aux hommes, ce qui explique par exemple une telle sexualisation de la publicité qui ne se fait que dans un sens.
Tout comme les femmes, libérées ou pas, restent des femmes, les hommes, prudes ou pas, restent des hommes. Le spectacle d'une belle femme nue fait le même effet à tout les hétéros quelque soit leur point de vue moral. Par contre, les femmes accordant une importance moindre au physique, les hommes dénudés attirent plus un public homosexuel (mais pas exclusivement, comme me le démontre ma voisine...).
Syd a écrit :Je ne suis pas sûre que l'étalage de la sexualité soit le corrolaire de la masculinisation des femmes, plutôt une conséquence de la libération sexuelle démarrée à la fin des 60s.
Libération sexuelle = masculinisation des femmes. Et vice-versa. Les sexes ne sont pas interchangeables, mais ils "s'empruntent" certains traits, au besoin.
Syd a écrit :Mais les femmes me semblent plutôt victimes de cet état de fait, encore qu'on pourra m'objecter qu'elles ont démarré tout cela quand elles se sont emparées de leur expression corporelle et se sont mises à en jouer (et c'est la société de consommation qui les a objectisées).
J'ai l'impression qu'il existe un peu deux courants, dans le féminisme.

L'un revendique une absolue égalité avec les hommes, est très attaché aux valeurs viriles de la carrière, de l'ambition, de l'éducation etc., et condamne toute expression de la féminité (mariage = prison, coquetterie = soumission aux désirs masculins). On le voit le plus souvent dans les milieux académiques et universitaires, et est souvent associé au lesbianisme.

L'autre, plus souvent associé aux médias et au marketing, est plus hétéro, plus matérialiste et moins hostile à la dynamique de la séduction et du sexe. Pour le contempler, il suffit d'ouvrir n'importe quel magazine féminin.

Les deux sont d'accord sur le postulat de base du féminisme que l'homme oppresse la femme depuis des millénaires, et désirent tout deux la parité professionnelle, mais là ou les féministes universitaires décrient la "femme-objet" sexualisée, les féministes de magazine hurlent au double standard et revendiquent une sexualité débarrassée du stigmate social (pensez : Sex and the City). Les secondes, appuyées par la majorité hétéro, ont de manière évidente gagné la partie, au détriment des premières. En ce sens, on peut estimer que les femmes sont victimes de la libération des mœurs.
Syd a écrit :
DannyBoy a écrit :Les hommes calquent alors leurs attitudes sexuelles sur les mœurs féminines, ce qui nous donne les métrosexuels
Ils sont encore à la mode, ceux-là ? :P
Tu ne vis pas à Paris, toi dis-moi... Hm? :lol:
"Plenty of people are onto the emptiness, but it takes real guts to see the hopelessness..."
- John Givings, Revolutionary Road

Avatar du membre
Nastasia
A-moureuse
Messages : 4476
Enregistré le : 18 avr. 2008, 15:27
Localisation : France
A aimé : 1 fois
A été aimé : 7 fois

Re: Sexualité au second plan dans la fiction/narration

Message par Nastasia » 15 janv. 2010, 16:37

Syd a écrit :
DannyBoy a écrit :Les hommes calquent alors leurs attitudes sexuelles sur les mœurs féminines, ce qui nous donne les métrosexuels
Ils sont encore à la mode, ceux-là ? :P

il me semblait que les übersexuels avaient supplanté les métrosexuels, nan ? Image

que c'est compliqué d'être un homme de nos jours :mrgreen:
Image

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité