Les grands asexuels dans l'histoire

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Avatar du membre
Esteban75
Affranchi
Messages : 466
Enregistré le : 09 avr. 2011, 22:27
Localisation : Paris

Re: Les grands asexuels dans l'histoire

Message par Esteban75 » 11 nov. 2011, 13:41

gotzs a écrit :Moi je pense à Jésus dans la liste des A

Marie et Joseph aussi, très probablement :D Ils ont eu leur rejeton sans forniquer. Et c'est pas moi qui le dit. Il y a eu 4 évangélistes hors de tout soupçon qui peuvent le confirmer :lol: :lol: :lol: :lol:
Plutôt de l'abstinence... surtout que je crois qu'il y a quelques allusions à la résistance à la tentation...

Avatar du membre
shunette
Affable
Messages : 126
Enregistré le : 03 nov. 2011, 22:28
Localisation : Würzburg et Normandie en alternance

Re: Les grands asexuels dans l'histoire

Message par shunette » 11 nov. 2011, 13:43

Surtout que Jésus à eu des frères et soeurs, donc à priori, ils n'étaient pas totalement chastes...
''Le sexe est toujours une relation de pouvoir. Il faut une lutte, une domination de l'un sur l'autre!'' Monique Larue
''Le sexe n'est pas un moyen de communiquer, chacun vit les choses de la manière la moins partageable qui soit.'' Catherine Millet
Voilà qui me rend fière d'être comme je suis...

Avatar du membre
gotzs
Acolyte
Messages : 374
Enregistré le : 05 nov. 2011, 21:15
Localisation : Genève
Pronom : il n'est pas sur
A aimé : 2 fois
A été aimé : 1 fois
Contact :

Re: Les grands asexuels dans l'histoire

Message par gotzs » 11 nov. 2011, 23:26

shunette a écrit :Surtout que Jésus à eu des frères et soeurs, donc à priori, ils n'étaient pas totalement chastes...
On m'aurait menti? :cry:

Et puis elle a très bien pu faire des inséminations artificielles la vierge, d'abord!


Conclusion: à part pour DSK, on saura jamais!
don't make love, just have love
ne faites pas l'amour, donnez juste de l'amour

ludivine
Membre junior
Messages : 6
Enregistré le : 26 nov. 2011, 17:35

Re: Les grands asexuels dans l'histoire

Message par ludivine » 02 déc. 2011, 16:35

pierrot a écrit :je recherche les grandes personnalités de l'histoire ou de l'art qui étaient asexuelles ou vierges
moi !

Avatar du membre
Cluedo
Adepte
Messages : 169
Enregistré le : 29 août 2011, 22:23
Localisation : Lorraine

Re: Les grands asexuels dans l'histoire

Message par Cluedo » 03 déc. 2011, 16:04

ludivine a écrit :
pierrot a écrit :je recherche les grandes personnalités de l'histoire ou de l'art qui étaient asexuelles ou vierges
moi !
prétentieuse ! :wink:
"Réfléchir, ça sert à rien, tout est dans la tête."

Avatar du membre
LeDisparu1
Affable
Messages : 117
Enregistré le : 24 sept. 2008, 10:10
Localisation : Allemagne

Re: Les grands asexuels dans l'histoire

Message par LeDisparu1 » 05 déc. 2011, 22:20

ludivine a écrit :
pierrot a écrit :je recherche les grandes personnalités de l'histoire ou de l'art qui étaient asexuelles ou vierges
moi !
:) Ingénieuse.
shunette a écrit :Surtout que Jésus à eu des frères et soeurs, donc à priori, ils n'étaient pas totalement chastes...
Oh, il existe un tas de traités de historiens et linguistes catholiques et non-catholiques qui vont t'affirmer que "frère" et "soeur" peuvent aussi bien signifier "cousin/cousine" dans le contexte fourni et la langue employée... ou "demi-frère", "demi-soeur" (ce qui, semble-t-il, est plus vraisemblable). En vérité, la question n'a pas été traité pour la première fois par les pères de l'église que dans le troisième siècle, si je me souviens bien, par Clément d'Alexandrie. Il a pris les frères et soeurs de Jésus pour des enfants de Joseph d'un premier mariage (rappelons-nous que la tradition le dépeint généralement qu'étant plus vieux que Marie). - À partir de Clément, parmi les pères, ces deux courants (demi-fratrie ou cousins) ont été maintenus et, plus tard, défendus (quand on on a cru que ce serait un affront contre la vierge et son fils si la chasteté de la sainte famille ne s'étendrait pas également à Joseph). À partir de la Réformation, bien sûr, on a aussi commencé à concevoir les frères et soeurs de Jésus comme... voilà, des frères et soeurs. :)
Aède a écrit : Le deuxième gros problème, c'est que l'on n'en sait rien la plupart du temps. Prenons Kant. Même si l'on pouvait déterminer qu'il n'a jamais eu de relation sexuelle, pourrait-on dire qu'il était asexuel ? Non, puisque ce n'est pas la même chose qu'être abstinent, qu'être célibataire.
Mhh... est-ce vrai? Voilà mon opinion minoritaire pour laquelle on se fait lapider ici: il n'y a aucune différence entre l'abstinence et l'asexualité. Prenons cette remarque à juste mesure, bien sûr. Il y a l'abstinence douce, légère, facile et l'abstinence farouche, déjà vaincue, déjà vaincue et néanmoins endurcie jusqu'à la folie. On dit que, dans le désert, St. Antoine s'est jeté dans une pile des hormis. Il y a quelques interprètes modernes de la vie de St. Antoine qui pensent qu'il a fait ça... pour lutter contre son instinct sexuel, bien sûr. Alors, ça me dépasse un peu pourquoi ces interprètes pensent que c'est censé d'aider dans la lutte contre l'instinct sexuel si on se jette dans une pile de hormis. Mais soit. Si c'était vrai... on peut plus parler d'une abstinence saine. Et l'abstinence saine, à toute vraisemblance, c'est l'asexualité. Si c'est un jeu facile, si c'est tout naturel pour quelqu'un d'être abstinent, même d'être toujours abstinent, on pourrait bien en déduire que c'est précisément si facile pour lui parce qu'il est... asexuel.. et que, sinon, il serait déjà en train de se rouler parmi les hormis. :)

Donc, je crois que ça ne gâche rien d'être un peu présomptueux quant à l'identification des asexuels dans l'Histoire. Si, de toute apparence, quelqu'un a passé sa vie sans des relations sexuelles, si, en plus, il a même conçu des petits traités sur la valeur de la chasteté ou s'est engagé dans des exploits littéraires similaires – et si, finalement, il n'a pas couché chez les hormis, ni montré d'autres signes d'un comportement aberrant qui, manifestement, était inspiré par une sorte d'élan auto-destructeur contre la puissance biologique intérieure... alors, dans ce cas: il est le bienvenu dans la liste glorieuse des grands asexuels de l'Histoire!

Avatar du membre
Esteban75
Affranchi
Messages : 466
Enregistré le : 09 avr. 2011, 22:27
Localisation : Paris

Re: Les grands asexuels dans l'histoire

Message par Esteban75 » 05 déc. 2011, 23:42

LeDisparu1 a écrit : Mhh... est-ce vrai? Voilà mon opinion minoritaire pour laquelle on se fait lapider ici: il n'y a aucune différence entre l'abstinence et l'asexualité.
Boom Boom Boom, devine qui vient répondre à ça ! Lol !

Bon je te jette pas la première pierre car je suis surement un grand pécheur comme tous les hommes... mais une petite réponse quand même:

Les Saints Hommes dont tu parles ont choisi de pas coucher pour atteindre un certain niveau de conscience ou de sainteté, etc... c’était une démarche voulue, dictée par une idéologie ou une philosophie de vie. c’était peut-être d'autant plus simple si les gars étaient pas trop portés sur le sexe, je te l'accorde mais on en sait rien.

En tout cas c’était une démarche choisi, contrairement à l'asexualité qui n'est pas une démarche, tu es comme ça tu n'a pas choisi et la dimension chaste et vertueux, rien à battre de mon coté, j'en suis pas moins asexuel pour autant...

tu sais faire la différence entre une chose voulue que l'on s'impose et un état que t'as pas choisi (quelque soit la façon dont tu le vis) ?

Avatar du membre
LeDisparu1
Affable
Messages : 117
Enregistré le : 24 sept. 2008, 10:10
Localisation : Allemagne

Re: Les grands asexuels dans l'histoire

Message par LeDisparu1 » 08 déc. 2011, 20:27

Esteban75 a écrit : Boom Boom Boom, devine qui vient répondre à ça ! Lol !
:D
Esteban75 a écrit :c’était peut-être d'autant plus simple si les gars étaient pas trop portés sur le sexe, je te l'accorde mais on en sait rien.
Ah oui, c'est précisément ce que je voulais dire! Il me semble que l'abstinence facile et presque outrageusement joyeux d'un François d'Assise, par exemple, n'est guère explicable sauf dans le cas qu'il était, effectivement, asexuel. Ou disons plutôt: c'est la meilleure explication.

En Histoire, on ne peut jamais rien savoir à coup sûr, ou seulement très peu de choses. Ce n'est pas une science exacte mais une science « douce ». C'est-à-dire, les résultats sont un peu malléables. C'est pour cela que j'aie dit qu'on puisse bel et bien être présomptueux; il ne faut pas se priver de rien; on peut affirmer, même si la preuve sûre manque, que nous concevons telle ou telle personne en tant qu'asexuelle. Parce que, en Histoire, c'est ce qu'on fait: on est présomptueux – et très souvent, pour arriver à un résultat quelconque, on ne peut agir que présomptueusement.
Esteban75 a écrit :En tout cas c’était une démarche choisi, contrairement à l'asexualité qui n'est pas une démarche, tu es comme ça tu n'a pas choisi et la dimension chaste et vertueux, rien à battre de mon coté, j'en suis pas moins asexuel pour autant...
Oui, c'est ça, étant donné qu'il y a rien à battre chez toi, ça ne veut dire que tu es d'autant plus asexuel! Et, néanmoins, si on ne faisait qu'écrire ton état en vue de ses effets extérieurs, on dirait tout simplement: tu es abstinent. Et l'abstinence facile, qui vient si naturellement, qu'est-ce que ça peut bien être d'autre que l'asexualité?

Je crois que, jusqu'à ici, les points que j'affirme ne sont rien que des lieux communs. Et je ne fais qu'aller un pas plus loin: j'aimerais dire que s'il y a la décision de vivre en abstinence, et si cette décision n'est pas accompagnée par des troubles mentales ou d'un comportement compulsif, la décision était déjà... naturellement suggéré, parce qu'il y avait une asexualité à la base. Voici pourquoi je ne vois aucune différence entre l'asexualité et l'abstinence.
Esteban75 a écrit :tu sais faire la différence entre une chose voulue que l'on s'impose et un état que t'as pas choisi (quelque soit la façon dont tu le vis) ?
Mh... oui, je sais très bien la différence. - Mais voici l'extension de ma théorie, en plus que les lieux communs que j'aie listé plus haut et que personne, je crois, sentirais l'envie de contredire: alors maintenant ma théorie controversée: il n'y a pas aucune inclination naturelle pour le sexe. En ce qui concerne le sexe, l'homme est neutre. Peut-être quelqu'un à une penchée plus forte ou moins forte (disons: moins neutre) que d'ordinaire pour le sexe, mais le résultat net reste neutre. Donc, le sexe, c'est plus au moins toujours une question de la volonté. - Les animaux ont leur temps du rut. L'homme n'a pas un temps du rut. Soit on dit: parce qu'il est toujours penché vers le sexe; soit on dit: parce qu'il n'est jamais penché vers le sexe. J'opterais pour la deuxième conclusion. Faire le sexe ou pas le faire, ce n'est guère une question de la nécessité. Au moins si on ne croit également que c'est une question de la nécessité si on choisit regarder « Grey's Anatomy » à la télé au lieu de « The Mentalist ». Mais je conçois ça plutôt comme une question de la volonté.

Alors, est-ce que mon bâtiment théorique montre aucune faille, est-ce que la logique est concluante, le résultat évident? Non; non pour chaque point. Mais même si je ne peux pas soutenir ma théorie avec une chaîne des conclusions, je la soutiens quand-même parce que je la trouve.. mh... évocatrice?

Alors, la raison pourquoi j'ai dit tout ça: parce que ça explique mieux pourquoi je fais si facilement le lien entre les grands abstinents et les grands asexuels de l'Histoire.

saladelle
Amibe
Messages : 89
Enregistré le : 25 nov. 2011, 14:49
Localisation : cevennes france

Re: Les grands asexuels dans l'histoire

Message par saladelle » 09 déc. 2011, 09:32

je suis pas d'accord,le sexe pour l'homme c'est l'envie qui vient tout les jours comme le manger,le dormir !!!si tu vas contre cette envie naturelle quotidienne c'est que tu t’abstins en pensant a autre chose !!! tu dis que le sexe c'est plus ou moins de la volonté , pour moi,la seule volonté qu'il y a c'est quand tu t’abstins au moment ou la pulsion se déclanche , "le sexe , c'est comme une démangeaison qui fait du bien " :D

Avatar du membre
Aède
Affable
Messages : 121
Enregistré le : 10 févr. 2010, 14:16

Re: Les grands asexuels dans l'histoire

Message par Aède » 09 déc. 2011, 15:24

Et je ne fais qu'aller un pas plus loin: j'aimerais dire que s'il y a la décision de vivre en abstinence, et si cette décision n'est pas accompagnée par des troubles mentales ou d'un comportement compulsif, la décision était déjà... naturellement suggéré, parce qu'il y avait une asexualité à la base.
L'abstinence ne s'accompagne généralement pas de "troubles mentaux ou d'un comportement compulsif". Pour les personnes situées dans la partie médiane du spectre de la sexualité, pour la majeure partie des S, l'abstinence ne provoque certainement pas ces effets, sinon la norme serait l'hypersexualité pathologique. Ils ne subissent des effets négatifs qu'à partir d'un certain moment et peuvent plus ou moins ne pas en être dérangés : la discipline est là pour empêcher ça. Dans leur cas, cela va varier selon les personnes. Mais "l'abstinence facile", quasi-naturelle, peut être le fait d'une personne qui, quoique S, dispose d'une maîtrise de soi. Il ne faut pas oublier cet aspect, justement, c'est ce qui rend l'affaire plus complexe (et intéressante).

Si les personnes penchent vers l'hypersexualité ou s'y trouvent, c'est une autre affaire, et là on peut trouver les troubles que tu décris (s'il n'y a pas, par exemple, d'aide extérieure). Au contraire, plus on se trouve de l'autre côté du spectre, moins l'abstinence pose problème, bien entendu. Et pour l'hyposexuel et l'asexuel, elle peut ne poser aucun problème : à peine besoin, et même pas besoin, de faire quelque effort.

Il reste que si l'on veut être clair, précis et vrai, la distinction importe quand même. D'où ma position. Si l'on parle de tel grand homme du passé qui a été abstinent, que peut-on dire sans autre indication ? Ce peut avoir été un S, ce peut avoir été un hyposexuel, ce peut avoir été un asexuel. Et l'on peut très bien être S et ne jamais avoir eu de relation sexuelle, être abstinent, et écrire un traité sur la chasteté, etc. De la même manière, n'oublions pas que les asexuels peuvent très bien avoir des relations sexuelles, et rien n'empêche par conséquent un asexuel célèbre de ne pas être en même temps un abstinent/non-pratiquant sexuel célèbre. Les deux listes ne s'équivalent pas.

Avatar du membre
Esteban75
Affranchi
Messages : 466
Enregistré le : 09 avr. 2011, 22:27
Localisation : Paris

Re: Les grands asexuels dans l'histoire

Message par Esteban75 » 09 déc. 2011, 23:10

saladelle a écrit :je suis pas d'accord,le sexe pour l'homme c'est l'envie qui vient tout les jours comme le manger,le dormir !!!si tu vas contre cette envie naturelle quotidienne c'est que tu t’abstins en pensant a autre chose !!! tu dis que le sexe c'est plus ou moins de la volonté , pour moi,la seule volonté qu'il y a c'est quand tu t’abstins au moment ou la pulsion se déclanche , "le sexe , c'est comme une démangeaison qui fait du bien " :D
Voilà je suis d'accord avec saladelle, l'état naturel de l'humain c'est pas l'asexualité, elle est bien placée pour le savoir, des mecs qui la reverraient jamais et qui passeraient que 20 mn avec elle avaient du désir pour elle, là ou nous allongés même sur la personne que tu aimes et qui t'aime on en a pas.

Faut pas faire une norme de notre cas si particulier et minoritaire.

D’ailleurs j'ai une question pour toi Saladelle: as tu déjà rencontré des clients dont tu penses qu'ils aient pu être A et en particuliers A-aromantiques ?

Chez moi ça s'exprime comme ça: je continue encore à mon age à halluciner de constater ne pas éprouver du tout de désir en étreignant quelqu'un qui à tout pour me plaire normalement...
Et qui s'en rend bien compte ne serait-ce que dans mon regard sur lui.
Du coup un partenaire n'est jamais rien d'autre qu'un récipiendaire masturbatoire, c'est tellement triste et salaud aussi que j'ai préférer laisser tombé et rester complétement célib...
D'autant que comme ça j'évite mst et déconvenues des râteaux (et oui c'est inévitable d'en recevoir un peu quand on cherche :wink: ).
Paradoxalement (très paradoxalement...) des câlins dans le cadre d'une amitié un peu plus intime que la normale, là j'aime bien mais j'ai pas énormément expérimenté ça forcement (ça court pas les rues des gens avec une conception pareille !!)

Voilou donc je voulais savoir si en 30 ans de carrière t'avais déjà croisé un :lol: :lol: cas sos :lol: :lol: comme moi !..?


Je referme cette parenthèse...
Pour les Humains qui n'ont plus de périodes de rut, ça vient du fait que nous sommes des bêtes qui se sont redressées sur leur deux pattes de derrière, le sexe des femmes n’étant plus visible pour marquer si c'est une période de rut ou pas, nous somme tout le temps en rut et le cycle féminin ce met en conformité avec ça: mensuel au lieu d'une fois par an, donc vaut mieux pratiquer tout le temps pour assurer la descendance et elle est là la nécessite du sexe !
Pour nous incité à cette nécessité: plusieurs mécanismes se mettent en place: désir, pulsions, orgasme en récompense...

Et ça c'est de la science dure...

Cette héritage du temps des bêtes va surement s'estomper, puisque l'évolution estompe tout ce qui devient inutile et dispendieux en énergie mais il faut des milliers d'années pour ça.
L'évolution de la conscience et de la civilisation se fait plus vite que celle de l'être biologique, d’où le malaise et la contradiction qui a fait naitre les interdits, religieux notamment...

saladelle
Amibe
Messages : 89
Enregistré le : 25 nov. 2011, 14:49
Localisation : cevennes france

Re: Les grands asexuels dans l'histoire

Message par saladelle » 10 déc. 2011, 09:04

Esteban75 a écrit :
saladelle a écrit :je suis pas d'accord,le sexe pour l'homme c'est l'envie qui vient tout les jours comme le manger,le dormir !!!si tu vas contre cette envie naturelle quotidienne c'est que tu t’abstins en pensant a autre chose !!! tu dis que le sexe c'est plus ou moins de la volonté , pour moi,la seule volonté qu'il y a c'est quand tu t’abstins au moment ou la pulsion se déclanche , "le sexe , c'est comme une démangeaison qui fait du bien " :D
Voilà je suis d'accord avec saladelle, l'état naturel de l'humain c'est pas l'asexualité, elle est bien placée pour le savoir, des mecs qui la reverraient jamais et qui passeraient que 20 mn avec elle avaient du désir pour elle, là ou nous allongés même sur la personne que tu aimes et qui t'aime on en a pas.

Faut pas faire une norme de notre cas si particulier et minoritaire.

D’ailleurs j'ai une question pour toi Saladelle: as tu déjà rencontré des clients dont tu penses qu'ils aient pu être A et en particuliers A-aromantiques ?

Chez moi ça s'exprime comme ça: je continue encore à mon age à halluciner de constater ne pas éprouver du tout de désir en étreignant quelqu'un qui à tout pour me plaire normalement...
Et qui s'en rend bien compte ne serait-ce que dans mon regard sur lui.
Du coup un partenaire n'est jamais rien d'autre qu'un récipiendaire masturbatoire, c'est tellement triste et salaud aussi que j'ai préférer laisser tombé et rester complétement célib...
D'autant que comme ça j'évite mst et déconvenues des râteaux (et oui c'est inévitable d'en recevoir un peu quand on cherche :wink: ).
Paradoxalement (très paradoxalement...) des câlins dans le cadre d'une amitié un peu plus intime que la normale, là j'aime bien mais j'ai pas énormément expérimenté ça forcement (ça court pas les rues des gens avec une conception pareille !!)

Voilou donc je voulais savoir si en 30 ans de carrière t'avais déjà croisé un :lol: :lol: cas sos :lol: :lol: comme moi !..?


Je referme cette parenthèse...
Pour les Humains qui n'ont plus de périodes de rut, ça vient du fait que nous sommes des bêtes qui se sont redressées sur leur deux pattes de derrière, le sexe des femmes n’étant plus visible pour marquer si c'est une période de rut ou pas, nous somme tout le temps en rut et le cycle féminin ce met en conformité avec ça: mensuel au lieu d'une fois par an, donc vaut mieux pratiquer tout le temps pour assurer la descendance et elle est là la nécessite du sexe !
Pour nous incité à cette nécessité: plusieurs mécanismes se mettent en place: désir, pulsions, orgasme en récompense...

Et ça c'est de la science dure...

Cette héritage du temps des bêtes va surement s'estomper, puisque l'évolution estompe tout ce qui devient inutile et dispendieux en énergie mais il faut des milliers d'années pour ça.
L'évolution de la conscience et de la civilisation se fait plus vite que celle de l'être biologique, d’où le malaise et la contradiction qui a fait naitre les interdits, religieux notamment...
coucou esteban,déja,ton pseudo réveille ma libido hi hi hi :D en plus ton programme d'amour est a peut près le mien :oops: déja si tu m'étreint sans envie sexuelle,on doit bien ressentir l'amour que tu éprouve dans cette étreinte !!!genre très fort,ça se sent c'est sur !!!

ensuite aromatique (je sais pas ce que c'est ???

ensuite, heu !!! un peu plus que 30 ans a creuser le bitume :D ben pour ce qui est des clients, déja c'est pas 20 minutes c'est 15 déshabillé,lavé,relavé ,rhabillé !!!c'est court mais intense (je privilégiait un max d'humanité) j'ai du rencontrée des A ,beaucoup payaient pour parler ,mais de toute manière c'est comme içi,tu verras jamais quelqu'un te parler de sa sexualité si il lla pratique seul !!!!la pression sociétale est trop forte a ce sujet,le tabou domine mais paradoxalement beaucoup d'hommes S "osent avouer" se masturber tous les jours. je pense que les A se mettent la pression eux meme et a la puissance maxi,d'ou cette do0uleur insupportable parfois !!!hé ben que nenni,a mon age je suis restée canon ,j'évolue dans des milieu .

matcho, hé bien j'ai un réel plaisir a dire non a un type qui veux de moi pour le sexe (alors qu'autour de moi chez les S femelles,mon dieu c'est des truies !!!) bref mon plaisir de dire non vient du fait qu'a ce moment là,j'affirme ma personnalité et ça c'est trop bon (d'etre soi meme)

bref ,pour moi je pense etre asexuelle quand je suis pas amoureuse,je pense que l'asexualité peut etre passagère ou définitive !!!

intérieurement on sait tous içi que les asexuel-le se masturbent et ont donc du plaisir sexuel,en plus ,l'imagination (fantasme) est plus vaste et riche puisque l'on est pas au pieu avec une personne !!!donc on est les meilleurs :D alors arretons de bloquer et de souffrir,on est en dehors du panier de crabes ,c'est pas beau ça ???

j'avais aussi des clients jeunes et beaux qui étaient en couple par exemple et qui avaient fait l'amour a leur copine,peut etre une heure avant et venaient après me voir !!!voila ma conclusion ,pour moi l'asexualité fait partie de la sexualité qui est riche heureusement!!!

de toute manière vous tomberez amoureux-se et la vous aurez envie (profitez en ce jour la,la vie de couple sur le long terme détruit l'envie sexuelle de l'autre et ça c'est chez tout les A ha ha ha :D

Avatar du membre
gotzs
Acolyte
Messages : 374
Enregistré le : 05 nov. 2011, 21:15
Localisation : Genève
Pronom : il n'est pas sur
A aimé : 2 fois
A été aimé : 1 fois
Contact :

Re: Les grands asexuels dans l'histoire

Message par gotzs » 10 déc. 2011, 09:55

Salut les jeunes !


Vous êtes pas un peu en train de partir en Hors-Sujet? :mrgreen:

Ce n'est pas que votre conversation soit inintéressante, mais je ne vois pas le rapport avec les grands hommes (sinon peut être des S-ex clients de Saladelle?)

Concernant ces histoires de volontés: J'ai des périodes sans libido aucune (même pas de masturbation.. et je n'y songe même pas que c'est une période sans), et d'autres périodes où j'ai besoin de "vider" régulièrement. Dans ce cas, j'ai l'impression qu'il s'agit moins de plaisir que d'évacuer un stress.

Et pour ce qui est des relations avec autrui les relations avec les truies, ça en revanche, je ne pratique pas -encore-), je n'ai guère de plaisir (sinon celui d'en donner) lors d'une pénétration (V ou A ou B).

Bref, tout ça pour dire que, sinon de n'avoir encore rencontré la bonne personne, je ne vois pas ce qui me ferait tomber dans le côté S de la force. Et comme je suis encore plus difficile pour la partie intellectuelle que pour l'agrément physique (et non, la taille ne fait pas tout :twisted: ), je n'ai que peu d'espoir.

Sur ce, pas eu de démangeaison depuis une semaine au moins.


[Mais on s'en moque, je ne suis pas un grand Homme...1,75m tout au plus]
don't make love, just have love
ne faites pas l'amour, donnez juste de l'amour

Avatar du membre
Dexter
Accrozoseries
Messages : 7472
Enregistré le : 30 déc. 2006, 12:03
Localisation : Clermont-fd
A aimé : 270 fois
A été aimé : 66 fois

Re: Les grands asexuels dans l'histoire

Message par Dexter » 10 déc. 2011, 09:58

saladelle a écrit :ensuite aromatique (je sais pas ce que c'est ???

intérieurement on sait tous içi que les asexuel-le se masturbent et ont donc du plaisir sexuel,en plus ,l'imagination (fantasme) est plus vaste et riche puisque l'on est pas au pieu avec une personne !!!donc on est les meilleurs :D alors arretons de bloquer et de souffrir,on est en dehors du panier de crabes ,c'est pas beau ça ???
Aromantique = une personne qui ne tombe jamais amoureux(se)

Alors j'ai pas trop compris ton post mais pour la masturbation il ne faut pas généralisé, tous les A ne le font pas... et n'ont pas de fantasmes non plus. Et faut arrêter de dire que les A sont les meilleurs on est pareil que tous les autres humains !

Et arreter de polluer se topic avec du HS svp ou je le ferme ! :mrgreen:
La civilisation ne consiste pas à multiplier les besoins mais à les réduire volontairement, délibérément. Cela seul amène le vrai bonheur.
Nous vivons dans une culture où le superflu est devenu si nécessaire que nous sommes condamnés à toujours vivre dans le manque!

saladelle
Amibe
Messages : 89
Enregistré le : 25 nov. 2011, 14:49
Localisation : cevennes france

Re: Les grands asexuels dans l'histoire

Message par saladelle » 10 déc. 2011, 10:17

houps ça cloisonne !!!mille excuse,je suivais le courant sans me soucier :D

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité