Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Piccolo » 07 août 2012, 22:04

Svane a écrit :lorsque l'espèce humaine aura effectué une véritable évolution psychique.
C'est-à-dire ? Je l'interprète comme une nouvelle citation utopique; corrige-moi si je me trompe.
Svane a écrit :En plus, quand les gens voient que tu ne les juges pas, j'ai remarqué qu'ils étaient d'abord méfiants, surpris, puis petit à petit ils deviennent plus naturels, et moins jugeant à ton égard et à l'égard d'autrui.
C'est vrai: Adopter un ton spontané, naturel, ne pas être sur la défensive...tout cela contribue à atténuer les tensions et les mésententes.
Svane a écrit :"faîtes aux autres ce que vous voudriez qu'on vous fasse" on a dû l'entendre au moins mille fois dans nos vies, et pourtant ça résume presque tout.
Je ne le sais que trop bien; raison pour laquelle j'essaie toujours de m'améliorer et de me rapprocher le plus possible de la perfection spirituelle...oui j'ai encore du chemin à parcourir, mais je suis tellement en avance par rapport à un nombre considérable de personnes.

Avatar du membre
Svane
Affable
Messages : 124
Enregistré le : 17 juil. 2012, 09:12
A été aimé : 3 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Svane » 07 août 2012, 22:40

Pour "l'utopie" : Lorsque la société aura été modifiée et la normalisation éradiquée, qu'il n'y aura plus aucune pression sociétaire pour un quelconque moule, où chacun pourra s'épanouir et ainsi "s'occuper de ses fesses" sans projeter sa frustration sur les autres. Je ne trouve pas cela utopique... certes cela mettra du temps, beaucoup de temps, mais ça finira par arriver, après maintes modifications et redonner aux gens le libre-arbitre total (faire ce qu'ils veulent tant que ça ne nuit pas aux autres, c'est le minimum, sinon sanction, ce qui me paraît logique) Être sera naturel... Je suis certainement un peu utopiste mais je préfère ça, sinon je ne vois aucun intérêt à vivre. De plus c'est quelque chose de réalisable, si j'avais dit "dans un an cela sera comme ça" là, je pense qu'on aurait pu m'affubler d'utopiste voire d'allumée. Mais si c'est d'ici des dizaines d'années... Espérons ? :)

bien sûr je pense qu'il faut se donner les moyens de mettre cela en place pour qu'il en résulte l'absence de jugement (enfin... jugement n'est peut-être pas le bon terme ? juger quelque chose est naturel, on peut aimer ou ne pas aimer... absence d'intolérance peut-être plutôt ? absence d'incompréhension absolue (oui car l'incompréhension... on ne peut pas tout comprendre à l'infini quand même mais un minimum, en surface, ce ne serait pas trop demandé non ?)

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Piccolo » 07 août 2012, 23:11

Svane a écrit :Pour "l'utopie" : Lorsque la société aura été modifiée et la normalisation éradiquée, qu'il n'y aura plus aucune pression sociétaire pour un quelconque moule, où chacun pourra s'épanouir et ainsi "s'occuper de ses fesses" sans projeter sa frustration sur les autres. Je ne trouve pas cela utopique... certes cela mettra du temps, beaucoup de temps, mais ça finira par arriver, après maintes modifications et redonner aux gens le libre-arbitre total (faire ce qu'ils veulent tant que ça ne nuit pas aux autres, c'est le minimum, sinon sanction, ce qui me paraît logique) Être sera naturel... Je suis certainement un peu utopiste mais je préfère ça, sinon je ne vois aucun intérêt à vivre. De plus c'est quelque chose de réalisable, si j'avais dit "dans un an cela sera comme ça" là, je pense qu'on aurait pu m'affubler d'utopiste voire d'allumée. Mais si c'est d'ici des dizaines d'années... Espérons ? :)
Oooohhh...mais c'est mignon tout plein ça. T'as l'air de tellement y croire que ça me fait de la peine de te ramener sur Terre et de briser tes rêves par la même occasion. T'as raison d'être enthousiaste, et de savoir que toi tu contribues à rendre le monde meilleur est déjà une satisfaction.

Svane a écrit :bien sûr je pense qu'il faut se donner les moyens de mettre cela en place pour qu'il en résulte l'absence de jugement (enfin... jugement n'est peut-être pas le bon terme ? juger quelque chose est naturel, on peut aimer ou ne pas aimer... absence d'intolérance peut-être plutôt ? absence d'incompréhension absolue (oui car l'incompréhension... on ne peut pas tout comprendre à l'infini quand même mais un minimum, en surface, ce ne serait pas trop demandé non ?)
Disons qu'il faut être tolérant, en se disant que les différences sont bénéfiques et que nos impressions, nos ressentis, nos points de vue et autres, sont plus complémentaires que concurrents.
Il n'y a pas de vérité pure, et il est toujours plus facile et rassurant d'adopter celle du plus grand nombre que de construire la sienne.

Avatar du membre
jaf
Membre
Messages : 23
Enregistré le : 24 avr. 2011, 22:49

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par jaf » 07 août 2012, 23:36

Non seulement tes idées sont claires, Svane, mais leur énonciation aussi. Je te sens pleine d'amour et d'humanité. Quel plaisir de lire ce que tu écris.

J'aime beaucoup la distinction que tu fais entre « étiquette » (moi aussi j'ai du mal avec ce mot) et « notion ». Il est nécessaire de s'attribuer un vocabulaire pour se repérer à un moment donné de sa vie, pour se définir aussi socialement. Pourtant, mieux vaut ne pas oublier que chaque être est en constante évolution et qu'il faut éviter de s'enfermer dans un mot qui demeure un outil imparfait. Attention aussi à ce qu'un terme ne génère pas plus de clichés que d'explications. Mais peut-être vaut-il mieux une information incomplète (à condition qu'elle ne soit pas fausse) qu'une totale ignorance ? Car je te rejoins également quand tu dis que l'ignorance est un grand fléau. Elle génère les peurs et mène à toutes les exclusions.

En tout cas, ne bride pas ton « idéalisme » ; on a besoin d'utopies pour avancer. Sois simplement consciente que le monde est loin de répondre à ton désir de tolérance et de fraternité (et pour longtemps encore), qu'il ne suffit pas de « coups d'éclat » pour transformer les êtres humains. Comme le souligne Piccolo très justement, ce n'est pas à nous de changer les autres, ils sont les seuls à en avoir le pouvoir sur eux-même.

Pourtant, on aurait tort de croire que l'on est réduit à l'impuissance. Je suis persuadé que c'est par l'éducation que s'effectuent la plupart des pas, aussi petits soient-ils. Or la véritable éducation n'est donnée par aucune institution (qu'elle soit scolaire, familiale ou communautaire) ; elle est le fruit d'individus que l'on rencontre, que l'on remarque, et qui font « grandir ». C'est parfois ses propres parents, des enseignants, des amis, des artistes, des êtres inattendus... c'est pourquoi, comme je le disais dans mon message précédent, il me semble sage d'être discrets tout en restant actifs auprès de ceux qui peuvent entendre. En étant soi-même, authentique, on aura peut-être le bonheur de leur ouvrir les yeux sur cette différence et les conduire à la respecter. Quant aux autres, tant pis ! Aucun son, aucune voix, aucun cri au monde ne peut être entendu avant que quelqu'un ne l'écoute.

Jaf
A l'écoute.

Beliefs
Adepte
Messages : 248
Enregistré le : 01 janv. 2012, 23:14

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Beliefs » 08 août 2012, 00:08

Piccolo, Svane, jaf,

Vous êtes mes préférés :-)
Vous avec ce "truc" qui dépasse le premier plan, la recherche du fond, c'est appréciable.

Plus jeune je pensais que les humains avaient un fond mauvais et qu'on ne pouvait dès lors espérer une quelconque amélioration. Mais ce qui rend mauvais les humains c'est bel et bien leur ignorance qui elle-même entraîne l'incompréhension --> REJET et actes immoraux. Après il y a les ignorants qui veulent le rester ce qui revient au fond réellement mauvais.

Je serais de l'avis de Jaf, on reste discret sauf lorsque l'ouverture d'esprit est possible. Et avant de balancer le mot "asexualité" il faut préparer le terrain. Genre quelqu'un demande "t'as eu combien de copains dans ta vie?" et que la réponse est aucun, la seconde question sera "ah bon? pourquoi ça?" il ne faudrait pas répondre direct "parce que j'suis A!" Car ce n'est pas une réponse compréhensible pour celui qui ne connait pas cette notion.

Avatar du membre
Astérisque
Adepte
Messages : 150
Enregistré le : 02 mars 2008, 01:03
A été aimé : 2 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Astérisque » 08 août 2012, 11:11

Pour ma part, je sais que mon asexualité a entrainé un comportement assez glacial, surtout du coté de ma mere. Plus, j´ai remarqué que pour certains éléments elle avait un peu tendance à me prendre pour quelqu´un avec des problèmes psychologiques. Meme si ca ne m´atteint pas plus que ca, j´ai un "blindage" psychologique.

Avatar du membre
Noomi
Aspirant
Messages : 48
Enregistré le : 19 nov. 2011, 21:09

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Noomi » 10 août 2012, 20:19

Quand on est différent des autres, c'est certain qu'il vaut mieux se blinder. Il faut une certaine force de caractère pour s'assumer.

Comme je le disais dans un autre poste, les gens dont on est proches et qui nous connaissent depuis longtemps ne peuvent pas être surpris de notre asexualité. Avec un minimum d'observation on peut deviner que l'on n'est pas porté sur la chose. Quand il n'y a personne dans ta vie, que tu n'apprécies pas les blagues potaches, que tu n'évoques jamais le sexe etc...

Après que les autres accepte d'entendre et comprennent notre asexualité, c'est autre chose. Je crois que si je l'avouais à mes parents ils seraient très déçus.

Vous vous souvenez si on évoquait dans un post précis le facteur héréditaire? Je réalisé très récemment que mon oncle n'avait jamais eu personne dans sa vie, en tout cas pas à la connaissance de la famille et je me demande s'il n'est pas comme moi. Peut-être que je devrais évoquer le sujet avec lui en premier. Mais tant que je n'assumerai pas complètement mon asexualité ça me semble difficile d'en parler avec quiconque :?.

Avatar du membre
Svane
Affable
Messages : 124
Enregistré le : 17 juil. 2012, 09:12
A été aimé : 3 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Svane » 11 août 2012, 09:55

je réinterviens juste discrètement pour dire que ça y est !

presque 4 ans de petites pistes lancées, de remise en question sur ce qui est naturel ou non chez ma mère, pour lui reparler de l'asexualité et avoir une réaction digne de ce nom !

Et cette réaction digne de ce nom, elle l'a eu. Voilà. Je suis heureuse. Je peux mourir en paix etc. :D

Elle est hypoS. mon père est euh.. S ? (entre hypo et hyper ?). Mon frère très S, moi A. Si vous avez lu mon post premier dans ce topic, vous savez qu'elle avait très mal réagi la première fois (faut dire.. j'y étais allée franco ! je préfère le "ça passe ou ça casse" comme ça je peux évaluer la réaction et établir un procédé visant à l'acceptation d'une donnée) Je m'étais dit qu'elle était prête et j'ai eu raison ! J'ai pu parler avec elle le coeur grand ouvert, sans aucune restriction, avec tristesse, colère, joie, etc. Une sincérité absolue qui m'est nécessaire. J'ai vu de la compréhension dans ses yeux, pas compréhension au sens compassion mais compréhension dans son sens le plus pur "ah je vois et donc... *ici insérez des questions rhétoriques*". Elle m'a fait rire "Moi qui m'inquiétais de savoir quel contraceptif tu allais prendre quand tu m'aurais annoncé que ça y est tu t'étais décidée..." (je lui avais dit pour mes anciens copains que je ne coucherais de toutes manières pas avec mais comme elle rejetait l'asexualité elle pensait que ça "débuterait un jour malgré tout") (parce que pilule = le mal, préservatif = pas sûr à 100%, etc etc, c'est le gros bordel, en somme) :D

Bon, ça peut vous paraître bête mais ça m'enlève un sacré poids !!! Peut-être parce que j'ai toujours été très fusionnelle avec ma mère et que j'avais vraiment très envie qu'elle m'accepte et me comprenne dans mon entièreté, ma totalité, mon intégralité.

Oh puis comme "un bonheur n'arrive jamais seul", j'ai passé ces derniers jours avec ma meilleure amie (S) et elle avait accepté que je lui dise que j'étais A, mais sans le comprendre profondément, elle m'avait dit "quand tu rencontreras la bonne personne ça changera, tu tomberas amoureuse et voilà". Mais bon, ça ne me chagrinait pas horriblement car je savais que ça allait changer, qu'il fallait juste du temps, de la remise en question etc. (elle est très intelligente, je ne doutais pas de sa capacité à voir l'asexualité telle qu'elle est, et à accepter mes variantes (car chaque A est unique et patati)) et il y a environ 3 jours si je ne m'abuse elle m'en a reparlé naturellement et c'était, holala pardon de l'expression mais CARREMENT bien assimilé ! ça m'aurait fait pleurer de joie je crois ! (hypersensible et blabla, vous pouvez vous moquer ^^)

Bon et maintenant ! comme on dit "jamais deux sans trois" j'attends de pied ferme la troisième "révélation" ! :lol:
J'ai parlé à ma mère du fait que je pensais que c'était important que les gens connaissent l'existence de l'asexualité, juste la connaître, même ne serait-ce que vaguement, histoire que ça fasse son chemin dans leur for intérieur, qu'il n'y ait plus manque d'information. Je vais attendre un peu, je vais semer des pistes (sans la partie cash du début avec ma mère) puis je verrais bien, je me laisserais guider par leurs "ondes" (c'est comme ça que j'appelle ce que dégage quelqu'un, vous savez ses émotions qui fluctuent et son essence (son essence est stable car c'est ce qu'est la personne "de base" et les émotions qui fluctuent bah... mon chat est mort --> colère, tristesse, révolte etc, enfin vous comprenez ^^)) et advienne que pourra !


Voilà voilà, je vous envoie du courage pour faire ce que vous voulez, que ce soit un coming out ou continuer à dissimuler votre asexualité :)

Avatar du membre
kattryn
Amibe
Messages : 79
Enregistré le : 28 nov. 2011, 17:53
Localisation : loiret

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par kattryn » 11 août 2012, 20:14

bonjour ,
je pense que mes filles l'ont deviné depuis longtemps. Elles savent que ce n'est pas mon truc , comme elles disent. Pour les autres , je ne l'affiche pas , je ne le cache pas , mais si quelqu'un ne l'a pas compris , c'est qu'il fait de la résistance ! :D

le plus embêté....C'est mon mari ! :D :D :D
Le viol, c'est l'amour par effraction

fendergirl
Aspirant
Messages : 39
Enregistré le : 26 juil. 2012, 15:57
Localisation : Lyon

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par fendergirl » 12 août 2012, 03:58

Je ne te connais pas Svane, mais à lire tout ce que tu as écrit, je suis HYPER contente pour toi que cela se soit finalement bien passé, car je n'imagine même pas à quel point j'aurais pu moi-même me sentir mal si mes proches avaient mal réagi... (oui, je sais, jsuis très empathique ^^ )

Jpense que quiconque tient vraiment à toi, et a un cerveau un peu développé, finira par comprendre ton asexualité, et je crois que ça a été le cas avec ta mère et ta meilleure amie... Après, en effet, ptetre que t'y as pas mis les formes pour que cela soit assimilé du premier coup :p

En ce qui me concerne, j'ai effectivement fait mon coming-out un peu énormément rapidement... Genre m'a meilleure amie l'a su le même jour que moi-même vue qu'elle était là quand j'ai découvert le nom... Elle m'a tout de suite cru, accepté, normalisé même, car elle savait que j'étais comme ça mais, pareil que moi, elle ne savait pas que cela portait un nom spécifique...

Un autre de mes meilleurs amis, pareil, extrêmement bien accepté, pas choqué, un peu déroutés parce qu'il essayait de se mettre à ma place et avait beaucoup de mal ^^ Mais il trouvait sa normal venant de moi car, pareil, il m'a toujours connu comme ça...

En fait, tous mes amis suffisamment proches pour que j'ai fini par parler franchement de sexe avec eux n'ont absolument pas été étonnés... Et, pour mon père (mère décédée et j'ai fini par énormément parler avec lui ces dernières années), exactement pareil, il le savait... C'était évident, apparemment même ma mère aurait pu être A ou hypo selon lui :O Fin en gros dans mon entourage ya rien de plus normal que d'être A... même si tout le monde est S :p Du coup, ça m'aide trop bien à l'assumer et ça change pas grand chose au final... Sauf ! Pour ma relation amoureuse bien entendu... Et là c'est d'une difficulté que j'ai encore jamais connue... Joker sur ce sujet..

Beliefs
Adepte
Messages : 248
Enregistré le : 01 janv. 2012, 23:14

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Beliefs » 12 août 2012, 10:20

Faudrait déjà avoir une famille pour faire un coming out (lol).

Sinon, avec mes 27 ans, les autres finissent par "comprendre" sans mettre de nom dessus. Certains pensent qu'il s'agit de frigidité, de traumatismes ayant altéré la confiance (or je peux trouver mille exemples de gens qui sont incapables de faire confiance mais qui se lancent malgré tout à corps perdus dans des histoires de cul à tout va), l'homosexualité frôle pendant des années leurs pensées mais je crois qu'à présent ils ne le pensent plus me concernant. Peut-être pensent-ils à présent que je "finirai vieille fille" entourée d'une vingtaine de chats, vivant reclus dans ma petite bicoque. Ce sont les clichés que ne peuvent dépasser que les gens plus élevés spirituellement. Ou p-e qu'ils pensent, et à juste titre, qu'un homme pourrait me faire chavirer un jour. Quand on se sent amoureux et qu'on ne l'a jamais été, il est impossible de savoir comment nous réagirions.

Je peux comprendre que l'on ai besoin de la reconnaissance de la part d'autrui de ce que nous sommes. Seulement, lorsqu'ils faut batailler contre la rigidité mentale, à quoi bon? Je me dis que le plus important est ce que je pense de moi, les autres sont mus par leur propre vécu et limités par leurs propres capacités à comprendre ce qui est différent d'eux. Si je devais espérer des autres qu'ils se rendent compte de qui je suis, je souffrirais constamment. Car l'asexualité n'est qu'un domaine parmi tant d'autres où je suis une extra-humaine.

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Piccolo » 12 août 2012, 11:01

Beliefs a écrit :Je peux comprendre que l'on ai besoin de la reconnaissance de la part d'autrui de ce que nous sommes. Seulement, lorsqu'ils faut batailler contre la rigidité mentale, à quoi bon? Je me dis que le plus important est ce que je pense de moi, les autres sont mus par leur propre vécu et limités par leurs propres capacités à comprendre ce qui est différent d'eux. Si je devais espérer des autres qu'ils se rendent compte de qui je suis, je souffrirais constamment. Car l'asexualité n'est qu'un domaine parmi tant d'autres où je suis une extra-humaine.

Pareil pour moi.

Même si je respecte la démarche honorable de Svane (entre autres, certainement), je n'ai pas envie d'annoncer à tous que je ne suis pas comme eux. Je ne me suis jamais senti "anormal" (dans le sens, "non-défaillant") et si l'on ne m'a jamais questionné à propos de mon asexualité, c'est peut-être pour une raison.

Tout comme toi, l’asexualité n'est qu'un fragment de la différence abyssale qui règne entre les autres et moi. La seule chose à faire est de respecter les gens, sans même chercher à les comprendre.

Avatar du membre
Svane
Affable
Messages : 124
Enregistré le : 17 juil. 2012, 09:12
A été aimé : 3 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Svane » 12 août 2012, 17:35

La seule chose à faire est de respecter les gens, sans même chercher à les comprendre.
Je ne fonctionne pas trop comme ça, pour moi c'est s'intéresser aux autres que de chercher à les comprendre en profondeur, être capable de les aimer du coup (comment aimer si on ne comprend pas ?) puis la compréhension d'autrui fait beaucoup avancer spirituellement, dans l'acceptation des autres et même parfois de soi... Je n'y vois que des avantages.

Peut-être que j'ai besoin d'être reconnue pour ce que je suis car j'ai toujours été "hors-norme" sur tous les domaines ou presque, et qu'on me l'a beaucoup reproché mais que je n'y pouvais rien alors je l'ai très mal vécu et maintenant faire en sorte que les gens avancent dans leur compréhension des autres est une "revanche" mue par une volonté sincère et pure, désintéressée.

Peut-être que je cherche trop à généraliser mon cas (besoin de comprendre tout sur tout sinon je n'en dors plus la nuit, etc etc) alors qu'en fait les gens veulent juste vivre en paix sans tout comprendre... Mais bon, il y a un minimum à respecter alors, il faudrait que tout le monde pense au minimum la même chose que Piccolo (cf : sa quote plus haut). Sinon ça mène à l'irrespect et autres travers abominables.

Mais en fait ce qui me chiffonne c'est qu'on soit autant informés sur les sexués et aussi peu informés sur les asexuels, il y a besoin là à mon sens d'égalité, d'équilibrage.

Non puis avoir une base extérieure pour s'aider dans ses introspections ça me semble intéressant, notre jugement sur nous-même n'est malheureusement jamais totalement objectif alors avoir maintes informations sur différents types de caractères, les différentes (a)sexualités, les pathologies, etc je trouve ça vraiment agréable car on a un appui extérieur, puis parfois l'avis d'un psy, des gens autour de nous, etc. Je me dis que toutes les informations sont bonnes à prendre, à chacun de faire son petit marché et ensuite son tri...

A la limite le coming out c'est une question très personnelle, envie ou pas envie, ok. Mais informer les gens de l'existence de l'asexualité, c'est vraiment important, même sans dire qu'on l'est, il m'est déjà arrivé d'en parler à des gens sans dire que je l'étais, ils posaient des questions, je me posais comme extérieure à la chose et je disais simplement "j'ai lu que..." ils étaient intrigués, curieux etc. Mais je suis aussi tombée sur des gens réticents, bornés, "ça ne peut pas exister" "ah pourtant je t'assure il y a des asexuels" et si je voyais que vraiment, pas moyen, je faisais marche arrière tranquillement, un petit sourire et c'est reparti :) il faut "tâter le terrain" même pour le dire sans s'y inclure.

Beliefs
Adepte
Messages : 248
Enregistré le : 01 janv. 2012, 23:14

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Beliefs » 12 août 2012, 20:44

Mais qu'ils sont bons ces deux-là : Piccolo et Svane. Ah oui vraiment, je suis heureuse de vous savoir exister !

Avatar du membre
Noomi
Aspirant
Messages : 48
Enregistré le : 19 nov. 2011, 21:09

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Noomi » 12 août 2012, 22:13

C'est vrai que ça fait du bien de lire certains d'entre vous! Vous formulez des réflexions que certaines personnes comme moi n'arrivent pas à exprimer.

Je suis aussi très heureuse pour toi Svane. Moi aussi j'ai une relation fusionnelle avec ma mère, je sais qu'elle m'aime d'un amour inconditionnelle et que s'il y a bien une personne sur terre qui peut entendre que je suis A, c'est elle. Malgré tout ça coince mais je pense pense de plus en plus à lui en parler.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité