Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Avatar du membre
pandomenium
Apprenti
Messages : 74
Enregistré le : 02 sept. 2009, 02:07

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par pandomenium » 03 sept. 2009, 03:55

avocette a écrit :Tout à fait claire, Calishy !!

Euh, perso, avant même de savoir que j'étais asexuelle, j'avais dit à mes parents qui s'inquiétaient (encore des parents qui s'inquiètent) que je ne me pensais ni hétéro ni homo.
Je me demande souvent si c'était possible d'être à ni l'un ni l'autre :lol: yup. les parents parfois... rah :ouhla:
Il faut dire aussi que je les ai habitué depuis toujours à être assez décalé, et un peu dans mon monde, alors "mes trucs" comme ils disent, ne les étonne plus du tout
!

OH! Mon jumeau :mrgreen: Je suis exactement comme ça! Même qu'il y a eu un temps ou j'étais TROP dans mon monde... faut que je fasse attention, ça m'arrive encore :oops:
Image
It's zombies time!

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Piccolo » 04 août 2012, 19:00

Tristana a écrit :En vous lisant je remarque que tout ce qui ose dévier de la norme est aussitôt mal vu... c'est dingue, je pourrais comprendre qu'on soit choqués par l'homosexualité (c'est hypothétique, je suis tout sauf homophobe et moi-même bisexuelle), parce que c'est quelque chose qui n'est pas dans les schémas "normés" de la société ; mais qu'on rejette l'absence de sexualité... je ne sais pas, comment l'absence de quelque chose peut provoquer autant le dégoût et l'incompréhension ?
Mais +1000 quoi !

En plus ces mots ne proviennent même pas d'une A, si j'ai bien compris. :shock:

Beliefs
Adepte
Messages : 248
Enregistré le : 01 janv. 2012, 23:14

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Beliefs » 04 août 2012, 19:45

Tout ce qui s'écarte de la norme peut provoquer l'incompréhension et le dégoût. Le côté positif c'est que les gens qui le ressentent sont des personnes à ne pas garder dans son entourage proche.

Comment le manque peut provoquer l'incompréhension et le dégoût. Veuillez excusez ma platitude mais naissez avec un seul oeil et vous aurez ce même résultat.

A quoi bon se battre contre les jugements stupides d'écervelés? Ceux qui sont plus élevés spirituellement ne sont pas dégoûtés ou dans le rejet lorsqu'ils rencontrent l'hors-norme, donc faisons fi des autres. Le plus important n'est pas d'être accepté par les autres, mais d'être accepté de soi-même.

Beliefs
Adepte
Messages : 248
Enregistré le : 01 janv. 2012, 23:14

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Beliefs » 04 août 2012, 19:47

Mais attention, il ne faut pas se braquer à la première parole que l'on ressent déplacée. Il faut expliquer calmement et puis en fonction de la réaction, aviser.

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Piccolo » 04 août 2012, 19:53

Beliefs a écrit :Comment le manque peut provoquer l'incompréhension et le dégoût. Veuillez excusez ma platitude mais naissez avec un seul oeil et vous aurez ce même résultat.
Je comprends l'idée mais la comparaison me parait un peu maladroite: Naitre avec un seul oeil est un défaut, un fait absolu (comme 1 et 1 font 2, enfin je crois...).

L'asexualité est quelque chose de neutre et ne se voit pas (dans le sens, "est difficilement identifiable").

Zimou
Administrateur
Messages : 4995
Enregistré le : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 437 fois
A été aimé : 454 fois
Contact :

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Zimou » 06 août 2012, 10:13

Beliefs a écrit :Comment le manque peut provoquer l'incompréhension et le dégoût. Veuillez excusez ma platitude mais naissez avec un seul oeil et vous aurez ce même résultat.
+1, je pense que c'est précisément la raison de l'incompréhension/dégout des gens.
Beliefs a écrit :Le plus important n'est pas d'être accepté par les autres, mais d'être accepté de soi-même.
+1 aussi! j'ai débattu de l'asexualité sur un autre forum, et en plus d’être incompris et insulté (heureusement c'est rare), on m'a dit que je débattais car j'avais besoin d’être accepté des autres pour m'accepter moi même. ça fait bien longtemps que je me suis accepter... et que l'opinion non objective des autre ne m'atteint plus ^^
Piccolo a écrit :
Beliefs a écrit :Comment le manque peut provoquer l'incompréhension et le dégoût. Veuillez excusez ma platitude mais naissez avec un seul oeil et vous aurez ce même résultat.
Je comprends l'idée mais la comparaison me parait un peu maladroite: Naitre avec un seul oeil est un défaut, un fait absolu (comme 1 et 1 font 2, enfin je crois...).

L'asexualité est quelque chose de neutre et ne se voit pas (dans le sens, "est difficilement identifiable").
Je suis d'accord, mais pour certain S qui ne comprennent pas, avoir un œil en moins et être asexuel sera la même chose. d’où leurs mauvaise réaction. c'est quelque chose qu'on ne voit pas tant qu'on en parle pas. tant qu'on en parle pas, nous ne sommes pas jugé ^^ mais pour leurs faire comprendre, il faut leur en parler ^^
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Piccolo » 06 août 2012, 13:13

Que l' asexualité suscite l'incompréhension chez les S, je veux bien. Mais le dégoût ? Comment peut-on être dégoûté du "néant" ? C'est un non-sens total.

Avatar du membre
Linoa
Ascendant
Messages : 908
Enregistré le : 17 août 2011, 02:15
A aimé : 33 fois
A été aimé : 39 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Linoa » 07 août 2012, 00:02

En général ça suscite du dédain, du mépris , un étonnement voir un jugement négatif de la personne, en gros : LOSER , pas intéressant, nul , sentiment de supériorité de ceux qui pratiquent et même rabaissement de la personne pas très portée sur la chose . Et j'imagine que c'est encore pire quand il s'agit d'un homme..

Avatar du membre
Svane
Affable
Messages : 124
Enregistré le : 17 juil. 2012, 09:12
A été aimé : 3 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Svane » 07 août 2012, 09:11

Je ne l'ai annoncé qu'à ma mère donc je ne sais pas si ça rentre dans "coming out familial" ... Je vois plus un coming out au minimum auprès de ses frères et soeurs, son père et sa mère

mais si je peux quand même donner mon "expérience", lorsque je l'ai dit à ma mère j'avais 14 ans je crois (ce qui n'est pas choquant et est crédible venant de moi car j'étais très en avance que ce soit sur le plan physique ou mental). Ma mère m'a dit que ça allait s'arranger, qu'un jour je tomberais vraiment amoureuse, etc. Je lui ai dit que non, que si je tombais amoureuse ce serait aussi naturellement comme ça, et que ce n'était pas un mal, etc. Depuis, elle est dans le déni, je l'ai dit dans un autre post mais comme je suis vue comme "l'enfant prodige" par ma famille, ils attendent avec impatience de voir ma progéniture, et ma mère encore bien plus. Le souci est que je ne veux même pas d'enfants, et je lui ai dit, elle nie totalement.. Depuis j'essaie de préparer son champ mental pour accepter que l'asexualité puisse exister et ne soit pas une tarre, mais je le fais en douceur car ce n'est pas de la manipulation tout de même ! donc c'est par ci par là une fois tous les x mois... :) ça s'améliore un peu, l'asexualité est beaucoup mieux assimilée, en revanche le fait que je ne veuille pas d'enfants : pas du tout, mais ça ne dépend effectivement pas de l'asexualité ;) !
Exemple pour préparer son champ mental : Un couple que nous connaissons était marié depuis 15 ans, ils n'ont jamais couché ensemble, elle est asexuelle, lui est S. ils ont divorcé, et depuis "il renaît" il a eu un enfant après s'être remis en couple avec une S, etc etc. Ma mère m'en parlait comme si elle était un monstre, moi je lui ai expliqué simplement "ils étaient différents de base, elle lui a fait subir ce qu'elle était si effectivement il était assez frustré, mais ça n'en fait pas un monstre, maintenant l'erreur est réparée ils sont séparés." "c'est qu'elle ne l'aimait pas vraiment, ce n'est pas de la différence de base" "ce n'est pas un manque d'amour !! Elle ne ressentait tout simplement pas le besoin de contact physique sexuel, tu comprends ?" "hm..." "si, essaie d'imaginer, ça n'a rien de monstrueux, il n'y a aucune attirance pour qui que ce soit (à part spirituel etc)" "oui je crois que je vois" "bah voilà... tu sais elle devait aussi mal le vivre que lui, culpabilité etc, après pour que ça ait tenu aussi longtemps ils devaient quand même trouver des choses qui leur plaisaient tous les deux, tu ne penses pas ?" "oui c'est sûr..."
ça avance à petits pas, mais ça avance malgré tout :)

courage à tous, il est terriblement important que les gens prennent conscience de notre existence et qu'un jour on puisse dire "je suis asexuel" comme certains disent "je suis homosexuel" ou bien "je suis bisexuel" ou "hétérosexuel" ou même "je suis zoophile" (bon bon bon d'accord je plaisante pour le dernier x) *ouhh que c'était de mauvais goût*). Et que ça n'entraîne rien chez l'autre à part le gain d'une information sur notre compte :) genre "ah ok !" sans dégoût, sans mépris, sans incompréhension (bon ils peuvent poser des questions au pire pour régler ça, ce n'est pas négatif !), sans colère, ou autre.

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Piccolo » 07 août 2012, 10:58

Svane a écrit :courage à tous, il est terriblement important que les gens prennent conscience de notre existence et qu'un jour on puisse dire "je suis asexuel" comme certains disent "je suis homosexuel" ou bien "je suis bisexuel" ou "hétérosexuel"

Une banalisation du terme "asexuel" serait avant tout bénéfique pour les personnes susceptibles d'être concernées par cette orientation sexuelle, et moins pour les autres, les S quoi.
Le véritable souci des A, pour la plupart d'entre-eux, n'est pas d'être asexuel, mais plutôt de ne pas connaitre cette orientation, assimilant leur absence d'attirance à une maladie. Dès lors, l'asexualité est également interprétée comme telle par les S, sans forcément associer à terme à celle-ci.
Car après tout, personne ne peut nous reprocher de ne pas aimer (ou du moins de ne pas être attiré) par la sexualité, et de ne pas la pratiquer; le non-consenti étant gravement puni et réprimé. Chacun est libre de son corps.

Me concernant, je préférerais tout simplement dire que je n'aime ni les hommes ni les femmes (oui, je sais que c'est loin d'être le cas pour une bonne partie des asexuels), plutôt que d'employer un terme qui n'est pas forcément très parlant ("asexuel c'est quoi ? Une maladie ?") et qui du coup induirait les gens en erreur vis-à-vis des A ayant une orientation romantique.

Je n'ai jamais eu besoin d'étiquette ou de nom pour m'y retrouver, ce qui prouve (du moins pour moi) mon asexualité réelle et absolue, car elle a toujours été ancrée en moi, de manière très profonde.

Mais donner plus de visibilité sans forcément passer par le case "militantisme" ou "lobbying", je dis clairement oui, ne serait-ce que pour aider les gens à enfin se trouver.

Beliefs
Adepte
Messages : 248
Enregistré le : 01 janv. 2012, 23:14

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Beliefs » 07 août 2012, 13:46

Tout ce qui est différent de soi peut susciter l'incompréhension voire le dégoût, c'est une réalité internationale et interobjet. Un livre parle très bien de ce phénomène : "Ensemble, c'est tout!" d'Anna Gavalda. 3 personnes totalement différentes sont amenées à se cotoyer, une incompréhension totale mais l'amour finira par triompher. Ces gens sont passés par le jugement, le dédain, la condescendance pour finalement enfin comprendre que ce ne sont pas les différences qui séparent mais bien l'incompréhension.

L'asexualité n'est donc pas l'objet en tant que tel qu'il faut défendre, mais il s'agit d'éduquer l'entourage à voir plus loin que le bout de leur nez. Avec l'âge, tout est plus évident car justement l'humain, de par son parcours, gagne en intelligence sociale (enfin... la plupart).

Le coming out oui mais pas à n'importe qui et à n'importe quel moment.

Svane a raison par l'instillation en douceur qu'elle opère avec sa mère.
Au fait, petit clein d'oeil pour la réplique de Will Hunting ;-)

Avatar du membre
jaf
Membre
Messages : 23
Enregistré le : 24 avr. 2011, 22:49

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par jaf » 07 août 2012, 20:18

Je me demande si dévoiler son type de sexualité à ses proches et à la société, n'est pas un faux problème, ou du moins un problème qui ne devrait pas être. Il faudrait s'interdire d'émettre un jugement sur les comportements d'autrui, dès l'instant où ils ne causent de tort à personne. Rien ne devrait être indicible ni caché, encore moins source de souffrance. Assumer une quelconque différence au grand jour et non plus seulement pour soi-même, ne devrait pas créer de honte... dans une société de libres individus.
Et c’est là que le bas blesse. Une société qui instaure des normes rigides, par les cellules familiales ou les systèmes collectifs, ne peut que générer l'exclusion de ceux qui échappent aux règles « convenables ». Cette situation engendre la naissance de communautés de part et d'autre : celles des « biens pensants » qui défendent les valeurs institutionnelles, et celles de ceux qui se regroupent pour se sentir moins seuls, avec le piège de s'enfermer dans leurs légitimes différences. Le communautarisme est source de drames humains à l'échelon individuel et de guerre au niveau collectif, car fatalement ces entités se retrouvent en lutte les unes contre les autres. La France n'est pas encore sortie de ce schéma de fonctionnement, même s'il est vrai qu'avec notre tradition laïque, nous avons plus de chance ici que dans bien d'autres pays de la planète.
Alors, que faire dans l'état imparfait des choses d'aujourd'hui : se dévoiler publiquement dans le souci de bousculer les mentalités, ou vivre caché comme si l'on était coupable de ne pas faire partie de la majorité ? Je n'ai pas de réponse bien arrêtée à cette question. Je ne peux que m'exprimer pour moi-même, en précisant que l'opinion actuelle ne sera peut-être plus valide demain : puisque socialement nous sommes encore dans un système normatif qui s'autorise des jugements de valeur sur bien des points, il est plus confortable de rester discret quant à son asexualité, et de n'en parler qu'à ceux qui se sont dotés d'une libre pensée. C'est un peu suivre la voie du milieu.
Heureusement pourtant qu'il existe un certain « militantisme » qui joue son rôle d'information publique et aide certaines personnes à vaincre le sentiment inopportun de l'anormalité. Mais gare au piège du communautarisme ! Le but est de bâtir une société où chacun soit reconnu pour ce qu'il est devenu, pense, croit et vit, pour la façon dont il évolue tout au long de son existence. Si chacun a la possibilité d'être lui-même, tout devient plus simple et les étiquettes n'ont plus de sens, les communautés en tant que telles non plus.
Ces idées me semblent valables pour les différentes orientations sexuelles comme pour tous les domaines de la vie sociale humaine. C'est le moyen de les concrétiser qui reste délicat, car « méfions-nous de ceux qui disent avoir la clé, ils ont vite fait de faire la serrure qui va avec ».

Amitiés à tous.
Jaf
A l'écoute.

Avatar du membre
Svane
Affable
Messages : 124
Enregistré le : 17 juil. 2012, 09:12
A été aimé : 3 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Svane » 07 août 2012, 20:44

Houlalala...
Une banalisation du terme "asexuel" serait avant tout bénéfique pour les personnes susceptibles d'être concernées par cette orientation sexuelle, et moins pour les autres, les S quoi.
Ah oui ? et en quoi ? ça éviterait les faux espoirs, les quiproquos, dans les deux cas c'est bénéfique.

Je ne vois pas ceci comme une étiquette, c'est trop cliché de dire "oui je n'ai pas besoin d'étiquette". C'est une telle évidence qu'elle n'a pas besoin d'être énoncée ! Mais un mot, un qualificatif, aide à faire de l'ordre, à avoir une idée générale d'où orienter une personne dans son esprit, pour plus de respect envers tous.

L'asexualité doit être connue et reconnue, tout simplement parce que c'est quelque chose de naturel ! Si cela reste caché, les gens ne s'y habitueront pas et cela restera catégorisé "maladie" etc.

Si "asexuel" est courant, si chacun connaissait à peu près la définition, tout en sachant qu'il y a autant de variantes qu'il y a d'asexuels (tout comme pour les S), alors les enfants seraient vite informés de cela, ce ne serait plus dégoûtant ou incompréhensible, ce serait naturel. Les gens prendraient l'habitude de côtoyer cette notion, et ce ne serait plus vu de travers.

C'est bien plus qu'une simple étiquette ! c'est un moyen simple, concis, bref de pouvoir donner une information sur soi à autrui, et qu'il la classe immédiatement, sans jugement aucun, faisant simplement naître une curiosité certaine pour savoir quelle forme d'asexualité, etc. les variantes que l'on comprend.

Pour respecter chaque individu en tant qu'individu à part entière et non pas comme faisant partie d'une masse, nous devons nommer certaines notions, pour la communication simple, pouvoir donner les grandes lignes pour éviter comme je disais plus haut les faux espoirs et quiproquos. Bien sûr vous me direz que notre (a)sexualité ne concerne personne ! Et pourtant, qu'on le veuille ou non, c'est très présent dans notre système. Alors je trouvais ça simplement respectueux de pouvoir faire connaître l'asexualité, vis-à-vis des S. Et justement aussi pour que les A non conscients prennent conscience qu'ils sont A.

C'est comme pour la douance, beaucoup de gens croient que c'est quelqu'un qui réussit tout sur tout etc, gros cliché du génie infaillible. Alors qu'il n'en est rien. Vous dîtes avec humilité "je suis surdouée" les gens ne connaissent pas tout ce qu'implique cette notion, alors soit ils vous prendront pour une vraie prétentieuse, soit ils vous idolâtreront, et certains vont chercher à savoir ce que ça implique, mais croyez-moi ce n'est pas la majorité !
Et bah pour l'asexualité c'est pareil ! le S qui entend ce terme se dira "sans sexualité ... Ok... abstinence quoi" ou autre, c'est par IGNORANCE qu'on en arrive à comprendre faussement les informations sur autrui ! Si le S connaissait bien la notion d'asexualité, il ne pensera jamais à mal, une quantité d'informations incommensurables viendront pulluler dans son esprit et lui développer un respect de ce qu'est la personne en face de lui

Comment peut-on respecter ce qu'on ne comprend pas ? Comment peut-on AIMER ce qu'on ne comprend pas ?

Les notions impliquent des tas de choses, c'est ça qui est intéressant ! pourquoi toujours juger ? un jour les gens se débarrasseront de ce réflexe, le jugement ne sera alors plus négatif mais simplement objectif, bienveillant, pour recueillir plus d'informations sur l'autre afin de le respecter. car il entraînera de la curiosité.

Je ne vous parle pas d'étiquette... simplement de notion, et c'est là une énorme nuance... pour moi en tout cas. Une notion est comme une toile d'araignée, elle ne cantonne pas à une idée, elle étend ses réseaux vers l'infini.

Veuillez m'excuser si je ne suis pas claire, je ne sais comment formuler tout ça, tout s'embrouille dans ma tête. Je pense simplement que l'ignorance est le pire des fléau, il mène à des choses atroces.


Je ne trouve pas ça juste que les gens connaissent la sexualité mais pas l'asexualité, car les deux sont naturelles. Les deux ont autant le droit l'une que l'autre d'être connue.

Pour ouvrir les esprits, il faut commencer par la douceur, puis faire un "coup d'éclat", c'est toujours ce que je fais (pas encore fait pour l'asexualité) et ça a toujours marché. La société nécessite qu'on la bouscule. Pour pouvoir vivre en tant qu'être à part entière. En tant qu'infini.

PS : la notion, puisque c'est une toile d'araignée, sous-entend des tas de choses, rien qu'en disant "je suis asexuel"... mais je ne sais pas... c'est énorme ! tout ce qui se tisse d'un seul coup, toutes les possibilités à exploiter, et ça permet de savoir comment se comporter avec respect aussi, on est ce qu'on est à la base et on se comporte de façon uniforme, mais on ne va pas mettre en avant les mêmes choses suivant la personne qu'on a en face de nous, ça me semble couler de source... et c'est ça justement pour moi qui est important.

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Piccolo » 07 août 2012, 21:45

Svane a écrit :Ah oui ? et en quoi ? ça éviterait les faux espoirs, les quiproquos, dans les deux cas c'est bénéfique.
Le plus important c'est de se connaitre soi-même. Ensuite après on peut éventuellement faire face aux autres, de manière plus efficace.
Svane a écrit : tout en sachant qu'il y a autant de variantes qu'il y a d'asexuels (tout comme pour les S)
L'ennui c'est que nous formons une "communauté" encore plus hétéroclite; les différences entre les membres du forum sont juste considérables:
Les hétéros-A, les homo-A, les bi-A, les grey-A, les hypos, les asexuels tout court, ceux étant catégoriquement fermés aux relations sexuelles, ceux qui y sont plus ouverts, ceux qui se masturbent, ceux qui ne le font pas...c'est un sacré bordel qui est peut-être simple à comprendre pour nous (et encore, pas toujours facile de s'y retrouver), mais va à expliquer ça à une personne lambda qui voit le monde de manière binaire.
De plus, le fait que nous soyons peu nombreux n'aide pas (et n'aidera pas) à rendre la chose plus accessible.
Svane a écrit :alors les enfants seraient vite informés de cela, ce ne serait plus dégoûtant ou incompréhensible, ce serait naturel. Les gens prendraient l'habitude de côtoyer cette notion, et ce ne serait plus vu de travers.
Là je suis d'accord: Informer les plus jeunes de l'existence de cette orientation sexuelle.
Svane a écrit : C'est bien plus qu'une simple étiquette ! c'est un moyen simple, concis, bref de pouvoir donner une information sur soi à autrui, et qu'il la classe immédiatement, sans jugement aucun
Sans jugement aucun ? Mais il est merveilleux ton monde dis-moi...je peux venir ?
Chacun est constamment jugé; et si ce n'est pas sur l'orientation sexuelle, et bien c'est sur autre chose.
Svane a écrit :Bien sûr vous me direz que notre (a)sexualité ne concerne personne !
Tout à fait, hormis peut-être nos parents, et encore ! Les autres peuvent aller se faire voir si cela les dérange. Comme je l'avais déjà dit, l'asexualité en soi ne peut être condamnable et ne remet en cause absolument rien.
Bien sûr, si la majorité des gens était A, ce serait peut-être problématique, par rapport au renouvellement des générations. Mais on en est bien loin. D'autant que l'on parle finalement peu de la sexualité à des fins reproductives, avant tout de sexe sur le plan social et relationnel.
Svane a écrit : Si le S connaissait bien la notion d'asexualité, il ne pensera jamais à mal, une quantité d'informations incommensurables viendront pulluler dans son esprit et lui développer un respect de ce qu'est la personne en face de lui
Tu pars du principe que chacun se remet en question et est ouvert au dialogue et à la réflexion...encore une fois tu es dans l'utopie la plus totale.
Quand bien même tout le monde comprenait la notion d'asexualité, il y aura toujours un nombre incalculable de détracteurs à notre encontre, infériorité numérique abyssale des A oblige.
Svane a écrit :Pour ouvrir les esprits, il faut commencer par la douceur, puis faire un "coup d'éclat", c'est toujours ce que je fais (pas encore fait pour l'asexualité) et ça a toujours marché. La société nécessite qu'on la bouscule. Pour pouvoir vivre en tant qu'être à part entière. En tant qu'infini.
C'est aux gens qu'il revient la tâche de se remettre en question, ou d'améliorer leur perception des choses; on ne va pas leur mâcher le travail non plus.
Svane a écrit :PS : la notion, puisque c'est une toile d'araignée, sous-entend des tas de choses, rien qu'en disant "je suis asexuel"... mais je ne sais pas... c'est énorme ! tout ce qui se tisse d'un seul coup, toutes les possibilités à exploiter, et ça permet de savoir comment se comporter avec respect aussi, on est ce qu'on est à la base et on se comporte de façon uniforme, mais on ne va pas mettre en avant les mêmes choses suivant la personne qu'on a en face de nous, ça me semble couler de source... et c'est ça justement pour moi qui est important.
C'est très beau, mais tu es toujours dans une sorte de monde parallèle dans lequel j'aimerais sincèrement pouvoir y vivre, mais qui est en décalage total avec la réalité.

J'aime néanmoins ta façon de présenter les choses; il faudrait simplement que tu fasses preuve de moins d'idéalisme.

Avatar du membre
Svane
Affable
Messages : 124
Enregistré le : 17 juil. 2012, 09:12
A été aimé : 3 fois

Re: Qui a osé faire son "coming-out" familial ??

Message par Svane » 07 août 2012, 21:54

"Il faut toujours viser la lune, car même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles." Oscar Wilde

C'est tout ce que j'ai à répondre sur mon idéalisme. De plus, cette citation est encore plus merveilleuse si, mais attention information dont je ne suis pas certaine, les étoiles sont plus lointaines que la lune.

Je ne parlais pas d'actuellement, pour le jugement, je parlais dans quelques années, lorsque l'espèce humaine aura effectué une véritable évolution psychique.
En plus, quand les gens voient que tu ne les juges pas, j'ai remarqué qu'ils étaient d'abord méfiants, surpris, puis petit à petit ils deviennent plus naturels, et moins jugeant à ton égard et à l'égard d'autrui.

"faîtes aux autres ce que vous voudriez qu'on vous fasse" on a dû l'entendre au moins mille fois dans nos vies, et pourtant ça résume presque tout.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités