Que signifie "relation sexuelle" pour vous?

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Avatar du membre
nans
Adepte
Messages : 230
Enregistré le : 16 sept. 2005, 12:19
Localisation : Completement à l'ouest...
Contact :

Message par nans » 24 sept. 2005, 18:25

Il faut etre prudent avec le mot "amour", celui-ci peut en effet dans certains cas avoir une signification sexuelle. :wink:
VIVE LES JEUNES !

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Message par melancolie » 16 janv. 2006, 04:53

Moi aussi, une relation sexuelle se définit par la pénétration, les caresses, le sexe oral, c'est autre chose mais pour moi, le désir n'est presque jamais là pour çanon plus ou peut-être la première semaine d'une relation après je me force pour faire plaisir
. Je préfère d'autres formes de partage :wink:
Modifié en dernier par melancolie le 11 déc. 2009, 04:08, modifié 2 fois.
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
Eclora
Affranchi
Messages : 485
Enregistré le : 13 nov. 2005, 15:25

Message par Eclora » 16 janv. 2006, 20:58

Miaous a écrit :les préliminaires constituent-ils des rapports sexuels?
Moi je pense que oui. Si je décide un jour de donner du plaisir à une femme, avec mes doigts, langue, ou autre ben pour moi il y aura eu un rapport sexuel.
Entièrement d'accord avec toi.
Nans a écrit :Pour moi, la notion de relation sexuelle inclu forcement une pénétration, sinon, c'est du flirt.
:shock: :? donc si tu fait un cunni (par exemple) tu considères que c'est seulement du flirt et rien de plus, j'estime qu'à partir du moment où l'intimité d'un des deux partenaires ou des deux est dévoilée ce n'est plus du domaine du flirt.
Gianni a écrit :J'ai souvent couché avec des femmes ou des hommes... couchés dans le même lit... mais ici, coucher = dormir !
Image
Mélancolie a écrit :les caresses, le sexe oral, c'est autre chose
C'est quoi alors, tu peux développer stp :?:
Image

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Message par melancolie » 21 janv. 2006, 05:47

Eclora a écrit :
Miaous a écrit :les préliminaires constituent-ils des rapports sexuels?
Moi je pense que oui. Si je décide un jour de donner du plaisir à une femme, avec mes doigts, langue, ou autre ben pour moi il y aura eu un rapport sexuel.
Entièrement d'accord avec toi.
Nans a écrit :Pour moi, la notion de relation sexuelle inclu forcement une pénétration, sinon, c'est du flirt.
:shock: :? donc si tu fait un cunni (par exemple) tu considères que c'est seulement du flirt et rien de plus, j'estime qu'à partir du moment où l'intimité d'un des deux partenaires ou des deux est dévoilée ce n'est plus du domaine du flirt.
Gianni a écrit :J'ai souvent couché avec des femmes ou des hommes... couchés dans le même lit... mais ici, coucher = dormir !
Image
Mélancolie a écrit :les caresses, le sexe oral, c'est autre chose
C'est quoi alors, tu peux développer stp :?:
Je viens de voir ta question et je me rend compte que j'ai du mal à y répondre et que ce n'est pas si clair pour moi.
Le flirt, c'est par définition "une relation sentimentale"
Quand j'étais ado, le plus couramment admis était que les relations sexuelles étaient le coït (pénétration", le reste étant communément appelé "flirt" dont les préliminaires au coït et sexe oral) bref la relation sexuelle était le fait de ne plus être vierge.
Quand j'ai eu des relations hétérosexuelles, les relations signifiaient pénétration, homosexuelles (caresses, sexe oral).
Quant à la notion de "relations intimes", pour moi embrasser (avec la langue) c'est aussi voire plus intime qu'une relation "sexuelle", d'ailleurs au niveau du droit un baiser "poussé" sans consentement avec violences est considéré comme une "agression sexuelle" et est aussi traumatisant qu'un viol (j'en sais quelquechose :cry: ).
Je crois que pour moi, c'est indéfinissable car individuel et relatif au ressenti de la personne pour ce qu'il considère comme intime.

Quand une personne me touche dans un endroit non intime (l'épaule par exemple) et que je ne le souhaite pas, je peux le vivre comme une agression aussi.
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
Eclora
Affranchi
Messages : 485
Enregistré le : 13 nov. 2005, 15:25

Message par Eclora » 21 janv. 2006, 15:28

Mélancolie a écrit : Quand j'ai eu des relations hétérosexuelles, les relations signifiaient pénétration, homosexuelles (caresses, sexe oral).
Intéressant, donc si je suis bien ce que tu dis, ce que tu considères comme une relation sexuelle dans le cadre d'un rapport homosexuel n'est plus considérés comme une relation sexuelle dans le cadre d'un rapport hétérosexuel. Je ne vois pas pourquoi une relation sexuelle avec quelqu'un du même sexe n'en serait plus une avec quelqu'un du sexe opposé. La pénétration est plus la "finalité" d'une relation sexuelle mais elle ne constitue pas à elle seule une relation.
Mélancolie a écrit :considéré comme une "agression sexuelle"
Puisque tu y fait allusion, je vais mettre la réponse que je voulais faire à Nans et que je n'ai pas osée poster (Nans je ne t'agresse pas je veux juste que tu comprennes quelque chose :wink: ), imagine ce qui se passerai si une personne avait le courage (parce qu'il en faut) d'aller à la gendarmerie pour porter plainte contre une personne qui lui aurait fait "la totale" mais qui ne l'aurait pas pénétrée et que le gendarme lui réponde : "mais c'est rien la personne flirtais seulement avec vous". Y a de forts risques que la victime se suicide après une telle réponse.
Mélancolie a écrit :Quant à la notion de "relations intimes", pour moi embrasser (avec la langue) c'est aussi voire plus intime qu'une relation "sexuelle", d'ailleurs au niveau du droit un baiser "poussé" sans consentement avec violences est considéré comme une "agression sexuelle" et est aussi traumatisant qu'un viol (j'en sais quelquechose ).
Si t'as notion de "relations intimes" est en réaction avec ce que j'ai écris (=j'estime qu'à partir du moment où l'intimité d'un des deux partenaires ou des deux est dévoilée ce n'est plus du domaine du flirt.) je faisais allusion aux parties intimes.
Quant au baiser "poussé" je trouvais déjà ça aussi excitant que de moudre du café alors un baisé "poussé" non consentis quand tu dis que c'est aussi traumatisant qu'un viol je te comprends parfaitement je suis aussi passé par là (mais j'ignorai que c'était considérés comme une agression sexuelle, étant donné que le sexe n'interviens pas là dedans).
Image

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Message par melancolie » 22 janv. 2006, 00:21

Eclora a écrit :
Mélancolie a écrit : Quand j'ai eu des relations hétérosexuelles, les relations signifiaient pénétration, homosexuelles (caresses, sexe oral).
Intéressant, donc si je suis bien ce que tu dis, ce que tu considères comme une relation sexuelle dans le cadre d'un rapport homosexuel n'est plus considérés comme une relation sexuelle dans le cadre d'un rapport hétérosexuel. Je ne vois pas pourquoi une relation sexuelle avec quelqu'un du même sexe n'en serait plus une avec quelqu'un du sexe opposé. La pénétration est plus la "finalité" d'une relation sexuelle mais elle ne constitue pas à elle seule une relation.
Oui, je me rends compte que je suis manipulée malgré moi par une société qui ne fait référence qu'à la relation hétérosexuelle comme la définit l'homme.
Appelons un chat, un chat :oops: pour le sens commun une relation sexuelle hétéro d'après les hommes, c'est la pénétration du pénis dans le vagin. Un homme ne dira pas forcément qu'il a "couché" avec une femme s'il y a eu pénétration autre (doigts, langue) qui sont considérés comme des préliminaires donc un acte sexuel qui n'arrive pas à aboutissement (pour l'homme, bien sûr car peut-être que la femme qualifiera cette relation comme sexuelle:roll: ).
Pour deux femmes, la pénétration d'un pénis étant impossible, une relation sexuelle débute dès qu'il ya sexe oral ou pénétration autre (doigts, objet) car pour elles c'est un aboutissement pour ce qui constitue ordinairement un préléminaire dans une relation hétéro.

quand je me perd dans les mots, je prends le dictionnaire, je cherche la définition d'un mot et mieux son étymologie.

d'abord "sexualité" (Larousse 2005) : " Ensemble des diverses modalités de la satisfaction instinctuelle liée à la reproduction de l'espèce"
C'est pas clair, donc la masturbation, une relation sexuelle avec contraceptif (qui n'est plus liée à la reproduction), le sexe oral, une relation sexuelle sans plaisir (satisfaction) ne sont pas de la sexualité ?

Pour la psychanalyse, d'après Freud qui parle du postulat de l'existence de la libido ou pulsion sexuelle présente dès l'enfance, la sexualité désigne tout un ensemble d'excitations et d'activités qui ne concernent pas seulement l'appareil génital mais procurent un plaisir irréductible à l'assouvissement d'un besoin physiologique (faim, respiration...etc) et se trouvent à titre de composants dans la forme dite normale d'amour sexuel ; opposée à génitalité (rrelatif aux organes de reproduction).

Donc pour lui, déjà les asexuels sont "anormaux" et inexistants puisque tout ce qui procure un plaisir est sexuel (même manger une glace ou s'acheter des fringues) donc les asexuels n'existent pas puisque je n'ai pas rencontré beaucoup d'êtres humains qui n'aient de plaisir à rien. En outre on peut avoir du plaisir sexuel sans sexualité.
L'absence de désir sexuel serait alors a -mais autrechose (plus proche d'a- norexie, absence d'appétit car en latin "appetitus" signifie "désir").

Dans le Larousse, la fellation et le cunnilingus sont définies comme "excitation buccale" sans faire référence à une relation, je peux concevoir que certains yogi soient très souples mais dans la majeure partie des cas le sexe oral nécessite d'être deux :shock:.

Je ne sais pas ce que "flirt" signifie littéralement en anglais (Lumina help :wink: ) mais dans la définition française c'est une relation sentimentale donc sans référence au sexe.
le plus drôle c'est la définition de platonique : "se dit d'un amour, d'une passion purement idéals sans relation charnelle", le terme d'idéal faisant, selon moi référence au monde des idées plus qu'à la notion de perfection mais dans tous les cas la définition de l'amour communément admise fait référence à des relations charnelles sinon elle est imaginaire donc pas réelle (sic) sinon c'est de l'amitié ('attachement mutuel").
je suis désolée mais quand on est amoureux, on le sait... (je pensais au joli post des jambes qui tremblent)

Même les termes de "rapport" ou "relation" sont pas définis, l'un renvoie à l'autre dans le dico, indiquent-ils un lien consenti entre deux individus (si on qualifie un viol de "relation non consentie", c'est que la relation est un échange consenti par les deux parties).

bref, je ne sais pas ce que vous en pensez mais le langage n'aide pas et c'est lui qui forge nos représentations et nous permet de communiquer avec le moins de quiproquos possibles :wink:

J'aimerais avoir l'avis d'hommes A mais aussi de personnes ayant des connaissances en grec/latin pour connaitre l'origine des mots... et bien sûr l'avis de tous car la manière de définir des termes n'est pas anodine.

PS : Clinton n'avait-il pas dit qu'il n'avait pas eu de relations sexuelles avec Monica mais seulement une fellation ???
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
Eclora
Affranchi
Messages : 485
Enregistré le : 13 nov. 2005, 15:25

Message par Eclora » 22 janv. 2006, 18:12

Mélancolie a écrit :Appelons un chat, un chat pour le sens commun une relation sexuelle hétéro d'après les hommes, c'est la pénétration du pénis dans le vagin. Un homme ne dira pas forcément qu'il a "couché" avec une femme s'il y a eu pénétration autre (doigts, langue) qui sont considérés comme des préliminaires donc un acte sexuel qui n'arrive pas à aboutissement (pour l'homme, bien sûr car peut-être que la femme qualifiera cette relation comme sexuelle:roll: ).
Pour deux femmes, la pénétration d'un pénis étant impossible, une relation sexuelle débute dès qu'il ya sexe oral ou pénétration autre (doigts, objet) car pour elles c'est un aboutissement pour ce qui constitue ordinairement un préléminaire dans une relation hétéro.
Ben voilà, dans les deux cas il y a relations sexuelles : la version aboutie (avec pénétration) et la version non aboutie (sans pénétration et pas forcément dans une relation homosexuelle).
Mélancolie a écrit :d'abord "sexualité" (Larousse 2005) : " Ensemble des diverses modalités de la satisfaction instinctuelle liée à la reproduction de l'espèce"
C'est pas clair, donc la masturbation, une relation sexuelle avec contraceptif (qui n'est plus liée à la reproduction), le sexe oral, une relation sexuelle sans plaisir (satisfaction) ne sont pas de la sexualité ?
http://www.teljeunes.com/thematiques/j/j06.asp
Mélancolie a écrit :Pour la psychanalyse, d'après Freud qui parle du postulat de l'existence de la libido ou pulsion sexuelle présente dès l'enfance, la sexualité désigne tout un ensemble d'excitations et d'activités qui ne concernent pas seulement l'appareil génital mais procurent un plaisir irréductible à l'assouvissement d'un besoin physiologique (faim, respiration...etc) et se trouvent à titre de composants dans la forme dite normale d'amour sexuel ; opposée à génitalité (rrelatif aux organes de reproduction).

Donc pour lui, déjà les asexuels sont "anormaux" et inexistants puisque tout ce qui procure un plaisir est sexuel (même manger une glace ou s'acheter des fringues) donc les asexuels n'existent pas puisque je n'ai pas rencontré beaucoup d'êtres humains qui n'aient de plaisir à rien. En outre on peut avoir du plaisir sexuel sans sexualité.
Oui c'est n'importe quoi, je ne vois vraiment pas en quoi le fait de respirer, manger une pomme, boire un verre d'eau ou mater un bon film au ciné seraient des actes sexuels.
Mélancolie a écrit :Dans le Larousse, la fellation et le cunnilingus sont définies comme "excitation buccale" sans faire référence à une relation, je peux concevoir que certains yogi soient très souples mais dans la majeure partie des cas le sexe oral nécessite d'être deux
En fait, j'ai découvert que ça s'appelait également une relation sexuelle orale (http://www.teljeunes.com/thematiques/j/j08.asp)
Mélancolie a écrit :le plus drôle c'est la définition de platonique : "se dit d'un amour, d'une passion purement idéals sans relation charnelle", le terme d'idéal faisant, selon moi référence au monde des idées plus qu'à la notion de perfection mais dans tous les cas la définition de l'amour communément admise fait référence à des relations charnelles sinon elle est imaginaire donc pas réelle (sic) sinon c'est de l'amitié ('attachement mutuel").
je suis désolée mais quand on est amoureux, on le sait... (je pensais au joli post des jambes qui tremblent)
Voir également mon post : http://www.asexuality.org/fr/viewtopic. ... ight=#5588
Mélancolie a écrit :PS : Clinton n'avait-il pas dit qu'il n'avait pas eu de relations sexuelles avec Monica mais seulement une fellation ???
Oui mais je pense qu'il l'a dit pour tenter de sauver sa peau (l'art de prendre les gens pour des cons). Imagine un peu le scénario du mec qui le prends pour modèle et qui rentre chez lui : "mais chérie, avec bidulette on s'est juste fait quelques gâteries, je ne l'ai pas pénétré, nous n'avons donc pas eu de relations sexuelles, donc tu vois bien que je ne t'ai pas trompé" (y a des baffes qui se perdent)
Image

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Message par melancolie » 22 janv. 2006, 22:44

http://www.teljeunes.com/thematiques/j/j06.asp[/url]

Si tu as entre 14 et 17 ans

Tu peux consentir à une activité sexuelle. Cependant, l'incitation et les contacts sexuels sont criminels si :

l'autre personne impliquée dans l'activité sexuelle est en situation d'autorité (ex. : enseignant, directeur d'école, policier) ;
l'autre personne est en situation de confiance vis-à-vis toi (ex. : oncle) ;
l'une des deux personnes est en situation de dépendance
.


Merci infiniment pour ce lien, si j'avais eu connaissance de cette info à 15 ans (pour moi, j'étais dans la limite d'âge de la majorité sexuelle et je n'avais qu'à la boucler ou me défendre et de toute façon c'était de ma faute), je pense que certaines choses dans ma vie auraient changé :cry:
15 ans après je me suis défendue pour un acte moins grave (pas de pénétration sexuelle), ce qui n'a abouti "qu'à" une agression sexuelle (jusqu'au procès). Et là, j'ai pris ma revanche, si je peux m'exprimer ainsi aussi pour l'autre fois.

Eclora tu avais écrit :
Quant au baiser "poussé" je trouvais déjà ça aussi excitant que de moudre du café alors un baisé "poussé" non consentis quand tu dis que c'est aussi traumatisant qu'un viol je te comprends parfaitement je suis aussi passé par là (mais j'ignorai que c'était considérés comme une agression sexuelle, étant donné que le sexe n'interviens pas là dedans).
Le sexe n'intervient peut-être pas directement mais j'imagine que c'est considéré comme un préléminaire sexuelle (jusqu'où la personne serait-elle allée si tu n'avais pas dit "stop" ?
Tu vois que le droit ne considère pas une agression sexuelle liée forcément à un contact avec le sexe ; donc tout acte de pénétration non consentie ou/et avec violence dans le corps est une agression car elle est un viol de l'intimité. Après la justice juge aussi sur les conséquences que ça a sur la victime.
Je trouve important de dire ça sur un post même si ce n'est pas le sujet d'origine car tant de personnes abusées vivent dans la honte.

PS : Pour terminer sur une note plus légère, moudre du café, j'aime bien, ça me défoule et ça sent bon :wink: , Freud dirait que c'est sexuel :roll:
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
Eclora
Affranchi
Messages : 485
Enregistré le : 13 nov. 2005, 15:25

Message par Eclora » 22 janv. 2006, 23:41

Mélancolie a écrit :Merci infiniment pour ce lien, si j'avais eu connaissance de cette info à 15 ans (pour moi, j'étais dans la limite d'âge de la majorité sexuelle et je n'avais qu'à la boucler ou me défendre et de toute façon c'était de ma faute), je pense que certaines choses dans ma vie auraient changé
Moi aussi j'aurai aimé le savoir plus tôt :( ; et pour en revenir sur le fait de devoir se défendre c'est valable surtout si on est musclé ou armée ou suicidaire parce que plus on se défent plus on est violenté en retour :( .
Mélancolie a écrit :Le sexe n'intervient peut-être pas directement mais j'imagine que c'est considéré comme un préléminaire sexuelle (jusqu'où la personne serait-elle allée si tu n'avais pas dit "stop" ?
Tu vois que le droit ne considère pas une agression sexuelle liée forcément à un contact avec le sexe ; donc tout acte de pénétration non consentie ou/et avec violence dans le corps est une agression car elle est un viol de l'intimité. Après la justice juge aussi sur les conséquences que ça a sur la victime.
Et encore une chose que j'aurai aimé savoir plutôt :( .
Mélancolie a écrit :Je trouve important de dire ça sur un post même si ce n'est pas le sujet d'origine car tant de personnes abusées vivent dans la honte.
Oui on est HS, et d'ailleurs j'avais pensé à démarrer un topic sur le viol et les agressions sexuelles il y a quelque temps déjà mais je ne savais pas comment aborder le sujet, et comme ici le sujet s'y prétais (grâce à un de tes post) ben j'en ai profité.
Mélancolie a écrit :Freud dirait que c'est sexuel
Attention je vais me défouler en écrivant une généralité sexiste : Freud était un mec c'est donc normal qu'il rapporte tout au sexe (j'avais prévenue :lol: )
Image

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Message par melancolie » 23 janv. 2006, 19:54

[quote="Eclora Moi aussi j'aurai aimé le savoir plus tôt :( ; et pour en revenir sur le fait de devoir se défendre c'est valable surtout si on est musclé ou armée ou suicidaire parce que plus on se défent plus on est violenté en retour :( .
Mélancolie a écrit :Je trouve important de dire ça sur un post même si ce n'est pas le sujet d'origine car tant de personnes abusées vivent dans la honte.
Pour se défendre, vu la situation (mains immobilisées et impossible de crier), la seule défense que j'ai pu avoir il y a trois ans, ça a été de mordre mon agresseur à la bouche jusqu'au sang et de tenter de lui donner un coup de genoux dans les parties et il a pris ses jambes à son cou...
Je n'ai jamais fait de body building ni de self-défense (et je suis pas grande) donc adulte, on peut toujours au moins essayer de se défendre (j'ai eu de la chance qu'il n'avait pas d'armes :roll: )

Quant un post sur les abus et viols je ne pense pas que ce soit ici le lieu car le "grand public" risque de faire l'amalgame asexualité=traumatisme=maladie comme on fait souvent l'amalgame homosexualité=haine ou traumatisme avec le sexe opposé.
Alors que j'ai l'impression que la plupart des A n'ont pas vécu de traumatismes particuliers...

Par contre, je mets ici un lien sur ce sujet (il y a un forum aussi) :

http://www.rayondesoleil.org/

et aussi une partie d'un autre forum que je connais (non spécialisé dans les abus mais dans les TCA) :
http://diaphane.noa.free.fr/viewforum.p ... 392552c517
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
Eclora
Affranchi
Messages : 485
Enregistré le : 13 nov. 2005, 15:25

Message par Eclora » 23 janv. 2006, 20:34

Mélancolie a écrit :il a pris ses jambes à son cou...
Tu as eu beaucoup de chance les agresseurs ont (très) rarement ce genre de réaction.
Mélancolie a écrit :on peut toujours au moins essayer de se défendre
Je ne dis pas le contraire, évidemment c'est une réaction on ne peut plus normale que de se défendre, le problème c'est que, comme je l'écrivais, dans 99% des cas ça ne fera qu'énerver notre agresseur qui se montrera encore plus violent.
Mélancolie a écrit :Quant un post sur les abus et viols je ne pense pas que ce soit ici le lieu car le "grand public" risque de faire l'amalgame asexualité=traumatisme=maladie
Oui tu as raison, un topic sur le sujet risquerait de desservir le forum, du fait de l'amalgame qui serait fait, c'est pourquoi d'ailleurs je vais rappeler que pour ma part (et je crois qu'il en va de même pour toi) je n'avais aucun interet pour le sexe bien avant d'être agressée.
Image

Avatar du membre
Naibed
Adepte
Messages : 187
Enregistré le : 07 nov. 2005, 02:31
Localisation : Overijse, Belgique
Contact :

Message par Naibed » 24 janv. 2006, 00:26

Mélancolie a écrit :Quant un post sur les abus et viols je ne pense pas que ce soit ici le lieu car le "grand public" risque de faire l'amalgame asexualité=traumatisme=maladie
Une violence n'est jamais une maladie. C'est une aggression, voire, lorsqu'il y a pénétration sexuelle et que le consentement de la victime est vicié, que ce soit par violence, contrainte, menace ou surprise (femme droguée par exemple), un viol.

(soit dit en passant, le "baisé forcé" n'est en aucun cas un viol (qui, je le rappelle, est un crime au sens de la loi pénale). Et j'ajouterai que je suis passablement choquée par l'usage abusif fait d'un mot aussi grave ici : il y a une décence à garder vis-à-vis des véritables victimes de viols, en ne galvaudant pas un mot aussi grave en l'étendant à ce qu'il n'est pas, avec des effarouchements de midinettes. :( )

Ceci dit, je pense moi, que ce ne serait pas une mauvaise idée de parler des abus sexuels, des agressions sexuelles, voire des viols ici (mais à condition d'en parler correctement, et de ne pas raconter n'importe quoi). Et que ça peut aider les victimes de tels actes, de nommer les faits, c'est-à-dire de leur donner un nom, une qualification, un poids de gravité approprié. Mais à condition, je le rappelle, de ne pas faire de confusion, en mélangeant tout à n'importe quoi.

Par ailleurs, je pense que l'amalgame est un mauvais prétexte : ce n'est pas parce que certains cas d'asexualité ont (certainement) pû être provoqués par des atteintes sexuelles, des aggressions sexuelles, voire des viols, que cela va provoquer l'amalgame sur les nombreux asexuels qui n'ont jamais subi aucun traumatisme dû à des facteurs de cet ordre, et dont le choix de l'asexualité repose sur de toutes autres raisons.
N
--
Ici il y avait une signature cool

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Message par melancolie » 24 janv. 2006, 02:14

[quote="Naibed
(soit dit en passant, le "baisé forcé" n'est en aucun cas un viol (qui, je le rappelle, est un crime au sens de la loi pénale). Et j'ajouterai que je suis passablement choquée par l'usage abusif fait d'un mot aussi grave ici : il y a une décence à garder vis-à-vis des véritables victimes de viols, en ne galvaudant pas un mot aussi grave en l'étendant à ce qu'il n'est pas
, avec des effarouchements de midinettes. :( )
.[/quote]

Jamais je ne souhaiterai pour toi qu'un type te saute dessus dans un couloir de métro, te jète violemment contre un mur, te bloque les bras et tout le corps et que tu sois immobilisée, enfonce sa langue dans ta bouche, que tu ne puisses crier, que des gens passent devant toi sans intervenir et que quand tu arrives à te dégager il tente de t'arracher les vêtements... Et nous étions 5 victimes, d'autres plus jeunes n'ont pas eu la force physique de se défendre et il est allé plus loin...
j'aurais du faire quoi attendre la totale pour être considérée comme une "véritable victime de viol honorable" et non une midinette ?
Sans compter la déposition en détail à un policier homme et devant tout le monde au procès un an après.
La justice a qualifié cet acte d'agression sexuelle (ce n'est pas moi qui ai "choisi" ce terme, pour moi c'était juste une agression ou au pire une "tentative de viol") et non de viol .
Si ça te rassures, 15 ans auparavant, mon abus était directement sexuel et j'en ai jamais parlé pendant plus de 13 ans, tellement la honte était grande.
Bien sûr, une agression et un viol ne sont pas des maladies mais elles en provoquent (dépressions, agoraphobies, crises de panique...etc)
Je t'en prie Naibed, réfléchis un peu avant d'écrire et révise ton droit :twisted:

La midinette
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Message par melancolie » 24 janv. 2006, 02:28

[quote="Naibed
Ceci dit, je pense moi, que ce ne serait pas une mauvaise idée de parler des abus sexuels, des agressions sexuelles, voire des viols ici (mais à condition d'en parler correctement, et de ne pas raconter n'importe quoi). Et que ça peut aider les victimes de tels actes, de nommer les faits, c'est-à-dire de leur donner un nom, une qualification, un poids de gravité approprié. Mais à condition, je le rappelle, de ne pas faire de confusion, en mélangeant tout à n'importe quoi.

.[/quote]
Bien sûr, que ça aide d'en parler, mais est-ce l'objectif de ce forum ?
Ouvre le post, toi qui en connais tant sur ce sujet délicat dans le respect et l'écoute du vécu des victimes (non midinettes, il va de soi).
Je persiste pour moi, développer plus le sujet relève du thérapeutique, mais si tu te sens assez forte pour relever le défi, vas-y mais j'aimerais avoir l'avis des modérateurs là-dessus :?:
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
lumina
Amène
Messages : 412
Enregistré le : 07 août 2005, 00:56
Localisation : Paris

Message par lumina » 24 janv. 2006, 04:06

melancolie a écrit : Je ne sais pas ce que "flirt" signifie littéralement en anglais (Lumina help :wink: ) mais dans la définition française c'est une relation sentimentale donc sans référence au sexe.
Bien bien bien ... Super Lumi à la rescousse! même si c'est avec un peu de retard :lol:
je prend mon dico d'anglais unilingue et je trouve une definition tres interessante...Je vais la traduire ici pour vos beaux yeux ... :lol:

"Flirt" a 3 sens en anglais:
1) montrer un interet particulier pour une chose ou une activité
2) agir délibérément de manière à courir un risque, un danger ou la mort
3) agir comme si on trouvait une autre personne sexuellement attirante mais sans pour autant avoir l'intention d'avoir une relation avec elle.

C'est donc ici la troisième definition qui nous interesse principalement.

Notez le "comme si" impliquant l'idée de faux semblant.
Dans l'idée de flirt, il y a donc bien une idée de sexe présente, mais atténuée par le "comme si".
On ne ressent pas d'attirance sexuelle pour la personne mais on joue a faire semblant.
De la même façon que l'on fait semblant de trouver la personne en face sexuellement attirante, on fait également semblant d'avoir envie d'aller plus loin avec elle.

Remarque: la définition parle d'une "relation", pas de "relations" au pluriel; et ne précise pas non plus de quelle sorte de relation il s'agit...
Définition donc assez vague en somme à part l'idée de faux-semblant prédominante.
Eclora a écrit :
Mélancolie a écrit :PS : Clinton n'avait-il pas dit qu'il n'avait pas eu de relations sexuelles avec Monica mais seulement une fellation ???
Oui mais je pense qu'il l'a dit pour tenter de sauver sa peau (l'art de prendre les gens pour des cons).
Encore un questionnement du aux alléas de la traduction....

en version originale, Clinton a du répondre quelque chose du genre :
" I didn't had sex with Monica"
Ce qui peut soit se traduire par "on n'a pas fait l'amour" soit par " on n'a pas eu de relations sexuelles", ce qui est en effet assez proche.
Or, alors que la première traduction est clair, la seconde l'est un peu moins (car soulevant des questions sur la définition d'une relation sexuelle).

En fait, je pense que ce que Clinton voulait dire était qu'il n'avait pas "couché" avec Monica à proprement parlé.

Mais ce que dit Eclora est également, à mon sens du moins, tout à fait pertinent.
~ Lumina ~

"It takes a lot of courage to grow up and be who you really are." (EE Cummings)

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités