Votre A due à un blocage ou fait-elle partie de vous?

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
ToPa
Affable
Messages : 113
Enregistré le : 17 juin 2005, 14:07
Localisation : Grenoble

Votre A due à un blocage ou fait-elle partie de vous?

Message par ToPa » 04 sept. 2005, 10:40

En lisant les posts nous concernant je constate que pour beaucoup il y à une éspèce de blocage en ce qui concerne l'aspect sexuel, blocage du en général à une enfance difficile, ou des experiences traumatisantes. Pour d'autres (comme moi) le sexe ne représente pas un interet suffisant pour y accorder du temps ou de l'importance. Satisfaire une fille par des caresses, des touchers, ou des léchouilles ne me pose pas de soucis, meme si la pénétration ne m'offre aucun plaisir et de fait ne m'attire pas, le manque n'est pas présent. Alors à ceux qui pensent avoir un blocage, le sexe vous manque t-il quelquepart? Voudriez vous retrouver une séxualité active par différents moyens? Ou alors êtes vous pleinement satisfaits et éqilibrés ainsi?.

Miaous
Affilié
Messages : 320
Enregistré le : 05 juin 2005, 19:07

Message par Miaous » 04 sept. 2005, 19:20

Moi je me sens bien comme je suis. Mais si je décide de me trouver une partenaire, il faudra surement que je fasse certaines concessions.

Pour ce qui est des causes de l'asexualité, aucun incident qui aurait pu provoquer cela.

Quand je me trouve face à une fille, je ne ressens pas le besoin de coucher avec elle. Des fois, je me demande s'il faut que je la prenne dans mes bras ou si je suis supposé l'embrasser. Rien d'instinctif : si je ne me force pas intellectuellement à agir, il ne se passe rien, parce que je ne ressens pas le besoin d'agir.

NeeNoon
Affilié
Messages : 323
Enregistré le : 03 mai 2005, 03:58
Localisation : Québec/Canada
A été aimé : 1 fois

Re: Votre A due à un blocage ou fait-elle partie de vous?

Message par NeeNoon » 04 sept. 2005, 19:43

ToPa a écrit :En lisant les posts nous concernant je constate que pour beaucoup il y à une éspèce de blocage en ce qui concerne l'aspect sexuel,
C'est bizarre je n'ai pas constaté ça du tout :!: :?: :!:
Topa a écrit :Alors à ceux qui pensent avoir un blocage, le sexe vous manque t-il quelquepart? Voudriez vous retrouver une séxualité active par différents moyens? Ou alors êtes vous pleinement satisfaits et éqilibrés ainsi?.
Non je ne crois pas avoir de blocage du tout. Je pense que mon asexualité est principalement hormonale, car je n'ai pas de désir sexuelle, et par expérience je sais que c'est très puissant les hormones. Et ensuite par manque d'intérêt, je suis très intello, très peu intéressé par mon corp ou le corp des autres, je suis une fille d'idée, idéologie, de philosophie, de croyance.
NeeNoon

Si le sexe est une chose toute naturelle, comment se fait-il qu'on plublie autant de livres sur le sujet? [Bette Midler]

Avatar du membre
Azerty
Affranchi
Messages : 488
Enregistré le : 09 mai 2005, 20:25
Localisation : Paris, FRANCE

Message par Azerty » 04 sept. 2005, 22:21

J'imagine que mon asexualité se renforce au fil du temps mais qu'elle a toujours été présente, qu'elle a été nourrie par mes idéaux et rejets de la sexualité. Pour expliquer le rejet, je ne peux pas invoquer de mauvais rapports, car je ne suis jamais passée à l'acte, ni une enfance difficile... A tort, de façon quasiment inconsciente, j'imputais la sexualité aux hommes... De ce fait, toutes les déviances que je rencontrais étaient de leur faute... J'avoue que c'est un raisonnement pathologique, parce que j'avais tous les jours des exemples montrant que les garçons n'étaient pas tous des obsédés pervers, à la limite de la criminalité.
Et puis, et puis, Aven. Un gros choc dans ma vie. Il y a d'autres femmes asexuelles et surtout, les hommes peuvent être asexuels. :shock: Impossible ! Mes croyances se trouvent bouleversées. De plus, je sais maintenant que je peux rencontrer un asexuel et en tomber amoureuse. La probabilité est tout de même minuscule. Moi qui m'étais résignée à être seule, cet infime espoir est plus douloureux que la solitude.

:shock: Waouh ! En me relisant, je vois un gros et beau HORS-SUJET ! :? ... Bon, pour revenir sur le droit chemin, mon asexualité fait partie de moi. Je l'ai apprise comme on apprend la sexualité. :P

Miaous
Affilié
Messages : 320
Enregistré le : 05 juin 2005, 19:07

Message par Miaous » 04 sept. 2005, 23:29

evguenia a écrit : tu veux dire face à une fille qui te plait ? ou une fille que tu aimes bien ? ça change tout ça... sinon as tu essayé de réagir pour toi ? je veux dire, de te dire "j'aurais envie de faire quoi avec elle ?"... effectivement tu peux avoir seulement envie d'être à côté d'elle sans toutefois faire autre chose (comme l'embrasser ou la prendre dans tes bras). je veux bien que tu expliques davantage, thanks ! :wink:
Pour une fille que je trouve belle Image, en général, le seul truc qui me passe dans la tête c'est qu'elle est très belle. En général, les autres types se retournent ou la regardent fixement de la tête aux pieds Image. Ils disent "Wouha le canon!" ou "j'aimerais bien coucher avec elle" Image. Eh ben je ne ressens pas toute ces émotions :?
Je dirais que j'ai la même réaction qu'un enfant de 5 ans quand il s'exclame à voix haute "regarde Maman, la femme là bas, qu'est ce qu'elle est belle!" C'est plus de l'admiration, de la contemplation qu'autre chose.

Pour une fille que j'aime bien, ou que j'aime comme un fou Image, je ne sais pas quoi faire parfois. Quand je vois à la télé (bon je sais, c'est quand même autre chose que la vraie vie) que les gens s'embrassent spontannément lorsqu'ils se séparent à la fin d'une soirée passée ensemble, je me dis "c'est comme ça que je suis supposé réagir?" Image.

Moi, quand je quitte une fille après une bonne soirée, j'ai juste envie de lui serrer la main (ou faire la bise si je l'apprécie beaucoup). Je suis obligé de réfléchir pour savoir ce que je suis supposé faire Image. Quand je vois que la fille à l'air si fragile, si petite, si vulnérable, qu'elle a une sorte de lueur dans les yeux, mon cerveau intervient et je me pose la question : dois-je l'embrasser ou pas? Sinon aucune pulsion ou désir de l'embrasser comme un Don Juan. Ce n'est pas une chose qui me vient instinctivement.

Moi je me contente en général de passer une bonne soirée avec la personne à discuter. Serrer quelqu'un dans mes bras, ça aussi, ce n'est pas instinctif chez moi.


C'est un peu pour cela que j'aimerais bien savoir ce que ressent une personne sexuelle. J'aimerais bien agir de façon plus spontannée, faire les choses parce que j'ai envie, pas simplement parce que mon cerveau me dit que c'est ce qu'on doit faire normalement.

NeeNoon
Affilié
Messages : 323
Enregistré le : 03 mai 2005, 03:58
Localisation : Québec/Canada
A été aimé : 1 fois

Message par NeeNoon » 04 sept. 2005, 23:55

AZERTY a écrit :mon asexualité fait partie de moi. Je l'ai apprise comme on apprend la sexualité. :P
Que c'est bien dit ça, j'aime beaucoup.
Image
NeeNoon

Si le sexe est une chose toute naturelle, comment se fait-il qu'on plublie autant de livres sur le sujet? [Bette Midler]

Avatar du membre
Jullianna
AVENant
Messages : 3995
Enregistré le : 27 mai 2005, 21:02
Localisation : Pays de la Loire
A aimé : 44 fois
A été aimé : 36 fois

Message par Jullianna » 05 sept. 2005, 01:06

AZERTY a écrit : Et puis, et puis, Aven. Un gros choc dans ma vie. Il y a d'autres femmes asexuelles et surtout, les hommes peuvent être asexuels. :shock: Impossible ! Mes croyances se trouvent bouleversées. De plus, je sais maintenant que je peux rencontrer un asexuel et en tomber amoureuse. La probabilité est tout de même minuscule. Moi qui m'étais résignée à être seule, cet infime espoir est plus douloureux que la solitude. P
:trist: , ça me rend triste ce que tu dis ... comme je l'ai déjà dit , moi , c'est il y a 4 ans , ce gros choc dans ma vie !!! mais que de liberté depuis .. être soi - se sentir libre et d'espérer - c'est possible , alors pourquoi pas moi ?? et encore , ce n'était pas cette "chance" d'échanger avec d'autres un peu ou bcp comme moi . La probabilité est minuscule , tu dis ... mais qu'en sais-tu ??? tu crois que pour ceux qui sont + S , c'est facile de rencontrer qqun (oui , peut-être... ) mais que ça dure .. , que ce soit simple ... pas vraiment convaincue ?? (il suffit de regarder son entourage ) -
infime espoir , doit être remplacé par confiance en soi !!! - et après ...
je n'ai pas de boule de cristal ... sois toi-même et bonne chance !!!! :wink:
AZERTY a écrit :
Bon, pour revenir sur le droit chemin, mon asexualité fait partie de moi. Je l'ai apprise comme on apprend la sexualité. :P
magnifique réponse - je suis dans le même cas ...

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Votre A due à un blocage ou fait-elle partie de vous?

Message par Syd » 05 sept. 2005, 11:36

NeeNoon a écrit :
ToPa a écrit :En lisant les posts nous concernant je constate que pour beaucoup il y à une éspèce de blocage en ce qui concerne l'aspect sexuel,
C'est bizarre je n'ai pas constaté ça du tout :!: :?: :!:
Pareil que NeeNoon, je n'ai pas l'impression que pour beaucoup ici, il s'agit d'un blocage.

Pour moi, il s'agit d'un désintérêt absolu. Depuis que je suis très jeune, j'ai eu conscience que le sexe ne présentait aucun intérêt pour moi. Et à mon âge, je n'ai toujours pas changé d'avis. De la même façon, on pourrait dire que le saut à l'élastique ou jouer au bridge ne présentent aucun intérêt non plus.
Je ne fais même pas de rejet, c'est juste extrêmement éloigné de mes centres d'intérêts.
Miaous a écrit :En général, les autres types se retournent ou la regardent fixement de la tête aux pieds Image. Ils disent "Wouha le canon!" ou "j'aimerais bien coucher avec elle" Image. Eh ben je ne ressens pas toute ces émotions :?
Les réactions que tu évoques sont-elles vraiment des "émotions"... Je dirais que ce sont plutôt des sensations physiques pures, non ?

Avatar du membre
Gianni
Floodeur intermittent
Messages : 3875
Enregistré le : 31 juil. 2005, 19:41
Localisation : Viña Del Mar
A été aimé : 3 fois
Contact :

Message par Gianni » 05 sept. 2005, 22:20

Blocage ? Je ne pense pas...

Mais Asexualité totale, c'est certain ! Aucune envie de passer à l'acte. J'admire la beauté, je peux toucher du bouts des doigts, comme je toucherais une statue, une fleur, etc.. pour voir avec les doigts, renforcer la vue... mais sans aucun but sexuel

Toucher ou embrasser quelqu'un que j'aime, pour témoigner mon affection...

En fait, c'est comme si mon corps ne se comportait pas en "despote" ! Pas d'exigences particulières. Par exemple, la gourmandise ? même enfant, c'est la faim et non la gourmandise qui triomphait...
Le sexe, c'est la rencontre de deux corps. Le bonheur, c'est la rencontre de deux personnes. [Hervé Desbois]
Notre ville: http://asexuellecity.miniville.fr/env

Miaous
Affilié
Messages : 320
Enregistré le : 05 juin 2005, 19:07

Re: Votre A due à un blocage ou fait-elle partie de vous?

Message par Miaous » 06 sept. 2005, 00:32

Syd a écrit :Les réactions que tu évoques sont-elles vraiment des "émotions"... Je dirais que ce sont plutôt des sensations physiques pures, non ?
Ben j'aimerais avoir ce côté "passionné", où le désir, l'envie, les hormones prennent le dessus. En amour, j'ai l'impression d'être handicapé, parce que je n'arrive pas à agir comme les autres Image.

D'un autre côté, ça me suffit de ne pas aller plus loin avec une fille, je n'en ressens pas le besoin Image
Image

Avatar du membre
Azerty
Affranchi
Messages : 488
Enregistré le : 09 mai 2005, 20:25
Localisation : Paris, FRANCE

Message par Azerty » 06 sept. 2005, 14:36

Miaous a écrit :Ben j'aimerais avoir ce côté "passionné", où le désir, l'envie, les hormones prennent le dessus.
Peut-être que tu te découvriras un côté passionné quand tu rencontreras la personne qui fera chavirer ton coeur :wink: ... Ou peut-être tout simplement qu'aimer, sans ce côté passionné, est ta façon à toi d'aimer... :roll:
Sois toi-même. :P

Avatar du membre
FCK
Adepte
Messages : 247
Enregistré le : 06 mai 2005, 11:40
Localisation : Perpignan - FRANCE

Re: Votre A due à un blocage ou fait-elle partie de vous?

Message par FCK » 09 sept. 2005, 19:22

ToPa a écrit :En lisant les posts nous concernant je constate que pour beaucoup il y à une éspèce de blocage en ce qui concerne l'aspect sexuel, blocage du en général à une enfance difficile, ou des experiences traumatisantes. Alors à ceux qui pensent avoir un blocage, le sexe vous manque t-il quelquepart? Voudriez vous retrouver une séxualité active par différents moyens? Ou alors êtes vous pleinement satisfaits et éqilibrés ainsi?.
Question très difficile et complexe, ToPa... :?

Je pense qu'il y a des deux dans mon cas.

Je pense tout de même être asexuel depuis toujours car je n'ai jamais vraiment aimé le sexe, même quand j'avais une vie sexuelle (chaotique, insatisfaisante et sporadique).
Je n'y pense jamais, je ne "consomme" pas de produits porno, je ne drague pas et n'en ressens aucune frustration. Le cul me gave, je n'y suis pas sensible.
J'ai toujours vécu la sexualité comme quelque chose de problématique, une contrainte, un ennui.
Comme le disais Evguenia, je pense que nous ne naissons pas tous avec le même capital sexuel. Certain(e)s sont très porté(e)s sur la chose alors que d'autres ont un appétit sexuel très faible, voire pas du tout.
Je me situe dans la 2e catégorie.
Certains parlent d'"hyposexualité"... pourquoi pas?

Cependant, j'ai grandi dans une famille où j'ai très tôt décelé les rapports de force (évidents chez nous) liés au sexe et aux relations homme-femme. Ca laisse des traces, des cicatrices.
Petite soeur sous Prozac dès l'âge de 14 ans, terreur de l'amour et du couple pour nous deux (peur d'être abandonné sous-jacente, peur de perdre son indépendance et sa liberté, de l'avilisation et de l'humiliation comme notre mère)... etc.

Il y a 3 ans 1/2, ma mère a été violée par mon père (après avoir divorcé, 1 an plus tôt). Des heures de séquestration, de chantage, de coups et puis viol finalement.

C'est l'arrivée de ma petite soeur qui a permis d'y mettre un terme (elle rentrait à la maison avec des amies). Moi je vivais encore à Paris.
Ma petite soeur est entrée en hôpital psychiatrique à l'âge de 16 ans, pour une durée de 3 semaines.

Rétrospectivement, je pense qu'elle "s'effondrait" parce que je partais vivre à Londres et qu'elle ne se sentait plus protégée par moi, seule figure adulte et "parentale" crédible à ses yeux (nous ne faisons plus confiance en nos parents et n'attendons rien d'eux. Ils nous ont prouvés, à maintes autres occasions, qu'ils n'étaient pas là lorsque nous en avions besoin. En revanche, ils n'hésitent pas à faire appel à nous quand ils ont besoin d'aide).

Ma soeur se dit aussi asexuelle. Je lui ai parlé de l'AVEN parce que j'avais l'intime conviction qu'elle était A, elle aussi. La découverte du concept d'asexualité a été pour elle aussi un choc salvateur, une révélation.
En revanche, sa vision de la sexualité est un peu différente de la mienne. Le sexe ne me dégoûte pas. Je le trouve ridicule, vain et médiocre.
Tandis qu'elle est dégoûtée par ça, l'idée de la pénétration lui est insupportable et elle est très sensible à l'aspect "violence" de la sexualité. Je trouve que sa vision a beaucoup de similitudes avec celle d'Evguenia.

Nous avons presque 12 ans d'écart (18 ans pour elle, 30 pour moi). Les multiples épreuves que nous avons endurées au cours des violences familiales (je n'en ferai pas l'inventaire, ça prendrait des heures...) nous ont soudés à vie. Trop même, car je suis conscient que notre relation a une dimension pathologique.

Chacun est pour l'autre l'être le plus aimé au monde, presque la seule raison de vivre.
Elle est ma soeur, mon double (même sensibilité, même humour, même forme d'intelligence, mêmes attitudes, même vision des choses, même sens de la dérision, même perception aigüe de la médiocrité et de la vanité de toute chose...). il y a des choses que seuls elle et moi pouvons dire, comprendre de la même manière.

Quelque part, elle est un peu ma fille, j'ai un devoir de protection, d'amour, d'éducation envers elle. Puisque nos parents ont lamentablement échoué à ce niveau aussi...
Certain(e)s d'entre vous comprendront mieux ma vision par rapport à la vie et au désir d'enfants.

Elle compte plus que tout à mes yeux. Si elle devait disparaitre avant moi je crois que je n'y survivrais pas. La savoir dans un endroit inconnu, mystérieux (peut être hostile?) toute seule, sans moi pour la protéger est une idée qui me rend fou. Je crois que je me suiciderais dans les minutes qui suivent pour la rejoindre. Mon amour de la vie est bien plus faible que mon amour pour ma soeur.

Je pense qu'elle et moi avons inconsciemment poussé l'empathie et la compassion que nous avons alors éprouvés envers ma mère jusqu'à l'identification.
Ma mère s'en est (difficilement) remise, peu à peu. Pas nous.
Quelque part, ma soeur et moi avons l'impression d'avoir été violés. Difficile d'avoir une vision positive des hommes dans ces circonstances... surtout pour une jeune fille hétéro et un mec homo: ça bloque pas mal les perspectives de former un couple avec un homme!

Nous ne supportons plus les scènes de viol à la TV ou au ciné. On doit sortir. J'en deviendrais fou. L'impression que mon âme explose en mille morceaux à l'intérieur, de tristesse, de rage et de haine.
Nous ne supportons plus toute forme de machisme ou de sexisme. La mysoginie est à nos yeux une maladie mentale.
Toute forme de domination d'une catégorie sur une autre nous rend dingues (mysoginie mais aussi homophobie, racisme, antisémitisme etc...). On a beaucoup de mal avec l'injustice, les rapports de force (on a trop connu ça). Et le couple est basé là-dessus aussi, qu'on l'admette ou pas.

Alors OK, je n'ai jamais été un mec "chaud" à la base, mais je suis aussi sérieusement abimé...
Quel est le facteur qui l'emporte? Impossible à savoir: les structures psychologiques sont tellement subtiles et complexes...
C'est un peu comme l'éternel débat sur l'innée et l'acquis... va savoir!
L'âme, c'est ce qui refuse le corps. ALAIN.

Avatar du membre
Azerty
Affranchi
Messages : 488
Enregistré le : 09 mai 2005, 20:25
Localisation : Paris, FRANCE

Message par Azerty » 10 sept. 2005, 08:56

enguenia a écrit :Ton témoignage est touchant FCK.
Oui ! Waouh, waouh, waouh... :trist: :trist: :trist: (soupir)

J'envie un peu (beaucoup !), FCK, la relation que tu as avec ta soeur.

Un peu dans le même cas de figure, j'ai un frère et des parents qui n'ont pas toujours été "géniaux"... Mon frère et moi, nous nous comprenons lorsqu'il s'agit d'évoquer mon père (cela s'est calmé ces derniers temps mais pour moi, il restera toujours plus ou moins le bourreau de ma mère...) mais nos points de vue divergent totalement sur tous les autres sujets... De ce fait, je me demande même si nous avons seulement un point commun. :? Peut-être est-ce nos âges, très rapprochés, qui ont empêché une certaine complicité, et qui ont développé plutôt une certaine rivalité... Je le déplore beaucoup mais aujourd'hui, je ne peux rien faire, le caractère de mon frère est bien trempé, plus tard peut-être aurons-nous une relation plus fraternelle...
D'autre part, j'ai un demi-frère qui aurait pu représenter la figure parentale respectable et protectrice, celle que tu représentes pour ta soeur, la différence d'âge s'y prêtant bien. Ce demi-frère qu'autrefois j'appelais frère parce qu'il était comme un frère m'a profondément blessée et si aujourd'hui je lui parle (répondre à ses "ça va ?" par un "oui"), c'est en grande partie par amour pour ma mère qui ne supporte pas les mésententes, les conflits au sein de la famille. C'est un défaut mais je ne pardonne pas facilement, je pense qu'une personne qui nous a fait du mal peut nous en refaire le lendemain...
Enfin, tout ça pour dire que la relation, à dimension pathologique ou pas, que tu possèdes avec ta soeur, est une chance...un bonheur.

Avatar du membre
Gianni
Floodeur intermittent
Messages : 3875
Enregistré le : 31 juil. 2005, 19:41
Localisation : Viña Del Mar
A été aimé : 3 fois
Contact :

Message par Gianni » 10 sept. 2005, 12:48

AZERTY a écrit : Enfin, tout ça pour dire que la relation, à dimension pathologique ou pas, que tu possèdes avec ta soeur, est une chance...un bonheur.
A ce jour, je n’ai pas souvent eu l’occasion de voir cette « fraternité» idyllique ! Tu as de la chance FCK ! Je connais trop de cas de… haine fraternelle !

Je t’adopte comme frangin !
:bise:
Le sexe, c'est la rencontre de deux corps. Le bonheur, c'est la rencontre de deux personnes. [Hervé Desbois]
Notre ville: http://asexuellecity.miniville.fr/env

Avatar du membre
FCK
Adepte
Messages : 247
Enregistré le : 06 mai 2005, 11:40
Localisation : Perpignan - FRANCE

Re: Votre A due à un blocage ou fait-elle partie de vous?

Message par FCK » 10 sept. 2005, 13:44

evguenia a écrit :Ton témoignage est touchant FCK. Se dévoiler ainsi est loin d'être évident, tu as eu assez confiance en nous ici pour le faire aujourd'hui... Un pas de plus vers des horizons nouveaux... sans aucun doute FCK.
Oui, c'est vrai que je vous aime beaucoup, mes ami(e)s Avenistes (expression adoptée, Gianni :wink: )!!!
Vous êtes vraiment des gens bien et j'ai une entière confiance en vous! :bise: Et puis, c'est vrai aussi que la "distance" et le caractère virtuel de nos relations aide à se livrer.

Comme tu le dis si bien Ev, c'est vrai que c'est pour moi un nouveau pas vers de nouveaux horizons et je pense être sur la bonne voie! J'y travaille! :P

Plusieurs événements surviennent actuellement dans ma vie qui prouvent que mes efforts pour aller mieux et me réconcilier avec la vie, l'amour, commencent à porter leurs fruits. :D

Je suis rentré de Londres à la fin de l'année dernière, parce que je ne voulais plus vivre loin de ma soeur. Le déclic a été un cauchemar traumatisant (le plus horrible de toute ma vie: je me suis réveillé en larmes et impossible de me raisonner pendant 5 ou 10 minutes!), très révélateur de la vision que j'ai de ma famille.

La scène se passait dans notre ancienne maison. Mes parents regardaient la TV, assis sur le canapé, se donnant la main (comme ils le faisaient souvent). Le visage de ma mère était net mais celui de mon père était complètement flou. Impossible de le reconnaitre. Juste la certitude que c'est lui par déduction, évidence par rapport au contexte.
Ma petite soeur sort des WC (mais c'est elle à l'âge de 7 ans, petite, alors qu'elle en avait 17 au moment de ce rêve). Elle est très pâle, blafarde. Elle semble très faible. Mes parents ne le remarquent pas visiblement...
Moi: "Qu'est ce que tu as, Emma? Hé, ça va pas ma chérie?"
Elle se met à saigner du nez. Mon sang se glace. Puis elle pleure du sang, des larmes de sang coulent de ses yeux. Elle défaille. Apparemment, elle est en train de mourir!
Fou de panique, je me précipite pour la rattraper, je la prends dans mes bras, pose sa petite tête contre mon épaule et j'implore mes parents de réagir, en hurlant de terreur: "Maman, papa, appelez une ambulance, un médecin, vite!!! Je vous en supplie, Emma pleure du sang, elle perd connaissance! Dépêchez-vous, pitié, téléphonez au SAMU!!!". Aucune réaction.
Parallèlement, je sussure des petites phrases rassurantes à l'oreille de ma soeur: "Ne t'en fais pas mon amour, ça va aller! Tout va bien mon ange" Puis me retourne à nouveau vers mes parents en hurlant, en les implorant d'agir, tout en pleurant.
Mon père ne détourne même pas son visage flou de l'écran de TV. Il semble complètement sourd à mes appels.
Ma mère me regarde, elle, tout en restant assise et en serrant la main de mon père. Ses yeux sont emplis de panique, de peur. Elle est consciente de la gravité de la situation mais ne bouge pas! Comme si la terreur la paralysait. Elle reste passive, d'une passivité coupable. Incapable de lâcher mon père.
Ma petite soeur est visiblement déjà morte dans mes bras. J'en suis conscient dans mon rêve. Mais je continue à le faire des bisous en la rassurant, je lui caresse les cheveux et lui dis que ce n'est rien.
Mes parents ne réagissent toujours pas.
Et je hurle de peine, d'impuissance et de désespoir.


Je me suis réveillé en larmes, dans ma chambre, à Londres. Pour la 1ère fois de ma vie je n'arrive pas à "sortir de mon rêve"! Pendant 5 ou 10 minutes, je suis dans un état second, entre sommeil et éveil. C'est horrible! J'ai beau essayer de me raisonner (à voix haute), savoir que ça n'était qu'un cauchemar, j'ai un doute, l'impression que quelque chose est arrivé à ma soeur, en France. Je vais dans la salle de bain et me passe la tête sous le robinet d'eau glacée, je tape du poing dans le mûr mais rien n'y fait! Je m'effondre sur mon lit, dans une crise de larmes et de spasmes telle que je n'en ai plus connue depuis mon enfance. Je téléphone à ma soeur et tombe sur la messagerie. Idem pour le portable à ma mère. J'essaie sur le fixe. Personne à la maison! Je vais devenir fou! Je ne peux m'arrêter de pleurer.
Quelques minutes plus tard, ma mère me rappelle. Tout va très bien pour Emma! Je prends ma douche et ça va mieux.
C'est parait peut être disproportionné mais ce cauchemar reste une des expériences les plus traumatisantes de ma vie.

Deux mois après ce cauchemar, je me décidais à rentrer définitivement à Perpignan, où je galère toujours pour décrocher un job stable mais, au moins je suis là pour elle et je vais beaucoup mieux.

Ma mère et ma soeur vivent dans un petit village, à 35 km de Perpignan. C'est idéal: je suis prêt d'elle pour intervenir vite en cas de problème mais assez loin aussi pour avoir ma propre vie, libre et indépendante, sans "mariner" au milieu de ma famille mortifère...
Comme Ev le disait, c'est bien de faire en sorte de ne pas "trop coller" ma soeur, de faire en sorte que chacun de nous ait ses propres ami(e)s, ses propres sorties, ses propres passions, sa vie quoi!

Vous avez raison aussi Ev, Azerty et Gianni, lorsque vous me dîtes que ma relation avec ma soeur est une chance, un privilège.
Notre complicité est absolument effarante! Nous avons 12 ans d'écart mais notre lien est celui des jumeaux.
Elle est d'une intelligence fulgurante, hyper mure (par la force des choses...) et d'une beauté éblouissante, en plus.
Elle se fait draguer par tous les mecs qui passent et certaines nanas... mais refuse toutes les avances.
Elle n'a jamais couché avec un homme et ne veut pas en entendre parler (pour le moment en tout cas). Elle a eu une expérience avec une femme de 42 ans. Plus par peur des hommes et du sexe masculin que par réelle attirance je pense. La douceur féminine la rassurait. Mais même cette expérience ne l'a pas séduite. Le sexe la répugne et elle trouve ça ridicule.

Je n'ai pas revu mon père depuis "les faits", il y a 3 ans 1/2.
Je ne peux pas. Trop de souvenirs me reviennent en tête.
De plus, je sais qui si je décidais de le revoir il me pleurerait dans les bras, me demanderait pardon, en me couvrant de baisers. La perspective de ce contact physique avec lui m'est insupportable, j'en vomirais (rapport avec l'asexualité?). Pourtant, je n'éprouve plus de haine envers lui. Juste de la pitié.

En revanche, ma soeur continue à le voir (elle est la seule). Au début, j'ai eu du mal à comprendre mais c'est son choix et je le respecte. Elle dit qu'il demeure tout de même son père et qu'elle ne peut pas se passer de lui. Elle est libre et je respecte sa liberté de choix, d'opinion et de décision.
evguenia a écrit :Si ta soeur souhaitait me parler en MP, aucun souci pour moi, je serai ravie de faire sa connaissance. Bizz
Merci beaucoup Ev! :bise:
C'est très gentil à toi. Mais ma soeur et ma mère n'ont pas internet à la maison (à l'occasion peut être, quand elle viendra passer des W-E chez moi). Je t'embrasse! Je vous embrasse. :P
L'âme, c'est ce qui refuse le corps. ALAIN.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités