Combler un manque, mais lequel?

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Avatar du membre
condat
Aspirant
Messages : 49
Enregistré le : 17 juil. 2005, 15:49
Localisation : Paris
Contact :

Combler un manque, mais lequel?

Message par condat » 15 août 2007, 10:00

Bonjour,

Je viens de lire dans un magazine américain que mon choix de vie sexuel était lié à un manque que je comblerais involontairement. Mais j'ai beau chercher, je ne vois pas lequel...

Avez-vous le même sentiment?

JB
________________
Je serai très heureux de rencontrer des 'A' pour échanger mes états d'âme et positiver! N'hésitez pas à me contacter: Jean-Bernard Condat, B.P. 59, 93402 Saint-Ouen Cedex, France, tél.: 0149450924, GSM: 0679399170

BlackLady
Adepte
Messages : 175
Enregistré le : 03 déc. 2006, 03:08
Localisation : france

Message par BlackLady » 15 août 2007, 19:35

heum !!
Un manque d amour vrai pour ma part....
53x+m3=0

frania
Adepte
Messages : 178
Enregistré le : 27 juin 2006, 17:27

Message par frania » 17 août 2007, 09:04

N'importe quoi.
Pour ma part je me demande juste s'il est vrai que l'asexualité est un état qui trahit un "bug" dans la vie de l'individu.
C'est-à-dire que mon asexualité provient de façon certaine des traumatismes que j'ai subis étant enfant. Mais quand on a subi des traumatismes, on a toute la vie pour s'en remettre. L'évolution naturelle est la guérison des blessures (on dit que le temps guérit tout). Par exemple, j'ai été anorexique et j'ai guéri.
Je ne pouvais pas avoir de relations satisfaisantes avec qui que ce soit (je parle de simples contacts superficiels) parce que je n'arrivais pas à dire ce que je pensais, par exemple. Mais maintenant, j'arrive progressivement à dire merde.
Alors, le démon du sexe qui sommeille en chaque individu va-t-il se réveiller un jour?
Dois-je accepter mon état, comme j'ai accepté le fait que je souffre de dépression chronique, pour vivre avec le mieux possible?
Ou dois-je me dire: un jour tout finira par éclater, tu auras besoin de rapports intimes "comme tout le monde"?
C'est exactement comme quand j'avais 18 ans et que j'ai compris que ce dont je souffrais s'appelait anorexie.
Je me disais: est-ce que je vais guérir? est-ce qu'on peut en guérir? et je cherchais des réponses dans les livres, enfin dans le vide, car il n'y avait personne au monde pour me dire: statistiquement la probabilité de guérir est de 1 sur 2, mais tu es du bon côté.
Ce sont des moments de solitude et de désarroi extrêmes.
Personne ne peut prédire ce que vous deviendrez.
Je sais juste, ou plutôt je sens, que je suis A, de même que je sens que ma dépression chronique est liée à mon individu comme si elle en faisait partie intégralement.
Donc mon pronostic est plutôt qu'un A reste A. Cela fait partie de la personnalité.
Il y a de rares exceptions, comme Anthony Perkins qui a viré sa cuti sur le tard, pour devenir hétéro et proclamer à la face du monde que l'on pouvait guérir de l'homosexualité.
Il y a donc peut-être un A qui viendra nous dire que l'on peut guérir.

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Message par Syd » 17 août 2007, 14:41

frania a écrit :Il y a de rares exceptions, comme Anthony Perkins qui a viré sa cuti sur le tard, pour devenir hétéro et proclamer à la face du monde que l'on pouvait guérir de l'homosexualité.
Ou alors il était tout simplement bisexuel.

Avatar du membre
Gianni
Floodeur intermittent
Messages : 3875
Enregistré le : 31 juil. 2005, 19:41
Localisation : Viña Del Mar
A été aimé : 3 fois
Contact :

Message par Gianni » 18 août 2007, 15:48

Syd a écrit :
frania a écrit :Il y a de rares exceptions, comme Anthony Perkins qui a viré sa cuti sur le tard, pour devenir hétéro et proclamer à la face du monde que l'on pouvait guérir de l'homosexualité.
Ou alors il était tout simplement bisexuel.
:shock: Alors, quand un gay devient hétéro, il guérit, quand un hétéro devient gay, il était homo refoulé ou qui s'ignore...

Comme je l'avais entendu il y a fort longtemps déjà :

les premières expériences sexuelles nous conditionnent, et il se peut que l'on se trompe sur sa sexualité !

Il est guéri ? Donc il était un hétéro qui s'ignorait ! :)

Tout comme il y a des A qui s'ignorent !
Le sexe, c'est la rencontre de deux corps. Le bonheur, c'est la rencontre de deux personnes. [Hervé Desbois]
Notre ville: http://asexuellecity.miniville.fr/env

Avatar du membre
Benson
Affable
Messages : 104
Enregistré le : 17 févr. 2007, 21:01
Localisation : Region Parisienne

Message par Benson » 15 sept. 2007, 18:34

Les magazines qui parlent psycho sont toujours obnubilés par le sexe .
Du moment que ca vend ,pourquoi arreter ?
:twisted:

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Sarra55 et 4 invités