asexualité et solitude

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Avatar de l’utilisateur
aharis
Avenator
Messages : 1673
Inscription : 08 févr. 2007, 00:09
A aimé : 0
A été aimé : 0
Contact :

Message par aharis »

He ! Dis DONC !?

Et pour ce qui est du match Syd/Aharis alors ?
Avatar de l’utilisateur
cyclodocus
Pâtissier dans une cale à Hambourg
Messages : 4300
Inscription : 19 sept. 2006, 09:42
Localisation : qq part ds les alpes
A aimé : 36 fois
A été aimé : 74 fois
Contact :

Message par cyclodocus »

il est remis à une date ultérieure
terrain impraticable
foi de jean mimi :P :P :P
Laurent
Adepte
Messages : 163
Inscription : 10 mars 2007, 15:25
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par Laurent »

...
Dernière modification par Laurent le 20 mars 2007, 16:05, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Sisya
Aspirant
Messages : 39
Inscription : 08 janv. 2007, 23:07
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par Sisya »

Jullianna a écrit :Si je me sens seule dans une foule ... je préfère rester chez moi seule , je me sens moins chagrine ! je me sens soit neutre , soit heureuse dans une foule , mais surtout pas seule !

Et je ne pourrai pas vivre sur une île déserte !

Au contraire , je suis attachée à ce qui dure et les relations qui se nouent à la vitesse de l'éclair et disparaissent en fumée ... j'ai beaucoup de mal mais j'ai appris à relativiser ... parce que je n'ai pas le choix. Mais je n'en ai croisé que très peu des relations comme ça , et heureusement pour moi!

et pour répondre à Sisya ... avec le recul , j'arrive à me persuader que j'ai croisé une relation éphémère mais sincère , enfin sincère sur le moment ... mais il me faut beaucoup de recul pour en arriver là ! pas facile :? :(

les relations indirectes ou anonymes ... c'est une communication autre. Elles ne se situent pas sur le même terrain !

Quant à l'attachement ... avec l'expérience j'ai appris peu à peu à le séparer de la dépendance ( et ce n'est pas toujours facile.. le "piège" est souvent présent )
Pour te donner un exemple de relation anonyme forte, sincère et fondamentalement éphémère; je vais te raconter deux petites histoires:

-J'étais dans mon appartement, les fenêtres grandes ouvertes et la stéréo à fond. Puis je crois entendre quelqu'un appeler d'en bas.
(Il faut savoir qu'avec moi, si on n'a pas pris rdv au moins 48 h à l'avance, il n'y a aucune chance pour entrer dans mon appart, que l'on beugle dans la rue ou qu'on essaie de forcer l'entrée de l'immeuble... :lol: .. hahèm, bref)
Intriguée, je baisse le son, je me dis que la voisine d'en haut est en train de hurler que le son est trop fort, mais en bas, une femme continue d'appeler: "Excusez moi, s'il vous plaît!...Cette musique!"
Prenant mon courage à deux mains, prête à me faire insulter d'en bas par quelqu'un à propos du volume de ma stéréo, je me penche vers la fenêtre et là la femme commence à me parler de la musique...
Je tente de lui parler d'en haut, mais puisqu'elle n'entend pas, je descends tout naturellement, lui écris titre et référence de l'album et on commence à parler...d'opéras, de cantatrice.
Ce que j'ai trouvé d'extraordinaire, c'était sa façon de raconter les choses: Elle était en voiture, elle a entendu la musique, elle a entendu la voix de la chanteuse (NB: c'était l'Album Atylantos, en plein sur le dernier crescendo de "El Sol"), elle s'est arrêtée, garée et a commencé à appeler. Elle avait reconnu dans la voix de la chanteuse celle d'une cantatrice dont je ne me souviens plus du nom (pourtant elle me l'a dis et j'enrage aujourd'hui de ne pas l'avoir noté immédiatement), qui a toute sa vie durant été dans l'ombre de la Callas, a finit par perdre sa voix et ne sachant que faire a finit pour survivre, décida d'user de sa beauté en jouant dans des films érotiques.

Bien sur je ne peux ni confirmer ni infirmer, en tout cas j'ai adoré l'écouter me parler de sa passion pour la musique classique.

Cela m'est arrivé une deuxieme fois en pleine rue commerçante de la ville, j'étais devant une grande librairie à regarder une représentation de Pavarti quand une femme m'a abordée en me demandant si j'étais indienne. De là on a commencé à parler de l'Inde en général, puis du syndrôme indien, en passant par les offres que peuvent proposer les mairies pour dégager des fonds pour ceux qui ont des projets ambitieux, sans oublier les détails et non dits sur l'histoire des cagots dont elle était une descendante. On en est arrivé à parler de sa famille, de ses enfants, de ses passions, de ses espoirs, de ce qu'elle n'a put réaliser, ce que le temps lui a prit.
Nous avons discuter ainsi des heures durant en déambulant dans la librairie.
Pourtant je savais pertinement que nous n'allions pas nous revoir, que nous n'allions échanger ni nos adresses, ni nos numeros de téléphone; c'est d'ailleurs seulement en se quittant que l'on a fini par échanger nos prénoms.

Tout ça pour dire que la solitude peut ne pas être du fait de notre personne, mais tout simplement des barrières de la société.

Qu'aurait été votre réaction si quelqu'un vous abordait dans la rue et commençait à discuter avec vous "culture". Auriez vous considérer cette personne folle? Marginale? Impolie? Auriez vous inventer une excuse pour passer votre chemin même si vous n'étiez qu'en ballade?
Il n'est pas concevable dans cette société de faire ce genre de chose sans que l'on vous lance quelques regards penchés... Je trouve ça dommage de devoir se calquer sur une multitude de principes pour ne serait-ce que dire bonjour à quelqu'un. Tout le monde paraît si froid et distant...

Et pour répondre à Syd, je rajouterai:
Je ne cherche jamais à savoir qui est l'autre, je ne cherche pas non plus à dévoiler ma personne, donner, recevoir, le partage chez moi est quelque chose de spontanné, mais si l'on s'approche trop de moi, si l'on s'accroche trop; alors là, je m'évapore.
Ca c'est vrai, les gens ne comprennent pas ça, ça leur fait même très peur...
Pour me baser sur mes exemples, je dirai que si ces femmes avaient voulu avoir plus ou en savoir plus, alors tout aurait été gaché car je considère que si l'on ne se revoit pas au hasard de la vie dans des conditions similaires cela veut dire que cela ne doit tout simplement pas se faire.
Avatar de l’utilisateur
Jullianna
Aborigène
Messages : 4120
Inscription : 27 mai 2005, 21:02
Localisation : Pays de la Loire
A aimé : 84 fois
A été aimé : 61 fois

Message par Jullianna »

Sisya a écrit :
(Il faut savoir qu'avec moi, si on n'a pas pris rdv au moins 48 h à l'avance, il n'y a aucune chance pour entrer dans mon appart, que l'on beugle dans la rue ou qu'on essaie de forcer l'entrée de l'immeuble... :lol: .. hahèm, bref)
idem ...

2 belles histoires ... et cela m'est arrivée aussi dans le train ! mais ce genre d'échanges , éphèmères , agréables , sympathiques ... cela fait partie des bons souvenirs mais ne comptent pas réellement ... au point qu'en te répondant, je ne pensai pas à ce style de communication...
Laurent
Adepte
Messages : 163
Inscription : 10 mars 2007, 15:25
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par Laurent »

...
Dernière modification par Laurent le 20 mars 2007, 16:05, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Sisya
Aspirant
Messages : 39
Inscription : 08 janv. 2007, 23:07
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par Sisya »

Laurent a écrit :Je partage ta vision des choses Sysia , mais je dois avouer que j'ai plus de mal à l'assumer . Le côté éphémère de ces relations a quelque chose de ... triste ? Non , de ... d'insuffisant . Cyclo-docus a raison d'affirmer que l'être humain est un animal grégaire . Ce genre de relations a du charme , mais je crains que l'absence de relations plus profondes (cultivées au fil des ans) ne se fasse sentir au fil du temps (notamment dans les moments difficiles , lorsqu'on constate qu'il n'y a personne pour nous tendre la main) , et ne finisse par nous rendre amer . J'espère vraiment me tromper , car je me destine moi aussi à une vie de solitaire , autant par nature que par philosophie . Tu dis n'avoir besoin d'aucun lien , d'aucune sécurité . Sincèrement , j'ai du mal à le croire . Comment une telle chose est-elle possible ?
J'ai cru comprendre que tu suivais une méthode permettant d'atteindre les vérités du Bouddha historique; le bodhisattva Shakyamuni, c'est bien ça? Je ne savais pas que cela existait, j'aurai bien voulu que tu me rappelles le nom de ce que tu pratiques.

Non, je ne trouve rien de triste dans ces relations...
Cela vient peut-être du fait que j'ai passé mon enfance à travailler toutes mes questions existentielles et qu'avec la récente découverte de mon asexualité, j'ai finis pas atteindre l'ultime équilibre.
Si après l'éveil on ressent encore le manque, c'est que certaines vérités font défaut ou que les premières ont été mal comprises; donc que l'on s'est contenté de rêver l'éveil.
Si cette solitude n'est pas une évidence, alors oui, c'est triste.
Si son asexualité n'est pas une évidence, alors oui, c'est difficile.
Mes questions sont autres, mes espoirs sont autres.

Je considère que l'on ne peut pas marcher à deux dans cette vie; je ne veux forcer quiconque à me suivre et je ne veux suivre quiconque.
A mon sens, une relation n'a d'intérêt que si je peux apporter un peu de ma lumière à l'autre comme l'autre peut m'apporter un peu de sa propre lumière. De ce fait, la pérennité du contact physique n'a plus d'importance, oublier le visage, oublier la voix, oublier l'instant n'a plus d'importance. Car quand on partage avec quelqu'un, même si les mots ou les choses peuvent paraître anodins, il y a cette trace indélébile au fond de nous qui ne se perd jamais car si ce qui a voulu être donné a été reçu, c'est qu'elle fait désormais partie intégrante de notre personne.

Enfin, pour répondre à ta dernière question; cela est possible parce que ce que je n'ai peur de rien. Je n'ai peur de rien à part perdre la voie de la vraie richesse, celle du coeur.

Attention, je sais ma personnalité assez dérangeante pour qu'on la confonde avec suffisance, -jemenfoutisme- et autre narcissisme notoire, mais je ne prétends pas être quelqu'un de parfait, pieux ou autre...Non, J'essaie juste d'être moi.

Après les autres aiment... les autres n'aiment pas...
Avatar de l’utilisateur
Sisya
Aspirant
Messages : 39
Inscription : 08 janv. 2007, 23:07
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par Sisya »

Et pour le plaisir :D
Un des clips d'Atylantos:


Ps: Il faut savoir que ça a fait un gros flop quand même...du coup personne ne connaît vraiment...
Avatar de l’utilisateur
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Inscription : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A aimé : 0
A été aimé : 4 fois
Contact :

Message par Syd »

aharis a écrit :Et pour ce qui est du match Syd/Aharis alors ?
Je croyais que tu voulais fuir la souffrance ? :o
Sisya a écrit :Je ne cherche jamais à savoir qui est l'autre, je ne cherche pas non plus à dévoiler ma personne, donner, recevoir, le partage chez moi est quelque chose de spontanné, mais si l'on s'approche trop de moi, si l'on s'accroche trop; alors là, je m'évapore.
J'ai tendance à faire la même chose, j'aime moi aussi beaucoup ces relations qui restent au stade de ce charme spontané et distant, et j'aurais des exemples de telles rencontres éphémères (dans l'avion, au musée, etc). Dès qu'il faut approfondir... bof :-|
Jullianna a écrit :
Sisya a écrit :(Il faut savoir qu'avec moi, si on n'a pas pris rdv au moins 48 h à l'avance, il n'y a aucune chance pour entrer dans mon appart, que l'on beugle dans la rue ou qu'on essaie de forcer l'entrée de l'immeuble... :lol: .. hahèm, bref)
idem ...
Itou :D
Laurent a écrit :Tu dis n'avoir besoin d'aucun lien , d'aucune sécurité . Sincèrement , j'ai du mal à le croire . Comment une telle chose est-elle possible ?
Etrange que tu poses cette question, alors que tu as prôné le détachement dans un autre topic. Crois-tu alors que ce détachement ne peut venir qu'au prix d'un travail ? qu'il ne peut être naturel à une personne (qui pratiquerait ainsi le détachement comme Monsieur Jourdain la prose) ?

Sisya, j'aurais pu écrire tout ce que tu écrit, mais peut-être en plus cynique 8)
Laurent
Adepte
Messages : 163
Inscription : 10 mars 2007, 15:25
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par Laurent »

...
Dernière modification par Laurent le 20 mars 2007, 16:05, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Inscription : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A aimé : 0
A été aimé : 4 fois
Contact :

Message par Syd »

Laurent a écrit :J'ai effectivement prôné le détachement , mais j'ai jamais dit que c'était facile ! :mrgreen:
J'avais compris, mais je ne vois pas le rapport avec mon message précédent.
Laurent a écrit :Et qui c'est ce Monsieur Jourdain la prose ? Quelque chose me dit que tu ne le porte pas dans ton coeur ...
Pardon ?
Laurent
Adepte
Messages : 163
Inscription : 10 mars 2007, 15:25
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par Laurent »

...
Dernière modification par Laurent le 20 mars 2007, 16:06, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Sisya
Aspirant
Messages : 39
Inscription : 08 janv. 2007, 23:07
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par Sisya »

Syd:
Je suis ravie de savoir que l'on a autant de points communs :D
"Dès qu'il faut approfondir...bof"
C'est exactement ce que je ressens à quelques détails près.
C'est un peu comme l'asexualité en fait; on est satisfait de la relation que l'on a avec l'autre à un point que l'on a pas besoin d'aller plus loin dans la découverte physique.
Dans nos relations avec autrui, on nous croit généralement "ivres de suffisance", alors qu'ils ne comprennent tout simplement pas que cet instant volé, cet échange gratuit, honnête, spontané vaut bien plus qu'une vie à essayer de comprendre complètement une personne qui peut ne pas savoir elle-même qui elle est vraiment.
C'est comme si je te disais:
"Ce que tu me donnes de toi, ici et maintenant, sans calcul ni parade, me comble au point que je n'ai nul besoin de connaître ton nom. Vis ta vie, je suis de passage, je te regarde, nous échangeons. Vis ta vie, ne t'arrête pas, ne modifie pas soudainement le moindre de tes gestes, le moindre de tes regards parce que je suis là. Si le charme ne disparaît pas toujours quand on l'utilise à des fins précises, il s'altère et c'est déjà perdre beaucoup."

Laurent:

C'est vrai, ce n'est pas facile tous les jours de vivre ce que l'on est. Non pas par rapport aux autres, mais seulement parce que cela demande beaucoup.
L'erreur que l'on fait souvent est de croire que les autres sont plus en paix que nous, mais c'est faux:
Change ton chemin autant que tu le voudras, toujours des obstacles divers se dresseront devant toi.
C'est un grand pas que de se rendre compte que ce n'est pas la facilité qu'il faut chercher, mais avoir le courage de marcher, de tomber parfois, pour mieux se relever.

Je parle comme un sage? Je ne sais pas...
De toute façon un vrai sage ne dira jamais qu'il l'est, il dira s'efforcer de toujours tendre au mieux vers la Sagesse.

Et non, je ne trouve pas ta question indiscrète même si je n'y répondrai pas.
Je considère que nous sommes tous en apprentissage et quand tu découvriras toi même les raisons pour lesquelles tu avances sur le chemin initiatique de ta vie, il ne te viendra même pas à l'esprit de les partager, tant la flamme de ses raisons ne brûleront que pour toi.
Même si certaines choses peuvent être partagées, instruites, d'autres sont des parties inénarrables de nous même, non pas parce qu'on s'oblige à les taire, mais parce qu'il ne nous viendra pas de mots pour les communiquer.
Laurent
Adepte
Messages : 163
Inscription : 10 mars 2007, 15:25
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par Laurent »

...
Dernière modification par Laurent le 20 mars 2007, 16:06, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Inscription : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A aimé : 0
A été aimé : 4 fois
Contact :

Message par Syd »

Laurent a écrit :
Syd a écrit :
Laurent a écrit :Et qui c'est ce Monsieur Jourdain la prose ? Quelque chose me dit que tu ne le porte pas dans ton coeur ...
Pardon ?
"qui pratiquerait ainsi le détachement comme Monsieur Jourdain la prose" : c'est bien toi qui a écrit ça , non ? Donc je te demande : qui est ce Monsieur Jourdain ?
Je n'avais pas saisi que tu ignorais qui c'était.
C'est le personnage d'une pièce de Molière qui apprend que "faire de la prose", c'est parler normalement, et qu'il en faisait de façon naturelle sans le savoir. D'où l'expression.
Pourquoi ne le porterai-je pas dans mon coeur ?
Répondre