asexualité et solitude

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
frania
Adepte
Messages : 178
Enregistré le : 27 juin 2006, 17:27

asexualité et solitude

Message par frania » 29 nov. 2006, 20:05

asexualité et solitude... dans mon cas ça s'est passé comme ça: pendant très longtemps j'ai souffert de la solitude, c'est-à-dire que je souffrais parce que dans notre société il n'y a pratiquement pas moyen d'avoir de la compagnie sans sexe. Pour vivre avec quelqu'un il faut avoir des rapports. Et même parfois pour avoir des amis il faut avoir des rapports, parce que sinon vous n'avez pas de sujet de conversation et vous avez l'air bizarre. Bref j'étais très mal dans ma peau.
Pendant tout ce temps-là je suis tombée sur des mecs super nuls, des mecs vulgaires et sexistes, qui vous disent de but en blanc des choses du genre "un trou est un trou" tout en espérant pouvoir coucher avec vous (!!??).
Alors, un beau jour, j'en ai eu marre. J'ai décrété que les autres c'était vraiment de la merde et que j'étais très bien toute seule. J'ai vécu à ce moment-là les plus belles années de ma vie. A faire ce que je voulais. Quand je voulais. J'ai même -- ô miracle -- recommencé à sentir mon corps, et j'ai pu me donner du plaisir toute seule. J'allais bien.
Tellement bien que j'ai eu envie de rencontrer quelqu'un. Je me suis dit: "Peut-être que finalement je suis lesbienne? Peut-être que je me suis trompée pendant tout ce temps-là et que si j'ai si peu envie de sexe, c'est parce que je suis lesbienne?".
J'ai rencontré une femme, lesbienne, et le verdict est tombé: je ne suis pas lesbienne.
Je suis asexuelle à 99,999999% (si je ne dis pas 100% c'est par souci d'exactitude scientifique).
Il y a des asexuels homo, des asexuels hétéro et des asexuels bi, et bien moi je suis asexuelle sans attirance de préférence, c'est-à-dire que je n'aime ni les hommes, ni les femmes, ni les deux ensemble ou séparément!!!! Attention, cela ne veut pas dire que je hais l'univers...
Aujourd'hui je vis avec cette femme lesbienne, elle m'accepte comme je suis et j'essaie de faire mon chemin (j'ai passé ma vie à refuser d'accepter l'idée que j'étais asexuelle, la prise de conscience est douloureuse...).
Mais parfois je regrette ma solitude. L'idéal ce serait de vivre seul avec plein d'amis...

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 10 fois

Re: asexualité et solitude

Message par melancolie » 29 nov. 2006, 21:33

frania a écrit : Aujourd'hui je vis avec cette femme lesbienne, elle m'accepte comme je suis et j'essaie de faire mon chemin (j'ai passé ma vie à refuser d'accepter l'idée que j'étais asexuelle, la prise de conscience est douloureuse...).
Mais parfois je regrette ma solitude. L'idéal ce serait de vivre seul avec plein d'amis...
Je te comprends à 99,999999 % ; j'ai eu des experiences de couple avec des hommes et des femmes et des moments de solitude qui quelquefois me pesaient car soit j'en souffrais et revais qu'avec quelqu'un ce serait magique (en oubliant qu'il faille passer par la case "sexe" :roll: ), d'autres où j'étais bien et je revais d'être avec quelqu'un pour partager mes joies (en oubliant....).
Et maintenant je suis seule car je l'ai decidée, j'aime beaucoup la liberté que me laisse le célibat tout en ayant des moments de partage avec mes ami(e)s.
Ce qui me pèse le plus c'est le regard de pitié de ceux qui n'envisagent pas la vie sans vivre un couple et pour qui le célibat=malheur=période d'attente pour se "caser" et non une vie veritable.
La solitude, c'est un choix quelquefois difficile à assumer quand on vieillit et que la plupart des amis se marient, ont des enfants ou vivent en couple.
Il faut apprendre à se connaitre et savoir ce qui est l'essentiel pour soi : le besoin de partager au quotidien, la liberté... etc.
Tu as su trouver une personne qui t'acceptes comme tu es avec qui tu suis un bout de chemin.
Il y a des avantages et des inconvenients à tout état de vie (célibat, vie en couple) et il est naturel de penser et d'imaginer que la vie serait mieux dans un autre état.
L'important est de suivre son intuition, son coeur et de savoir apprecier les bons moments.
Après les "crises" sont là pour nous enseigner s'il y a un réel besoin de changement et lequel.
Il est bon de se remettre en question car c'est ainsi que l'on decouvre qui on est et ses veritables désirs.
:emdp:
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

NOON2
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 04 nov. 2006, 17:25

Message par NOON2 » 04 déc. 2006, 17:22

bonjour,

asexualité et solitude ? vaste débat et peut l'un des plus importants pour se construire.
globalement je vis mal ma solitude, et pourtant d'un autre côté je partage vos idées sur la liberté intellectuelle, de mode de vie, de petits plaisirs avec soi même.
je crois que j'ai fini par interiorisé ma solitude comme un fait normal de ma non sexualité. comme tu l'écris Frania, beaucoup de dialogues avec les ami(e)s tournent autour du sexe (parfois gentillement appelé rencontres, relations...). sans le vouloir, je me suis mis en quelque sorte tous seul en dehors de la société, de la sociabilité.

pas facile de rencontrer quelqu'un sans être obligé de pratiquer l'acte sexuel. j'ai perdu beaucoup de copines, à qui je n'exprimais que de l'amitié voire de l'amour platonique sans passer aux actes. certaines me haissent toujours. Ces dames se sentant blessées dans leur amour propre face à mes reculades. j'ai malgré moi ainsi blessées des copines, et je ne le supporte pas.

bref me voilà seul depuis longtemps, j'apprécie les a cotés de cette situation, cependant mon asexualité me bloque dans ma vie relationnelle.
pour en sortir, je viens de passer une petite annonce sur aven comme une bouteile à la mer, bouteille pleine de sincérité.

qui sais le futur reste toujours à écrire....
NOON.

frania
Adepte
Messages : 178
Enregistré le : 27 juin 2006, 17:27

Message par frania » 04 déc. 2006, 21:13

j'ai longtemps souffert du fait que dans notre société, il est impossible d'avoir une relation affectueuse digne de ce nom sans "consommer"... Les amis? Oui mais encore faut-il en trouver qui comprennent votre choix. La plupart ne comprennent pas, croient que l'asexualité n'est qu'une étape, une passade. Ou alors ils vous prennent en pitié. Les autres cessent de vous voir quand ils ont trouvé quelqu'un. En tant que femme cela se passait comme ça pour moi: les hommes s'en allaient quand ils comprenaient qu'ils ne coucheraient pas avec moi. Les femmes ne venaient que quand ça n'allait pas avec leur copain, et je ne les voyais plus dès qu'elles étaient réconciliées avec lui. Pour finir je me suis recroquevillée sur moi-même, je suis partie faire un voyage intérieur, plein de méditation, de contemplation... c'était très beau. Puis j'ai rencontré quelqu'un. Elle m'accepte comme je suis. J'ai eu de la peine à m'habituer au début à vivre avec quelqu'un, parce que j'ai tout de même passé plus de vingt ans toute seule!!! Mais bon, ce que je voulais dire ce soir, c'est que maintenant je me demande comment on peut se dire qu'on forme un couple avec quelqu'un quand on est asexuel? Le couple est tellement associé à la sexualité!!!
Je suis asexuelle à 99,99999%. Je suis une hétéro asexuelle (si j'avais du désir, il serait dirigé vers les hommes, mais je n'en ai aucun) et une lesbienne affective (mon affection ne peut se diriger que vers une femme, mais je n'ai pas de désir pour elle). Donc tout ce que je peux donner c'est de l'affection et de la tendresse. Alors comment identifier ma relation à un couple?? Ca ressemble tout simplement à une colocation (nous faisons chambre à part, je ne supporte pas de dormir dans la même pièce que quelqu'un, je ne suis pas souvent arrivée à tolérer la présence de qqn la nuit).
Bref peut-on former un couple quand on est asexuel???

Stranger
Apprenti
Messages : 54
Enregistré le : 17 août 2006, 15:50
Localisation : L'enfer

Message par Stranger » 08 déc. 2006, 01:17

frania a écrit :j'ai longtemps souffert du fait que dans notre société, il est impossible d'avoir une relation affectueuse digne de ce nom sans "consommer"... Les amis? Oui mais encore faut-il en trouver qui comprennent votre choix. La plupart ne comprennent pas, croient que l'asexualité n'est qu'une étape, une passade. Ou alors ils vous prennent en pitié. Les autres cessent de vous voir quand ils ont trouvé quelqu'un. En tant que femme cela se passait comme ça pour moi: les hommes s'en allaient quand ils comprenaient qu'ils ne coucheraient pas avec moi. Les femmes ne venaient que quand ça n'allait pas avec leur copain, et je ne les voyais plus dès qu'elles étaient réconciliées avec lui. Pour finir je me suis recroquevillée sur moi-même, je suis partie faire un voyage intérieur, plein de méditation, de contemplation... c'était très beau. Puis j'ai rencontré quelqu'un. Elle m'accepte comme je suis. J'ai eu de la peine à m'habituer au début à vivre avec quelqu'un, parce que j'ai tout de même passé plus de vingt ans toute seule!!! Mais bon, ce que je voulais dire ce soir, c'est que maintenant je me demande comment on peut se dire qu'on forme un couple avec quelqu'un quand on est asexuel? Le couple est tellement associé à la sexualité!!!
Je suis asexuelle à 99,99999%. Je suis une hétéro asexuelle (si j'avais du désir, il serait dirigé vers les hommes, mais je n'en ai aucun) et une lesbienne affective (mon affection ne peut se diriger que vers une femme, mais je n'ai pas de désir pour elle). Donc tout ce que je peux donner c'est de l'affection et de la tendresse. Alors comment identifier ma relation à un couple?? Ca ressemble tout simplement à une colocation (nous faisons chambre à part, je ne supporte pas de dormir dans la même pièce que quelqu'un, je ne suis pas souvent arrivée à tolérer la présence de qqn la nuit).
Bref peut-on former un couple quand on est asexuel???
C'est vrai. Pour la plupart des personnes, nous sommes des êtres bizarres et pervers, des refoulés qui se cachent derrière l'etiquette d'asexuel pour ne pas assumer leur sexualité. Ces personnes n'ont strictement rien compris à ce que nous sommes. Je crois que nous sommes condamnés à la solitude. Les mauvaises langues diront que c'est notre choix et que nous n'avons pas à nous plaindre. En somme : si vous voulez échapper à votre solitude, devenez hétéro( ou éventuellement homo).

Avatar du membre
cyclodocus
Pâtissier dans une cale à Hambourg
Messages : 4213
Enregistré le : 19 sept. 2006, 09:42
Localisation : qq part ds les alpes
A aimé : 30 fois
A été aimé : 59 fois
Contact :

Message par cyclodocus » 08 déc. 2006, 09:18

Stranger a écrit :
C'est vrai. Pour la plupart des personnes, nous sommes des êtres bizarres et pervers, des refoulés qui se cachent derrière l'etiquette d'asexuel pour ne pas assumer leur sexualité. Ces personnes n'ont strictement rien compris à ce que nous sommes. Je crois que nous sommes condamnés à la solitude. Les mauvaises langues diront que c'est notre choix et que nous n'avons pas à nous plaindre. En somme : si vous voulez échapper à votre solitude, devenez hétéro( ou éventuellement homo).
faut pas pousser
il y a sur ce forum des couples A :D

frania
Adepte
Messages : 178
Enregistré le : 27 juin 2006, 17:27

Message par frania » 08 déc. 2006, 19:50

eh bien depuis une semaine je me sens mieux par rapport au choix que j'ai fait de vivre à deux. Un peu grâce à vous. Je dors mieux (ENFIN!!!!) et je me sens rassérénée.
Il y a quelque temps j'ai discuté avec une femme lesbienne qui m'a raconté comment elle avait découvert "qui elle était". Je trouve cette expression, "qui je suis", très illustrative. Notre sexualité fait partie de notre identité. J'ai vécu des moments atrocement douloureux ces deux dernières années, qui m'ont amenée à prendre conscience de "qui je suis", moi aussi. Je sais maintenant que je suis asexuelle, et je sais que c'est juste un mot, je ne me focalise pas là-dessus, mais je sais que le sexe n'est pas fait pour moi, et j'ai l'impression d'être ENFIN en paix avec moi-même, d'avoir accepté quelque chose contre laquelle je ne pouvais de toute façon pas lutter.
Qu'est-ce qu'on se sent mieux quand on est au clair avec soi-même!!!
Du coup, fini mes regrets par rapport à ma solitude passée. Certes, j'ai ADORE vivre seule, mais j'ai vécu seule plus de 22 ans... alors, maintenant, je peux (enfin) me réjouir de connaître autre chose... même si ça a été extrêmement difficile au début!! La personne qui partage ma vie a un caractère "bien trempé", comme elle le dit elle-même...

Stranger
Apprenti
Messages : 54
Enregistré le : 17 août 2006, 15:50
Localisation : L'enfer

Message par Stranger » 08 déc. 2006, 20:00

cyclodocus a écrit :
Stranger a écrit :
C'est vrai. Pour la plupart des personnes, nous sommes des êtres bizarres et pervers, des refoulés qui se cachent derrière l'etiquette d'asexuel pour ne pas assumer leur sexualité. Ces personnes n'ont strictement rien compris à ce que nous sommes. Je crois que nous sommes condamnés à la solitude. Les mauvaises langues diront que c'est notre choix et que nous n'avons pas à nous plaindre. En somme : si vous voulez échapper à votre solitude, devenez hétéro( ou éventuellement homo).
faut pas pousser
il y a sur ce forum des couples A :D

Je parlais pour les normalistes. Combien de couples A ? La norme reste quand même le couple hétéro sexuel, donc d'un point de vue statistique on a plus de chance de rester seul quand on est A.
Amicalement :D

kinou
lololo !
Messages : 1456
Enregistré le : 04 avr. 2006, 18:37
A été aimé : 1 fois

Message par kinou » 08 déc. 2006, 20:10

Supprimé par l'auteur. Merci. Désolé pour la lecture.
Modifié en dernier par kinou le 11 oct. 2014, 21:40, modifié 1 fois.
Join my Channel and Subscribe @ www.youtube.com/channel/UCkPRDVcYKORGX-dpb82h4HQ
There are many cool and funny video of my life.
Thank You - Join Me Now !

See My Playlist too :-)) @ https://www.youtube.com/channel/UCkPRDV ... /playlists

Please Subscribe .

frania
Adepte
Messages : 178
Enregistré le : 27 juin 2006, 17:27

Message par frania » 09 déc. 2006, 09:31

Kinou, je rougis un peu quand je pense qu'il ne t'aura fallu que 24 ans pour déterminer que tu étais A. Moi il m'en aura fallu 41 et pourtant Dieu sait si je n'ai pas eu des signes révélateurs à portée de besicles pour m'en apercevoir plus tôt!!!! Mais je pense que je n'arrivais pas à l'admettre... Je voulais être forte (car mon asexualité provient d'une faiblesse, c'est-à-dire d'une profonde blessure enfantine), je voulais être "normale"... Et bien je trouve qu'il suffit de s'accepter comme on est pour être "normal"!!!

Avatar du membre
cyclodocus
Pâtissier dans une cale à Hambourg
Messages : 4213
Enregistré le : 19 sept. 2006, 09:42
Localisation : qq part ds les alpes
A aimé : 30 fois
A été aimé : 59 fois
Contact :

Message par cyclodocus » 09 déc. 2006, 10:58

frania a écrit :Et bien je trouve qu'il suffit de s'accepter comme on est pour être "normal"!!!
Tu as TOUT compris :P

mais c'est vrai que c'est dur quand une "norme" essaie de s'imposer

Avatar du membre
Jullianna
AVENant
Messages : 3993
Enregistré le : 27 mai 2005, 21:02
Localisation : Pays de la Loire
A aimé : 43 fois
A été aimé : 36 fois

Message par Jullianna » 09 déc. 2006, 15:20

frania a écrit :Kinou, je rougis un peu quand je pense qu'il ne t'aura fallu que 24 ans pour déterminer que tu étais A. Moi il m'en aura fallu 41 et pourtant Dieu sait si je n'ai pas eu des signes révélateurs à portée de besicles pour m'en apercevoir plus tôt!!!! Mais je pense que je n'arrivais pas à l'admettre... Je voulais être forte (car mon asexualité provient d'une faiblesse, c'est-à-dire d'une profonde blessure enfantine), je voulais être "normale"... Et bien je trouve qu'il suffit de s'accepter comme on est pour être "normal"!!!
Il ne faut pas rougir , Frania ... Kinou et ceux de son âge découvrent cela maintenant comme nous , sauf que nous , nous n'avons plus 20 ans !!
il m'a fallu , près de 35 ans ...
Le principal est d'être en harmonie avec soi ... mais c'est bien plus facile quand on sait qu'on n'est pas seul ...

Avatar du membre
Gianni
Floodeur intermittent
Messages : 3875
Enregistré le : 31 juil. 2005, 19:41
Localisation : Viña Del Mar
A été aimé : 3 fois
Contact :

Message par Gianni » 12 déc. 2006, 02:40

Jullianna a écrit : Il ne faut pas rougir , Frania ... Kinou et ceux de son âge découvrent cela maintenant comme nous , sauf que nous , nous n'avons plus 20 ans !!
il m'a fallu , près de 35 ans ...
Le principal est d'être en harmonie avec soi ... mais c'est bien plus facile quand on sait qu'on n'est pas seul ...
Peu importe l'âge, effectivement ! Kinou et ceux de son âge ont un avantage : la création de l'AVEN et ceux qui "militent" pour se faire connaître...

Donc l'admettre nous était plus difficile, car nous n'avions pas de repaires. Certes, j'avais environ 15 ans lorsque je me suis dit asexuel, par pur hasard,[ sans imaginer qu'un jour David Jay utiliserait le même mot (Ou alors, D. J. connait-il quelqu'un de mon entourage ?)], et que j'ai accepté cette idée... une différence de plus ou de moins...

Il faut espérer surtout que les nouvelles générations pourront s'affirmer rapidement A, sans en souffrir !
Le sexe, c'est la rencontre de deux corps. Le bonheur, c'est la rencontre de deux personnes. [Hervé Desbois]
Notre ville: http://asexuellecity.miniville.fr/env

Avatar du membre
Jullianna
AVENant
Messages : 3993
Enregistré le : 27 mai 2005, 21:02
Localisation : Pays de la Loire
A aimé : 43 fois
A été aimé : 36 fois

Message par Jullianna » 12 déc. 2006, 10:03

Gianni a écrit :

Il faut espérer surtout que les nouvelles générations pourront s'affirmer rapidement A, sans en souffrir !
Tu as raison , mais je pense surtout qu'il faut arrêter de mal parler de la sexualité . En avoir trop ou pas du tout (de pulsions - d'attirances) , à partir du moment où cela ne va pas à l'encontre de l'intégrité physique et morale d'une personne , il n'y a là , rien de choquant !
Il faudrait juste apprendre à en parler ... naturellement . Car ce qui est choquant finalement , ce sont les insultes , l'ironie , voir la vulgarité quand deux personnes qui n'ont rien en commun (de ce côté là) sont ensemble !
et douloureux la souffrance qui fait qu'on en arrive là , justement .

Finalement , c'est un leurre de croire que la sexualité n'est plus un sujet tabou ! elle l'est . On en parle , mais on en parle .. très mal :(

un-homme
Néophyte
Messages : 4
Enregistré le : 16 déc. 2006, 08:17

Message par un-homme » 16 déc. 2006, 08:25

Bonjour, j'arrive sur ce site et je suis étonament heureux d'aprendre que le mot qui indique que la non attirance envers le sexe homo comme hétéro s'appel "L'asexualité".
Quand je lit le premier post de frania, je me reconnait presque a 100%, les questions, le mal a s'accepter, les essaie homo... Bref presque tout sauf que présentement je vis seul.
J'ai aujourd'hui 20ans et je me demande si l'asexualité est possible chez les hommes ou seulement chez les femmes?
Je pense, mais ne suis pas sure, etre asexuel...
Mais d'un autre coté comment est ce possible??? J'envisage un avenir avec des enfants, une femme... mais comment une relation peut survivre sans le sexe et comment mettre au jour mes enfants revé de mon sang un jour sans avoir recourt au sex? Je me pose vraiment un tas de question...
Je pourrai vous dire que je prend plus mon pied seul qu'à deux. Je ne sais pas si sa porte un nom (a moin que ce soit asexuel) mais j'aime seulement "me faire l'amour", mais ne supporte pas le contact d'une autre personne... Bref, je suis en perpetuelle reflexion, et je trouve que de se proclamé asexuel a sa famille ou ses amis c'est, je crois, pire que d'assumer son homosexualité... Bref j'ai hate de voir d'autre temoignages ou conseil de votre part.
Merci

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités