Asexuelle à 15 ans

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Tinlewn
Néophyte
Messages : 1
Inscription : 17 sept. 2020, 18:56
A aimé : 0
A été aimé : 0

Asexuelle à 15 ans

Message par Tinlewn »

Bonjour, je sais que pour beaucoup se définir à 15 ans asexuels c'est jeune, mais c'est comme ça que je me sens aujourd'hui et je voudrais partager mon vécu aux autres, surtout au jeune pour leur montraient qu'il n'y a pas que des asexuels adultes.

Tout a commencé en 4e, on a eu les cours sur la sexualité en SVT, tout le monde était impatients de ce chapitre sauf moi. Je redoutais tous les cours de SVT, j'essayais de comprendre les autres, pourquoi ils s'intéressent tant à ça mais, en vain. J'ai compris que quelques choses clocher quand on a été séparé des garçons pour parler plus en détail de tout cela avec l'infirmière scolaire, je n'étais déjà pas très enchanté d'être là, quand soudain au milieu de la discussion elle sort une capote de son sac et la fait passer à toutes les filles. Plus la capote se rapprocher de moi plus j'avais envie de vomir, je l'ai quand même pris malgré moi pour ne pas paraître bizarre aux yeux des autres, je me souviens que j'avais retroussé mes manches pour la prendre et je l'ai vite donné à la fille qui était à côté de moi, durant tout le reste du cour je me suis demandé ce que je faisais là. On nous à donné une sorte de brochure avec des couples souriant en disant qu'ils vont bientôt le faire, avec tout ce qui a savoir sur la sexualité, dès que je suis arrivé au pas de ma porte je l'ai directement jeté à la poubelle sans réfléchir. Quand je suis rentrée dans ma chambre je me suis posé plein de questions, pourquoi les autres le voulait et pas moi ? Peut-être que c'est moi le problème, quand soudain je me suis dit "Est-ce que c'est possible de ne pas avoir l'envie de le faire ?". J'ai fait des recherches sur internet et j'ai trouvé l'asexualité, je ne me suis pas posé plus de questions après ça, on étaient passés à un autre chapitre, ma classe en parlaient moins, je suis donc passé à autres choses.

Jusqu'à ma rentrée en 3e, j'ai changé de collège pour aller dans celui de mes amies d'enfance et comment dire, même si ce collège est catholique le sexe était assez présent même chez les plus jeunes, un 6e a crié dans la cantine qu'il lisait des hantai et qu'il adorait cela un jour... Bref, les cours et les récrées je l'ai passé avec une amie d'enfance et une amie à elle, les midis avec deux amis d'enfance et leurs amies. Le midi était le moment le plus dur de la journée, elles ne parlaient que de sexe, à croire qu'elles n'avaient que ça à la bouche ! Année docte qui m'a marqué : C'était l'anniversaire d'une fille du groupe et au mieux de fêter son anniversaire elles ont décidé de fêter sa majorité sexuelle, ensuite elles se sont toutes dit leurs dates d'anniversaire pour voir qui sera la prochaine et quand elles ont su que la prochaine qui aura sa majorité sexuelle c'est moi elles se sont toutes enjaillier sur moi en disant qu'elles vont fêter ça, pour une fois j'étais très heureuse que mon anniversaire soit durant les grandes vacances. Je ne suis pas contre que des personnes parlent de sexe, mais quand c'est ton seul sujet de conversation c'est gonflant pour moi. Ensuite, avec celles avec qui je passais mes cours et les récrées, c'était un peu plus agréable même si des fois je passais mes récrées seules assise sur un banc en attendant que l'amie de mon amie d'enfance parle de ses moments intimes avec son copain... Même si durant cette année je me sentais comme un mouton noir à cause d'elles je dois les remercier car, sans elles je n'aurais pas réalisé que je suis ace. On avait sport ce jour-là, je sortais des vestiaires quand une fille de ma classe demande à l'amie de mon amie d'enfance si c'est vrai qu'elle la fait et je me suis mise à l'écart. Quand nous sommes arrivé au gymnase et qu'elle s'est approcher de moi je me suis reculé, elle m'a demandé ce qui n'allait pas, je lui est dis un truc du genre qu'est-ce qui s'est passé je ne sais plus vraiment et mon amie d'enfance a répondu "rien, c'est la vie". Cette phrase c'est répéter en boucle dans ma tête et c'est là où j'ai vraiment compris que je ne veux pas que le sexe fasse partie de vie. J'ai fait des recherches sur l'asexualité en rentrant chez moi ce jour-là, je me suis identifié aux personnes ace sur les forums et sur les vidéos et depuis ce jour-là, je sais que je suis asexuelle.

Je sais que je pourrais être demi-sexuelle ou gray sexuel, je le serais le jour où je serais en couple même si ça me fait un peu peur de l'être, j'ai peur qu'il m'oblige à le faire, qu'il me fasse des critiques par apport à ça, les bisous avec la langue me dégoute et les suçons aussi. Mais je me suis promis de ne jamais me forcer ça reviendrait à de l'auto-viol sinon (je respecte ceux qu'ils le font pour faire plaisir à leurs partenaires) et je lui dirais dès qu'on se mettra en couple et non au dernier moment, c'est la meilleure chose à faire.
J'ai déjà reçu des propos acephobe aussi, un jour mes amies ont parlé de l'asexualité, elles se sont demandé ce que c'était, j'ai donc pris mon courage à deux mains et j'ai essayé de leur expliquer en vain, elles mon à peine écouter et ont dit que je ne pouvais pas savoir, que j'aurais envie quand je serais tombé amoureuse et que je finirais avec des chats. Ça m'a fait mal sur le coup...J'en ai parlé à une amie à moi et ma accepter comme je suis et je suis très heureuse de ça. Je voudrais faire en sorte que l'asexualité soit plus reconnue dans la société je ne sais pas comment mais j'espère un jour y arriver....
Avatar de l’utilisateur
sehlem24
Adepte
Messages : 169
Inscription : 23 juil. 2017, 14:16
Localisation : Près de Lyon
A aimé : 21 fois
A été aimé : 28 fois

Re: Asexuelle à 15 ans

Message par sehlem24 »

Bonsoir Tinlewn,
Je reconnais assez la jeune fille que j'ai pu être dans ce que tu racontes. Et je pense que oui, que l'on peut déjà avoir des doutes sur son asexualité à ton âge. Rien n'est gravé dans le marbre, tu peux évoluer, mais si cela n'arrive pas, au moins tu sais qu'il y a un mot pour ca.
Personnellement, si j'avais eu connaissance de l'asexualité plus tôt , ma vie et mes expériences auraient sans doute été bien différentes !
Tu as un avantage sur bien des asexuels, tu sais que cette communauté existe, et que si tu te sens asexuelle, tu n'es pas un alien, ou quelqu'un de cassé, tu n'auras pas à subir tout ce que les autres peuvent essayer de t'imposer en te disant que c'est toi le problème...
Je te souhaite un beau parcours, et je te souhaite également de rencontrer sur ton chemin des gens qui sauront te comprendre et avec qui tu pourras être complètement toi-même !
Sois toujours toi-même. Sauf si tu peux être une licorne, dans ce cas sois une licorne.
Avatar de l’utilisateur
Anessathiel
Associé
Messages : 645
Inscription : 03 mars 2020, 02:26
Pronom : Anessathiel
A aimé : 60 fois
A été aimé : 92 fois

Re: Asexuelle à 15 ans

Message par Anessathiel »

Bonjour et bienvenue parmi nous. Merci pour ton partage.

Image
“Deux choses participent de la connaissance : le silence tranquille et l’intériorité.”
Avatar de l’utilisateur
Grignoteuse de bouquins
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2094
Inscription : 02 oct. 2017, 19:17
Localisation : Nice
Pronom : Ael/Elle
A aimé : 626 fois
A été aimé : 577 fois

Re: Asexuelle à 15 ans

Message par Grignoteuse de bouquins »

Salut Tinlewn !
Je me reconnais également dans ton discours, perso un peu plus quand j'avais 13-14 ans.
Bon j'en ai 16 aujourd'hui alors c'est pas loin du tout et je te comprends tellement !

Déjà première chose qui me choque, c'est ce côté "fêter sa majorité sexuelle" : j'ignorais que des rituels comme ça existaient vraiment. Je pensais que c'était de l'esbrouffe au mieux, et au pire, quelque chose qui n'existait plus vraiment, parce que c'est mes parents qui me racontaient que des rituels de "passage à l'âge adulte" se passaient. Ça m'a l'air d'une autre époque... Mais bon ça m'étonne pas, les temps n'ont pas vraiment changés. J'ai vraiment l'impression que c'est du "écoute moi que je t'épates" ce genre de "rituels", plutôt que des choses qui se passent vraiment. Et je trouve ça vraiment degeulasse de la part de tes amies ou camarades de vouloir t'embrigader là dedans, parce que c'est forcer là main, c'est de la pression en plus, comme si on en avait pas assez.
Je trouve ça dommage que tes amies d'enfance ne l'aient pas super bien pris. Les gens ne comprennent pas que c'est assez dur de s'assumer des fois (ou pas) dans une société hypersexualisée de base, et calquent les autres sur le modèle qu'ils connaissent, comme si c'était le seul qui se valait vraiment.
J'ai vécu un peu la même chose avec une de mes amies qui m'a dit que j'étais une gamine et qu'il fallait que je grandisse, grosso modo.

Et t'inquiètes pas : personne ne te forcera à faire quoi que ce soit. (Si tu tombes pas sur un agresseur bien entendu). Et si la personne avec qui tu sera potentiellement force un peu la main, ou ne comprends pas du tout, et bien tu la quittera parce qu'il ne faut pas rester avec quelqu'un qui veut forcer. Parce que tu n'as pas à te faire infliger ce genre de violence (et oui je parle de violence parce que c'est violent de se forcer) juste pour rentrer dans un moule.

En tout cas, pour terminer sur une note positive parce que mon pavé ne l'était pas trop, j'espère que tu te sentiras bien ici et dans cette communauté !
Bienvenue ! :cake:
♠ Why frick frack when you can snick snack ? ♠ :cake:
fiffi
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2291
Inscription : 04 oct. 2016, 00:07
Localisation : 77
Pronom : Il . Fiffi et tu
A aimé : 671 fois
A été aimé : 370 fois

Re: Asexuelle à 15 ans

Message par fiffi »

Bienvenue Tinlew ,

je rejoins l' avis de Grignoteuse : ne te forces jamais . Tu as encore le temps de savoir si tu demi sexuelle ou non , tu le découvriras toi-même . Je te souhaite d' arriver à faire plus connaitre l' asexualité et que tu n' entendes plus des propos offensants .
Avatar de l’utilisateur
Aphélie
Ace in space
Messages : 1697
Inscription : 12 déc. 2016, 15:31
Localisation : Alpha Quadrant
Pronom : Elle
A aimé : 312 fois
A été aimé : 513 fois

Re: Asexuelle à 15 ans

Message par Aphélie »

Je ne trouve pas ça forcément jeune, il y a des gens qui savent déjà qu'ils sont gay, bi, trans à 15 ans, et même parfois plus jeune. Personne ne se pose de question quand il s'agit d'être hétéro (on a d'ailleurs tendance à projeter ce genre de choses sur les enfants bien avant cela). Quelque part, c'est une chance de pouvoir se définir ainsi si tôt et d'avoir le poids de ces doutes et incompréhensions en moins. Ce qui ne veut pas dire que ça ne peut pas changer, mais la sexualité est quelque chose de fluide, je pense que c'est tout aussi vrai à 15 qu'à 45 ans. L'important, c'est toi, comment tu veux te définir et comment tu te sens vis à vis de tout ça. Si plus tard tu réalises que finalement l'asexualité ne te correspond pas, aucun mal de fait, personne n'ira t'accuser d'avoir usurpé cette identité.

Que tes ami.e.s ne comprennent pas, ce n'est pas surprenant même si je comprends que ce soit blessant : n'hésite pas dans ces cas là à le communiquer, leur dire qu'entendre ce genre de choses te fait de la peine, que ça ne te rassure/réconforte pas de t'entendre répondre que tu vas changer comme si les choses ne pouvaient pas rester ainsi, qu'il y a plein de gens asexuel.le.s qui le vivent très bien, qu'enfin de compte tout comme tu respectes leur orientation et leur mode de vie et tu aimerais qu'on en fasse autant pour toi plutôt que d'invalider ainsi tes propos. Une bonne part de ces préjugés viennent simplement du fait que ces personnes ne connaissent pas et ne comprennent pas l'asexualité.

Pour ce qui est du reste, tu auras le temps de voir comment tu veux appréhender ça le jour où la question d'une relation se posera ; je dirais en attendant de ne pas trop te triturer les méninges, surtout si tu ne te sens actuellement pas prête pour ça. Mais dans tous les cas oui, c'est important de dire non et de poser des limites : tu ne dois rien à personne, ton corps, tes choix.
"Though my soul may set in darkness, it will rise in perfect light, I have loved the stars too fondly to be fearful of the night." ― Sarah Williams
Avatar de l’utilisateur
clotaire
AVENant
Messages : 3464
Inscription : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 719 fois
A été aimé : 691 fois

Re: Asexuelle à 15 ans

Message par clotaire »

Bienvenue Tinlewn :-)
C'est un beau témoignage, merci !
Moi aussi, il y a bien longtemps, j'avais refusé de manipuler un préservatif avec les infirmières du collège…
Avatar de l’utilisateur
Lavioloniste
Membre junior
Messages : 7
Inscription : 26 août 2020, 12:47
A aimé : 2 fois
A été aimé : 4 fois

Re: Asexuelle à 15 ans

Message par Lavioloniste »

Salut Tinlewn !

Moi ce qui me choque le plus, c'est que votre classe ait été séparée pour que l'infirmière ne présente le préservatif qu'aux filles .... Est ce que les garçons n'ont pas besoin de savoir à quoi ressemble un préservatif ? est ce que les adultes pensent que la terre va exploser si on montre un préservatif à des filles et des garçons en même temps réunis dans une même salle ?... Mystère. J'ai beau réfléchir je ne vois pas l’intérêt. Heureusement je n'ai jamais été dans cette situation, mais je pense que j'aurai été terriblement mal à l'aise comme toi.
Maintenant, peut être que je me trompe, mais j'ai remarqué que chez moi, la sexualité est devenu un sujet beaucoup plus facile à aborder (et à tolérer quand les autres en parle) depuis que j'ai réalisé que ce qui me mettait tellement mal c'était ma croyance que j'allais devoir y participer un jour. Je sentais que le monde m'imposais ça et que je luttais contre de toute mes forces comme un plafond qui me tomberait sur la tête. Je me sens beaucoup plus calme maintenant que j'ai compris que rien ne m'oblige à faire quoi que ce soit. La sexualité ne me concerne pas. Quand mes amis en parle, s'ils veulent m'en parler à moi personnellement, je leur dit ouvertement que je n'ai pas d'avis/je sais pas/tant que ça se passe bien pour toi etc et je continue ma vie tranquille.

C'est sur, à ce niveau là, le collège lycée ça me manque pas. Je suis désolée de te dire que ces moments désagréables de sexualité très affichée ne vont pas vraiment diminuer pour le moment, mais courage ! au bout des moments, les gens finissent par se rendre compte que la sexualité est une affaire privée et intime, qui ne se crie pas dans la cantine.

Par contre, pour tes amis, je sais pas trop quoi te dire. J'ai eu beaucoup de chance moi, avec des amis qui acceptent que le sexe, c'est pas mon truc. Je suis désolée que tu ais à subir leur manque de maturité, espérons qu'avec le temps elles se rendront compte que d'autres points de vues sur la sexualité existent et qu'ils sont tout aussi important que le leur. En tout cas nous on est là et on bouge pas !
Avatar de l’utilisateur
Mel
Affable
Messages : 129
Inscription : 24 mars 2020, 21:39
Localisation : sur la Voie Lactée
Pronom : libre du choix
A aimé : 7 fois
A été aimé : 17 fois

Re: Asexuelle à 15 ans

Message par Mel »

Salut Tinlewn et bienvenue ! ^^
ca me rappelle moi aussi quand j'avais à peu près cette âge là, j'était perdu, et mes amis (comme tout le monde au collège) parlait souvent voir tout le temps pour certains, du coup, je ne faisait qu'écouter, parfois, je partais parce que ca devenait saoulant, après, quand c'était plus "scientifique" j'en posais un ou deux mots, mais sans plus.
c'est dommage des gens qui sont en plus tes amis qui refusent ce que tu est en plus d'une moquerie, j'en suis désolé, mais sinon, il faut garder la têt froide et se relever, c'est pas l'avis des autres qui compte le plus dans la vie (et heureusement, ou irait le monde sinon !) enfin bref,soit forte et tient le coup ! je transmet beaucoup de courage ^^ !
Mel
Aucun rêves n'est trop grand pour être réalisé ! (sauf pour les licornes)
représenter le monde,l'imaginaire et l'âme, tel le travail d'un artiste !
"Mon affaire est dessiner ce que je vois, non ce que je sais." J.M.W. Turner
Répondre