Je suis perdue

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
maeazk
Néophyte
Messages : 1
Inscription : 08 avr. 2021, 00:39
A aimé : 0
A été aimé : 1 fois

Je suis perdue

Message par maeazk »

Bonjour. Je suis une femme cis de 22 ans et je me pose énormément de questions. Ce qui va suivre est très long, mais c’est la première fois que je déballe ce que j’ai sur le cœur. J’espère qu’au moins une personne lira jusqu’au bout et aura une réponse à me donner.

- Être célibataire ne me dérange pas. Pas plus qu’une relation à distance. Quand j’en parle avec des amis, ils disent tous « ça doit être dur la distance, comment vous faites? » sous entendant sexuellement parlant. Mais je ne vois aucune difficulté là dedans. Le sexe ne me manque pas. Je n’en n’ai tout simplement pas envie.

- J’ai eu des relations sexuelles dans le passé avec mes 2 précédentes relations amoureuses. Je me souviens avoir été curieuse de faire ma première fois mais elle n’est venue qu’après mes 18 ans (je ne considère pas ça comme tardif, chacun fait comme il le sent). Mais je précise car jusqu’à présent, ça ne m’avait jamais dérangé d’être encore vierge. Je n’avais jamais eu envie de passer à l’acte. Et même si j’ai été curieuse, parce que pour la première fois j’avais un copain, j’ai réalisé que je n’aimais pas le sexe. Ça me faisait me sentir sale, honteuse. Je devais me doucher systématiquement après. Mon copain de l’époque insistait pour qu’on couche ensemble tous les soirs limite. Ce qui me dérangeait fortement car je ne ressentais pas le besoin. Quand je disais non, ça terminant systématiquement en crise de sa part, il me faisait culpabiliser en me disant que c’est normal pour un couple de coucher ensemble. Bref, je me sentais coupable, anormale. Ça m’a énormément fait de mal. Quand j’avais la force mentale, je résistais et disais non. Et je maintenais ce non. Mais la plupart du temps, j’abandonnais et je couchais avec mon copain. Ainsi, il était satisfait et moi j’étais tranquille encore 1 jour ou 2 avant qu’il redemande. Je ne compte pas le nombre de fois où on s’est embrouillé, à 1h du matin, car je refusais et qu’il me mettait tout sur le dos. Mon cerveau refuse de me permettre de me souvenir de tout les détails, mais je sais que c’était toujours ma faute. Le pire, c’est que parfais, même quand je disais non, on passait quand même à l’acte car je finissais par ne plus dire non et juste ne rien répondre. Je le laissais faire et j’attendais que ça passe. Parfois, après avoir fini, il me disait « je préférerais que tu me dises non plutôt que tu le fasses quand t’en as pas envie, c’est mieux si on en a tous les deux envies ». Bien évidemment, quand je disais non, ça partait en embrouille. Je précise également que je me retenais de dire que s’il m’attendait, ce serait jamais car je n’avais jamais envie de sexe. Je répète, me doucher était une nécessité. Je ne pouvais pas me coucher sans ça, car je me sentais sale. Je refusais qu’il ejacule en moi car ça me dégoûtait. Tout ce qui a un lien avec le sexe me dégoûtait.

- Cet ex, avec qui j’ai discuté du fait que je n’avais pas envie de coucher avec lui (ou qui que ce soit d’autre), a fini par accepter de considerer que ma libido était très basse. Il a employé le terme frigide à mon égard. Que j’ai accepté si jamais ça pouvait m’aider à appuyer mon refus de coucher avec lui quand il demandait. Ça n’a guère été de grand secours.

- J’ai fini par mettre un terme à cette relation et entamé une autre que je croyais plus saine. Je lui avais parlé de ma précédente relation, notamment vis à vis du sexe et du traumatisme lié. Pendant 1 mois tout allait bien, il n’a rien demandé. Puis est venu le moment où il en a eu envie. Et que j’ai du dire non. Que j’ai du parler, encore. Me défendre. Défendre ma position. Encore. Mais je finissais toujours en pleurs. Et c’était encore ma faute. Car apparemment, faire l’amour c’est beau et c’est ce que font les couples. Décidément, toujours le même refrain. Mais j’ai tenu. Jusqu’à ce que j’abandonne. Encore. Je n’aI aucun souvenir du passage à l’acte. Je crois qu’encore une fois, mon cerveau m’épargne les souvenirs précis. Mais je me souviens clairement m’être douchée après. Et ne plus jamais avoir été en confiance avec cette personne que j’ai quittée 2 semaines après.

- Je précise que mon corps a déjà ressenti des choses. Je ne sais pas si c’est l’orgasme mais je sais que mon corps a ressenti du plaisir. Je sais aussi que moi, non. Mon corps et moi ne sommes pas sur la même longueur d’onde apparemment. Je me sentais juste sale. Et totalement décontenancée par le fait que mon corps me trahisse. Mes ex ont du croire que tout mon blabla c’était du flanc. Vu que mon corps appréciait. Moi non, je me répète je sais.

- C’est quoi l’attirance ? L’attirance sexuelle ? Je n’ai jamais JAMAIS rêvé de coucher avec une célébrité. Ou autre chose de cet acabit. En fait, je n’ai jamais trouvé quelqu’un sexy. J’apprécie la beauté d’un visage. Mais je ne comprends pas le terme sexy. Je ne comprends pas comment le visuel, le corps de quelqu’un peut susciter l’excitation sexuelle. Comment ? Pourquoi ? Ce ne sont pas de vraies questions, je suis juste perdue.

- À partir de là, comment puis je déterminer qui m’attire ? Homo? Hetero? Bi? Autre? Je ne comprends même pas qu’est-ce que l’attirance. Je sais juste que tout mes ex sont des hommes cis.

En fait j’ai dit plein de choses mais c’est désordonné. Probablement car je décris mon état d’esprit. Je pense plein de choses mais je ne sais quelle conclusion en tirer.

Si quelqu’un saurait m’aider à mettre des mots là dessus ? Asexualité ? Ou pas ? Je sais que je ne serai pas jugée ici, alors je me permets de demander. Car je n’ai jamais pu en parler. Sauf à mon deuxième ex qui a décidé qu’il valait mieux m’ignorer et me faire culpabiliser.

Bref, je suis clairement paumée. Et je ne peux pas, en tout état de cause, envisager me lancer dans une autre relation. Car j’ai peur. De décevoir encore, d’être vue comme un fardeau. Une fille frigide dont le seul but et de refuser le plaisir de son mec. J’ai peur de devoir me taire encore, et d’encaisser. De me sentir sale. Je sais que j’ai envie de tendresse et de douceur mais je ne veux pas que ça debouche sur du sexe. Car ça me dégoûte. Je ne sais pas si je diabolise le sexe (je n’ai pas eu d’éducation religieuse, au cas où). Ou si j’ai juste eu 2 mauvaises expériences (pas de chance!). En fait je ne sais pas si je suis asexuelle ou juste traumatisée. Des amis m’ont dit (quand j’ai évoqué très succinctement le sujet) que je devais juste trouver la bonne personne, qqn de patient. Ça m’a terrorisée.

Désolée pour le pavé.
Avatar de l’utilisateur
dioptase
Affilié
Messages : 259
Inscription : 20 oct. 2020, 22:02
Localisation : Lyon
Pronom : Elle
A aimé : 129 fois
A été aimé : 42 fois

Re: Je suis perdue

Message par dioptase »

Bonjour,

Ne te force pas, jamais. Ces hommes qui t'on fait subir des pressions pour avoir des relations sexuelles sont en tord, pas toi.
Pour moi, oui, tu sembles être asexuelle puisque tu n'a jamais ressentie d'attirance sexuelle pour personne, mais n'hésite pas à lire d'autre témoignages pour comparer ton ressenti à celui des autres et voir si tu te sens bien dans le spectre de l'asexualité.
D'ailleurs, tu verras ne pas être la seule dont le corp ressent du plaisir. Ce n'est pas incompatible.

J'espère que d'être parmi nous t'aidera à te sentir mieux avec ta différence. Notre orientation est aussi valide que celle des autres.

Courage.
Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 4161
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 718 fois
A été aimé : 1195 fois

Re: Je suis perdue

Message par Baelfire »

maeazk a écrit : 08 avr. 2021, 00:49Je devais me doucher systématiquement après.
Je vois ce que tu veux dire. Dans ce cas là c'est parce que tu ressens du dégoût et que tu veux effacer toute trace de l'acte sexuel que tu as été obligée d'accomplir. Mais en dehors de ça, il FAUT se doucher après l'amour de toutes façons. Surtout nous les femmes.

On est beaucoup ici à avoir vécu la même chose que toi ou à peu près. Et je pense effectivement que tu es A et peut-être sexe repulsed. Mais sur le "sex repulsed" je mettrais peut-être un petit bémol. Quand on tombe avec des crétins qui nous forcent et qui globalement ne savent pas s'y prendre, l'acte sexuel ne peut pas être assimilé à quelque chose de bien. Le mécanisme du corps c'est une chose mais ce n'est pas pour ça que le cerveau conscent.

A voir si un jour tu tombes sur un homme (puisque ce sont les hommes qui semblent t'attirer) qui te montre une autre facette de l'acte sexuel.

Quoiqu'il en soit je crois que tu as besoin d'une bonne période de célibat/tranquillité pour te retrouver et apprendre à te connaître encore plus.

Bienvenue :)
Xav44
Membre
Messages : 22
Inscription : 10 mars 2021, 09:31
Localisation : 44
Pronom : Tu/il/ça («ça va ?»)
A aimé : 32 fois
A été aimé : 14 fois

Re: Je suis perdue

Message par Xav44 »

Bonjour et bienvenue Maeazk,
Merci beaucoup pour ton témoignage.
Il y a une vraie incompréhension entre A et S, et tout ce que tu décris n'est pas expliqué dans les manuels, et devrait être enseigné aux ados, voire aux adultes.
Dans l'ensemble, je crois que des efforts sont faits aujourd'hui sur ce qu'est le consentement. Ce que tu as vécu est aujourd'hui qualifié de viol conjugal. Il est important de mettre le mot dessus pour en prendre pleinement conscience. Et il est important que tes futurs partenaires sachent identifier les bornes à ne pas dépasser.
Malheureusement, pour de nombreuses personnes, il est impensable de ne pas avoir envie de faire l'amour et elles mettent la pression sur leur partenaire en les accusant de tous les maux. Il reste beaucoup de chemin à parcourir.
Je suis S et je me suis clairement trouvé dans la position du "crétin" qui ne comprend pas, qui pense que le partenaire est anormal (dans la mesure où je faisais beaucoup d'efforts de douceur et de patience), qui ne sait pas que cette réaction du corps n'est pas de l'ordre du plaisir. Même si mon épouse A ne semble pas aussi sex-repulsed que toi, j'ai retrouvé beaucoup de similitudes entre ce que tu as écrit et ce que nous avons vécu dans notre couple.
J'espère qu'ici tu vas trouver un peu de sérénité.
Xav
“Tengo mucho que escribir, y poco papel” Calle13
Avatar de l’utilisateur
PassionA
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2118
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 516 fois
A été aimé : 623 fois

Re: Je suis perdue

Message par PassionA »

Bienvenue et merci de ton témoignage :)

Il y a plusieurs éléments qui poussent à considérer l'asexualité : le fait que tu te poses la question de savoir ce qu'est l'attirance sexuelle car tu ne sembles pas la ressentir, et le fait que tu n'ai pas envie de sexe. Ça suffit à ce que tu puisse t'identifier comme asexuelle si tu es à l'aise avec ça.

Je suis vraiment désolé de ce que tu as vécu avec ton premier petit ami, c'était vraiment un calvaire. Tu n'étais pas en tord. Il avait l'air d'être un genre d'hypersexuel énervé qui réclamait son bonbon tous les soirs au mépris de ton consentement, je trouve ça pathétique. Oui c'est du viol. Au final, tu as vécu une situation traumatisante dans la durée, et ce n'est pas une épreuve dont on se remet facilement, normal que ton capital confiance envers les hommes soit émoussé.

Concernant l'attirance homo/hétéro/bi, il faut séparer l'attirance sexuelle de l'attirance romantique. Tu peux tomber amoureuse d'une personne sans avoir envie de coucher avec elle. La question que je me pose, c'est qu'est-ce qui a fait que tu te sois retrouvé en couple avec ces deux garçons : tu as du quand même ressentir une attirance pour eux (romantique, esthétique, intellectuelle). Mais d'un autre côté tu dis qu'être célibataire ne te dérange pas : est-ce que tu pourrais être aromantique ? C'est à dire ne pas ressentir d'attirance romantique (ne pas tomber amoureuse).

Ah oui, j'ajouterai que tu n'es pas frigide ! Ne t'insulte pas avec les mots de tes tortionnaires.
Avatar de l’utilisateur
clotaire
AVENant
Messages : 3744
Inscription : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 804 fois
A été aimé : 793 fois

Re: Je suis perdue

Message par clotaire »

Bienvenue maeazk :-)

je te souhaite de rencontrer un jour quelqu'un qui te respecte et avec qui tu pourras te sentir en confiance !
Avatar de l’utilisateur
Freaks
Affable
Messages : 108
Inscription : 27 déc. 2020, 19:09
A aimé : 73 fois
A été aimé : 51 fois

Re: Je suis perdue

Message par Freaks »

Mes petits collègues t'ont déjà bien répondu, mais j'en rajoute un peu, ne serait-ce que pour te prouver que pleins de gens ici t'on lu jusqu'au bout ! :D Dis-toi bien que ton ressenti est autant respectable que celui de n'importe qui, y compris tes amis (qui ont parfois l'air de ne pas faire d'efforts pour se mettre à ta place, ceci dit pas méchamment).
maeazk a écrit : 08 avr. 2021, 00:49 - Être célibataire ne me dérange pas. Pas plus qu’une relation à distance. Quand j’en parle avec des amis, ils disent tous « ça doit être dur la distance, comment vous faites? » sous entendant sexuellement parlant. Mais je ne vois aucune difficulté là dedans. Le sexe ne me manque pas. Je n’en n’ai tout simplement pas envie.
C'est un bon indice d'une orientation ace / aro, ça, non ? :D
maeazk a écrit : 08 avr. 2021, 00:49 - Cet ex, avec qui j’ai discuté du fait que je n’avais pas envie de coucher avec lui (ou qui que ce soit d’autre), a fini par accepter de considérer que ma libido était très basse. Il a employé le terme frigide à mon égard. Que j’ai accepté si jamais ça pouvait m’aider à appuyer mon refus de coucher avec lui quand il demandait. Ça n’a guère été de grand secours.
Et ça, c'est un bon exemple de la façon dont un allosexuel va te placer dans ses petites cases à lui, en te rabaissant au passage (tout comme un asexuel sans expérience sera traité de puceau) : ça s'appelle du prude-shaming... La vérité, c'est que l'asexualité, c'est une normalité comme une autre ; simplement, ce n'est pas la plus courante.
maeazk a écrit : 08 avr. 2021, 00:49 - Je précise que mon corps a déjà ressenti des choses. Je ne sais pas si c’est l’orgasme mais je sais que mon corps a ressenti du plaisir. Je sais aussi que moi, non. Mon corps et moi ne sommes pas sur la même longueur d’onde apparemment. Je me sentais juste sale. Et totalement décontenancée par le fait que mon corps me trahisse. Mes ex ont du croire que tout mon blabla c’était du flanc. Vu que mon corps appréciait. Moi non, je me répète je sais.
L'excitation sexuelle n'a rien à voir avec l'orientation sexuelle : tu peux être asexuelle et en ressentir, tout comme tu peux avoir été violée et avoir ressenti du plaisir (pour moi, le comportement de tes ex-petits amis relève clairement de la maltraitance sexuelle, dans la mesure où ils n'ont pas tenu compte de ton non-consentement à vos rapports).
maeazk a écrit : 08 avr. 2021, 00:49 - C’est quoi l’attirance ? L’attirance sexuelle ? Je n’ai jamais JAMAIS rêvé de coucher avec une célébrité. Ou autre chose de cet acabit. En fait, je n’ai jamais trouvé quelqu’un sexy. J’apprécie la beauté d’un visage. Mais je ne comprends pas le terme sexy. Je ne comprends pas comment le visuel, le corps de quelqu’un peut susciter l’excitation sexuelle. Comment ? Pourquoi ? Ce ne sont pas de vraies questions, je suis juste perdue.
- À partir de là, comment puis je déterminer qui m’attire ? Homo? Hetero? Bi? Autre? Je ne comprends même pas qu’est-ce que l’attirance. Je sais juste que tout mes ex sont des hommes cis.
A une époque, j'avais le plus grand mal aussi avec l'adjectif "sexy", moi aussi... (Par contre, j'ai été attiré, tout platoniquement, par des femmes qui étaient belles en effet, et je suis excités par des vidéos mettant en scène des femmes cis ou trans, ce qui ne m'empêche pas d'être asexuel). Là encore, c'est un bon indice d'une orientation ace / aro, qui peut parfaitement être la tienne même si tu trouves des hommes beaux et que tes ex sont des hommes cis.
maeazk a écrit : 08 avr. 2021, 00:49 En fait j’ai dit plein de choses mais c’est désordonné. Probablement car je décris mon état d’esprit. Je pense plein de choses mais je ne sais quelle conclusion en tirer.
La conclusion, ça sera à toi de la tirer, une fois que tu auras réfléchi à tout ça, calmement. Déjà, te poser toutes ces questions est une bonne chose.
maeazk a écrit : 08 avr. 2021, 00:49 En fait je ne sais pas si je suis asexuelle ou juste traumatisée. Des amis m’ont dit (quand j’ai évoqué très succinctement le sujet) que je devais juste trouver la bonne personne, qqn de patient. Ça m’a terrorisée.
Tes amis sont à côté de la plaque, si je puis me permettre. Je cite la présentation de ce forum : "Vous n'avez peut-être pas trouvé la bonne personne ? C'est comme dire à une lesbienne qu'elle n'a pas trouvé le bon type." Pour moi, si tu es terrorisée quand on te dit ça, c'est que tu es plus asexuelle que traumatisée...

Le problème, c'est qu'apparemment tu as l'air de ressentir une forte pression (de ton entourage ?) à être en couple, et ça, que tu sois asexuelle (comme j'aurais tendance à le penser) ou non, c'est quelque chose que tu ne devrais peut-être pas retenter tout de suite... Essaye de t'accorder un moment de pause, pour savoir ce que tu veux vraiment.

Si c'est être seule qui te convient, tu as parfaitement le droit de l'être, quoi qu'on en dise autour de toi... Si tu es asexuelle, c'est dans ta nature profonde de ne pas vouloir de relations sexuelles, et si tu es aussi aromantique, c'est également dans ta nature profonde de ne pas vouloir de relations amoureuses.

Vouloir aller contre ta nature profonde rien que pour faire comme les autres (mais pas tous les autres, la preuve : Aven existe) ne fera que te rendre malheureuse.

J'espère que tout ça t'aide.
On reconnaît la pression sociale au bruit qu'elle fait quand elle s'en va.
Ener
Apprenti
Messages : 63
Inscription : 08 févr. 2021, 22:46
A aimé : 6 fois
A été aimé : 15 fois

Re: Je suis perdue

Message par Ener »

Bonjour et bienvenue :)

Merci pour ton témoignage :)
En dehors de la question de l'asexualité, à laquelle je ne pense pas pouvoir ajouter grand-chose à ce qui a été dit, ce que tes ex t'ont fait subir est grave... Si tu as dit non et qu'ils le font quand même, c'est bien un viol, même au sein du couple.
Je te prie de m'excuser si j'emploie des mots que tu n'as pas envie d'entendre, ou si ce message arrive au mauvais moment pour toi. Mais as-tu déjà songé à mener une action contre eux d'une part, et à chercher un soutien psychologique de l'autre ? (pas pour devenir "normale" ni quoi que ce soit, mais bien parce qu'ils t'ont fait du mal et que ce n'est pas forcément bon de vivre avec...)
Répondre