Le couple

Tout commence avec de grandes idées ; venez partager vos opinions sur les sujets les plus divers.
Répondre
Avatar du membre
théralène
Affilié
Messages : 252
Enregistré le : 29 nov. 2011, 19:44

Le couple

Message par théralène » 04 févr. 2012, 10:56

Pour éviter de continuer les divergences sur le sujet de Beliefs, j'ouvre une nouvelle discussion.

Tout est dit dans le sujet.

Que pensez-vous du couple au sens large? Quelles sont les "recettes" de sa "viabilité"?
Quels sont selon vous les causes des divorces ou ruptures? Lesquelles pourraient être éviter? Y-a-t-il des ruptures nécessaires?

Evidemment on sait tous qu'en dehors de ces considérations chaque couple est complexe, unique, et qu'il est difficile de le juger au niveau individuel sans en connaitre tous les aspects mais il peut être intéressant de connaitre les différentes conceptions que l'on peut en avoir.
"L'amour, quand il n'est qu'amour, est parfait : un geste, un silence, un mot, lancé comme un don, comme une espérance." Gagnand

"Parler est un besoin, écouter est un art." Goethe

FKK
Membre
Messages : 18
Enregistré le : 14 janv. 2012, 09:24
Localisation : Vienne

Re: Le couple

Message par FKK » 04 févr. 2012, 12:55

Je pense que s'il y avait une recette pour durer il n'y aurait pas autant de divorces.

Pour autant, je dirai qu'avant tout il est important de tout se dire dans les moindres détails, que chacun soit vrai, sincère. Parce que pour qu'un couple dur, encore faut-il que les personnes sachent à qui elles ont à faire. Il faut être entier avec ses qualités et ses défauts. Et que chacun ait conscience que des défauts nous en avons tous et qu'il faut savoir les accepter.
Et si la routine frappe à la porte, il faut savoir de temps en temps apporter un peu de fantaisie, parce qu'elle par contre elle ne viendra pas toute seule.

Enfin après j'y connais rien, c'est un avis en passant.. :P
" L'essentiel est d'être ce que nous fit la nature.On n'est toujours que trop ce que les hommes veulent que l'on soit. "
- Jean-Jacques Rousseau -

Avatar du membre
MICK
Affilié
Messages : 292
Enregistré le : 29 janv. 2012, 08:33
Localisation : Moselle

Re: Le couple

Message par MICK » 04 févr. 2012, 13:02

:D bonjours à toutes et tous

Bon je me lance ça fait 32 ans cette année que nous sommes mariés et 18 ans qu'il n'y a plus de relations sexuelles entre nous, bien avant la création de ce site je pense.

Je travaillais à l'époque dans une usine de 1 200 personnes et 90% de femmes et j'ai malgré tout trouvé ma femme par annonce dans un journal que je recevais tous les mois.

Pour moi pour qu'un couple dure, il faut avoir le même but, fonder une famille ou (autres choses...) et avoir eu à peu près le même parcours, se ressembler en quelque sorte.

On a eu une enfance assez difficile tous les deux dû à notre état de santé, on a fréquenté pas mal d'hôpitaux et on a eu la force de s'en sortir et de fonder une famille.

Nous avons eu 2 enfants que notre situation n' a pas perturbée, l'ainé avait 13 ans et le cadet 11 ans quand on a cessé nos relations.

On a d'abord pensé à leur éducation, et maintenant ils sont partis faire leur vie chacun de leur coté.

Pour qu'un couple dure il faut aussi que chacun puisse continuer à faire ce dont il a envi sans perturber le conjoint. Pour nous on a chacun un ordinateur, et la majorité de notre temps libre, on est derrière l'ordi.

Ce qui nous empêche pas d'aller au restaurant de temps en temps, et de nous faire des cadeaux aux grandes occasions ( nos anniversaires et anniversaire de mariage etc...).

Je sais pas si mon récit est dans la bonne rubrique mais il répond un peu à la question posée au départ (Le couple).

Hana-Lyse
Amibe
Messages : 78
Enregistré le : 22 janv. 2012, 02:04

Re: Le couple

Message par Hana-Lyse » 08 févr. 2012, 01:30

théralène a écrit :Pour éviter de continuer les divergences sur le sujet de Beliefs, j'ouvre une nouvelle discussion.

Tout est dit dans le sujet.

Que pensez-vous du couple au sens large? Quelles sont les "recettes" de sa "viabilité"?
Quels sont selon vous les causes des divorces ou ruptures? Lesquelles pourraient être éviter? Y-a-t-il des ruptures nécessaires?

Evidemment on sait tous qu'en dehors de ces considérations chaque couple est complexe, unique, et qu'il est difficile de le juger au niveau individuel sans en connaitre tous les aspects mais il peut être intéressant de connaitre les différentes conceptions que l'on peut en avoir.
C'est un excellent sujet Théralène ! :)
C'est vraiment la meilleure chose, avant de chercher à tout prix un partenaire, de savoir ce qui est essentiel pour permettre le bonheur du couple sur le long terme ~

Pour les recettes de viabilité du couple à long terme, Mick avec son expérience est dans le vrai .

Personnellement je n'ai aucune expérience, mais pour compenser j'ai écouté mes proches chaque fois qu'ils pouvaient en parler, afin de pouvoir les aider, et acquérir par procuration de l'expérience . Et je peux te garantir que s'il y a autant de divorces et de séparations de tout genre, c'est loin d'être du hasard, c'est surtout extrêmement prévisible .

1 : Le couple au sens large, c'est l'union de deux personnes qui veulent vivre de bons moments ensemble, à mon avis ~

2 : Pour qu'il puisse durer dans le temps sans être condamné à la rupture, il faudrait que les coups de foudres cessent . Le romantisme n'est pas mauvais . Mais pour pouvoir trouver une personne avec qui partager sa vie, avec des valeurs compatibles, uniquement en se basant sur un ressenti physique, c'est comme avoir les bons numéros du loto, c'est terriblement aléatoire et très souvent voué à l'échec à moyen ou long terme .

Mais de très loin, les deux choses les plus essentielles de toute, le ciment d'un couple, c'est la qualité du dialogue et l'empathie des deux partenaires !!!
Ça a l'air facile dit comme ça mais combien de millions de couples ont rompu suite à une accumulation de non-dits ( liés à la peur de la réaction de l'autre, à une fierté mal placée, etc ) ? Combien de couples sombrent dans la routine car aucun dialogue n'a lieu pour élaborer ensemble des véritables solutions ?! Et le fossé entre les deux se creuse, progressivement, jusqu'à l'inéluctable rupture .
D'où la citation de Jacques Salomé, un psychologue qui a mis l'accent dans ses livres sur l'importance fondamentale du dialogue dans le couple : " Ce n'est pas l'amour qui maintient deux êtres ensemble dans la durée, c'est la qualité de la communication, la richesse et la tendresse des échanges, le nourrissement mutuel de la relation qui leur permettra d'affronter les inévitables crises qui jalonnent la vie de couple " .
Et évidemment pour avoir un dialogue utile quand il y a des problèmes à résoudre, selon moi c'est l'empathie qui est la clé . Pour avoir lu des proches qui n'arrivaient pas à parler par peur d'en arriver au conflits et à encore plus de disputes, ils se taisaient, ouvrant un peu plus le vide avec l'autre, jusqu'à l'infidélité et/ou la rupture .

Oui, avoir une vision de la vie et des choses essentielles qui puisse s'accorder me semble très important . Comment se maintenir avec quelqu'un qui n'a pas d'envies compatibles ? Avec quelqu'un qui a une vision de la vie opposée ? Avec quelqu'un qui n'arrive pas à s'adapter au mode de vie de l'autre ? Evidemment, s'adapter dans la limite de l'acceptable, sinon l'un en souffre et le risque de casser est énorme à terme . Et pour les valeurs communes, il est évident que la fidélité est la première chose sur laquelle on devrait être fixé : l'importance qu'elle a pour l'autre . Certes il y a des menteurs et des lâches qui font semblant d'avoir des valeurs de fidélité, loyauté, et autres . Mais il y a des moyens de les repérer, et ça commence par arrêter de se caser rapidement, pour le simple motif que la société prône le couple comme seule condition afin d'être heureux et connaître le bonheur . C'est FAUX ! Et on le voit bien dans les couples à la va-vite qui cassent avant le fameux cap des 7 ans . On le voit dans ses couples qui se méprisent ou dénigrent l'autre . Au fond, même s'il semble que les femmes rejettent par facilité la faute sur les hommes infidèles ( plus que l'inverse j'entends ), c'est de la faute des deux si le couple n'a pas duré . Croire que le seul fait d'être en couple rend heureux, croire que l'autre va changer alors qu'il faut chercher quelqu'un de compatible, croire que le coup de foudre peut amener à la création de couples viables sur la durée, etc ... C'est profondément s'illusionner et dans les ruptures avant le cap, il y a beaucoup de ça !

Pour résumer : Empathie, dialogue et valeurs communes sont des conditions sine qua non à la "viabilité" d'un couple . Le lien en bas de page pourra t'aider, c'est de lui dont je me suis inspiré pour en arriver à ne plus envier ces moults couples, et faire en sorte de trouver en un coup quelqu'un qui me convienne, douée d'empathie et amoureuse ~

3 : Les divorces et ruptures sont, j'en suis convaincu, dus soit à un manque d'empathie, soit à un mauvais choix du partenaire . S'il n'y a pas ces conditions de viabilité, évidemment que la rupture ( et le divorce en cas de mariage ) est l'unique issue . A moins que le couple parte sur de nouvelles bases, use un peu de son intelligence pour bâtir une histoire autrement plus grande ~

4 : On pourrait éviter bien plus de la moitié des ruptures ou du moins réduire considérablement leur gravité si les gens prenaient plus le temps de choisir quelqu'un qui leur convient avant . Et aussi un minimum de lucidité : le couple ( situation de couple j'entends ) comme le sexe ne sont pas du tout des clés du bonheur . Le bonheur est surtout la réalisation progressive d'un but qui nous tient à coeur . En regardant dans la même direction, avec des projets communs ( ou bien où l'objectif de réalisation est commune, car les deux partenaires peuvent pratiquer des activités différentes ), il n'y a aucune raison qu'il y ait rupture . A moins que l'un accepte en se sacrifiant ( non-dits ), qu'il y ait un manque d'empathie lors des passes difficiles, ou que par lâcheté/méchanceté l'un trahisse l'autre .

5 : Une rupture est nécessaire quand on se rend compte qu'on ne pourra partager du bonheur avec sa/son partenaire . Il faut assumer ses torts et partir . Après il y a l'éternel pseudo-problème financier, qui pousse à l'auto-flagellation et à endurer le malheur pendant X mois ou années supplémentaires . Certes, parfois c'est terrible à quel point ça peut détruire certaines personnes . Idem pour les couples qui se maintiennent pour la religion . Mais on ne peut pas forcer ces personnes à casser . Elles se complaisent dans la souffrance car d'une certaine manière c'est plus honorable pour elles, et elles ont une meilleure conscience morale . Qu'elles assument ou qu'elles agissent pour ne pas demeurer dans l'erreur .

Autre cas de rupture nécessaire : les violences et manipulations . Nous avions déjà parlé des PN et il est impossible de penser créer une histoire avec eux . Idem pour les gens impulsifs qui ne sont pas fichus de faire preuve d'empathie et compensent sans réfléchir en frappant leur femme . C'est d'une lâcheté sans nom, d'un pathétisme total et j'espère bien que la vie ( ou la mort :roll: ) leur rendra le mal qu'ils sont capables de faire tout autour d'eux ~
C'est terrible de voir que d'honnêtes femmes, au bon coeur, puissent subir de telles horreurs . J'espère bien trouver le moyen de repérer ce genre de personnes impulsives, afin que la situation n'arrive plus . Parce que personne ne mérite ça .

Et pour finir, voici le lien à partir duquel j'ai commencé à comprendre la raison de la friabilité des couples .
http://www.psychologies.com/Couple/Vie- ... le-heureux
Peut-être que certains articles de ce site sont bateaux, il y a des points sur lesquels je ne suis pas d'accord ( notamment la 5, étonnant n'est-ce pas ? ) mais globalement, si tout le monde savait ça et affinerait sa réflexion en la matière, on serait bien avancés ~

En espérant être plus proche de la réalité pour pouvoir t'aider ~
Ce n'est pas l'amour qui maintient deux êtres ensemble dans la durée, c'est la qualité de la communication, la richesse et la tendresse des échanges, le nourrissement mutuel de la relation qui leur permettra d'affronter les inévitables crises qui jalonnent la vie de couple .

Avatar du membre
théralène
Affilié
Messages : 252
Enregistré le : 29 nov. 2011, 19:44

Re: Le couple

Message par théralène » 08 févr. 2012, 23:19

Merci pour vos réponses (personne n'est hors-sujet :wink: ) Le but était bien d'échanger sur le couple.
angel76 a écrit :Je le vois avec qq1 qui me comprend, qui soit comme moi pour un bien ^^, que ce soit fusionnel, beaucoup de complicité, partager beaucoup de choses et faire beaucoup de choses ensemble.. mais bon ^^
Je suis d'accord, c'est pas plus mal de se ressembler, ça permet de partager plus de choses! D'ailleurs je crois plus au "qui se ressemble s'assemble" qu'aux "contraires s'attirent", mais c'est pas toujours vérifié.
FKK a écrit :Pour autant, je dirai qu'avant tout il est important de tout se dire dans les moindres détails, que chacun soit vrai, sincère. Parce que pour qu'un couple dur, encore faut-il que les personnes sachent à qui elles ont à faire. Il faut être entier avec ses qualités et ses défauts. Et que chacun ait conscience que des défauts nous en avons tous et qu'il faut savoir les accepter.
L'honnêteté et la sincérité, choses très importantes! Par contre quand on s'en va parler de ses défauts, "étrangement", ça crée "une brèche" dans le mythe, et ça fait fuir, pourtant c'est bien la meilleure chose à faire si on veut se sentir suffisamment compris et que la confiance puisse être réciproque.
FKK a écrit :Et si la routine frappe à la porte, il faut savoir de temps en temps apporter un peu de fantaisie, parce qu'elle par contre elle ne viendra pas toute seule.
Tout à fait d'accord! Rien ne vaut un voyage par exemple.
MICK a écrit :Bon je me lance ça fait 32 ans cette année que nous sommes mariés et 18 ans qu'il n'y a plus de relations sexuelles entre nous, bien avant la création de ce site je pense.

Je travaillais à l'époque dans une usine de 1 200 personnes et 90% de femmes et j'ai malgré tout trouvé ma femme par annonce dans un journal que je recevais tous les mois.

Pour moi pour qu'un couple dure, il faut avoir le même but, fonder une famille ou (autres choses...) et avoir eu à peu près le même parcours, se ressembler en quelque sorte.

On a eu une enfance assez difficile tous les deux dû à notre état de santé, on a fréquenté pas mal d'hôpitaux et on a eu la force de s'en sortir et de fonder une famille.

Nous avons eu 2 enfants que notre situation n' a pas perturbée, l'ainé avait 13 ans et le cadet 11 ans quand on a cessé nos relations.

On a d'abord pensé à leur éducation, et maintenant ils sont partis faire leur vie chacun de leur coté.

Pour qu'un couple dure il faut aussi que chacun puisse continuer à faire ce dont il a envi sans perturber le conjoint. Pour nous on a chacun un ordinateur, et la majorité de notre temps libre, on est derrière l'ordi.

Ce qui nous empêche pas d'aller au restaurant de temps en temps, et de nous faire des cadeaux aux grandes occasions ( nos anniversaires et anniversaire de mariage etc...).

Je sais pas si mon récit est dans la bonne rubrique mais il répond un peu à la question posée au départ (Le couple).
Très belle histoire Mick! Ce qui prouve que le partage, les projets communs, et l'entente font énormément!
"L'amour, quand il n'est qu'amour, est parfait : un geste, un silence, un mot, lancé comme un don, comme une espérance." Gagnand

"Parler est un besoin, écouter est un art." Goethe

Avatar du membre
théralène
Affilié
Messages : 252
Enregistré le : 29 nov. 2011, 19:44

Re: Le couple

Message par théralène » 08 févr. 2012, 23:52

Hana-Lyse a écrit :Personnellement je n'ai aucune expérience, mais pour compenser j'ai écouté mes proches chaque fois qu'ils pouvaient en parler, afin de pouvoir les aider, et acquérir par procuration de l'expérience . Et je peux te garantir que s'il y a autant de divorces et de séparations de tout genre, c'est loin d'être du hasard, c'est surtout extrêmement prévisible .
+1, quoique la rupture peut parfois être étonnante, même pour les plus avertis.

Je pourrais écrire la même chose que toi en fait, Je suis aussi une sorte de « passionnée du couple », dans le sens où ça fait des années que je m’y intéresse (émissions psy multiples, témoignages, bouquins, « vécus » de mes proches, et même discussion sur je sujet avec des psychiatre sur les « conjugopathies » de certains patients, (eh oui ils ont de ces termes en psy, il fallait bien que je le ressorte celui-là^^). Des années que j’essaye de comprendre le couple chez les autres et qu’il ne se lasse pas de m’étonner, et pas toujours dans le bon sens… Quoiqu’il m’étonne beaucoup moins quand on parle de couple dans la durée et beaucoup plus dans les premiers mois, plutôt hasardeux. (Bon ne pas trop m'écouter ce soir, je suis plutôt remontée à cause d’une rupture qui a affecté quelqu’un à qui je tiens, alors je ne sais pas si je suis hyper objective, enfin bref)

2) Pas tout à fait d’accord. Les coups de foudre existent, ce n’est pas juste une question de loto. Chez le s peut-être chez les a aussi je ne sais pas, puisque ce n’est pas complètement lié uniquement au désir sexuel, il y a une question biologique de compatibilité immunitaire derrière (que je ne vais pas détailler ici) et parfois ce sont des couples qui vont bien fonctionner. Après je suis bien d’accord sur le fait qu’il ne suffit pas. Il faut encore savoir communiquer et faire des concessions, savoir se remettre en question. Enfin « il faut » parait un peu trop moralisateur, mais disons que c’est préférable pour l’avenir de ce couple si c'est le but de ce couple.
Hana-Lyse a écrit :Mais de très loin, les deux choses les plus essentielles de toute, le ciment d'un couple, c'est la qualité du dialogue et l'empathie des deux partenaires !!!
+1000
Hana-Lyse a écrit :Ça a l'air facile dit comme ça mais combien de millions de couples ont rompu suite à une accumulation de non-dits ( liés à la peur de la réaction de l'autre, à une fierté mal placée, etc ) ? Combien de couples sombrent dans la routine car aucun dialogue n'a lieu pour élaborer ensemble des véritables solutions ?! Et le fossé entre les deux se creuse, progressivement, jusqu'à l'inéluctable rupture .
L’empathie et la capacité à se remettre en question, oui. Et se taire entraîne une brèche, qu’il devient dure de colmater avec les années…
Ceci dit, je parle là pour des couples qui ont déjà su durer un certain temps, de personnes qui ce sont aimées. Au début c’est parfois plus difficile, et je préfère me taire sur des réalités que j’ai souvent du mal à saisir (parce que je serais plutôt d'avis de communiquer tout de suite mais ce n'est pas ce que pensent les psys, et il parait que ça peut faire peur, par exemple de dire à quelqu'un que l'on ne cherche pas à s'amuser.)
Hana-Lyse a écrit :Oui, avoir une vision de la vie et des choses essentielles qui puisse s'accorder me semble très important . Comment se maintenir avec quelqu'un qui n'a pas d'envies compatibles ? Avec quelqu'un qui a une vision de la vie opposée ? Avec quelqu'un qui n'arrive pas à s'adapter au mode de vie de l'autre ? Evidemment, s'adapter dans la limite de l'acceptable, sinon l'un en souffre et le risque de casser est énorme à terme .
Oui c’est vrai. Après il arrive que les attentes changent, que l’adaptation se fasse, mais alors je pense qu’il est absolument nécessaire que les concessions et efforts soient bilatéraux.
Hana-Lyse a écrit : Et pour les valeurs communes, il est évident que la fidélité est la première chose sur laquelle on devrait être fixé : l'importance qu'elle a pour l'autre .
Tout à fait d’accord pour ma part, mais ça reste un jugement de valeur et d’autres verront ça d’un autre œil et je le respecte, quand c’est une « infidélité consentie ». Quand elle entraine de la souffrance, dans la plupart des cas, c’est autre chose, mais même si ce n’est pas une excuse, elle trouve souvent une explication je dirais. (cf ce que tu dis plus bas d’ailleurs)
Hana-Lyse a écrit :Certes il y a des menteurs et des lâches qui font semblant d'avoir des valeurs de fidélité, loyauté, et autres . Mais il y a des moyens de les repérer, et ça commence par arrêter de se caser rapidement, pour le simple motif que la société prône le couple comme seule condition afin d'être heureux et connaître le bonheur . C'est FAUX ! Et on le voit bien dans les couples à la va-vite qui cassent avant le fameux cap des 7 ans . On le voit dans ses couples qui se méprisent ou dénigrent l'autre . Au fond, même s'il semble que les femmes rejettent par facilité la faute sur les hommes infidèles ( plus que l'inverse j'entends ), c'est de la faute des deux si le couple n'a pas duré . Croire que le seul fait d'être en couple rend heureux, croire que l'autre va changer alors qu'il faut chercher quelqu'un de compatible, croire que le coup de foudre peut amener à la création de couples viables sur la durée, etc ... C'est profondément s'illusionner et dans les ruptures avant le cap, il y a beaucoup de ça !
Des moyens de les repérer : pas forcément, je dirais comme toi la durée, mais la durée n’est pas l’amie de notre société d’aujourd’hui, et quand l’attente est trop longue, certaines personnes sont vite lassées (je ne parle pas de s ou de a, mais en général, quoique les s sont peut-être plus impatients étant donné qu’ils ont aussi le but de coucher, bon je :arrow: c’est hs et pas forcément généralisable)

3) et 5)
Pas trop d’accord à un titre personnel en temps qu’idéaliste qui aime penser que les choses peuvent s’arranger (même si l’idéaliste devrait être guérie depuis le temps, mais j'ai eu la chance de grandir avec le couple "parfait" que forme mes parents, donc il est dur de se conformer à la réalité qui est loin d'être souvent celle là, mais j'y travaille^^) si les efforts et concessions sont réciproques, mais ce serait dénier la souffrance de nombreuses personnes. Je dirais donc qu’il est possible, peut-être de tout faire pour « soigner » le couple, c’est là où « le tiers » entre en jeu, avec par exemple le psychologue de couple et qui peut pas mal apaiser le couple et permettre d’ouvrir les yeux sur des choses impossibles à voir lorsque l’on est dans la situation.

4)D’accord, sauf que le s verra ça d’un autre œil, lui qui a besoin d’être épanoui dans sa sexualité. Si le s veut éviter d’aller voir ailleurs, c’est là que peut intervenir le sexologue, en cas de souffrance commune en rapport avec ça. (sans vouloir faire trop de pub pour ceux-là qui dénient notre existence^^, mais bon leur intervention peut être justifiée il faut le reconnaitre)
Hana-Lyse a écrit :Autre cas de rupture nécessaire : les violences et manipulations . Nous avions déjà parlé des PN et il est impossible de penser créer une histoire avec eux . Idem pour les gens impulsifs qui ne sont pas fichus de faire preuve d'empathie et compensent sans réfléchir en frappant leur femme . C'est d'une lâcheté sans nom, d'un pathétisme total et j'espère bien que la vie ( ou la mort ) leur rendra le mal qu'ils sont capables de faire tout autour d'eux ~
C'est terrible de voir que d'honnêtes femmes, au bon coeur, puissent subir de telles horreurs . J'espère bien trouver le moyen de repérer ce genre de personnes impulsives, afin que la situation n'arrive plus . Parce que personne ne mérite ça .
Là par contre je suis d'accord à 100%.
théralène a écrit :Et pour finir, voici le lien à partir duquel j'ai commencé à comprendre la raison de la friabilité des couples .
http://www.psychologies.com/Couple/Vie- ... le-heureux
Peut-être que certains articles de ce site sont bateaux, il y a des points sur lesquels je ne suis pas d'accord ( notamment la 5, étonnant n'est-ce pas ? ) mais globalement, si tout le monde savait ça et affinerait sa réflexion en la matière, on serait bien avancés ~
Merci pour le lien, je connais un peu en fait, même si je ne sais plus si j’ai lu tout ça en particulier, en tout cas nos sources ont l’air de se recouper^^
Hana-Lyse a écrit :En espérant être plus proche de la réalité pour pouvoir t'aider ~
Merci pour ton intervention. En fait j’ai créé ce sujet pour pouvoir échanger sur le sujet et voir un peu les avis des uns et des autres (tous bienvenus d’ailleurs). En pratique, je n’ai pas pu « profiter » de toutes ces belles idées (que je partage), je suis plus « douée » (quoique) pour l’intellectualisation du couple ou pour aider les autres dans leur couple (eh oui j’ai manqué ma vocation de psychologue de couple, mais n’en suis professionnellement pas très loin^^.

Quoique j’ai bien essayé de les mettre en pratique dans ma très brève vie amoureuse mais c’est peine perdue quand on a tout pour ne pas plaire^^ ( le triple a :humour: il faut bien^^) (asexuelle, a-alcoolique (pas au sens alcoolique anonyme mais au sens de ne pas aimer le goût de l’alcool), a-fêtarde) avec surrajouté pas mal de traits de personnalité phobique (je dirais même suffisamment pour rentrer dans la catégorie) , histoire de faire fuir les 0,1% de personnes non rebuté par le triple a en particulier par le 1er), et par conséquent j’ai le don de déclencher systématiquement le « mais-syndrome» suivi parfois du « j’ai besoin de » : « tu es très gentille, Mais tu es trop timide », « Tu es attentionnée, mais tu es trop renfermée », « C’est pas que tu n’es pas jolie, mais tu n’as pas confiance en toi, j’ai besoin de quelqu’un qui en impose » « tu me comprends très bien, mais j’ai besoin d’une copine et pas d’une psy » « Tu es très gentille (encore) mais tu as une personnalité effacée », et un dernier pour la fin « Tu es romantique , mais tu es beaucoup trop coincée et je n’en peux plus d’être au régime si tu vois ce que je veux dire! » . Bon il va falloir que j’arrête de raconter ma vie^^.

Bref, je suis un peu « hors-course », le peu que j’ai vécu devrait m’avoir vaccinée. En tout cas, ça ne m’empêche pas de m’intéresser aux couples de manière objective. Je dirais quand même que ma vision a un peu changé quand même, il n’y a rien à faire on a beau en débattre, l’amour dépasse souvent la raison sans qu’on ne s’en rende compte (et pas seulement chez les s).
Voilà il y a ceux qui débattent du couple pendant que les autres le vivent (tout un débat)^^
(Enfin pour les idéalistes qui ne déclenchent pas le "mais syndrome", il y a peut-être un espoir quand même :wink: ^^)
"L'amour, quand il n'est qu'amour, est parfait : un geste, un silence, un mot, lancé comme un don, comme une espérance." Gagnand

"Parler est un besoin, écouter est un art." Goethe

cata
Membre junior
Messages : 13
Enregistré le : 17 janv. 2012, 15:46
A été aimé : 1 fois

Re: Le couple

Message par cata » 09 févr. 2012, 15:49

c'est marrant, je suis en total decallage avec vos reponses!
parce que moi quand on me demande ce que je pense du couple, je repond que je ne l'aime pas.
je n'aime pas le couple, et je n'en veux pas.
je ne veux pas vivre a 2, je trouve que le couple c'est enfermant.
je ne veux pas que tant de choses de ma vie dependent d'une seule relation : l'affectif, le quotidien, l'habitat... et encore, y'a pas de sexualité :lol: parce que pour ceux qui en partage ça fait encore un enjeu de plus. Ce cumul des enjeux dans une relation ça ne m'interesse pas!

la fusion? beurk!
j'ai envie d'avoir plein d'amitié, plein de relations importantes, mais pas un couple!

vous me direz c'est pas toujours ci, c'est pas toujours ça!
le probleme c'est que quand meme c'est souvent ça (combien d'amies vous ont largué le jour de leur coup de foudre et ne vous ont rappelé que lorsque ça allait moins bien dans leur couple?)
et que meme si ont veut que ce soit différent, au moment ou le couple va mal, il est prioritaire, on ferait n'importe quoi pour le sauver.
d'une maniere il est vitale.

un peu comme des personnes ne peuvent pas imaginer la vie sans sexualité, beaucoup ne peuvent pas l'imaginer sans couple.

moi je veux l'imaginer sans l'un ni l'autre!!!

(la, en général, je me souhaite bon courrage a moi meme! :? )

Hana-Lyse
Amibe
Messages : 78
Enregistré le : 22 janv. 2012, 02:04

Re: Le couple

Message par Hana-Lyse » 10 févr. 2012, 18:29

théralène a écrit :1)
+1, quoique la rupture peut parfois être étonnante, même pour les plus avertis.

Je pourrais écrire la même chose que toi en fait, Je suis aussi une sorte de « passionnée du couple », dans le sens où ça fait des années que je m’y intéresse (émissions psy multiples, témoignages, bouquins, « vécus » de mes proches, et même discussion sur je sujet avec des psychiatre sur les « conjugopathies » de certains patients, (eh oui ils ont de ces termes en psy, il fallait bien que je le ressorte celui-là^^). Des années que j’essaye de comprendre le couple chez les autres et qu’il ne se lasse pas de m’étonner, et pas toujours dans le bon sens… Quoiqu’il m’étonne beaucoup moins quand on parle de couple dans la durée et beaucoup plus dans les premiers mois, plutôt hasardeux. (Bon ne pas trop m'écouter ce soir, je suis plutôt remontée à cause d’une rupture qui a affecté quelqu’un à qui je tiens, alors je ne sais pas si je suis hyper objective, enfin bref)

Pas tout à fait d’accord. Les coups de foudre existent, ce n’est pas juste une question de loto. Chez le s peut-être chez les a aussi je ne sais pas, puisque ce n’est pas complètement lié uniquement au désir sexuel, il y a une question biologique de compatibilité immunitaire derrière (que je ne vais pas détailler ici) et parfois ce sont des couples qui vont bien fonctionner. Après je suis bien d’accord sur le fait qu’il ne suffit pas. Il faut encore savoir communiquer et faire des concessions, savoir se remettre en question. Enfin « il faut » parait un peu trop moralisateur, mais disons que c’est préférable pour l’avenir de ce couple si c'est le but de ce couple.

2)
L’empathie et la capacité à se remettre en question, oui. Et se taire entraîne une brèche, qu’il devient dure de colmater avec les années…
Ceci dit, je parle là pour des couples qui ont déjà su durer un certain temps, de personnes qui ce sont aimées. Au début c’est parfois plus difficile, et je préfère me taire sur des réalités que j’ai souvent du mal à saisir (parce que je serais plutôt d'avis de communiquer tout de suite mais ce n'est pas ce que pensent les psys, et il parait que ça peut faire peur, par exemple de dire à quelqu'un que l'on ne cherche pas à s'amuser.)

3)
Oui c’est vrai. Après il arrive que les attentes changent, que l’adaptation se fasse, mais alors je pense qu’il est absolument nécessaire que les concessions et efforts soient bilatéraux.

4)
Tout à fait d’accord pour ma part, mais ça reste un jugement de valeur et d’autres verront ça d’un autre œil et je le respecte, quand c’est une « infidélité consentie ». Quand elle entraine de la souffrance, dans la plupart des cas, c’est autre chose, mais même si ce n’est pas une excuse, elle trouve souvent une explication je dirais. (cf ce que tu dis plus bas d’ailleurs)

5)
Des moyens de les repérer : pas forcément, je dirais comme toi la durée, mais la durée n’est pas l’amie de notre société d’aujourd’hui, et quand l’attente est trop longue, certaines personnes sont vite lassées (je ne parle pas de s ou de a, mais en général, quoique les s sont peut-être plus impatients étant donné qu’ils ont aussi le but de coucher, bon je :arrow: c’est hs et pas forcément généralisable)


Pas trop d’accord à un titre personnel en temps qu’idéaliste qui aime penser que les choses peuvent s’arranger (même si l’idéaliste devrait être guérie depuis le temps, mais j'ai eu la chance de grandir avec le couple "parfait" que forme mes parents, donc il est dur de se conformer à la réalité qui est loin d'être souvent celle là, mais j'y travaille^^) si les efforts et concessions sont réciproques, mais ce serait dénier la souffrance de nombreuses personnes. Je dirais donc qu’il est possible, peut-être de tout faire pour « soigner » le couple, c’est là où « le tiers » entre en jeu, avec par exemple le psychologue de couple et qui peut pas mal apaiser le couple et permettre d’ouvrir les yeux sur des choses impossibles à voir lorsque l’on est dans la situation.

D’accord, sauf que le s verra ça d’un autre œil, lui qui a besoin d’être épanoui dans sa sexualité. Si le s veut éviter d’aller voir ailleurs, c’est là que peut intervenir le sexologue, en cas de souffrance commune en rapport avec ça. (sans vouloir faire trop de pub pour ceux-là qui dénient notre existence^^, mais bon leur intervention peut être justifiée il faut le reconnaitre)

6)
Merci pour ton intervention. En fait j’ai créé ce sujet pour pouvoir échanger sur le sujet et voir un peu les avis des uns et des autres (tous bienvenus d’ailleurs). En pratique, je n’ai pas pu « profiter » de toutes ces belles idées (que je partage), je suis plus « douée » (quoique) pour l’intellectualisation du couple ou pour aider les autres dans leur couple (eh oui j’ai manqué ma vocation de psychologue de couple, mais n’en suis professionnellement pas très loin^^.

Quoique j’ai bien essayé de les mettre en pratique dans ma très brève vie amoureuse mais c’est peine perdue quand on a tout pour ne pas plaire^^ ( le triple a :humour: il faut bien^^) (asexuelle, a-alcoolique (pas au sens alcoolique anonyme mais au sens de ne pas aimer le goût de l’alcool), a-fêtarde) avec surrajouté pas mal de traits de personnalité phobique (je dirais même suffisamment pour rentrer dans la catégorie) , histoire de faire fuir les 0,1% de personnes non rebuté par le triple a en particulier par le 1er), et par conséquent j’ai le don de déclencher systématiquement le « mais-syndrome» suivi parfois du « j’ai besoin de » : « tu es très gentille, Mais tu es trop timide », « Tu es attentionnée, mais tu es trop renfermée », « C’est pas que tu n’es pas jolie, mais tu n’as pas confiance en toi, j’ai besoin de quelqu’un qui en impose » « tu me comprends très bien, mais j’ai besoin d’une copine et pas d’une psy » « Tu es très gentille (encore) mais tu as une personnalité effacée », et un dernier pour la fin « Tu es romantique , mais tu es beaucoup trop coincée et je n’en peux plus d’être au régime si tu vois ce que je veux dire! » . Bon il va falloir que j’arrête de raconter ma vie^^.

Bref, je suis un peu « hors-course », le peu que j’ai vécu devrait m’avoir vaccinée. En tout cas, ça ne m’empêche pas de m’intéresser aux couples de manière objective. Je dirais quand même que ma vision a un peu changé quand même, il n’y a rien à faire on a beau en débattre, l’amour dépasse souvent la raison sans qu’on ne s’en rende compte (et pas seulement chez les s).
Voilà il y a ceux qui débattent du couple pendant que les autres le vivent (tout un débat)^^
(Enfin pour les idéalistes qui ne déclenchent pas le "mais syndrome", il y a peut-être un espoir quand même :wink: ^^)
1) Oui, c'est cair, on n'est jamais à l'abri de rien, notre vigilance doit être permanente et de plus en plus précise sans cesse ~
Ca fait plaisir de rencontrer une personne qui s'y est intéressée à ce point ! Oui, c'est vrai qu'ils inventent des termes venus d'ailleurs . Mais par contre, pour une large majorité de couples, rien ne m'étonne . Toujours les mêmes problèmes, les mêmes solutions jamais utilisées, les mêmes manques et défauts, etc ...
En tout cas pour ton état du soir, je trouve que c'est au contraire une bonne attitude, bien qu'on se laisse parfois aller à l'excès, au moins pour la franchise de nos mots, avec moins de retenue que dans certains débats immobiles .

Ha, on en vient au coup de foudre ! Ces histoires de compatibilité immunitaires, j'ai essayé d'y croire mais c'est du grand n'importe quoi au final, si on reste réaliste . Comme si dans une photo ou dans une personne vue à 50 mètres il pouvait y avoir quelconque transfert d'éléments chimiques !!!
Ce sont des absurdités et pour l'instant improuvées . La science tente juste d'entrer dans le business du couple, tellement les gens sont plongés dans l'idéalisation du couple au départ ( et parfois toute leur vie malgré les déceptions, comme quoi ~ ) . Rien que la façon dont tu l'exprimes est bancale . Si la compatibilité immunitaire fonctionne au début, alors pourquoi au bout de X jours, mois ou années ça ne marche plus ? Parce qu'on vieillit ? Parce que nos défenses immunitaires s'épuisent avec l'âge ? Alors pourquoi d'autres couples connus par coup de foudre ( très rares cependant, car les valeurs communes, l'empathie, sont trouvées aléatoirement ) restent heureux ensemble pendant plusieurs vingtaines d'années ? Si c'est parce qu'ils ne tombent jamais malades, alors je suis curieux de voir un test :roll:

Sérieusement ça ne tient pas du tout . La science ne pourra probablement jamais égaler la psychologie au niveau des relations personnelles, du moins pas avant un changement d'ère . A moins qu'ils trouvent un lien entre système immunitaire et caractère, mais même dans ce cas la psychologie restera bien au-dessus, car ne nécessitant pas d'appareils crées par les humains, donc très imparfaits .

Une manie de langage, et tu as raison, je devrais changer ça . Je n'ai pas du tout la science infuse, mais quand tu vois des couples, dizaines après dizaines, se former et casser pour des raisons futiles ou à cause d'erreurs futiles, il est clair que certains méritent vraiment une bonne cure d'apprentissage de la vie en couple ~

Les couples qui ne durent pas c'est autre chose, les gens qui en veulent n'ont qu'à assumer leurs souffrances liées aux séparations, comme ils l'ont signé au départ :roll:

2) Au début c'est difficile ... Quand le couple est construit sans que les deux personnes ne se connaissent . C'est pour ça que les séparations rapides ne m'étonnent plus . Se mettre en couple sans connaître l'autre, c'est presque à tous les coups creuser deux tombes pour la rupture rapide ~

Les gens ont peur dès qu'on parle de "sérieux" parce qu'ils ont peur de se fermer des potes . Mais lorsqu'il y a amour réciproque dans le but de connaître le bonheur ensemble X années, nulle peur d'un côté ou de l'autre . Car on prend le temps d'être sûre d'aimer cette personne, et son caractère, etc . Sinon c'est encore une fois préparer une tombe pour une rupture à venir ~

3) Exacta ! Si ce n'est pas dans les deux sens, ça cassera quand même tôt ou tard, à moins de finir sa vie dans un malheur sans nom ~

4) Ce n'est pas un jugement de valeur dans le sens où c'est, pour les couples, la valeur la plus importante dans un couple . Donc qu'il y ait infidélité consentie ou non, savoir à quoi s'en tenir à ce niveau est une priorité, pour ne pas dire LA priorité . Après sur la question " Infidélité consentie moins bien que couple sans infidélité ", c'est en effet un jugement de valeur ~
Tu as raison, quand il y a infidélité consentie, la souffrance est moindre ou l'un des deux s'est sacrifié naïvement .

5) Ce n'est pas une question de coucher ou non . Juste que de manière générale, les gens ne sont pas fichus de tenir la durée par recherche d'un plaisir égoïste ( amour exclusif, inconditionnel et illimité de la mère ) notamment . Du moins c'est l'issue présentée par certains psychologues, et la racine de toutes les dérives est là . Parmi dérives par exemple se caser juste pour la situation de couple ( comme si l'autre allait conserver un ardent amour pour quelqu'un d'égoïste ) . Aux enfants on n'en tient pas rigueur mais aux adultes si, d'où les multiples ruptures . Idem pour les dérives financières, pour d'autres qui ne pensent qu'à coucher, etc ...
En un sens c'est une bonne nouvelle . C'est un moyen objectif et radical d'en finir avec l'idéalisation du couple :roll:

Ca peut s'arranger dans une certaine limite et si l'égoïsme est anéanti . Mais bon, non seulement ça n'arrive pas souvent ( ça demande une certaine maturité, de voir le couple de telle manière qu'il y a des concessions réciproques ), mais en plus il peut y avoir un effet à venir de la rancune accumulée .

Et tout est valable pour es relations sexuelles, tu ne trouves pas ?

6) Oui, tu as vraiment une bonne argumentation, proche de la réalité ! Mais parler d'intellectualisation du couple est une futile expression des personnes qui pensent que dans le couple il n'y a pas à réfléchir . Et ça montre à quel point il est facile de se laisser aller à des perceptions faciles, volontairement ou non, alors qu'elles sont complètement erronnées . Quelques traces de ton idéalisation du couple dont tu parlais :wink:

Triple hahaha ! :)
Mais je n'arrive pas à comprendre comment ça a pu ne pas marcher du coup . Vous n'aviez pas un caractère compatible ? Il y a forcément une explication, en conclure qu'une pseudo-intellectualisation du couple serait la cause d'un échec serait plus le révélateur d'une dissonance cognitive, qui serait en l'espèce vraiment regrettable .

Pour les deux premiers je vois de quelles genre de soirées tu parles . Mais au fond, quand on regarde bien, si on parle du même genre de soirées, les gens en majorité ne cherchent qu'à se caser, choper un mec ou une nana, pour m'exprimer de la même manière qu'eux . Par contre au niveau de la personnalité phobique, il faudrait voir si elle te handicape dans la vie ou non . Là est la différence entre le problème psychologique et un simple trait de personnalité que les autres devraient accepter comme un autre ... On a tous des défauts, beaucoup te le reprocheront mais au fond, il faut savoir accepter qu'une personne n'est pas faite que de qualités . Il y a des personnes assez matures pour comprendre cela et sortir de ce "mais-syndrome" très courant ! Ce n'est pas spécifique à toi, ne t'en fais pas là-dessus . Certes la phobie sociale n'a jamais aidé ( qu'elle soit au niveau pathologique ou non ) . Mais (décidément !) c'est surtout que les personnes veulent se mettre avec une personne qui n'a pas de défauts, partaite, alors qu'eux-mêmes ont des lacunes béantes ~

Te censurer de cette manière, c'est déjà peut-être ce qui entretient ton mode de pensée, telle une prophétie auto-réalisatrice : En te censurant ainsi, la perception de tes nombreuses qualités pour les autres sera également censurée, entraînant du coup plus facilement le mais-syndrôme et t'entretenant dans la pensée " J'ai tout pour ne pas plaire (puisque personne ne vient vers moi) " . Pour avoir une personnalité évitante, je peux te garantir que l'issue est de se dire qu'on a tous nos chances . Simplement, il faut aller vers les inconnus quitte à ensuite prendre des vestes . Apprendre de chaque erreur pour sans cesse s'améliorer, pour ne pas idéaliser un jour, dans ta situation, le couple EXCEPTIONNEL de tes parents ! Car tu peux aussi être exceptionnelle, Théralène . C'est dans les gènes :)

Tant que tu ne pars pas dans la course " le couple à tout prix " (et le sexe pour les S), et que n'entretiens pas un espoir immodéré sur le fait d'être en couple, tu n'en souffriras pas, tout en continuant cette belle démarche de recherche scientifique qu'est la recherche de la construction d'un beau couple qui fera ton bonheur à venir ~
Ce n'est pas l'amour qui maintient deux êtres ensemble dans la durée, c'est la qualité de la communication, la richesse et la tendresse des échanges, le nourrissement mutuel de la relation qui leur permettra d'affronter les inévitables crises qui jalonnent la vie de couple .

Avatar du membre
théralène
Affilié
Messages : 252
Enregistré le : 29 nov. 2011, 19:44

Re: Le couple

Message par théralène » 11 févr. 2012, 15:06

Hana-Lyse a écrit :Ha, on en vient au coup de foudre ! Ces histoires de compatibilité immunitaires, j'ai essayé d'y croire mais c'est du grand n'importe quoi au final, si on reste réaliste . Comme si dans une photo ou dans une personne vue à 50 mètres il pouvait y avoir quelconque transfert d'éléments chimiques !!!
Ce sont des absurdités et pour l'instant improuvées . La science tente juste d'entrer dans le business du couple, tellement les gens sont plongés dans l'idéalisation du couple au départ ( et parfois toute leur vie malgré les déceptions, comme quoi ~ )
En fait j'avais surtout vu une émission là-dessus il y a quelques années, plutôt bien faite. Mais ce ne sont pas vraiment des absurdités, si tu as déjà eu l'occasion d'assister à un coup de foudre "de l'extérieur", tu as du voir qu'il se passait "quelque chose" qui pouvait un peu dépasser le côté psychologique. Ce n'est pas une question de business, après pour ce qui est du système immunitaire, je ne sais pas du tout où ils en sont, mais ça parait plutôt plausible comme hypothèse.
Hana-Lyse a écrit :i la compatibilité immunitaire fonctionne au début, alors pourquoi au bout de X jours, mois ou années ça ne marche plus ? Parce qu'on vieillit ? Parce que nos défenses immunitaires s'épuisent avec l'âge ? Alors pourquoi d'autres couples connus par coup de foudre ( très rares cependant, car les valeurs communes, l'empathie, sont trouvées aléatoirement ) restent heureux ensemble pendant plusieurs vingtaines d'années ? Si c'est parce qu'ils ne tombent jamais malades, alors je suis curieux de voir un test
Ce n'est pas le système immunitaire qui vieillit, c'est en fait un des seuls "éléments" qui ne vieillit pas dans le corps humain et on garde son patrimoine immunitaire. N’empêche que si cette hypothèse se vérifie, il s'agit d'une réaction un peu "primaire" (je m'excuse pour les romantiques), destinée à la base à "brasser" deux systèmes génétiques très différents pour que les enfants aient plus de chance de survivre. Après j'imagine qu'il s'agit d'une forme de sélection naturelle qui a mis des siècles à se constituer et pas forcément seulement pour les humains je suppose. Mais je n'ai pas assez étudié le sujet pour en dire plus, ce qui ne veut pas dire que l'hypothèse en elle même est incohérente, mais qui explique que mes explications sont très bancales.
Hana-Lyse a écrit :Sérieusement ça ne tient pas du tout . La science ne pourra probablement jamais égaler la psychologie au niveau des relations personnelles, du moins pas avant un changement d'ère . A moins qu'ils trouvent un lien entre système immunitaire et caractère, mais même dans ce cas la psychologie restera bien au-dessus, car ne nécessitant pas d'appareils crées par les humains, donc très imparfaits .

Ce que les scientifiques ont fait c'est:
-constater l'existence du coup de foudre (ça c'est assez impossible de le nier), même s'il n'est pas seul à entrer en compte.
-Constater les enfants de deux parents ayant un système très compatible, c'est à dire le plus différent possibles auront une meilleure immunité (brassage génétique)
-Constater que ces enfants sont issus d'un couple ayant généralement eu un coup de foudre? (ça je n'en sais rien en fait, je ne sais pas s'ils ont publié là-dessus, où en sont les recherches, mais il y a une certaine logique)
(ce ne sont pas les parents qui ne seront jamais malades, juste leurs enfants qui ont un meilleur système immunitaire)

Après il est évident que ce n'est pas ce qui va faire que l'on va être heureux pendant dans années, peut-être il y aura une certaine compatibilité de caractère (ils l'avaient expliqué aussi, mais je n'en sais pas assez plus pour l'argumenter), mais comme tu dis, le côté social chez l'homme prend très vite le pas sur "l'instinct primaire", et forcément, le coup de foudre de départ ne peut pas à lui seul déterminer l'avenir du couple, il n'empêche pas la nécessité de communication, de "négociation" dans le sens de concession. Il n'empêche pas qu'au bout d'un certain nombre de mois, les "symptômes du coup de foudre" disparaissent un peu pour laisser place à la réalité, non pas parce que le système immunitaire a changé, mais parce que en quelques sortes, on retombe sur terre. ça ne veut pas non plus dire que le couple est mort, il y a des moyens de retrouver de temps en temps cette sensation d'amour parfait (par une rupture du quotidien: un nouveau projet, un voyage de temps à autres, une vraie discussion, des souvenirs communs etc etc) mais là ce n'est pas valable uniquement pour les couples nés sur un coup de foudre. Je pense qu'au bout d'un certain nombre de mois, "les chances" du couple (coup de foudre ou non) s'égalisent et que tout le reste (communication etc etc) prend toute son importance quelle que soit l'origine du couple.

Néanmoins, peut-être que le coup de foudre peut aider pour le début par contre, quand tu as la sensation que la personne en face de toi est celle que tu as toujours attendue et que c'est réciproque, certaines "règles de séduction" seront peut-être plus faciles à contourner et peut-être une impression moins grande de devoir faire des efforts pour s'adapter, même si ça reste une impression. Donc un début plus facile peut-être, mais ça ne doit pas trop jouer sur la durée (à part sur leurs histoires de caractères plus compatibles, mais je n'ai pas trop saisi ce qu'ils voulaient dire en fait) .

Bon tout ça évidemment ne marche pas avec une photo, ni à 50 mètres, mais il y a une histoire "d'odeurs" etc, avec un mécanisme un peu différent du simple désir (eh oui ça reste malgré tout très primaire)
Par contre je ne pense pas que la science invente tout ça pour faire de la pub, au contraire, ce mécanisme "dérange", si tout un jour est prouvé et rendu public, ça va justement démystifier le coup de foudre, et justement en faire perdre l'idéalisation et surtout la magie qu'à son mystère aux yeux de la société.
Hana-Lyse a écrit :Les gens ont peur dès qu'on parle de "sérieux" parce qu'ils ont peur de se fermer des potes . Mais lorsqu'il y a amour réciproque dans le but de connaître le bonheur ensemble X années, nulle peur d'un côté ou de l'autre . Car on prend le temps d'être sûre d'aimer cette personne, et son caractère, etc . Sinon c'est encore une fois préparer une tombe pour une rupture à venir ~
Pour ta première phrase, j'aurais plutôt dit se fermer des "portes", une lettre en plus^^ C'était ce que tu voulais dire ou bien parlais tu des potes? Parce qu'à partir d'un certain âge, la "norme" est d'être en couple et justement tous les potes le sont. Le problème c'est que les gens ont peur de s'enfermer, et entendre parler de sérieux, c'est tout de suite penser à tout ce qu'on va être obligé de changer dans sa vie pour laisser l'autre y entrer. Et le conseil du psy est donc de commencer comme si ce n'est pas sérieux et de laisser venir. Le conseil du psy en général, mais pas l'opinion que je partage. Parce que ne pas en parler peut créer des malentendus, "qu'est-ce que pense l'autre?" De la paranoïa aussi etc etc.
Hana-Lyse a écrit :Parmi dérives par exemple se caser juste pour la situation de couple
Là tu parles des personnalités dépendantes. Ou pas entièrement, mais des personnes qui ont très peur de la solitude, qui ne la connaissent pas et qui ont très peur de vivre seul aussi.
Hana-Lyse a écrit :Mais parler d'intellectualisation du couple est une futile expression des personnes qui pensent que dans le couple il n'y a pas à réfléchir . Et ça montre à quel point il est facile de se laisser aller à des perceptions faciles, volontairement ou non, alors qu'elles sont complètement erronnées . Quelques traces de ton idéalisation du couple dont tu parlais
En fait je parle d’intellectualisation parce que j'y réfléchis beaucoup, j'observe beaucoup les autres, mais ce n'est pas pour autant que j'ai formé un super couple à montrer en exemple. Donc oui on peut parler d’intellectualisation. Mais ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas du tout réfléchir non plus, quoique, on n'est pas obligé de se documenter et d'observer autant pour former un bon couple, il y a aussi le "bon sens" et heureusement qu'on ne se "plante" pas systématiquement quand on n'a pas fait un DU de psycho par exemple.
Hana-Lyse a écrit :Mais je n'arrive pas à comprendre comment ça a pu ne pas marcher du coup . Vous n'aviez pas un caractère compatible ? Il y a forcément une explication, en conclure qu'une pseudo-intellectualisation du couple serait la cause d'un échec serait plus le révélateur d'une dissonance cognitive, qui serait en l'espèce vraiment regrettable .
Bon je ne vais pas encore déballer ma vie ici^^ je t'enverrai peut-être un mp si tu veux voir le décalage entre la connaissance de la théorie et les difficultés en pratique. Je ne dis pas que l'intellectualisation est la faute de tout en ce qui me concerne, mais juste qu'elle ne m'a pas beaucoup aidée et souvent mise dans des situations impossibles à ne plus savoir comment réagir entre ce qu'il faut dire, ce que je pense, ou ressens mais que j'ai intérêt à taire parce que "ce n'est pas psychologiquement correct" et que quoiqu'il arrive si je réagis de telle manière j'aurais tord, mais si je fais semblant de penser quelque chose de "psychologiquement correct", c'est une sorte de malhonnêteté et ça se voit, ça ne tient pas. Après il y a eu ça, et de multiples autres explications, des erreurs dans les "règles" du début que je connaissais mais qui étaient inapplicables du fait de ma personnalité et une incompatibilité majeure a/s qui ne facilite pas du tout les choses quand l'autre voudrait se sentir désirer, devient super frustré d'être "au régime", quand on pense que le désir va venir mais que ça ne vient jamais.
Hana-Lyse a écrit :Te censurer de cette manière, c'est déjà peut-être ce qui entretient ton mode de pensée, telle une prophétie auto-réalisatrice : En te censurant ainsi, la perception de tes nombreuses qualités pour les autres sera également censurée, entraînant du coup plus facilement le mais-syndrôme et t'entretenant dans la pensée " J'ai tout pour ne pas plaire (puisque personne ne vient vers moi) "
Voilà un exemple type de difficultés à appliquer la théorie. C'est vrai que la dévalorisation peut être un mode de pensée, il est celui d'un bon nombre de phobiques (au fait personnalité évitante c'est exactement la même chose, la phobie sociale est un niveau plus élevée qui devient plus pathologique), et ça n'aide pas dans les "rapports de séduction". Je sais aussi qu'une personne qui a une énorme confiance en elle et qui se sent belle a toutes les cartes en main pour que les autres le pensent aussi. C'est la théorie, mais quand on doit se forcer à faire semblant de penser ce que l'on ne pense pas, ça finit par se voir forcément. Après on peut toujours aller faire une thérapie pour "modifier" ses cognitions, mais bon il faut être super motivé et accepter de se "formater" pour convenir à la société (je ne critique pas toutes les thérapies hein, juste que je n'irai consulter pour une TCC et que je ne ferai pas de formation en plus pour pouvoir l'utiliser dans la pratique, enfin c'est très personnel comme avis, il y en a qui ne jurent que par ça, perso je préfère les thérapies de soutien ou d'inspiration analytique).
Hana-Lyse a écrit : Tant que tu ne pars pas dans la course " le couple à tout prix " (et le sexe pour les S), et que n'entretiens pas un espoir immodéré sur le fait d'être en couple, tu n'en souffriras pas, tout en continuant cette belle démarche de recherche scientifique qu'est la recherche de la construction d'un beau couple qui fera ton bonheur à venir ~
Le couple à tout pris j'en suis loin quand même! (heureusement^^). Disons pour faire un peu d'humour que la date de péremption du vaccin n'est pas prête d'arriver.

Je te souhaite en tout cas de réussir à appliquer tous les principes et que tout se passe pour le mieux quand tu rencontreras quelqu'un.
"L'amour, quand il n'est qu'amour, est parfait : un geste, un silence, un mot, lancé comme un don, comme une espérance." Gagnand

"Parler est un besoin, écouter est un art." Goethe

Avatar du membre
théralène
Affilié
Messages : 252
Enregistré le : 29 nov. 2011, 19:44

Re: Le couple

Message par théralène » 11 févr. 2012, 15:29

cata a écrit :c'est marrant, je suis en total decallage avec vos reponses!
parce que moi quand on me demande ce que je pense du couple, je repond que je ne l'aime pas.
je n'aime pas le couple, et je n'en veux pas.
je ne veux pas vivre a 2, je trouve que le couple c'est enfermant.
je ne veux pas que tant de choses de ma vie dependent d'une seule relation : l'affectif, le quotidien, l'habitat... et encore, y'a pas de sexualité parce que pour ceux qui en partage ça fait encore un enjeu de plus. Ce cumul des enjeux dans une relation ça ne m'interesse pas!
C'est marrant avec tout ce que je viens de dire au-dessus, mais il fut un temps (ça fait pas mal d'années quand même) où je pensais comme toi. Le couple c'était très bien pour les autres, mais trop compliqué pour moi, surtout en ayant déjà pris conscience de ce qu'il impliquait, et puis je n'avais pas besoin d'affection, pas trop besoin de partager à ce temps là, je vivais très bien ma solitude, ou je le croyais du moins. C'est vrai que le couple nécessite efforts et concessions, même s'il y a beaucoup d'avantages aussi, mais si on n'en ressent aucun besoin, et qu'on se en parfaite harmonie sans, nul besoin de se forcer. Et c'est clair que l'argument "pour faire comme tout le monde" ne suffit pas et ne conduit pas au bonheur.
cata a écrit :(la, en général, je me souhaite bon courrage a moi meme! )
Pourquoi, tu as quelques doutes là-dessus pour l'avenir?
"L'amour, quand il n'est qu'amour, est parfait : un geste, un silence, un mot, lancé comme un don, comme une espérance." Gagnand

"Parler est un besoin, écouter est un art." Goethe

Hana-Lyse
Amibe
Messages : 78
Enregistré le : 22 janv. 2012, 02:04

Re: Le couple

Message par Hana-Lyse » 11 févr. 2012, 21:10

cata a écrit :c'est marrant, je suis en total decallage avec vos reponses!
parce que moi quand on me demande ce que je pense du couple, je repond que je ne l'aime pas.
je n'aime pas le couple, et je n'en veux pas.
je ne veux pas vivre a 2, je trouve que le couple c'est enfermant.
je ne veux pas que tant de choses de ma vie dependent d'une seule relation : l'affectif, le quotidien, l'habitat... et encore, y'a pas de sexualité :lol: parce que pour ceux qui en partage ça fait encore un enjeu de plus. Ce cumul des enjeux dans une relation ça ne m'interesse pas!

la fusion? beurk!
j'ai envie d'avoir plein d'amitié, plein de relations importantes, mais pas un couple!

vous me direz c'est pas toujours ci, c'est pas toujours ça!
le probleme c'est que quand meme c'est souvent ça (combien d'amies vous ont largué le jour de leur coup de foudre et ne vous ont rappelé que lorsque ça allait moins bien dans leur couple?)
et que meme si ont veut que ce soit différent, au moment ou le couple va mal, il est prioritaire, on ferait n'importe quoi pour le sauver.
d'une maniere il est vitale.

un peu comme des personnes ne peuvent pas imaginer la vie sans sexualité, beaucoup ne peuvent pas l'imaginer sans couple.

moi je veux l'imaginer sans l'un ni l'autre!!!

(la, en général, je me souhaite bon courrage a moi meme! :? )

Le couple est juste une situation, chacun est libre de l'aimer ou pas, et c'est très bien que tu ne subisses pas l'influence des autres ! Cependant ... Pourquoi te souhaites-tu bon courage ? Ça te demande un effort/sacrifice pour ne pas faire attention au couple et au sexe ? C'est vrai que l'avis des autres est agaçant quand ils te demandent de faire comme tout le monde et te caser . Mais j'espère que pour toi, ce n'est pas un renoncement à connaître le couple et le sexe, mais surtout que c'est le reflet d'une envie de construire ta vie de cette manière ~
Ce n'est pas l'amour qui maintient deux êtres ensemble dans la durée, c'est la qualité de la communication, la richesse et la tendresse des échanges, le nourrissement mutuel de la relation qui leur permettra d'affronter les inévitables crises qui jalonnent la vie de couple .

mokili
Apprenti
Messages : 53
Enregistré le : 16 déc. 2011, 19:07

Re: Le couple

Message par mokili » 11 févr. 2012, 21:56

Pour le coup, cela ne va pas être aussi élaboré que ce que j'ai pu lire jusque là.

Pour autant, en ce qui concerne le couple, j'ai un sentiment contradictoire. D'un côté, j'aimerais former un couple (mais pas à tout prix, soyons clair), d'un autre, une fois le couple formé, j'ai l'impression de me détacher inconsciemment peu à peu :? . On m'a reproché souvent de ne pas être assez jaloux(pour ne pas dire pas du tout) et que dans un couple, ce genre de comportement est rédhibitoire. Mais la vérité, c'est que je pars du principe que personne ne m'appartient. Je serais même du genre à dire chacun reste chez soi.

Pour moi, le ciment d'un couple, cela n'a jamais été l'Amour (en tous cas, en premier lieu) mais le respect que l'on accorde à la personne et la personnalité qu'est son conjoint. Et a fortiori, cela implique de l'échange et tout ce qui s'en suit. Je sais que ce n'est pas ce qu'il est courant de penser mais cela est sûrement dû à mon modèle parental.

Et puis le processus pour arriver au couple, à savoir, la séduction, ne m'intéresse pas vraiment. Ceci n'ayant rien à voir avec le fait que je sois moche ou timide (je ne pense pas être beau mais pas moche non plus).
En fait, cela ressemble à un "j'aime les qualités du couple mais pas ses inconvénients". Et comme c'est difficilement envisageable (ce qui est parfaitement compréhensible), je me satisfais de ma situation actuelle sans en souffrir du tout.

C'est marrant Théralène, parce que j'ai les 3A aussi (si je peux m'en réjouir et puis après tout, oui je m'en réjouis :D ). Je ne sais pas vraiment si je suis asexuel (disons que c'est flou encore), le goût de l'alcool ne m'enchante pas vraiment (avant, je disais oui bien que je n'aimais pas maintenant même pour les fêtes de fin d'année je dis non merci) et je ne suis pas fêtard (surtout si c'est pour y aller boire de l'alcool à outrance).

Voya
Aguerri
Messages : 564
Enregistré le : 10 oct. 2011, 20:21
A aimé : 2 fois
A été aimé : 4 fois

Re: Le couple

Message par Voya » 11 févr. 2012, 22:52

mokili a écrit :On m'a reproché souvent de ne pas être assez jaloux(pour ne pas dire pas du tout) et que dans un couple, ce genre de comportement est rédhibitoire. Mais la vérité, c'est que je pars du principe que personne ne m'appartient.
Idem on me l'a déjà dit et c'est quelque chose que je ne comprend pas. Pour moi une personne non jalouse est une qualité pas un défaut. Une personne qui est jalouse c'est ça qui serait rédhibitoire, je ne supporte pas la jalousie, je trouve ça stupide. De plus on appartient à soit même et à personne d'autre. Jalousie et possessivité étouffante, c'est pas de l'amour, c'est de l'amour égoïste, les gens confondent les 2. Quand on a confiance et qu'on aime vraiment, il y a aucune raison d'être jaloux.
Pour moi, le ciment d'un couple, cela n'a jamais été l'Amour (en tous cas, en premier lieu) mais le respect que l'on accorde à la personne et la personnalité qu'est son conjoint. Et a fortiori, cela implique de l'échange et tout ce qui s'en suit. Je sais que ce n'est pas ce qu'il est courant de penser.
Tout à fait d'accord, aimer une personne c'est déjà l'a respecter et l'apprécier pour ce qu'elle est.

Avatar du membre
théralène
Affilié
Messages : 252
Enregistré le : 29 nov. 2011, 19:44

Re: Le couple

Message par théralène » 12 févr. 2012, 10:52

mokili a écrit : On m'a reproché souvent de ne pas être assez jaloux(pour ne pas dire pas du tout) et que dans un couple, ce genre de comportement est rédhibitoire. Mais la vérité, c'est que je pars du principe que personne ne m'appartient. Je serais même du genre à dire chacun reste chez soi.
Voya a écrit :Idem on me l'a déjà dit et c'est quelque chose que je ne comprend pas. Pour moi une personne non jalouse est une qualité pas un défaut.
Moi aussi on me l'a reprochée... "Si tu n'es pas jalouse c'est que tu ne m'aimes pas". Je ne suis pas d'accord avec ça. On peut se dire que si l'autre personne reste dans le couple c'est pour soi et non par défaut de quelqu'un d'autre... De toute façon la jalousie ne résout rien, ce n'est pas parce qu'on enferme quelqu'un ou qu'on lui met des oeillères (interdiction même de regarder, j'ai déjà vu ce genre de jalousie pathologique avec des crises de la femme même si le regard de son copain déviait dans la direction d'une autre fille ou même d'une affiche!! alors même qu'il regardait autre chose) que cette personne va rester, au contraire, elle va se sentir étouffée et ça risque se finir en rupture.

Après il y a des couples qui vivent de jalousie, ou qui vivent de conflits... J'ai fait la "bêtise" de "désamorcer" une jalousie que je pressentais exagérée par la réassurance et la revalorisation, (et ça peut marcher), ça a même trop bien marché, à tel point que ma personne n'avait plu beaucoup intérêt à ses yeux, ma fidélité était considérée comme "acquise" :roll: (" de toute façon toi je sais bien que tu ne me tromperas jamais").

C'est comme les disputes. Cette même personne m'a reprochée le fait qu'on ne se disputait jamais. Seulement quand quelque chose ne va pas, je préfère en discuter calmement et trouver les solutions qui conviennent le mieux aux deux, le compromis.

Bref, il y a des couples qui vivent de conflits (ça met du "piment") et de jalousie et qui s'en sortent très bien comme ça, ça devient leur ciment. Moi ça m'épuiserait, et je ne trouve aucun intérêt de gaspiller son énergie là-dedans, et du coup face à une personne qui en a besoin, et qui a besoin de répondant virulent, mon comportement trop calme agace. Est-ce trop demander que de trouver d'autres "moteurs" que des conflits sans intérêt?
mokili a écrit :Pour moi, le ciment d'un couple, cela n'a jamais été l'Amour (en tous cas, en premier lieu) mais le respect que l'on accorde à la personne et la personnalité qu'est son conjoint. Et a fortiori, cela implique de l'échange et tout ce qui s'en suit. Je sais que ce n'est pas ce qu'il est courant de penser mais cela est sûrement dû à mon modèle parental.
Voya a écrit :Tout à fait d'accord, aimer une personne c'est déjà l'a respecter et l'apprécier pour ce qu'elle est.
Oui le respect est très important je trouve, ça fait déjà beaucoup de choses. A mon avis respect, amour, compréhension, sincérité, dialogue, complicité ne sont pas incompatibles... Si je devais en choisir un, je choisirais peut-être la compréhension, car c'est important de pouvoir comprendre la façon dont l'autre pense, déjà pour respecter sa façon d'être et ne pas se heurter au premier petit désaccord.
"L'amour, quand il n'est qu'amour, est parfait : un geste, un silence, un mot, lancé comme un don, comme une espérance." Gagnand

"Parler est un besoin, écouter est un art." Goethe

Avatar du membre
théralène
Affilié
Messages : 252
Enregistré le : 29 nov. 2011, 19:44

Re: Le couple

Message par théralène » 12 févr. 2012, 11:45

mokili a écrit :Et puis le processus pour arriver au couple, à savoir, la séduction, ne m'intéresse pas vraiment. Ceci n'ayant rien à voir avec le fait que je sois moche ou timide (je ne pense pas être beau mais pas moche non plus).
En fait, cela ressemble à un "j'aime les qualités du couple mais pas ses inconvénients".
Nous y voilà aux "règles de la séduction", je voulais en parler hier, mais mon post était déjà bien trop long comme ça^^
Je ne sais pas si c'était vraiment ce dont tu voulais parler pour la séduction, mais ces "règles" que je trouve un peu absurdes sont des petites réalités inconscientes qui sont dures à admettre étant donné que tout le monde est persuadé que c'est leur contraire qui fonctionne. (à prendre quand même au 1000e degré, j'exagère exprès^^) et je ferais l'hypotèse aussi que c'est surtout valable pour les jeunes qui ont peur de "s'enfermer" dans une relation (à confirmer?)

Petit guide de la séduction (pour les nuls) :humour:
1) Montrez bien que vous n'êtes pas disponibles il faut faire naître "le manque":
-le "three day rules" pas de sms avant trois jours après un premier rendez-vous (bon les références que vous reconnaîtrez peut-être ne sont pas terribles, j'avoue).
-Quand vous l'appelez, faites semblant d'être très entouré, voire trompez vous sur son prénom pour faire naître ce type de réaction: "ça doit être quelqu'un de très admiré pour susciter un tel intérêt, il va falloir que je sois à la hauteur!"
-faites naître la jalousie en plus du manque: "hier j'ai croisé tel(le) jolie fille ou beau mec qui..." "elles me veulent toutes, mais tu comprends, j'ai besoin de me poser parfois"
-Bien évidemment, trouvez des excuses pour annuler le prochain rendez-vous, il (ou elle) ne doit pas savoir que vous êtes là pour lui (elle), faites semblant que vous êtes très demandé(e). Arrivez en retard d'ailleurs, montrez-vous détaché(e).

2) Ne surtout pas vous montrer trop gentil, l'autre va forcément se demander ce que ça cache, et cela lui donne une raison de s’effrayer, "s'il est trop gentil, quel excuse vais-je trouver pour le quitter?"

3) Ne pas faire de cadeaux. "Oulah il attend quelque chose en retour, forcément" "J'ai eu des fleurs, ça devient trop sérieux, il faut vite que je songe à m'en débarrasser, comment vais-je faire maintenant? Je vais passer pour la méchante" (exemple féminin si on considère les fleurs, mais ça se décline avec n'importe quoi). (Bon ça encore ça pourrait se discuter pour les cadeaux exagérés si l'autre n'a pas de moyens financiers, mais les petites intentions seraient quand même censées faire plaisir)

4) Montrez-vous intransigeants dès le départ. Les hommes aiment les femmes de caractère, les femmes aiment les hommes qui sont des "vrais hommes" et qui savent prendre les décisions.

5) Evidemment, montrez-vous sous votre meilleur jour, vous n'avez aucun défaut, vous êtes la personne idéale, surtout ne parlez jamais de vos faiblesses. Plus il (ou elle) sentira que vous avez confiance en vous, plus il (ou elle) vous trouvera beau (belle) intelligent(e) etc etc, même si tout est faux. Imposez-vous, vous êtes un être exceptionnel et vous devez y croire. Vous devez faire rêver.

6) Attention, ne rentrez pas dans la "friend zone"! Ne parlez pas trop de vous, ne devenez pas trop son ou sa confident(e), vous risqueriez de vous trouver à la place du bon copain (ou de la bonne copine) et perdriez tout attrait à ses yeux.

7) Vous avez de l'humour, vous êtes toujours de bonne humeur, et surtout vous n'avez aucun problème, surtout ne parlez jamais de vos soucis quels qu'ils soient.

8) Le mot avenir doit être banni de votre vocabulaire. Il fait peur.

9) Vous êtes infaillible aussi dans votre tenue. Il faut que vous fassiez croire que vous êtes toujours impeccable, toujours tiré(e) à 4 épingles même pour jardiner ou pour faire un jogging.

10) Ne montrez jamais vos sentiments, ne dites jamais "je t'aime" en premier, attendez qu'il (elle) tombe raide dingue de vous avant d'exprimer quoi que ce soit.

Ah et un petit bonus spécial s: special conseil pour les femmes: Couchez d'abord, vous discuterez après, si ça marche, l'homme est incapable de réfléchir sinon. (bon là c'est du spécial cliché)

Conclusion ( :humour: hein ) : pour réussir votre séduction, soyez donc narquois(e), égoïste, égocentrique, narcissique, radin (e), caractériel(le), menteur(se), manipulateur (trice), jaloux(se), intransigeant(e)

Et n'imaginez pas que c'est facile! Cela vient naturellement pour certains, mais pour les autres, c'est tout un apprentissage.

Vous avez réussi? Votre moitié(e) se traîne déjà à vos pieds? Félicitations, vous êtes en possession de votre "bien".

Bon tout cela est évidemment très exagéré, je trouve que ce sont des aberrations psychologiques, mais si on y réfléchit, malheureusement, il y a des éléments vrais là-dedans (qu'est-ce que vous en pensez?)... De quoi jalouser les aromantiques qui n'ont pas besoin de s'abaisser à tout ça!
"L'amour, quand il n'est qu'amour, est parfait : un geste, un silence, un mot, lancé comme un don, comme une espérance." Gagnand

"Parler est un besoin, écouter est un art." Goethe

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité