Est ce que ne pas comprendre, c'est juger ???

Tout commence avec de grandes idées ; venez partager vos opinions sur les sujets les plus divers.
Sincaud77
Apprenti
Messages : 72
Enregistré le : 23 oct. 2009, 00:46

Re: Est ce que ne pas comprendre, c'est juger ???

Message par Sincaud77 » 07 sept. 2012, 18:25

Non!!!!! Ne pas comprendre, ne veut pas dire forcément juger.
A partir du moment où on se montre critique envers un comportement, ou un avis ou une idée ,par exemple, là, on juge.
Par contre, il arrive que l'on se montre tolérant, tout en ne comprenant pas l'attitude ,sans pour autant juger.
Par exemple ,moi, je ne comprends pas, l'attitude des nudistes, mais je n'éprouve aucune colère contre eux. Comme d'ailleurs, l'attitude d'un animateur connu qui s'est déshabillé complètement dans son émission. Je ne porte pas de jugement sur eux, même si je n'approuve pas ce qu'ils font ,car je ne pourrais pas me permettre de faire la même chose.

Avatar du membre
Oups
Affable
Messages : 126
Enregistré le : 06 avr. 2012, 22:42
Localisation : Picardie (80)
A été aimé : 1 fois

Re: Est ce que ne pas comprendre, c'est juger ???

Message par Oups » 07 sept. 2012, 21:55

behappy a écrit :Quand je parlais de maltraitance, ca s'apllique aussi bien aux animaux qu'aux hommes ou aux lutins !!!
J'ai du mal à concevoir que l'on puisse faire consciemment souffrir, avec ou sans raisons d'ailleurs et du coup j'ai tendance à juger les acteurs d'une telle violence (qu'elle soit physique ou psychologique d'ailleurs). Je sais pourtant que cette violence est souvent impulsée par le besoin de puissance innée qu'éprouve l'Humanité.
Par la culture et les traditions aussi... (la corrida, ou encore tuer des animaux pour les manger alors qu'on peut s'en passer - ou même acheter de la viande = payer des personnes pour tuer les animaux).

Juger un acte qui ne fait souffrir personne (exemple : porter une chaussure rouge et une chaussure bleue) on peut s'en dispenser, mais lorsqu'il y a souffrance difficile de ne pas juger...
"Les êtres vivants ont été créés pour être aimés.
Les choses pour être utilisées.
La raison pour laquelle le monde est un chaos.
C'est qu'aujourd'hui les choses sont aimées.
Et que les êtres vivants sont utilisés."

Avatar du membre
Eresh
Amibe
Messages : 98
Enregistré le : 31 août 2012, 09:17
Localisation : Paris
A été aimé : 1 fois

Re: Est ce que ne pas comprendre, c'est juger ???

Message par Eresh » 09 sept. 2012, 06:30

Bonjour à tous. Avant de répondre au sujet, je pense utile de me présenter, même si je l'ai déjà fait dans la section dédiée aux nouveaux inscrits. Je suis étudiant en philosophie (actuellement en troisième année de licence), et je passe le plus clair de mon temps à réfléchir, si bien que même mes camarades de promotion me trouvent un peu fou. Je n'ai pas encore pris le temps de lire les réponses à la question initiale, mais j'ai sur celle-ci un avis suffisamment précis pour pouvoir m'exprimer sans cela. Je vais donc tenter de vous exposer brièvement mon opinion.

Ne pas comprendre, est-ce juger ?

Je ne pense pas. En revanche, ne pas s'efforcer de comprendre, c'est juger. Il faut différencier la compréhension effective et la volonté de compréhension. On peut vouloir comprendre mais ne pas y parvenir. En réalité, je crois que la plupart du temps les hommes ne se comprennent pas les uns les autres, même lorsqu'ils en ont l'illusion. Il est si rare de réellement se comprendre qu'affirmer que toute communication est impossible en devient légitime. Nous parlons tous une langue différente. À mes yeux, le rôle de la communication, le but de toute discussion, en particulier philosophique ou psychologique, est uniquement de parvenir à une compréhension mutuelle, à une langue commune, mais les résultats sont très incertains. En outre, il n'est possible de comprendre l'autre que si celui-ci le veut bien, et si lui-même s'efforce d'être compris. On doit être acteur de sa propre compréhension tout comme de celle des autres.

Qu'est-ce exactement que comprendre ?

Comprendre quelqu'un, c'est parvenir à quitter notre subjectivité pour revêtir celle de cette personne. Autrement dit, comprendre quelqu'un, c'est entièrement embrasser son point de vue. La conséquence la plus importante de cette définition est l'impossibilité stricte de l'accord tout comme du désaccord lorsqu'il y a compréhension. Autrement dit, l'accord et le désaccord résultent tous les deux de l'incompréhension. En effet, lorsque l'on compare la pensée d'autrui à la sienne, on ne peut le faire qu'avec notre point de vue propre ; s'y essayer revient donc à refuser de revêtir celui de l'autre, et donc à refuser de le comprendre. Comprendre l'autre, cela revient donc à se débarrasser de toute possibilité de le juger. Quand on comprend quelqu'un, on ne peut plus ni être en accord ni être en désaccord avec lui ; on ne peut plus que contempler son interprétation du monde de façon neutre, la voir comme un fait dans sa totalité, et faire de ce nouveau point de vue notre univers, du moins pour un temps limité. La compréhension, c'est l'acceptation intégrale et gratuite, qui est à l'opposé du jugement, que celui-ci soit positif ou négatif.

Qu'est-ce exactement que juger ?

Juger, c'est donc refuser de comprendre. Il n'est pas facile de comprendre. Cela nécessite un effort bilatéral : un effort de la part de celui qui veut comprendre d'une part, et de celui qui veut être compris d'autre part. Sans cet effort réciproque, il est impossible de comprendre l'autre. Si je ne veux pas le comprendre, alors il n'y a aucune chance que je quitte mon propre point de vue pour revêtir le sien ; et si il ne veut pas être compris, alors il n'y a aucune chance que son point de vue m'apparaisse et que je puisse le revêtir. Lorsqu'il y a jugement, il y a bien incompréhension. Mais l'inverse n'est pas forcément vrai : il peut y avoir incompréhension sans y avoir jugement. La communication réussie est un miracle inespéré. C'est pourquoi il importe de respecter l'autre même lorsqu'on ne le comprend pas. Il s'agit donc d'accepter son point de vue même s'il nous paraît intolérable.

En conclusion :

Je donne pour synonymes très exacts les deux expressions suivantes : "vouloir comprendre" et "aimer". Il suffit de vouloir comprendre pour aimer, il suffit d'aimer pour vouloir comprendre. En outre, je considère comme Thomas d'Aquin (c'est l'un de mes rares points communs avec lui) qu'il n'y a pas de volonté sans objet. Autrement dit, "vouloir vouloir" est la même chose que seulement "vouloir". Or l'amour, on l'a montré, est une volonté : la volonté de comprendre. On en déduit aisément qu'il suffit de vouloir aimer pour aimer effectivement : "vouloir vouloir comprendre" est précisément la même chose que "vouloir comprendre". "Vouloir aimer" est donc la même chose que "aimer". Or, si j'emploie le verbe "vouloir" plutôt que le verbe "désirer", c'est bien pour souligner qu'il s'agit d'un acte libre : le désir peut être considéré comme un besoin ou un poids, on peut dire de lui qu'il nous conditionne, mais ce n'est pas le cas de la volonté. Si la volonté existe - si la liberté existe -, alors l'amour est un acte parfaitement libre. Et à ce sujet il est utile de préciser que je ne différencie d'aucune manière l'amour dit "conjugal" et l'amitié. On décèlera peut-être dans cette opinion un indice de ma possible asexualité.

Je reste disponible pour détailler mon propos si besoin est.
Pour en savoir plus sur moi, c'est ici !

Beliefs
Adepte
Messages : 248
Enregistré le : 01 janv. 2012, 23:14

Re: Est ce que ne pas comprendre, c'est juger ???

Message par Beliefs » 09 sept. 2012, 11:14

Eresh, J'te kiffe (lol)

Merci pour tes analyses!

Que la compréhension soit un effort bilatéral est bien vrai, découlant ainsi au fait que si une personne juge ce n'est pas forcément parce qu'elle ne fait pas l'effort de comprendre mais parce que l'autre peut ne pas y mettre suffisamment du sien ou ne pas savoir tout simplement ce qui lui arrive. On condamne souvent le jugement, or à mon sens il est un moteur à la performance. Le jugement est trop souvent vu comme castrateur-destructeur, malheureusement. Comme tu dis, le jugement ne doit pas sonner péjorativement.

C'est vrai que l'on entend souvent dire "Tu ne peux pas comprendre!" insinuant que l'autre juge, ce qui coupe court au dialogue. Celui qui dit cette phrase ne fait pas forcément l'effort qu'il faut... C'est souvent le cas (de mon observation). Car si souvent j'ai envie de le dire aux autres, je m'abstiens car je me dis qu'il est difficile de demander à l'autre de se mettre totalement dans sa propre peau, puisqu'il a son vécu à lui et que notre propre vécu est sensiblement différent de celui des autres. Je crois même que mon vécu est encore plus difficile à comprendre car avec tout l'objectivité que j'ai essayé de mettre dans ma propre analyse je reviens souvent à me dire qu'il n'est pas normal que je sois encore en vie. D'autres m'ont déjà dit "Mais comment as-tu fait pour tenir le coup?" ajoutant un "A ta place, je n'aurais pas eu la force, j'aurais mal tourné". Ils s'arrêtent alors à la compréhension de quelques faits qui leur apparait déjà de TROP. Je ne trouve pas cet autre qui tiendra la route, qui parviendra à aller aussi loin que moi. Tout ce qu'ils peuvent me dire c'est "tu t'es armée d'une carapace énorme". Ils essaient alors de percer cette carapace en essayant de me convaincre que je peux recréer le monde, le réinventer, l'apprivoiser de par ses seules qualités. Ils pensent que l'amour peut tout panser. Presque tout j'ai envie de dire.

Tous autant que nous sommes, nous sommes ignorants à divers échelles. Notre intelligence est là pour nous inciter à essayer de comprendre, d'apprendre de nos erreurs. C'est en cela que, pour moi, réside toute la beauté de notre espèce... mais que trop peu usent préférant vivre d'amour et d'eau fraîche. "La vie c'est pas fait pour se prendre la tête!" diront beaucoup. Ils ignorent (encore une fois) que ça ne doit pas être vu comme quelque chose de contraignant, au contraire c'est très excitant d'analyser, d'anticiper, d'expérimenter. Il faut peut-être admettre que ce ne soit pas à la portée de tous.

Avatar du membre
Oups
Affable
Messages : 126
Enregistré le : 06 avr. 2012, 22:42
Localisation : Picardie (80)
A été aimé : 1 fois

Re: Est ce que ne pas comprendre, c'est juger ???

Message par Oups » 09 sept. 2012, 21:43

Eresh a écrit :ne pas s'efforcer de comprendre, c'est juger.
Un souvenir me revient en mémoire qui semble contre-dire cette idée, au moins en apparence :
à 18 ans je suis allée faire les vendanges dans le beaujolais, et un homme d'environ 25 ans qui était à ma table était végétarien, donc demandait souvent s'il pouvait avoir des œufs à la place de la viande (ou bien se rattrapait sur le fromage en fin de repas).
Je n'ai pas "jugé" (dans le sens où on l'entend habituellement), je n'ai pas cherché à comprendre son choix alimentaire : j'acceptais et je respectais cette différence (ou bien on pourrait aussi dire que je l'ai jugée "respectable"), et n'ai pas ressenti le besoin de chercher à comprendre, de connaître ses motivations...
Beliefs a écrit :On condamne souvent le jugement, or à mon sens il est un moteur à la performance. Le jugement est trop souvent vu comme castrateur-destructeur, malheureusement. Comme tu dis, le jugement ne doit pas sonner péjorativement.
C'est vrai qu'on utilise souvent le mot "juger" dans le sens d'une connotation négative, alors qu'attribuer une qualité à quelqu'un est un jugement !

Pour moi, juger un acte signifie définir si c'est quelque chose qui semble, de notre point de vue, "souhaitable" (= bien, à encourager) ou "non souhaitable" (= mal, à éviter de répéter) (comme dans le conditionnement opérant : ce comportement veut-on le renforcer ou bien le voir disparaître ?).
Beliefs a écrit :Eresh, J'te kiffe (lol)
Voilà un jugement, non ? :wink:
"Les êtres vivants ont été créés pour être aimés.
Les choses pour être utilisées.
La raison pour laquelle le monde est un chaos.
C'est qu'aujourd'hui les choses sont aimées.
Et que les êtres vivants sont utilisés."

Beliefs
Adepte
Messages : 248
Enregistré le : 01 janv. 2012, 23:14

Re: Est ce que ne pas comprendre, c'est juger ???

Message par Beliefs » 09 sept. 2012, 23:37

Beliefs a écrit:
Eresh, J'te kiffe (lol)

Voilà un jugement, non ? :wink:
Lol Oups!

Pas tout à fait car là je n'exprime qu'une émotion. D'ailleurs les psys conseillent souvent aux patients de modifier leurs interactions avec leurs interlocuteurs pour éviter d'éveiller une réaction vive en retour. Ex de jugement "tu es odieux!". Il vaut mieux dire "j'ai la sensation d'être moins que rien lorsque tu me parles". La personne devrait parler de ce qu'elle ressent plutôt que de mettre en boîte l'autre car ainsi non seulement il n'y a pas d'attaque mais en plus l'autre va beaucoup mieux comprendre. Face à un "tu es odieux!", la réponse serait "tu dis n'importe quoi, c'est plutôt toi qui est une chochotte!". Avec le "j'ai la sensation d'être moins que rien lorsque tu me parles" l'autre sera bien plus attendri et répondra plus probablement un "oh je ne pensais pas donner cette impression, en tous les cas ce n'est pas mon intention". Le ton est donné.

Et en fait, Eresh je l'ai jugé dans ma tête enfin ... j'ai des impressions modifiables :-) Je le sens bien ce coco.

Avatar du membre
Oups
Affable
Messages : 126
Enregistré le : 06 avr. 2012, 22:42
Localisation : Picardie (80)
A été aimé : 1 fois

Re: Est ce que ne pas comprendre, c'est juger ???

Message par Oups » 09 sept. 2012, 23:58

Beliefs a écrit :
Beliefs a écrit:
Eresh, J'te kiffe (lol)

Voilà un jugement, non ? :wink:
Lol Oups!

Pas tout à fait car là je n'exprime qu'une émotion.
J'y vois un encouragement, pour qu'il continue à s'exprimer autant il le fait (un renforcement positif quoi !).
Ex de jugement "tu es odieux!". Il vaut mieux dire "j'ai la sensation d'être moins que rien lorsque tu me parles". La personne devrait parler de ce qu'elle ressent plutôt que de mettre en boîte l'autre car ainsi non seulement il n'y a pas d'attaque mais en plus l'autre va beaucoup mieux comprendre.
Je pense que c'est aussi parce que l'autre ne peut pas nier ce que l'on ressent, prétendre savoir mieux que nous ce que nous ressentons !
Alors qu'un jugement, c'est une généralité à laquelle on pourrait trouver plus ou moins facilement des exceptions (un exemple de situation où on n'a pas été odieux avec cette même personne).
Et en fait, Eresh je l'ai jugé dans ma tête enfin ... j'ai des impressions modifiables :-) Je le sens bien ce coco.
Personnellement, je me dis qu'on passe notre temps à juger !
Exemple : juger utile/intéressant, ou juger inutile/inintéressant, de répondre à un message, de participer à une discussion... :wink:
"Les êtres vivants ont été créés pour être aimés.
Les choses pour être utilisées.
La raison pour laquelle le monde est un chaos.
C'est qu'aujourd'hui les choses sont aimées.
Et que les êtres vivants sont utilisés."

Avatar du membre
Eresh
Amibe
Messages : 98
Enregistré le : 31 août 2012, 09:17
Localisation : Paris
A été aimé : 1 fois

Re: Est ce que ne pas comprendre, c'est juger ???

Message par Eresh » 10 sept. 2012, 03:36

Beliefs a écrit :Eresh, J'te kiffe (lol)
*ronronne*
Beliefs a écrit :On condamne souvent le jugement, or à mon sens il est un moteur à la performance. Le jugement est trop souvent vu comme castrateur-destructeur, malheureusement. Comme tu dis, le jugement ne doit pas sonner péjorativement.
Le jugement, ou l'interprétation, est l'essence de la pensée humaine (Kant dirait qu'elle subsume). Son rôle est de donner du sens à la perception. Renoncer au jugement ou à l'interprétation, c'est renoncer à la curiosité, à la foi, à l'art, à l'individualité, et finalement à l'humanité elle-même. Néanmoins, l'interprétation de l'autre, ou jugement, empêche la communication et l'amour, c'est pourquoi je considère qu'il faut l'éviter autant que possible - toujours être attentif à l'autre, du moins tant qu'il tente de se faire comprendre, même si c'est en vain.
Beliefs a écrit :C'est vrai que l'on entend souvent dire "Tu ne peux pas comprendre!" insinuant que l'autre juge, ce qui coupe court au dialogue. Celui qui dit cette phrase ne fait pas forcément l'effort qu'il faut... C'est souvent le cas (de mon observation). Car si souvent j'ai envie de le dire aux autres, je m'abstiens car je me dis qu'il est difficile de demander à l'autre de se mettre totalement dans sa propre peau, puisqu'il a son vécu à lui et que notre propre vécu est sensiblement différent de celui des autres. Je crois même que mon vécu est encore plus difficile à comprendre car avec tout l'objectivité que j'ai essayé de mettre dans ma propre analyse je reviens souvent à me dire qu'il n'est pas normal que je sois encore en vie. D'autres m'ont déjà dit "Mais comment as-tu fait pour tenir le coup?" ajoutant un "A ta place, je n'aurais pas eu la force, j'aurais mal tourné". Ils s'arrêtent alors à la compréhension de quelques faits qui leur apparait déjà de TROP. Je ne trouve pas cet autre qui tiendra la route, qui parviendra à aller aussi loin que moi. Tout ce qu'ils peuvent me dire c'est "tu t'es armée d'une carapace énorme". Ils essaient alors de percer cette carapace en essayant de me convaincre que je peux recréer le monde, le réinventer, l'apprivoiser de par ses seules qualités. Ils pensent que l'amour peut tout panser. Presque tout j'ai envie de dire.
Il y a en effet dans le comportement que tu décris un certain jugement en plus de l'incompréhension. Mais au fond, peut-on vraiment comprendre l'autre, intégralement ? C'est difficile à dire. A priori non, mais il demeure possible de l'espérer, et c'est là une seconde définition que je donne à l'amour : l'espoir d'une communication possible. Cette seconde définition, finalement, n'est pas différente de la première : vouloir comprendre = espérer la possibilité de la compréhension. Mais cherchons-nous vraiment la compréhension de l'autre lorsque, nous trouvant incapables de le comprendre, nous décidons qu'il correspond à telle idée, même lorsque celle-ci est positive ? En ce qui me concerne, j'aimerais autant que possible ne pas être jugé, et je m'efforce constamment de juger le moins possible. Je suis en quête de compréhension mutuelle, et une telle chose passe nécessairement pas le respect et le scepticisme.

Quoi qu'il en soit, si tu as envie de parler de ton histoire, Beliefs, je serai heureux de te lire et de te répondre avec le respect que tu attends.
Beliefs a écrit :Tous autant que nous sommes, nous sommes ignorants à divers échelles. Notre intelligence est là pour nous inciter à essayer de comprendre, d'apprendre de nos erreurs. C'est en cela que, pour moi, réside toute la beauté de notre espèce... mais que trop peu usent préférant vivre d'amour et d'eau fraîche. "La vie c'est pas fait pour se prendre la tête!" diront beaucoup. Ils ignorent (encore une fois) que ça ne doit pas être vu comme quelque chose de contraignant, au contraire c'est très excitant d'analyser, d'anticiper, d'expérimenter. Il faut peut-être admettre que ce ne soit pas à la portée de tous.
Je suis absolument d'accord avec toi. À mes yeux, une vie sans réflexion ne vaut pas la peine d'être vécue. Mais je n'ai rien à ajouter : tu l'as parfaitement exprimé.
Oups a écrit :Un souvenir me revient en mémoire qui semble contre-dire cette idée, au moins en apparence :
à 18 ans je suis allée faire les vendanges dans le beaujolais, et un homme d'environ 25 ans qui était à ma table était végétarien, donc demandait souvent s'il pouvait avoir des œufs à la place de la viande (ou bien se rattrapait sur le fromage en fin de repas).
Je n'ai pas "jugé" (dans le sens où on l'entend habituellement), je n'ai pas cherché à comprendre son choix alimentaire : j'acceptais et je respectais cette différence (ou bien on pourrait aussi dire que je l'ai jugée "respectable"), et n'ai pas ressenti le besoin de chercher à comprendre, de connaître ses motivations...
Tu as raison, je suis allé un peu vite. Dans ton cas, il n'y a eu ni recherche ni refus de la compréhension. Néanmoins, ce respect dont tu as fait preuve, s'il ressemble à de l'acceptation gratuite, ressemble fort, du même coup, à de la compréhension. La compréhension, est-ce plus que cela, finalement ? Il est permis de se poser la question.
Oups a écrit :C'est vrai qu'on utilise souvent le mot "juger" dans le sens d'une connotation négative, alors qu'attribuer une qualité à quelqu'un est un jugement !

Pour moi, juger un acte signifie définir si c'est quelque chose qui semble, de notre point de vue, "souhaitable" (= bien, à encourager) ou "non souhaitable" (= mal, à éviter de répéter) (comme dans le conditionnement opérant : ce comportement veut-on le renforcer ou bien le voir disparaître ?).
Le jugement, selon moi, ne peut se réduire à l'accord et au désaccord. Au passage, je rappellerai que tous deux sont nécessairement des erreurs : ils découlent d'un refus de la compréhension, et donc "être d'accord (ou pas d'accord) avec quelqu'un", cela n'a en réalité rien à voir avec la personne en question, mais seulement avec l'idée personnelle que nous avons. Cette idée ne correspond aucunement à la pensée de l'autre, que nous avons refusé d'aborder avec son point de vue propre, et que nous ne connaissons donc pas. Le jugement, disais-je donc, ne peut être réduit à l'accord et au désaccord : il est, de façon très générale, l'interprétation hâtive (où "interprétation" signifie "lecture de sens" - mais le sens, c'est toujours nous qui l'inventons). Oui, ici j'opère une distinction que je n'avais pas encore faite au début de ce message. C'est afin de différencier ce que j'estime être le bon jugement de ce que j'estime être le mauvais. La certitude : voilà le mal. L'interprétation de la réalité qui va jusqu'à oublier notre ignorance et le scepticisme fondamental sur lequel toute pensée devrait être fondée est ce que j'appelle le jugement au sens strict, et est clairement négatif à mes yeux. Néanmoins, il est possible d'interpréter le monde tout en gardant conscience du fait que notre foi n'est qu'hypothèse. Cela revient à ne se fermer à aucune possibilité, et à donner un fort aspect artistique (plutôt que scientifique) à la philosophie. Et donc oui, Oups, on passe notre temps à juger, mais il y a deux façons différentes de le faire...
Beliefs a écrit :
Beliefs a écrit:
Eresh, J'te kiffe (lol)

Voilà un jugement, non ? :wink:
Lol Oups!

Pas tout à fait car là je n'exprime qu'une émotion.
Tu m'ôtes les mots de la bouche ! :D Il n'y a aucun mal à exprimer son ressenti (et la chose est même profondément bénéfique, puisqu'elle tend vers plus de compréhension), tant que l'on n'oublie pas de faire comprendre à l'autre qu'il ne s'agit que d'un ressenti (ce qui rejoint ton exemple de dispute).
Modifié en dernier par Eresh le 10 sept. 2012, 23:17, modifié 1 fois.
Pour en savoir plus sur moi, c'est ici !

Avatar du membre
Oups
Affable
Messages : 126
Enregistré le : 06 avr. 2012, 22:42
Localisation : Picardie (80)
A été aimé : 1 fois

Re: Est ce que ne pas comprendre, c'est juger ???

Message par Oups » 10 sept. 2012, 08:41

Eresh a écrit :
Oups a écrit :C'est vrai qu'on utilise souvent le mot "juger" dans le sens d'une connotation négative, alors qu'attribuer une qualité à quelqu'un est un jugement !

Pour moi, juger un acte signifie définir si c'est quelque chose qui semble, de notre point de vue, "souhaitable" (= bien, à encourager) ou "non souhaitable" (= mal, à éviter de répéter) (comme dans le conditionnement opérant : ce comportement veut-on le renforcer ou bien le voir disparaître ?).
Le jugement, selon moi, ne peut se réduire à l'accord et au désaccord. Au passage, je rappellerai que tous deux sont nécessairement des erreurs : ils découlent d'un refus de la compréhension, et donc "être d'accord (ou pas d'accord) avec quelqu'un", cela n'a en réalité rien à voir avec la personne en question, mais seulement avec l'idée personnelle que nous avons. Cette idée ne correspond aucunement à la pensée de l'autre, que nous avons refusé d'aborder avec son point de vue propre, et que nous ne connaissons donc pas. Le jugement, disais-je donc, ne peut être réduit à l'accord et au désaccord : il est, de façon très générale, l'interprétation hâtive (où "interprétation" signifie "lecture de sens" - mais le sens, c'est toujours nous qui l'inventons).
En fait mon idée se rapporte notamment au jugement dans le cadre de l'éducation (des enfants, des animaux) : si on en reste à comprendre leur pensée, adopter leur point de vue... cela ne suffira pas à les éduquer, à les aider à s'adapter à la vie en société !
"Les êtres vivants ont été créés pour être aimés.
Les choses pour être utilisées.
La raison pour laquelle le monde est un chaos.
C'est qu'aujourd'hui les choses sont aimées.
Et que les êtres vivants sont utilisés."

Avatar du membre
Eresh
Amibe
Messages : 98
Enregistré le : 31 août 2012, 09:17
Localisation : Paris
A été aimé : 1 fois

Re: Est ce que ne pas comprendre, c'est juger ???

Message par Eresh » 10 sept. 2012, 17:30

Je considère la société comme un mal nécessaire, dans la mesure où il est impossible d'entrer dans le monde sans être en premier lieu guidé par quelques personnes (être éduqué). Je pense néanmoins que la vie de tout homme doit être un effort permanent de prise d'indépendance face à la société, et ce sur tous les plans. Nous avons eu besoin d'elle pour grandir, mais elle demeure l'ennemi.
Pour en savoir plus sur moi, c'est ici !

Beliefs
Adepte
Messages : 248
Enregistré le : 01 janv. 2012, 23:14

Re: Est ce que ne pas comprendre, c'est juger ???

Message par Beliefs » 12 sept. 2012, 13:45

Je suppose que par "être éduqué"et donc par "être guidé", tu ne sous-entends pas forcément qu'il y a une intention bienveillante de la part des guides? Parce qu'il y a les modèles suivis, puis il y a tous les contre-modèles fuis (la différence entre les deux est laissé à l'appréciation de chaque individu, jugeant de sa propre différenciation entre le bien et le mal).

Avatar du membre
Eresh
Amibe
Messages : 98
Enregistré le : 31 août 2012, 09:17
Localisation : Paris
A été aimé : 1 fois

Re: Est ce que ne pas comprendre, c'est juger ???

Message par Eresh » 14 sept. 2012, 18:14

Oui, tu m'as bien compris. Au final, il n'y a pas vraiment le choix : lorsque l'on apparaît dans le monde, c'est toujours dans un monde préexistant qu'on apparaît, et on commet toujours l'erreur de l'interpréter mal en tout premier lieu, que l'on soit accompagné ou non - et ce n'est donc pas vraiment une question d'accompagnement et d'éducation. On commence toujours par être dans l'erreur. La vie doit au moins avoir pour objectif de se séparer de cette erreur initiale nécessaire (nécessaire parce qu'il faut bien commencer à vivre quelque part !). Ainsi, qu'il y a ait société ou non, il y a environnement et les conséquences sont similaires sur le plan de la pensée.
Pour en savoir plus sur moi, c'est ici !

Zimou
Administrateur
Messages : 4989
Enregistré le : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 433 fois
A été aimé : 454 fois
Contact :

Re: Est ce que ne pas comprendre, c'est juger ???

Message par Zimou » 23 janv. 2013, 16:32

Ewe a écrit :Mais juger, c'est forcément ne pas comprendre.
euuu... j'ai déjà jugé des choses que j'ai parfaitement comprise xD c'est juger sans comprendre qui pose problème...
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

hounette

Re: Est ce que ne pas comprendre, c'est juger ???

Message par hounette » 12 mars 2016, 23:08

Alban a écrit :
behappy a écrit :Peut-on ne pas comprendre quelque chose ou quelqu'un tout en s'abstenant de tout jugement ?
Oui.
Personnellement, quand je ne comprends pas la personne, je pose un maximum de questions pour comprendre avant de la juger. Et si ce n'est pas le cas, je laisse tomber car il est préférable que j'en reste là.

Mais tout le monde n'est pas comme ça:
behappy a écrit :se sent-on (mal)jugé quand on est incompris ?
oui...euh...non ça dépend en fait. Ca dépend de la mentalité de la personne en face qui se permet de nous juger. Comme j'ai dis, il y a des personnes qui en restent là, sans jugement car ils n'ont pas compris alors qu'il y en a qui juge car il croient avoir compris mais ce n'est pas ce qu'on a chercher à faire comprendre. Donc en gros, ils ne nous jugent pas mais ... bin ce qu'ils ont compris, donc de la merde, ce qui nous concerne pas puisque ce n'est pas l'image, ou autre chose qu'on voulait faire comprendre. (5 fois le verbe comprendre :best: :ouhla: )

Voilà, j'ai répondu..........très mal et je crois que je suis hors sujet comme d'habitude en philo :tough: Le point positif, c'est que ça me fait un message de plus :mrgreen:
Bouhhhh, je suis nuul en philo :trist:

Edit : Le remontage de ce sujet m'a permis de relire cette, (comment appeler ça?) "chose" immonde presque 2 ans après. Mais que j'étais con!! Je ne comprends pas un mot de ce que j'ai dis... J'ai du être malade ce jour là :o :shock: :roll:
On ne pourrait pas supprimer tous mes messages qui ressemblent à ce torchon? Parce que là, j'ai honte... :oops:

Bon ça m'a permis de voir qu'entre temps, j'ai un peu évolué quand même.

Merci pour le fou rire :mrgreen: :D :wink: :wink:

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités