le survisme

Tout commence avec de grandes idées ; venez partager vos opinions sur les sujets les plus divers.
BlackLady
Adepte
Messages : 175
Enregistré le : 03 déc. 2006, 03:08
Localisation : france

le survisme

Message par BlackLady » 25 sept. 2007, 05:41

On ne fait pas ce qui n assure pas notre survit
On fait ce que assure notre survie
ca vous dit kelkue chose ?
vous etes d accord ?
53x+m3=0

Avatar du membre
cyclodocus
Pâtissier dans une cale à Hambourg
Messages : 4215
Enregistré le : 19 sept. 2006, 09:42
Localisation : qq part ds les alpes
A aimé : 30 fois
A été aimé : 59 fois
Contact :

Message par cyclodocus » 26 sept. 2007, 10:16

ouh là là
tu pose des questions à des heures où je bosse
je trouve ça en rentrant
je vais dormir
on verra après :wink:

Avatar du membre
Gianni
Floodeur intermittent
Messages : 3875
Enregistré le : 31 juil. 2005, 19:41
Localisation : Viña Del Mar
A été aimé : 3 fois
Contact :

Message par Gianni » 26 sept. 2007, 15:30

Cela demande réflexion... mais j'ai envie de dire les deux....

Avatar du membre
cyclodocus
Pâtissier dans une cale à Hambourg
Messages : 4215
Enregistré le : 19 sept. 2006, 09:42
Localisation : qq part ds les alpes
A aimé : 30 fois
A été aimé : 59 fois
Contact :

Re: le survisme

Message par cyclodocus » 26 sept. 2007, 16:11

trunxia a écrit :
On ne fait pas ce qui n assure pas notre survit
On fait ce que assure notre survie
ca vous dit kelkue chose ?
vous etes d accord ?
comme Gianni :
les deux mon capitaine :

on fait bien des choses par plaisir, même si elles n'assurent pas notre survie : acheter une auto n'assure en rien notre survie (au contraire parfois !) prendre des vacances en Indonésie ( :oops: ) plutôt qu'en Chine ou au Canada ou sur le larzac non plus.

on fait ce qui assure notre survie : c'est la base de la vie, mais aussi on fait parfois ce qui la met en péril : les comportements suicidaires (conscients ou non) en sont la preuve

je reste donc au milieu ! :roll:

Avatar du membre
Benson
Affable
Messages : 104
Enregistré le : 17 févr. 2007, 21:01
Localisation : Region Parisienne

Message par Benson » 28 sept. 2007, 17:11

Les deux car pour survivre on doit se nourir,boire .
ce sont les besoins primaires en quelque sorte (merci Maslow :lol: ).
Mais aussi, tout ce qui est loisir, n'assure pas notre survie.
Mais c'est ambigue comme situation.

brigadoon
La seule, l'unique
Messages : 1506
Enregistré le : 27 janv. 2007, 14:30
A aimé : 1 fois
A été aimé : 2 fois

Message par brigadoon » 29 sept. 2007, 18:19

On est programmés pour survivre. Donc, on a un instinct de survie qui se met en place dès qu'on est menacés. Si tout va bien, on fait ce qu'on veut. :D Mais cet instinct de survie peut-être altéré dans un sens ou dans l'autre, par des substances comme l'alcool ou la drogue, ou bien par des événements traumatiques non résolus.
J'en sais des choses, hein ? :D

Avatar du membre
cyclodocus
Pâtissier dans une cale à Hambourg
Messages : 4215
Enregistré le : 19 sept. 2006, 09:42
Localisation : qq part ds les alpes
A aimé : 30 fois
A été aimé : 59 fois
Contact :

Re: le survisme

Message par cyclodocus » 30 sept. 2007, 14:27

fred0804 a écrit : c'est inconscient, c'est notre instinct de survie..
mais l'instinct de destruction peut AUSSI être inconscient.
et on peut mettre énormément de temps à s'en rendre compte

Tomasin
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 09 oct. 2007, 18:40
Localisation : Lille

instinct de survie

Message par Tomasin » 12 oct. 2007, 00:28

Bon, je déterre un peu le topic (quoique ce n'est pas si vieux), mais il y aurait tellement de choses à dire là dessus que j'ai du mal à le voir aussi court ;)
On est programmés pour survivre. Donc, on a un instinct de survie qui se met en place dès qu'on est menacés.
Non, mille fois non! On nait certes avec cet instinct de survie, mais on apprend très vite à le mettre en veilleuse, voire à le rejeter complètement! Je précise tout de suite que "survie" doit être compris comme la capacité à prolonger sa vie face à un danger imminent de mort. Ne rien avoir mangé depuis une semaine ne vous place pas dans une situation de survie, l'humain peut tenir bien plus longtemps que ça... N'avoir rien bu depuis 2 jours, ça devient de la survie par contre, car à moins de trouver rapidement de quoi s'hydrater, vous êtes mort.

Un bébé possède un certain instinct de survie, tel qu'on le trouve chez un animal, mais un adulte civilisé lambda a perdu la plupart de ses mécanismes de survie, soit parce qu'on les lui à fait oublier/rejeter, soit parce qu'il n'a jamais vraiment eu l'occasion de les utiliser et a fini par les oublier "naturellement".

Je m'appuierai sur quelques exemples afin d'essayer de démontrer ces points:

On inculque très vite aux jeunes enfants les notions de "sale" et de "propre", si bien que l'humain trouve repoussant ce qu'on lui a appri comme "sale", au point que cela représente un handicap dans une situation de survie. Imaginons un humain "civilisé" perdu en pleine forêt dans un endroit où l'on peut encore marcher plusieurs jours sans rencontrer trace de la civilisation (pas en France donc). Les premières priorités sont toujours de maintenir sa température corporelle et de s'hydrater, car c'est de froid et de soif que l'on mourra le plus vite (ou d'accidents résultant des conséquences du froid ou de la déshydratation). Un humain lambda, qui a une notion de "sale" depuis sa plus tendre enfance, hésitera à boire depuis une vieille flaque boueuse, ou n'y pensera tout simplement pas tellement cette idée est rejetée comme abjecte. La seule chose intelligente à faire en termes de survie est pourtant de s'hydrater à partir de cette flaque, puisque c'est peut être sa seule chance de trouver de l'eau avant longtemps... Nôtre notion de saleté est ainsi un obstacle en termes de survie, et s'oppose à l'instinct de survie des animaux qui leur permet de manger des excréments ou s'en recouvrir pour masquer leur odeur, de boire n'importe quoi et de trucider puis avaler n'importe quel insecte sans rechigner. Un humain lambda qui n'a pas réappri cet instinct de survie se retrouve particulièrement handicapé par rapport à un animal. Et ça ne ressurgit pas comme ça quand on en a besoin, loin de là...


Autre exemple, plus urbain. Le corps humain, bien que plus fragile qu'un corps animal, reste très bien adapté au combat pour qui pense à l'exploiter efficacement. La mâchoire humaine est une arme redoutable, mordre son adversaire à la gorge est beaucoup plus efficace que les classiques coups de poings/pieds auxquels on a été habitués par la télévision, le sport et les bagarres ritualisées de cour d'école... Ca me fait grincer des dents lorsque j'entend qu'une femme est physiquement moins apte à se défendre qu'un homme, car une petite maigrelette peut tout à fait éliminer un gros costaud, si elle y met la sauvagerie nécessaire. Ecrasement des gesticules (pas taper, mais chopper et serrer, ce qui est psychologiquement beaucoup plus difficile à faire), ongles dans les yeux, morsures, coups à la trachée... Cependant, l'humain de base, lorsqu'agressé, est souvent psychologiquement incapable d'agir, à moins d'avoir reçu un conditionnement psychologique pour réapprendre comment défendre sa vie face à un agresseur. En effet, un humain élevé en société oublie ses mécanismes de défense sous le poids de la pression sociale, qui érige la violence ultime en tabou. De plus, n'ayant pas besoin de nous battre pour préserver nôtre vie, on oublie comment réagir, on perd les mécanismes qui nous permettraient de nous en sortir, parasités que nous sommes par tout un tas d'émotions conflictuelles et de tabous sociaux. Même si je n'aime pas beaucoup les féministes, je les rejoins sur le fait que l'on aappri aux petites filles à être soumises à leurs homologues masculins, et que l'on a tellement imposé cette fausse idée de la domination physique du mâle que beaucoup de femmes se retrouvent trop faibles psychologiquement pour se défendre efficacement, voire pour se défendre tout court. Sans ce conditionnement mental et social, on aurait pas autant de victimes de viol... car au final, ce qui empêche la victime de se défendre efficacement est dans la tête, et la suprématie du violeur sur sa victime est au moins autant psychologique que physique.
J'ai l'impression qu'on apprend inconsciemment aux femmes à avoir peur depuis leur enfance... qu'est ce que la peur des souris sinon une abbération qui se reproduit de génération en génération?


Dernière chose: on ne sait pas ce dont on a vraiment besoin pour survivre. Soyons honnêtes, lorsque l'on pense "survie dans la nature", la première image qui nous vient est celle de trouver comment se nourrir. Hors, nos chances de mourrir de faim sont minuscules par rapport à celles de mourrir de froid et de soif. Un "humain moyen" peut tenir un mois sans manger, mais mourra de déshydratation en deux ou trois jour, et de froid en une nuit. On a tellement l'habitude de vivre dans le confort, et l'eau est tellement facile d'accès au robinet que l'on en oublie que chaleur et hydratation sont les choses les plus importantes. Pire, nous sommes nombreux à ne pas boire assez dans notre vie de tous les jours, malgré une eau facile d'accès, ce qui est le contre pied total de l'instinct de survie. 1,5L par jour c'est le minimum, boire moins affaiblit nôtre corps sans même qu'on s'en rende compte... au lieu de boire, on avale des vitamines et autres compléments alimentaires. L'industrie et la publicité ont réussi à remplacer nos vrais besoins par des phantasmes et "besoins" artificiels, au point qu'on en vienne à considérer le superflu comme important et qu'on délaisse les bases, par ignorance...


Au final, je crois sincèrement que si l'on nait avec un instinct de survie, on apprend à l'oublier au contact des autres, à travers les tabous et normes que l'on nous inculque afin de faire de nous des individus peu dangereux aptes à vivre pacifiquement en société. Le problème, c'est qu'une fois qu'on perd nos repères, nos aides technologiques ou qu'on se retrouve face à un vrai prédateur, on se retrouve bloqué et incapable de s'en sortir, d'une part parce qu'on ne sait plus quoi faire, et d'autre part parce qu'on suit des blocages psychologiques qui nous empêchent d'agir efficacement.
Désolé si l'exposé était un peu long, mais j'avais besoin de mettre les choses au clair ; même si ça n'a rien à voir avec l'Asexualité c'est toujours bon à prendre...[/i]

brigadoon
La seule, l'unique
Messages : 1506
Enregistré le : 27 janv. 2007, 14:30
A aimé : 1 fois
A été aimé : 2 fois

Message par brigadoon » 12 oct. 2007, 12:53

Je réponds juste, mais je ne vais pas continuer à répondre parce que philosophie et politique n'est pas un topic pour moi. :roll: :oops: Donc, je maintiens qu'on a un instinct de survie qui se met en place dès qu'on est menacés. Peu importe ce qu'on a appris, on est déconnectés de tout ce qui est conscient dans la dissociation et c'est l'instinct de survie qui prend le contrôle. Voilà. Bonne journée. :bise:

Tomasin
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 09 oct. 2007, 18:40
Localisation : Lille

Message par Tomasin » 12 oct. 2007, 14:20

Et tes arguments sont? lol
Parce que bon, là tu répètes ta thèse précédente, mais n'avance pas d'arguments ;)

brigadoon
La seule, l'unique
Messages : 1506
Enregistré le : 27 janv. 2007, 14:30
A aimé : 1 fois
A été aimé : 2 fois

Message par brigadoon » 12 oct. 2007, 17:07

C'est bien pour ça que j'ai dit que ce topic n'était pas fait pour moi. Aucune argumentation ni aucune thèse. Je ne me base que sur du vécu, rien d'autre. :roll:

Avatar du membre
galaad
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2368
Enregistré le : 21 nov. 2006, 22:03
Localisation : Saumur
A aimé : 1 fois
A été aimé : 9 fois

Message par galaad » 12 oct. 2007, 20:06

brigadoon a écrit :Je réponds juste, mais je ne vais pas continuer à répondre parce que philosophie et politique n'est pas un topic pour moi. :roll: :oops: Donc, je maintiens qu'on a un instinct de survie qui se met en place dès qu'on est menacés. Peu importe ce qu'on a appris, on est déconnectés de tout ce qui est conscient dans la dissociation et c'est l'instinct de survie qui prend le contrôle. Voilà. Bonne journée. :bise:
Exemple simple pour argumenter : Une femme porte son enfant bas-âge dans ses bras et attend le bus qui lui fonce droit dessus et sans frein. L'instinct de survie se met en place lors du danger et la femme à le choix entre sa vie et celle de son bébé, après une brève réflexion elle comprend qu'elle ne peux que sauver son enfant qu'avec de gros risque de blessure, mais pas sa vie, elle va donc "jeter" son enfant sur le coté, loin de la route et du bus qui lui fonce dessus.
Méfiez vous des seraphins, leur fureur peut être destructrice, si vous croisez l'un d'entre eux, il pourra vous sauver la vie ou vous tuer d'un revert de main...

"on ne peut guère vivre sans amour, mais on peut vivre sans sexe"

Image

Avatar du membre
aharis
Avenator
Messages : 1673
Enregistré le : 08 févr. 2007, 00:09
Contact :

Message par aharis » 14 oct. 2007, 00:25

Elvynn a écrit :
On ne fait pas ce qui n assure pas notre survit
On fait ce que assure notre survie
ca vous dit kelkue chose ?
vous etes d accord ?
Je sens que c'est un sujet de philosophie sur lequel des pauvres bacheliers ont dû plancher... alors il faut bien trouver des cas particuliers où cela ne marche pas (pour l'antithèse : c'est pas bon si on a pas l'antithèse si je me souviens bien de mes vieux cours de philo :?:)

Alors puisque les autres ont parlé de l'instinct continuons : par exemple il y a un instinct qui assure notre survie à court terme mais accélère notre mort à long terme : celui de l'appétit (envers la nourriture).
En effet à court terme, il paraît évident qu'il faut manger pour survivre, mais cet instinct nous pousse souvent à manger en de trop grandes quantités une norriture riche en calories. A long terme, nous connaissons tous les dégâts que celà peut avoir sur l'organisme (obésité et problèmes vasculaires). Donc là, on peut dire qu'on ne fait pas forcément ce qui assure notre survie (sur ce coup là :o )

Cependant, nous sommes suffisament informés pour savoir que cet instinct n'est pas bon. On peut se raisonner en mangeant un peu moins que ce que notre corps nous dit. L'instinct est "court-circuité" et nous continuons à assurer notre survie par le raisonnement.

On peut trouver tout un tas d'exemples ou "les mauvais réflexes" peuvent être rattrappés par un bon raisonnement (comme par exemple quand on se met à courir en voyant un chien agressif dans un parc... pour avoir fait un peu de course à pied... c'est seulement au moment où on sarrête de courir pour lui faire face que le cleps prend ses jambes (enfin ses pattes) à son cou : si ti continues à courir, le clébard il te mord le mollet tudiou ! ). Tout ça pour dire que l'instinct qui disait de fuir devant le chien n'étant pas le bon, l'expérience et le raisonnement nous indique de faire le contraire, donc, là aussi, on fait ce qui assure notre survie mais il est vrai, tout dépend des personnes et des situations. Donc, exemples et contre exemples peuvent être trouvés sans fin.... sans que ça fasse avancer le schimilili... enfin la chose quoi.

Au final ma réponse à ce topic serait (sauf l'exception des suicidaires) que oui, on fait ce qui assure notre survie : même si l'instinct, dans des cas particuliers, devient un mauvais réflexe, il est contrebalancé par la raison. Et pour ouvrir le débat (héhé je me souviens bien maintenant du cours de philo) je dirai que l'important est donc de faire triompher la raison sur l'instinct.



:)

Avatar du membre
galaad
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2368
Enregistré le : 21 nov. 2006, 22:03
Localisation : Saumur
A aimé : 1 fois
A été aimé : 9 fois

Message par galaad » 14 oct. 2007, 09:49

aharis a écrit :Alors puisque les autres ont parlé de l'instinct continuons : par exemple il y a un instinct qui assure notre survie à court terme mais accélère notre mort à long terme : celui de l'appétit (envers la nourriture).
En effet à court terme, il paraît évident qu'il faut manger pour survivre, mais cet instinct nous pousse souvent à manger en de trop grandes quantités une norriture riche en calories. A long terme, nous connaissons tous les dégâts que celà peut avoir sur l'organisme (obésité et problèmes vasculaires). Donc là, on peut dire qu'on ne fait pas forcément ce qui assure notre survie (sur ce coup là :o )
Tu te trompe, ce qui créer l'obésité est l'instinct de survie, nous somme dans une période de surproduction, mais si du jour au lendemain il y a famine, seuls les gros balours ont des réserves, les manequins anorexique ou pas sont sûr de mourrir. Donc l'obésité n'est pas dû en majorité à la surproduction, mais surtout à la mémoire génétique que nous ont lègué ceux qui ont survécu de la famine.
Méfiez vous des seraphins, leur fureur peut être destructrice, si vous croisez l'un d'entre eux, il pourra vous sauver la vie ou vous tuer d'un revert de main...

"on ne peut guère vivre sans amour, mais on peut vivre sans sexe"

Image

Avatar du membre
aharis
Avenator
Messages : 1673
Enregistré le : 08 févr. 2007, 00:09
Contact :

Message par aharis » 14 oct. 2007, 23:07

Heu oui... mais comme j'ai jamais dit le contraire je vois pas très bien où tu penses que je me trompe...

:?:

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité