La hiérarchisation des diverses relations

Tout commence avec de grandes idées ; venez partager vos opinions sur les sujets les plus divers.
Avatar de l’utilisateur
Erialc
Affilié(e)
Messages : 312
Inscription : 23 févr. 2021, 21:39
Pronom : Elle/tu
A aimé : 189 fois
A été aimé : 132 fois

Re: La hiérarchisation des diverses relations

Message par Erialc »

dioptase a écrit : 22 juin 2021, 21:02 Ca réponds bien au pourquoi les gens préfères vivre en couple que seul. Mais quand est-il de la colocation ? Pourquoi les gens choisissent la vie de couple plutôt qu'une vie a trois ou quatre amis en colocation, par exemple ?
Question pratique : pour vivre au plus près de l'amoureux (j'ai des couples d'amis qui peuvent trouver ça dur d'être séparés ne serait-ce que pour aller travailler dans la journée) et s'assurer d'avoir une intimité avec cette personne. Et comment construire des projets comme celui de fonder une famille pour certains si les deux ne vivent pas sous le même toit ?
🎶 ⚔️ 🧭
Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 4255
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 730 fois
A été aimé : 1299 fois

Re: La hiérarchisation des diverses relations

Message par Baelfire »

Ouais je suis assez d'accord avec ça. Et encore une fois tout est conditionné pour deux personnes. Que ce soit les portions quand vous faites vos courses, les agencement des habitations, l'administration, les activités etc...

Tout bêtement si vous recevez pour le week end un couple polyamoureux de plus de deux (forcément) il y a naturellement des questions qui vous viennent. "comment je fais pour le couchage du coup ? Dorment ensemble ? Dorment séparés ???". Le mieux reste de demander aux concernés évidemment^^. Tout ça pour dire que rien n'est conditionné pour les plus de deux d'un point de vue construction de vie. Ou alors deux + des enfants.
Image
Avatar de l’utilisateur
Kinou_9
Associé(e)
Messages : 667
Inscription : 18 mai 2020, 08:56
Localisation : Deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin.
Pronom : il
A aimé : 118 fois
A été aimé : 309 fois

Re: La hiérarchisation des diverses relations

Message par Kinou_9 »

Je pense qu'il y a en grande partie la construction sociale basée sur le couple monogame et noyau familiale qui fait qu'on tend à vouloir vivre avec la personne qu'on aime. C'est facilité par beaucoup d'aspects comme le calcul des revenus pour les impôts par exemple. (J'ai bien vu la différence sur mon avis d'imposition avant et après mon Pacs !)

Puis en terme de hiérarchisation des relations, elle peut s'expliquer par le fait qu'on a pas les mêmes projets selon nos relations. Avec ma partenaire, je pourrais éventuellement envisager une vie de famille. Alors qu'avec mes amis non. Donc dans le cas d'un projet de famille, généralement c'est toujours mieux de savoir que t'es déjà compatible avec ton ou ta partenaire en vie commune avant d'envisager de pondre un marmot et de t'engager sur les x années à venir. D'ailleurs, beaucoup de couples se rendent compte à partir du moment où ils s'installent ensemble qu'ils ne sont justement pas fait pour vivre ensemble, et se séparent. C'est un peu comme une phase test avant de se projeter plus loin.

Et un point basique aussi, c'est le temps que tu consacres à tes relations. Il est clair que s'agissant de la personne aimée et donc de celle que tu as généralement le plus envie de voir, c'est plus simple de vivre ensemble pour relationner et réaliser les projets communs (sorties, voyages, vie sexuelle, soutien mutuel, etc). Même dans une relation polyamoureuse, on ne consacre pas le même temps à chacune de ses relations (à moins d'être en anarchie relationnelle, et encore c'est pas forcément égal même dans ce cas précis).
Dernière modification par Kinou_9 le 25 juin 2021, 11:21, modifié 1 fois.
Bangarang !
Avatar de l’utilisateur
Grignoteuse de bouquins
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2481
Inscription : 02 oct. 2017, 19:17
Localisation : Nice
Pronom : Ael/Elle
A aimé : 782 fois
A été aimé : 839 fois

Re: La hiérarchisation des diverses relations

Message par Grignoteuse de bouquins »

Kinou_9 a écrit : 24 juin 2021, 15:02 Et un point basique aussi, c'est le temps que tu consacres à tes relations. Il est clair que s'agissant de la personne aimée et donc de celle que tu as généralement le plus envie de voir(...)
Justement, c'est ce concept que j'ai du mal a comprendre ! J'ai autant envie de voir mes amis qu'un.e potentiel.le amoureuxe parce que pour moi, toutes ont le même niveau d'importance. Après, pour cette question de projets, effectivement si on a envie de se lancer dans ses projets que c'est plus simple de vivre ensemble. Mais dans le cas où il n'y a pas spécialement de projet, ça me semble plus difficile a saisir. Et pourquoi les gens veulent absolument faire des projets avec leur amoureux et pas leurs amis ? Ca pour le coup c'est plutôt lié aux normes sociales.

Je rajouterais un truc qui schématise ma pensée, parce que c'est comme ça que je le vois dans ma tête :

Image

Comment beaucoup voient les choses :
Image

(Ce qu'il y a écrit en dessous c'est "certains disent préférer leur amoureuxe a leurs ami.e.s".)

Et c'est une vision des choses qui me perturbe, parce que j'ai peur que dans mes relations amicales et potentiellement amoureuses, cette vision des choses flingue tout.

Par exemple : Si j'ai un.e ami.e qui se met a avoir un.e "meilleur.e ami.e" je vais pas comprendre. Je n'ai jamais eu de "meilleur.e ami.e" parce que je place tout sur le même plan, tous mes ami.e.s sont au même niveau, il n'y en a pas un que je préfère a un autre. Pour tout dire je n'ai jamais compris cette idée de favoritisme. Ca rentre aussi dans la catégorie "hiérarchisation des relations", et c'est ce à quoi j'avais réfléchi en premier quand j'étais petite, parce que ça ne veut pas rentrer. Si jamais j'avais un.e ami.e qui me disait qu'il donnait le maximum de son temps et de son énergie pour un.e autre ami.e qui serait meilleur.e, je le prendrais mal. Pas par jalousie, mais parce que c'est quelque chose que je ne comprends pas, et ça rends les chose très inégales : ça voudrait dire que moi, je donne autant de temps a quelqu'un qui ne voit pas les choses comme moi à ce niveau là ? C'est un peu comme un râteau amical ce genre de choses, parce qu'il n'y a pas de réciprocité des sentiments, et je trouve ça tellement dur a vivre (je l'ai vécu dans d'anciennes amitiés.). Ca rentre pas dans ma logique qu'on puisse avoir des amis si c'est pour en préférer un dans le lot.
♠ Why frick frack when you can snick snack ? ♠ :cake:
Snape31
Adepte
Messages : 171
Inscription : 28 mai 2020, 15:34
A aimé : 25 fois
A été aimé : 32 fois

Re: La hiérarchisation des diverses relations

Message par Snape31 »

Baelfire a écrit : 22 juin 2021, 09:08 Pour moi la réponse tient en un mot "construire". Qu'on le veuille ou non à partir du moment où l'on ressent le besoin de construire quelque chose c'est souvent avec un(e) autre que ça devra se passer.
Mon souci avec "construire", c'est qu'il s'applique dans toutes les relations... Je vais utilisé des termes grecs parce qu'ils permettent de distinguer des relations La plupart des "amours" ou relation ne se tisser qu'entre plusieurs personnes: agapè (universel), storgè (familliale), philia (amitié), ludus, eros. La seule qui se détache, mais qui provient aussi d'une construction l'amour de soi (plus large que cela: philautia). J'allais en retirer la mania, plus ancrée dans la dépendance et le pathologique, mais aussi une construction... La seule différence, c'est leur valorisation à une époque et dans un type de société... Je doute que la vie à deux eut un sens durant la préhistoire, elle pouvait être secondaire dans certaines civilisations antiques, de même que dans certaines ethnies qui tendent à faire cohabiter les femmes, les hommes et les enfants dans trois cadres différents (huttes, sociabilisation...). Même pour les chrétiens, surtout les catholiques, cela s'institue véritable qu'au 10e s (et encore le mariage ne se ritualise vraiment que beaucoup plus tard. Et pourtant la relation a été structuré par la religion durant des siècles (et nous en sommes l'héritage).
Baelfire a écrit : 22 juin 2021, 09:08 Que ce soit d'un point de vue financier ou sociétal tout est fait pour que tout soit plus accessible (et moins cher) si vous êtes à deux. C'est tout. A mes yeux c'est plus une question de conditionnement et d'adaptation à un système fait par les couples et pour les couples qu'une réelle envie.
Exact, mais c'est là qu'il y une pression sociale, une question culturelle et institutionnelle. Qui n'a d'ailleurs pas toujours existé et qui existe de façon très différente selon les traditions. En Inde, traditionnellement, l'épouse rejoint -non la maison de l'époux-, mais des parents de l'époux... Après, il est aussi vrai que les mariages sont en partie (ou en totalité) arrangé. La mère du marié ayant une grande place dans la sélection si l'arrangement est entièrement réalisé par les parents. Je parle de relations arrangé, mais il ne faut pas oublié que cela a été le cas durant de long siècle.
clotaire a écrit : 22 juin 2021, 09:15 Il me semble que historiquement, la cohabitation des générations était quelque chose d'assez général, donc on ne vivait pas "que" en couple. Le fait de s'installer à deux s'est installé progressivement au 20e siècle en occident, c'est assez récent, non ?

Il me semble que le modèle chinois contemporain consiste plutôt à faire élever son enfant par les grands parents (il n'y a plus beaucoup d'oncles depuis l'enfant unique^^), à la campagne pendant que les parents travaillent en ville. Mais c'est vrai que chez eux, j'ai eu l'impression que la femme a un pouvoir de décision plus important au sein de la cellule familiale.

Après, que ce soit l'un ou l'autre de ces modèles où celui de la cellule couple (avec ou sans enfant-s) à l'occidentale, ce qui me semble caractériser l'humain c'est la propension à la fidélité. D'ailleurs, une séparation est presque toujours vécue comme un échec, il me semble. Notre penchant spontané, c'est d'abord de vouloir des relations qui durent, quelles que soient leurs natures.

Sinon, par rapport au fait de devoir "remplacer" l'attachement aux parents, quand on commence à perdre ses parents on se rend compte que ce n'est pas seulement une vue de l'esprit. Je crois qu'on a besoin de personnes avec qui on a des liens d'intimité spécifique.

Bon, je m'arrête avant que la digression parte trop loin :D
Je ne crois pas que c'est de la pur digression, je pense que c'est fondamental parce que l'on voit là l'aspect psychologique, sociale et culturelle de la question.

La séparation vue comme un échec dépends des milieux sociaux et des individus... J'ai envie de dire qu'en Europe, il y quelque chose qui tient de l'héritage judéo-chrétien.

Pour l'enfant unique en chine, il reste des oncle et des tantes. Pour plusieurs raison : 1) il est pas toujours facile de contrôler les provinces reculée et la terre demande des bras; 2)les seconds enfants existent, beaucoup n'ont simplement pas d’existence aux yeux des autorités (souvent pas déclaré); 3) cette politique a été flexibilisé, si tu es un enfant unique, tu peux avoir deux enfant.
Grignoteuse de bouquins a écrit : 22 juin 2021, 15:52
clotaire a écrit : 22 juin 2021, 09:15 Il me semble que historiquement, la cohabitation des générations était quelque chose d'assez général, donc on ne vivait pas "que" en couple. Le fait de s'installer à deux s'est installé progressivement au 20e siècle en occident, c'est assez récent, non ?
Bonne question, ça serait intéressant si il y avait des études sur ça.
Je crois que cela a été étudié, même si l’intérêt des auteurs n'étaient pas focalisé sur le couple: l'anthropologie, la sociologie et je pense l'histoire s'y sont diriger... Oui, la cohabitation des générations (voir du clan) a pu être la règle... De mémoire, il faut se tourner vers Norbert Elias dans La société des individus : le troisième texte étudie le glissement d'une société du nous à une société du jeu (question d'étatisation et peut être, mais il ne le dit pas directement une question d'ordre productiviste). Peut être Emmanuel Todd, mais je ne connais mal ses travaux sur les systèmes familiaux (qui demeure son sujet de prédilection)
Grignoteuse de bouquins a écrit : 21 juin 2021, 23:09
PassionA a écrit : 21 juin 2021, 23:04 Je pense que c'est lié au contexte patriarcal.

En gros, la femme doit couper le lien qui existe avec sa famille pour vivre sa nouvelle vie avec son amant, qui devient le nouveau point d'ancrage de sa vie. C'est tellement fortement imprimé dans les mentalités que souvent c'est un désir des femmes elles-même. Évidemment, la dépendance de la femme à l'homme est d'autant plus grande que la rupture avec sa propre famille est consommée.


C'est un raisonnement très intéressant, mais dans le cas de relations non hétérosexuelles, pourquoi ce désir de vivre à deux se poursuit également (évidemment je parle vraiment de manière générale) ? Est ce que ça serait du coup une influence/pression plus globale qui viendrait influencer les gens pour vivre a deux ? Et dans ce cas là, est ce que cette "pression" est une sorte d'extension du patriarcat qui s'étendrait et déborderait sur un peu tout le monde, où est ce que ça serait autre chose ?


Pour les relations non hétorosexuelles, je ne saurait me prononcé avec assurance, mais je dois quand même souligner qu'il y a mimétisme. Pourquoi certains végans recherchent de la fausse viande ? Le parallèle est un peu (beaucoup) fallacieux, mais il y a un "idéal-type" (je me weberise) qu'on a tendance à reproduire

Notre vocabulaire s'est adapté à notre culture, mais ce dont tu parles grignoteusedebouquin me semble quelque part proche de l'agapè. Qui est n'est à proprement parler de l'altruisme (comme on essaye de le traduire parfois) et ne se réduit pas à la charité (traduction chrétienne)... Reste que le concept est difficilement perceptible aujourd'hui
"Le grand précepte qu’il faut donner aux historiens, c'est de distinguer au lieu de confondre ; car, à moins d’être varié, l’on n’est point vrai" (Augustin Thierry)

"Il n'y a pas de meilleur moyen de démanteler une personnalité que de l'isoler." (Diana Spencer)
Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 4255
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 730 fois
A été aimé : 1299 fois

Re: La hiérarchisation des diverses relations

Message par Baelfire »

Grignoteuse de bouquins a écrit : 24 juin 2021, 18:05Et pourquoi les gens veulent absolument faire des projets avec leur amoureux et pas leurs amis ? Ca pour le coup c'est plutôt lié aux normes sociales.
Je ne sais pas si ma réponse va être efficace mais je vais essayer de schématiser un peu les choses. On fait des projets avec ses amis. Simplement ce ne sont pas des projets qui t'impacteront à vie. As-tu déjà essayé (pour prendre un exemple) d'organiser des vacances entre amis ? Dans un monde idéal on est tous d'accord pour aller au même endroit, aux mêmes dates et on partage les dépenses à parts égales pas vrai ? Eh bien dans la réalité pas du tout. Ce serait trop simple !

Sur un groupe d'amis, tu as celui qui préfère la mer, la montagne, la campagne ou tout. Tu as celui qui préfère l'hôtel, une location ou autre. Tu as celui qui n'a pas réussi à avoir exactement les mêmes dates mais qui veut venir quand même de tel jour à tel jour. Tu as celui qui mange ceci mais pas cela. Bidule qui est allergique à "insérer la mention que vous voulez", Truc qui est végétarien flexitarien (et tout ce qu'on veut) et Bidule qui ne conçoit pas de passer ses vacances dans un lieu sans profiter des spécialités du coin.

Parlons activités maintenant. Machin veut glander, bidule veut faire de la randonnée, Truc veut visiter, Chouette veut passer son temps à la plage, et Toumeva (c'est mon préféré celui-là) sera content quoique l'on fasse...

Et il y a toi aussi dont il faut tenir compte puisque quand même ce sont un peu tes vacances aussi (en vrai tu as juste envie de pleurer parce que tu sais que c'est un énorme travail et que toi aussi tu aurais besoin de te détendre).

Parlons statut social maintenant. Tu as le chômeur qui ne voudra rien faire de payant de toutes les vacances (ce qui signifie que tout le monde va devoir un peu le prendre en charge financièrement) l'étudiant qui n'a pas trop de sous mais juste ce qu'il faut pour aller boire des coups. Ceux qui gagnent leurs vies mais qui n'ont jamais de sous quand même. Ceux qui auront mis de côté pour se faire bien plaisir parce que les vacances c'est sacré.

Tu as celui (au maximum deux personnes) qui sera le chauffeur désigné de toute la smala. Parce que entre Machin qui n'a pas voiture, Bidule qui ne voit pas l'intérêt de passer le permis, et Truc qui n'aime pas conduire dans les endroits qu'il ne connaît pas...

Voilà un exemple de projet que tu fais avec tes amis. On peut aussi réduire la voilure à "passons une soirée tous ensemble". Et là tu vas voir à quel point c'est casse-tête aussi de trouver un socle commun. Et plus tu rajoutes des amis plus le projet est casse tête. Tu créeras des frustrations parce qu'il est impossible de satisfaire tout le monde. Et même tu seras tellement occupée à faire en sorte que tout se passe bien que tu t'en oublieras.

D'ailleurs je pense qu'on devrait remettre des médailles à ceux qui organisent des vacances (j'en ai fait parti^^) tellement c'est pointu et stressant.

Alors imagine pour les projets de vie le bordel que ça peut être ??? Plus tu as d'avis et de personnalité dont tu dois tenir compte et plus ça te met des bâtons dans les roues. Que tes vacances ou que ta soirée ne t'ont pas satisfaite passons. Mais quand il s'agit de ta vie alors là c'est non !

Concernant la hiérarchisation de tes relations tu verras avec le temps que c'est quelque chose qui se fera tout seul, instinctivement. Plus tu accomplis des choses avec des gens plus les feelings se créent, s'accentuent ou au contraire régressent. Ca ne se contrôle pas ça ne se maîtrise pas. Pourquoi un jour tu considères que quelqu'un est ton amoureux et que tu as envie de passer le plus de temps possible avec et de construire ? Pourquoi lui est ton meilleur ami ? Et elle la soeur que tu n'as pas eu ? Pareil on ne sait pas pourquoi. C'est juste comme ça, ça se fait tout seul. Au final il faut juste accepter que ce n'est ni rationnel, ni maîtrisable. Et que ça dure rarement le temps d'une existence. il se passe trop de choses qui font changer, évoluer, pousser...mais pas tous dans le même sens.
Image
Avatar de l’utilisateur
clotaire
AVENant(e)
Messages : 3989
Inscription : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 927 fois
A été aimé : 923 fois

Re: La hiérarchisation des diverses relations

Message par clotaire »

J'ai un couple d'amis dans lequel la femme réalise chaque été des projets de treks au long cours avec des copines, sans son mari, en partant 15 jours à chaque fois, et c'est capital pour son équilibre. Et je connais beaucoup de gens qui ont de vrais projets en dehors de leur couple, sachant que leur couple fonctionne très bien par ailleurs.

L'idée comme quoi on ne fait des projets qu'avec son amoureux, c'est une image de conte de fée qui ne colle pas avec la réalité d'une vie de couple équilibrée. De mon point de vue ce n'est même pas vraiment une norme sociale, ou alors dans certains milieux seulement.

Après, pour des très jeunes couples ou dans un milieu d'ados et jeunes adultes, je pense que derrière le couple il y a une notion d'émancipation (vis-à-vis de la famille notamment) et les projets de couple sont peut-être, pour eux, une manière de s'extraire du projet des parents ? Mais quand on a la trentaine bien avancée, les normes ne sont plus les mêmes ;-)
Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 4255
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 730 fois
A été aimé : 1299 fois

Re: La hiérarchisation des diverses relations

Message par Baelfire »

Et avec les confinements qu'on a subit je pense que ce besoin de se retrouver avec ses amis et sans son conjoint s'est amplifié. Et même de faire ses trucs à soit tout seul. Pendant un an on a quand même vécu dans un monstrueux déséquilibre de vie.

C'est important de garder toujours une bonne vie sociale quelle que soit sa situation. Moi je ne comprends pas les couples qui sont tout le temps l'un sur l'autre et ne peuvent rien faire séparément. Insupportable.
Image
Snape31
Adepte
Messages : 171
Inscription : 28 mai 2020, 15:34
A aimé : 25 fois
A été aimé : 32 fois

Re: La hiérarchisation des diverses relations

Message par Snape31 »

Je n'ai pas ressentit cela comme un déséquilibre de vie (je ne vis pas en couple), plus un léger inconfort... N'est-ce pas, pour les couples, une certaine redécouverte de l'autre ? Pour certains, avec le travail (parfois très prenant) et autres occupations, on finit par se croiser... Insupportable, je ne sais pas. Chacun sa vie, mais si tu tiens à un peu de liberté, c'est plus compliqué.

Tout dépends, tes/ton groupe(s) d'amis... Passer un certain cap, l'homophilie faisant, il y a une certaine homogénéité qui se fait... D'autres part, il y a des étudiants qui ont un tant soit peu d'argent (le groupe social étudiant n'existe pas ou plutôt, il y en a trois voir quatre), il en est un peu de même des demandeurs d'emploi...
"Le grand précepte qu’il faut donner aux historiens, c'est de distinguer au lieu de confondre ; car, à moins d’être varié, l’on n’est point vrai" (Augustin Thierry)

"Il n'y a pas de meilleur moyen de démanteler une personnalité que de l'isoler." (Diana Spencer)
Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 4255
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 730 fois
A été aimé : 1299 fois

Re: La hiérarchisation des diverses relations

Message par Baelfire »

Snape31 a écrit : 25 juin 2021, 19:50 Je n'ai pas ressentit cela comme un déséquilibre de vie (je ne vis pas en couple), plus un léger inconfort... N'est-ce pas, pour les couples, une certaine redécouverte de l'autre ? Pour certains, avec le travail (parfois très prenant) et autres occupations, on finit par se croiser... Insupportable, je ne sais pas. Chacun sa vie, mais si tu tiens à un peu de liberté, c'est plus compliqué.
Ben écoute pour nous ça a été l'impression d'une boucle temporelle. Pendant un an et demi tu vis exactement le même jour tous les jours. Tu travailles, tu rentres, tu fais tes courses et le week end on reste à la maison parce qu'on ne peut rien faire de plus. Voilà. Tu as beau aimer ta vie et ton conjoint au bout d'un moment tu as juste l'impression que tu vas tourner dingue. Le pire étant de ne pas savoir quand ce cycle infernal pourra être cassé.
Snape31 a écrit : 25 juin 2021, 19:50Tout dépends, tes/ton groupe(s) d'amis... Passer un certain cap, l'homophilie faisant, il y a une certaine homogénéité qui se fait... D'autres part, il y a des étudiants qui ont un tant soit peu d'argent (le groupe social étudiant n'existe pas ou plutôt, il y en a trois voir quatre), il en est un peu de même des demandeurs d'emploi...
Comme je l'ai expliqué mon exemple est très schématisé.
Image
Avatar de l’utilisateur
Walther
LE roi
Messages : 1237
Inscription : 09 août 2020, 18:10
Localisation : Lorraine
Pronom : il/tu
A aimé : 406 fois
A été aimé : 297 fois

Re: La hiérarchisation des diverses relations

Message par Walther »

=Baelfire post_id=259803 time=1624685404 user_id=7742]

Ben écoute pour nous ça a été l'impression d'une boucle temporelle. Pendant un an et demi tu vis exactement le même jour tous les jours. Tu travailles, tu rentres, tu fais tes courses et le week end on reste à la maison parce qu'on ne peut rien faire de plus. Voilà. Tu as beau aimer ta vie et ton conjoint au bout d'un moment tu as juste l'impression que tu vas tourner dingue. Le pire étant de ne pas savoir quand ce cycle infernal pourra être cassé.
J'imagine que tu vis en appartement, donc je peux comprendre que c'est dure le confinement, et encore tu as peut être eu la chance d'aller travailler, par ce que si vous étiez resté ensemble pendant deux mois dans le même appart, ça aurait été horrible.
Je souhaite la beauté et la jeunesse éternelle à la Reine!

Jamais le premier soir... les suivants non plus d'ailleurs!
Jolie phrase de Lilly! :woke:
Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 4255
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 730 fois
A été aimé : 1299 fois

Re: La hiérarchisation des diverses relations

Message par Baelfire »

Non. On vit en maison avec jardin.On a passé le confinement dans les meilleures conditions possibles. Mais ne servir qu'à travailler et à rentrer chez soit pendant un an et demi en voyant tous les jours les mêmes personnes ce n'était pas franchement intéressant. Pour moi cette année a été inutile et perdue.
Image
Avatar de l’utilisateur
Walther
LE roi
Messages : 1237
Inscription : 09 août 2020, 18:10
Localisation : Lorraine
Pronom : il/tu
A aimé : 406 fois
A été aimé : 297 fois

Re: La hiérarchisation des diverses relations

Message par Walther »

Baelfire a écrit : 26 juin 2021, 22:26 Non. On vit en maison avec jardin.On a passé le confinement dans les meilleures conditions possibles. Mais ne servir qu'à travailler et à rentrer chez soit pendant un an et demi en voyant tous les jours les mêmes personnes ce n'était pas franchement intéressant. Pour moi cette année a été inutile et perdue.
Donc tu as encore de la chance, comme moi.
Je n'ai rien fait de mieux non plus, pour moi ce n'est pas tant le temps passé qui m'a dérangé, mais plutôt cette espèce de psychose ambiante qui a régné, c'est ce que j'ai trouvé le plus usant.
Je souhaite la beauté et la jeunesse éternelle à la Reine!

Jamais le premier soir... les suivants non plus d'ailleurs!
Jolie phrase de Lilly! :woke:
Avatar de l’utilisateur
Kinou_9
Associé(e)
Messages : 667
Inscription : 18 mai 2020, 08:56
Localisation : Deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin.
Pronom : il
A aimé : 118 fois
A été aimé : 309 fois

Re: La hiérarchisation des diverses relations

Message par Kinou_9 »

Grignoteuse de bouquins a écrit : 24 juin 2021, 18:05
Kinou_9 a écrit : 24 juin 2021, 15:02 Et un point basique aussi, c'est le temps que tu consacres à tes relations. Il est clair que s'agissant de la personne aimée et donc de celle que tu as généralement le plus envie de voir(...)
Justement, c'est ce concept que j'ai du mal a comprendre ! J'ai autant envie de voir mes amis qu'un.e potentiel.le amoureuxe parce que pour moi, toutes ont le même niveau d'importance.
Je suis bien d'accord sur le niveau d'importance. L'amour que je porte à ma partenaire fait que c'est la personne que j'ai le plus envie de voir de façon globale en terme de "fréquence". Donc le fait de vivre ensemble est arrangeant dans ce sens (+ nos projets de vie).
Mais les amitiés que j'ai à côté n'en sont pas moins importantes. Juste différentes. Pour certaines amitiés, ça me suffit de les voir une fois par an. Pour d'autres, j'ai envie de les voir plus fréquemment. Mais l'amour que je leur porte n'en est pas pour autant proportionnel. Il est spécifique de chaque relation. Mon meilleur ami par exemple, on peut ne pas se voir pendant plus d'un an, quand on se retrouve c'est comme si on s'était quitté la veille.

Donc l'idée générale que amour romantique > amour amical, j'ai du mal avec ça. Surtout quand je vois que certaines ruptures amicales m'ont été plus dévastatrices que d'autres ruptures amoureuses.
Bangarang !
Avatar de l’utilisateur
Lau
Associé(e)
Messages : 626
Inscription : 15 nov. 2017, 23:02
Localisation : Rhône-Alpes
A aimé : 331 fois
A été aimé : 243 fois

Re: La hiérarchisation des diverses relations

Message par Lau »

Je rejoins Kinou sur l'importance et la spécificité de chaque de relation. Ce qui induit, de fait? malgré tout?, une hiérarchisation/priorisation. Sans pour autant avoir besoin de coller un nom précis dessus ("meilleur.e ami.e", "pote" etc.). Mais j'ai compris ça en grandissant. Quand j'ai réalisé que ma "meilleure amie" de 20 ans était plutôt la sœur qui me manquait. Et je rejoins aussi les propos de Baelfire, des fois on explique pas la place et l'importance que des gens prennent dans notre vie. Tout comme on ne peut pas influencer la place qu'on tient dans la leur...
Tu te retrouves à confier des trucs à certain.es que tu ne diras probablement jamais à d'autres. Et inversement, tu partages avec d'autres des choses pour lesquelles tu ne serais pas forcément sur la même longueur d'ondes avec certain.es.

Moi j'admire les gens qui sont capables de mettre toustes leurs ami.es sur le même plan et investir le même temps et la même énergie avec chacun.e. J'en suis incapable. Je maintiens le peu de relations que j'ai du mieux que je peux mais je suis obligée de prioriser mes efforts parce que même si je les aime, entretenir des relations durables, ça me vide. C'est un vrai investissement, qui ne porte pas toujours ses fruits d'ailleurs. Parce que ça reste un effort à fournir à deux, de créer et perpétuer un lien. Donc oui, y'a des ami.es auxquels je tiens mais dont je laisse nos liens se distendre parce qu'iels ne font pas leur part et que même si, en principe, on doit prendre les gens tel quel et s'en accommoder, à la longue c'est usant, d'avoir l'impression d'être seul.e investi.e à faire des efforts.
Les sentiments amicaux sont réciproques, c'est leur intensité qui n'est pas la même. Et, forcément, ça induit une hiérarchisation, ne serait-ce que des personnes dont tu es lea plus proche ou dont l'intensité des sentiments amicaux est la même. Tu donnes ton temps et ton énergie à ceux qui t'en donnent en retour, tout en acceptant que tout le monde ne puisse pas donner la même énergie et le même temps tout le temps, mais si le déséquilibre devient trop grand...

(Oui, du coup, je focalise sur la hiérarchisation des relations amicales parce que je n'ai rien à apporter du point de vue relations amoureuses)
"C'est une folie de remédier à l'arbitraire d'un dégoût par l'arbitraire d'une contrainte." (R. Enthoven)
Répondre