Le deuil

Installez-vous confortablement et venez nous raconter toutes vos histoires extraordinaires, même si elles n'ont rien à voir avec l'asexualité.
Répondre
Avatar du membre
Minnie Mouse
Affable
Messages : 134
Enregistré le : 25 oct. 2011, 12:34
Localisation : Le pays imaginaire

Le deuil

Message par Minnie Mouse » 29 juin 2012, 17:41

j'ai perdu mon père le 1 er février, 5 mois déjà, d'un stupide accident de travail qui aurait pu etre largement evité...Le temps passe mais la douleur s'estompe pas, ce fut tellement brutal...Il ya les fameuses étapes qui succède le deuil, (l'acceptation phase terminale) mais je pense que j'amais je n'accepterais vraiment...3 mois après c'est ma grand mère qui disparaissait (les avc, ça fait pas de cadeaux)...Bouquet final, ma kat aussi trouva la mort, il y a a peine une semaine, elle n'avait que 3ans et on s'est pas vraiment de quoi elle est decédée, arret cardiaque peut etre, en tout cas elle mourrait pas de faim et etait assez peureuse. (Ce n'etait qu'une petite bete, mais c'est mon père qui me l'avait ramené il ya 3 ans pour mon anniv, j'ai donc eu un gros pincement au coeur....Enfin voila, c'est vraiment pas mon année, j'espère que l'hécatombe va s'arreté ici parce que là j'en peux plus...Mon père, ma grand mère ça fait trop d'un coup...Je supporte plus grand chose, les gens surtout, j'envoie balader tout le monde surtout les gens qui tiennent à moi, j'insulte aussi je deviens parfois très vulgaire, peter des cable ça m'arrive aussi, je démarre au quar de tour...Le psy a part me filer des anti dep c'est tout ce qui sait faire, et puis moi je suis anti tout ça, truc chimique, medoc etc... je prefère rester en phase avec cette fuckin réalité...Si certains d'entre vous sont déjà passé par là, comment avez vous vecu l'epreuve du deuil ? (Pour les timides, vous pouvez me laisser un message en privé si vous voulez...)
Image
.................................."Hic & Nunc"..............................

"Le merveilleux amour physique, certes, mais il y a aussi la tendresse pour réchauffer un cœur." (Marcelle Auclair)

Voya
Aguerri
Messages : 564
Enregistré le : 10 oct. 2011, 20:21
A aimé : 2 fois
A été aimé : 4 fois

Re: Le deuil

Message par Voya » 29 juin 2012, 18:14

En tout cas, courage c'est des moments difficiles à passer surtout quand tout t'arrive comme ça en quelques mois. Tu as bien fait de venir poster ici, faut pas rester seule dans ton coin. J'ai jamais pris de medocs quand j'étais déprimé, j'ai toujours gérer moi même avec la tête au clair, c'est plus long, c'est plus de boulot, mais se shooter aux anti dépresseur je suis pas convaincu que ça aide vraiment les gens.

Vincent123
Adepte
Messages : 239
Enregistré le : 08 avr. 2012, 09:37
A été aimé : 1 fois

Re: Le deuil

Message par Vincent123 » 29 juin 2012, 18:51

Déjà, bravo pour ton courage, moi j'aime pas trop me confier, ensuite ton message montre que quand des gens s'énervent après toi, qu'ils t'insultent, etc.. c'est souvent qu'ils vont mal.

Ensuite, pour le deuil proprement dit, je l'ai vécu et n'ai ( evidemment ) pas de solution.
Attention, comme dit Voya, à l'addiction aux psychotropes.

As-tu essayé la religion, ça peut aider.
Après tout, qu'est-ce qu'on connaît de la réalité ? J'avais lu un truc d'un physicien américain ( Lee Smolin ) qui disait en gros que les paramètres (constantes fondamentales) de notre univers semblaient " magiquement " ajustés pour permettre notre existence. Une constante un chouia différente, et la matière s’écroule.

Donc bon, après tout, qui sait ? On voit même pas les ondes radio, et pourtant elles existent.

Bon courage en tout cas.
Je suis conscient de pas trop t'aider, mais bon

Zimou
Administrateur
Messages : 4991
Enregistré le : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 435 fois
A été aimé : 454 fois
Contact :

Re: Le deuil

Message par Zimou » 03 juil. 2012, 11:05

Déjà, mes condoléances et bon courage à toi car ce sont des épreuves vraiment difficile...
Minnie Mouse a écrit :Le psy a part me filer des anti dep c'est tout ce qui sait faire, et puis moi je suis anti tout ça, truc chimique, medoc etc... je prefère rester en phase avec cette fuckin réalité...
Je suis assez d'accord avec cette idée. j'ai aussi vécu de mauvais moment, bien que pas aussi intense que les tiens, mais tant que tu te sent capable de te guérir seul, vaux mieux éviter les médicaments qui à mon avis ne sont que des moyen de facilité qui nous affaiblissent. les medoc ne sont la que si on arrive pas à faire face seul (toutes maladies confondu). par contre, si tu n'arrive pas a t'en remettre après trop longtemps car tu n'y arrive pas seul, ce sera peut être à envisager.
Vincent123 a écrit :As-tu essayé la religion, ça peut aider.
ça aide souvent en effet, mais encore faut-il croire en quelque choses ^^
Vincent123 a écrit :Après tout, qu'est-ce qu'on connaît de la réalité ? J'avais lu un truc d'un physicien américain ( Lee Smolin ) qui disait en gros que les paramètres (constantes fondamentales) de notre univers semblaient " magiquement " ajustés pour permettre notre existence. Une constante un chouia différente, et la matière s’écroule.
le hasard peut faire des choses magiques :p sur un temps infini, il existera une infinité d'univers avec une infinité de paramètres différent et il arrivera un nombre infini de fois ou tous les paramètres seront réunis pour que l'on existe. proportionnellement, ces paramètres ne seront réunis qu'à un pourcentage très faible proche du nul, mais tout de même un nombre infini de fois ^^ et nous sommes dans un "cas" ou ces paramètres sont réunis, il y en aura une infinité d'autre.
On voit même pas les ondes radio, et pourtant elles existent.
Vincent123 a écrit :Donc bon, après tout, qui sait ? On voit même pas les ondes radio, et pourtant elles existent.
on les voient pas mais on sait les entendre et les detecter ;)

Bon courage en tout cas.
Je suis conscient de pas trop t'aider, mais bon[/quote]
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Avatar du membre
cyclodocus
Pâtissier dans une cale à Hambourg
Messages : 4213
Enregistré le : 19 sept. 2006, 09:42
Localisation : qq part ds les alpes
A aimé : 30 fois
A été aimé : 59 fois
Contact :

Re: Le deuil

Message par cyclodocus » 24 juil. 2012, 11:56

j'ai perdu le mien en même temps que toi

et vue la somme d'emm.... qu'il laisse à dépatouiller (c'est LA raison qui fait que je n'ai plus le temps de venir)
et ça va encore durer deux ans

j'aurais 100 fois préféré être à ta place et le pleurer (vus les antécédents, ça aurait été dur, mais à la rigueur) plutôt que d'avoir envie de le farcir de plomb !!

ta souffrance est affective, ça se travaille et tu t'en remettras

courage :bise:

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Le deuil

Message par Syd » 31 juil. 2012, 10:37

Pensées à ceux qui vivent un deuil en ce moment (et salut au passage à Cyclo, qu'on a toujours plaisir à revoir ;-) ).
Minnie Mouse a écrit :Il ya les fameuses étapes qui succède le deuil, (l'acceptation phase terminale) mais je pense que j'amais je n'accepterais vraiment..
L'acceptation vient assez tard, après passage des autres étapes (et parfois retours en arrière parmi ces étapes). Pour ceux qui ne connaissent pas, il s'agit des 5 étapes du deuil : http://fr.wikipedia.org/wiki/Deuil (qui existent pour tout choc ou grande difficulté d'ailleurs).

fendergirl
Aspirant
Messages : 39
Enregistré le : 26 juil. 2012, 15:57
Localisation : Lyon

Re: Le deuil

Message par fendergirl » 13 sept. 2012, 01:50

Je viens de voir le sujet, et mon message vient donc un peu à la traîne.

Je ne sais pas si ce que je vais te dire pourra t'aider, tentons toujours... Dans ces moments, ne pas se sentir seul là dedans, c'est vraiment bien.

J'ai perdu ma mère il y a 6 ans d'un cancer, c'est arrivé plus ou moins progressivement, donc pas de choc ou quoi.. Je ne suis jamais passée précisément par les étapes du deuil citées précédemment.

La seule chose que je sais, c'est que j'ai été énervée contre tout le monde pendant un bon moment comme toi... Et SURTOUT envers les gens qui tenaient à moi. Je sais pas exactement pourquoi, je devais penser un truc du genre : "Vous ne comprenez pas ce qu'il se passe, vous êtes là sans l'être vraiment car vous ne pouvez absolument pas m'aider... Pourtant c'est censé servir à ça des amis... Vous me faites chier, jveux plus vous voir, ni vous entendre. Vous ne savez pas comment vous comporter avec moi, être compatissant, avoir de la peine, de la pitié, vous êtes pas naturels, vous êtes peut être même pas hônnetes ... Je vous hais de toute manière, je veux être seule".

Voilà ça devait à peu près donner un truc du genre dans ma tête... Je me suis brouillée pendant plus d'un an avec ma meilleure amie à cause de ça, pour une connerie en rapport avec le décès de ma mère...
Mais il fallait que je fasse mon chemin, dans ma tête, pour pouvoir à nouveau aller vers les autres, les supporter, et apprécier vraiment leur présence à nouveau.

Quand je l'ai perdu, je suis tombée sur un mec qui avait perdu son père et qui m'a dit "De toute façon, tu finiras par l'oublier, tu verras".
Sur le moment, je l'ai vraiment détesté de penser ça, je ne pouvais absolument pas imaginer l'OUBLIER.

Après tout ce temps, je pense simplement qu'il n'a pas dû utiliser le bon mot en employant "OUBLIER", car on n'oublie jamais une personne de ce type, à part si on l'a pas ou très peu connue.

Ce que je peux te dire, avec mon recul, c'est que tu dois accepter toutes les émotions qui viennent en toi. Tu ne peux rien faire contre. Tu dois absolument passer par là si tu veux aller vraiment mieux un jour... Ce n'est que mon avis, mais les anti-depresseurs, je pense, ne font que retarder la cicatrisation de la blessure. C'est comme foutre un pansement jour après jour, puis le changer, arracher à nouveau la peau, et recommencer inlassablement. La cicatrisation se fait vraiment de l'intérieur. Alors à moins que tu aies des idées vraiment très très noires (ce qui fut mon cas, et je m'en suis quand même sortie sans aucun médoc), laisse toi aller dans tout ça... Sois triste, agressive, solitaire... Limite les dégâts.
Et puis petit à petit, tu comprendras. Tu réaliseras que cela ne sert à rien d'être malheureuse, de penser tout le temps à la personne partie en la regrettant, de regretter les moments passés, les moments que tu aurais pu vivre avec lui. Jpense que tout ça, n'est pas le souhait de ton père. Cette mauvaise période est souvent nécessaire, mais elle devient totalement inutile si elle se prolonge...

Je pense qu'il y a rarement un jour que je passe sans penser à elle. Pour autant, j'aime la vie, je ne déprime pas, je suis motivée et joyeuse la plupart du temps. Il m'arrive d'y repenser ardemment certains soirs et de pleurer comme si ça s'était passé il y a 2 jours. Mais ça passe. Il faut voir la vie comme elle est. On est à peu près toujours seul dans les moments vraiment très difficiles comme ça.. Et c'est peut être parce que tu réalises ça que tu envoies balader tout le monde.
Mais être seul, c'est pas un drame, c'est juste la réalité, et ça n'empêche personne d'être heureux :-)
Dorénavant, le plus souvent, je pense à elle comme quelqu'un qui m'a appris, des choses, permis d'être ce que je suis, et surtout, qui aimerai que je profite de la vie autant que possible car elle, n'a pas eu le choix alors qu'elle, aimait la vie...
Attention, je ne vis pas pour elle. Je ne me force pas à aller bien. Je vis vraiment à fond ce que je fais, j'essaye de donner un sens à tout ça, et c'est ma manière d'aller bien.

Ca ne sera peut être pas TA manière, mais à toi de la trouver :-) En tout cas, ne t'en fais pas, tu ne l'oublieras pas, mais ça sera bien moins douloureux et insupportable après ;-)

Avatar du membre
Minnie Mouse
Affable
Messages : 134
Enregistré le : 25 oct. 2011, 12:34
Localisation : Le pays imaginaire

Re: Le deuil

Message par Minnie Mouse » 20 déc. 2012, 01:04

Désolée de repondre seulement maintenant. Je tenais à vous remercier pour tout vos messages de soutien, ca me fait chaud au coeur. Pour le moment je pète toujours des cables, pas plus tard que la semaine derniere le samu etait chez moi pour m'emmener à l'hosto parce que je m'etais scarifier un peu le bras mais rien de bien mechant même si les point de suture n'aurait pas été du luxe, puis on ma envoyé consulter une psy, c'est vrai que sur le coup on evacue pas mal mais rien de plus... Donc voilà il y a des hauts et des bas. Actuellement je traverse un gros bas, mais je lutte contre cette noirceur qui envahit mon coeur peu a peu, je mets mon passagé noir de coté quand je peux (clin d'oeil a dexter) car c'est vraiment pas facile tout les jours. Et l'absence de mon père me pese de plus en plus jy pense tout le temps, hier c'etait son anniv
fendergirl a écrit :Quand je l'ai perdu, je suis tombée sur un mec qui avait perdu son père et qui m'a dit "De toute façon, tu finiras par l'oublier, tu verras".Sur le moment, je l'ai vraiment détesté de penser ça, je ne pouvais absolument pas imaginer l'OUBLIER. Après tout ce temps, je pense simplement qu'il n'a pas dû utiliser le bon mot en employant "OUBLIER", car on n'oublie jamais une personne de ce type, à part si on l'a pas ou très peu connue.
C'est vrai je n'oublierais jamais mon père

Merci encore pour vos messages
Au plaisir de vous lire :wink:
Image
.................................."Hic & Nunc"..............................

"Le merveilleux amour physique, certes, mais il y a aussi la tendresse pour réchauffer un cœur." (Marcelle Auclair)

Avatar du membre
MICK
Affilié
Messages : 292
Enregistré le : 29 janv. 2012, 08:33
Localisation : Moselle

Re: Le deuil

Message par MICK » 20 déc. 2012, 08:14

Moi j'ai perdu le mien le 24 décembre 1994, et il adorait Noël, il avait toujours un petit sapin de Noël, pour ses petits enfants. Il avait 70 ans. Mais c'est dure de perdre quelqu'un de chère à n'importe quel âge. Mais à chaque ¨veille de Noël j'ai une pensée pour lui. Bonne journée

Avatar du membre
Jarome
Membre junior
Messages : 11
Enregistré le : 13 nov. 2012, 16:35

Re: Le deuil

Message par Jarome » 20 déc. 2012, 09:28

La période de Noël est, pour ceux qui ont perdu un être chère, une période difficile où tous les souvenirs refont surface. La vie est ainsi faite, nous traverserons tous, un jour ou l'autre, des moments cruels de deuil. Le temps aide mais la douleur reste toujours enfouit au fond de nous : oublier c'est impossible.
En tout cas, je suis de tout coeur avec celles et ceux qui passent des moments difficiles actuellement. Courage. :bise:
La vie à 2 n'a pas de prix

Avatar du membre
Tyane
Assidu
Messages : 890
Enregistré le : 26 avr. 2011, 17:15
A aimé : 1 fois
A été aimé : 31 fois

Re: Le deuil

Message par Tyane » 22 déc. 2012, 03:19

Difficile de s'exprimer sur la mort sans tomber dans le pathos, sans répéter des lieux communs et de manière à soulager l'autre de sa douleur. La perte de quelqu'un de cher, comme toute douleur, nous pèse comme un corps étranger qui nous mine de l'intérieur.
Le moyen d'endiguer cette blessure morbide ? Il n'existe pas de solution miracle pour accepter la mort. Sans doute cette nécessaire et apaisante acceptation de la mort vient avec le temps. Ce qui ne revient pas à considérer la mort avec indifférence, comme le prétend une philosophie soucieuse de se placer au-delà de la sensibilité commune. C'est bien parce que l'on aime que la mort n'est pas rien pour nous, et il n'est pas souhaitable de refuser l'amour pour éviter la souffrance causé par la perte de l'aimé (aimé au sens large). Cette stratégie conduit vite à vider notre enclin à vivre, donc au désespoir.

J'ignore que dire pour te redonner goût à la vie. Dans le meilleur des cas, l'image de ton père, la vie que tu as partagé avec lui, évoluera de manière plus... constructive ? Viable ? Je veux dire que tu garderas de l'émotion, de la peine en te remémorant ce passé, mais tu pourras te dire ce qu'il aurait aimé dire ou faire dans certains moments de ta vie. Et ainsi revivre un peu la joie que tu as connu avec lui, en même temps que le regret de son absence.

Les souffrances nous forgent en même temps qu'elles menacent de nous détruire. Éprouvantes par définition, elles en sont par là riches d'enseignements, de souvenirs, d'intensité. Les douleurs n'ont pas la même force, et sans doute certaines poussent à haïr la vie plus que d'autres. Certainement.

Néanmoins, les moments sombres de l'existence ne doivent pas gagner trop vite. Laisser le temps et les autres qui nous aiment une chance de nous sauver. Laissons-nous cette chance quand nous aimons encore quelqu'un ou quelque chose qui nous attache à la vie, qui nous séduit en faveur de l'existence. Une chance d'aimer comme nous avons aimés d'autres avant nous, non pas exactement comme, car chaque relation possède quelque chose de singulier, mais un peu comme, du même sentiment de l'amour. Aimer, non pas pour remplacer, mais pour être porté du même sentiment qui t'a fait vivre des moments de bonheur. Vivre, non pas pour se résigner, mais en mémoire d'un amour et pour aimer.
Que la vie, même entachée de blessures, vaut la peine d'être vécue quand elle laisse supposer une voie de sortie ou au moins des instants agréables. Ne pas s'interdire de retrouver des instants de légèreté, en dépit de la mort, voilà ce qui est plus facile à écrire qu'à vivre. Mais ce serait dommage que des souvenirs ne subsistent que pour empoisonner le présent, que l'absence signifie manque vital. Les morts doivent nous apparaître comme des fantômes : ni consistants, ni totalement absents, images insaisissables qui nous hantent et nous accompagnent. Aimer la vie aide à transformer les fantômes de nos proches en alliés, alliés toujours trop lointain, sans doute un peu illusoires, mais néanmoins substantiels. L'amour aide à affronter les souffrances qu'il provoque, désolé pour cette niaiserie et ce lieu commun, il détient cependant à mon avis une grande part de vérité.

Avatar du membre
ardnas
Adepte
Messages : 224
Enregistré le : 30 janv. 2014, 10:39
A aimé : 3 fois
A été aimé : 11 fois

Re: Le deuil

Message par ardnas » 03 mars 2014, 23:29

Ma mère a quitté ce monde en 2003 de façon extrêmement violente et brutale... le deuil en est impossible pour moi.

Avatar du membre
melleA
Adepte
Messages : 231
Enregistré le : 16 févr. 2014, 21:51
Localisation : Picardie
A aimé : 6 fois
A été aimé : 14 fois

Re: Le deuil

Message par melleA » 04 mars 2014, 20:47

J'ai perdu ma tante le 22 décembre elle a subi une opération qui devait bien se dérouler (comme l'année précédente), malheureusement ça a été tout le contraire, alors les fêtes de fin d'années ont été très difficile à vivre!
ça fera 3 mois le 22mars! Le premier mois, tous les soirs je ne faisait que pleurer. Je ne voulait pas y croire et pourtant c'est en allant au funérarium que l'on se rend compte que cela est bien vrai. Jamais cela n'aurait du arrivé c'est tellement injuste j'en ais encore les larmes aux yeux, c'était une femme merveilleuse qui avait le cœur sur la main elle laisse derrière elle ses 5 enfants âgés de 25 à 11ans.
J'admire ma cousine qui a mon âge et qui a pris la charge de ses deux petites sœurs en plus de ses enfants.
C'est tellement injuste, c'est trop dur ça n'aurait jamais du arriver.
Une phrase qui restera à jamais graver dans ma mémoire, celle de ma cousine en pleure qui me dit:
"Promets moi de profiter de ta mère, profites en à fond" :'(

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités