connaissez vous des schizophrènes ?

Installez-vous confortablement et venez nous raconter toutes vos histoires extraordinaires, même si elles n'ont rien à voir avec l'asexualité.
Dékyi Gyamtso
Membre junior
Messages : 13
Enregistré le : 01 juil. 2011, 23:31

Re: connaissez vous des schizophrènes ?

Message par Dékyi Gyamtso » 19 août 2011, 02:04

Dékyi Gyamtso a écrit :oui t'as raison...
ça serait compréhensible pour des psychanalystes formé à Lacan ou Jung...

suprenante histoire d'avoir fait... sans faire exprès une psychanalyse, mais... non pas avec les mots, mais des transferts d'émotions par le corps.
le diagnostic est maintenant sans appel...

lui avait une névrose hystérique, moi une névrose abandonnique nous avons fusionnés, et fait une magnifique hystérie..

j'ai pleuré ma vie dans ses bras, puis quand ce fut son tour, je lui massais le nombril (sa zone d'angoisse) en pensant... à son père...
je fut donc après avoir été son enfant... "le père".

tout, absolument tout est déterminé jusqu'à la façon de nous séparer...
le scénario était écrit d'avance dans l'évolution d'une hystérie en psychanalyse..

skonzette
Membre
Messages : 23
Enregistré le : 24 nov. 2011, 21:23

Re: connaissez vous des schizophrènes ?

Message par skonzette » 28 déc. 2011, 18:58

oui ... enfin je suis pas sure... en fait je connais tres bien une personne (mariee 8 ans) qui présente des "troubles schizoides" concrètement il est à la limite de la psychose mais n'est pas délirant. même s'il a des hallu assez déroutantes et désagréables il arrive a peu près a voir que c'est faux (parfois plus rapidement que d'autres) ces hallus sont essentiellement tactiles et au niveau de l'odorat
sinon il souffre également de T.O.C. qui sont essentiellement des vérifications (1h pour faire un chèque...) le lavage de mains (mini 1/2h si personne ne touche à rien chez lui) et mentaux. ces derniers se manifestent par une position figée et un regard fixe pendant un temps indéfini durant lequel il ne faut pas lui parler sinon il doit tout refaire

enfin il regle ça avec son psy car c'est une source de dispute trop grande (une des causes de notre séparation)

sinon les préjugés sur les schizophrenes comme quoi ils seraient dangeureux c'est du délire (le pourcentage de personnes ayant commis des crimes ou actes de violence est beaucoup plus faible chez les schizophrènes que dans la population dite "normale".
le plus dur est qu'ils acceptent de se soigner car ils n'ont pas conscience d'être malade
mais un schizophrène stabilisé peu prétendre à pouvoir s'inserer dans la société (est ce vraiment mieux quand je vois ce qui s'y passe...) en tout cas ils arrivent à moins souffrir car ne perdons pas de vue que c'est une maladie gênante pour l'entourage d'accord mais surtout pour l'interressé lui même.

Avatar du membre
théralène
Affilié
Messages : 252
Enregistré le : 29 nov. 2011, 19:44

Re: connaissez vous des schizophrènes ?

Message par théralène » 28 déc. 2011, 20:09

Personnellement j'ai croisé et discuté avec beaucoup de schizophrènes, ayant fait plusieurs stages en psychiatrie et voulant d'ailleurs devenir psychiatre.
J'ai aussi une amie schizophrène qui m'a peut-être permis de comprendre la maladie et ses difficultés bien plus que mes stages et bouquins.
skonzette a écrit :mais un schizophrène stabilisé peu prétendre à pouvoir s'inserer dans la société (est ce vraiment mieux quand je vois ce qui s'y passe...) en tout cas ils arrivent à moins souffrir car ne perdons pas de vue que c'est une maladie gênante pour l'entourage d'accord mais surtout pour l'interressé lui même.
Je suis bien d'accord avec toi, c'est extrêmement anxiogène et c'est bien évidemment la personne elle même qui en souffre le plus...
Après il faut qu'elle soit bien entourée (famille etc...), et que son entourage l'incite à prendre son traitement, parce que ce n'est malheureusement que comme ça qu'il est possible de s'en sortir à peu près, et lorsque l'on n'a pas conscience de sa maladie, ce qui est le cas des schizophrènes, c'est vraiment difficile d'accepter de prendre son traitement... Sinon il existe aussi des neuroleptiques injectables, qui permettent au patient d'être tranquille avec une injection tous les 15 jours à peu près, mais ça reste quand même en dernière intention.
Aède a écrit :Il faut savoir que lorsque l'on a une prédisposition à la schizophrénie, par exemple si l'on présente une personnalité particulière (par exemple schizoïde) sans qu'elle soit pour autant pathologique, prendre de la drogue conduit presque certainement à la maladie. Malheureusement, les promoteurs du "un petit peu de cannabis entre amis, cela ne fait pas de mal" semblent ne pas le savoir ....
Oui mais en fait, il est probable que ces personnes prédisposés développent la maladie quand même sans cannabis, mais plus tard. Seulement les conséquences peuvent être beaucoup plus graves lorsque la maladie se déclare à 17 ans, qu'à 26 par exemple, notamment au niveau social ou professionnel. Donc il vaut mieux éviter le cannabis lorsque l'on est prédisposé. Et puis le cannabis aggrave aussi une schizophrénie déjà présente.
Ambre a écrit :e diagnostic se fait donc sur un suivit médical d'un ENSEMBLE de troubles, le syndrome dissociatif (rupture de la cohesion mentale) et le delire paranoïde ( et non paranoïaque).
et le repli autistique aussi, mais les trois éléments ne sont pas obligatoires pour poser le diagnostic. Il y a plusieurs types de schizophrénies. La plus connue et la plus fréquente est la schizophrénie paranoïde, avec le délire paranoïde dominant et un syndrome dissociatif, paradoxalement, elle a un meilleur pronostic, que les autres schizophrénies, car plus sensible aux neuroleptiques.
L'évolution se fait alors vers un délire "enkysté", grâce au traitement.
Par contre la schizophrénie hébéphrénique avec un syndrome dissociatif prédominant, un délire pauvre mais un syndrome déficitaire intense, est plus grave.
Il y a aussi la schizophrénie catatonique, avec un syndrome dissociatif prédominant, mais au niveau psychomoteur, c'est à dire en gros que le malade sera dans un état de stupeur et mutique. En cas d'échec des neuroleptiques, on peut utiliser la sismothérapie.

D'autres types de schizophrénie se rapprochent d'autres pathologies psychiatriques, comme la schizophrénie héboïdophrénique (pseudo-psychopatique) ou pseudo-névrotique (bon je ne me lance pas dans des définitions sauf si ça intéresse quelqu'un car vous devez sûrement être en train de vous endormir sur mon post^^)

En fait pour faire le diagnostic il y a toujours les 5 critères du DSM-IV, mais bon la réalité est bien souvent différente de la théorie, et c'est vrai que c'est beaucoup plus compliqué quand on est devant un patient de poser un diagnostic que quand on lit un livre... D'ailleurs deux psychiatres peuvent facilement ne pas être d'accord eux-mêmes pour un patient.

Pour ceux que les critères diagnostics intéresseraient malgré tout, les voici (même si ça fait un peu catalogue):

A 2 ou plusieurs des manifestations suivantes pendant au moins un ou deux mois:
-Idées délirantes
-Hallucinations
-Discours désorganisé
-Comportement catatonique ou désorganisé
-Symptômes négatifs (tout ce qui concerne le repli autistique en fait)

B Dysfonctionnement social ou des activités

C Des critères permanents de la perturbation persistent au moins 6 mois dont un symptôtme du critère A

D Exclusion d'un trouble schizo-affectif, et d'un trouble de l'humeur
(Bien que certains placent les troubles schizo-affectifs dans la définition de la schizophrénie)

E Exclusion d'une affection: médicale générale ou due à une substance
"L'amour, quand il n'est qu'amour, est parfait : un geste, un silence, un mot, lancé comme un don, comme une espérance." Gagnand

"Parler est un besoin, écouter est un art." Goethe

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité