Article; QUAND LES HOMMES SE DEROBENT

Installez-vous confortablement et venez nous raconter toutes vos histoires extraordinaires, même si elles n'ont rien à voir avec l'asexualité.
Répondre
Avatar du membre
Gianni
Floodeur intermittent
Messages : 3875
Enregistré le : 31 juil. 2005, 19:41
Localisation : Viña Del Mar
A aimé : 0
A été aimé : 3 fois
Contact :

Article; QUAND LES HOMMES SE DEROBENT

Message par Gianni »

Petit article que l'on m'a envoyé.

Il ne parle pas des A...; Grave erreur, mais, d'un autre côté, il est agréable de voir que le sexe n'est pas aussi présent que l'on veut bien nous le faire croire !
Mais qu'arrive-t-il à nos amoureux ? Voilà que, de plus en plus souvent, ils préfèrent la chaste tendresse aux ébats torrides Doit-on y voir une inquiétante crise de la virilité, ou une nouvelle répartition des rôles hommes-femmes ?,

« AVOUEZ QUE CELA FAIT TOUT DROLE : vous vous retrouvez au lit après un début de soirée tout ten-dre et voilà que votre flirt éteint la lumière, vous fait un petit bisou, et se retourne pour s'endormir ! » Sandrine ne s'en remet pas. A 37 ans, elle est un petit peu au courant que l'homme n'est pas une espèce érectile agissant sur commande, mais elle ne comprend pas pourquoi il n'a brusquement plus envie d'elle. « C'est vexant, mais je m'aperçois que ça arrive aussi aux autres », précise-t-elle. Effectivement, Justine, 23 ans, n'a « que des copines très jolies qui laissent les types de mar-bre au lit ». Chez les trentenaires, on collectionne les anecdotes de filles tombées sur des « types fleur bleue »qui se dégonflent au bouquet final. Chez les quadragénaires, on compte autant de cas d'abstinence inexplica-bles. Une ambiance « panne » plane-rait-elle du côté des mâles ?

Bien sûr, les hommes ont le droit de ne pas avoir envie, ou tout simple-ment d'être crevés. Mais, à la lumière de nombreux témoignages féminins, il semble qu'ils soient déstabilisés par une demande nouvelle: celle des fem-mes qui assument leur envie de faire l'amour ! Ceux qui se confient sur le sujet avouent ne pas se sentir à l'aise avec « les femmes d'aujourd'hui » : « Elles font un peu peur, confie Antoine, 42 ans. Moi, j'ai été en couple pendant douze ans et je me retrouve dans un monde totalement nouveau. Les filles n'ont pas honte de dire qu'el-les ont envie, ou de le montrer, et ça, j'avoue que ça me paralyse. » 0r là où les femmes « paralysées » - du moins peu excitées - ont encore la possibilité de simuler, pour les hommes, pas de triche possible ! « Dans une relation homme-femme, la femme se donne, mais l'homme est confronté à une dou-ble difficulté, explique la psychana-lyste Catherine Bensaid, coauteur de "Qui aime quand je t'aime ?" (éd. Albin Michel). C'est lui qui est actif dans la relation, mais il a aussi besoin de se donner, d'être sujet: il ne faut pas considérer le sexe comme un objet de consommation, c'est cela qui refroidit. » Les femmes auraient-elles tendance à l'oublier ? L’abstinence des hommes semble aujourd'hui faire appel à la patience, pour retrouver confiance en des relations toutes nou-velles où les filles pratiquent même l'amour anti-couple... une révolution!

« ON DIRAIT QUE CA GLACE LES GARÇONS, LA LÈGÉRETÉ, lance cette fois Justine. Il y en a même un qui a dit à l'une de mes amies qu'il ne voulait pas être son objet sexuel. C'est le monde à l'envers : on ne veut justement pas leur mettre la pression avec des histoires de couple, et ça les stresse encore plus ! » C'est effec-tivement le « monde à l'envers », selon le romancier et philosophe Vincent Cespedes, auteur de « Mélangeons--nous » (éd. Maren Sell), qui met tout sur le compte de l'émancipation fémi-nine : « On est en train de vivre une vraie révolution masculine, car les femmes ont énormément évolué. Nous devons complètement changer avec elles. Aujourd'hui, il faut se lancer, accepter de jouer le jeu sans être le macho d'autrefois. Ou alors, si l'on est macho, ce doit être un rôle qui fait plai-sir à la femme, pas une mécanique absurde où l'homme se rassure. Tout est à redéfinir. » Et le coup de la panne dans tout ça ? Une maudite consé-quence de l'émancipation féminine ? « D'une certaine façon, oui. C'est très difficile de sortir de deux mille ans de carcan. De nos jours, tout est permis, ou presque, entre les hommes et les femmes : on n'est plus cantonné au couple, on est entré dans l'ère du jeu, tous les types de relations existent. On dit beaucoup, en ce moment, que les hommes se féminisent. C'est plutôt qu'ils s'humanisent et qu'ils doivent redéfinir leur masculinité en ce sens.


L'homme comprend qu'il peut être viril en étant sensible, et c'est un immense bouleversement. Le fait que les hommes aient parfois moins envie de faire l'amour est donc un symp-tôme de la révolution actuelle : ils se cherchent, doivent trouver une nou-velle façon de jouer. »

Selon le psychanalyste Samuel Lepastier, la nouveauté n'est pas que les hommes ont moins de désir qu'avant, mais qu'ils sont mis au pied du mur. « Avant, les maris choi-sissaient le moment de faire l'amour, rappelle-t-il. Il y avait une sorte de fuite socialement tolérée : lorsqu'ils n'avaient pas envie d'accomplir leur devoir conjugal, ils traînaient au bis-trot ou travaillaient tard. Une telle attitude ne trompe plus personne aujourd'hui, on est donc enfin obligé d'ouvrir les yeux sur le problème. »Ces pannes inquiètent aussi les hom-mes, et de nombreux trentenaires en pleine santé se précipitent chez le médecin pour demander du Viagra.

Souvent, ils doivent faire l'amour sur commande, dans l'espoir de concevoir un enfant, par exemple. Dans ce type de contexte tue-l'amour, nous les aidons avec des médicaments, mais cela ne résout rien fondamentalement. »

TOUT CA Â CAUSE DE LA REVOLUTIÔN SEXUELLE, suggère Samuel Lepastier : « Les mouvements de libération des mœurs des années 70 n'ont pas apporté ce que les gens espé-raient, alors c'est le repli. » Il faut dire que, depuis vingt ans, l'ambiance n'est pas délirante, question « galipettes sous la couette ». Le sida a rendu mor-telle la moindre relation non protégée. Le porno, de plus en plus accessible, a donné de fausses idées aux adolescents des années 90. Le Viagra est parfois considéré comme une pilule miracle

« On dit beaucoup que les hommes se féminisent. C’est plutôt qu'ils s’humanisent. » (Vincent Cespedes)

« On est très souvent amené à en prescrire à des patients qui n'ont pas de problème physique, témoigne un médecin généraliste, mais bien plutôt psychologique : ils ne supportent pas la pression au sein de leur couple.

pour échapper à la lourdeur des rela-tions... en vain. Mais, ce qui rend fou dans ce nouveau désordre amoureux et sexuel, c'est le mirage de la femme et de l'homme idéals que font miroiter des sites de rencontres sur Internet.

« MEETIC, C'EST PRATIQUE POUR LES HISTOIRES DE CUL. Quand il n'y a pas d'enjeu sentimental des deux côtés, ça marche. Mais on fait aussi de très jolies rencontres sur Internet et, là, ça se complique au lit ! », témoigne ainsi Sandrine, avant de se désoler : « Dès que c'est sérieux, qu'on a beaucoup échangé pour se connaître, c'est classique, les types, refusent de coucher. C'est étrange, on dirait qu'ils n'assument pas d'en être arrivés là », conclut-elle, songeuse. Comme s'ils en avaient trop dit lors des échanges virtuels, ces messieurs ne veulent plus rien confier de leur intimité lorsque la rencontre se maté-rialise. « L'écran est ce qu'il y a de plus frustrant et de plus angoissant, car, lorsque la personne de l'autre côté devient réelle, cela génère une décep-tion. Toutes ces possibilités de rencon-tres assistées sur ordinateur entraînent même parfois la recherche infernale d'un être idéal », analyse Samuel Lepastier. La panne viendrait aussi de là ? De ces rapports trop compliqués ? « Comme on peut poursuivre plu-sieurs relations en même temps, le fait de conclure avec une femme peut signifier pour l'homme qu'il va arrêter toutes les autres relations avec des femmes potentiellement idéales. La plupart des couples qui tiennent au--delà de l'échange de mails sont formés de personnes qui ont décidé de se concentrer sur une seule relation. Sinon, le champ des possibilités est générateur d'une bien trop grande angoisse. »

TOUT SEMBLE POSSIBLE AUJOURD'HUI, et c'est peut-être justement cela qui glace les garçons, et leur fait dire, à leur tour : « Non, ché-rie, pas ce soir. » « Certains hommes refusent de coucher la première fois, comme des midinettes », explique Jus-tine. « Les hommes refusent d'être un coup d’un soir. Au-delà de deux êtres sexués dans une relation, il y a deux êtres humains, et l'important, c'est de se donner mutuellement, de s'enten-dre », conclut Catherine Bensaid. Si certains hommes ont peur de quelque chose, c'est sans doute d'être des hom-mes objets. Et ils ont bien raison : on n'en voudrait pas!

Clarisse Verrier, 18 SEPTEMBRE
Le sexe, c'est la rencontre de deux corps. Le bonheur, c'est la rencontre de deux personnes. [Hervé Desbois]
Notre ville: http://asexuellecity.miniville.fr/env

Avatar du membre
aharis
Avenator
Messages : 1673
Enregistré le : 08 févr. 2007, 00:09
A aimé : 0
A été aimé : 0
Contact :

Message par aharis »

Dans quoi a paru cet "article" ?

Franchement, pour moi, le seul phénomène nouveau, c'est que les préjugés ne suffisent plus aux femmes lorsqu'elles cherchent à comprendre les hommes... Image
(comme l'image du mâle viril présenté au départ est une caricature, alors forcément l'homme moderne est différent :roll: )

Avatar du membre
galaad
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2368
Enregistré le : 21 nov. 2006, 22:03
Localisation : Saumur
A aimé : 1 fois
A été aimé : 9 fois

Message par galaad »

c'est l'humanisation du barbare

Du gros mâle viril et toujours près à tout, on passe au tendre et frèle presque androgyne :D
Méfiez vous des seraphins, leur fureur peut être destructrice, si vous croisez l'un d'entre eux, il pourra vous sauver la vie ou vous tuer d'un revert de main...

"on ne peut guère vivre sans amour, mais on peut vivre sans sexe"

Image

Avatar du membre
Jullianna
Aborigène
Messages : 4000
Enregistré le : 27 mai 2005, 21:02
Localisation : Pays de la Loire
A aimé : 48 fois
A été aimé : 37 fois

Message par Jullianna »

en tout cas, peut-être que pour certaines, c'est un juste retour des choses et qu'elles s'en donnent à coeur joie ... mais leurs réactions de femmes libérées ne sont pas tendres, non plus ... :!: vis à vis de la gente masculine :?

de toute façon , tant que les uns et les autres (qui sait surtout les femmes .. enfin sans doute aussi un cliché) seront abreuvés d'articles et de témoignages sur le sexe dans bien des magazines ... donc plus ou moins réducteurs à la "consommation" ... personne n'y trouvera son compte :!:

Tiens, il faudrait que je m'amuse :? :roll: à recenser sur un ou deux mois tous les titres racoleurs, aguicheurs des magazines ... ça vaut le coup ! oh pardon ... :oops: :lol: :lol:

Avatar du membre
Akany
Affable
Messages : 125
Enregistré le : 04 nov. 2007, 18:01
A aimé : 0
A été aimé : 0

Message par Akany »

galaad a écrit :c'est l'humanisation du barbare

Du gros mâle viril et toujours près à tout, on passe au tendre et frèle presque androgyne :D
+1 ! Je trouve un androgyne beaucoup plus attrayant qu'un homme des vavernes ! :lol:

Avatar du membre
Gianni
Floodeur intermittent
Messages : 3875
Enregistré le : 31 juil. 2005, 19:41
Localisation : Viña Del Mar
A aimé : 0
A été aimé : 3 fois
Contact :

Message par Gianni »

Akany a écrit : +1 ! Je trouve un androgyne beaucoup plus attrayant qu'un homme des vavernes ! :lol:
:bise:

Avatar du membre
Gianni
Floodeur intermittent
Messages : 3875
Enregistré le : 31 juil. 2005, 19:41
Localisation : Viña Del Mar
A aimé : 0
A été aimé : 3 fois
Contact :

Message par Gianni »

aharis a écrit :Dans quoi a paru cet "article" ?
je ne sais pas, et je n'ai peut-être pas gardé l'article, une fois scanné...
Gianni a écrit :
Akany a écrit : +1 ! Je trouve un androgyne beaucoup plus attrayant qu'un homme des vavernes ! :lol:
:bise:
Le sexe, c'est la rencontre de deux corps. Le bonheur, c'est la rencontre de deux personnes. [Hervé Desbois]
Notre ville: http://asexuellecity.miniville.fr/env

Avatar du membre
cyclodocus
Pâtissier dans une cale à Hambourg
Messages : 4224
Enregistré le : 19 sept. 2006, 09:42
Localisation : qq part ds les alpes
A aimé : 31 fois
A été aimé : 63 fois
Contact :

Message par cyclodocus »

Akany a écrit :[
Du gros mâle viril et toujours près à tout, on passe au tendre et frèle presque androgyne :D
le mâle peut être viril et tendre
ce qui compte, c'est ce qu'il y a dans la boîte disait une vieille pub :D

Avatar du membre
galaad
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2368
Enregistré le : 21 nov. 2006, 22:03
Localisation : Saumur
A aimé : 1 fois
A été aimé : 9 fois

Message par galaad »

cyclo, regarde bien qui tu cite :?

de plus je prenais des stéréotype, la plupart des barbares sont plus tendres que les romains...
Méfiez vous des seraphins, leur fureur peut être destructrice, si vous croisez l'un d'entre eux, il pourra vous sauver la vie ou vous tuer d'un revert de main...

"on ne peut guère vivre sans amour, mais on peut vivre sans sexe"

Image

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A aimé : 0
A été aimé : 4 fois
Contact :

Message par Syd »

Galaad vient de regarder la série "Rome"... :o

Avatar du membre
galaad
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2368
Enregistré le : 21 nov. 2006, 22:03
Localisation : Saumur
A aimé : 1 fois
A été aimé : 9 fois

Message par galaad »

j'ai surtout regardé mon cd-rom... :D
Méfiez vous des seraphins, leur fureur peut être destructrice, si vous croisez l'un d'entre eux, il pourra vous sauver la vie ou vous tuer d'un revert de main...

"on ne peut guère vivre sans amour, mais on peut vivre sans sexe"

Image

Répondre