Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Installez-vous confortablement et venez nous raconter toutes vos histoires extraordinaires, même si elles n'ont rien à voir avec l'asexualité.

Avez vous deja fait une psychothérapie ? Oui ? Non ?

Oui - j'en ai deja fait !
22
56%
Non - j'en ai jamais fait !
17
44%
 
Nombre total de votes : 39

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Re: Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Message par melancolie » 02 déc. 2009, 03:12

Je travaille tous les jours avec des psys et je peux vous dire que comme dans chaque corps de metier il y en a de très humains et vraiment aidant.
Mais c'est comme pour toute rencontre, il faut quelquefois perseverer avant de trouver la personne avec qui le courant passe bien et savoir lacher prise sur ses symptomes de mal être.
Mon premier psy, il y a 10 ans etait adorable, celle que j'ai actuellement idem mais entre les deux je suis tombée sur des connards.
Il ne aut pas oublier que les medecins ont une obligation de moyen et non de resultat.
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
galaad
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2368
Enregistré le : 21 nov. 2006, 22:03
Localisation : Saumur
A aimé : 1 fois
A été aimé : 9 fois

Re: Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Message par galaad » 02 déc. 2009, 08:15

Les psychologues et les psychanalystes ne sont pas médecins, contrairement aux psychiatres, donc l'ogligation de moyen, on lui dit adieu...
Méfiez vous des seraphins, leur fureur peut être destructrice, si vous croisez l'un d'entre eux, il pourra vous sauver la vie ou vous tuer d'un revert de main...

"on ne peut guère vivre sans amour, mais on peut vivre sans sexe"

Image

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Re: Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Message par melancolie » 02 déc. 2009, 08:37

galaad a écrit :Les psychologues et les psychanalystes ne sont pas médecins, contrairement aux psychiatres, donc l'ogligation de moyen, on lui dit adieu...
Exact, je pensais aux psychiatres, j'ai jamais accroché en therapie avec des psychologues perso bien que je sache qu'il en existe des biens (parmi mes collègues).
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

sohom
Aspirant
Messages : 41
Enregistré le : 25 nov. 2009, 20:22

Re: Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Message par sohom » 02 déc. 2009, 16:06

Je fais une thérapie individuelle d'inspiration analytique lacanienne depuis 2 ans.

Tout d'abord, cela m'aide beaucoup, je me sens progresser énormément depuis le début de ce travail. Mon histoire m'apparait plus claire, je comprends mieux et suis plus à même de mieux orienter mon présent. J'ai également résolu un problème bien concret lié à l'angoisse.
Pourquoi l'avoir commencée ?
Tout d'abord parce que j'ai vécu, par le passé, des événements qui ne sont pas anodins et qui me marquent encore. Parce que ces événements ont induit chez moi un malaise persistant (qui tend à s'atténuer), plus qu'un malaise je dirais, comme je dis avec ma psy, une "petite particularité" de l'esprit, qui n'est pas une maladie, qui n'est pas un trouble, mais qui est... propre à moi. Cette particularité, invisible et dont moi seul est conscient, je dois la gérer au quotidien.
Actuellement, je me sens bien (lorsque j'ai commencé la thérapie aussi). Mais je voudrais que cela continue. J'ai été longtemps fragilisé par les événements que je cite plus haut, et il me faut me "solidifier" psychiquement. Je ne veux plus m'écrouler comme cela m'est déjà arrivé.
Cette thérapie est donc
- un moyen de comprendre les tenants et aboutissants de mon histoire réelle et psychique passée et présente, et par là, de l'assimiler, de l'accepter ;
- un moyen de m'assurer une stabilité psychique suffisante que pour voir venir le futur de manière apaisée.

Voilà en ce qui me concerne. Par rapport à ce qui a été dit et par rapport à un avis fréquemment émis :
Je pense (c'est une opinion, pardon si je fais froncer des sourcils) qu'au-delà du "feeling" nécessaire entre le patient et le psy comme entre tous individus voulant entamer des relations à long terme, et qui peut être la cause d'un arrêt, souvent précoce, de la thérapie, au-delà de ce feeling, je pense que beaucoup arrêtent la thérapie par crainte (plus ou moins consciente) des capacités révélatrices de celle-ci.
Depuis 2 ans, j'ai appris beaucoup de choses sur moi. Il y a sans doute des choses que j'aurais préféré ne pas savoir ; ça n'a pas toujours été facile car certains thèmes sont lourds à aborder. Je pense que c'est cette difficulté de pénétration de son propre psychisme qui fait reculer beaucoup. Parce qu'on n'est pas mentalement prêt à l'épreuve, ou parce qu'on se méprend sur la fonction de la thérapie qui, bien plus qu'un lieu de parole, de "racontage de vie", est un lieu de travail, d'accouchement, un lieu où l'on transforme un matériau (un évéménent, une pensée ancrée) en autre chose de meilleur. Par meilleur, j'entends meilleur pour soi, "qui rend plus heureux".

Je pense que certaines personnes n'ont pas besoin de thérapie, parce que ça ne leur est pas adapté. Je pense à un esprit trop pragmatique par exemple. La thérapie, après tout, se fonde sur des mots, et sur des choses finalement peu préhensibles.
Je pense qu'il faut beaucoup de volonté et certaines capacités (une sorte particulière "d'intelligence" tournée sur soi-même) pour avancer en thérapie.

Par rapport aux psys et à leurs méthodes, il est certain que le silence des psys (de certains psys !) analytiques peut faire peur, peut dégoûter, et d'ailleurs je ne sais pas vraiment pourquoi il apparaît, d'après témoignages, si systématique chez certains d'entre eux, dès les premières séances. Mais je sais que ce silence est une base du travail. C'est le patient qui propose les mots, la matière, et c'est sur cette matière que le psy analytique intervient. En théorie, il ne peut pas "forcer", influencer le contenu de cette matière. Donc, pour beaucoup, ils ne peuvent proposer que des thèmes de discours ("parlez-moi de votre père"), voire aucun thème pour laisser le choix total au patient. Ce qui amène un silence premier parfois intimidant. On se dit alors qu'on a affaire à un branleur incompétent, et pourtant... je pense que, même si je trouve que ça peut être exagéré (ainsi ne pas donner d'explications préliminaires), c'est légitime. Ce sont les pistes proposées par le psy à partir du discours du patient, ou même les pistes que le patient va dégager lui-même dans le cours de son propre discours (c'est là que je parle "d'intelligence", de capacité à découvrir ces pistes), qui vont faire avancer le travail psychanalytique.

Je dis plus haut que la base du travail est les mots du patient : le psy est très attentif aux mots employés, qu'il considère comme jamais "innocents". Au contraire, révélateurs. Plusieurs fois, ma thérapeute m'a fait remarquer que j'avais utilisé une même formulation, un même mot pour parler d'un autre sujet et, au final, ces observations qui pouvaient paraitre trop simples étaient pertinentes.

Il y a sans doute des charlatans, ou des incompétents, parmi les psys. Pourtant, un psy diplômé a fait au minimum 5 ans d'études, plus de 7 ans pour les chiatres... Ils se sont engagés dans cette voie, on ne peut pas leur reprocher de la légèreté dans leur vocation. Une chose que j'ai demandé à tous les psys que j'ai vu dès la première séance étant : quelle est votre formation ?
Je pense qu'un manque de feeling peut apparaitre dans la ou les premières séances, ça m'est arrivé quelques fois et j'ai arrêté là. Mais le "manque de feeling" peut être aussi "une sorte d'excuse" plutôt inconsciente de la part du patient pour ne pas s'engager plus loin. Et c'est compréhensible, une thérapie ça peut faire peur, ça a été mon cas. Ou alors, la volonté d'aller vite aux résultats, le désir d'avoir des réponses de la part du psy. Malheureusement, ça n'arrivera pas... Je pense que dans la quête de résultats rapides, et face à des symptomes gênants, les médicaments peuvent être plus efficaces.

Ou les thérapies cognitives comportementales... mais cela, je n'en dis rien : je ne les connais pas et elles ont d'autres buts.



Oulah c'était long... enfin vous avez mon avis^^

Avatar du membre
Aliénor
Ascendant
Messages : 901
Enregistré le : 05 avr. 2009, 18:15
Localisation : A côté de la plaque

Re: Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Message par Aliénor » 02 déc. 2009, 16:47

J'ai trouvé ton commentaire vraiment intéressant sohom.
Je me reconnais pas mal dans ton passé, avec ces petits malaises qui persistent (et qui ont entre autres façonné mon rapport aux autres), qui vus de l'extérieur peuvent paraître insignifiants, mais qui m'ont beaucoup marqués, malgré les années qui passent.
J'ai fait une introspection de plus de 2 ans, et même si je l'ai faite toute seule, j'ai appris beaucoup de choses sur moi. Cela prend du temps et ça peut faire mal, d'accepter de se voir objectivement (du moins au mieux), d'accepter ses peurs et ses défauts, mais oui, comment s'améliorer (se rendre plus heureux et plus conforme à ce que l'on veut être) si on ne se connaît pas? Je pense que prendre le temps et faire l'effort de se tourner vers soi même est nécessaire.
sohom a écrit :Cette thérapie est donc
- un moyen de comprendre les tenants et aboutissants de mon histoire réelle et psychique passée et présente, et par là, de l'assimiler, de l'accepter ;
- un moyen de m'assurer une stabilité psychique suffisante que pour voir venir le futur de manière apaisée.
Je pense avoir "réussi" plus ou moins la première "partie", oui, mais pour ce qui est de la seconde, j'y aspire franchement, mais ça se fait tout doucement... une stabilité psychique et émotionnelle... Il y a plus de hauts que de bas désormais, mais je préfèrerais quand même un peu plus de stabilité :)
La Vérité a la dureté du diamant et la tendresse de la jeune fleur (Gandhi)

It is not birth, marriage or death, but gastrulation, which is truly the most important time in your life (Lewis Wolpert)

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Message par Syd » 03 déc. 2009, 17:23

sohom a écrit :je pense que beaucoup arrêtent la thérapie par crainte (plus ou moins consciente) des capacités révélatrices de celle-ci.
Cela ne me surprendrait pas. J'ai l'exemple d'un proche qui pensait qu'on lui avait fait du mal et qui a cessé son analyse quand il a commencé à apparaître que ce n'était pas tout à fait vrai et que lui-même avait des choses à se reprocher. Ce qui ressortait ne correspondait plus à l'image mentale qu'il s'était faite de lui-même et dont il ne voulait pas se débarrasser finalement. Mais dans ces conditions, pourquoi commencer une psychanalyse ?

Avatar du membre
Apathy-is-a-cold-body
Adepte
Messages : 190
Enregistré le : 24 nov. 2009, 19:53

Re: Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Message par Apathy-is-a-cold-body » 03 déc. 2009, 22:16

Parce que la plupart des gens ne peuvent vivre et s'épanouir que grâce aux illusions dont ils sont souvent eux-même l'auteur. Et ces illusions font à ce point partie de leur quotidien que jamais ils ne penseraient les avoir générées eux-mêmes.

On est responsable de beaucoup plus de choses que ce qu'on veut bien croire.

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Re: Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Message par melancolie » 04 déc. 2009, 04:56

sohom a écrit :Je fais une thérapie individuelle d'inspiration analytique lacanienne depuis 2 ans.

.
Cette thérapie est donc
- un moyen de comprendre les tenants et aboutissants de mon histoire réelle et psychique passée et présente, et par là, de l'assimiler, de l'accepter ;
- un moyen de m'assurer une stabilité psychique suffisante que pour voir venir le futur de manière apaisée.


Ou les thérapies cognitives comportementales... mais cela, je n'en dis rien : je ne les connais pas et elles ont d'autres buts.
Commentaire extrèmement interessant, il faut en effet beaucoup de courage pour entreprendre et aller au bout d'une therapie.
J'ai travaillé professionnellement avec des lacaniens et c'est vrai que ses méthodes etaient controversées (garder le patient 1 minute quand il n'a rien à dire par ex, c'est shematisé mais bon...) et dans cette therapie plus que les autres il faut savoir gérer le silence et la frustration qui ramenent à des parties de soi archaiques.
Il est vrai qu'un déni des problèmes, une incapacité à evoluer peuvent faire fuir certains patients qui cataloguent vite les "psys"

Pour ma part j'ai suivi à 26 ans deux années de psychotherapie freudienne qui m'ont vraiment aidées à digerer une histoire passée difficile et à avoir quelques bases pour me reonstruire.
Je pense que j'ai avancé dans " comprendre les tenants et aboutissants de mon histoire réelle et psychique passée et présente, et par là, de l'assimiler, de l'accepter".
Mais voilà la therapie devrait durer toute une vie ; j'ai vécu des éléments extremement traumatiques 2 années après la fin de ma therapie puis mon ancien psychiatre ne pouvant me "reprendre" j'ai erré de psy en psy et de méthode en méthode (rève eveillé... etc) jusque cette année où j'ai enfin trouvé une personne avec qui je redemarre un travail et qui pratique les TCC (therapie comportementale et cognitive).

Je pense que j'ai pu changer de methode car j'ai fait une therapie analytique avant, maintenant je dois apprendre à "m'assurer une stabilité psychique suffisante que pour voir venir le futur de manière apaisée" et cela passe par un apprentissage de la vie et par un changement de mes comportements.
Je sais comment je fonctionne, quels en sont les causes psychologiques d'origine mais je dois aussi les integrer pour apprendre à changer mes comportements.
Les TCC sont critiqués par les psychanalystes pour soigner uniquement les symptomes et non leurs causes mais peuvent être utiles pour ceux qui ne sont pas prêt à supporter la remise en question d'une analyse ou des problèmes ponctuels et invalidants.
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

brigadoon
La seule, l'unique
Messages : 1506
Enregistré le : 27 janv. 2007, 14:30
A aimé : 1 fois
A été aimé : 2 fois

Re: Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Message par brigadoon » 04 déc. 2009, 12:23

melancolie a écrit : Les TCC sont critiqués par les psychanalystes pour soigner uniquement les symptomes et non leurs causes mais peuvent être utiles pour ceux qui ne sont pas prêt à supporter la remise en question d'une analyse ou des problèmes ponctuels et invalidants.
Je pense que les thérapies analytiques et les thérapies brèves - TCC - Hypnose - Emdr - sont complémentaires. L'une apprend à découvrir les raisons d'un problème, l'autre apprend à le solutionner dans la réalité et dans le quotidien. Je ne les oppose pas et on peut les faire en même temps ou à la suite l'une de l'autre.

sohom
Aspirant
Messages : 41
Enregistré le : 25 nov. 2009, 20:22

Re: Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Message par sohom » 04 déc. 2009, 16:24

Commentaire extrèmement interessant, il faut en effet beaucoup de courage pour entreprendre et aller au bout d'une therapie.
J'ai travaillé professionnellement avec des lacaniens et c'est vrai que ses méthodes etaient controversées (garder le patient 1 minute quand il n'a rien à dire par ex, c'est shematisé mais bon...) et dans cette therapie plus que les autres il faut savoir gérer le silence et la frustration qui ramenent à des parties de soi archaiques.
Il est vrai qu'un déni des problèmes, une incapacité à evoluer peuvent faire fuir certains patients qui cataloguent vite les "psys
Quand je dis "lacanienne", je veux dire que ma psy appartient à la l'école de la cause freudienne, fondée par Jacques Lacan.
http://www.causefreudienne.net/

Ce n'est pas la première fois que j'entends quelqu'un dire que "les lacaniens" peuvent ne pas garder un patient plus de quelques minutes s'ils le jugent bon, et ça m'étonne parce que la mienne m'a toujours gardé pour le temps défini au départ pour la séance.
Je ne m'y connais guère mais tu entends peut-être autre chose, melancolie, quand tu dis "lacanien" ?

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Re: Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Message par melancolie » 04 déc. 2009, 19:32

Lacan a fondé sa propre école et a voulu se differencier de Freud dans ses concepts (ex : stade du miroir, ses celebres néologismes), pour lui tout est langage (Dolto est une de ses disciples) :

http://www.psychonet.fr/2000/10/23/811- ... u-lacanien

je me rends compte que j'ai du mal à expliquer concretement sa méthodologie, un livre très drole à ce sujet "le lacan dira-t-on" traduit très bien son univers avec humour.
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
Truk
Acolyte
Messages : 372
Enregistré le : 26 oct. 2009, 23:26
Localisation : Lyon

Re: Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Message par Truk » 04 déc. 2009, 19:52

La seule fois ou je me suis intéressé à la psycho c'est quand j'ai découvert Rudolf Steiner, mais c'est plus une sorte de philosophe, mais étant en contact avec des gens issus des "écoles Steiner" je me suis rendu compte que ses théories sur "l'education pratique de la pensée" ben, c'était pas du flan.
(certains aspects ésothériques et spirituels sont à mettre à distance, mais pas tant que ça, au fond.)
"De leurs ennemis les sages apprennent bien des choses."

Aristophane

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Re: Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Message par melancolie » 05 déc. 2009, 07:22

Truk a écrit :La seule fois ou je me suis intéressé à la psycho c'est quand j'ai découvert Rudolf Steiner, mais c'est plus une sorte de philosophe, mais étant en contact avec des gens issus des "écoles Steiner" je me suis rendu compte que ses théories sur "l'education pratique de la pensée" ben, c'était pas du flan.
(certains aspects ésothériques et spirituels sont à mettre à distance, mais pas tant que ça, au fond.)
L'anthroposophie est certes fascinante et seduisante mais les derives sectaires sont nombreuses, ce n'est pas un problème mais une constatation, il s'agit plus d'un nouveau mouvement religieux et hygieniste que psychotherapique.
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
aharis
Avenator
Messages : 1673
Enregistré le : 08 févr. 2007, 00:09
Contact :

Re: Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Message par aharis » 06 déc. 2009, 21:15

Tiens, j'appréciais Steiner le visionnaire (ses reflexions sur la bio-dynamie), mais je vois que c'est pour ses écrits philosophiques qu'il est le plus réputé.

J'essayerai de m'y intéresser quand j'aurai du temps...
:!:

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 11 fois

Re: Les psys - Qui est qui? Qui fait quoi?

Message par melancolie » 03 mars 2010, 00:53

J'ai parlé à la psychiatre de Aven, du forum et des rencontres et elle m'encourage à m'y investir -sachant que mes troubles m'ont beaucoup isolée durant des années- car elle le voit comme un outil aidant de resocialisation.
Quant à l'asexualité ou la sexualité on en a pas vraiment parlé car ce n'est pas quelquechose qui me préoccupe.
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités