Asexualité et pathologie ?

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
eleuth
Néophyte
Messages : 3
Inscription : 22 sept. 2018, 11:32

Asexualité et pathologie ?

Message par eleuth » 27 sept. 2018, 18:23

Salut tous !

Je me pose énormément de questions concernant l'asexualité... A la fois, je me retrouve énormément dans la description que j'ai trouvé de ce spectre, mais en deçà, je ne peux m'empêcher de me demander si vraiment ce n'est pas relié à un blocage, à une peur inconsciente, ou à des séquelles d'un événement psychologique traumatisant oublié. Vous êtes vous déjà posés ces questions ? Si oui, avez vous réussi à les surmonter ? De quelle manière ?

En d'autres terme, comment réussir soi à ne plus se considérer comme pathologique (et à en être sûr!) quand on parvient très bien à vivre son absence de désir pour quiconque ?

Merci les copains,
Julie
il n'est rien de constant si ce n'est le changement

Avatar de l’utilisateur
ParaNoise
Apprenti
Messages : 61
Inscription : 13 août 2018, 23:33
Pronom : Il
A aimé : 5 fois
A été aimé : 24 fois

Re: Asexualité et pathologie ?

Message par ParaNoise » 27 sept. 2018, 18:38

Salut!

Eh bien tu n'es absolument pas la seule à t'être posée la question. Techniquement, si tu n'arrives pas à trouver de traumatisme, tu ne sauras jamais cela, donc si tu t'attaches trop à cette idée, tu n'arriveras jamais à la démentir et à la sortir de ta tête. Je crois que c'est une question que des asexuel.le.s se posent, comme des gens à qui on dit être A se posent (si on regarde certains témoignages, si je ne dis pas de bêtises ^^).
Personnellement, je me dis que si c'était un blocage, premièrement, j'aurais peut être du désir sexuel, mais je ne pourrais pas passer à l'acte, ou quelque chose de similaire. Ensuite tu as des gens qui ont vécu un événement traumatisant qui ont quand même ce désir et aucun blocage. Tu me diras peut être, à chacun sa réaction face à un traumatisme, mais voilà.
Enfin, je pense qu'à partir du moment où tu te sens ace, que tu n'as pas de blocage, de traumatismes, de peurs à l'idée du sexe, que l'absence de désir, c'est que tu es à la bonne porte, et ça, quelle que soit la raison de ton asexualité (si l'asexualité a une raison, ce qui n'est pas le cas apparemment, est-ce que les autres sexualités ont une raison?)! ^^

Bref, bienvenue ici, je pense aussi que dans quelques temps cette question aura disparu de ta tête, c'est aussi possible qu'étant donné que l'asexualité ne soit pas courante, tu essayes, inconsciemment, de trouver une autre raison?!
<<One day, I am gonna grow wings, a chemical reaction, hysterical and useless, hysterical and...>>

Avatar de l’utilisateur
clotaire
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2330
Inscription : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : aime être tutoyé ;)
A aimé : 417 fois
A été aimé : 419 fois

Re: Asexualité et pathologie ?

Message par clotaire » 27 sept. 2018, 20:10

Je pense que c'est normal de se la poser, et d'accepter avec humilité de ne pas trouver de réponse (sauf si on en trouve, ça arrive parfois). Une fois qu'on se sent mieux, ben il faut oublier la question, se dire qu'on est heureux et que finalement, on s'en fiche de savoir d'où ça vient. Et peut-être qu'un jour on se dira que finalement c'était un blocage, en s'apercevant qu'on a changé, mais ça n'a pas d'importance pour le présent. Voilà mon point de vue ;-)

fiffi
Avenista
Messages : 1353
Inscription : 04 oct. 2016, 00:07
Localisation : 77
Pronom : Il . Fiffi et tu
A aimé : 346 fois
A été aimé : 191 fois

Re: Asexualité et pathologie ?

Message par fiffi » 27 sept. 2018, 23:52

A mon avis , si tu vis bien ton absence de désir , que tu ne ressens pas de souffrance , il n' y a pas de traumatisme . je me suis parfois posé des questions ; pourquoi j' ai pas de désir , pourquoi je suis pas comme tout le monde mais ça me passe très vite .

Avatar de l’utilisateur
didou
Atrix Revolutions
Messages : 1976
Inscription : 24 oct. 2015, 19:22
Localisation : Nozay, Essonne
Pronom : il
A aimé : 152 fois
A été aimé : 450 fois

Re: Asexualité et pathologie ?

Message par didou » 28 sept. 2018, 08:25

Je pense effectivement qu'en l'absence de souffrance de se retrouver dans la description de l'asexualité, il n'y a pas de raison à vouloir à tout prix trouver un traumatisme responsable. Des difficultés avec les relations sexuelles dues à un traumatisme, c'est clair que ça existe. Mais dans ce cas, j'imagine que la personne souffre de cet état de fait. Et bon nombre de témoignage de personnes agressées, abusées, font état d'une telle souffrance.

La volonté très freudienne de trouver une raison psy à tout aspect de sa personnalité n'est pas, à mon avis, une riche idée. Qu'il y ait une raison, si l'on considère que l'Univers est causal, c'est sûr :D Par contre, que cette raison soit un forcément traumatisme... je suis loin d'en être convaincu.

Donc, si aucune raison évidente n'apparaît, bin alors pas nécessaire de se triturer les méninges sans cesse pour essayer d'en trouver une hypothétique. Après tout, ce n'est pas si grave d'être A :)
Règle n°1 : pas avant le mariage. Règle n°2 : ne pas se marier

Avatar de l’utilisateur
Zimou
Administrateur
Messages : 4868
Inscription : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 398 fois
A été aimé : 374 fois
Contact :

Re: Asexualité et pathologie ?

Message par Zimou » 28 sept. 2018, 08:40

Bienvenue!
La question que tu te pose est très saine. comprendre pourquoi on pense ce qu'on pense et pourquoi on est ce qu'on est est absolument essentiel pour faire les bon choix de vie et pas se retrouver à perdre x années car on ne se trompait sur ce qu'on pensait. l'absence de souffrance aujourd'hui à cause d'une pathologie ne veux pas dire qu'il y aura pas de souffrance plus tard (souvent dans le cadre d'une relation A/S). moi par exemple, j'ai passé 1 années en couple sans savoir que j'étais A car je refusais la possibilité de l’être, de me poser des questions sur moi même. même si ça a pas jouer beaucoup sur ma vie, et même si ma vie sexuel n’était pas mauvaise à ce moment elle aurait pu être un peu mieux (j'aurais pu refuser la sexualité si je le voulais, droit que je me suis accordé suite à une demande qu'elle a eu qu’après la rupture :/ je me suis jamais autorisé à refuser avant). bien que pour moi le fait de ne pas me poser de question dans ma relation A/S n'a pas eu vraiment bien de conséquence, ça peut en avoir dans beaucoup d'autre couple pour qui c'est très compliqué voir parfois invivable.
Si tu cherche quelques info sur ce qui peut avoir supprimer ton attirance, j'ai fait un sujet sur la question : viewtopic.php?f=6&t=6598
Tu y trouvera des causes possible et tu pourra "enquêter" sur toi même pour être plus sure de ce que tu es. Si après lecture de ce post tu ne te reconnais dans aucune pathologie, alors il y a de grandes chance que tu sois A (il faut pas s'acharner à chercher non plus mais laisse toi quelques semaines au moins de réflexions). Si tu te reconnait dans l'une d'entre elle, tu peux à la fois consulter pour résoudre le problème et à la fois observer si il y a un lien entre ce problème et ton absence d'attirance. si il n'y a pas de lien, le fait de résoudre ce problème ne supprimera pas ton asexualité (mais il peut rendre possible le fait d'avoir une vie sexuel si besoin est).
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Vinn88
Aspirant
Messages : 42
Inscription : 09 juil. 2018, 20:00
A été aimé : 4 fois

Re: Asexualité et pathologie ?

Message par Vinn88 » 28 sept. 2018, 14:47

Tu n'es la seule a se poser cette question. je suis exactement dans la même situation. J'ai les caractéristiques de l'asexuel mais je n'arrive pas a me détacher de l'idée que cela peut venir d'un trouble psychologique. Et que si trouble il y a, il peut, peut être, être résolu.

OlgaDeChartres
Membre
Messages : 18
Inscription : 25 sept. 2018, 19:24
Localisation : Chartres
A été aimé : 1 fois

Re: Asexualité et pathologie ?

Message par OlgaDeChartres » 29 sept. 2018, 09:58

Bonjour
Qui dit que c'est anormal d'être asexuel ?
Qui dit que c'est normal d'aimer le sexe ?
Doit on accepter tout ce que l'on nous dit comme argent comptant ?
C'est pas parce que tout le monde dit avoir raison qu'ils ont raison

Avatar de l’utilisateur
mimosa
Acolyte
Messages : 378
Inscription : 27 sept. 2012, 12:39
Localisation : 92
A aimé : 84 fois
A été aimé : 26 fois
Contact :

Re: Asexualité et pathologie ?

Message par mimosa » 01 oct. 2018, 00:37

Bonjour,

Il y a plein de gens qui ont vécu des traumatismes sexuels (viols, incestes) et qui ont des relations sexuelles , des familles etc Christine Angot est un exemple. Le fait qu'elle ait été victime d'inceste ne l'a jamais empêchée d'avoir des relations sexuelles. Donc je ne pense pas que l'asexualité soit déclenchée par un traumatisme, même si les asexuels peuvent avoir des traumatismes comme n'importe qui, mais je pense que ce serait pareil sans traumatisme. Enfin ce n'est qu'un avis personnel.
Alea jacta est :mrgreen:
In vino veritas. :)

Avatar de l’utilisateur
Ylber
Amibe
Messages : 76
Inscription : 13 janv. 2018, 17:22
Localisation : Paris
Pronom : Il
A aimé : 35 fois
A été aimé : 45 fois

Re: Asexualité et pathologie ?

Message par Ylber » 01 oct. 2018, 09:38

J'ai consulté pas mal de "spécialistes" (un sexologue, un psychanalyste et un psychothérapeute) quand j'étais jeune. Je suis content de l'avoir fait. Cela m'a permis de vérifier que mon corps fonctionnait correctement, de découvrir une probable origine traumatique (ce qui est fort intéressant, mais ne m'a pas "guéri" pour autant) et surtout, de moins psychoter sur mon asexualité (i.e. que l'idée d'être A ne me rende pas malheureux et ne perturbe pas trop mon comportement social).

Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 3349
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 566 fois
A été aimé : 802 fois

Re: Asexualité et pathologie ?

Message par Baelfire » 01 oct. 2018, 14:53

Alors je pense pas que l'asexualité soit liée à une quelconque pathologie. Par contre je pourrais presque faire une liste de pathologies qui se font passer pour de l'asexualité (un peu comme quand un fondant au chocolat se fait passer pour un moelleux au chocolat voyez. Y a de quoi se tromper). Au fil des témoignages on passe quand même un certain temps à "débroussailler" le vécu d'une personne pour se rendre compte dans beaucoup de cas qu'elle n'est pas asexuelle mais qu'elle souffre d'un mal psychologique ou médical. D'où l'importance capitale pour les personnes qui se cherchent et nous demandent un avis d'apporter leur témoignage. Chacun doit être "étudié" au cas par cas.

- autisme, (non Sheldon Cooper et Sherlock ne sont pas A mais autistes)
- dépression,
- Certains traitements médicaux,
- Dévalorisation de soit,
- Douleurs pendant les rapports,
- Stress important,
- baisse de libido ou pas de libido
- viols, incestes, attouchements non désirés ou subis pendant l'enfance
- etc...

Je pense que vous pouvez en ajouter, la liste est longue :)
Les gens qui pensent que l'amour est plus important que l'argent devraient essayer de rembourser leur prêt immobilier avec de gros bisous.

Avatar de l’utilisateur
Grignoteuse de bouquins
Associé
Messages : 640
Inscription : 02 oct. 2017, 19:17
Localisation : Nice
Pronom : Elle
A aimé : 279 fois
A été aimé : 94 fois

Re: Asexualité et pathologie ?

Message par Grignoteuse de bouquins » 01 oct. 2018, 16:09

Baelfire a écrit :
01 oct. 2018, 14:53
(un peu comme quand un fondant au chocolat se fait passer pour un moelleux au chocolat voyez. Y a de quoi se tromper).
Là c'est usurpation d'identité :lol: . J'adore l'analogie sinon ;)
♠ Why frick frack when you can snick snack ? ♠ :cake:

Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 3349
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 566 fois
A été aimé : 802 fois

Re: Asexualité et pathologie ?

Message par Baelfire » 01 oct. 2018, 16:25

Merci :P
Les gens qui pensent que l'amour est plus important que l'argent devraient essayer de rembourser leur prêt immobilier avec de gros bisous.

Avatar de l’utilisateur
Olib
Affilié
Messages : 346
Inscription : 18 sept. 2017, 13:35
Localisation : Clermont-Ferrand
Pronom : Il
A aimé : 193 fois
A été aimé : 179 fois

Re: Asexualité et pathologie ?

Message par Olib » 01 oct. 2018, 18:42

Oula je me permets d'intervenir.
Ca veut dire quoi cette différenciation autisme/asexualité ?
L'autisme n'a rien à voir avec l'orientation sexuelle, que je sache. Parce qu'on est autiste, on ne peut pas se définir asexuel.le ? Donc un.e autiste qui serait attiré sexuellement par le genre opposé, ne pourrait pas se définir hétérosexuel.le ? Il est juste... autiste ?

L'autisme n'est pas une sorte de packaging dans lequel on retrouverait les mêmes caractéristiques pour tout le monde. Chaque autiste est différent, certains ressentent de l'attirance sexuelle, d'autres non. Comme... bah comme les personnes non autistes, en fait ^^ Donc renier l'asexualité d'une personne autiste PARCE QUE elle est autiste, c'est hyper violent. Je pense que les personnes non autistes n'aiment pas que l'on renie leur orientation sexuelle, donc merci ne pas le faire pour les personnes autistes.

Et puis, bon, mettre ça dans la catégorie "mal psychologique ou médical"... hum...
La montagne, ça vous gagne.
"Poum Di Dou Da Dou Dim"

Image

Avatar de l’utilisateur
Hestia
Altruiste
Messages : 1128
Inscription : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Iel
A aimé : 160 fois
A été aimé : 238 fois
Contact :

Re: Asexualité et pathologie ?

Message par Hestia » 01 oct. 2018, 19:05

Je suis d'accord avec Olib, et pour ma part, je ne considère pas l'autisme comme une pathologie. C'est à mes yeux une particularité. Après en fonction de quelle autisme il est question, il y a effectivement une possibilité que les autistes concerné-e-s puissent se retrouver confronter à une situation d'handicap social, mais là, le problème est aussi lié au fait que nous autres non autistes on n'est pas forcément suffisamment informé pour savoir comment communiquer correctement avec des personnes autistes.
Si possible alternez entre l’accord féminin et le langage épicène lorsque vous me désignez à la 3ème personne.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité