Espace de discussion aromantique

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Ramón

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Ramón » 07 mai 2018, 14:18

Il y a un manga qui vient de sortir : http://www.akata.fr/actus/annonce-aromantic-love-story

Avatar de l’utilisateur
Hestia
Altruiste
Messages : 1141
Inscription : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Iel
A aimé : 164 fois
A été aimé : 242 fois
Contact :

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Hestia » 07 mai 2018, 14:29

Ah oui, je vais me l'acheter pour me faire un avis. Cela dit, c'est dommage qu'on ait un trio 2 hommes et une femme, cela aurait été cool que l'héroïne se fasse draguer par un gars et une fille, histoire de changer un peu de ce qu'on a habituellement.
Si possible alternez entre l’accord féminin et le langage épicène lorsque vous me désignez à la 3ème personne.

Ramón

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Ramón » 07 mai 2018, 19:24

C'est ce que je me suis dit, en fait plus dans l'idée du trio tout court, ça limite forcément les interactions. Un autre équilibre aurait pu être trouvé. Maintenant, ce n'est qu'un début, je n'ai pas mis le nez dedans. Il y a peut-être d'autres surprises à venir (et peut-être pas des bonnes).

Avatar de l’utilisateur
Hestia
Altruiste
Messages : 1141
Inscription : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Iel
A aimé : 164 fois
A été aimé : 242 fois
Contact :

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Hestia » 13 mai 2018, 00:37

J'ai commencé à lire Aromantic Love story vendredi, et il me reste encore 4 chapitre. Je trouve ce manga super, certes on a des éléments qu'on retrouve dans les mangas, mais l'histoire est vraiment intéressante, par l'intermédiaire de l'héroïne, on peut découvrir les interrogations sur ce que peut être un sentiment amoureux, une critique sur l'hétorsexualité centrée et l'asexualité est mentionnée plusieurs fois, et différenciée de l'aronmantisme.

D'ailleurs, concernant l' idée du pseudo trio amoureux, sauf erreur de ma part, j'ai la nette impression que l'un des 2 hommes va incarner l'orientation romantique et l'autre l'orientation sexuelle, et si c'est le cas, je trouverais cela assez intéressant, car ce serait un bon moyen de parler d'un côté de l'aromantisme, qui semble être le sujet principal du manga, et de l'autre de l'asexualité, qui est visiblement également abordée dans cette histoire, puisque l'héroïne est visiblement aro-ace.
Si possible alternez entre l’accord féminin et le langage épicène lorsque vous me désignez à la 3ème personne.

Avatar de l’utilisateur
Hestia
Altruiste
Messages : 1141
Inscription : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Iel
A aimé : 164 fois
A été aimé : 242 fois
Contact :

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Hestia » 17 mai 2018, 10:24

Alors que je cherchais à voir si la question de la différence entre le sentiment amoureux et romantique étai posée sur internet ; bonjour ma crédulité, je suis tombé encore sur la question quelle est la différence entre Aimer et Être amoureux ?
Ce n’est pas la première fois que je me retrouve à lire ce genre d’article ou de débat, mais j’avoue qu’entend aromantique j’ai beaucoup de mal à comprendre sur quoi on se base pour faire la distinction, puisque en admettant qu’il existe une différence entre aimer et être amoureux de la personne avec qui on se met en couple, comment pourrait-on mettre en évidence la différence entre le fait d’aimer un être proche et la personne avec qui on choisit de construire une relation romantique.

Voici l’article en question.

https://instantpourelles.com/vie-de-cou ... -amoureux/

Cela dit ce genre d’article ne me surprend pas puisque j’ai remarqué que beaucoup ont tendance à éviter d’utiliser le verbe aimer pour exprimer leur amour à leurs proches, (surtout dans le cas de l’amitié homme femme).

D’ailleurs, de par mon expérience, j’ai pu constater que si j’ai envie de dire je t’aime, je dois soit m’en abstenir soit préciser que je ne suis pas amoureuse, d’ailleurs à l’époque où je discutais avec un collègue qui me disait en permanence qu’il éprouvait un amour fraternel à mon égard, s’est senti obligé de se justifier le jour où il m’a dit Je t’aime ou lieu de je t’adore.

J’avoue que je ne comprends vraiment pas comment on peut traduire un je t’aime par j’ai des sentiments romantique pour toi, alors que JE T’AIME ça peut faire référence à n’importe quel forme d’amour qu’un être humain peut éprouver pour un être cher. Donc beaucoup trop vague pour en tirer une conclusion surtout si le contexte ne le permet pas.
Si possible alternez entre l’accord féminin et le langage épicène lorsque vous me désignez à la 3ème personne.

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenator
Messages : 1614
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 406 fois
A été aimé : 427 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par PassionA » 17 mai 2018, 12:05

Hestia a écrit :
17 mai 2018, 10:24
D’ailleurs, de par mon expérience, j’ai pu constater que si j’ai envie de dire je t’aime, je dois soit m’en abstenir soit préciser que je ne suis pas amoureuse, d’ailleurs à l’époque où je discutais avec un collègue qui me disait en permanence qu’il éprouvait un amour fraternel à mon égard, s’est senti obligé de se justifier le jour où il m’a dit Je t’aime ou lieu de je t’adore.

J’avoue que je ne comprends vraiment pas comment on peut traduire un je t’aime par j’ai des sentiments romantique pour toi, alors que JE T’AIME ça peut faire référence à n’importe quel forme d’amour qu’un être humain peut éprouver pour un être cher. Donc beaucoup trop vague pour en tirer une conclusion surtout si le contexte ne le permet pas.
Oui c'est du vécu pour moi aussi. Difficile d'exprimer son amour platonique sans être compris de travers. Je n'aime pas toujours me justifier alors si l'autre ne comprend pas c'est son problème. Évidemment on me l'a reproché mais je suis trop détaché pour que ça me touche. Il y a d'autres personnes et d'autres lieux à voir, la vie est une aventure permanente :bise:

Ceci dit, je ne sais si l'article est si ridicule que ça. Il y a du vrai dans le fait que construire une relation demande des efforts, tandis que l'on ne fait que ressentir l'amour. Il y a une confusion toute particulière aux romantiques dans les mots choisis (aimer et être amoureux) mais je pense que ça doit parler à pas mal de personnes quand même. Certes, du point de vue aromantique accompli c'est trivial de faire la différence et de ne pas confondre être amoureux avec aimer et surtout d'être capable d'aimer sans vouloir construire une relation amoureuse, mais je pense que moi-même je me suis longtemps posé la question de ce que c'était qui me freinait dans mes relations pour qu'elles n'évoluent pas en amour romantique alors que de part mes manières d'aborder mes relations on me considère facilement comme quelqu'un de romantique (j'aime faire montre de petites attentions et j'aime les activités à deux et la complicité qu'on peut avoir). C'est juste que ces moments sont un aboutissement pour moi et non un moyen d'obtenir autre chose ou de prouver quelque chose - je vis le moment présent avec cette personne et j'en profite, c'est tout, je ne veux pas que l'on vive ensemble et soyons intimes. Je me fiche de construire quoi que ce soit d'autre qu'une relation d'amitié.

Avatar de l’utilisateur
Hestia
Altruiste
Messages : 1141
Inscription : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Iel
A aimé : 164 fois
A été aimé : 242 fois
Contact :

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Hestia » 18 mai 2018, 22:53

(
PassionA a écrit :j'aime faire montre de petites attentions et j'aime les activités à deux et la complicité qu'on peut avoir). C'est juste que ces moments sont un aboutissement pour moi et non un moyen d'obtenir autre chose ou de prouver quelque chose - je vis le moment présent avec cette personne et j'en profite, c'est tout, je ne veux pas que l'on vive ensemble et soyons intimes. Je me fiche de construire quoi que ce soit d'autre qu'une relation d'amitié.
Je me reconnais dans ce que tu décris, sauf que me concernant, je me qualifie de sentimental et non de romantique dans ce sens.

Sinon, je viens de tomber sur une vidéo datant de novembre 2017 d'une émission qui parle des aromantiques, si quelqu'un vous demande c'est quoi l'arophobie, et bien montrez lui cette vidéo:



Ce qui m'énerve avec dans cette vidéo, c'est le fait qu'on associe l'aromantisme au rejet à l'amour. A quand le jour où on nous sortira une phrase du genre "l'amour des parents, des adelphes (frères et sœurs), des amis proches etc n'est pas de l'amour!" D'ici là, je considère que mon cœur est capable d'aimer autrui et que les formes d'amours non romantiques dont je suis en mesure d'éprouver ont autant de valeurs que celui des sentiments romantiques.

Pour l'épanouissement, je trouve ça triste qu'on cherche à tout prix de nous convaincre que seul l'amour romantique peut nous permettre de recevoir de l'amour et d'être épanouie, alors qu'il y a plusieurs manière d'aimer et que l'épanouissement ne dépend pas uniquement de l'amour d'autrui, il y a aussi d'autre facteurs à prendre en compte, comme un objectif professionnel, une passion pour une activité, et bien d'autres encore.
Si possible alternez entre l’accord féminin et le langage épicène lorsque vous me désignez à la 3ème personne.

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenator
Messages : 1614
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 406 fois
A été aimé : 427 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par PassionA » 19 mai 2018, 11:25

Trop con le discours de la spécialiste. Associer l'aromantisme à un traumatisme est la même idiotie que d'associer l'asexualité à un traumatisme. "Ça vient d'une mauvaise estime de soi et d'un sentiment de dévalorisation" c'est vraiment un point de vue biaisé et faussement bien pensant de thérapeute bidon en quête d'une solution à un non-problème - et donc on va inventer un problème jusqu'à ce que le patient se convainc que ses parents ne l'ont pas assez aimé ou je ne sais quoi, c'est du maraboutage. D'ailleurs elle confond même le besoin de tendresse avec le désir amoureux, association complètement triviale qui rejette la plupart des relations tendres que l'on a dans sa vie, avec sa famille ou avec ses amis.

Ce que j'adore c'est la femme qui immédiatement dit qu'elle se reconnait dans l'aromantisme, qu'elle n'a jamais eu cette fibre pour les relations amoureuses, et à qui on coupe la parole pour lui dire : "oh mais faut pas dire ça" "non mais attend cocotte, on sait mieux que toi, tu as souffert c'est tout, même si c'est inconscient." Et sa réaction est complètement naturelle quand elle dit : "mais c'est pas grave !" Bon évidemment, il faut qu'elle précise en fin d'émission qu'elle est follement amoureuse de son mari depuis qu'elle l'a rencontré, sinon c'est le drame personnel.

Ce qui ressort de leur émission, c'est que les aro font exprès, ces personnes choisissent de ne pas être amoureux et surtout on ne va pas les écouter mais bien les juger - d'ailleurs "cœur de pierre" c'est un bon shaming des familles, à apprendre à ses enfants pour pointer du doigt. Je ne vois vraiment pas l'intérêt de ce genre d'émission qui n'apprend rien, sauf à être intolérant.
Hestia a écrit :
18 mai 2018, 22:53
Je me reconnais dans ce que tu décris, sauf que me concernant, je me qualifie de sentimental et non de romantique dans ce sens.
Intéressant, j'avoue que je n'ai jamais intégré ça comme étant du sentimental ni du romantique, qui sont synonymes à être amoureux. Pour moi c'est juste vivre le moment présent, et c'est plus de l'ordre de l'affection sans arrière pensée. Aujourd'hui je passe la journée avec toi, demain avec une autre personne. Ces personnes ne valent pas "plus" dans mon agenda, même si tout ce que j'ai prévu c'est de jouer à un jeu vidéo cette journée, mais on se prend rendez-vous et on se prévoie un moment ensemble une autre fois.
Dernière édition par PassionA le 19 mai 2018, 11:38, édité 1 fois.

thailog
Affilié
Messages : 325
Inscription : 08 avr. 2017, 15:46
Pronom : il
A aimé : 83 fois
A été aimé : 80 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par thailog » 19 mai 2018, 11:37

Pfff il y avait déjà eu un débat dans cette émission sur l'asexualité, qui avait été posté sur le forum, et il y avait les mêmes problèmes.

viewtopic.php?f=9&t=8538&p=213864&hilit=blanc#p213864

La psychologue Caroline Weill était déjà présente et elle avait expliqué que l'être humain était un animal sexué et que les asexuelles étaient des gens qui associaient la sexualité à qqch de sale et qu'ils avaient un besoin de pureté ou que c'était des gens qui restait dans l'adolescence et qu'il ne voulait pas passer à l'âge adulte bref elle est persuadé que les êtres humains ont tous des pulsions sexuels et que l'asexualité n'existe pas.

Là elle remet ça avec les aromantiques, pour elle c'est juste des gens qui n'ont pas confiance en eux et qui s'empêche d'être romantique car l'amour serait menacé pour eux mais bon elle insiste beaucoup sur le fait que tout ça(la peur de la sexualité o de l'amour romantique) est inconscient, je pense qu'elle est freudienne et qu'elle pense que l'être humain a naturellement de l'attirance sexuelle.

Le débat sur l'aromantisme est encore pire, dans celui sur l'asexualité il y avait au moins la sexologue qui défendait les asexuels, la tout le monde est contre les aromantiques et puis qualifier les aromantiques de coeur de pierre c'est violent.

Je note aussi que dans le sujet qui explique l'aromantisme, il y a du sexisme car on montre plus de femmes que d'hommes qui seraient aro comme pour plus culpabiliser les femmes.

Avatar de l’utilisateur
Hestia
Altruiste
Messages : 1141
Inscription : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Iel
A aimé : 164 fois
A été aimé : 242 fois
Contact :

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Hestia » 19 mai 2018, 16:52

PassionA a écrit :Intéressant, j'avoue que je n'ai jamais intégré ça comme étant du sentimental ni du romantique, qui sont synonymes à être amoureux
Je faisais allusion au caractère romantique dont ton attitude fait penser à certaines personnes, mais j'ai peut être mal compris tes propos en te lisant. J'ai voulu dire que pour ma part, lorsque cela ne concerne pas le rapport amoureux, je préfère l'utilisation du mot sentimental.

D'ailleurs être sentimental n'indique pas seulement la manifestation des sentiments amoureux, il indique ce qui est à l’attrait à l'amour, aux sentiments, que la personne a une grande sensibilité, qu'elle a envie ou besoin de témoigner ses sentiments affectifs.

Mais contrairement au mot romantique, il n'est pas réservé aux sentiment amoureux, du moins c'est ce que j'ai toujours compris.
Si possible alternez entre l’accord féminin et le langage épicène lorsque vous me désignez à la 3ème personne.

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenator
Messages : 1614
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 406 fois
A été aimé : 427 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par PassionA » 19 mai 2018, 18:57

Non mais clairement, tout dépend du contexte. Le sentimental et l'affectif ne sont pas uniquement pour parler du sentiment amoureux, mais dans le dico ça reste des synonymes... C'est assez triste de notre point de vue mais même romantique ça n'a pas à être uniquement amoureux, mais il faut bien choisir un mot et celui-là fait bien l'affaire. On peut facilement se perdre avec tous ces mots qui ne font que renforcer l'idée que l'amour et la romance sont la même chose, bien que tout le monde soit capable de faire la différence.

Ce qu'il manque dans le lexique, c'est une façon de parler d'amour dans un contexte non-romantique, non-parental, non-amical. Moi j'utilise souvent amour platonique, ou quoi-platonique. C'est histoire de différencier ce qu'on peut peut parfois ressentir pour une personne en particulier avec laquelle on pourrait développer une relation plus complice et intime qu'avec les autres. C'est au sentiment amoureux ce que le squish est au crush.

Silyun
Membre junior
Messages : 11
Inscription : 10 juil. 2018, 00:03
A aimé : 2 fois
A été aimé : 6 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Silyun » 10 juil. 2018, 14:08

Je viens de voir la vidéo que Hestia a posté.

Je me suis jamais sentie aussi agressée en aussi peu de temps. Déjà quand j'ai entendu aromantique et coeur de pierre dans la même phrase, je savais que ça allait pas être bon.

Ce qui me frustre c'est qu'à chaque fois, on nous sort les même chose. "Vous savez pas comment aimer" "vous avez peur de vous engager" "vous rencontrerez la bonne personne". Ils ont une vision bien précise : Tout le monde doit ressentir de l'attirance et de l'amour romantique sinon ils sont pas normaux, ils ont été blessés etc.

Je comprends pas pourquoi les gens essaient toujours d'invalider notre orientation.

Avatar de l’utilisateur
Fengus
Amibe
Messages : 94
Inscription : 08 juin 2018, 11:00
A aimé : 1 fois
A été aimé : 23 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Fengus » 10 juil. 2018, 15:05

J'ai un début d'explication, qui vaut ce qu'il vaut :
De plus en plus de personnes adoptent un mode de vie, car la société leur dit qu'il faut faire comme ça. (Par société : la famille, les collègues, les amis ... mais je ne surprendrait personne , pas ici où a peu près tout le monde a déjà subit ce genre de jugement, incitation plus ou moins lourde à rentrer dans le rang ...)
Sauf que certaines personnes acceptent une situation qui ne leur correspond pas, et pour se faire, rentre dans un déni, ils deviennent les plus ardent défenseurs de leur position, car ils luttent contre la partie d'eux qui tente de leur faire comprendre : tu realise que tu as fait une erreur et que tu n'es pas heureux comme ça ?
Ça peut être l'orientation sexuelle, avoir un enfant ... (j'ai pas mal d'amies qui ont toujours dit ne pas en vouloir, elles ont toutes fini par en avoir, et depuis sont les premières à dire à quel point c'est extraordinaire et que les autres doivent absolument faire pareil).
De mon point de vue, en tapant sur ce qui est différent, les gens cherchent davantage à se convaincre qu'ils ont eu raison plutôt qu'à prouver aux autres qu'ils ont tort.
(Je ne cherche pas à generaliser non plus hein).
Le nombre d'amis qui se sont mis dans d'inextricables situations pour rentrer dans la "norme", qui ne se sentent pas bien, mais ont toujours une bonne excuse sous la main pour maintenir leur déni. Et bien dites vous que, quand quelqu'un vous attaque sur votre façon de vivre, c'est bien souvent parce-que vous êtes une menace pour leur déni !
(Bon, je tire des conclusions de mon vécu, ça ne s'applique pas forcément à tout le monde, mais dans ce que j'ai pu voir, ou même vivre car je fais pareil sur d'autres points, bien ça m'a l'air assez récurent ! )

Silyun
Membre junior
Messages : 11
Inscription : 10 juil. 2018, 00:03
A aimé : 2 fois
A été aimé : 6 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Silyun » 10 juil. 2018, 19:32

Fengus a écrit :
10 juil. 2018, 15:05
J'ai un début d'explication, qui vaut ce qu'il vaut :
De plus en plus de personnes adoptent un mode de vie, car la société leur dit qu'il faut faire comme ça. (Par société : la famille, les collègues, les amis ... mais je ne surprendrait personne , pas ici où a peu près tout le monde a déjà subit ce genre de jugement, incitation plus ou moins lourde à rentrer dans le rang ...)
Sauf que certaines personnes acceptent une situation qui ne leur correspond pas, et pour se faire, rentre dans un déni, ils deviennent les plus ardent défenseurs de leur position, car ils luttent contre la partie d'eux qui tente de leur faire comprendre : tu realise que tu as fait une erreur et que tu n'es pas heureux comme ça ?
Ça peut être l'orientation sexuelle, avoir un enfant ... (j'ai pas mal d'amies qui ont toujours dit ne pas en vouloir, elles ont toutes fini par en avoir, et depuis sont les premières à dire à quel point c'est extraordinaire et que les autres doivent absolument faire pareil).
De mon point de vue, en tapant sur ce qui est différent, les gens cherchent davantage à se convaincre qu'ils ont eu raison plutôt qu'à prouver aux autres qu'ils ont tort.
(Je ne cherche pas à generaliser non plus hein).
Le nombre d'amis qui se sont mis dans d'inextricables situations pour rentrer dans la "norme", qui ne se sentent pas bien, mais ont toujours une bonne excuse sous la main pour maintenir leur déni. Et bien dites vous que, quand quelqu'un vous attaque sur votre façon de vivre, c'est bien souvent parce-que vous êtes une menace pour leur déni !
(Bon, je tire des conclusions de mon vécu, ça ne s'applique pas forcément à tout le monde, mais dans ce que j'ai pu voir, ou même vivre car je fais pareil sur d'autres points, bien ça m'a l'air assez récurent ! )
Je suis assez d'accord avec ce que tu dis. Après, je pense aussi que pour beaucoup de personnes, ne pas avoir de relation romantique = être seul-e = être malheureux-se.

Je vois des tas de gens négliger leurs amis puis revenir en pleurant quand leur relation fonctionne pas. Je pense que si les gens arrêtaient de mettre les types de relations qu'ils entretiennent dans une hiérarchie (leur couple d'abord, la famille ensuite puis les amis par exemple), ils se rendraient compte que ne pas être en couple ne veut pas dire être seul-e.

Je pense que c'est cette peur qui les poussent à nous pointer du doigt en nous traitant d'insensibles (ou coeur de pierre, pour reprendre les termes de cette horrible vidéo) parce qu'on a tout simplement pas la même vision des choses.

Avatar de l’utilisateur
clotaire
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2417
Inscription : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : aime être tutoyé ;)
A aimé : 439 fois
A été aimé : 443 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par clotaire » 10 juil. 2018, 20:20

Silyun a écrit :
10 juil. 2018, 19:32
Je vois des tas de gens négliger leurs amis puis revenir en pleurant quand leur relation fonctionne pas. Je pense que si les gens arrêtaient de mettre les types de relations qu'ils entretiennent dans une hiérarchie (leur couple d'abord, la famille ensuite puis les amis par exemple), ils se rendraient compte que ne pas être en couple ne veut pas dire être seul-e.
Carrément, combien de fois j'ai vu ça... :roll:
Après, c'est vrai qu'une relation de couple c'est un investissement relationnel et émotionnel important, et même avec les meilleures pensées du monde, je comprends qu'on ne puisse pas toujours tout tenir...

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités