Les poils Vs l'épilation.

Installez-vous confortablement et venez nous raconter toutes vos histoires extraordinaires, même si elles n'ont rien à voir avec l'asexualité.
Avatar du membre
Disorder
Adepte
Messages : 159
Enregistré le : 14 oct. 2011, 01:59
A été aimé : 4 fois
Contact :

Les poils Vs l'épilation.

Message par Disorder » 18 nov. 2011, 17:45

Il y a quelques temps de ça, je suis tombé-e par hasard sur ce site
Je me suis attardé-e sur leur vision de l'épilation que j'ai trouvé très intéressante : http://www.ecologielibidinale.org/fr/mi ... ion-fr.htm

Morceaux choisis :

S'épiler est nuisible

S'épiler (ou se raser) :
-ça dessèche la peau (les poils ont pour fonction de réguler l'humidité de la peau) ;
-ça fragilise la peau et favorise les infections ;
-ça empêche la diffusion et/ou la production des phéromones ;
-ça fait mal (cire, laser) ;
-ça blesse (rasoir) ou cela occasionne des rougeurs, des boutons...
-ça cause des démangeaisons quand les poils repoussent ;
-ça enlaidit : les poils d'origine sont beaux et doux mais les repousses le sont moins, sans compter la multiplication des poils incarnés ;
-ça fait perdre du temps : pendant qu'on fait ça, on ne fait pas autre chose de plus intéressant ou de plus utile (s'instruire, agir, se faire des amis...) ;
-ça coûte cher (appareils, institut, cire, crèmes) ;
-ça pollue : industrie des crèmes dépilatoires et rasoirs jetables.

Les pseudo-arguments utilisés pour justifier l'épilation n'ont aucune valeur, ils relèvent de l'obscurantisme

Ils disent (les marchands, dans leurs magazines féminins ou masculins) : "les poils ce n'est pas esthétique"
Depuis quand ? Est-ce à eux de définir les critères esthétiques ? Cette idée dévalorise le corps des femmes, leur beauté à l'état naturel.

Ils disent : "les aisselles non épilées ça pue"
Ils ne connaissent pas le savon ? Ils ne savent pas non plus que les poils ont justement pour fonction de réguler la sudation... et que les déodorants (et l'arrachage des glandes sébacées à la base du poil) suppriment les phéromones indispensables à une communication harmonieuse. Penser que toute odeur corporelle est nécessairement une mauvaise odeur relève aussi d'un conditionnement.

Ils disent : "s'épiler c'est prendre soin de soi"
S'abîmer la peau, c'est cela prendre soin de son corps ?

Elles/Ils disent : "ça fait la peau douce"
Lorsque l'on est caressé sur la peau, les poils participent de la sensation. Lorsqu'on les a enlevé on perd cette dimension de la sensation. De plus lorsqu'on se rase il faut le faire quasiment tous les jours pour avoir la peau "douce" sinon ça râpe et pique.

Elles disent : "toutes mes amies le font"
Celles qui ne le font pas le cachent et n'osent pas le dire, quand à celles qui le font beaucoup le font par contrainte ou conformisme. Brisez le consensus apparent et vous rallierez de plus en plus de femmes à votre cause.

Elles/Ils disent : "c'est une question de respect des autres"
Pour un intégriste, une femme qui sort dans la rue sans foulard lui manque de respect !
Qui est intolérant ? Ceux qui montrent du doigt et regardent de travers les femmes naturelles. Respectez le choix de celles qui n'ont pas envie d'abîmer leur corps ni de se plier à cette norme sociale.

Elles disent : "je le fais pour mon homme"
Le leur a-t-il vraiment demandé ? Les femmes surestiment le nombre d' hommes qui n' aiment plus les poils. De plus pour la plupart des jeunes hommes c'est une opinion a priori : ils n'ont jamais vus de poils sur un corps de femme ! Beaucoup d'hommes sont aussi aliénés par cette norme. Mais cela n'est pas irréversible...

L'épilation participe de la répression de la sexualité

L'épilation : un enjeu féministe et lié à la sexualité
- L'épilation rend symboliquement le femme mineure et la désexualise car le poil, apparaissant à la puberté, est un signe de maturité sexuelle ;
- L'épilation (d'autant plus si elle est intégrale) banalise l'image d'un corps désirable de petite fille : ne banalise-t-elle pas la pédophilie ?
- Symboliquement la touffe de poil des aisselles renvoie aux poils pubiens (on peut le lire sous la plume d'écrivains ou commentateurs notamment du XIXème siècle) donc l'enlever est une dé-érotisation. Il en va de même pour les poils qui dépassent du maillot. De plus l'épilation et la désodorisation suppriment les phéromones (dimension olfactive de l'érotisme).
- S'épiler (ou se maquiller...) c'est "se FAIRE belle". Autrement dit cela signifie que la femme naturelle est laide (c'est une des idées les plus misogyne qui soit !).
- Cette norme est sexiste puisqu'elle demande aux femmes de faire des efforts qui ne sont pas demandés aux hommes. Mais cela change...
- Depuis des siècles prédomine dans les représentations médicales et psychologiques l'idée que la femme est incontrôlable, hystérique et plus proche de la nature que l'homme. Ces idées perdurent dans "l'inconscient collectif". Les hommes ont toujours cherché a contrôler les femmes. Contraindre leur corps en est un des moyens, il est d'autant plus efficace que la femme s'autodiscipline.
- C'est une lutte féministe pour le droit à disposer de son corps et à en préserver l'intégrité. Les féministes ont obtenu des avancées sur le plan légal mais on peut craindre un recul insidieux par le biais de cette "colonisation des esprits" (aliénation). Aujourd'hui, pour une femme, ne pas s'épiler les aisselles est devenu un acte militant !

Comment la publicité a-t-elle détournée les idées féministes ?
L'un des procédés de la "propagande glauque" que constituent les discours et images médiatiques, notamment publicitaires, consiste à récupérer des mots porteurs de sens politique et à les vider de ce sens. Ainsi en est-il du mot "liberté" qui se retrouve prendre le sens de bien-être, confort sur les innombrables publicités qui l'utilisent de nos jours.
De la même manière, la publicité a construit un modèle de la femme "libérée", "active" comme étant une femme constamment soucieuse de son apparence (parfois jusqu'à l'anorexie...) et constamment sexy. Soit exactement le modèle de la femme-objet que les féministes ont toujours rejeté ! Du coup aujourd'hui une femme qui s'épile intégralement le sexe s'imagine sexuellement "libérée"... et ne voit pas en quoi cela serait opposé aux idées féministes.

Épilation du maillot = épilation cache-sexe !
A quoi sert un maillot de bain ? Pas à mieux flotter... Le maillot est purement et simplement destiné à cacher le sexe (parce que, vous comprenez, "si un enfant voyait cela, Oh mon Dieu !". Il faudra que l'on nous explique en quoi un sexe est choquant, mais c'est un autre sujet). Or si des poils pubiens dépassent ils évoquent ce sexe qui est caché. C'est la raison principale de l'épilation ou du rasage des poils qui dépassent, bien plus que les raisons esthétiques qui sont invoquées : la dimension de répression sexuelle qui s'attache à l'épilation reste généralement inconsciente (refoulement) et elle est niée si on la met à jour.
D'ailleurs cela n'est pas sans rappeler l'interdiction de montrer des poils pubiens dans les films qui sont distribués au Japon. Cette interdiction a été calquée sur celle que la MPAA (organisme de régulation de la production cinématographique des U.S.A.) avait édictée dans les années 1930.
De même si les poils ont été bannis de la peinture occidentale pendant des siècles, c'est bien en raison de leur pouvoir d'évocation érotique.

L'épilation participe de l'aliénation sociale

L'épilation : norme et idéologie
- L'épilation est un domaine sur lequel il existe un consensus apparent : une illusion de consensus (car celles qui ne sont pas d'accord n'osent pas faire entendre leur voix) : donc faire son « coming out » brisera l'apparence de consensus ;
c'est un domaine ou règne la propagande et la pensée unique (c'est à dire l'absence de pensée) ;
- L'épilation constitue un bon exemple d'artificialisation et d'aseptisation du corps (rejet de la nature) ; le corps doit être rendu socialement acceptable pour pouvoir être montré ;
- L'épilation est une norme, elle se maintient par le contrôle social (regard appuyés, remarques désobligeantes, conseils "amicaux", mise à l'écart...) qu'exercent sur les femmes "déviantes" (en fait résistantes !) celles qui ont intériorisé la norme. L'idéologie libérale prétend que "chacun est libre de faire ce qu'il veut", ce n'est pas du tout le cas en matière d'épilation à cause de cette pression sociale qui s'exerce.
- La "mode" de l'épilation a pour but de faire du bénéfice sur le dos des femmes, la marchandisation du corps est bien une des dimensions de l'idéologie capitaliste libérale ;
- Le corps dont la publicité veut faire rêver a pour référence négative l'animalité ; et pour idéal implicite : la chose, la machine. Bref la déshumanisation.
- Ce sujet a une dimension culturelle car il s'agit de la redéfinition des critères esthétiques par des intérêts économiques ;
- Ce sujet montre comment le politique et l'économie touchent le domaine le plus intime : notre corps et son intégrité (le corps marchandise). Cela illustre le célèbre slogan féministe « le privé est politique ».
- Ce sujet permet de décliner les théories de la psychologie sociale et de la psychanalyse politique Reichienne en quelque chose de concret et qui concerne la majorité des gens dans leur quotidien.
- L'exemple de l'épilation montre comment une pratique et les valeurs associées, favorables aux classes dominantes (à ceux qui font du profit ; aux hommes puisque la femme est dévalorisée) est intégrée par les dominés. On retrouve là le processus de "matérialisation de l'idéologie dominante dans la structure psycho-corporelle des individus noyés dans la masse" décrit et expliqué par Wilhelm Reich dans "psychologie de masse du fascisme".

L'épilation, un "choix personnel" ?
La grande majorité des personnes qui s'épilent nous expliquent que c'est par choix personnel qu'elles le font. Or il se trouve que - comme par hasard - ce "choix" est le même pour une très grande majorité de femmes. Ce qui fait de la pratique "personnelle" de l'épilation l'une des pratiques les plus conformiste qui soit. Un comble dans une société qui - individualisme oblige - valorise l'anti-conformisme !
Ceci n'exclu pas qu'en effet certaines femmes fassent le choix personnel de s'épiler. Ceci suppose un choix éclairé, c'est-à-dire qu'il s'agit de personnes conscientes de l'influence sociale en la matière, et au fait des multiples inconvénients physiologiques de l'épilation. Ces femmes choisissent alors néanmoins de faire l'expérience d'un corps épilé. Il ne peut donc s'agir que d'une très petite minorité.

Police imaginaire
«Les Occidentaux n'ont pas besoin de payer une police pour forcer les femmes à obéir, il leur suffit de faire circuler les images pour que les femmes s'esquintent à leur ressembler.»
Fatema Mernissi dans Le Harem et l'Occident

Comment en est-on arrivé là ?
Aux États-Unis, où l'épilation a commencé plus précocement qu'en Europe, une étude de sociologie à montré comment les publicités et le rédactionnel des magazines féminins ont peu à peu (de 1915 à 1945) imposé cette norme. Au fur et à mesure que les femmes s'autorisaient à montrer un peu plus de leur corps, elles étaient rattrapées par l'épilation qui est en définitive une façon de les rhabiller (ainsi elles ne sont plus "à poil" !).
On peut penser que le succès de cette offensive publicitaire a été favorisé par des tendances sociales favorables : la répression sexuelle (le poil étant un signe érotique), la dévalorisation du corps, de la femme, du corps de la femme.
On pourra aussi remarquer que les mots qui reviennent avec une grande constance pour justifier la pratique de l'épilation sont les mots "esthétique" et "hygiénique". Ces mots ne sont pas des mots de la langue courantes (à l'inverse "joli", "propre" sont beaucoup plus rarement utilisés). "Esthétique" et "hygiénique" appartiennent au vocabulaire des magazines féminins (et de la publicité) qui les utilisent pour donner une connotation savante ou médicale à leur propos afin de leur donner plus de légitimité.

Texte complet :
> http://www.ecologielibidinale.org/fr/mi ... ion-fr.htm <

N'oublions pas que depuis la publication de ce texte, l'épilation masculine Même si les hommes sont encore moins touchés que les femmes par les diktats de l'épilation, elle commence à dangereusement se banaliser pour eux aussi.


Alors, vous en pensez quoi ? Est-ce que vous vous épilez ou vous rasez ? Est-ce que vous seriez prêt-e à ne plus le faire ? :D
Gender :
[ ] Female
[ ] Male
[x] Licorne

Lin
Membre junior
Messages : 14
Enregistré le : 24 oct. 2011, 17:17

Re: Les poils Vs l'épilation.

Message par Lin » 18 nov. 2011, 18:17

Je connaissais déjà ce petit mouvement ^^
J'avoue que je suis totalement d'accord avec tout ce qui y est dit, en grande majorité. Je fais partie de celles qui s'épilent quelques morceaux choisis (sourcils/aisselles/demie-jambe) uniquement pour passer partout, parce que sinon on te jette des regards bizarres ou t'insulte. J'ai même une petite "moustache" de gonzesse (un petit duvet très foncé au dessus des lèvres), mais je me contente de la décolorer et ça ne se voit plus.

Mais franchement... j'ai déjà vu des femmes qui ne s'épilaient pas et je ne les trouvais pas moins belles que les autres, je m'en fiche pas mal en réalité.

Puis surtout, j'adore cet argument "les poils sous les bras, ça pue"... pourtant, vous voyez beaucoup d'hommes qui s'épilent là ? Pourquoi on leur dit rien à eux ?

Mes poils, j'ai rien contre eux, je suis née avec.

Voya
Aguerri
Messages : 564
Enregistré le : 10 oct. 2011, 20:21
A aimé : 2 fois
A été aimé : 4 fois

Re: Les poils Vs l'épilation.

Message par Voya » 18 nov. 2011, 18:34

Il y a des choses intéressantes dans ce qui est dit. Pour ma part j'aime pas les poils :P comme d'habitude ce n'est pas par convention sociale vu que je m'en fou totale, mais bien par goût esthétique et ça depuis que je suis petite (d'ailleurs j'aime pas non plus les hommes poilus, ça aussi depuis mon enfance, je trouve ça pas très beau :mrgreen:). J'ai de la chance j'en ai peu, donc ça repousse pas vite, j'en enlève un peu de temps en temps. Par contre je plains les gens poilus qui s'épilent souvent, et doivent utiliser des trucs comme les cires ça a l'air de faire plutôt mal. Après chacun fait se qu'il veut, ce qui se sentent bien avec leur poils les gardent et ceux qui n'aiment pas les enlèvent. Même si je ne suis pas fan des poils, j'irais pas obliger une personne à s'épiler.
Modifié en dernier par Voya le 18 nov. 2011, 19:31, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Dexter
Accrozoseries
Messages : 7472
Enregistré le : 30 déc. 2006, 12:03
Localisation : Clermont-fd
A aimé : 270 fois
A été aimé : 66 fois

Re: Les poils Vs l'épilation.

Message par Dexter » 18 nov. 2011, 19:13

il y a beaucoup d'homme qui s'épile maintenant :roll:
La civilisation ne consiste pas à multiplier les besoins mais à les réduire volontairement, délibérément. Cela seul amène le vrai bonheur.
Nous vivons dans une culture où le superflu est devenu si nécessaire que nous sommes condamnés à toujours vivre dans le manque!

Avatar du membre
Disorder
Adepte
Messages : 159
Enregistré le : 14 oct. 2011, 01:59
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Les poils Vs l'épilation.

Message par Disorder » 18 nov. 2011, 19:50

Mais je ne suis pas prête à m'arrêter de raser maillot, aisselle, jambe parce que vous n'avez jamais remarqué que même quand vous n'avez ne serait-ce que 2mm, les gens sont fixés dessus ? Comment mettre mal à l'aise quoi. N'ayant déjà pas trop confiance en moi je n'ose pas assumer cela.
Ça fait un moment que je ne me rase plus les jambes, et un jour alors que j'était en pentacourt dans le bus, y'a un type qui tape une fixette sur mes mollets...c'était pas du dégoût sur son visage, mais plutôt de la surprise. Quand il a vu que je l'avait pris en flag', il est devenu tout rouge, je lui ai souri manière de dire "bah ouais, les filles aussi peuvent avoir du poils au pattes". Et depuis ce jour, mes poils aux pattes je les assumes et puis au fond ils sont assez discrets ! :D
Et là pour voir un peu les réactions, j'ai arrêté de ma raser les aisselles. Quand au maillot, il est hors de question que je m'arrache des poils à cet endroit là, nomého ! :non:

En gros, ça m'agace vraiment d'avoir à me mutiler juste parce que j'ai un corps de fille, les seuls poils que je tond c'est mes ch'veux ! :mrgreen:
Gender :
[ ] Female
[ ] Male
[x] Licorne

Avatar du membre
lamandarine
Néophyte
Messages : 4
Enregistré le : 15 nov. 2011, 16:24

Re: Les poils Vs l'épilation.

Message par lamandarine » 18 nov. 2011, 19:54

Je vais me faire beaucoup d'ennemis car moi je ne pas vivre sans m'épiler ! Je ne vais dans pas des centres ( les cires ça fait mal et ça marche pas beaucoup) j'utilise juste un épilateur (ou une pince à épiler quand je m'ennuie)... En faite je fais surtout cela car c'est phobique (mais phobique de ché phobique, je n'irais pas jusqu'à vomir si quelqu'un non-épiler me toucherais mais...) et ça depuis toujours. J'ai l'impression de voir un corps couvert de mygales :shock: qui pourraient se jeter sur moi. Je sais, je sais, c'est vraiment stupide... Le pire c'est quand je vais à la piscine ! Une vrai torture psychologique :shock: ! Vous pouvez maintenant vous moquez de moi je m'en fiche ! Vive l'épilation :P !

Avatar du membre
Disorder
Adepte
Messages : 159
Enregistré le : 14 oct. 2011, 01:59
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Les poils Vs l'épilation.

Message par Disorder » 18 nov. 2011, 19:57

Oui mais là le choix de l'épilation ne se fait pas par goût ou par pression sociale, mais parce que t'as la trouille des poils...donc je vois pas où est le mal (si ce n'est que tu devrais peut être chercher d'où vient cette phobie pour essayer de t'en débarrasser je pense).
Gender :
[ ] Female
[ ] Male
[x] Licorne

Avatar du membre
Tierell
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 31 oct. 2011, 19:47

Re: Les poils Vs l'épilation.

Message par Tierell » 18 nov. 2011, 20:26

Franchement, j'ai toujours vécu ça comme une obligation , l'épilation .... A vrai dire je ne m'en souciait pas vraiment au début ... même quand j'ai commencé à avoir du poil sous les aisselles , ça n'a pas été la panique :roll: Et puis un jour ( vers 10/11 ans je pense ) un groupe de garçons s'est moqué de moi à la piscine .... Voilà comment on traumatise les petites filles !

Depuis ce temps je m'épile hélas .... C'est surtout pour ne pas devenir une cible , parce que j'aime passer inaperçue et ne pas être embêtée par les gens .... Cependant je réserve en général ça à l'été ( allant parfois jusqu'à n'épiler QUE la partie entre le pantacourt et la chaussette :mrgreen: ) .
L'hiver , entre les jeans et les collants opaques , c'est la fête ! :P Mais j'avoue que je continue à raser les aisselles même en hiver ( un peu moins souvent mais je le fais quand même ).... Je suppose que c'est une sorte d'automatisme maintenant ... J'ai l'impression que si je ne le fais pas je vais transpirer plus sous les bras, avoir trop chaud , etc ....

Au final , en plus , je trouve que la peau épilée n'a même pas un bel effet ... Ayant la "chance" d'avoir la peau blanche et sensible , une jambe épilée chez moi , il y aura toujours des rougeurs , un effet chair de poule .... rien à voir avec les jambes luisantes et photoshopées des magazines :roll: Je trouve ça immonde de retoucher les photos des mannequins comme ça .... Après, des millions de jeunes filles complexent parce qu'elles n'arrivent pas à avoir une peau aussi parfaite :evil:
"You can't change the past , but you can ruin the present by worrying about the future"

Voya
Aguerri
Messages : 564
Enregistré le : 10 oct. 2011, 20:21
A aimé : 2 fois
A été aimé : 4 fois

Re: Les poils Vs l'épilation.

Message par Voya » 18 nov. 2011, 20:42

Pour ma part je met généralement que des pantalons et vu que je suis pas une fan de la mer/piscine, je me met rarement en maillot. C'est aussi une solution :mrgreen: Je la ressort, mais vu qu'on parlent de poils et elle aussi, ça si prête bien :humour: =>

Avatar du membre
Maëlle
Associé
Messages : 721
Enregistré le : 22 févr. 2009, 22:56
Localisation : Région Parisienne
A été aimé : 1 fois

Re: Les poils Vs l'épilation.

Message par Maëlle » 18 nov. 2011, 20:49

intéressant cet article. il correspond assez à ce que je pense d'ailleurs :mrgreen:

je m'épile partiellement avec un degré de tolérance variable. Les jambes c'est quand j'y pense, donc pas souvent et puis je suis toujours en pantalon et j'en ai peu là :mrgreen: les aisselles c'est régulièrement mais sans non plus viser le nickel chrome. Le menton là je fais la chasse (foutu dérèglement hormonale -_-), rien ne doit pousser nan mais oh. J'envisagerais bien le laser pour avoir la paix d'ailleurs. les poils pubiens ça pas question d'y toucher !

Ca me rappelle d'ailleurs un souvenir : une cousine qui avait un cancer du sein et avait donc suivi une chimio. un jour je l'ai trouvé pleurant. la perte de ses cheveux elle s'en foutait, elle composait. Par contre ceux là non, elle pouvait pas tant elle se sentait petite fille. Je m'étais alors dit qu'elle avait raison et que ceux qui se rasaient étaient finalement "bizarres" .

mon humble avis c'est que : si ça dépasse du maillot, ben c'est que le maillot il est trop petit ou qu'il fallait prendre l'option plage nudiste :lol: d'ailleurs esthétiquement parlant j'aime beaucoup les maillots de bain jupette ou shorty, et je ne pense même pas que ça vienne de là :D
"Pas de jolie vie, de joli chemin si l'on craint la pluie"

Piccolo
Atrix
Messages : 1708
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 19 fois
A été aimé : 106 fois

Re: Les poils Vs l'épilation.

Message par Piccolo » 18 nov. 2011, 20:52

Perso j'ai plein de poils partout (enfin je suis pas un singe non plus hein !).
Je me rase uniquement le visage avec une tondeuse pour garder une petite barbe de trois jours.

J'ai la peau très sensible (oh, pauvre petit chou...) donc les grands rasages non merci.

Vive les gens à poils ( "poils" au pluriel hein ! :mrgreen: ) !

Avatar du membre
Obsidian
Altruiste
Messages : 1169
Enregistré le : 19 oct. 2008, 15:43
Localisation : Lyon

Re: Les poils Vs l'épilation.

Message par Obsidian » 18 nov. 2011, 22:53

Pour ma part, je n'aime pas les poils. Heureusement je suis pratiquement imberbe de nature :mrgreen:

Je n'ai pas tenu plus de 6 jours sans me raser le visage.

J'avoue que j'ai toujours trouvé un côté "sale" aux poils :oops:


Et puis ça pique !!! :twisted:

Avatar du membre
Agesse
Amibe
Messages : 92
Enregistré le : 07 avr. 2011, 12:52
Localisation : Nantes
Contact :

Re: Les poils Vs l'épilation.

Message par Agesse » 18 nov. 2011, 23:06

Moi pareil, j'enlevais rien ni meme mon manteau de peur que ça dépasse, après qu'on se soit moqué de moi quand je devais etre en cinquième à cause d'un short porté alors que je ne me rasais pas. Origines italiennes obligent, ils sont voyants mais moi je m'en fiche, mais les autres...;

Du coup depuis je complexe !! J'ose pas trop porter de jupes, même avec collant, de peur qu'on voit des poils, pareil pour les hauts à manche courte car j'ai des bras poilus, le maillot car je veux des jolis découpage de culotte comme les mannequins dans les magazines et depuis que je sors avec un jeune homme presque imberbe je me fais le ventre T.T Car j'ai l'impression d'être un singe à côté (ouinnnnn).

Après je fais aussi les sourcils, mais là par contre absolument pas une dictature du poil, c'est uniquement pour affiner mon visage et lui donner un côté plus joli, plus doux. J'ai aussi une moustache que je hais par dessus tout mais peur d'y toucher et de tout empirer XD

Avatar du membre
Alban
Ace Creed
Messages : 2357
Enregistré le : 06 mai 2009, 18:46
Localisation : Nord
A aimé : 111 fois
A été aimé : 134 fois

Re: Les poils Vs l'épilation.

Message par Alban » 18 nov. 2011, 23:14

.
Modifié en dernier par Alban le 22 janv. 2013, 19:42, modifié 1 fois.
Les anges d'aujourd'hui, ce sont tous ceux qui s'intéressent aux autres avant de s'intéresser à eux-mêmes.

Voya
Aguerri
Messages : 564
Enregistré le : 10 oct. 2011, 20:21
A aimé : 2 fois
A été aimé : 4 fois

Re: Les poils Vs l'épilation.

Message par Voya » 18 nov. 2011, 23:43

Moi c'était à l'école, on va dire que je me suis développée plus vite que la moyenne, et qu'à l'école on m'appelait yeti :| . Alors quand je suis entrée en 6ème, j'ai tout caché, on ne voyait plus une seule parcelle de mon corps... Même si je devais crevée de chaud. Franchement, c'est vraiment déterminant ce que l'on vit petit... J'ai mis du temps à me faire à mon corps !
Idem, je pense que les moqueries dont on est victime étant jeune nous influence un peu, j'ai eu le droit à mon lot de conneries aussi. A l'époque ou le culte des mannequins, très mince n'existait pas encore, être assez mince naturellement comme moi était mal vu, au même titre que les grosses. J'ai eu le droit quand j'étais ado à "tas d'os", "squelette","planche à pain", "zombie"... bref que des trucs sympathique. Donc si ça peut en rassurer certaines, les minces aussi peuvent avoir été complexée. Maintenant j'y fais juste plus attention, parce de toute façon je pourrais rien y faire, je vois plutôt les cotés positifs, pouvoir manger ce que je veux sans me soucier de prendre 1kg :mrgreen:
Modifié en dernier par Voya le 03 déc. 2011, 01:01, modifié 2 fois.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités