Page 1 sur 1

Comment surfer sur sa non-hétérosexualité? - MadmoiZelle

Publié : 07 sept. 2018, 21:15
par Crocodile
Bonjour à tous!

Je viens de découvrir cette vidéo de Charlie de madmoiZelle, où elle donne des "petitips" pour assumer sa non-hétérosexualité. Personnellement j'aime beaucoup Charlie, avec son côté ovni/absurde et son langage parfois grossier. Et je suis contente qu'elle mentionne l'Asexualité, même si on parle d'une petite dizaine de secondes, c'est déjà chouette (bien sûr, en quelques secondes, on a pas le temps de parler du spectre de l'asexualité ou de différencier préférences romantiques et sexuelles, mais bon).

Je ne sais toujours pas comment çà marche pour montrer la jaquette de la vidéo alors voilà:
https://www.youtube.com/watch?v=nKvCBoImZr8

Vos avis?

Re: Comment surfer sur sa non-hétérosexualité? - MadmoiZelle

Publié : 08 sept. 2018, 00:16
par fiffi
C' est bien là le problème de l' asexualité : toutes les orientations sont dignes d' intérêt si elles sont " sexuelles " . Une orientation sans attirance sexuelle , on se contente de la nommer et on passe vite à autres choses .

Re: Comment surfer sur sa non-hétérosexualité? - MadmoiZelle

Publié : 08 sept. 2018, 12:32
par thailog
Je suis assez d'accord avec fiffi, le but de la vidéo est de rassurer les personnes qui ne sont pas hétérosexuelles mais les non-hétéro on leur reproche de ne pas être hétéro, pas d'être sexuel ça c'est à nous qu'on le reproche.

Je crois qu'il y a pas mal de gens qui pensent que la pression mise sur les non-hétéro est plus forte que la pression mise sur les non-sexuels mais j'en suis pas sur. C'est vrai qu'être gay ou lesbienne c'est visible(je veux dire qu'à partir du moment ou deux hommes forment un couple leurs homosexualité est visible de tous) tandis que l'asexualité c'est invisible(si deux A sortent ensemble, ils peuvent toujours cacher leurs asexualités aux autres) pourtant la culpabilité de ne pas être "normal(e)", la difficulté de faire son coming-out puis d'assumer derrière me semblent aussi difficile pour les non-hétéro que pour les non-sexuels.

Re: Comment surfer sur sa non-hétérosexualité? - MadmoiZelle

Publié : 08 sept. 2018, 12:46
par clotaire
thailog a écrit :
08 sept. 2018, 12:32
la culpabilité de ne pas être "normal(e)", la difficulté de faire son coming-out puis d'assumer derrière me semblent aussi difficile pour les non-hétéro que pour les non-sexuels.
Je pense que c'est assez variable selon l'environnement dans lequel on évolue, suivant l'entourage. Dans mon cas par exemple, je pense que c'est moins difficile d'être non-S que non-hétéro vis-à-vis de ma famille, mais ça peut être l'inverse dans certains contextes du boulot ou avec d'autres groupes sociaux. Du coup chacun a sa problématique ;-)

Re: Comment surfer sur sa non-hétérosexualité? - MadmoiZelle

Publié : 08 sept. 2018, 18:30
par Ylber
thailog a écrit :
08 sept. 2018, 12:32
JJe crois qu'il y a pas mal de gens qui pensent que la pression mise sur les non-hétéro est plus forte que la pression mise sur les non-sexuels mais j'en suis pas sur. C'est vrai qu'être gay ou lesbienne c'est visible(je veux dire qu'à partir du moment ou deux hommes forment un couple leurs homosexualité est visible de tous) tandis que l'asexualité c'est invisible(si deux A sortent ensemble, ils peuvent toujours cacher leurs asexualités aux autres) pourtant la culpabilité de ne pas être "normal(e)", la difficulté de faire son coming-out puis d'assumer derrière me semblent aussi difficile pour les non-hétéro que pour les non-sexuels.
Je serai d'accord pour considérer cette pression sociale comme équivalente le jour où des asexuels, parce qu'asexuels, seront mis à la porte par leurs parents, se feront casser la gueule à la sortie d'une réunion entre A, seront en butte aux condamnations des religieux, provoqueront des manifestations de masse en faveur de la limitation de leurs droits, j'en passe et des meilleures.

Nous suscitons beaucoup d'incompréhension, parfois de l'incrédulité ou de la moquerie. Mais je trouve ça fondamentalement différent, et bien plus facile à affronter, que la haine viscérale de certains (évidemment pas de tout le monde) contre les pédés et les gouines.

A l'inverse, l'opposition visible / invisible ne me semble pas pertinente : l'homosexualité peut se cacher aussi facilement que l'asexualité (la notion de coming-out n'aurait d'ailleurs aucun sens, sinon). C'est une des grandes différences avec les discriminations fondées par exemple sur le sexe ou la couleur de la peau.