Les asexuels: Il n'y en pas un sur dix, mais elles et ils existent

Comment le monde nous voit-il, comment nous voyons le monde : apparitions dans la presse, interviews, événements, etc.
Avatar de l’utilisateur
Hestia
Altruiste
Messages : 1128
Inscription : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Iel
A aimé : 160 fois
A été aimé : 239 fois
Contact :

Les asexuels: Il n'y en pas un sur dix, mais elles et ils existent

Message par Hestia » 09 févr. 2018, 13:38

Hello !
Voici un article publié le 20 décembre 2017 par Denis Daniel Bouillé. Personnellement, je suis un peu mitigé par l’article ; déjà il y a ça qui me dérange :
Pour d'autres, il n'y a ni attirance sexuelle, ni même émotionnelle pour une autre personne. On parle alors
Je suis aromantique en plus d’être asexuelle, et jusqu’à preuve du contraire, il m’arrive d’être émotionnellement attirée par autrui.

http://www.fugues.com/250241-article-le ... stent.html
Si possible alternez entre l’accord féminin et le langage épicène lorsque vous me désignez à la 3ème personne.

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenator
Messages : 1528
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 388 fois
A été aimé : 412 fois

Re: Les asexuels: Il n'y en pas un sur dix, mais elles et ils existent

Message par PassionA » 09 févr. 2018, 14:16

Je vois ce que tu veux dire, et je pense que l'auteur se fourvoie en déclarant que les aro ne ressentent pas d'attirance émotionnelle pour les autres. C'est une très mauvaise tournure de phrase qui tend à dire essentiellement : si on n'est pas bouleversé amoureusement par une personne alors on ne ressent aucune attirance émotionnelle pour elle. Ce qui est faux pour tout le monde, même les romantiques.

Les asexuel.le.s peuvent ressentir de l'affection et des émotions pour une personne, envisager une relation de couple, mais le sexe ne sera jamais ni prépondérant, ni même nécessaire pour qu'elle ressente une plénitude amoureuse. La tendresse, les câlins, eux, revêtiront une grande part dans la relation. On parle alors d'asexuel.le romantique.
C'est drôle que des choses a priori non romantiques comme la tendresse, les câlins, l'affection (qui n'en a pas eut avec sa famille ou pour un proche) soient spécifiquement distinguées comme étant romantiques. En fait ça prouve simplement que l'auteur ne saisie pas ce qu'est l'attirance romantique. Je ne vais pas le blâmer, personne ne sait vraiment la définir.

On pourrait considérer qu'au cours d'une vie, on soit toutes et tous un jour ou l'autre asexuel.le.s, si ce n'est que pour la plupart d'entre nous, c'est par défaut, solitude, baisse de la libido, l'âge, etc. En aucun cas, cela ne représente ou n'a représenté un choix, c'est plutôt une conséquence. Pour les asexuel.le.s qui se décrivent comme tel.le.s, cela relève d'un choix souvent après avoir expérimenté et confronté leur sexualité avec d'autres
Là encore, on a une tournure très ambiguë. J'arrive à comprendre que l'auteur estime que l'on fait le choix "de se définir" comme asexuel (et non de l'être), alors que les autres ne font que traverser des périodes ou leur comportement asexuel serait non-désiré. C'est très maladroit surtout dans la mesure où il passe la première partie de l'article à expliquer que l'asexualité n'est pas à confondre avec un comportement chaste.

Bref, copie à revoir.

fiffi
Avenista
Messages : 1356
Inscription : 04 oct. 2016, 00:07
Localisation : 77
Pronom : Il . Fiffi et tu
A aimé : 346 fois
A été aimé : 191 fois

Re: Les asexuels: Il n'y en pas un sur dix, mais elles et ils existent

Message par fiffi » 10 févr. 2018, 00:07

Daniel Bouillé a fait un certain raccourcis en parlant d' attirance émotionnelle !
Une personne n' ayant pas de relations sexuelles n' est pas forcément A , surtout si les relations S lui manque et l' asexualité , comme les autres orientations n' est pas un choix .

Avatar de l’utilisateur
Ylber
Amibe
Messages : 76
Inscription : 13 janv. 2018, 17:22
Localisation : Paris
Pronom : Il
A aimé : 35 fois
A été aimé : 45 fois

Re: Les asexuels: Il n'y en pas un sur dix, mais elles et ils existent

Message par Ylber » 10 févr. 2018, 13:33

PassionA a écrit :
09 févr. 2018, 14:16
C'est drôle que des choses a priori non romantiques comme la tendresse, les câlins, l'affection (qui n'en a pas eut avec sa famille ou pour un proche) soient spécifiquement distinguées comme étant romantiques. En fait ça prouve simplement que l'auteur ne saisie pas ce qu'est l'attirance romantique.
Je suis A, et pourtant j'aurais pu faire la même erreur que l'auteur, car la tendresse, les câlins et l'affection sont des choses qui n'existent pratiquement que dans le cadre de ma vie amoureuse ; je ne vis pas ça avec ma famille et mes proches.
M'apercevant que l'article avait été écrit par un homme homosexuel, et que c'est aussi mon cas, je me suis demandé s'il n'y avait pas là une clé de compréhension.
Beaucoup d'homos se font jeter de leur famille : pour nous, il n'est donc pas si naturel que ça de considérer cet environnement comme affectueux.
J'ai pas mal de copines, avec lesquelles je partage nombre d'émotions agréables (amitié, complicité, solidarité, admiration, compassion... et rigolade, beaucoup !), mais la façon dont elles sont conformées limite mes élans affectifs et ne me donne aucune envie de leur faire des câlins.
La société française (c'est parfois différent dans d'autres pays) admet que les femmes s'émeuvent, se bisouillent et se tripotent entre elles, mais n'encourage pas les manifestations d'affection entre hommes, ou alors sous la forme d'amitiés viriles dont sont précisément exclus les homosexuels (on s'empile les uns sur les autres parce qu'un but vient d'être marqué, mais "on n'est pas des pédés").
A l'inverse, il est habituel de s'embrasser, de s'enlacer et de se toucher entre gays, qu'il y ait attirance sexuelle ou pas.
Cette ghettoïsation affective me fait associer fortement amour, tendresse et câlins, à l'instar du Sieur Boullé.
Du coup, je suis moins choqué que vous par cet article. Je me reconnais assez bien dans sa définition des asexuels romantiques, mais je ne fais pas de mon cas une généralité, et je conçois que sa description des aros soit à la fois fausse et blessante.

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenator
Messages : 1528
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 388 fois
A été aimé : 412 fois

Re: Les asexuels: Il n'y en pas un sur dix, mais elles et ils existent

Message par PassionA » 10 févr. 2018, 16:14

Merci Ylber pour ton retour d'expérience qui est éclairant.

J'ai eu quelques relations homosexuelles et ce que tu dis m'ouvre des portes sur la compréhension de l'une d'entre elle justement où le mec en question ne comprenait pas qu'on puisse juste être amis alors qu'on était affectif/tendre l'un envers l'autre, que cela impliquait l'amour sans autre possibilité, bien qu'il avait un groupe d'ami(e)s proches composé d'hommes et de femmes avec lesquels il vivait pourtant ça. J'ai toujours pris son cas comme une façon de projeter son désir sur la réalité de notre association plutôt que de bien vouloir accepter que ma perception des choses soit différente, mais j'entrevois un peu maintenant d'où ça a pu venir.

Je pense que ce tu décris ouvre la réflexion sur la façon dont les personnes perçoivent individuellement ce qui est romantique de ce qui ne l'est pas, car ça ne me semble pas être limité uniquement à une niche précise de personnes. Je sais par expérience que certaines femmes hétéro considèrent également la tendresse et l'affection comme étant un fait purement amoureux (bien que par ailleurs étant capable de vivre et de ressentir cela pour leurs proches de façon non ambiguë) et c'est pourquoi je dis après coup que je ne blâme pas l'auteur pour cela, car en réalité il n'existe pas de définition de ce qu'est la romance puisque c'est un sujet hautement subjectif.

Personnellement, j'aurais eu à dire il y a quelques années que les personnes romantiques (dans le sens, à qui il arrive d'éprouver de l'attirance amoureuse pour une autre personne) projetaient leurs désirs ou leurs craintes sur des gestes et des attitudes qui ne sont que des preuves d'attention et de sympathie dont elles doivent manquer un niveau inconscient. Un peu comme certaines personnes sont capables de s’échafauder toute une histoire d'amour à partir d'un simple sourire qu'on leur a fait. Mais je conçois que c'était une vision très biaisé et qu'il y a sans doute plus à dire que cela sur le sentiment amoureux, même si je ne saurais dire quoi car c'est juste irrationnel de mon point de vue.

Avatar de l’utilisateur
didou
Atrix Revolutions
Messages : 1976
Inscription : 24 oct. 2015, 19:22
Localisation : Nozay, Essonne
Pronom : il
A aimé : 152 fois
A été aimé : 450 fois

Re: Les asexuels: Il n'y en pas un sur dix, mais elles et ils existent

Message par didou » 10 févr. 2018, 19:03

Zlohz,
Hestia a écrit :
09 févr. 2018, 13:38
Voici un article publié le 20 décembre 2017 par Denis Daniel Bouillé. Personnellement, je suis un peu mitigé par l’article ; déjà il y a ça qui me dérange
Bin je le trouve plutôt bien cet article. J'ai juste butté, comme @PassionA sur le terme "cela relève d'un choix souvent après avoir expérimenté (...)". Effectivement c'est ambigu comme formulation. Mais pour le reste je trouve que c'est clair et factuel.
Ylber a écrit :
10 févr. 2018, 13:33
La société française (c'est parfois différent dans d'autres pays) admet que les femmes s'émeuvent, se bisouillent et se tripotent entre elles, mais n'encourage pas les manifestations d'affection entre hommes, ou alors sous la forme d'amitiés viriles dont sont précisément exclus les homosexuels
Bin j'ai toujours vu mon père (un S de chez S, revendiqué, hétéro de chez hétéro) faire la bise à ses vrais amis et même à ses très bons copains. Et moi, je fais de même. Je dois dire que le regard des autres, je m'en suis toujours foutu. Sans doute est-ce d'avoir vu mon père faire ainsi. Donc je pense que ce cliché peut être facilement rompu pour le peu que l'on enseigne à ses enfants qu'entre mec on peut aussi se faire la bise sans pour autant être gay.
Ylber a écrit :
10 févr. 2018, 13:33
(on s'empile les uns sur les autres parce qu'un but vient d'être marqué, mais "on n'est pas des pédés"
:lol:
Règle n°1 : pas avant le mariage. Règle n°2 : ne pas se marier

thailog
Affilié
Messages : 320
Inscription : 08 avr. 2017, 15:46
Pronom : il
A aimé : 81 fois
A été aimé : 78 fois

Re: Les asexuels: Il n'y en pas un sur dix, mais elles et ils existent

Message par thailog » 11 févr. 2018, 16:15

Bof l'article, je n'ai rien à ajouter aux remarques fait par les autres membres du forum. Je voulais juste dire que de manière général je m'étonne toujours de lire des articles avec des auteurs S qui essaient d'expliquer c'est quoi l'asexualité, comment on le vit et bla bla bla. La définition elle est clair, une personne asexuel c'est une personne qui n'a pas d'attirance sexuelle point.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités