Des poèmes...

Vous avez écrit un poème, une histoire ? Vous dessinez, ou bien encore créez de la musique ? Venez, et faites-nous partager vos oeuvres d'art !
Avatar de l’utilisateur
HemA
Aspirant
Messages : 38
Inscription : 31 mai 2018, 23:16
Localisation : Nord
Pronom : elle
A aimé : 1 fois
A été aimé : 19 fois

Des poèmes...

Message par HemA » 03 juin 2018, 00:27

Bonjouuur :D
Quelle heureuse coïncidence que de tomber sur de vieux écrits et de découvrir cette section du forum dans la même journée!
Je serai ravie d'avoir vos critiques pour quelques poèmes que j'ai écris il y a bien 7 ans maintenant, certains étaient des cadeaux pour des proches et d'autres étaient inspirés de mon état du soir...
Bonne lecture, prenez une part de gâteau: :cake:


- Les Petites Routes -
D'abord des sentiers de terre, solitaires,
Un mythe traversant un désert,
Nul n'a vu, ni nul n'a su,
À propos de ces tracés perdus.

Puis un sentier grandit, nourri,
Des pas d'un marcheur aguerri,
Et il se fend d'être connu enfin,
Jusqu'à se fendre en deux chemins.

Un autre emprunte son destin, dépeint,
Marqué du rejet des siens,
Il ne semble être personne,
Ni ne ressemble à aucun Homme.

Mais son chemin le mène loin, au loin,
Le marcheur court de tout son bien,
Et sous ses pieds le chemin change,
Tout comme le monde qui le dérange.

Les routes se mêlent, s'entremêlent,
Mais aucune n'est la même,
Marcher, courir jusqu'au lointain,
Devient le but de chacun.

Quand un carrefour alors se forme, difforme,
Pour faire se rassembler les Hommes,
Plus personne ne marche solitaire,
Et les routes quittent enfin la terre.


- Dialogue en Soi -
J'ai peur, ce monde m'épie pour me juger,
Je n'ai nulle part où me cacher,
Seulement le coin de dans mon lit,
Pour respirer le temps d'une nuit.

Du calme, ce monde est grand mais moins que toi,
En m'écoutant tu comprendras,
Tout est défi à surmonter,
Voilà longtemps que tu es prêt.

J'ai honte, j'ai des pensées parfois obscures,
Moi qui croyais mon esprit pur,
Je divague et je dramatise,
Mon mental devient ma hantise.

Voyons, tu n'es aucune de ces pensées,
Tous tes reproches sont insensés,
Tu viens de loin et de bien beau,
Suis ton chemin jusqu'à là-haut.

Je suis perdu, je ne vois plus,
Ni le chemin ni ce qu'il fût,
La solitude enchaîne mes pas,
Et la détresse dévore ma foi.

Écoute, ma voix te guide dans ce néant,
Je suis tout près je suis devant,
Le silence surgira en toi,
Mais par dessus tu m'entendras.

Je pleure, le temps a pris trop de ma vie,
Et rien n'arrête ce vieux bandit,
Le vide se creuse au coeur de moi,
Je crains que je n'y tiendrai pas.

Allons, sur chaque étoile il y a un nom,
Dans ta mémoire une solution,
Le temps enseigne la sagesse,
Pour que l'amour jamais ne cesse.

Je cherche, les origines de mon histoire,
Un avenir en lequel croire,
Assimiler ce que je suis,
Pour mieux appréhender la vie.

Je sais, ce que tu cherches est éphémère,
Mais tourne toi vers la lumière,
Et la promesse de ton passé:
J'existe pour t'aider à trouver.


- Le Ciel Amoureux -
Il y avait une enfant aux beaux yeux argent,
Née au soleil d'un matin de printemps,
Gâtée de l'amour des siens,
Sa mère, son père et ses chiens,
Et sur un pic demeurant.

Ses premiers pas, son grand sourire,
Les premiers mots de ses souvenirs,
Adressés au vent de l'hiver,
Qui, caressant ses cheveux clairs,
Lui répondait dans un soupir.

Elle se grandissait de jour en nuit,
Ses yeux levés vers son seul ami,
Qui n'était fait que de coton blanc,
Et d'étoiles et de firmaments,
Mais elle le croyait être en vie.

Ainsi passait-elle des moments sans fin,
Lui racontant des songes anodins,
Et il l'écoutait dans un silence éternel,
Façonnant, dessinant le ciel pour elle,
Elle l'admirait tant et si bien.

Le temps passait et berçait leur union,
Et sur ce pic qui était leur maison,
L'on disait qu'une femme s'accordait au ciel,
Le faisant rougir ou pleurer de plus belle,
Au gré et regret de ses émotions.

Mais leur idylle ne put se parfaire,
Quand la maladie frappa l'éphémère,
Le ciel ouvrit alors ses bras,
Et tendrement il enlaça,
Celle dont le coeur quitta la terre.


- La Sirène et le Pin -
Un bois peuplé touchait l'océan azur,
Surplombant l'étendue de ses grands conifères,
Des deux éléments ne régnait ni eau ni terre,
Et l'harmonie se joignait à un calme pur.

En ce lieu tout était possible à croire,
Je fut témoin d'une rencontre fortuite,
Quand de l'eau sortit un être insolite,
Ouvrant conversation aux vivants à l'écart.

Un jeune homme poisson perça la surface,
Remontant du fond marin qui lui gardait la vie,
Comme il se prenait à le faire à chaque nuit,
Pour étancher sa curiosité vivace.

Il s'adressa donc à ce pin massif,
Admirant son écorce charnue,
Qui avait lui semblait-il bien vécue,
Pour cet enfant naît des récifs.

"Comment se portent tes terres ce soir,
Crains tu le gel à venir bientôt,
Le vent t'apporte-t-il source de maux?
Il me tarde d'entendre ton histoire".

"Tant de questions, lui répondit le sage,
Pour un poisson sans plus de mémoire,
Je crains que te répondre me soit dérisoire,
Mais je m'en vais t'en faire le partage".

Ainsi discutaient-ils de choses et de rien,
Que seuls deux êtres de ce monde-ci,
Pouvaient avoir loisir de donner avis,
Jusqu'à ce que pointe le matin.

Alors le géant des bois se faisait silence,
Son ami retournait à ses profondeurs bleues,
Et dans l'étendue de leur cadre somptueux,
L'harmonie et le calme retrouvaient présence.


- Le Ciel s'endort -
A-t-on jamais vu un ciel aussi beau,
Que celui que l'on daigne regarder?
Celui que l'on admire sans mot,
Dans une contemplation figée,
Celui-là habité par les fées.

Je vois un royaume d'or et de vent,
Accablé de fatigue au soleil couchant,
Quand l'astre du jour cède à la nuit,
Cesse les tambours et endort la vie,
La lune à son tour nous veille sans bruit.

Et au dessus du voile brumeux,
Parsemé de rêves et de souhaits cachés,
S'étend la nostalgie d'un temps achevé,
Les mémoires d'un amour silencieux,
Entre présent et passé.

Le jour préside l'éternel et la nuit l'éphémère,
Pour chaque croissant nocturne,
Comme à chaque éclipse solaire,
S'éveille la conscience diurne,
Et l'ego cède alors à l'éther.



*câlins à distance*
Afficher

Avatar de l’utilisateur
Lemlemi
Apprenti
Messages : 53
Inscription : 30 juil. 2016, 14:06
Localisation : sur les pentes du Taniquetil
A aimé : 16 fois
A été aimé : 20 fois

Re: Des poèmes...

Message par Lemlemi » 03 juin 2018, 20:41

Bravo pour ces beaux poèmes, très travaillés. J'ai surtout apprécié les Petites Routes et Le Ciel s'Endort, sans être vraiment capable de dire pourquoi - l'universalité des sujets, le travail sur les petites phrases simples en un ou deux vers ?

Avatar de l’utilisateur
HemA
Aspirant
Messages : 38
Inscription : 31 mai 2018, 23:16
Localisation : Nord
Pronom : elle
A aimé : 1 fois
A été aimé : 19 fois

Re: Des poèmes...

Message par HemA » 03 juin 2018, 23:27

Merciii Lemlemi c'est gentil :) je me souviens qu'à l'époque où je les aient écrit j'ai voulu en faire qu'à ma tête, je n'ai jamais étudié de plan d'écriture en poésie alors j'ai pensé que ça donnerai une structure trop bizarre, mais ton commentaire est rassurant haha
Afficher

fiffi
Ascendant
Messages : 1099
Inscription : 04 oct. 2016, 00:07
Localisation : 77
Pronom : Il . Fiffi et tu
A aimé : 256 fois
A été aimé : 135 fois

Re: Des poèmes...

Message par fiffi » 03 juin 2018, 23:48

Tes poèmes sont très beau , je ne trouve pas la structure bizarre . En tant qu' amateur de poésie , je t' encourage à continuer . :-)

Avatar de l’utilisateur
HemA
Aspirant
Messages : 38
Inscription : 31 mai 2018, 23:16
Localisation : Nord
Pronom : elle
A aimé : 1 fois
A été aimé : 19 fois

Re: Des poèmes...

Message par HemA » 04 juin 2018, 17:23

fiffi merci pour ton commentaire qui fait plaisir! :D
Afficher

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité