Petit témoignage

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Elysiae
Membre junior
Messages : 6
Inscription : 01 mars 2018, 15:54
Localisation : Pas-De-Calais
A aimé : 1 fois
A été aimé : 10 fois

Petit témoignage

Message par Elysiae » 10 mars 2018, 16:48

Bonjour / Bonsoir,

Je me permets l'écriture de ce post pour m'étendre un peu plus que sur ma présentation et vous raconter mon histoire (un bon siège et du pop-corn sont conseillés, cela risque d'être un peu long *-*).

Déjà, les bases. Durant mon adolescence, j'ai eu plusieurs histoires avec de charmantes demoiselles mais rien de très très sérieux, les petites amourettes du collège, les premiers baisers, les premiers câlins mais déjà aucune attirance sexuelle envers elles. Il est possible de mettre cela sur le compte de l'âge me direz-vous, et je suis totalement d'accord. Un peu plus tard vint le lycée, charmant endroit rempli de jeunes hommes et demoiselles désirant à tout prix être en couple, participer à des soirées plutôt alcoolisées et découvrir leur sexualité... Des choses qui semblent banales, certes, mais qui ne m'attiraient pas spécialement. A cette époque, dès que j'ai eu 16ans, je suis sortie du système scolaire durant une année car je me sentais totalement perdue au milieu de tout ça. De plus, ma dysphorie et mon hypersensibilité me faisaient me sentir encore plus mal car avant même d'essayer de comprendre les autres, je voulais réussir à me comprendre moi même. Petite information supplémentaire, ma famille est au courant de ma dysphorie depuis la première fois où je m'en suis rendue compte, c'est à dire aux alentours de 7-8 ans et ils ont toujours été très encourageants et bienveillants à l'égard de cela, aucune gêne pour en discuter. Grâce à leur soutient, à quelques séances de discussion chez une psy et un gros travail sur moi même, je suis retournée au lycée l'année suivante (même si cela n'a pas été facile au début). A ce moment là, grosse erreur, j'ai décidé d'essayer de faire "comme tout le monde" : Soirées, alcool au point de ne pas se souvenir de la veille, relations d'un soir et début de la musculation. Je me disais que peut-être, j'avais besoin de plus me sociabiliser, de travailler mon image et que j'allais comme par magie me réveiller un matin et ne plus avoir de tourments. Gros fiasco, cela n'a aidé en rien, je n'avais aucun plaisir avec ces relations d'un soir et les soirées me mettaient bien plus mal à l'aise qu'autre chose... J'ai quand même décidé de continuer le sport car cela reste bon pour la santé mais surtout dans le but illusoire de "combattre" la personnalité qui voulait de plus en plus s'exprimer. Après l'arrêt de l'opération commando "Comme tout le monde", je me suis concentrée sur les études, j'ai obtenu le bac et je me suis inscrite à la fac.

Ici commence le deuxième chapitre, bien plus riche en découvertes que le premier. Premier jour à la fac, endroit immense comparé au lycée dans lequel j'étais déjà perdue, autant vous dire que les premiers jours ont été délicats. Je n'avais jamais vu autant de gens si différents les uns des autres, il y avait de tout et c'était un sentiment de liberté assez plaisant même si je me sentais submergée par tant de monde. Amphis bondés, classes trop petites, je me suis crée un personnage pour que le moins de monde possible m'approche, j'étais très bien dans ma petite bulle d'intimité et de timidité. Style gothique, regard à faire changer de trottoir, des vêtements bien trop serrés pour faire ressortir la musculature que j'avais tenté de me créer. Le stratagème marchait très bien, j'étais la personne seule du fond de la classe, le même type de personne où si il ne reste qu'une place et que c'est à côté d'elle, on préfère rajouter une chaise et se serrer à 3 avec d'autres gens (si si je vous jure, c'est arrivé une fois). Et un jour, une demoiselle qui me regardait toujours en secret est venue me voir pour faire connaissance. J'étais plutôt réticente au début mais j'ai finalement accepté de discuter, nous avons échangé nos numéros et au fil des jours, nous nous sommes envoyés de plus en plus de messages. Après environ un mois, elle m'a avoué qu'elle commençait à tomber amoureuse, qu'elle voulait qu'on apprenne à se connaître encore plus, je me suis dit : Aller, pourquoi pas après tout ! Je lui ai parlé de ma dysphorie, de mon hypersensibilité, elle a été très très compréhensive et m'a même donné la force d'assumer cela, de ne plus lutter contre moi même et qui j'étais vraiment. Elle m'a convaincue d'assumer ma féminité, dans notre intimité c'était une liberté immense, elle m'a prêté des perruques, appris à me maquiller, m'a emmenée faire les magasins pour trouver des vêtements féminins, bref, une ouverture d'esprit à couper le souffle. Elle voyait cela un peu comme une sorte de jeu, elle s'y amusait bien et comme elle voyait que j'étais heureuse, c'était parfait.

Maintenant, le sujet délicat, nos moments intimes. Même si elle acceptait parfaitement ma féminité, elle m'aimait en tant que garçon et donc avait des désirs pour le personnage que je m'étais crée. J'essayais de la satisfaire du mieux que je pouvais, en me forçant à le faire pour elle, par amour, mais elle a vite remarqué que c'était mécanique et non par plaisir. Nous avons réussi à trouver quelques arrangements, nous aimions toutes les deux quelques pratiques fétichistes, nous avons centré notre vie sexuelle autour de cela en oubliant peu à peu le coït. Pendant quelques temps, c'était parfait, nous avions le bon équilibre mais le manque l'a vite rattrapée et je voyais qu'elle était moins épanouie qu'avant. Elle a supporté cela par amour pendant plusieurs mois, j'étais heureuse parce que je voyais qu'elle m'aimait sincèrement mais en même temps triste et je culpabilisais de ne pas pouvoir la combler, lui offrir tout ce qu'elle voulait. Nous avions l'habitude de beaucoup communiquer, dès qu'il y avait un soucis nous mettions tout à plat pour éviter les conflits et je pense que c'est ce qui nous a permis de durer un bon moment.

Il y a maintenant une semaine, j'ai pris la décision de lui parler franchement comme nous l'avons toujours fait, je lui ai dit que je culpabilisais de la voir moins heureuse qu'avant, que j'étais plus qu'heureuse de l'avoir à mes côtés et qu'elle m'aime sincèrement. Comme moi aussi je l'aime sincèrement, j'ai fais un sacrifice par amour, je lui ai dit qu'il valait mieux que l'on reste uniquement meilleures amies et qu'elle trouve quelqu'un avec qui elle pourrait s'épanouir pleinement et vivre sa sexualité comme elle l'entend. Elle m'a remerciée de penser à son bonheur, de vouloir son bien et après une longue discussion elle a accepté de faire ça. Pour moi, l'amour c'est vouloir le bonheur de l'autre, que l'autre personne soit épanouie et puisse vivre pleinement comme elle l'entend. Je ne voulais pas agir en tant qu'égoïste et la garder prisonnière dans une relation où elle n'aurait pas le plaisir qu'elle recherche et qu'elle aime tant.

Donc voilà où j'en suis aujourd'hui, grâce à cette merveilleuse demoiselle j'assume qui je suis vraiment, je suis bien plus heureuse que durant mon adolescence et je ne pense pas recommencer une histoire avant d'avoir trouvé une personne également asexuelle. J'ai également décidé de rendre mon corps plus neutre, de perdre la musculature que je me suis crée pour mon personnage et ainsi pouvoir m'approcher du "gender-fluid". Je respecte et j'ai une grande admiration pour les personnes transgenre & transexuelle, c'est juste que je n'ai pas envie de faire partie de la case "masculin" ou "féminin", je désire juste être moi même et pouvoir en jouer, changer selon mes envies et mes besoins.

Même si cela est difficile, ne vous forcez pas à faire des choses si vous n'en avez pas l'envie, cela ne fera que vous rendre de plus en plus triste (même si je sais que dans certaines situations c'est bien plus facile à dire qu'à faire). Soyez vous-même, n'ayez pas peur de vous accepter, lutter c'est juste se détruire soi-même, tout le monde mérité d'être heureux comme il l'entend.

Voili voilà, ce fut le long pavé de ma vie, j'espère que la lecture n'était pas trop barbante ^^. Encore un grand merci à vous pour votre accueil, au plaisir de vous lire et de vous croiser sur le forum,

Elysiae

Avatar de l’utilisateur
clotaire
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2268
Inscription : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : aime être tutoyé ;)
A aimé : 404 fois
A été aimé : 410 fois

Re: Petit témoignage

Message par clotaire » 10 mars 2018, 17:22

merci pour ton témoignage Elysiae :-) C'était pas barbant du tout !

Ton histoire est très intéressante, et je trouve que finalement, avec cette relation que tu décris, tu as eu beaucoup de chance, tu étais seule et elle t'a sauvé, en quelque sorte. C'est bien si tu arrives à garder précieusement ce souvenir.

Je trouve que ce côté genderfluid peut avoir un côté sympa dans certains milieux. Je vais parfois à des bals trad où des gars sont habillés en fille, ça passe très bien aussi. C'est chouette de pouvoir prendre toute sa liberté.

Avatar de l’utilisateur
Léonis
Associé
Messages : 730
Inscription : 17 sept. 2017, 22:39
Pronom : Elle
A aimé : 90 fois
A été aimé : 224 fois

Re: Petit témoignage

Message par Léonis » 10 mars 2018, 20:01

Merci pour ce témoignage Elysiae.
Je suis non-binaire mais parlez de moi au féminin ça me fera plaisir :mrgreen:
Plus d'explication : Ma présentation
"Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose." Sigmund Freud

fiffi
Avant-gardiste
Messages : 1292
Inscription : 04 oct. 2016, 00:07
Localisation : 77
Pronom : Il . Fiffi et tu
A aimé : 324 fois
A été aimé : 181 fois

Re: Petit témoignage

Message par fiffi » 11 mars 2018, 00:51

Tu nous offres un beau témoignage , merci Elysae .

Avatar de l’utilisateur
godiva
Amibe
Messages : 87
Inscription : 21 nov. 2017, 23:22
Localisation : Paris
A aimé : 29 fois
A été aimé : 18 fois

Re: Petit témoignage

Message par godiva » 11 mars 2018, 02:09

J'avoue avoir eu peur en regardant la taille du roman, mais heureusement c'est bien écrit.
ça va, ça se lit tout seul. :D

C'est une très belle histoire. Une personne bien entre dans ta vie et la change merveilleusement.
Une personne de cœur rencontre une personne de cœur.
C'est beau, c'est un bel équilibre, même si malheureusement ça n'a pas tenu :(
Ça donne envie de croire en l'amour et l'humanité.
Métal un jour, métal toujours ! :guitar:

Avatar de l’utilisateur
Hestia
Ascendant
Messages : 1077
Inscription : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Iel
A aimé : 148 fois
A été aimé : 224 fois
Contact :

Re: Petit témoignage

Message par Hestia » 11 mars 2018, 17:28

Merci pour ce témoignage. Tu as raison de vouloir être toi-même; c'est important d'être en accord avec soi même, puisque c'est cela qui nous permets de nous épanouir.
Si possible alternez entre l’accord féminin et le langage épicène lorsque vous me désignez à la 3ème personne.

anita
Affilié
Messages : 291
Inscription : 11 sept. 2011, 10:58
A aimé : 7 fois
A été aimé : 7 fois

Re: Petit témoignage

Message par anita » 11 mars 2018, 20:02

J'ai tout lu ^^
C'est super ce qui t'es arrivé ! J'espère que ça se reproduira un jour pour toi ;-)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité