asexualité ou aphrophobie ?

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 3326
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : En Pécorie
A aimé : 558 fois
A été aimé : 793 fois

Re: asexualité ou aphrophobie ?

Message par Baelfire » 10 mars 2018, 17:26

Bien sûr que tu peux te confier. Autant que tu veux. J'ai juste souligné le fait qu'il ne fallait pas attendre de nous que l'on résolve les problèmes (en général pas que le tien).

Si une écoute et la bienveillance te font du bien, alors épanche-toi autant que tu le souhaites :)
Les gens qui pensent que l'amour est plus important que l'argent devraient essayer de rembourser leur prêt immobilier avec de gros bisous.

Avatar de l’utilisateur
dawnofthedove
Affable
Messages : 124
Inscription : 08 déc. 2017, 21:51
A aimé : 27 fois
A été aimé : 34 fois

Re: asexualité ou aphrophobie ?

Message par dawnofthedove » 15 mars 2018, 18:51

godiva a écrit :
10 mars 2018, 17:20
Ma question est : est-ce que tu me permets de continuer à me confier sur le forum ?
Ce me semble, le forum est fait pour. En plus, tu parles pas de ton aversion pour les carottes par exemple (et elles ne t'ont rien fait, elles sont innocentes). ce que tu confies a quelque chose à voir avec le schmilblick. Ce qui compte, c'est que toi tu sois à l'aise avec les choses que tu dis dans cet espace public.

Pour ton histoire, je ne connaissais pas l'aphrophobie, mais je me retrouve un peu dans ce truc de répulsion vis à vis des bonshommes en chaleur :shock: :ouhla: . Je n'ai pas ton vécu (et d'ailleurs waw mazette :shock: je compatis et je t'envoie pleins de bonnes ondes), mais je prends le métro aussi (je suis une femme, j'ai des seins, et je respire :roll: ) et j'ai croisé moult pénibles, de telle sorte que quand un bonhomme a du désir dans le coin de son oeil, je ne le vois plus comme un homme, mais comme une nuisance potentiellement transformable en monstre. donc oui, je me retrouve un peu dans ce que tu dis. En plus, je suis homo (a)romantique, donc je n'ai jamais pu profiter des aspects sympas du regard masculin sur ma petite personne magnifique et sexy. :mrgreen:
Image

"Tout ce qui mérite d'être fait mérite d'être fait lentement" - Ralph Culco "l'évangile selon Tolkien"
...
"Ou pas :mrgreen:" - Moi.

Avatar de l’utilisateur
Mazzam
Membre
Messages : 16
Inscription : 02 mars 2017, 01:02
Pronom : Elle
A aimé : 122 fois
A été aimé : 16 fois
Contact :

Re: asexualité ou aphrophobie ?

Message par Mazzam » 16 avr. 2018, 00:05

Bonjour Godiva !

C'est clair que tu en as bavé... (Je suis de tout cœur avec toi ♥) Et je pense que la seule personne qui puisse déterminer si tu es asexuelle ou aphrophobe, c'est
Afficher
Il s'agit de te poser les bonnes questions.
Tu as encore du désir, au moins dans tes pensées, puisque tu dis avoir des pulsions mais ne pas désirer quelqu'un précisément. Ta libido est présente, tu la reconnais.
Ce simple fait de fantasmer l'acte sexuel te pose-t-il problème ? Ou est-ce seulement la possible pratique IRL qui te bloque / te rebute / te fait peur ?
D'après l'article, les aphrophobes ont une véritable révulsion pour le désir. En ce qui te concerne, j'ai l'impression que la révulsion va plutôt à l'encontre des hommes dans leur ensemble, c'est un tout petit peu différent.
Interroge-toi sur toutes ces choses, prend le temps de te poser et de faire le point sur ce qui te nuit véritablement, ton désir ou ton contact avec les hommes.

Pour ma part, je suis un peu comme toi : si un homme m'aborde et que je sens un quelconque désir chez lui, j'ai cette même alerte dans mon cerveau, avec la sirène et le gyrophare. :) Mais en plus de ça, j'éprouve une forme de dégoût. Je n'arrive pas à concevoir qu'on puisse me désirer sexuellement. (Ni même autrement, mais je pense que c'est plutôt une question de confiance en moi..) Donc je me montre extrêmement froide, voire un poil agressive. Je ressens cette espèce de dégoût, mais pas de peur.
Pourtant, je me suis reconnue sur certains points de la description des aphrophobes : événement qui chamboule la sexualité, refus du contact (j'ai tendance à vivre les approches trop chaleureuses comme une agression)(et je rêve pourtant de câlins et de caresses douces et respectueuses, c'est un peu paradoxal...), pour autant, je diffère des gens qui ont cette phobie tout simplement parce que je ne souffre pas d'avoir de temps à autres des pulsions, comme toi. Je ne suis pas aphrophobe parce que je n'ai pas peur du désir, et je suis asexuelle parce que je ne porte aucun intérêt au sexe / à l'acte sexuel. Si tu réussis à faire la part des choses un peu de cette façon, en dissociant bien ce qui te rapproche des asexuels et ce qui te rapproche des aphrophobes, tu y verras beaucoup + clair.

Quoi qu'il en soit, l'un ou l'autre ne doit (/devrait) pas être porté comme un fardeau sur nos épaules. On vit les choses comme on peut, teh !

Bon courage !
Image

Avatar de l’utilisateur
godiva
Amibe
Messages : 87
Inscription : 21 nov. 2017, 23:22
Localisation : Paris
A aimé : 29 fois
A été aimé : 18 fois

Re: asexualité ou aphrophobie ?

Message par godiva » 09 août 2018, 16:35

Bonjour
Excusez mon absence. J'ai été sérieusement malade, du aux fibromes et donc une fatigue horrible. Je me suis totalement déconnectée.

Oui je lis vos posts, et depuis j'ai évolué. D'ailleurs, vous m'avez touché par votre compassion, et votre gentillesse.

Je crois que mon problème n'est peut-être lié à l'asexualité, mais aux traumatismes, qui m'ont rendu plus ou moins asexuelle, de par la peur.

Si je ne me masturbe pas pendant un certain temps, je ressens le besoin de faire l'amour, mais attention pas avec une personne en particulier. Peut-être parce que je ne suis pas amoureuse, justement.

Il est vrai que quand je suis avec un homme, j'ai peur d'être violée, appelons un chat, un chat.
Ainsi je pense que pour avoir une vraie relation, il faudrait peut-être que j'établisse un rapport de confiance avec l'homme en question, avant tout de chose.
Et peut-être qu'un jours je finirais par avoir des désirs orientés vers UN homme. Je ne crois pas que je pourrais du jour au lendemain, me mettre à avoir envie de tous les mecs qui passent...
Métal un jour, métal toujours ! :guitar:

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : drole2bete, Google [Bot] et 4 invités