mon cas ...

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Aldebaran
Membre
Messages : 27
Inscription : 26 févr. 2018, 11:03
A été aimé : 1 fois

mon cas ...

Message par Aldebaran » 05 mars 2018, 08:27

Bonjour à tous(tes) , premièrement je tiens à vous remercier pour votre chaleureux accueil lors de mon inscription 😊
Après une petite période où j ai un peu parcouru le forum , pour lire les différents témoignages de chacuns , je réalise que je n ai pas écris grand choses sur moi ... je suis d un naturel assez effacé plutôt doué pour écouter les autres que pour parler de moi. De plus j ai toujours eu du mal à m insérer dans un groupe de Discution .. pas parce que je suis asocial, mais parce que j ai toujours peur de saouler les gens lol discrétion ou timidité , je sais pas vraiment ..
Bref je vais vous parler de mon cas :
Je suis un homme et j habite dans les hauts de France , je penses être asexuel ou demi sexuel peut être .. je suis d orientation gay si on peu dire , puisque je n aime pas le sexe à proprement parler , juste les câlins , les caresses et pas plus .. embrasser éventuellement aussi , mais il faut que ce soit un homme . La ou je me perds un peu , c est que j ai remarqué que la plupart d entre vous étent aromantiques et je ne sais pas si c est mon cas puisque j ai besoin d aimer et d être aimé, c est donc du romantisme il me semble 🤨
Enfin inutile de vous préciser que je suis célibataire , puisque le milieux gay et principalement axé sur le sexe et que cela me dégoûte.🤮
Ça serais sympas de votre part si vous pouviez m aider à démêler tout ça 😅
Merci de m avoir lu

Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 3326
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : En Pécorie
A aimé : 558 fois
A été aimé : 793 fois

Re: mon cas ...

Message par Baelfire » 05 mars 2018, 09:25

Salut Aldebaran et bienvenue :)

Ta réflexion semble assez pertinente. Ce n'est pas que les aromantiques n'aiment pas les calins et la tendresse, c'est qu'ils ne sont pas gagas d'une personne. Jamais tu ne les verras balbutier ou être confus en face de l'être aimé (enfin ça heureusement ça n'arrive que dans les débuts^^) parce que ils gardent toute leur raison, si je puis dire. Ce ne sont pas des gens qui sont secoués émotionnellement par l'autre.

Tu penses que c'est ton cas ?
Les gens qui pensent que l'amour est plus important que l'argent devraient essayer de rembourser leur prêt immobilier avec de gros bisous.

Aldebaran
Membre
Messages : 27
Inscription : 26 févr. 2018, 11:03
A été aimé : 1 fois

Re: mon cas ...

Message par Aldebaran » 05 mars 2018, 11:15

Secoué émotionnellement non , je garde le contrôle. Mais je me suis deja surpris à avoir envis de prendre des gens dans mes bras parce que j aime leur personnalités .. C est chelou 😕

Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 3326
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : En Pécorie
A aimé : 558 fois
A été aimé : 793 fois

Re: mon cas ...

Message par Baelfire » 05 mars 2018, 11:37

Non c'est pas chelou, c'est humain :)

Et il me semble que ça arrive aux aros aussi. Ils ne sont pas dénués de sentiments. Mais il vaut mieux attendre que l'un(e) d'eux passe par là pour t'expliquer comment ça se passe. Je ne suis pas bien placée là dessus.
Les gens qui pensent que l'amour est plus important que l'argent devraient essayer de rembourser leur prêt immobilier avec de gros bisous.

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenista
Messages : 1481
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 371 fois
A été aimé : 398 fois

Re: mon cas ...

Message par PassionA » 05 mars 2018, 12:31

Aldebaran a écrit :
05 mars 2018, 11:15
Secoué émotionnellement non , je garde le contrôle. Mais je me suis deja surpris à avoir envis de prendre des gens dans mes bras parce que j aime leur personnalités .. C est chelou 😕
Ça ne me choque pas. Je suis aro, et je ne pense pas avoir jamais été "amoureux" de quelqu'un au sens de "retourné émotionnellement, perdre la tête" . En revanche, j'ai eu des relations tendres et câlines avec beaucoup d'affectif. C'est juste que je ne suis attaché que d'une façon purement platonique. Voir une personne cible de mon affection être amoureuse et vivre avec une autre personne ne me dérange pas, au contraire je suis même plutôt heureux pour elle si ce qu'elle vit la rend heureuse. Je déteste être moi-même la cible d'un amour romantique, je le vis très mal et comme une violation de mon espace intime.

Je ne crois pas qu'il n'y ai qu'une seule façon de vivre son aromantisme, mais là où on se retrouve tous c'est dans le fait de ne pas être amoureux, c'est tout. Quand je lis ce que les personnes décrivent comme leurs sensations amoureuses, je ne m'y retrouve pas du tout et je n'ai jamais vécu cela. Pour moi, le plus grand amour que je puisse ressentir pour une autre personne est plutôt du genre familial/adelphe, c'est à dire tel que l'on peut ressentir pour un frère ou une sœur ou pour un parent.

Avatar de l’utilisateur
Hestia
Ascendant
Messages : 1077
Inscription : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Iel
A aimé : 148 fois
A été aimé : 224 fois
Contact :

Re: mon cas ...

Message par Hestia » 05 mars 2018, 15:47

Bienvenue :D
Aldebaran a écrit :
05 mars 2018, 08:27
La ou je me perds un peu , c est que j ai remarqué que la plupart d entre vous étent aromantiques et je ne sais pas si c est mon cas puisque j ai besoin d aimer et d être aimé, c est donc du romantisme il me semble
Je suis aromantique et j'ai besoin d'aimer et d'être aimé. A vrai dire la difference entre le fait d'être romantique et aromantique est surtout liée à la nature exact de l'amour ressenti. Me concernant je suis comme PassionA que je cite pour éviter de dire la meme chose formulé autrement:
PassionA a écrit :Pour moi, le plus grand amour que je puisse ressentir pour une autre personne est plutôt du genre familial/adelphe, c'est à dire tel que l'on peut ressentir pour un frère ou une sœur ou pour un parent.
Je vais quand même préciser que je n'ai rien contre les relations amoureuses, mais je n'ai jamais éprouvé l'envie de me mettre en couple, car je n'ai ni l'envie d'être en couple avec quelqu'un dont je ne suis pas amoureuse, ni le besoin d'être en couple. J'ai juste besoin d'aimer des personnes qui me sont proches.

Remarque personnellement, je préfère traduire le mot aromantique par le fait de ne pas ressentir de sentiment romantique; lorsque cela me concerne, car j'ai constaté qu'il y a des aromantiques qui associent leur capacité à éprouver l'amour platonique à un sentiment amoureux, et que j'ai du mal à savoir si effectivement un sentiment amoureux est forcément romantique ou non.
Si possible alternez entre l’accord féminin et le langage épicène lorsque vous me désignez à la 3ème personne.

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenista
Messages : 1481
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 371 fois
A été aimé : 398 fois

Re: mon cas ...

Message par PassionA » 05 mars 2018, 16:09

Hestia a écrit :
05 mars 2018, 15:47
Remarque personnellement, je préfère traduire le mot aromantique par le fait de ne pas ressentir de sentiment romantique; lorsque cela me concerne, car j'ai constaté qu'il y a des aromantiques qui associent leur capacité à éprouver l'amour platonique à un sentiment amoureux, et que j'ai du mal à savoir si effectivement un sentiment amoureux est forcément romantique ou non.
Bin, je dirais que pour mes premiers flirts queerplatoniques, je me suis sérieusement demandé si c'était ça qu'on appelait l'amour. Clairement, ces personnes je les ai aimé et je les aime encore, il m'arrive encore de penser à elles et à nos souvenirs. Je crois que toute ma vie je me demanderais si c'est ça le sentiment amoureux. Bon, clairement toutes ces personnes étaient romantiques et soit elles ne ressentaient pas ça chez moi (genre, on m'a dit que je n'avais pas les yeux qui brillaient quand je parlais d'elle/de lui) soit elles étaient confrontées à ma non-envie de relation de couple, ce qui m'a poussé à me questionner et à comprendre que je n'étais pas amoureux de la même façon, et surtout pas de la bonne façon pour que ça fonctionne.

Pour moi, avant, c'était indéniable, j'aimais, j'avais aimé, et je pensais être capable d'être amoureux. Mais pour un aro être amoureux n'a RIEN à voir avec ce que ressentent les romantiques et ce n'est qu'en lisant les témoignages d'autres aro que je l'ai compris. Ça m'a fait le même truc qu'avec la découverte de l'asexualité, je me suis reconnu à 100% et je me suis dit, mince je suis vraiment trop con et je comprends maintenant pourquoi je me suis toujours senti en décalage.

Si on me demandait aujourd'hui, je dirais peut-être qu'on peut être amoureux de façon platonique (même si ça ne semble pas avoir de sens a priori). Un peu comme la différence entre squish et crush ?

Aldebaran
Membre
Messages : 27
Inscription : 26 févr. 2018, 11:03
A été aimé : 1 fois

Re: mon cas ...

Message par Aldebaran » 06 mars 2018, 06:30

Je vais quand même préciser que je n'ai rien contre les relations amoureuses, mais je n'ai jamais éprouvé l'envie de me mettre en couple, car je n'ai ni l'envie d'être en couple avec quelqu'un dont je ne suis pas amoureuse, ni le besoin d'être en couple. J'ai juste besoin d'aimer des personnes qui me sont proches.


Voilà c est complètement ça : besoin d aimer des personnes qui me sont proche ..

Avatar de l’utilisateur
Orichalque31
Membre
Messages : 19
Inscription : 06 avr. 2018, 21:51
Localisation : Toulouse (France)
A aimé : 1 fois
A été aimé : 3 fois
Contact :

Re: mon cas ...

Message par Orichalque31 » 11 avr. 2018, 17:56

Bonjour Aldebaran,
Récemment inscrit sur le forum, j'explore quelques messages et le tien a retenu mon attention, puisque je me sens moi aussi homoaffectif.

Je crois que comme pour l'homosexualité qui peut présenter divers "niveaux", l'asexualité aussi concerne un "large spectre" (il y a d'ailleurs nombre de messages qui le confirment : chacun[e] la vit à sa façon). Le point qui nous rassemble, c'est que notre attirance pour le sexuel pur est (plus ou moins fortement) en deçà de la moyenne constatée...
Et concernant les gays, cette moyenne est hélas très élevée à mon sens...

Je pense que l'on peut se reconnaître dans certains aspects de l'asexualité, et pourtant avoir envie d'aimer et d'être aimé, voire de vivre en couple...
Sauf que dans mon cas, je sais notamment 2 choses (que d'autres ici ont probablement dû ressentir aussi, même si je multiplie les singularités lol!) :

- lorsqu'un garçon me plait, je ne m'imagine pas avoir une relation sexuelle avec lui, mais partager énormément de tendresse, de câlins et d'affection !

- j'ai toujours eu du mal à identifier - distinguer clairement l'amour et l'amitié. Peut-être est-ce en partie parce que je n'ai jamais eu de petit copain, ou bien du fait de mon "parcours émotionnel" quand j'étais ado puis jeune adulte, mais un amoureux, je l'envisage comme un ami sentimental, avec des moments de partage juste un peu plus poussés que dans le cadre d'une amitié proche...
C'est un peu compliqué à exprimer...

Bref, tout ça pour dire que tu n'es pas seul : courage ! :-)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : drole2bete, ginny anne et 3 invités