Apprentie Asexuelle perdue dans la galaxie

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Kitaka
Amibe
Messages : 97
Inscription : 17 sept. 2017, 21:52
Localisation : Région Centre
A aimé : 54 fois
A été aimé : 31 fois

Apprentie Asexuelle perdue dans la galaxie

Message par Kitaka » 04 oct. 2017, 20:43

Coucou tout le monde.
Bon, un peu de temps est passé.
Depuis que j'ai découvert le mot "asexualité".
Depuis que j'ai trouvé AVEN.
Depuis que j'ai trouvé ce forum.
Depuis mon inscription.
Depuis que je me suis dévoilée à vous.
Depuis que vous m'avez ouvert les yeux et conseillée.

Me voilà, après une prise de conscience sur moi-même en lisant des témoignages.
Après une rupture aussi douloureuse que chaotique, et toute une reconstruction à faire.

Pour ceux qui n'auraient pas lu mon 1er post, pour ceux qui sont curieux, pour ceux qui veulent se rafraîchir la mémoire, pour ceux qui aiment lire....
La 1ère partie dirons-nous, est ici: viewtopic.php?f=6&t=8297.


J'avais commencé à me dévoiler sur mon 1er post, je poursuis sur celui ci.
C'est pas simple de trouver les bons mots pour exprimer ce que l'on ressent. Et encore plus pour ce que l'on ressent pas! De cogiter sur des choses que l'on ne ressent pas.
J'ai relevé la tête, je sors petit à petit de ma dépression. Ça se voit, je me remet à dire/écrire des conneries!!
Mais j'ai encore beaucoup de flou en moi, des réponses qui ont apportées avec elles d'autres questions...
Alors me r'voilà, avec mon histoire, mes idées, mes questions...
Une fois de plus je me dévoile à vous, et c'est un exercice difficile. Si je veux vraiment que ce post me serve, il faut que je sois totalement honnête avec vous. Il y a toujours les "bah non, j'vais pas écrire ça, ça craint, ils vont penser que..". Mais si je suis cette phrase, ce post n'aura servi qu'à faire perdre du temps à tout le monde. Donc, je vais être la plus honnête possible. "M'dévoiler comme jamais" (il y en a qui ont eu une chanson en tête là? Normal,qu'on le veuille ou non, lol! Dsl pour ceux qui ont pas compris, c'est rapport à une chanson "sapé comme jamais").
Parce-que là maintenant, ce dont j'ai besoin, vraiment besoin, c'est de me connaitre.
De me redécouvrir. Totalement puisque qu’avant j'étais dans l'ignorance.


Vous commencez à me connaitre, quand j'écris, je ne compte pas mes mots. Je les laissent sortir de mon esprit, bruts, tels qu'ils sont, tels que je pense les choses. Alors il va sûrement y avoir long à lire.
Installez-vous confortablement avec la boisson de votre choix, de quoi sustenter votre estomac bien sûr, et bonne lecture...



Il était une fois, une femme qui savait désormais qu'elle était normale...

Alors voilà, je sais désormais que je suis normale. Ça parait con, mais ça m'a fait beaucoup de bien rien que de le savoir.
Ensuite, un mot a fait son apparition : asexualité.
Je suis pas le genre de personne qui aime être mise dans une case, mais j'avoue que cette étiquette là a réussi à apaiser mon esprit torturé.

Mais du coup, tout ça engendre plus de questions... Ok je me reconnais en tant qu'asexuelle car je n'éprouve pas de désir sexuel.
Mais il y a tout les «spectres» (si j'ai bien compris. Hésitez pas à me corriger si je me trompe dans quoi que ce soit. Au contraire) de l'asexualité. Et là, je m'y perd.
Je n'attends pas de vous que vous me disiez que je suis telle ou telle A. Je sais bien qu'il n'y a que moi au final pour déterminer cela.
Cependant, c'est flou. Savoir que l'on est A, ok, c'est déjà un bon début pour faire son introspection. Mais depuis quand? Depuis quand j'ai des relations sexuelles dont je pourrais me passer? Et le côté tactile, depuis quand c'est pas mon truc?
Je sais également, à travers les réponses apportées aux même questions sur ce forum, que parfois on a des périodes. Ça aide pas pour faire le tri!

Et là, je tourne en rond. Il me faut un regard neuf, un regard extérieur, d'autres perspectives, d'autres façons de penser.
Vous voyez, un peu comme Dr House !! Lol , z'inquitez pas je vais pas vous faire de coups tordus!
C'est pour ça que j'ai encore besoin de vous mes A.A . Meuh non, pas Alcoolique Anonyme, Amis d'Aven...!
Aller, je vous embarque avec moi dans mon introspection.


1. Le sexe
Tout d'abord, il a fallu (avant même que je me définisse A, mais plus en profondeur cette fois), se remémorer le passé. Ouais, pas simple ça non plus, j'ai une mémoire de poisson rouge!

Depuis quand j'ai des rapports pour faire comme tout le monde? C'est vrai ça, et pourquoi?

Hmmm...depuis quand? Toujours. Ma 1ère fois c'était limite programmé. Les parents de Jeune Homme étaient pas là, c'était un peu une évidence. (Wouha, ça craint d'écrire ça!). On s'aimait et tout, ça s'est bien passé. Mais je ne pense pas que je l'ai fais par amour, désir, ou envie. Si, envie de faire comme tout le monde, d'être comme tout le monde, envie de ne pas décevoir le Jeune Homme, de ne pas être montrée du doigt, moquée... Ma vie familiale était compliquée (ouais, comme tout le monde!), j'avais déjà le sentiment d'être mise à part pour beaucoup de choses. Je ne voulais pas être à part dans mon cercle potes / amoureux. En y repensant, j'ai fais beaucoup de choses pour être acceptée parmi le troupeau!
Voilà qui répond au depuis quand.

Et pourquoi?
Parce-que je croyais que ça coulait de source?
Parce-que c'est la ''normalité'' de passer à l'acte lorsque l'on est avec quelqu'un?
Parce-que je ne savais pas qu'autre chose existait? (même si ce n'est pas un choix)
Parce-que sinon je pensais qu'on m'aimerai pas.
Parce-que ''con d'ado'' j'ai suivi le moov, et je ne me suis jamais posé la question ensuite?
Parce-que au fur et mesure c'est devenu une habitude.
Parce-que le sexe est tellement partout que ça nous incite à penser que c'est comme ça? Que inévitablement tout mène au sexe, tout les prétextes sont bons pour passer à l'acte?
Parce-que tout ça et les partenaires m'incitaient à me dire que je c'est moi qui avait un problème? Que je ne suis pas normale?

C'est tendu de déterminer ce genre de choses après tant d'années... Mais lorsque je pense à ce que j'étais, à ce que je voulais être /paraître, cela me semble juste.

Non mais sans déconner, mon cerveau était où tout ce temps?
Bref, voilà en ce qui concerne le depuis quand et le pourquoi.

Ceci dit, oui le sexe, j'en éprouve pas le besoin. Mais... (bah oui, il y a un «mais» sinon c'est pas drôle), pourquoi à ce moment-là j'ai eu des périodes de rut? (on va dire ça comme ça). Des périodes où clairement j'avais envie de sexe. Et si Chéri est à côté, je suis excitée un truc de taré, je le violerait limite! J'irais pas jusqu'à dire un besoin, car c'est loin de m'empêcher de dormir ou de manger. Mais j'ai envie. Célibataire ou non. Donc ce n'est pas juste pour faire plaisir à Chéri. Après si je n’assouvis pas cette envie, c'est pas un brame! Au pire, je m'occupe de moi seule, ça peut arriver. Ou je mets nez dans l'frigo. Ou je regarde passer les oiseaux ...
Ces périodes ne sont pas fréquentes.
Avec dernier Chéri, étant donné que je notais tout, ces périodes coïncidaient avec juste avant ou juste après mes règles. Mais impossible de savoir pour avant les prises de notes. (Prise de note depuis 1an environ)


Et au final, tout au long de ma vie ça été ainsi.
Si je devais schématiser:
Au début pour rentrer dans le moule --» parce-que c'est comme ça en couple --» périodes de rut occasionnelles --» parce-que c'est comme ça en couple --» périodes de rut occasionnelles...
Bon pas aussi linéaire, mais vous voyez le truc.
C'est ces périodes de rut qui ne me paraissent pas coller avec l'asexualité. Ça fait un sacré contraste!!
Serait-ce uniquement une question d’hormones?

Quand j'arrive à avoir un rapport dans de bonne conditions, je trouve ça agréable. J'aime faire plaisir à mon partenaire, j'ai même déjà joui en faisant des gâteries. Plus je vois et entends qu'il aime, plus ça me fais monter. J'aime aussi recevoir, avoir une gâterie reste mon pêcher mignon.
Dès qu'il s'agit de la pénétration en revanche, là ça varie.
Je peux être très excitée à la vouloir et tout se passe bien niveau ressenti jusqu'à la fin.
Ou alors au bout d'un moment, pouf! L'excitation se tire avec les bonnes sensations, me laissant là, juste avec ce va et vient ni douloureux, ni désagréable, mais...bah... juste un va et vient quoi...

Certains me diront que c'est la pénétration c'est du coup pas trop mon truc, qu'il y a peut-être un truc physique en moi qui fait que..., que sexuellement les mecs c'est peut-être pas mon truc...
Je dis ça car c'est des phrases que j’ai déjà entendues.
- Je dirais pas que c'est pas mon truc, puisque des fois ça vient de moi, et que j'arrive a y ressentir du plaisir, et parfois jusqu'à la fin.
- "un truc physique en moi qui fait que" , euh... hormis que j'ai fais de gros bébés, je vois pas non. Bien avant leurs l'arrivée c'était pareil.
- "que sexuellement les mecs c'est peut-être pas mon truc"... Bon bah là je vais dévoiler un truc que personne ne sait.
Oui, j'avoue, une fois avec une fille, il a quelques petites années. C'était pas pour essayer, ou truc du genre, ça s'est fait comme ça. Elle aussi "de base" hétéro. C'était une voisine. Ici, ce n'était qu'un pied à terre rapide, 2/3mois, puis elle partie vers sa destination finale (pas le film hein!!). Même palier, 2 portes d'écart, elle vient sonner une nuit , gros gros gros coup de galère, elle voulait que je garde son fils jusqu'au petit matin. Elle m'avait déjà vu avec mes enfants. Voilà comment on s'est rencontré. De fil en aiguille on est devenue amies. Et ça s'est passé juste avant son départ. Je sais même plus vraiment comment on s'est rapprochée ce soir là, mais tout me paraissait naturel. C'est limite que quand elle a quitter mon appart que je me suis dis que c'est une femme, pas un mec! Enfin, que j'ai réfléchi à ce qui venait de se passer quoi.
De là à dire que je suis bi, non. Je pense pas que je puisse me baser juste sur une expérience. Après c'est vrai que je ne me suis jamais posé la question en fait. De mes yeux j'apprécie autant un corps masculin que féminin, les 2 sont différents, les 2 sont beaux, et différents beaux!
Mais de là à dire que je suis bi, je pense que ce serait exagérer , confondre la beauté des corps, et l'attirance pour le corps en lui-même.
Aaah, et pis cette histoire de moule, de troupeau... il y a de quoi avoir de la boue dans les yeux!!


D'autres sont dans ce ou ces cas là?
Vous en pensez quoi vous les A.A ,(Asexuels Aguerris, Rhôôô, faut suivre hein!)



2. Le tactile
Bah, pas trop mon truc non plus.
Déjà par «tactile», j'entends tout ce qui est bisou, caresse, câlin.

- Câlin: Je suis pas une câlineuse, mais des fois, j'avoue qu'un ti' câlin ça fait du bien.
Je suis pas fortiche pour détecter quand la personne en a besoin en plus... Et vu que ça me vient pas comme ça à l'idée...

- Caresse: «machinales» en regardant la tv, une main qui passe dans le dos, au passage, si Chéri est sur mon trajet. Voilà le genre de caresse. Mais si j'en fais pas, je m'en porte pas plus mal. Ceci dit il peu m'arriver de caresser Chéri durant des heures pour faire plaisir. Car faire plaisir à Chéri, ça me fait plaisir. Sous ma couche «garçon manqué», sous  ma carapace, je peux être très douce. Les caresses me font du bien, mais dans l'esprit zen, détente c'est tout. Rien de sentimental. Après caresses coquines peuvent éveiller une envie...ou pas.

- Bisous: Bizarrement à 17ans, avec un petit copain qui a beaucoup compté, c'est comme ça qu'on a passé notre 1ère nuit. Uniquement des bisous. Bouche, joue, front. Nuit blanche à se bisouter. Rien de plus. Même si on avait déjà pratiqué tout les 2, visiblement aucun de nous avait envie de passer à la vitesse supérieure. J'en garde un très beau souvenir. Je m'étonne même encore de cette nuit! Car sinon, bah non, je suis pas bisous. Je parle pas des bisous bonjour, au revoir, merci. Ça, ça va, no soucis (machinal aussi je crois bien) Je parle de bisous d'amour, de preuve d'amour, de... euh... pourquoi les gens y s'font des bisous en fait?
Mais sinon, bisous, pareil, je peux m'en passer. Rare que j'en veuille, rare que j'en fasse.



3. Les sentiments
Mais où sont tes preuves d'amour, me diront certains. Eh bah...ailleurs. Dans des attentions, le bon petit plat préféré, penser à enregistrer un truc car je sais que ça va l’intéresser... Voilà, ailleurs.
Aaaah, les sentiments... Domaine très complexe ça aussi...
Quand j'aime, je ne compte pas, je ne regarde pas à la dépense énergétique. Si ce n'était pas le cas, je ne me serais pas laissée embourbée dans ma dernière relation si longtemps.
J'ai l’impression que le "tout nouveau tout beau" c'est la phase la plus agréable. Après aussi ça l'est, d'une autre manière.
Parfois j'ai l'impression d'avoir eu l'impression d'aimer. Je sais pas comment expliquer ça. Pareil, je n'en ai jamais parler à personne, c'est pas simple. Je vais essayer d'être claire.
Quand j'aime, j'aime, c'est indéniable. Je ferais tout , (ah , non, je rectifie) , je ferais beaucoup de choses (voilà, c'est mieux, on ne se force plus à passer à la casserole ou ce genre de chose hein!) pour l'être aimé. Mais lorsque c'est fini, pouf! La personne ne me manque plus, c'est comme si les sentiments étaient partit en même temps que la rupture.
Il y a eu certains cas, très peu ceci dit, où comme avec Chéri, dépression etc. Mais même dans ce cas là, regardez, 2 semaines aujourd'hui il me semble que j'ai péter mon plomb et mis un terme à notre relation. Dépression avec tout ce que ça implique. Mais là ça va mieux. Grâce à vous tous du forum. Et petite dédicace à une amie que je me suis faite ici. Pas une copine, une amie. Qui m'a énormément soutenue par MP. Grâce à mes enfants, un de mes frères, j'ai réussi à relever la tête et me tenir debout, prête à remarcher. Et Chéri? Et bien j'y pense. Je pense à cette manière dont je l'ai quitté, j'en suis pas fière du tout et je regrette. Pas la rupture, la manière seulement. Je ne ressens pas le besoin de le contacter, de le voir. J'ai encore quelques sentiments qui traient par ci par là, car à coté de tout ça, c'est un mec bien, vraiment. Je m'inquiète de savoir si il va bien, si il a pas fait une connerie. Mais cela ne vas pas plus loin. Ce qui ne veux pas dire que je suis prête à me remettre en selle hein!

Est-ce cette barrière que j'ai érigée autour de mon cœur qui me fait reprendre pieds et perdre mes sentiments si vite? Ma carapace est pas mal épaisse, la vie a fait que.. Je sais que mon cerveau a cette aptitude non volontaire de mettre de coté, voir totalement oublier, certains événements douloureux. Mais là, il s'agit de sentiments...


Voilà comment je vois les choses, comment je les ressens.
Mais je me trouve pleine de contradictions.
Oui je ne suis qu'un être humain. Pas une machine.
Mais je ne me paraît pas claire. Bon je sais que je suis pas nette et que j'ai un grain , mais ça, c'est autre chose!
P't'être que j'me pose trop de questions...
C'est grave docteur?
Comment me définiriez vous?
Comment me voyez vous?
Quelle(s) question(s) je ne me suis pas posé?
Vous pensez que je me prends trop la tête?
Hésitez pas à répondre, à me donner votre avis. Allez y franco, pas besoin de pincettes.
Tout ce que vous écrivez pourra me servir à poursuivre mon questionnement intérieur. À mieux me comprendre.

L'A.A.
(Apprentie Asexuelle, mais celui-là, z'avez du l'trouvez!) (Ouais, je profite tant que mon grade me le permets, j'vous fou la paix avec ça après, promis!!)

Merci aux lecteurs courageux, j'espère que ce n'était pas trop lourd à digérer...
Et non , il n 'y a pas de "et elle vécue heureuse..." , pas encore ;)
Que la Force soit avec nous dans les moments d'incertitudes et de combat intérieur.

Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 3310
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : En Pécorie
A aimé : 556 fois
A été aimé : 784 fois

Re: Apprentie Asexuelle perdue dans la galaxie

Message par Baelfire » 05 oct. 2017, 08:47

Après une rupture et la découverte d'Aven vient le temps des questions...
Le moins que l'on puisse dire c'est que tu t'en poses une quantité. Je ne saurais pas dire si c'est trop mais ça s'agite chez toi :)

J'aime aller à l'essentiel je vais donc faire. Ce qui n'empêche que j'ai tout lu en entier.

Je sais pas si tu te rends compte de la chance que tu as. Forte de tes expériences tu sais ce que tu veux et ce que tu aimes. Combien sont encore à la recherche de ça ? Etre A ce n'est pas être imperméable alors si tu ressens des envies et des sensations c'est simplement que tu es humaine.Y a pas de cases à remplir, y a pas de critères pré-définis pour être A. Juste le fait de ne pas ressentir d'attirance sexuelle. Pas forcément à chaque seconde de ta vie mais de manière générale. Tu te sens A ? Eh bien tu es A à ta manière.

Histoire de te faire poser encore plus de questions (auxquelles tu ne pourras même pas apporter de réponses^^) je te dirais qu'en plus selon le Chéri avec lequel tu es ça varie. Tu sera open pour ça avec un mais pas avec celui là...C'est une question de feeling, de mise en confiance, de lâcher prise. Enfin : le Chéri ou la Chérie.

Be cool Kitaka. Fais ton ptit deuil tranquillou en t'appliquant à te désimprégner de ton ex. C'est ça qui est dur au début. Ce que tu crois savoir maintenant sera remis en question avec le prochain alors...Inutile de te prendre trop la tête. J'espère sinon que tu as eu l'occasion d'aller prendre l'air et de te mettre au vert. Rien de mieux pour se libérer l'esprit.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Kitaka
Amibe
Messages : 97
Inscription : 17 sept. 2017, 21:52
Localisation : Région Centre
A aimé : 54 fois
A été aimé : 31 fois

Re: Apprentie Asexuelle perdue dans la galaxie

Message par Kitaka » 05 oct. 2017, 11:41

Salut Baelfire, et merci de ta longue lecture ainsi que de ta réponse.

Baelfire a écrit :
05 oct. 2017, 08:47
Je sais pas si tu te rends compte de la chance que tu as. Forte de tes expériences tu sais ce que tu veux et ce que tu aimes. Combien sont encore à la recherche de ça ?
Oui c'est vrai.

Baelfire a écrit :
05 oct. 2017, 08:47
Etre A ce n'est pas être imperméable alors si tu ressens des envies et des sensations c'est simplement que tu es humaine.Y a pas de cases à remplir, y a pas de critères pré-définis pour être A. Juste le fait de ne pas ressentir d'attirance sexuelle. Pas forcément à chaque seconde de ta vie mais de manière générale. Tu te sens A ? Eh bien tu es A à ta manière.
Je crois que je me demande trop quelle "type" de A je suis. Mais en même temps, dans mon cas, c'est une totale remise en question sur énormément de choses. Pas simple de se baser sur l'essentiel... Mais oui, je me sens A, donc je suis ^^


Baelfire a écrit :
05 oct. 2017, 08:47
Histoire de te faire poser encore plus de questions (auxquelles tu ne pourras même pas apporter de réponses^^)
Oh bah merci, je n'en n'avait pas assez!!!


Baelfire a écrit :
05 oct. 2017, 08:47
je te dirais qu'en plus selon le Chéri avec lequel tu es ça varie. Tu sera open pour ça avec un mais pas avec celui là...C'est une question de feeling, de mise en confiance, de lâcher prise. Enfin : le Chéri ou la Chérie.
Oui c'est pas faux, j'avais pas vu ça comme ça! Certaines resteront donc en suspens jusqu'à ce qu'il ai de nouveau un Chéri alors, ou à chaques Chéris. Si le prochain pouvait être le bon, ça m'arrangerais bien. Ou la Chérie, oui effectivement. Je ne m'étais jamais posé la question avant de dévoiler tout ça. Homme , femme , je m'en fou je crois en fait.


Baelfire a écrit :
05 oct. 2017, 08:47
Be cool Kitaka. Fais ton ptit deuil tranquillou en t'appliquant à te désimprégner de ton ex.
Chef, oui chef ^^


Baelfire a écrit :
05 oct. 2017, 08:47
C'est ça qui est dur au début. Ce que tu crois savoir maintenant sera remis en question avec le prochain alors...Inutile de te prendre trop la tête. J'espère sinon que tu as eu l'occasion d'aller prendre l'air et de te mettre au vert. Rien de mieux pour se libérer l'esprit.
Oui, il y a des choses auxquelles je réfléchis maintenant, mais à part me faire tourner en bourrique... Vaut mieux laisser certaines questions de coté... Euh, oui mais lesquelles??? Aaaarg ... (arrachage de cheveux!)
Pas vraiment pu me mettre au vert, non.
Quelques vadrouilles avec les loulous chez de la famille en cambrousse letemps d'un aprèm, mais rien de plus.
Que la Force soit avec nous dans les moments d'incertitudes et de combat intérieur.

fiffi
Avant-gardiste
Messages : 1210
Inscription : 04 oct. 2016, 00:07
Localisation : 77
Pronom : Il . Fiffi et tu
A aimé : 296 fois
A été aimé : 159 fois

Re: Apprentie Asexuelle perdue dans la galaxie

Message par fiffi » 06 oct. 2017, 00:07

C' est aussi ton esprit qu' il faut mettre au vert , ne pas trop te poser de questions et profiter de l' instant présent quand il est agréable .

Une fois que tu auras fait le deuil de ton ex , tu y verras plus clair , des réponses se révéleront toutes seules et les autres auront moins d' importance . Et parfois on trouve une solution ou une réponse quand on s' y attend le moins . :-)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité