Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
FleurDeRaviolle
Aspirant
Messages : 36
Inscription : 09 sept. 2017, 18:15
Localisation : Paris
A aimé : 28 fois
A été aimé : 11 fois
Contact :

Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Message par FleurDeRaviolle » 12 sept. 2017, 08:48

Je crois que je n'aurais jamais réalisé que j'étais A si je n'avais pas entendu de demisexualité. Je me suis toujours figuré que j'aurais envie de faire l'amour quand je serais dans une relation de couple durable, saine, blabla, complicité, connexion émotionnelle, confiance, communication, ect. Et je pensais que c'était juste normal, ou un choix quoi. Du coup quand j'ai vu la notion de demisexualité j'ai cliqué sur les liens, vu que ça me parlait pas mal. Et c'est comme ça que j'ai découvert l'existence de l'attirance sexuelle et le fait que je la ressentais pas. Donc maintenant je suis là. Mais bon je garde un attachement particulier à l'idée de demisexualité et à l'idée que je pourrais l'être. Même si je sais que je ne sais pas, et que je pourrais pas savoir avant d'être dans la situation qui me permettrait de savoir, je suis quand même assez convaincue. Donc il y a la part romantique de moi qui juste y croit parce qu'elle a envie d'y croire, et il y a la part scientifique qui poste ce poste pour avoir une approche un peu plus rationnelle de la question. Donc....

Appel à témoignages :
- Si il y a des demisexuels ici. Est-ce que vous le pressentiez avant d'avoir formé cette connexion émotionnelle et ressenti de l'attirance sexuelle pour la première fois ? Comment ? Pourquoi ?
- Si il y en a parmi vous qui pensaient qu'ils étaient demi, et qui après avoir formé cette connexion émotionnelle ont réalisé qu'en fait non.
Perso je parle de la connexion émotionnelle dans le cadre d'une relation de couple, ou au moins avec quelqu'un pour qui j'ai déjà une attirance romantique à la base. Mais bon après ça dépend des demi, il y en a à qui une amitié proche peut déclencher ça même si à la base il n'y avait rien de romantique dans la relation (du coup est-ce que ce sont juste des demiromantiques aussi ? Ou est ce que ça peut arriver même à d'autres). Mais bon répondrez en fonction de votre définition perso de ce que doit être la connexion émotionnelle nécessaire.

Appel à vos arguments théoriques (ou opinions en tout genres) : je vous donne les miens
- si l'attirance sexuelle c'est juste réaction biologique codée par les gènes et que mon cerveau est juste pas capable de produire ce cocktail d'hormones, du coup ça serait pas possibles (si c'est une part non reconfigurable de mon cerveau qui gère ça, du moins)
- si être A ça vient de notre personnalité/choix/valeurs/approche de la vie/croyances/cognitions inconscientes (qui peuvent être emmenées à la conscience), comme je le pense, bah alors je peux savoir à l'avance (sous réserve que mon auto-analyse soit juste) parce que la demisexualité fait vraiment sens pour moi.

Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 3310
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : En Pécorie
A aimé : 556 fois
A été aimé : 784 fois

Re: Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Message par Baelfire » 12 sept. 2017, 09:59

Tu te poses beaucoup de questions dis-donc ! Cela dit tu es au bon endroit pour en parler :)

Alors quand même, je tiens à signifier que quand on parle d'émotions, de connexions, d'amour et de sexualités il n'y a pas de règles prédéfinies. On aura beau te sortir un essai de 60 000 pages expliquant tous les cas de figures connus il se peut que ça ne corresponde pas du tout au tien.

Au fil de tes interventions, je vois bien que tu as besoin de rationaliser, d'être rassurée, de mettre des clivages. Seulement non, rien de tout ce que l'on te dira ne dessinera ta personnalité sexuelle/émotionnelle/amoureuse. Tu auras les réponses à tes questions au fur et à mesure de tes expériences ou non expériences. Pas sur un forum. Juste quelques pistes de réflexions et encore...

Mais la discussion est intéressante et ton sujet l'est aussi. Il vaut bien la peine d'être discuté, débattu etc...Je voudrais juste pas que tu t'imagines que la vie c'est un essai ou un cas d'école avec des arguments et contre arguments. Voilà voilou :)
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenista
Messages : 1431
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 362 fois
A été aimé : 386 fois

Re: Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Message par PassionA » 12 sept. 2017, 10:23

En dehors de toute considération de terminologie (je ne savais pas que le mot demisexuel existait avant l'année dernière), je peux te livrer mon témoignage bien qu'aujourd'hui je me définisse volontiers comme aro-ace.

Il y a quelques années, donc, j'ai eu une relation très intense avec une femme. Je l'ai connue amicalement dans un contexte ludique, et rapidement on s'est bien entendu. Je ne la voyais pas de façon sexuelle, ni même romantique, et c'est tant mieux parce qu'elle était alors en couple. Et puis son couple s'est disloqué et rapidement il n'a plus resté dans sa vie que notre relation - toute ses autres amitiés provenant de son ex. Du coup, notre relation est devenue de plus en plus proche avec le temps et j'ai ressenti, après que l'on se soit beaucoup confié, qu'elle me testait pour savoir si j'étais intéressé par elle. A ce moment, clairement j'ai ressenti quelque chose de particulier pour elle, un lien étroit et intense d'amitié, mais je ne la voyais toujours pas comme une compagne romantique - pas d'envie de la voir chaque jour, pas de sentiment de manque. Cependant, j'ai commencé à fantasmer sur notre relation et c'est devenu de plus en plus intense dans mes fantasmes.
Au final, je n'ai pourtant jamais ressenti d'attirance sexuelle pour elle quand on était ensemble. Finalement, après m'avoir bien étudié sous tous les angles et avoir probablement compris que ça ne fonctionnerait jamais entre nous, elle s'est lassée et a quitté ma vie par la petite porte. Je suis toujours meurtri par son geste que je ne comprends pas, puisqu'on s'entendait à merveille et que j'ai l'impression que j'aurais du mal à retrouver cela chez quelqu'un d'autre, mais avec le temps j'ai appris à l'accepter et sans doute était-ce pour elle une façon de limiter le désastre émotionnel qu'elle sentait poindre. A cet époque, je n'avais pas les mots et les certitudes que j'ai acquis aujourd'hui et je pense que cela n'a fait qu'engendrer une confusion qui aurait pu être avertie, car elle me parlait beaucoup de sexualité les semaines précédent son départ et j'avoue que je ne savais pas comment lui répondre.

Avatar de l’utilisateur
FleurDeRaviolle
Aspirant
Messages : 36
Inscription : 09 sept. 2017, 18:15
Localisation : Paris
A aimé : 28 fois
A été aimé : 11 fois
Contact :

Re: Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Message par FleurDeRaviolle » 12 sept. 2017, 10:50

Baelfire : j'aime trop analyser et tout, ça m'intéresse vraiment mais je sais bien hein. Déformation professionnelle xD De toute façon c'est pas comme si je cherchais à me ranger définitivement dans une case ou quoi, j'aime pas ça. Des pistes de réflexion c'est tout ce que je veux xD Je trouve ça intéressant de confronter les avis et de voir les opinions des autres, mais j'attends pas UNE réponse. Mais bon, hein, théoriquement, des études scientifiques ne seraient pas impossibles à mener (je veux dire la méthode expérimentale, pas forcément des trucs génétiques ou cérébraux et tout) et ce serait intéressant. Nous là on va pas en faire une sur 200 sujets et trouver la solution hein xD Mais les débats théoriques c'est intéressant. J'aime juste les débats théoriques. Mais non j'ai pas besoin d'obtenir des réponses finales et figées. J'aime pas ça de toute façon. Donc pas d'inquiétude :) La vie c'est ce qu'on en fait et si j'ai envie d'en faire quelque chose que je décortique et analyse par différents prismes, c'est mon droit hein ;) Donc si ça vous intéresse aussi d'en discuter tant mieux, sinon tant pis, j'attends rien de particulier (et certainement pas des réponses).

Merci pour ton témoignage PassionA, c'est intéressant. Du coup a un moment tu t'es demandé si c'était de l'attirance sexuelle mais quand tu te retrouvais en face d'elle tu réalisais que c'était pas le cas ?
Aha ces gens qui se sentent "friendzonés" et perdent tout intérêt pour la relation ; j'ai jamais compris non plus. C'est ridicule ! Des fois je me demande si on accorde plus d'importance à l'amitié (et aux connexions émotionnelles en tous genre), que les S. On développe ses relations qui veulent dire tellement pour nous, et ça veut aussi dire quelque chose pour eux, puis le jour où ils découvrent que ça deviendra jamais autre chose que ce que c'est déjà (c'est à dire déjà énormément !) bah paf ça perd toute valeur à leurs yeux. Je préfère me dire aussi que c'est parce qu'ils pensent qu'ils vont souffrir. Mais bon ça fait mal quand même. Parce que même si de notre côté il n'y avait rien de romantique ni rien, bah le lien qu'on avait avec eux il comptait pour nous. Et franchement j'ai du mal à comprendre. Pour avoir été des deux côtés dans cette histoire, je continue de le voir quelque part comme une forme d'immaturité, un genre de caprice. Je sais pas. Quand c'était moi qui leur disait que j'étais pas intéressée (et que je ne le serais pas) d'un coup notre amitié disparaissait. Peut-être que c'était juste parce qu'ils se sentaient gênés en fait. D'ailleurs moi aussi je l'étais un peu, et peut-être que dans certains cas j'ai contribué à ce que ça s'estompe. Quand c'est moi qui me suis retrouvée dans la situation où le gars (sur qui je craquais depuis deux ans et qui était devenu mon meilleur ami depuis un an) m'a fait comprendre que jamais il pourrait être attiré par moi, bah au final pour moi c'était pas si grâve que ça. Le plus important dans notre relation de toute façon c'était l'amitié qu'on avait, et le fait que ça puisse pas devenir autre chose bah c'était décevant mais bon de toute façon depuis le début je savais que c'était une possibilité. Parce qu'on traite avec des êtres humains, qui ont leurs propres préférences dont on ne connaît rien, qui sont des êtres libres, qui font des choix,... Et je sais pas pourquoi les gens tombent de haut presque. Est-ce que pour eux c'est pas "normal" de devenir proche de personnes, de développer des connexions émotionnelles, des amitiés sincères pleines d'authenticité et de partage, avec des gens qu'ils apprécient en tant que personne mais qu'ils peuvent pas imaginer comme partenaire potentiels ? Ou peut-être que c'est un problème de genre : s'ils s'imaginent que les filles et les garçons sont tellement différents que le seul lien qu'ils peuvent y avoir c'est s'il y a autre chose dans l'air. Mais c'est tellement pas le cas ! Bref c'était complètement hors sujet, mais c'est un thème qui me tient tellement à coeur. Désolée que ce soit arrivé ; mais ce n'est que trop courant malheureusement (mince, moi qui croyait que cette attitude ridicule s'arrêtait après l'adolescence)

Avatar de l’utilisateur
Zimou
Administrateur
Messages : 4828
Inscription : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 392 fois
A été aimé : 367 fois
Contact :

Re: Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Message par Zimou » 12 sept. 2017, 10:51

FleurDeRaviolle a écrit :
12 sept. 2017, 08:48
- Si il y a des demisexuels ici. Est-ce que vous le pressentiez avant d'avoir formé cette connexion émotionnelle et ressenti de l'attirance sexuelle pour la première fois ? Comment ? Pourquoi ?
Je suis pas moi même demi, mais ma copine l'est, je peux donc essayer de répondre avec les éléments qu'elle m'a expliqué : elle s'est définit A pendant des années car d'une part il n'y avait aucune raison dépenser qu'elle était demi et d'autre part, elle n'avait jamais ressenti d'attirance sexuel pour quelqu'un. elle avait la position (logique) que tant qu'elle en avait pas ressenti, elle n'avait pas de raison de croire que ça changerai. les choses ont changer suite à un fort sentiment, une forte connexion, différent de ce qu'elle avait connu avec d'autre. Je pense que tu devrais adopter la même position : tant que tu as jamais ressenti d'attirance sexuel, définit toi A. et puis si ça change, bas tu changera. mais te défini pas demi par choix (parce que ça te plait ou ça te rassure plus que d’être A par exemple). définit toi par ce que tu es, ce sera plus simple pour gérer ta vie (amoureuse surtout ici je pense).
FleurDeRaviolle a écrit :
12 sept. 2017, 08:48
- si l'attirance sexuelle c'est juste réaction biologique codée par les gènes et que mon cerveau est juste pas capable de produire ce cocktail d'hormones, du coup ça serait pas possibles (si c'est une part non reconfigurable de mon cerveau qui gère ça, du moins)
ce n'est pas l'attirance sexuel :) je pense que c'est plus la libido. les asexuel ont les réaction biologique qui fonctionnent comme les autre (sinon, les relations sexuel seraient impossible, or un A peut, si il le souhaite, avoir une sexualité) :)
FleurDeRaviolle a écrit :
12 sept. 2017, 08:48
- si être A ça vient de notre personnalité/choix/valeurs/approche de la vie/croyances/cognitions inconscientes (qui peuvent être emmenées à la conscience), comme je le pense, bah alors je peux savoir à l'avance (sous réserve que mon auto-analyse soit juste) parce que la demisexualité fait vraiment sens pour moi.
c'est plus compliqué que ça je pense, mais ça doit être entre autre un mélange de tout ça. l'homosexualité des homo ne vient pas de leur personnalité/choix/valeurs/approche de la vie/croyances/cognitions inconscientes (qui peuvent être emmenées à la conscience). enfin c'est plus compliqué que ça, il faudrait faire des études dans le sujets pour être en mesure de le comprendre ne serais ce qu'un peu je pense. On ne sait pas encore très bien ce qui détermine l'orientation, ce qui fait qu'un hétéro est un hétéro, qu'un homo est un homo ou qu'un A est un A. Maintenant, si tu veux être rationnel, définit toi par rapport à ce que tu es, pas à ce qui te fait sens. il y a plein de (mauvaise) raison pour laquelle une chose fait plus sens qu'une autre, rationnellement te définir par rapport aux faits est bien mieux. En changeant si dans les fait ça change pour toi, mais au moins ça correspond à la réalité. Il n'y a aucun mal à changer la façon dont on se définit si cela change, il n'y a pas de choix fixe à faire, ça peut changer pour n'importe qui à n'importe quel moment :) mais si tu trouve un S et que tu lui dit que tu es demi, il peut être dans l’espoir qu'un jour tu ais de l'attirance pour lui et avoir un faux espoirs qui peut être destructeur dans un couple. il vaut mieux dire les chose tel qu'elle sont, que tu as jamais eu d'attirance (donc que tu es A) mais que tu n'exclus pas la possibilité que ça change si tu établi un lien très fort avec quelqu'un. mais qu'en l'état actuel des choses, il s'est jamais rien passé. au moins ce sera clair et il sera pas dans l'attente, il sais ce qu'il en est aujourd'hui et ne sera pas dans l’espoir ou l'attente que ça change. ça permettra de construire des bases plus saine.
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Avatar de l’utilisateur
FleurDeRaviolle
Aspirant
Messages : 36
Inscription : 09 sept. 2017, 18:15
Localisation : Paris
A aimé : 28 fois
A été aimé : 11 fois
Contact :

Re: Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Message par FleurDeRaviolle » 12 sept. 2017, 11:10

Perso ça me dérange pas de me définir par "je sais que je ne sais pas". Mais c'est clair que pour développer des relations amoureuses c'est pas jouable de dire "je crois que je suis demi donc probablement ça va venir quand on sera assez proches" xD Perso j'ai pas plus envie de me dire je suis complètement A que je suis Demi, je préfère adopter la position d'incertitude. Parce qu'à ce que j'ai lu ici on n'en sait pas assez pour faire des stats, estimé la probabilité, et que moi je me connais un peu quand même, et j'aurais l'impression de mentir autant (à moi-même ou à un éventuel partenaire) en disant "je le ressentirais un jour" qu'en disant "je ne le ressentirais jamais". (J'ai écrit ça en réponse à ton 1er paragraphe, avant de lire ton 3ème, mais bon je suppose que ça y répond aussi). De toute façon je voudrais jamais être quelqu'un qui voudra pas avoir l'accès complet à tout le bordel de réflexions et d'interrogations qu'il y a dans mon cerveau xD. Donc pour ce que tu dis sur les relations je suis d'accord, mais pour l'identité je suis pas d'accord. J'ai pas envie de me définir par rapport aux faits j'ai envie de me définir par rapport à mes pensées et comment je me sens intérieurement. J'ai pas envie de me dire "je suis AAAA" pour ensuite me dire "ah je m'étais trompée". J'ai pas envie de me limiter. Là maintenant je suis A, plus tard on verra. Après l'identité ça doit être un choix personnel de chacun je pense.

Quand je dis réaction biologique je parlais pas de la libido mais de l'attirance sexuelle en tant que cocktail d'hormones qui généreraient cette force/ces sentiments ou quoi que ce soit xD Je parlais pas de libido ou de désir mais bien d'attirance sexuelle, la composante biologique (hormonale serait plus approprié ?) est juste une hypothèse sur sa nature. Je me suis peut-être mal exprimée

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenista
Messages : 1431
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 362 fois
A été aimé : 386 fois

Re: Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Message par PassionA » 12 sept. 2017, 11:52

FleurDeRaviolle a écrit :
12 sept. 2017, 10:50
Merci pour ton témoignage PassionA, c'est intéressant. Du coup a un moment tu t'es demandé si c'était de l'attirance sexuelle mais quand tu te retrouvais en face d'elle tu réalisais que c'était pas le cas ?
Je ne sais pas trop, je dois dire. Est-ce que j'ai ressenti de l'attirance sexuelle pour elle ou pour l'idée que je me faisais de la relation qu'on aurait ? Il est certain que si les choses en était arrivé là, j'aurais pu avoir des relations sexuelles avec elle - mais je n'en ressentais pas le besoin et je pense que ça m'aurait lassé très vite. Une fois, elle m'a demandé de la prendre dans mes bras alors qu'on était en public - il faut comprendre que c'est quelque chose que je n'avais jamais fait et que ça ne me serait pas venu à l'esprit de le faire, pour moi c'est un truc que les gens font que je trouve mignon mais dont je ne ressens pas l'envie. Je l'ai fait pour lui faire plaisir et parce qu'on était assez tactile entre nous mais cela m'a terriblement embarrassé, j'étais très mal à l'aise - d'autant que j'ai eu une érection dont je ne voulais pas, comme si mon corps me trahissait.

Aha ces gens qui se sentent "friendzonés" et perdent tout intérêt pour la relation ; j'ai jamais compris non plus. C'est ridicule !
Moi je n'ai jamais été des deux côtés, mais j'ai fait l'erreur de croire que la relation pouvait continuer normalement. Dans mes expériences, soit l'amoureux(se) en question se transformait en harceleur(se), à me contacter tous les jours, plusieurs fois par jour, à vouloir monopoliser mon temps, à me faire des histoires pour un rien et à m’empêcher de vivre ma vie normalement, soit les sentiments continuaient de couver chez l'autre qui ne pouvait de toute façon plus me voir d'un simple point de vue amical et donc notre relation amicale n'était qu'un faux prétexte.
Du coup, vis à vis des relations amoureuses, je n'arrive pas à croire en leur sincérité. Je suis toujours enclin de penser qu'il ne s'agit que d'un prétexte que les gens s'inventent pour se donner bonne conscience mais qu'en fait ils veulent juste s'accaparer l'autre tel un objet, que ce soit d'une manière sexuelle ou non.

Avatar de l’utilisateur
FleurDeRaviolle
Aspirant
Messages : 36
Inscription : 09 sept. 2017, 18:15
Localisation : Paris
A aimé : 28 fois
A été aimé : 11 fois
Contact :

Re: Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Message par FleurDeRaviolle » 12 sept. 2017, 12:04

Je crois pas que les S soient plus capable que nous de faire la différence entre les sentiments qu'ils ressentent pour une personne et ceux qu'ils ressentent pour l'idée qu'ils se font d'elle ou de ce que la relation pourrait être xD
Mais je suis pas d'accord avec ce que tu dis sur les relations amoureuses. Enfin malheureusement je constate que c'est comme tu le décris pour la plupart des gens. Mais je pense vraiment que ça pourrait être autre chose. Mais bon ça je crois que c'est plus un problème de société que d'attirance, un problème d'humanité, de sexisme, de culture toxique, et aussi d'existentialisme (Sartre a écrit des trucs comme ça sur les relations sexuelles, et moi j'étais là en train de lire et de me dire "non, non non, ça n'a pas à être comme ça ; les humaines pourraient être plus humains"). Je trouve ça bête d'approcher toutes les potentielles relations amoureuses d'un air suspiscieux ; je préfère m’atteler à promouvoir les relations saines. C'est important de savoir reconnaître ce qui va pas, mais c'est bête de partir du principe que ça sera jamais sincère. Mais bon je suis pas aro, donc forcément le regard est différent. Mais bon même si on veut pas de ça personnellement, je suis pas sûre que ce soit sain humaine de se dire "de toute façon leur truc c'est n'importe quoi, c'est mensonger, c'est de la déshumanhisation, ect" (même si j'ai parfois cette tendance moi-même)

Avatar de l’utilisateur
Zimou
Administrateur
Messages : 4828
Inscription : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 392 fois
A été aimé : 367 fois
Contact :

Re: Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Message par Zimou » 12 sept. 2017, 12:11

FleurDeRaviolle a écrit :
12 sept. 2017, 11:10
J'ai pas envie de me définir par rapport aux faits j'ai envie de me définir par rapport à mes pensées et comment je me sens intérieurement. J'ai pas envie de me dire "je suis AAAA" pour ensuite me dire "ah je m'étais trompée". J'ai pas envie de me limiter. Là maintenant je suis A, plus tard on verra. Après l'identité ça doit être un choix personnel de chacun je pense.
je ne comprend pas en quoi te définir A serait une limite. tu peux être A, changer et ne pas t’être trompé ni en te définissant A, ni en changeant. Je reprend l'exemple de ma copine : elle se définissait A avant et demi maintenant. elle faisait pas erreur avant, elle était bien A, elle n'avait jamais eu d'attirance pour personne malgré plusieurs expériences. puis un jour ça a changé, donc elle a changé la façon dont elle s'est définit. elle faisait pas erreur avant pas plus qu'elle fait erreur aujourd'hui si demain ça change encore. On ne choisie pas ce qu'on est (en terme d'orientation) xD
maintenant, il faut pas se définir A trop tôt non plus, et si tu te sens pas A, te définit pas ainsi. Toi seul est capable de dire si tu l'es ou pas. Mais il est important de noter que si tu attend la preuve que tu n'a pas d'attirance pour te définir A, tu ne l'aura jamais. On ne peut jamais prouver l'absence de quelque chose, c'est impossible. on ne peut qu'avoir suffisamment d'élément qui laisse penser que ça n'existe pas. il faut donc avoir suffisamment d'éléments qui tendent à penser qu'il y a pas d'attirance pour pouvoir l'affirmer. ma copine est tombé amoureuse de plusieurs personnes, à eu plusieurs relations sexuel pendant plusieurs années et n'avait jamais ressenti d'attirance, elle avait suffisamment d'élément pour se définir A. quand tu dis que tu n'a pas d'attirance, je suppose que tu as suffisamment d'élément qui démontre que tu en as pas. Si tu juge que tu en a pas assez, attend d'avoir plus de "signe". mais demande toi à partir de quand tu pensera pouvoir te définir A, car si tu attend une preuve de l'absence, ça n'arrivera jamais, il n'y aura jamais qu'un ensemble de preuve qui laisserons penser qu'il y a une absence sans jamais de total certitudes.
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenista
Messages : 1431
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 362 fois
A été aimé : 386 fois

Re: Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Message par PassionA » 12 sept. 2017, 12:13

Ne me fait pas dire ce que je n'ai pas dit. Je n'arrive pas à croire en leur sincérité, et donc je vois les choses comme une sorte de déshumanisation, mais je me doute que beaucoup de gens sont sincères dans leur amour. C'est juste que je n'arrive pas à y croire. Un peu comme avec les dieux, y'en a plein qui y croient mais je n'arrive pas à y croire, je perçois l'intérêt de la construction mentale et le besoin que les gens ont d'y croire mais je ne peux m'y astreindre. Pour moi l'amour romantique est juste une construction mentale, une illusion. Il n'y aucun jugement de valeur derrière cela.

Avatar de l’utilisateur
Zimou
Administrateur
Messages : 4828
Inscription : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 392 fois
A été aimé : 367 fois
Contact :

Re: Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Message par Zimou » 12 sept. 2017, 12:17

PassionA a écrit :
12 sept. 2017, 12:13
Pour moi l'amour romantique est juste une construction mentale, une illusion. Il n'y aucun jugement de valeur derrière cela.
Pour moi c'est un sentiment. d'ailleurs je pense que c'est comme ça que c'est définit. apres, si on juge tout sentiment comme issue d'une construction mental, peut être. je sais pas. mais ça mériterais un autre sujet, on sort totalement du sujet de la demisexualité lorsqu'on ne ressent pas d'attirance sexuelle.
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenista
Messages : 1431
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 362 fois
A été aimé : 386 fois

Re: Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Message par PassionA » 12 sept. 2017, 12:22

Comme je l'ai dit, ce que je pense n'est pas la vérité. C'est juste ce que je pense, la façon dont je perçois le monde. Bien entendu qu'il s'agit d'un sentiment si vous le dite, vous en savez plus que moi à ce sujet. Mais comme je ne l'ai jamais ressenti, c'est comme demander à un poisson ce que ça fait de voler (et me sortez pas le poisson volant xD).

Je suis comme vous, je me pose des questions. Je ne sais pas tout sur moi même et j'essaie de confronter mes pensées et mes expériences aux vôtres afin de me faire un tableau plus précis de qui je suis.

Avatar de l’utilisateur
FleurDeRaviolle
Aspirant
Messages : 36
Inscription : 09 sept. 2017, 18:15
Localisation : Paris
A aimé : 28 fois
A été aimé : 11 fois
Contact :

Re: Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Message par FleurDeRaviolle » 12 sept. 2017, 13:19

Pour moi l'Amour c'est pas tant le sentiment que la relation que l'on peut créer avec quelqu'un (et l'attirance romantique serait l'impression de la possibilité de l'éventualité de créer cet amour avec une personne spécifique) et personnellement je crois (mais oui, il s'agit bien d'une croyance) qu'il est possible de créer une connexion qui n'implique aucune forme de déshumanisation et d'objectification. Aimer un être humain en tant qu'être humain libre, l'apprécier pour ce qu'il est et apprécier de l'avoir dans notre existence, partager une relation et avancer ensemble, ect. Mais bon effectivement c'est un débat qui serait plutôt pour un sujet "comment définissez-vous l'amour ?" que sur la demisexualité.

Zimou : je me définis quand même comme A/ace/asexuelle parce que pour moi Ace est le terme parapluie sous lequel sont rassemblées toutes les identités de ce continuum y compris gre-a et demi. Après je sais pas si j'ai ou non suffisamment d'éléments pour dire que j'ai pas d'attirance, j'ai en tout cas aucun élément pour dire que j'en ai. Vu que j'ai jamais ressenti d'assurance mais bon c'est pas comme si j'avais été dans des relations (romantiques et/ou sexuelles) j'ai pas forcément l'impression d'avoir "assez d'éléments". Mais bon oui c'est pas une histoire de s'être trompé ou pas. C'est pas une histoire d'attendre pour pouvoir se définir A ou pas. Parce que franchement l'étiquette je m'en fou, du moment que j'ai des concepts pour expliquer ma situations. Et dans cette communauté on est tous vachement différents et c'est pas un terme (ou l'accumulation de 2 ou 3) qui va suffire à définir notre relation aux relations et à la sexualité. Je me suis probablement mal exprimée en disant que je voulais pas me dire "je suis tout à fait A". De toute façon si je dois en parler la personne saura pas ce que c'est donc je devrais lui expliquer je le ferais comme je voudrais en ajoutant toutes les nuances que je trouve nécessaire. Je voulais juste dire que dans mon cerveau me dire "je suis comme ça donc ça je voudrais jamais faut juste se faire à l'idée" bah ça me semble mensonger oui. Et je trouve vraiment important de s'accepter mais vraiment bête de s'enfermer dans une identité. Parce qu'en général quand je trouve une part de mon identité je m'y attache à ce concept et après je me construit autour et ça impacte toute ma représentation de moi-même et si je fais pas attention ça devient enfermant parce que l'identité c'est un système complexe et si tu changes un truc ça change tout xD Mais bon je parle pour moi, vu que je m'attache beaucoup à mon sens de l'identité ; je dis pas que c'est pareil pour tout le monde. Donc perso je préfère me dire que je suis quelque part sur ce continuum mais je sais pas exactement où et on verra. Parce qu'au final oui il n'y a que les expériences de vie qui le diront. Mais bon là je les ai pas donc c'est pas interdit de théoriser et prognostiquer en attendant.

Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 3310
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : En Pécorie
A aimé : 556 fois
A été aimé : 784 fois

Re: Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Message par Baelfire » 12 sept. 2017, 14:39

FleurDeRaviolle a écrit :
12 sept. 2017, 10:50
Parce que même si de notre côté il n'y avait rien de romantique ni rien, bah le lien qu'on avait avec eux il comptait pour nous. Et franchement j'ai du mal à comprendre. Pour avoir été des deux côtés dans cette histoire, je continue de le voir quelque part comme une forme d'immaturité, un genre de caprice. Je sais pas.
J'ai un ami qui est dans cette situation et qui me raconte parfois. C'est une souffrance de côtoyer une personne qui ne partage pas les mêmes sentiments et d'être ami avec elle. C'est tout à fait destructeur. Il est donc normal de prendre ses distances. Il l'a vu s'installer avec un gars (il l'a d'ailleurs aidée à déménager) et là il vient d'apprendre qu'elle était enceinte. Je vous raconte pas dans quel état il est. J'ai beau le secouer pour qu'il coupe les ponts il n'y parvient pas. Imaginez qu'en plus elle souhaite qu'il soit le parrain ! Rien que quand il m'en parle ça me fait mal. Je n'ose pas imaginer le cauchemar qu'il vit. Et elle bien entendu elle ne se rend compte de rien et enfonce toujours d'avantage le clou...Elle est au courant de ses sentiments pourtant. Mais comme ça fait des années que ça dure elle doit penser qu'il est passée à autre chose. Bref aucun des deux n'y peux rien mais l'un des deux souffre atrocement. L'amitié c'est trop cher payé dans ces cas là
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
FleurDeRaviolle
Aspirant
Messages : 36
Inscription : 09 sept. 2017, 18:15
Localisation : Paris
A aimé : 28 fois
A été aimé : 11 fois
Contact :

Re: Peut-on se penser demisexuel si on n'a jamais ressenti d'attirance sexuelle ?

Message par FleurDeRaviolle » 13 sept. 2017, 09:30

Baelfire a écrit :
12 sept. 2017, 14:39
L'amitié c'est trop cher payé dans ces cas là
Je sais pas si je suis d'accord. Pour moi oui tant qu'il est dans cet état d'esprit, mais pour moi il devrait réussir à "se soigner" et à changer d'état d'esprit. Je comprends pas pourquoi c'est si dur pour les gens d'accepter que, quand on tombe amoureux, la probabilité que ce soit réciproque est infime. Il y a une part de moi à qui tout ça fait penser à mon petit frère qui, quand il avait 6 ans, pleurait horriblement et était détruit chaque fois qu'il ne gagnait rien après avoir joué à une loterie/tombola quelconque. Peut-être qu'à un moment on se laisse y croire, générer des attentes, et qu'après la souffrance existe réellement et est horrible. Moi ça ne m'a jamais faite souffrir les rejets, donc je sais pas. En aucun cas je ne veux juger ces personnes qui souffrent. C'est plutôt que je cherche la solution en amont qu'ils auraient dû adopter pour que cette souffrance n'arrive jamais. J'ai l'espoir d'un monde futur où les chagrins d'amour n'existent pas. Peut-être que je suis naïve hein. Après je n'en ai jamais voulu à ceux qui m'ont fait ça, j'ai accepté leur décision et j'ai renoncé à notre amitié. Je prétends pas que notre peine soit comparable à la leur, probablement qu'elle est bien minime. Mais je dis juste que leur amitié comptait vraiment pour nous ; et peut-être que ce qui me choque le plus au final c'est juste l'impression qu'ils ne s'en rendent pas compte du tout, que quand on leur dit ils ne veulent pas y croire, et qu'ils sont capables de sortir des trucs comme "si tu tenais vraiment à moi, tu aurais voulu qu'on soit ensemble." Heeuuu...

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité