Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Ramón

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Ramón » 27 nov. 2017, 08:34

Olib, je ne crois pas que la question soit éducative (du moins, pas de prime abord) : la sexualité, dans sa composante pénétration, est strictement masculine. Dans une société masculine, bah c'est la pénétration qui est "naturellement" mise en avant. Dans la pénétration il y a un rapport de domination. C'est la personne pénétrée qui est dominée, dont l'espace intime est pénétré (qu'il y ait consentement ou non). Et à bien regarder les positions sexuelles, le mâle est bien souvent au-dessus de la femelle, qui a souvent le droit d'être passive et basta. Au moins dans nos sociétés européennes.
L'éveil à une stricte sensualité ne date pas d'hier, mais il faut attendre les mouvements d'émancipation comme le féminisme pour que la parole se libère sur le tabou sexuel. Que des personnes qui se croyaient marginales dans leurs aspirations à la sensualité, à l'intellect,... se disent que... bah non, en fait nous sommes loin d'être des marginaux si l'on prend l'ensemble du panel des sexualité-relations amoureuses possibles autre que le double standard "romantisme-sexe". L'éducation, là dedans, n'a pas le rôle aussi prépondérant qu'on le pense (et cela n'engage que moi), il y a des mécanismes d'incitations (par la culpabilisation, par la récompense,...) qui répondent à des instincts-désirs que les économistes réduisent à la loi de l'offre et de la demande. Que si l'on cède à une demande plus qu'une autre, alors cette demande sera valorisée sur les marchés (le corps social en l'occurrence) au détriment des autres demandes. Et l'offre s'ajuste. Et il suffit de ne plus répondre à une demande pour qu'il y ait un réajustement du rapport offre-demande. Cela ne passera pas sur une éducation autour de la sexualité, mais plus sur une valorisation de l'égocentrisme, de la singularité, de l'individualité. Pourquoi ? Parce qu'une personne qui sait qu'elle peut être ce qu'elle a envie d'être sera moins réceptive aux mécanismes d'incitation (ou alors il faudra que ces mécanismes présentent des avantages plus importants qu'ils ne l'étaient auparavant => "le prix" à payer pour que le double-standard "romantisme-sexe" reste dominant sera plus important => est-ce que les personnes qui réclament ce standard seront prêtes à payer ce nouveau prix ? fera bouger les lignes, et plus le prix sera élevé, plus les rapports se réajusteront => et oui ça prend du temps).

Du coup, il devient de plus en plus important de permettre aux individus de se concentrer sur eux-mêmes et de les libérer des logiques collectives-sociales qui voient un individu comme une extension de la société (et non l'inverse).

Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 3349
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 566 fois
A été aimé : 802 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Baelfire » 27 nov. 2017, 08:43

Mr.Nya a écrit :
27 nov. 2017, 08:34
C'est la personne pénétrée qui est dominée, dont l'espace intime est pénétré (qu'il y ait consentement ou non).
Ca c'est ce que tout le monde dit mais pour ma part je ne vois pas du tout les choses comme ça. Pour pénétrer dans un lieu il faut passer des épreuves, trouver le bon mot de passe et recevoir une acceptation. Alors, c'est qui qui décide au final hein ? Après tout ça c'est hors viol hein. Mais ça aide la plupart les hommes (en fait ça flatte leur égo) de croire le contraire. C'est comme le fameux "ce sont les hommes qui dirigent" alors qu'en réalité il y a l'ombre d'une femme derrière eux qui pilote dans l'arrière boutique.

Comme on dit chez moi "croyez ce qui vous aide le mieux à dormir" :p

Et je pense également que l'éducation a un grand rôle à jouer dans tout ça. Il se peut même que ce soit l'essence de tout.
Les gens qui pensent que l'amour est plus important que l'argent devraient essayer de rembourser leur prêt immobilier avec de gros bisous.

Ramón

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Ramón » 27 nov. 2017, 09:08

T'sais Baelfire, si au lieu de dire "Sésame, ouvre-toi" je place de la dynamite devant la roche ou je me munie d'une masse, je n'ai besoin d'aucun mot de passe ;)
Nous avons déjà parlé de viol passif sur ce forum : search.php?keywords=viol+passif et les mécanismes d'incitation dont je parle en font partie. On force le consentement, ce qui fait que ce n'est déjà plus pleinement du consentement.

Tu dis qu'il y a toujours une femme dans l'arrière boutique, ça tombe bien, c'est à ce rôle là que les hommes les ont confinées pendant des siècles. Et rares sont celles qui ont pu s'en émanciper. Dans la société patriarcale, la femme a toute son importance, mais rarement elle détiendra les armes militaires, économiques et politiques, donc la maîtrise de sa propre vie et de sa propre liberté d'association. Mais on ne va pas s'amuser à citer l'Ancien Testament, le Coran, les Vedas ou autres Mahabharata, si ? ^^

Je crois, et cela n'engage que moi, que ce sont les réactions physiques (entendues comme psychophysiologiques) qui sont l'essence de tout. Et que toute forme d'éducation s'adresse à une partie de ces réactions, et donc peut trouver de la pertinence à un moment donné.
Dernière édition par Ramón le 27 nov. 2017, 09:22, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 3349
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 566 fois
A été aimé : 802 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Baelfire » 27 nov. 2017, 09:13

Mr.Nya a écrit :
27 nov. 2017, 09:08
T'sais Baelfire, si au lieu de dire "Sésame, ouvre-toi" je place de la dynamite devant la roche ou je me munie d'une masse, je n'ai besoin d'aucun mot de passe ;)
Mais les 40 voleurs te rattraperont et te sabreront :) Et tout l'or que tu auras pillé te sera enlevé. Alors au bout du compte :p
Les gens qui pensent que l'amour est plus important que l'argent devraient essayer de rembourser leur prêt immobilier avec de gros bisous.

Avatar de l’utilisateur
Olib
Affilié
Messages : 348
Inscription : 18 sept. 2017, 13:35
Localisation : Clermont-Ferrand
Pronom : Il
A aimé : 194 fois
A été aimé : 180 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Olib » 27 nov. 2017, 11:42

Oula, désolé Mr.Nya mais là je ne vois pas bien où tu veux en venir.
la sexualité, dans sa composante pénétration est strictement masculine. Dans une société masculine, bah c'est la pénétration qui est "naturellement" mise en avant.
Oui je suis d'accord. Cependant, ça ne signifie pas que, dans la pratique, le sexe se résume à la pénétration.
Dans la pénétration il y a un rapport de domination. C'est la personne pénétrée qui est dominée, dont l'espace intime est pénétré (qu'il y ait consentement ou non). Et à bien regarder les positions sexuelles, le mâle est bien souvent au-dessus de la femelle, qui a souvent le droit d'être passive et basta. Au moins dans nos sociétés européennes.
Et donc ? Tu t'arrêtes là et je n'ai pas réussi à saisir le lien avec le paragraphe suivant.
L'éveil à une stricte sensualité ne date pas d'hier, mais il faut attendre les mouvements d'émancipation comme le féminisme pour que la parole se libère sur le tabou sexuel.
Oui et ça passe par une communication : d'abord entre les pionnières des mouvements, puis par une communication des mouvements vers le reste de la société. Cette communication n'est rien d'autre qu'une forme d'éducation selon moi, qui par la suite se répercute sur l'éducation au sens strict du terme, c'est-à-dire l'éducation à la sexualité chez les jeunes.
Que des personnes qui se croyaient marginales dans leurs aspirations à la sensualité, à l'intellect,... se disent que... bah non, en fait nous sommes loin d'être des marginaux si l'on prend l'ensemble du panel des sexualité-relations amoureuses possibles autre que le double standard "romantisme-sexe".
Bon là il y a méprise. Dans mon commentaire, je parlais seulement de l'éducation à la notion de consentement. Notion qui concerne évidemment aussi bien les S que les A. Désolé si ce n'était pas clair.
Mais, soit. Pour que des gens se disent que non, ils ne sont pas marginaux, il faut qu'ils aient de l'information là-dessus. A titre personnel, s'il n'y avait pas eu Aven et les autres sites de rencontres/échanges entre A, s'il n'y avait pas eu des vidéos présentant l'asexualité, je n'aurais jamais pu me dire que non, je ne suis pas une personne malade. Alors c'est cool que tout ça existe, et je suis très content d'avoir enfin eu une réponse à mes questionnements. Mais je me dis que, si j'avais eu des infos + tôt sur l'asexualité, et pourquoi pas dans le cadre scolaire, ça aurait été mieux.
La montagne, ça vous gagne.
"Poum Di Dou Da Dou Dim"

Image

Ramón

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Ramón » 27 nov. 2017, 15:15

Hmmm... Bah si tu regardes et demandent aux personnes S hétéro, tu verras que la pénétration c'est la base d'un rapport réussit. Je pense que si l'on demande à toutes les femmes qui ont eu des rapports avec des hommes ici sur ce forum, on va largement pouvoir définir que c'est le rapport sexuel majoritaire (et caresser une poitrine, et une fesse, ou donner un baiser, ce n'est pas sexuel => ça peut être érogène, mais ce n'est pas sexuel). La pénétration buccale est inclue elle aussi.

Tu parles de consentement, et le sexe hétérosexuel étant tellement normal et normé autour de la pénétration qu'en réalité, dans la pratique, le consentement en est quasiment exclus. Il y avait un excellent article de blog qui a malheureusement été supprimé et qui expliquait en quoi il n'existe pas de consentement dans la sexualité hétéro.

Communiquer n'est pas éduquer. Parce que l'éducation est un processus individuel en réalité, seule une personne s'éduque, les autres ne peuvent qu'enseigner et instruire, montrer et outiller. Mais ce sujet est complexe, je recommande Ivan Illich "Une société sans école" pour comprendre la toxicité du modèle éducatif, ou plus récemment Yves Bonnardel, "La Domination adulte. L'oppression des mineurs". Cela est éclairant sur la problématique que pose l'éducation par des personnes jouissant de privilèges sur des questions de cette importance. Enfin, je dévie très loin ensuite, on a des sujets sur l'enfance et l'éducation si besoin ;)
L'éducation dont tu parles ne fait que perdurer les modèles de domination dès la petite enfance, et on les retrouvera ailleurs dans le corps social à l'âge adulte.

sophe52
Affable
Messages : 125
Inscription : 28 avr. 2016, 19:26
A aimé : 76 fois
A été aimé : 33 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par sophe52 » 27 nov. 2017, 19:53

Absolument. Que ce que tu évoques sur la pénétration me parle beaucoup...
L'idée même m'a toujours semblé violente. Mon asexualité se trouve à ce niveau, je le sais maintenant.
Je me demande toujours d'où ça vient, si il est légitime de me définir asexuelle, si ce ne serait pas un blocage ou blablabla... Mais cette idée même de pénétration ne m'a absolument jamais donné envie d'aller voir, ne serait-ce que par curiosité.
Du coup, je me trouve comme une extra-terrestre (un peu honteuse parfois), de ne même pas être aller voir, mais non et non, peux pas et j'ai pas envie de me faire violence.

Et oui, tout le reste, ça ne compte pas pour un homme sexuel, en tout cas, ce n'est pas sexuel.

Au fond, oui, c'est la pratique sexuelle masculine.
Tiens, d'ailleurs, la majorité des hommes hétérosexuels accepterait-elle la pénétration ??

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenator
Messages : 1528
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 388 fois
A été aimé : 412 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par PassionA » 28 nov. 2017, 00:11

Sur l'acte de pénétration je ne sais pas mais il y a du vrai.

Pour ma part ça correspond bien vu que j'aime pas les baisers avec la langue. Je n'ai jamais eu envie de pénétrer qui ou quoi que ce soit non plus, et quand j'ai dû me résoudre à le faire pour l'autre ça ne m'a rien fait de spécial (et en fait ça m'a fait très mal la première fois) et je n'ai pas eu envie de recommencer. J'ai essayé également de me faire pénétrer, ça ne m'a pas non plus fait vibrer et ça m'a fait mal je n'ai pas eu envie de recommencer.

En fantasme je peux dire que la pénétration est liée à la domination mais il y a quand même un gouffre entre fantasme et réalité, donc je ne voudrais pas faire de conclusion dans ce sens.


Sinon Mr.Nya j'aime beaucoup l'analyse d'un point de vue économiste des relations humaines et du fait qu'en société on mette vraiment son corps et son être sur le marché. Cela explique beaucoup de choses chez moi dans ma façon de vivre et d’interagir avec les autres. En effet, mon indépendance et mon détachement sont des façons de me retirer du marché et d'éviter d'être considéré comme une marchandise sociale intéressante.

Avatar de l’utilisateur
Puddi Puddi
Affilié
Messages : 284
Inscription : 25 janv. 2017, 11:33
Pronom : Klaatu verata nicto
A aimé : 19 fois
A été aimé : 122 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Puddi Puddi » 28 nov. 2017, 00:14

sophe52 a écrit :
27 nov. 2017, 19:53
Tiens, d'ailleurs, la majorité des hommes hétérosexuels accepterait-elle la pénétration ??
Si leur réponse est non, ils négligent gravement leur point G (stimulation prostatique), mais bon pour l'atteindre, les messieurs doivent autoriser l'accès à leur "entrée des artistes".
Ce plaisir masculin commence à être davantage reconnu et expliqué au public (entre autres dans un article de Cosmo, s'il-vous-plaît ^^!!!).

Mais ça en reste actuellement au stade où ça se confronte aux stéréotypes de la relation hétérosexuelle tel qu'il est évoqué dans les précédents posts (monsieur pénètre madame, toussa, toussa).
Marre d'être un pudding, je suis un Veaudelune maintenant ^^
Doctorante en mindfuck, amatrice de syntâches ^^

Image

Avatar de l’utilisateur
piwi
Avenista
Messages : 1312
Inscription : 23 oct. 2017, 00:07
Localisation : Mont de Marsan
A aimé : 491 fois
A été aimé : 215 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par piwi » 28 nov. 2017, 03:20

J'en apprends des choses dites donc... :shock:
mon âme n'a pas de sexe (iel)

Avatar de l’utilisateur
Lau
Affilié
Messages : 323
Inscription : 15 nov. 2017, 23:02
Localisation : Rhône-Alpes
A aimé : 169 fois
A été aimé : 117 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Lau » 28 nov. 2017, 15:41

Je suis pas d'accord, Mr.Nya, j'ai plus l'impression que c'est le terme "éducation" qui te hérisse plus qu'autre chose (coucou Ivan Illich), et sur le fond, je ne l'aime pas non plus ce mot mais c'est comme ça dans les textes officiels, on parle d'éducation à la santé, à la sexualité, au développement durable...
Et ça ne veut pas dire pour autant qu'on fait du bourrage de crâne, (dans l'idéal) le cœur de ce genre d'actions c'est l'information, la prévention et le dialogue. Ces dernières années ce qui prime c'est la mise en place de débat avec les élèves par exemple. Et ça s'appelle de l'éducation à la sexualité et à la vie affective mais en effet, on instruit et on outille les élèves (ou du moins on essaye).

On pourrait donc longtemps débattre de la légitimité de ce terme, mais c'est pas le sujet. Le sujet c'est que pas plus tard qu'hier, des gamins sont capables de te dire que le stérilet, ça rend stérile, qu'une fille ne peut pas mettre de tampon si elle est vierge parce que sinon elle perd sa virginité, que les femmes ne sont pas touchées par le sida car y'a que les homos qui l’attrapent (donc que les hommes), qui pensent que si la femme est prise par derrière il ne peut pas y avoir de grossesse...
Si pour ce genre de questions on obtient ces réponses, mais qu'est-ce qu'il en ressortira si on aborde la notion de consentement ? "Non ça veut dire oui", "C'est pas du viol si elle porte une mini-jupe !", "Si une fille me sourit, ça veut dire oui"...
Face à ça on fait quoi ? On reste les bras croisés ? On se dit, boh ils vont s'éduquer tous seuls ? (Oui, je provoque)

Ben non, je suis pas d'accord. Ma mission, notre mission en tant qu'enseignants, c'est de permettre à l'élève de réfléchir, d'acquérir des connaissances et des compétences en matière de santé, de pouvoir faire des choix éclairés et donc potentiellement sortir d'un certain conformisme, d'un schéma dominant pour être la personne qu'elle souhaite être (là oui, on aborde la dimension individuelle de l'éducation). Donc de mon point de vue, la question éducative se pose, n'est peut-être pas capitale, mais reste centrale. Et à l'heure actuelle, il y a une défaillance de ce côté là, un manque tant de temps que d'investissements.

Ce n'est qu'à cause des récents scandales que la notion de consentement refait surface, c'est déjà trop tard pour un certain nombre de personnes (victimes comme bourreaux), mais pas pour toutes, pas pour les jeunes générations. C'est pour ça qu'il me parait important d'en parler, de l'évoquer, de s'y arrêter pendant des actions d'éducation à la sexualité, et c'est ce que je disais à Olib : on y vient, doucement, difficilement, mais sûrement.

Edit
Et je viens de voir que tu réagissais surtout au commentaire d'Olib sur le fait que "les gens ne sont pas éduqués" et c'est en effet une autre histoire encore, mais je maintiens ce que j'ai dit précédemment. ^^
"Il n'y a qu'une vie, c'est donc qu'elle est parfaite." (P. Eluard)

Image

Ramón

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Ramón » 28 nov. 2017, 19:05

PassionA, faut bien que ce que j'ai étudié dans mes bouquins de sciences économiques et sociales me serve. Et pour le coup, la loi de l'offre et de la demande fonctionne très bien au niveau des relations humaines. Il est évident qu'ensuite on peut entrer dans le détail socio-psychologique, mais là je m'aventure sur des domaines où je manque de maîtrise.

Oui, le terme est important. J'imagine que tu en connais l'histoire ? Les années 30, ce que cela signifie ? Puis ensuite les années 60 avec la séparation de la jeunesse et sport puis la création du Ministère de la Culture (Propagande et Censure) ? Et vu le corporatisme d'état à l'heure actuelle, ça empire.
Je travaille pour la même institution que toi Lau, et je t'assure qu'au lycée ça ne vole pas haut le niveau des enseignants (je suis très critique, je n'ai rencontré que deux bons enseignants en 33 ans), et vu ce que l'EN pond, ça ne va pas aller en s'améliorant... J'ai pu voir ce qui se faisait avec les classes Freinet, c'est une cata totale... Il va falloir au moins 20 années de formation d'enseignants, et on sait que d'ici là ils auront encore changé d'avis ces crypto-pédagogues. Je ne compte plus le nombre de défections des enseignants qui y mettent du leur.
Clairement, le modèle doit aller de l'élève vers l'enseignant, pas l'inverse. Du citoyen vers l'état. Du consommateur vers le producteur... Sinon, bah c'est juste un bon vieux modèle de domination avec tout ce que ça implique en désinformation, censure et propagande. Le "despotisme éclairé" de Montesquieu, ça fait plus de 200 ans qu'il maintient les masses au même niveau de reproduction sociale ;)
Le consentement, on n'en parle plus dans 3 mois, et comme la justice ne s'appliquera pas, le non-consentement sera d'autant plus légitimé. Pour que les droits avancent, ce n'est pas de l'éducation qu'il faut, c'est du droit négatif, à savoir le dédommagement des victimes par les coupables avec décision de justice (et non pas arrangement à l'amiable ce qui ne génère aucune jurisprudence). Encore une fois, l'économiste va parler : touche au portefeuille des gens (et donc à leur force de travail) et tu as là la force de persuasion la plus efficace pour changer les comportements et amener les gens à s'élever moralement dans leur comportement.

Avatar de l’utilisateur
Lau
Affilié
Messages : 323
Inscription : 15 nov. 2017, 23:02
Localisation : Rhône-Alpes
A aimé : 169 fois
A été aimé : 117 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Lau » 26 déc. 2017, 17:09

Bon, ça fait pas encore trois mois, mais je voulais faire un petit up parce que je suis tombée sur le tollé provoqué par la nouvelle "Cat Person" publiée dans le New Yorker. Ici un article du Courrier International qui renvoie vers la nouvelle en anglais. Elle est longue mais il y aussi une version audio lue par l'auteure.
"Il n'y a qu'une vie, c'est donc qu'elle est parfaite." (P. Eluard)

Image

Avatar de l’utilisateur
Seule...
Aspirant
Messages : 36
Inscription : 07 déc. 2017, 23:23
A été aimé : 2 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Seule... » 27 déc. 2017, 07:03

Almond a écrit :
28 août 2017, 10:58
J'ai un peu parcouru les autres posts et je n'en ai pas vraiment vu de similaire
(utilisation d'adjectifs qui prouvent que j'aurais sans doute pu mieux décortiquer le forum: mea culpa).


AU PIRE, dans ce cas ci, je crois qu'il n'est jamais de trop de le répéter,
encore et encore, parce que c'est réellement très IMPORTANT.
Ne pas comprendre où sont les limites, ne pas écouter votre corps, votre esprit ou quoi que ce soit peut avoir des conscéquences CATASTROPHIQUES sur vous, et ce sur le long terme. Attention que je ne suis pas là pour dire que vous vous faires violer à tour de bras; je parle ici de nuances beaucoup plus subtiles que ça. Loin de moi l'idée de rendre les gens paranos et effrayés, mais plutôt de rassurer et d'encourager à s'écouter tout à fait.

Bien,
vous êtes ici parce que vous êtes asexuel(le)s ou parce que vous vous posez des questions sur le sujet.
De tous les sujets connexes à aborder, celui qui me semble le plus important est celui du "consentement".

Le "consentement", c'est un terme qui cache des subtilités dont vous entendez régulièrement parler, surtout à l'heure où le féminisme laisse flotter au vent de fiers poils d'aisselles longs comme le bras. Le consentement, c'est quand on est d'accord de faire quelque chose. Alors quelle que soit votre orientation sexuelle, l'Acte implique que vous ayez une petite discussion (éclair ou non) interne avec vous même afin que vous puissiez définir si vous en avez envie ou non, et si vous comptez le faire ou non. Dans cette discussion:
  • la plupart des gens "normaux" en compagnie d'un partenaire qu'ils ont "choisi" ne vont rencontrer aucune résistance: Le corps crie "MAIS BORDEL DE MERDE REFLECHIS PAS FONCE J EN PEUX PLUS WAOUW BLBLBLLBL), l'esprit est déjà en train de réfléchir à la cambrure idéale et tout se passe comme sur des roulettes.
  • Il y a d'autres cas de figure où le corps hurle qu'il ne veut que ça et où il se bat un peu avec l'esprit qui dit des trucs du style "mais t'es en couple, mais tu le (ou la) connais à peine, y a plus de préservatifs,...(etc etc à l'infini, l'esprit pour chercher il est fort)". La plupart du temps, dans ce cas, ça se passe également comme sur des roulettes.
  • Le cas énoncé juste en haut rencontre une résistance quand il est vécu par des gens comme moi: "Peut-être qu'il s'agit d'un réflexe primaire, certes très fort, mais motivé par une danse d'hormones qui s'entendent particulièrement bien. Est-ce que je vais le regretter plus tard, est-ce que mon esprit, lui, sans prendre en compte mon corps, est intéressé par cet acte?" (me concernant, 9 fois sur 10: non, mais pour la plupart des gens: oui et on verra plus tard)

  • Vous êtes en compagnie de quelqu'un que vous venez de rencontrer en soirée, la plupart des copines ou des copains ont trouvé chaussure à leur pied. L'alcool aidant, un rapprochement s'opère et vous décidez de rentrer avec cette personne, en hélant vos amis avec fierté au passage. Une fois dans la chambre le corps ne répond pas. Il ne s'envole pas, l'estomac est bien en place, les frissons sont aux abonnés absents. Le corps dit donc, à sa façon: non. Mais, maintenant que vous êtes nus, bah, allez, faisons ça, ça fera une super histoire à raconter demain! (l'esprit dit oui, et ça peut tout à fait se transformer en une expérience géniale au cour de laquelle le corps fini par répondre)
  • Même cas de figure, sauf que vous tentez quand même de dire "non, ça ne me tente pas en fait", et là, ça pourrait se passer de plusieurs manières différentes.
    1) vous êtes tombé sur quelqu'un de normal, éduqué, réfléchi et respectueux qui vous dit: ça marche, c'est pas grave :)
    2) vous êtes tombé sur un sexe avec des bras qui va insister plus ou moins lourdement.
    Dans le cas où c'est insistant, soit vous insistez également et vous battez au besoin et obtenez gain de cause, soit vous décidez de le faire parce que de toute façon vous vous sentez comme un(e) allumeur(se) et que vous devez "assumer les conscéquences de vos actes", ou bien vous vous laissez faire en imaginant que ce sera plus simple comme ça; allez hop, vite fait, l'autre sera content et moi je serai tranquille.
    3) Vous vous doutez bien quel est le numéro 3 (sur lequel je ne tiens pas à épiloguer)
  • Vous êtes tombé(e) amoureu(x.se). Cette personne cherche à mettre des gestes sur son amour et pour lui ou elle, cela passe par une sexualité épanouie. Le corps ne répond pas, mais votre esprit, si! L'amour rend la chose possible, et le fait de voir votre partenaire prendre du plaisir vous en procure également, d'une manière qui sera parfois tout à fait suffisante.
  • Même cas de figure, sauf que là, le sexe, vraiment, c'est difficile. C'est source d'angoisses. C'est le terrain de questionnements obsédants et ça donne naissance à des névroses diverses. L'odeur sur les draps, l'odeur de la pièce, l'odeur du corps, les préservatifs, mon corps, le siens, la simulation ou non, la sudation, la texture de la peau, les fluides... > Pour certains asexuels, tout ça (ou en tout cas une partie, tout le monde n'est pas pareil, hin), c'est un tourbillon de sensations et de pensées désagréables qui accompagnent forcément l'acte, de son idée à son terme.
    1) Soit on aime tellement l'autre qu'on fait ce sacrifice: ça marche plus ou moins longtemps, on prend sur soi, c'est un mauvais moment à passer, ça en vaut la peine si on aime
    2) On évite le truc au maximum, on s'agite, on évite l'autre, on s'absente en pensée, on a toujours une bonne excuse, on préfère rester seul...

J'ai cité ces cas de figure, mais il en existe des tas d'autres. Ils sont juste représentatifs d'une idée que je souhaite faire passer. Conssentir, ça peut vouloir dire des tas de choses. Il est essentiel, quand il s'agit de rapport sexuels, d'être dans des cas où vous êtes PARFAITEMENT D ACCORD. Ce n'est pas la peine:
  • "D'essayer pour faire comme tout le monde"
  • "D'essayer parce que je l'aime"
  • "De le faire parce que ça ne me dérange pas trop"
"ça ira vite, pour lui faire plaisir, pour avoir l'air d'avoir une vie normale", ça creuse des trous pour les malaises. Ils s'installent, et ils prennent de l'ampleur. Vous devez avoir conscience de cela et vous respecter, et obliger les autres à vous respecter. L'autre doit avoir conscience de l'impact que son comportement peut avoir, même s'il parait anodin. Si votre corps dit "non", d'une quelconque manière, vous DEVEZ l'exprimer.

La raison pour laquelle je le prends à coeur à ce point est toute simple:

J'ai commencé par coucher avec énormément de gens, je me sentais normale, je cherchais le plaisir (que je n'ai jamais trouvé qu'avec moi même), j'ai fais mes expériences et appris à être la simulatrice la plus douée de tout l'univers.
Je suis tombée amoureuse, plusieurs fois, et je me suis mise à coucher pour "rendre service" à ces gens que j'aimais, de temps en temps et puis de plus en plus souvent, jusqu'à éviter la chose au maximum.
J'ai subis deux agressions (hors couple, j'ai au moins eu des partenaires conssentis suffisamment à l'écoute), la première m'a appris que j'étais forte et que je pouvais me sortir de tout, la seconde que l'autre avait le pouvoir de me briser.
J'ai tenté de recoucher "comme on remonte à cheval" (pardonnez moi l'expression). Ca n'a plus jamais été pour moi qu'une source de malaise à éviter à tout prix et pour de bon. Zero exception, définitivement.
J'ai cherché à être comme tout le monde et à accepter cet acte "par amour" ou "par besoin d'être normale". Le dégout s'est installé, les questions obsessionnelles aussi. Ils se sont emparés de moi et ont investi chaque pore de ma peau.

Les forcings que je me suis imposé, les agressions et les tentatives ont fait de moi une personne dite "haptophobique". Je ne supporte plus le contact physique du tout, quel qu'il soit. Ma peau est un bouclier qui me protège, et qu'on ne peut toucher. Un calin, une main sur mon épaule, un contact prolongé; tout cela me plonge dans des angoisses terribles. J'évite les gens qui tentent de m'approcher même s'ils sont des gens adorables qui comprennent le "non". Je suis capable de les garder dans ma vie mais cela me demande un effort considérable. Les gens n'en peuvent rien, mais ils subissent ce comportement. Je me renferme, me cache carrément pendant de longs moments. Mes sorties se font de plus en plus rares. Je suis méfiante et je ne supporte plus de plaire. Le pire étant que je n'ai aucune volonté de me soigner, parce que ça impliquerait d'accepter le contact à nouveau et qu'à l'heure actuelle je ne m'en sens pas la force.

Cette phobie, c'est quelque chose d'extrême qu'il est difficile de vivre au quotidien. Tout le monde se touche, tout le temps. Je déconcerte les gens.

Alors, de ma part et de celle de tous ceux qui se retrouvent dans cette situation parce qu'ils ont été conciliants, ont fait trop d'efforts et n'ont pas saisi les limites du conssentement, par amour ou pour quoi que ce soit d'autre: ECOUTEZ VOUS ET OBLIGEZ LES AUTRES A VOUS ECOUTER! C'est terriblement important.
Ne vous en faites pas; il existe des gens pour comprendre, qui n'insisterons pas, et qui seront un réel refuge pour vous. Si vous respectez ces règles en écoutant chaque partie de vous, l'esprit et le corps, vous pourrez alors continuer d'apprécier la douceur des bras des gens que vous aimez, et je vous assure que ça, ça n'a pas de prix.
Ouch... Merci pour tout ça pour ce témoignage bien parlant
Longtemps je me suis dit qu'il fallait me forcer pour faire plaisir à mon mari. Moi qui suis asexuelle, je n'ai jamais eu de rapport. Aujourd'hui, je consulte un psychologue pour cette raison principale qui m'a orienté vers un gynécologue debut janvier. Rien que dit d'y penser ça me stresse, je suis pas bien, me faire toucher par un inconnu.. Je le fais uniquement pour espérer que ça avance au cas où ça soit un problème physique mais je me connais j'ai appris à m'écouter et je pense que cette consultation ne m'apportera pas grand chose.
J'aimerais une fois réussir à me forcer et le faire jusqu'au bout pour mon mari mais si l'esprit peut avoir envie le corps ne suit pas toujours...

Avatar de l’utilisateur
godiva
Amibe
Messages : 87
Inscription : 21 nov. 2017, 23:22
Localisation : Paris
A aimé : 29 fois
A été aimé : 18 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par godiva » 30 déc. 2017, 15:10

C'est fou à quel point, en vous lisant, j'ai l'impression de m'entendre parler.... :shock: ça devient même flippant :shock:

Sur le coup, je vais vous raconter ma vie, après mon retour du nouvel an. Je vois qu'ici on va pouvoir me comprendre.
Métal un jour, métal toujours ! :guitar:

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : ginny anne et 1 invité