DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Avatar de l’utilisateur
Sleepless Knight
Straight-A Student
Messages : 1421
Inscription : 21 janv. 2015, 12:09
Localisation : I'm everywhere
A aimé : 19 fois
A été aimé : 180 fois
Contact :

Re: DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Message par Sleepless Knight » 30 mars 2015, 08:57

Piccolo a écrit :J'aime quand les choses sont logiques et traitées de façon similaire pour tous. J'ai du mal avec les double discours et le deux poids deux mesures, et donc je ne peux m'empêcher de mettre les gens face à leurs contradictions. Non pas que je sois parfait ou irréprochable, mais je fais en sorte de respecter cette règle du mieux possible pour moi-même.

Ouais, je vois ce que tu veux dire. Donc si jamais tu dis des contradictions j'attaquerai avec la férocité d'une tigresse à qui on a bouffé ses enfants.
Cependant, cependant. On est pas des êtres de logiques pures (n'en déplaise à certains) et une organisation/communauté n'est ni une fourmillaire ni un organisme, donc si la communauté LGBT présente des contraction c'est à cause de la multitude de personne très différents qui la compose. Donc on ne peut pas pointer du doigt des contradictions, non ? Sauf si c'est un même individu qui dit ces choses.

Je déteste vraiment quand les gens disent "cette partie de la population devrait se décider", car ils ont décidés mais individuellement.
L'amour rend aveugle
-Œdipe

Piccolo
Avenator
Messages : 1637
Inscription : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 16 fois
A été aimé : 92 fois

Re: DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Message par Piccolo » 31 mars 2015, 12:52

Oui évidemment que tu peux revenir sur ce qu'il te semblerait être une contradiction de ma part.

Après je trouve ça un peu facile de dire que les contradictions proviennent de personnes au profil différent.
En général on attaque un groupe sur sa tendance politique et idéologique.

Avatar de l’utilisateur
Sleepless Knight
Straight-A Student
Messages : 1421
Inscription : 21 janv. 2015, 12:09
Localisation : I'm everywhere
A aimé : 19 fois
A été aimé : 180 fois
Contact :

Re: DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Message par Sleepless Knight » 01 avr. 2015, 22:04

Piccolo a écrit :En général on attaque un groupe sur sa tendance politique et idéologique.
Ouais, mais dans l'absolue le lien entre tout les LGBT est plutôt faible... Ne pas faire partie du concept héréto-normatif comme seul point commun, c'est très creux.
L'amour rend aveugle
-Œdipe

Avatar de l’utilisateur
Genesis
Membre
Messages : 21
Inscription : 31 juil. 2015, 16:42
A été aimé : 5 fois

Re: DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Message par Genesis » 03 août 2015, 14:32

Oh ! J'aime ce topic. Je l'ai rapidement survolé.

Je ne peux pas m'empêcher de me poser la question d'une éventuelle cause. Mais je suis rapidement regardée de travers dans la communauté LGBT (à laquelle j'appartiens) car on peut, en comprenant mal, croire que je veux "pathologiser" une orientation sexuelle. Alors que non ! Je veux juste comprendre ce qui fait la singularité de chacun, ce qui fait la différence de chaque humain, sans en mettre un plus dans la norme qu'un autre.

J'ai des amis qui ont suivi les cursus scientifiques, ce n'est pas mon cas, et mes connaissances en génétiques sont donc très archaïques. ça m'embête un peu parce que j'ai peur de ne pas tout comprendre ou de dire des bêtises.

à un moment, sleepless parlait d'une science qui rend le monde explicable (en gros) et la philo, la métaphysique et tout essayent de saisir le reste. J'aime assez cette façon de voir les choses. Je suis chiante avec ça mais est ce que la psychanalyse peut faire partie de la seconde catégorie ?
Je sais que tout le monde ne la porte pas dans son coeur, mais c'est peut-être qu'on veut qu'elle assume un rôle qu'elle n'a pas : une science

Donc, pour revenir au sujet de départ, je propose quelque chose de très subjectif et sans bases solides, mais est ce qu'on peut imaginer, que comme il a été dit, il y a un facteur génétique, qui ne prédétermine pas tout, mais qui pose des prédispositions, qui rend possible qu'une personne ai telle ou telle orientation sexuelle, et par la suite, le vécu concret, mais pas que, également un vécu au travers des représentations (c'est là qu'intervient la psychanalyse), viennent donner son chemin de vie à la personne.

Je voudrais aussi préciser autre chose: On parle beaucoup du fait que ce n'est pas un choix, ici sur ce forum, mais que veut-on dire par là ? Un choix conscient, certainement pas, mais cela peut très bien être un choix inconscient, non ?

Sleepless, peux tu préciser ta théorie-un-peu-folle, je ne suis pas certaine de saisir

Avatar de l’utilisateur
Zimou
Administrateur
Messages : 4719
Inscription : 14 oct. 2010, 14:44
A aimé : 369 fois
A été aimé : 320 fois
Contact :

Re: DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Message par Zimou » 04 août 2015, 10:28

Genesis a écrit :Je voudrais aussi préciser autre chose: On parle beaucoup du fait que ce n'est pas un choix, ici sur ce forum, mais que veut-on dire par là ? Un choix conscient, certainement pas, mais cela peut très bien être un choix inconscient, non ?
Quand je parle de choix, pour ma part, c'est conscient et inconscient. ça a d'ailleurs fait un peu débat à un moment pour savoir si on parle vraiment de choix lorsque c'est inconscient...
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Arcady
Aspirant
Messages : 31
Inscription : 26 avr. 2014, 23:28
Localisation : Paris
A aimé : 5 fois
A été aimé : 7 fois

Re: DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Message par Arcady » 04 août 2015, 22:16

Genesis a écrit : je propose quelque chose de très subjectif et sans bases solides, mais est ce qu'on peut imaginer, que comme il a été dit, il y a un facteur génétique, qui ne prédétermine pas tout, mais qui pose des prédispositions, qui rend possible qu'une personne ai telle ou telle orientation sexuelle, et par la suite, le vécu concret, mais pas que, également un vécu au travers des représentations (c'est là qu'intervient la psychanalyse), viennent donner son chemin de vie à la personne.
De belles questions pour un bon sujet !!
Si je peux, modestement apporté ma pierre au sujet, je dirais que tu évoques deux choses :
- l'acquis et l'inné

Tout au long de notre vie, les deux interagissent dans leurs propres limites. L'inné est mon patrimoine génétique (que l'on décrypte encore à peine) et ce patrimoine ouvre un champ des possibles. Mais ce champ, tout aussi large qu'il est, n'est pas illimité.
Pour schématiser, de par mon patrimoine, je sais que je ne volerai jamais avec des ailes qui me pousseront dans le dos ...
De la même façon, tu peux dire qu'à ma naissance, je peux avoir 80% de chance de développer tel cancer plutôt qu'un autre. Mais aucune certitude ...

L"acquis nous façonne également, mais dans la limite de notre patrimoine (génétique mais également patrimoine hérité de la famille, comme par exemple des usages qui sont ancrés si profondément dans les familles, que l'on peut se demander où se (re)trouve l'inné !).

Tu renvoies à la psychanalyse dans tes propos. Il faudrait, peut-être, concevoir la psychanalyse comme un moyen de voir quel acquis est venu nous conditionner dans la vie de tous les jours, engendrant des schémas. Et la psychanalyse met en évidence, via un travail, ces schémas dans lesquels nous nous enfermons.
Mais encore une fois, l'acquis n'a d'effet que dans un champ prédéterminé par notre patrimoine génétique.

Pour résumer et rejoindre le sujet d'origine afin de boucler avec tes propos, Génésis : c'est notre patrimoine génétique qui peut faire de notre sexualité ce qu'elle est (nous pouvons tous être potentiellement hétéro, homo, bi-sexue, ... en étant A ou S). Mais de la à dire que c'est en lisant mon génome que l'on pourrait dire que je le suis (à la manière de Gataca), je n'en suis pas si sûr.
On peut me coller des probabilités. Mais pas de certitudes.
Ensuite, que mon acquis m'ait conduit a finalement être un A plutôt que S, je veux bien le concevoir. Mais tu devrais également pouvoir croiser d'autres personnes A, sans qu'un "trauma", au sens psychanalytique du terme, puisse "expliquer".

Je sais que ça donne l'impression de faire une rédaction du type Thèse - Anti Thèse - Sythése ... et je déteste cela !!!
Retenons que le sens de mon propos est de dire que la psychanalyse pourrait éclairer, via l'acquis et via l'expérience de certains, l'asexualité de certains. Mais il ne faut pas non plus le généraliser. Quant au génome, il comporte autant les acides aminées responsables de mon asexualité que de ma sexualité.
L'insexualité y réside-t-elle ? Je ne saurais même pas la définir !! Même si la frontière entre a sexuel et sexuel est définissable, on trouvera peut-être, un jour, quelqu'un apte à nous dire ce qu'est l'insexualuté ... Mais quand je lis certaines définitions, elles renvoient pour moi à l'asexualité ...

Avatar de l’utilisateur
Genesis
Membre
Messages : 21
Inscription : 31 juil. 2015, 16:42
A été aimé : 5 fois

Re: DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Message par Genesis » 05 août 2015, 11:18

Zimou, merci pour ta précision. Personnellement, j'aurais tendance à dire que c'est un choix, oui, mais que dans le même temps, on ne l'a pas décidé. Parce que c'est un choix de désir, et que le désir c'est incontrôlable ça ne fait pas appel à la raison. Donc c'est un "choix" qui a peut-être une autre définition du choix où on l'entend. Mais bon, n'insistons pas plus, puisque tu me dis que le sujet a déjà été abordé. Et puis je vois bien que ce que je suis en train de dire peut sembler incohérent, tout est question de mot.

Arcady, est ce que j'ai bien compris, si je dis que tu semble n'être ni vraiment convaincue par l'inné ni par l'acquis ?
Personnellement, je ne crois pas à une "programmation" de l'inné. Je veux bien que nous ayons un terrain, des prédispositions, mais pour moi, on ne se définit certainement pas uniquement pas l'inné. En tout cas, pour ce qui est de l'orientation sexuelle, (et encore une fois ce n'est que mon avis) le rôle du patrimoine génétique est ténu.

Je ne suis pas très fan de ton terme "conditionner" à propos de la psychanalyse. Parce que je ne crois pas qu'il s'agisse de ça, enfin pas systématiquement en tout cas. Je veux dire, on est des être sensibles, pas des robots !
Bon on va dire que je suis un peu tatillonne sur les mots, mais je parlerais plus de "façonnage" par le vécu.
Je voudrais aussi évoquer quelque chose, comme chacun sait, dans la psychanalyse, la petite enfance, celle dont on ne se souvient pas, a une grande place, et ce serait là qu'une bonne partie de nous se construirait (ce n'est qu'une hypothèse amenée par ce courant de pensée, on ne saura jamais vraiment). Donc, si on prend ça en compte, il est impossible de savoir qui de l'inné ou de l'acquis a fait son œuvre.
C'est pour ça, que je ne sais pas quoi penser de ceux qui disent qu'ils ont toujours été comme ça: si l’événement traumatique (ou non, enfin en tout cas le moment de "choix" de désir) se situe à l'âge de 2ans, alors ils ne s'en souviennent simplement pas...

Et puis je pense à autre chose: est ce que c'est forcément entre l'inné ou l'acquis ?
je sais que ce que je vais dire n'est pas très scientifique et tout, mais est ce qu'on a pas un "noyau", un "ce que nous sommes" qui ne dépend ni de l'un ni de l'autre ? C'est un libraire qui en avait fait sa thèse en fac de psycho qui m'a parlé de ça, j'avais trouvé ça incroyable.

Piccolo
Avenator
Messages : 1637
Inscription : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 16 fois
A été aimé : 92 fois

Re: DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Message par Piccolo » 05 août 2015, 16:18

On raisonne effectivement toujours en fonction de cette dichotomie inné/acquis: tout ce qui ne fait pas partie du vécu et de l'expérience est forcément d'origine biologique et inversement.
Mais les choses sont peut-être plus subtiles que ça.

Tu te poses des questions sur l'asexualité car elle est statistiquement minoritaire mais après tout ce sont les S qui ont une orientation au sens strict du terme.

Avatar de l’utilisateur
Sleepless Knight
Straight-A Student
Messages : 1421
Inscription : 21 janv. 2015, 12:09
Localisation : I'm everywhere
A aimé : 19 fois
A été aimé : 180 fois
Contact :

Re: DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Message par Sleepless Knight » 05 août 2015, 16:33

Ma théorie un peu folle? Y a beaucoup trop de folie en moi, donc je sais pas de quoi tu parles... Tu peux faire une citation de ce que tu comprends pas?

J'ai que très peu accès à Internet, mais si quelqu'un devrait faire des recherches approfondis sur la sexualité de vrai jumeaux ça pourrait être intéressant.
L'amour rend aveugle
-Œdipe

Avatar de l’utilisateur
Zimou
Administrateur
Messages : 4719
Inscription : 14 oct. 2010, 14:44
A aimé : 369 fois
A été aimé : 320 fois
Contact :

Re: DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Message par Zimou » 05 août 2015, 16:42

Pour les choix, ceux la sont inconscient mais tout ce qui est inconscient peut devenir conscient. moi même il y a beaucoup de chose que je faisais ou pensais inconsciemment, dont j'ai pris conscience, compris pourquoi je pensais ou agissait de tel façon et changer si besoin. bien sur, si un choix inconscient ne devient pas conscient, il changera pas... et pour qu'un choix inconscient devienne conscient, ça ne se fait pas comme ça, ça passe par de très longue réflexion et compréhension de soit, et/ou d'aide de la part d'un professionnel (qui est très efficace de mon expérience, qui m'a permis de comprendre beaucoup de chose, pourquoi j'agissais de tel ou tel façon, que j'avais tel ou tel désir, etc...). Pour ma part, en me posant suffisamment de question ou en me faisant aidé, je trouve toujours la raison de mes choix inconscient, mais ça peut prendre beaucoup de temps et je me suis jamais dit "il n'y en a pas, je baisse les bras". et même si il m'arrivais de pas en trouver, ça veux pas dire qu'il n'y a pas de raison à mes choix inconscient... juste que je n'arrive pas à les trouver. mais de mon expérience, si je m'en donne les moyen, je trouve cette cause. tout nos choix sont explicable et on ne fait jamais rien sans raison.
Par contre, pour la psychanalyse, j’arrête tout de suite : la psychanalyse c'est de la foutaise, d'une part parce que c'est pas scientifique et donc ça n'a aucune preuve que ça marche, et d'autre part parce que scientifiquement c'est prouvé que ça marche pas, et même que ça détruit les gens. je te laisse prendre connaissance d'un documentaire sur la psychanalyse, concernant l'autisme (et ce que les psychanalyste pensent de "ce qui se passe dans la petite enfance et nous construit", chose qui est aussi une foutaise mais vraiment très grosse qu'il faut arrêter de croire car c'est de la croyance et de la très mauvaise, c'est prouvé aussi... bien qu'il n'existe pas bien de "bonne croyance") : http://www.unifrance.org/film/38459/le- ... -l-autisme
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Avatar de l’utilisateur
Genesis
Membre
Messages : 21
Inscription : 31 juil. 2015, 16:42
A été aimé : 5 fois

Re: DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Message par Genesis » 05 août 2015, 20:35

Zimou, en fait pour moi ton précédent message présente une certaine contradiction.
Parce que l'inconscient, c'est une notion de psychanalyse. Je ne comprends donc pas que tu acceptes cette notion mais pense dans le même temps que la psychanalyse est de la foutaise.
J'entends tes réticences. Et je respecte. Effectivement, la psychanalyse n'est pas une science, on a pas à lui demander de remplir ce rôle.

(Mais la science est une forme de croyance elle aussi, je trouve.)

Concernant l'autisme, j'ai beaucoup entendu cette critique. Et je ne sais pas quoi te dire, parce que je ne connais pas la question. Je ne doute pas que la psychanalyse ne soit pas un traitement adapté pour cette pathologie, elle ne soigne pas tout, c'est certain, mais comme tout soin. Quant à la cause, on ne saura pas tout de suite sans doute.

Concernant la question de la petite enfance, je me demande bien comment il est possible de prouver une telle chose. Mais j'irais volontiers voir ton documentaire, je te dirais ce que j'en ai pensé (il risque fort de ne pas être très objectif) .

Après, je trouve que c'est quelque chose qui revient beaucoup, de s'arrêter sur UNE hypothèse foireuse ou d'une idée un peu dépassée de psychanalyse, pour qu'on décrète que c'est tout le courant de pensée en entier qui est mauvais. Je pense que l'on trouve des cons dans les sciences aussi...

La psychanalyse, ce n'est pas seulement des théories toutes faites et généralisables, c'est s'arrêter sur chaque individu et le comprendre, et l'écouter, et ne pas le considérer que comme un amas de cellule qui répond à des conditionnements behavioristes. Du moins, c'est ce que je pense, lorsque c'est bien fait. Car oui, il y a de tout, du bon comme du mauvais. Il s'agit de ne garder que ce qui nous semble être intéressant, pour nous.

Piccolo
Avenator
Messages : 1637
Inscription : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 16 fois
A été aimé : 92 fois

Re: DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Message par Piccolo » 05 août 2015, 20:54

L'inconscient est effectivement un concept psychanalytique, tu fais bien de le souligner.

Avatar de l’utilisateur
Genesis
Membre
Messages : 21
Inscription : 31 juil. 2015, 16:42
A été aimé : 5 fois

Re: DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Message par Genesis » 05 août 2015, 21:42

Alors, Zimou, je comprends ton sentiment de révolte. C'est un peu ce que je disais dans "le meilleur et le pire".

J'ai aussi écouté l'interview de la réalisatrice qui est très intéressante.

En fait, ce documentaire, et cette réalisatrice, soulèvent exactement tout ce qui me dérange dans la psychanalyse.

Déjà, effectivement, si des causes neurologiques on été trouvées, je ne vois pas de raison de l'ignorer. Et je ne vois pas de raison de chercher une cause psychique (là, on parle de l'autisme, pour le reste, c'est au cas par cas)

En fait ces personnes interviewées sont effectivement assez burlesques. Toutes ces théories, sur la misogynie, sur l'accusation de la mère, sur l’obsession du "phallus" ça me sort par les yeux.

La réalisatrice explique que au début, la psychanalyse était un courant avec des idées qui évoluaient et se renouvelaient. Et c'est ce retard de la France dans ce domaine qui en a fait une sorte de stagnation sur de vieilles théories.

Ce qui est intéressant, à mon sens, c'est d'en prendre les mécanismes, le rôle du langage, et comment il façonne tout, et l’inconscient, et le refoulement, et toutes ces choses qui ne sont pas fixes et ne sont que des outils qui s'articulent entre eux. En gros, faire sa cuisine, fabriquer sa propre psychanalyse, et ne pas faire comme cet imbécile dans le documentaire qui dit simplement recracher ce que ses confrères disent, parce qu'ils sont sérieux.
Je crois qu'elle a effectivement sérieusement besoin de se renouveler !

Tu vois, ton documentaire m'aura tout de même ouvert les yeux là dessus, quelque chose que je présentais mais dont je ne soupçonnais pas l'étendue. Je suis choquée que des spécialistes ne puissent pas s'exprimer sur leur sujet d'étude, par peur de ce réseau psychanalytique.

Simplement, je ne pense pas que le monde soit tout noir ou tout blanc, avec les méchants psychanalystes et les gentils scientifiques. C'est plus compliqué que ça.
C'est un courant de pensée qui a sa place, qui est très intéressant, mais qui ne devrait sans doute pas avoir autant d'emprise, et devrait surtout évoluer.

Voilà

Et désolée aux autres qui suivent cette discussion parce qu'on a pas mal digressé ... héhé ...

Arcady
Aspirant
Messages : 31
Inscription : 26 avr. 2014, 23:28
Localisation : Paris
A aimé : 5 fois
A été aimé : 7 fois

Re: DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Message par Arcady » 05 août 2015, 22:00

Genesis a écrit : Arcady, est ce que j'ai bien compris, si je dis que tu semble n'être ni vraiment convaincue par l'inné ni par l'acquis ?.
Je dirais plus que je ne crois pas à une exclusivité des explications ou des analyses basées exclusivement sur l'inné ou sur l'acquis.
Je te rejoins également sur le façonnage. Mais encore une fois, même si nous ne sommes pas des robots, il ne faut pas omettre que notre champ des possibles est nécessairement limité. Donc nous sommes conditionnés pour agir de certaines façons (et j'emploie le pluriel). Sans pour autant que nous n'ayons pas notre propre arbitrage.
Encore une fois, tu ne pourras jamais me demander de m'envoler avec des ailes. Ou du moins, tu peux me le demander, mais je te garantis que je n'y arriverai pas !!!

Le conditionnement relèverait de l'inné. Le façonnage, de l'acquis.
La remarque de Sleepless Knight sur les jumeaux est intéressante : à patrimoine identique (et pas seulement commun), y a t il nécessairement également identité sexuelle ?
Encore une fois, un monde à la Gataca serait si tragique. Et notre niveau de compréhension du génome humain est si faible que je doute que l'on n'ait jamais la pierre de Rosette pour lire correctement notre patrimoine sans se tromper.
On me substituerait à la pré-destination, le pré-determinisme (basé sur les statistiques). A l'image de la scène de Minority Report quand Tom Cruise lance la boule sur le tableau de bord de la console et que Colin Farrell la rattrape :
- Pourquoi l'avez-vous rattrapée ?
- Parce qu'elle allait tomber
- Comment le savez-vous puisqu'elle n'était pas encore tombée ? ...

Cette scène illustre, peut-être, assez bien le mélange que l'on fait entre l'inné et l'acquis. Lancée de cette façon et dans un tel environnement (avec un tableau de bord fini et une vitesse suffisante), la boule ne va ni s'arrêter au bord, ni s'envoler.
C'est l'inné.
Encore une fois, mon patrimoine fait que je ne peux pas avoir d'ailes qui me poussent dans le dos.
De là, à dire que l'on pourra tout anticiper sur la base de données et de mon patrimoine, c'est omettre l'aléa que représente l'acquis.
Oui, tu peux anticiper que la boule ne pouvait que tomber. Non, Tom, tu ne peux systématiquement savoir ce qui va se passer.

Avatar de l’utilisateur
Genesis
Membre
Messages : 21
Inscription : 31 juil. 2015, 16:42
A été aimé : 5 fois

Re: DEBAT/Pensez vous que l'asexualité puisse être génétique ?

Message par Genesis » 06 août 2015, 07:03

Oh ! ton extrait de filme est intéressant !

ça fait plusieurs fois que tu parle de Gataca et je ne sais pas de quoi il s'agit ...

Je suis assez d'accord sur le fait qu'il n'y a exclusivité ni de l'un ni de l'autre. C'est pour ça que je parlais d'une sorte de mélange complexe des deux.
C'est un peu d'une certaine manière la façon de penser de Piaget (enfin dans les grandes lignes parce que j'ai pas tout compris ^^ ) un facteur inné ne peut se manifester que avec l'aide de facteurs de l'environnement, et inversement, on ne peut développer certains aspects que à condition d'avoir eut les bases. En gros c'est comme un mur de brique où chaque brique est en interaction avec les autres, dans une construction compliquée.

D'ailleurs, si on doit revenir sur le petit débat qui a précédé avec Zimou, je trouve qu'il est dommage que chaque discipline se ferme totalement aux autres, que tout soit cloisonné, que l'on reste campé dans son incompréhension de l'autre, et que en gros, ce soit la guerre (je ne parle bien évidemment pas de toi Zimou, je préfère préciser, mais seulement des courants de pensée en général ;) )
Ce serait bien que chaque discipline s'enrichisse de ce que dit l'autre, et qu'on ne reste pas enfermé dans ces convictions.
Mais là, le conflit et la fierté... c'est le propre de l'homme je trouve ^^

Bon après, je ne réponds pas forcément à la question de l'orientation sexuelle... (qui peut d'ailleurs s'étendre à la question du genre je pense, mais ce n'est pas le thème du forum)
Justement, sur la question des jumeaux, le libraires dont j'ai parlé précédemment à propos du troisième truc qui ne serait ni inné ni acquis, m'a dit que deux jumeaux, ayant le même code génétique, et ayant grandit "dans les même conditions" (mais ça ne peut jamais être totalement le cas), développaient des personnalités différentes. Reste à savoir si il en est de même pour l'orientation sexuelle et puis à trouver des sources, parce il m'a juste dit ça comme ça, il faut vérifier.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités