Espace de discussion aromantique

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenista
Messages : 1435
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 363 fois
A été aimé : 387 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par PassionA » 31 juil. 2017, 00:12

Ça à l'air très beau cette amitié qui vous lie.

En te lisant je me dis que je dois juste être devenu pessimiste à cause de mon vécu (j'ai eu des amis d'enfance très manipulateurs). J'ai maintenant un groupe d'amis également depuis 10 ans, depuis que je suis revenu m'installer dans la région en fait. On s'est connu à travers une association et on se voit régulièrement, au moins une fois par semaine pour jouer ensemble. Je crois que j'ai un peu de mal à m'investir émotionnellement, et je garde volontairement une distance de sécurité, mais au moins ce groupe là m’accepte comme je suis sans trop m'en demander.

Avatar de l’utilisateur
Drytos
Aguerri
Messages : 561
Inscription : 07 avr. 2017, 12:21
Localisation : Lille
Pronom : Iel
A aimé : 146 fois
A été aimé : 99 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Drytos » 31 juil. 2017, 11:37

Je pense que mon père aussi est devenu pessimiste avec le vécu... Mais je pense que c'est "innévitable"... Il y a toujours des choses qui ne se passeront pas forcément comme on l'avais prévue, et malgré tout, on ne peut pas garder auprés de nous toutes les personnes qu'on a rencontrés et qui ont eu une place importante dans notre vie...

Ah oui !! Au moins vous, vous pouvez vous voir souvent, c'est pratique ^^
Du coup tu gardes une distance de sécurité même au bout de 10 ans ? Après, ßa n'empêche pas que tu tiennes à eux, ils ont dû le comprendre je pense ?

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenista
Messages : 1435
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 363 fois
A été aimé : 387 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par PassionA » 31 juil. 2017, 11:53

Drytos a écrit :
31 juil. 2017, 11:37
Ah oui !! Au moins vous, vous pouvez vous voir souvent, c'est pratique ^^
Du coup tu gardes une distance de sécurité même au bout de 10 ans ? Après, ßa n'empêche pas que tu tiennes à eux, ils ont dû le comprendre je pense ?
Ce n'est pas vraiment une relation qui verse dans l'affectif, mais plutôt dans la camaraderie. Et c'est pour ça que ça dure. Le simple fait de se voir et de partager des passions communes dans une bonne ambiance.

Avatar de l’utilisateur
piwi
Avenista
Messages : 1312
Inscription : 23 oct. 2017, 00:07
Localisation : Mont de Marsan
A aimé : 491 fois
A été aimé : 215 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par piwi » 04 nov. 2017, 00:37

J'ai TOUT lu (vos témoignages) et je commence à me poser de sérieuses questions. Ne serais-je pas moi aussi aromantique ?
Argh. ça fait beaucoup là.

Pas trop envie d'approfondir parce que je suis déjà en train de digérer tout un tas de choses là... :shock:
mon âme n'a pas de sexe (iel)

Ramón

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Ramón » 08 nov. 2017, 09:52

T'inquiète, tu as le temps. On dira que l'aromantisme est probablement bien moins évident à cerner que l'asexualité. Le romantisme reste tout de même une notion qui renferme beaucoup d'éléments.
Donc tu as raison, d'abord mâche, digère et assimile ce qui vient d'arriver ;)

Avatar de l’utilisateur
Drytos
Aguerri
Messages : 561
Inscription : 07 avr. 2017, 12:21
Localisation : Lille
Pronom : Iel
A aimé : 146 fois
A été aimé : 99 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Drytos » 10 nov. 2017, 02:20

piwi a écrit :
04 nov. 2017, 00:37
J'ai TOUT lu (vos témoignages) et je commence à me poser de sérieuses questions. Ne serais-je pas moi aussi aromantique ?
Argh. ça fait beaucoup là.

Pas trop envie d'approfondir parce que je suis déjà en train de digérer tout un tas de choses là... :shock:
Woh tu as eu du courage de tout lire !

Si tu trouve que ça fait beaucoup par rapport à ce que tu es déjà, alors je te rassure (ou pas? je sais pas XD), je suis également tout ça : Ace-aro, non-binaire ! Et je connais une autre personne dans le même cas, on existe !! :twisted:

Sinon je suis tout à fait d'accord avec Nya, l'aromantisme n'est vraiment pas facile à cerner, et je pense que je suis encore moi même en questionnement constant...
Mais je trouve difficile de savoir si on peut tomber amoureux(se) ou non, quand on arrive pas à comprendre ce qu'est l'amour (et c'est mon cas :lol: ) j'essaie de comprendre ce que les autre appelle amour, mais quand je demande aux gens, on ne me donne jamais deux fois la même réponse... Au final je finir par me dire que l'amour (au sens romantique du terme) est peut-être juste une utopie, et que chacun l'invente pour lui en y croyant, d'une certaine façon (je sais pas si c'est clair ce que je dis XD).
Quans je vois mes ami(e)s ou même dans certains bouquin ou film, les gens semblent parfois se dire amoureux parce qu'ils aiment bien quelque chose chez une personne et il ajoute du désir sexuel (pour les S) et hop = amour... Sauf que moi aussi je peux le faire ça... Je veux dire, je trouve une personne qu'à de beau yeux, je dit : je l'aime parce qu'elle a de beau yeux, et hop, je suis amoureux ?... ça me semble pas être ça, que les gens appellent l'amour avec un grand A, et pourtant quand j'écoute les histoires particulières de chacun, j'ai l'impression que tout à plus ou moins commencer pour une histoire de yeux, ou de chose similaire... ( même autre que physique, comme une remarque gentille par exemple)...

Quand j'étais plus jeune et pensais vraiment de tout mon être, que j'étais romantique, je suis "tombé amoureux" parce que une personne m'avais éviter de me planter mon compas dans ma mains (c'était un accident), ou parce qu'une autre m'avais fait une passe au basket malgré le fait que j'avais échapé le ballon une fois, ou encore parce qu'on m'avais souris alors que je passais une mauvaise journée... Cette dernière personne, je ne connaissais ni son nom, ni quoi que ce soit d'autre, je l'ai juste croisée... Ces trois personnes avaient également un style qui me plaisait, du coup, aujoud'hui en faisant la part des choses, je me suis dit que je n'étais pas réellement amoureuse à ces époques, d'autant plus qu'au final, j'ai complétement abandonner au bout de quelque temps, sans jamais avoir rien tenter, je n'en avais pas envie. Je pense que j'ai confondu "amour" et "gratitude"+"attirance esthétique"... Et encore aujourd'hui il m'arrive de confondre attirance esthétique et gratitude avec amour... Puis-ce que d'un côté les histoires de mes amis romantique n'ont pas l'air si éloignés de ce scénario... "il est gentils, on se rapproche, on devient ami, on devient amant..." Je me dis, que si je m'étais rapproché de ce mec que je connaissais même pas et qui m'as souris, peut-être que ça se serait déroulé tout pareille ! (on referais le monde avec des si, mais j'essaie de comprendre ce qu'est l'amour, il faut donc un peu d'expérience de pensé XD)
Après tout ce ne sont que de pures spéculations, alors je ne sais pas, peut-être qu'un détail chez les romantique m'échappe et que c'est ce qui fait toute la différence...
Je sais que moi je ne me vois justement pas me rapprocher et sortir avec quelqu'un comme dans le déroulement que j'ai décrit plus haut et que je n'affectionne aucun geste romantique, mais je me dit que ça pourrait être de même chez un romantique solitaire qui n'aime pas les contacts physiques par exemple...
Alors comme on peut voir, aujourd'hui encore, la question de l'aromantisme et de "existe-t-il un amour romantique", continu à faire chauffer mes méninges, alors même que j'ai choisi de me définir comme Aro ! :roll:

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenista
Messages : 1435
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 363 fois
A été aimé : 387 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par PassionA » 10 nov. 2017, 11:09

Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 02:20
Si tu trouve que ça fait beaucoup par rapport à ce que tu es déjà, alors je te rassure (ou pas? je sais pas XD), je suis également tout ça : Ace-aro, non-binaire ! Et je connais une autre personne dans le même cas, on existe !! :twisted:
"existe-t-il un amour romantique", continu à faire chauffer mes méninges, alors même que j'ai choisi de me définir comme Aro ! :roll:
Moi aussi je suis tout ça, aro-ace non-binaire (agenre/neutrois) :)

J'ai la même perception que Drytos. Je suis également en questionnement assez souvent sur ce que c'est le sentiment amoureux, et je me demande si je l'ai déjà ressenti ou non. Clairement j'ai déjà ressenti des attractions proches comme ce que décris Drytos, mais jamais ce sentiment d'attachement amoureux qui fait qu'on a besoin de l'autre et de l'avoir près de soi. J'ai un sentiment vague quand je veux faire certaines choses de vouloir les partager avec une ou plusieurs personnes plutôt que de les faire seul, mais je crois que ça vient plutôt d'un désir d'association et de connexion platonique que d'un désir amoureux.

En fait, j'en suis arrivé à la conclusion que de se poser ce genre de question est en soi la réponse. Les personnes qui ont été amoureuses avec qui j'ai discuté ne se sont jamais posé la question de savoir si elles l'ont été, c'est une évidence. Ainsi, si pour moi ce n'est pas une évidence, alors c'est que je n'ai jamais eu ce sentiment (j'ai eu cette révélation quand j'ai discuté des orgasmes avec un ami gay, il m'a fait comprendre qu'on ne pouvait pas douter d'en avoir eu un ou pas, c'était trop évident - c'est comme ça que j'ai su que je n'en avais jamais eu, et quand on y réfléchi ça marche aussi bien pour l'attraction sexuelle et romantique).

J'ai déjà eu une connexion très forte avec quelqu'un, une sorte de sentiment d'évidence que je me sentais bien avec et que je désirais avoir une relation amicale proche et faire des activités avec ce quelqu'un et parfois des élans de tendresse, mais ça n'a jamais débouché sur d'autres sentiments comme le désir de l'avoir rien que pour moi, ou de le voir/lui parler tous les jours, ou de me réveiller à ses côtés, etc. Toutes ces autres choses qui font ce qu'on appelle 'la relation amoureuse' me semblent puériles et même si je sais que c'est important pour la majorité des gens, je ne peux m'empêcher d'en rire car j'ai l'impression de voir un spectacle de marionnette.

Avatar de l’utilisateur
piwi
Avenista
Messages : 1312
Inscription : 23 oct. 2017, 00:07
Localisation : Mont de Marsan
A aimé : 491 fois
A été aimé : 215 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par piwi » 10 nov. 2017, 11:50

Sommes-nous amoureux ou dépendants affectifs (ou les deux à la fois) ou rien de tout cela ?

En effet, il est difficile de ne pas confondre. J'avais un ami qui, lorsqu'il avait le béguin pour quelqu'une, s'imaginait déjà marié avec elle, deux enfants, le chien, le chat, le poisson rouge et la voiture familiale qui va avec... Il est facile - pour certains - de se projeter, de fantasmer sur une histoire qui n'existera pas ou seulement à l'état de "traces" (regards, sourires, services rendus pris pour une réelle attirance). Et je ne parle pas d'érotomanie, ce qui est encore autre chose.

Pour ma part, j'ai eu des béguins dans une autre vie, mais il est vrai que n'ai jamais vraiment réussi à m'attacher ou à parvenir à un niveau de passion tel que le vivaient mes connaissances pour leurs amant(e)s, maris/femmes. On m'en a souvent fait le reproche genre : "tu n'es pas amoureuse de moi", "tu ne m'aimes pas", "tu te moques de moi" (et j'en passe). Le tout saupoudré d'une couche d'asexualité... :ouhla:

Oui, dans ce monde où tout doit aller très vite, où nous réclamons des résultats immédiats pour tout et rien, ben non, je vais attendre, partager et vous lire beaucoup pour y voir plus clair. ;)

Nb. Vous ne trouvez pas que les scènes d'amour dans les films (y en a dans n'importe quel genre maintenant : action, sf, drame, comédie...) c'est un peu too much ? Je me demande toujours si dans la "vraie vie" ça se passe comme ça, avec autant de "fougue" ? :void:
mon âme n'a pas de sexe (iel)

Avatar de l’utilisateur
Thyatira
Amibe
Messages : 83
Inscription : 25 sept. 2017, 19:19
A aimé : 25 fois
A été aimé : 27 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Thyatira » 10 nov. 2017, 15:38

Drytos et PassionA: moi aussi je suis les 3, aro-ace non-binaire :roll: (mais gender fluid plus que agenre...)
Je me reconnais beaucoup dans ce que vous décrivez, surtout Drytos.
J'ai parfois envie de partager des choses avec d'autre (y compris dormir avec quelqu'un/ me réveiller à côté), j'ai déjà eu des relations dans lesquelles je pensais être amoureuse, j'ai déjà eu ce sentiment d'évidence dont parle PassionA, mais jamais les 2 en même temps...

Piwi: je me suis déjà posé cette question aussi, pendant ma dernière relation surtout. J'ai du mal à concevoir ma vie seule, parce que je me raccroche à la conception "habituelle" de la vie. Comme me idées/goût/habitudes ne sont pas comme la majorité, je me base sur la personne avec qui je suis pour savoir ce que je dois faire pour "être normale". Sauf que ça veut dire que, dans chaque relation que j'ai eu, je m'oublie, j'oublie qui je suis. Je ne veux plus que ça arrive, mais je ne sais pas si je vais être capable de concilier une relation avec le fait de rester moi-même (déjà que le fait d'être aro-ace non binaire ne va pas me faciliter la vie... :roll: ). J'ai un mal fou à concevoir ma vie seule comme je suis actuellement... :?

Avatar de l’utilisateur
Drytos
Aguerri
Messages : 561
Inscription : 07 avr. 2017, 12:21
Localisation : Lille
Pronom : Iel
A aimé : 146 fois
A été aimé : 99 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Drytos » 10 nov. 2017, 15:53

Bah voilà on est tout pleins d'ace-aro non-binaire :D . Je me définis aussi neutrois ou Agenre, mais plus agenre comme ça je peux dire que je suis "triple A" (ça n'as aucune utilité mais je trouve ça classe XD)

J'avoue que ce sont des questions et des remarques intéressantes que vous faites là, j'adore ce genre de discussion ^^ (ah réflexion, quand tu nous tiens :) ).

Il est vrai que les autre ne se pose pas forcément la question, mais ça me fais douter tout de même... d'ailleurs je suis le genre de personne à me poser pleins de questions que les autres ne se posent pas... ça pourrait aussi venir de là, du fait qu'on a pas tous les même réflexions ! Perso, ma tête est un fourmillement de questions constantes, peut-être que vous aussi ? :)
PassionA a écrit :
10 nov. 2017, 11:09
J'ai déjà eu une connexion très forte avec quelqu'un, une sorte de sentiment d'évidence que je me sentais bien avec et que je désirais avoir une relation amicale proche et faire des activités avec ce quelqu'un et parfois des élans de tendresse, mais ça n'a jamais débouché sur d'autres sentiments comme le désir de l'avoir rien que pour moi, ou de le voir/lui parler tous les jours, ou de me réveiller à ses côtés, etc. Toutes ces autres choses qui font ce qu'on appelle 'la relation amoureuse' me semblent puériles et même si je sais que c'est important pour la majorité des gens, je ne peux m'empêcher d'en rire car j'ai l'impression de voir un spectacle de marionnette.
Là je comprends très bien ^^
Je suis quelqu'un qui a pas mal d’obsessions (bon ok, j'en fais pas une fierté non plus XD). Par exemple, quand je vois quelque chose qui me plait n magasin, il est impossible que je me détache de cette idée, et aucune de mes raisonnement tel que : t'as pas l'argent pour ça, t'avais pas prévue d'acheter ça... ect... ne marche. Il arrive souvent que je sorte au plus vite pour ne pas l'acheter, mais trouve un moment dans la même journée ou la semaine pour y aller tout de même le prendre, tellement cette pensée m'obsède. (je vous rassure tout de même, c'est pas non plus tout les deux jours, et je suis très économe donc ça ne m'as jamais projeter dans une situation financière inconfortable). Et quand je m’intéressais à une personne, comme je l'ai décrit plus haut, ça se présenter de la même manière que mes obsessions. Je voulais pas acheter cette personne mais, j'avais un interet pour elle, que je ne pouvais enlever, et c'est ce que, je pense, ai transformé en amour. Mais d'un côté je me dit également : n'est-ce pas ça l'amour ? une forme d'obsession ?
Sauf que comme PassionA, cette obsession s'arrête à vouloir être proche de la personne (voire moins que passionA car la tendresse est absente de mon désir lol), je ne veux pas la garder que pour moi ou vivre avec... Je n'ai même jamais imaginé leurs donné la main, les embrasser ou autre... Du coup à l'époque ou je pensais être amoureuse, ça rester quelque chose de vague... du genre "j'aime cette personne"... sans précision, sans plus... à la limite je m'étais imaginé sortir avec elle, enfin juste le moment où elles disent oui, mais après rien de plus qu'une relation qui est de fait, de l'amical... D'ailleurs, la personne au compas, une amie à moi avait demander à ma place si elle voulait sortir avec moi (alors que je lui avait rien demander, mais bon, on été collégiens, ce genre de puérilité n'as rien d'étonant). J'étais partie me planqué, et on m'as rapporté que la personne avait dit non, ce qui m'avait grandement soulagé... Bon j'étais déçu parce qu'elle avait dit "que j'étais moche" et que j'attendais un peu plus de discernement de la part de cette personne. Souvent ça c'est passé comme ça pour tous d'ailleurs... Je les connais pas, je les trouve gentil, et si un moindre petit trucs chez eux ne me plait pas, fin de l'obsession je les renie... Ce qui est assez brusque je vous l'accorde...

Sinon j'ai vécue pas plus tard que l'an dernier une "attraction" de la sorte, ou arrivé à l'étranger, une personne de mon cours m'as plu parce qu'elle était japonaise (et que je trouve ça cool parce que ça voulait dire que si je me rapprocher d'elle, elle pourrait m'aider en japonais), ce qui est je l'ai reconnu tout de suite, une attraction "interessé" mais je l'ai ressenti comme les autre déjà décrite... et la je me suis dit : bah non ça c'est pas de l'amour... mais j'avais quand même cette obsession pour cette personne. au final on s'est vraiment rapproché, et j'aimais discuté avec cette personne. On est devenu amis, et cette obsession c'est peu à peu évanuie même si je garde pour elle, une gande affection.

C'est ce qui pousse aujourd'hui à me dire que ces obsessions, ne sont en fait que des attirance platonique, des sortes de squish où je veux devenir ami avec la personne et apprendre à la connaître, sans pour autant rêver de romantisme derrière...


Je suis d'accord aussi avec la "puérilité" des couples amoureux... Je me suis souvent dit que tout ça était "ridicule" ce n'est pas contre les gens en soi, ils font se qu'ils veulent, mais moi, ça me parait absurde, et... oui "ridicule". D'ailleurs je trouve également le sexe "ridicule"... Vous vous doutez que je ne discute pas beaucoup de ça avec mes amis sexuels-romantique parce que tout de suite, on me tombe dessus :lol:
piwi a écrit :
10 nov. 2017, 11:50
Nb. Vous ne trouvez pas que les scènes d'amour dans les films (y en a dans n'importe quel genre maintenant : action, sf, drame, comédie...) c'est un peu too much ? Je me demande toujours si dans la "vraie vie" ça se passe comme ça, avec autant de "fougue" ? :void:
Je ne regarde pas vraiment de films ou de séries, et je suis pas sûre de comprendre exactement ce que tu veux dire par "fougue", mais dans les livres que je lis, rien que dans le roman que je lis en ce moment, je trouve effectivement que l'amour est un peu... "exagéré". Typique, dans mon roman du moment, un homme est amoureux d'un autre depuis genre le lycée, et ils vont se revoir dans un contexte de travail, et y a eu une histoire qui les a séparé et faché dans le passé, bref, je trouve l'histoire en elle même très interessant, mais les passage évoquant l'amour me sembles toujours un peu iréel et je les survole sans chercher à les comprendre ou les éprouver... Je veux dire, dans un flash back, on voit le héro qui se rend contre être amoureux de son ami et il pense : il voulait tout de lui, il ne voulais pas juste être son ami, il voulais être toujours auprès de lui, il voulais son humour, ses sourire, son air rebelle, ect... Et là c'est typique un trucs que je ne comprends pas... il voulait "tout"... euh... est-ce vraiment possible ? XD il me semble être amoureux transit a un point que je ne pourrais jamais comprendre. Du coup je lis les scènes en trouvant dans ma tête que ouais, c'est too much... Mais est-ce qu'une personne romantique est capable de comprendre celà et se dire "mais oui comme moi pour X" ? je ne sais pas...

Après je pense que dans tous les cas, la romance dans les films et livres et toujours poussé au maximum... Enfin je suis pas sûre que chacun vive son amour à la titanic quoi...

Avatar de l’utilisateur
Thyatira
Amibe
Messages : 83
Inscription : 25 sept. 2017, 19:19
A aimé : 25 fois
A été aimé : 27 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Thyatira » 10 nov. 2017, 16:21

Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 15:53
Je suis quelqu'un qui a pas mal d’obsessions (bon ok, j'en fais pas une fierté non plus XD). Par exemple, quand je vois quelque chose qui me plait n magasin, il est impossible que je me détache de cette idée, et aucune de mes raisonnement tel que : t'as pas l'argent pour ça, t'avais pas prévue d'acheter ça... ect... ne marche. Il arrive souvent que je sorte au plus vite pour ne pas l'acheter, mais trouve un moment dans la même journée ou la semaine pour y aller tout de même le prendre, tellement cette pensée m'obsède. (je vous rassure tout de même, c'est pas non plus tout les deux jours, et je suis très économe donc ça ne m'as jamais projeter dans une situation financière inconfortable). Et quand je m’intéressais à une personne, comme je l'ai décrit plus haut, ça se présenter de la même manière que mes obsessions. Je voulais pas acheter cette personne mais, j'avais un interet pour elle, que je ne pouvais enlever, et c'est ce que, je pense, ai transformé en amour. Mais d'un côté je me dit également : n'est-ce pas ça l'amour ? une forme d'obsession ?
Pour ça, je suis pareille :roll:
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 15:53
Sauf que comme PassionA, cette obsession s'arrête à vouloir être proche de la personne (voire moins que passionA car la tendresse est absente de mon désir lol), je ne veux pas la garder que pour moi ou vivre avec... Je n'ai même jamais imaginé leurs donné la main, les embrasser ou autre... Du coup à l'époque ou je pensais être amoureuse, ça rester quelque chose de vague... du genre "j'aime cette personne"... sans précision, sans plus... à la limite je m'étais imaginé sortir avec elle, enfin juste le moment où elles disent oui, mais après rien de plus qu'une relation qui est de fait, de l'amical...
Là je me reconnais moins: quand j'ai ce genre de sentiments, j'ai envie de toucher la personne (juste la main sur le bras ou un truc comme ça, en général, mais parfois même d'embrasser, de prendre dans mes bras, mais pas plus).
Pas spécialement envie de garder la personne pour moi, non plus, par contre vivre avec, vu que ça permet de se voir plus souvent, c'est plutôt oui.
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 15:53
Je les connais pas, je les trouve gentil, et si un moindre petit trucs chez eux ne me plait pas, fin de l'obsession je les renie...
OOOh merci je me sens moins seule, j'ai tendance à faire ça tout le temps aussi, j'ai l'impression de passer d'un extrême à l'autre et ça me fait culpabiliser...
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 15:53

Je suis d'accord aussi avec la "puérilité" des couples amoureux... Je me suis souvent dit que tout ça était "ridicule" ce n'est pas contre les gens en soi, ils font se qu'ils veulent, mais moi, ça me parait absurde, et... oui "ridicule". D'ailleurs je trouve également le sexe "ridicule"... Vous vous doutez que je ne discute pas beaucoup de ça avec mes amis sexuels-romantique parce que tout de suite, on me tombe dessus :lol:
Oui, c'est ridicule, surtout le sexe... les trucs amoureux, passe encore, j'ai tendance à accepter pas mal de trucs si je vois que ça fait plaisir (et j'ai essayé de me forcer aussi, pour faire plaisir, mais là je veux plus). Mais le sexe... enfin, c'est dingue que frotter des organes les uns sur les autres obsède autant certaines personnes quoi. Et quand j'ai essayé d'avoir des relations sexuelles, en pensant à ça... bah... :roll: :lol: ça marche pas super.
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 15:53

Je ne regarde pas vraiment de films ou de séries, et je suis pas sûre de comprendre exactement ce que tu veux dire par "fougue", mais dans les livres que je lis, rien que dans le roman que je lis en ce moment, je trouve effectivement que l'amour est un peu... "exagéré". Typique, dans mon roman du moment, un homme est amoureux d'un autre depuis genre le lycée, et ils vont se revoir dans un contexte de travail, et y a eu une histoire qui les a séparé et faché dans le passé, bref, je trouve l'histoire en elle même très interessant, mais les passage évoquant l'amour me sembles toujours un peu iréel et je les survole sans chercher à les comprendre ou les éprouver... Je veux dire, dans un flash back, on voit le héro qui se rend contre être amoureux de son ami et il pense : il voulait tout de lui, il ne voulais pas juste être son ami, il voulais être toujours auprès de lui, il voulais son humour, ses sourire, son air rebelle, ect... Et là c'est typique un trucs que je ne comprends pas... il voulait "tout"... euh... est-ce vraiment possible ? XD il me semble être amoureux transit a un point que je ne pourrais jamais comprendre. Du coup je lis les scènes en trouvant dans ma tête que ouais, c'est too much... Mais est-ce qu'une personne romantique est capable de comprendre celà et se dire "mais oui comme moi pour X" ? je ne sais pas...

Après je pense que dans tous les cas, la romance dans les films et livres et toujours poussé au maximum... Enfin je suis pas sûre que chacun vive son amour à la titanic quoi...
Tiens, pour ça j'ai réagit dans l'autre sens: j'ai lu plein de trucs, ça me semblait passionnant et j'avais envie de tout apprendre là-dessus, j'ai lu énormément en me disant "c'est comme ça que je dois réagir, c'est ça que je dois ressentir"...

A part ça, je comprends, triple A c'est classe :P
Et oui, je passe mon temps à me poser des questions aussi, mais j'évite d'en parler trop autour de moi sinon les gens me regardent bizarrement (enfin, là j'ai trouvé 2 collègues qui ont l'air de trouver ça plus cool que bizarre, donc j'en profite :roll: :lol: )

Avatar de l’utilisateur
Drytos
Aguerri
Messages : 561
Inscription : 07 avr. 2017, 12:21
Localisation : Lille
Pronom : Iel
A aimé : 146 fois
A été aimé : 99 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Drytos » 10 nov. 2017, 16:51

Pour ce qui est de toucher la personne comme certains le savent, ça vient aussi peut-être du fait que je ne supporte pas les contacts physiques.
Pourtant parfois je me dit : embrasser... pourquoi pas...
Mais pas avec la langue non plus, ce mélange de salive et de bactéries... urgh beurk XD
Mais je sais pas, je trouve quand même quelque chose de mignon ou attirant dans les baiser tel qu'on le voit dans les livres par exemple ! ( après ça ne veut pas dire que je le ferais non plus, l'avenir nous le diras )
Thyatira a écrit :
10 nov. 2017, 16:21
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 15:53
Je les connais pas, je les trouve gentil, et si un moindre petit trucs chez eux ne me plait pas, fin de l'obsession je les renie...
OOOh merci je me sens moins seule, j'ai tendance à faire ça tout le temps aussi, j'ai l'impression de passer d'un extrême à l'autre et ça me fait culpabiliser...
Cool !! je ne souviens pas en avoir culpabilisé, mais il est vrai que jusqu'ici je n'avais encore jamais vu ou entendu parler d'une personne qui régissait pareille sur ça !
ça fait du bien de se dire qu'on est pas seul XD
C'est fou, avec ça, + les obsessions et les questions constante, on dirait qu'on a un cerveau qui fonctionne pareille ! (ou du moins du même type :) )
Thyatira a écrit :
10 nov. 2017, 16:21
Oui, c'est ridicule, surtout le sexe... les trucs amoureux, passe encore, j'ai tendance à accepter pas mal de trucs si je vois que ça fait plaisir (et j'ai essayé de me forcer aussi, pour faire plaisir, mais là je veux plus). Mais le sexe... enfin, c'est dingue que frotter des organes les uns sur les autres obsède autant certaines personnes quoi. Et quand j'ai essayé d'avoir des relations sexuelles, en pensant à ça... bah... :roll: :lol: ça marche pas super.
Je pense que se forcer n'est pas la bonne solution, mais c'est sûr, que c'est plus facile à dire qu'à faire.
Je trouve le sexe d'autant plus ridicule quand je pense à la fréquence qu'il faudrait s'y adonné... De ce que j'ai entendu de mes amis S et des gens en général, il faudrait avoir environ 3 relations sexuelles par semaine :shock:
Déjà j'en vois pas l'utilité... mais ensuite, c'est pas lassant ? de faire toujours la même chose comme ça...? 3 fois par semaine sur un an ça fait beaucoup, et les gens ont toujours envie de sexe après ça ? genre, ils se disent pas que y a mieux à faire de son temps ? :lol:
Et si je dis ça au gens, personne ne trouve ma remarque justifié, pour eux c'est évident que plus y a de sexe, mieux c'est...
Et pourtant, si on résonne comme tu le dis, et comme je le pense aussi "frotter ses organes les uns sur les autres" n'as rien de magnifique quand on y pense... Et me dire que je devrais me retrouver dans cette situation inconfortable et humiliante (c'est comme ça que je le vois pour moi, c'est un point de vu subjectif hein !) 3 fois pas semaine , selon les dire de notre société actuelle, je trouve rien de magnifique en cela et oui, je trouve que s'en est encore plus ridicule et dénoué de sens...
Thyatira a écrit :
10 nov. 2017, 16:21
Tiens, pour ça j'ai réagit dans l'autre sens: j'ai lu plein de trucs, ça me semblait passionnant et j'avais envie de tout apprendre là-dessus, j'ai lu énormément en me disant "c'est comme ça que je dois réagir, c'est ça que je dois ressentir"...
Mais du coup est-ce que ça signifie que tu essaie de reconstituer sur toi artificiellement des choses que tu ne ressent pas ?
Tu voudrais en fait, ressentir celà et réagir comme ça ?

Il m'es arrivé dans des situations sociale de copier des films par exemple, quand quelqu'un est triste. Comme j'ai de gros soucis socialement, l'envie de la rassuré ou le fait de me sentir triste pour elle, je ne l'ai pas naturellement... En général si quelqu'un pleur devant moi, j'ai juste envie de m'enfuire. Mais comme je sais que ce n'est pas adéquate et que ça vexerait mes amis, pour eux je fais un effort et me dit : bon d'après ce film que j'ai vu quand j'étais petite, quand les gens sont triste faut dire des phrases bateaux tel que... ect !
Mes amis proches sont au courant, et ma meilleure amie m'avait d'abord reproché de jouer la comédie, mais pour moi ce n'est pas ça... Je fais réellement un effort pour eux, et essaie de combler un ressenti que je n'ai pas, pour eux.

Sinon, pour ce qui est du reste, je n'ai jamais ressenti l'envie ou le besoin de faire semblant de ressentir de l'amour ou des sentiments me concernant, je crois...

Avatar de l’utilisateur
Thyatira
Amibe
Messages : 83
Inscription : 25 sept. 2017, 19:19
A aimé : 25 fois
A été aimé : 27 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Thyatira » 10 nov. 2017, 17:23

Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 16:51
Pour ce qui est de toucher la personne comme certains le savent, ça vient aussi peut-être du fait que je ne supporte pas les contacts physiques.
Pourtant parfois je me dit : embrasser... pourquoi pas...
Mais pas avec la langue non plus, ce mélange de salive et de bactéries... urgh beurk XD
Mais je sais pas, je trouve quand même quelque chose de mignon ou attirant dans les baiser tel qu'on le voit dans les livres par exemple ! ( après ça ne veut pas dire que je le ferais non plus, l'avenir nous le diras )
Ok, je comprends alors. Avec la langue... ça dépend. De base, j'ai tendance à réagir comme toi (même si je l'ai fait un paquet de fois, en fait, mais toujours en ayant en tête un "mais qu'est ce que je suis en train de faire là?")... mais récemment j'ai pu changer d'avis, apparemment y a même des contextes où je suis capable d'apprécier ce genre de bisous...
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 15:53
Cool !! je ne souviens pas en avoir culpabilisé, mais il est vrai que jusqu'ici je n'avais encore jamais vu ou entendu parler d'une personne qui régissait pareille sur ça !
ça fait du bien de se dire qu'on est pas seul XD
C'est fou, avec ça, + les obsessions et les questions constante, on dirait qu'on a un cerveau qui fonctionne pareille ! (ou du moins du même type :) )
Oui :D
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 15:53
Je pense que se forcer n'est pas la bonne solution, mais c'est sûr, que c'est plus facile à dire qu'à faire.
Je trouve le sexe d'autant plus ridicule quand je pense à la fréquence qu'il faudrait s'y adonné... De ce que j'ai entendu de mes amis S et des gens en général, il faudrait avoir environ 3 relations sexuelles par semaine :shock:
Déjà j'en vois pas l'utilité... mais ensuite, c'est pas lassant ? de faire toujours la même chose comme ça...? 3 fois par semaine sur un an ça fait beaucoup, et les gens ont toujours envie de sexe après ça ? genre, ils se disent pas que y a mieux à faire de son temps ? :lol:
Et si je dis ça au gens, personne ne trouve ma remarque justifié, pour eux c'est évident que plus y a de sexe, mieux c'est...
Et pourtant, si on résonne comme tu le dis, et comme je le pense aussi "frotter ses organes les uns sur les autres" n'as rien de magnifique quand on y pense... Et me dire que je devrais me retrouver dans cette situation inconfortable et humiliante (c'est comme ça que je le vois pour moi, c'est un point de vu subjectif hein !) 3 fois pas semaine , selon les dire de notre société actuelle, je trouve rien de magnifique en cela et oui, je trouve que s'en est encore plus ridicule et dénoué de sens...
Je suis d'accord avec toi, je ne compte plus me forcer, en tous cas plus comme avant.
C'est sûr que... 3x par semaine... :shock:
Quelle perte de temps quoi! Et oui, ça doit être toujours pareil, enfin souvent en tous cas, je suppose...
Je comprends, je crois, pour l'humiliation: c'est se montrer totalement sans défense, physiquement (vu qu'on est nus) et mentalement (si on prend du plaisir, on est "complètement à nu" pour ça aussi. Enfin, c'est sensé être comme ça, après, si on simule c'est différent, mais dans tous les cas j'ai tendance à me sentir "sale" après)... enfin, je ne sais pas si c'est pour ça que tu parles d'humiliation?
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 15:53
Mais du coup est-ce que ça signifie que tu essaie de reconstituer sur toi artificiellement des choses que tu ne ressent pas ?
Tu voudrais en fait, ressentir celà et réagir comme ça ?
Oui et non, c'est à dire que je me disais que tout le monde ressentait ça, et que donc je devais forcément ressentir ça aussi, mais sans l'identifier, donc j'ai essayé de décoder tout ce que je ressentais et j'ai assimilé les trucs qui ressemblaient à ce que je lisais dans les bouquins. Donc j'ai complètement mélangé les différentes formes d'attirance, l'admiration, la gratitude (merci, grâce à toi j'ai identifié ça, j'avais pas pensé à ce sentiment-là avant), les squishes, et j'ai confondu tout ça avec le fait de tomber amoureux.
J'ai toujours eu énormément de mal à identifier mes émotions (et à les montrer, mais ça c'est autre chose). Et c'est très difficile de discuter de ça, même quand j'étais toute petite, personne ne comprenait que je ne saisissais pas les nuances entre différents sentiments et que j'étais incapable de mettre des mots sur ce que je ressentais. :
Le fait de mélanger tout ça m'a fait énormément culpabiliser, puisque j'ai ressenti pas mal de ces sentiments pour des personnes en couple, et/ou pour des personnes que je venais de rencontrer, et pour plusieurs personnes à la fois, bref tout ce que la société réprouve en général...
D'un autre côté, oui je voudrais ressentir vraiment ça, parce que ça a l'air agréable, mais bon au moins je ne suis pas jalouse et ça m'évite pas mal de souffrances, aussi (mon ex vient de rencontrer quelqu'un, et je suis contente pour lui, et soulagée. Mais tout le monde, et surtout lui, me ménage parce que je suis sensée souffrir de ça... :roll: )
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 15:53
Il m'es arrivé dans des situations sociale de copier des films par exemple, quand quelqu'un est triste. Comme j'ai de gros soucis socialement, l'envie de la rassuré ou le fait de me sentir triste pour elle, je ne l'ai pas naturellement... En général si quelqu'un pleur devant moi, j'ai juste envie de m'enfuire. Mais comme je sais que ce n'est pas adéquate et que ça vexerait mes amis, pour eux je fais un effort et me dit : bon d'après ce film que j'ai vu quand j'étais petite, quand les gens sont triste faut dire des phrases bateaux tel que... ect !
Pour ça aussi, on réagit pareil on dirait :roll:
Quand quelqu'un est triste, je suis à moitié paralysée parce que je ne sais pas quoi faire, et l'autre moitié veut dire des trucs dont je sais que ce n'est pas ce qui est attendu de moi et que je risque de faire plus de mal que de bien (genre dire des trucs pragmatiques et pas spécialement positifs, et si je ne les dit pas j'ai l'impression de mentir :( )
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 15:53
Mes amis proches sont au courant, et ma meilleure amie m'avait d'abord reproché de jouer la comédie, mais pour moi ce n'est pas ça... Je fais réellement un effort pour eux, et essaie de combler un ressenti que je n'ai pas, pour eux.
C'est cool que tu aies pu en parler avec tes amis (beaucoup moins qu'on te l'aie reproché :( ), moi j'ose pas (c'est la première fois que j'en parle, là...).
Elle a comprit, ta meilleure amie, j'espère?

Avatar de l’utilisateur
Drytos
Aguerri
Messages : 561
Inscription : 07 avr. 2017, 12:21
Localisation : Lille
Pronom : Iel
A aimé : 146 fois
A été aimé : 99 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Drytos » 10 nov. 2017, 18:52

Thyatira a écrit :
10 nov. 2017, 17:23
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 15:53
Je pense que se forcer n'est pas la bonne solution, mais c'est sûr, que c'est plus facile à dire qu'à faire.
Je trouve le sexe d'autant plus ridicule quand je pense à la fréquence qu'il faudrait s'y adonné... De ce que j'ai entendu de mes amis S et des gens en général, il faudrait avoir environ 3 relations sexuelles par semaine :shock:
Déjà j'en vois pas l'utilité... mais ensuite, c'est pas lassant ? de faire toujours la même chose comme ça...? 3 fois par semaine sur un an ça fait beaucoup, et les gens ont toujours envie de sexe après ça ? genre, ils se disent pas que y a mieux à faire de son temps ? :lol:
Et si je dis ça au gens, personne ne trouve ma remarque justifié, pour eux c'est évident que plus y a de sexe, mieux c'est...
Et pourtant, si on résonne comme tu le dis, et comme je le pense aussi "frotter ses organes les uns sur les autres" n'as rien de magnifique quand on y pense... Et me dire que je devrais me retrouver dans cette situation inconfortable et humiliante (c'est comme ça que je le vois pour moi, c'est un point de vu subjectif hein !) 3 fois pas semaine , selon les dire de notre société actuelle, je trouve rien de magnifique en cela et oui, je trouve que s'en est encore plus ridicule et dénoué de sens...
Je suis d'accord avec toi, je ne compte plus me forcer, en tous cas plus comme avant.
C'est sûr que... 3x par semaine... :shock:
Quelle perte de temps quoi! Et oui, ça doit être toujours pareil, enfin souvent en tous cas, je suppose...
Je comprends, je crois, pour l'humiliation: c'est se montrer totalement sans défense, physiquement (vu qu'on est nus) et mentalement (si on prend du plaisir, on est "complètement à nu" pour ça aussi. Enfin, c'est sensé être comme ça, après, si on simule c'est différent, mais dans tous les cas j'ai tendance à me sentir "sale" après)... enfin, je ne sais pas si c'est pour ça que tu parles d'humiliation?
ouais c'est ça ! puis sans compter les positions génantes qu'il faut prendre... C'est peut être parce que je voit ça trop intellectuellement et pas de part mes désir ou mon coeur ou je ne sais quoi d'autre, mais je trouve rien de fabuleux dans l'acte sexuel. Et de mon point de vue, c'est beaucoup d'effort (physique comme mental, c'est pas que je suis pas à l'aise avec mon corps ou quoi, mais j'ai pas forcément envie de me montrer nu... Et c'est peut-être amplifier par le fait que je sois aromantique, car beaucoup de romantique n'ont pas de mal à se montrer nu devant la personne qu'il aime, mais moi comme je fais pas de différence, ce serait un peu comme me montrer nu devant un ou une ami(e), ce qui est... malaisant ^^", et aussi dans ce genre d'acte, toucher la personne est inéluctable), pour au final, juste la récompense d'un petit orgasme.

Après bon, y a sûrement des choses qui m'échappent, ma meilleure amie dit que dans le sexe c'est le contact et la sensualité qu'elle aime, ce en quoi je ne trouve pas trop di'intêret non plus...
A vrai dire, j'ai toujours vu le sexe comme un moyen de faire des enfants sans chercher plus loin :lol:

Thyatira a écrit :
10 nov. 2017, 17:23
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 15:53
Mais du coup est-ce que ça signifie que tu essaie de reconstituer sur toi artificiellement des choses que tu ne ressent pas ?
Tu voudrais en fait, ressentir celà et réagir comme ça ?
Oui et non, c'est à dire que je me disais que tout le monde ressentait ça, et que donc je devais forcément ressentir ça aussi, mais sans l'identifier, donc j'ai essayé de décoder tout ce que je ressentais et j'ai assimilé les trucs qui ressemblaient à ce que je lisais dans les bouquins. Donc j'ai complètement mélangé les différentes formes d'attirance, l'admiration, la gratitude (merci, grâce à toi j'ai identifié ça, j'avais pas pensé à ce sentiment-là avant), les squishes, et j'ai confondu tout ça avec le fait de tomber amoureux.
J'ai toujours eu énormément de mal à identifier mes émotions (et à les montrer, mais ça c'est autre chose). Et c'est très difficile de discuter de ça, même quand j'étais toute petite, personne ne comprenait que je ne saisissais pas les nuances entre différents sentiments et que j'étais incapable de mettre des mots sur ce que je ressentais. :
Le fait de mélanger tout ça m'a fait énormément culpabiliser, puisque j'ai ressenti pas mal de ces sentiments pour des personnes en couple, et/ou pour des personnes que je venais de rencontrer, et pour plusieurs personnes à la fois, bref tout ce que la société réprouve en général...
D'un autre côté, oui je voudrais ressentir vraiment ça, parce que ça a l'air agréable, mais bon au moins je ne suis pas jalouse et ça m'évite pas mal de souffrances, aussi (mon ex vient de rencontrer quelqu'un, et je suis contente pour lui, et soulagée. Mais tout le monde, et surtout lui, me ménage parce que je suis sensée souffrir de ça... :roll: )
Ah oui d'accord, je comprends ! merci, de m'avoir expliqué ^^

Moi au contraire, mes obsessions quand je les croyait "amour" se posaient sur des personnes, que s'il arrivait par la suite qu'elle se mettent en couple ou que j'apprenait qu'elle l'était, aussi tôt, je ne les "aimait plus".
J'ai jamais voulu d'histoire alors quand quelqu'un est en couple, pour moi elle était clairement et nettement indisponible de façon amoureuse. Mais dans ce cas, il st clair que ce n'étais pas l'amour qu'on voit dans les film, qui te fait vouloir cette personne quitte à "la piquer" à quelqu'un. ça je le ressentais pas, et je le voudrais pas.
Mais je pense pas que c'est mon "obssession" pour la personne qui disparaissait, mais plutôt mon doute d'être amoureux ou non... du genre : "cette personne à de beaux yeux... mince je suis amoureuse ?... attend voir, elle a un partenaire ?... aaaah bah non, alors, c'est pas de l'amour." et paf, attirance transformée en amitié. ça peut paraitre stupide, mais c'est comme ça que résonne mon cerveau. :lol:
Thyatira a écrit :
10 nov. 2017, 17:23
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 15:53
Il m'es arrivé dans des situations sociale de copier des films par exemple, quand quelqu'un est triste. Comme j'ai de gros soucis socialement, l'envie de la rassuré ou le fait de me sentir triste pour elle, je ne l'ai pas naturellement... En général si quelqu'un pleur devant moi, j'ai juste envie de m'enfuire. Mais comme je sais que ce n'est pas adéquate et que ça vexerait mes amis, pour eux je fais un effort et me dit : bon d'après ce film que j'ai vu quand j'étais petite, quand les gens sont triste faut dire des phrases bateaux tel que... ect !
Pour ça aussi, on réagit pareil on dirait :roll:
Quand quelqu'un est triste, je suis à moitié paralysée parce que je ne sais pas quoi faire, et l'autre moitié veut dire des trucs dont je sais que ce n'est pas ce qui est attendu de moi et que je risque de faire plus de mal que de bien (genre dire des trucs pragmatiques et pas spécialement positifs, et si je ne les dit pas j'ai l'impression de mentir :( )
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 15:53
Mes amis proches sont au courant, et ma meilleure amie m'avait d'abord reproché de jouer la comédie, mais pour moi ce n'est pas ça... Je fais réellement un effort pour eux, et essaie de combler un ressenti que je n'ai pas, pour eux.
C'est cool que tu aies pu en parler avec tes amis (beaucoup moins qu'on te l'aie reproché :( ), moi j'ose pas (c'est la première fois que j'en parle, là...).
Elle a comprit, ta meilleure amie, j'espère?
Ahah je comprend ça ! enfin peut-être... parfois je voudrais dire au gens qui pleurent des trucs du genre : ressaisit toi enfin ! tu vois bien que le motif de ta tristesse est complètement insignifiant et ridicule ? ^^"
sinon je proposerais plutôt comme toi, des solutions pragmatique, rien qui n'as trait aux sentiments.

Oui, elle a comprit. Enfin si je puis dire. Elle a toujours du mal à comprendre des choses qu'elle, ne ressent pas, ou qu'elle ressent et pas moi. Pour mon aromantisme par exemple, quand je lui ai dit tout fière que je pensais m'être trouvée, en temps qu'aro, elle m'as dit : mais non, faut pas dire ça, c'est juste que tu n'as pas trouver la bonne personne, ect.
Mais après de longues discussions, elle finit toujours pas accepté mon point de vue, même si en règle générail, elle ne le comprends pas.

Avatar de l’utilisateur
Thyatira
Amibe
Messages : 83
Inscription : 25 sept. 2017, 19:19
A aimé : 25 fois
A été aimé : 27 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Thyatira » 10 nov. 2017, 19:49

Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 18:52
C'est peut être parce que je voit ça trop intellectuellement et pas de part mes désir ou mon coeur ou je ne sais quoi d'autre, mais je trouve rien de fabuleux dans l'acte sexuel.
Pareil.
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 18:52
Et de mon point de vue, c'est beaucoup d'effort (physique comme mental, c'est pas que je suis pas à l'aise avec mon corps ou quoi, mais j'ai pas forcément envie de me montrer nu... Et c'est peut-être amplifier par le fait que je sois aromantique, car beaucoup de romantique n'ont pas de mal à se montrer nu devant la personne qu'il aime, mais moi comme je fais pas de différence, ce serait un peu comme me montrer nu devant un ou une ami(e), ce qui est... malaisant ^^", et aussi dans ce genre d'acte, toucher la personne est inéluctable), pour au final, juste la récompense d'un petit orgasme.
Peut être que c'est lié, oui... c'est vrai que je suis aussi assez peu à l'aise avec le fait de me montrer nue devant des amis (pourtant je ne suis pas pudique du tout, c'est beaucoup plus une peur de jugement et/ou de rejet pour moi). Et c'est clair que le touché est inéluctable dans un rapport sexuel... donc pour toi effectivement c'est pas terrible... (pour moi c'est justement le seul intérêt quasiment).
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 18:52
Après bon, y a sûrement des choses qui m'échappent, ma meilleure amie dit que dans le sexe c'est le contact et la sensualité qu'elle aime, ce en quoi je ne trouve pas trop d’intérêt non plus...
A vrai dire, j'ai toujours vu le sexe comme un moyen de faire des enfants sans chercher plus loin :lol:
J'ai jamais vraiment cherché non plus, et cette façon de voir les choses a clairement choqué un de mes ex (les autres, après, j'ai pas osé leur dire). Le contact, le fait de pouvoir toucher et être touché, je crois que c'est le seul truc qui m'a permis de me forcer (parce que sinon, j'avais plus de contacts, quasiment. C'est horrible quand j'y pense). La sensualité, pour moi c'était vraiment un truc complètement inconnu jusqu'à il y a très peu de temps... donc à voir.
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 18:52
Ah oui d'accord, je comprends ! merci, de m'avoir expliqué ^^
:D
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 18:52
Moi au contraire, mes obsessions quand je les croyait "amour" se posaient sur des personnes, que s'il arrivait par la suite qu'elle se mettent en couple ou que j'apprenait qu'elle l'était, aussi tôt, je ne les "aimait plus".
J'ai jamais voulu d'histoire alors quand quelqu'un est en couple, pour moi elle était clairement et nettement indisponible de façon amoureuse. Mais dans ce cas, il st clair que ce n'étais pas l'amour qu'on voit dans les film, qui te fait vouloir cette personne quitte à "la piquer" à quelqu'un. ça je le ressentais pas, et je le voudrais pas.
Mais je pense pas que c'est mon "obssession" pour la personne qui disparaissait, mais plutôt mon doute d'être amoureux ou non... du genre : "cette personne à de beaux yeux... mince je suis amoureuse ?... attend voir, elle a un partenaire ?... aaaah bah non, alors, c'est pas de l'amour." et paf, attirance transformée en amitié. ça peut paraitre stupide, mais c'est comme ça que résonne mon cerveau. :lol:
Je crois que je vois ce que tu veux dire, je crois.
J'ai fonctionné comme ça pendant un moment aussi. Par exemple, pour un ami que je ne vois pas super souvent, j'ai commencé à ressentir une certaine obsession alors que je ne savais pas qu'il était en couple (par contre, moi j'étais en couple, donc je culpabilisais quand même super fort). Quand je l'ai appris, j'étais bien embêtée, donc je me suis aussi dit que non, c'était pas de l'amour. Sauf que plus j'analysais ce que je ressentais, plus je me rendais compte que je ressentais la même chose pour mon copain et pour cet ami... Mais d'un autre côté, comme j'étais pas jalouse, je me disais aussi que ça ne pouvait pas être de l'amour. Donc j'ai oscillé entre une idée d'amour et une autre d'amitié pendant super longtemps... et c'est seulement depuis que j'ai compris que je suis aro que j'ai compris que c'est un mélange d'admiration, d'attirance esthétique et d'attirance intellectuelle, et pas de l'amour...
Donc non, ça ne parait pas stupide du tout, ce que tu dis. Je trouve que ce que je raconte est nettement plus stupide, ou en tout cas très naïf...
Drytos a écrit :
10 nov. 2017, 18:52
Oui, elle a comprit. Enfin si je puis dire. Elle a toujours du mal à comprendre des choses qu'elle, ne ressent pas, ou qu'elle ressent et pas moi. Pour mon aromantisme par exemple, quand je lui ai dit tout fière que je pensais m'être trouvée, en temps qu'aro, elle m'as dit : mais non, faut pas dire ça, c'est juste que tu n'as pas trouver la bonne personne, ect.
Mais après de longues discussions, elle finit toujours pas accepté mon point de vue, même si en règle générail, elle ne le comprends pas.
:? au moins elle finit par accepter ton point de vue...

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités