Espace de discussion aromantique

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenator
Messages : 1528
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 388 fois
A été aimé : 412 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par PassionA » 05 juin 2017, 15:25

Amaelle a écrit :
05 juin 2017, 14:04
Le problème c'est que je vis très très mal cette situation, au contraire de toi qui dis très bien t'en satisfaire (ce qui est bien pour toi :3)
Je suis vraiment heureuse avec ma QPP mais j'ai des moments d'énorme doute, comme ces derniers jours par exemple, ou l'impression de malaise est telle que je suis au bord de la rupture
Mais d'un autre côté je ne veux pas la quitter puisque je suis heureuse avec elle, que je tiens énormément à elle...
Cette perspective de vivre cela toute ma vie me fait vraiment peur, pour tout avouer
Est-ce que tu penses que je puisse faire quelque chose pour mieux vivre ou mieux accepter mon orientation romantique? Est-ce que pour toi ça a été très simple directement ou est-ce que tu as eu du mal à t'y faire? Aurais-tu des conseils?
Je ne sais pas à quel point nous sommes dans la même situation. En effet, la solitude est mon mode de vie le plus agréable, car j'ai le contrôle total sur les gens que je vois et le temps que je leur accorde. Au delà même du couple, une coloc, par exemple, est un enfer tout similaire pour moi (mais plus facile à gérer émotionnellement) - je suis parti de chez mes parents le plus tôt possible, à 16 ans, et je ne l'ai jamais regretté. La simple présence des autres m'est juste difficile.
Sachant cela, tu peux comprendre que je n'ai pas eu de mal à me faire à ma solitude. Enfant, je l'ai longtemps désiré, puis enfin quand j'ai pu l'avoir je m'en suis emparé et je ne l'ai jamais lâché.

Pour ma seule relation de couple, on s'est côtoyé deux mois avant que j'aille chez elle pour la première fois, et j'ai fuit immédiatement après deux jours sans un regard en arrière - ça a coupé tout élan que j'avais envers elle.
Au niveau des relations étranges qui ont suivies, on peut dire que ça a toujours été compliqué, ça ne durait au mieux que quelque mois avant que l'autre n'abandonne - je précise qu'il s'agissait de personnes allosexuelles et donc que cet aspect de la relation aurait toujours été un problème de toute façon. Quand je me sentais oppressé ou harcelé par quelqu'un, je prenais la fuite - ces comportements me sont complètement rédhibitoire.

Bref, tout ça pour dire que je ne sais pas si j'aurais des conseils à te donner, vu que je n'arrive pas trop à faire fonctionner mes propres relations. Si tant est que je traverse moi même une période de doute et que je me demande si c'est véritablement possible pour moi d'avoir une relation autre qu'amicale. En tout cas cela fait un moment maintenant que je n'essaye même plus de me rapprocher de quelqu'un.

Amaelle
Membre junior
Messages : 6
Inscription : 04 juin 2017, 21:55
A été aimé : 1 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Amaelle » 05 juin 2017, 20:22

PassionA a écrit :
05 juin 2017, 15:25
Amaelle a écrit :
05 juin 2017, 14:04
Le problème c'est que je vis très très mal cette situation, au contraire de toi qui dis très bien t'en satisfaire (ce qui est bien pour toi :3)
Je suis vraiment heureuse avec ma QPP mais j'ai des moments d'énorme doute, comme ces derniers jours par exemple, ou l'impression de malaise est telle que je suis au bord de la rupture
Mais d'un autre côté je ne veux pas la quitter puisque je suis heureuse avec elle, que je tiens énormément à elle...
Cette perspective de vivre cela toute ma vie me fait vraiment peur, pour tout avouer
Est-ce que tu penses que je puisse faire quelque chose pour mieux vivre ou mieux accepter mon orientation romantique? Est-ce que pour toi ça a été très simple directement ou est-ce que tu as eu du mal à t'y faire? Aurais-tu des conseils?
Je ne sais pas à quel point nous sommes dans la même situation. En effet, la solitude est mon mode de vie le plus agréable, car j'ai le contrôle total sur les gens que je vois et le temps que je leur accorde. Au delà même du couple, une coloc, par exemple, est un enfer tout similaire pour moi (mais plus facile à gérer émotionnellement) - je suis parti de chez mes parents le plus tôt possible, à 16 ans, et je ne l'ai jamais regretté. La simple présence des autres m'est juste difficile.
Sachant cela, tu peux comprendre que je n'ai pas eu de mal à me faire à ma solitude. Enfant, je l'ai longtemps désiré, puis enfin quand j'ai pu l'avoir je m'en suis emparé et je ne l'ai jamais lâché.

Pour ma seule relation de couple, on s'est côtoyé deux mois avant que j'aille chez elle pour la première fois, et j'ai fuit immédiatement après deux jours sans un regard en arrière - ça a coupé tout élan que j'avais envers elle.
Au niveau des relations étranges qui ont suivies, on peut dire que ça a toujours été compliqué, ça ne durait au mieux que quelque mois avant que l'autre n'abandonne - je précise qu'il s'agissait de personnes allosexuelles et donc que cet aspect de la relation aurait toujours été un problème de toute façon. Quand je me sentais oppressé ou harcelé par quelqu'un, je prenais la fuite - ces comportements me sont complètement rédhibitoire.

Bref, tout ça pour dire que je ne sais pas si j'aurais des conseils à te donner, vu que je n'arrive pas trop à faire fonctionner mes propres relations. Si tant est que je traverse moi même une période de doute et que je me demande si c'est véritablement possible pour moi d'avoir une relation autre qu'amicale. En tout cas cela fait un moment maintenant que je n'essaye même plus de me rapprocher de quelqu'un.
Ah je vois ce que tu veux dire, effectivement nous ne sommes pas vraiment dans la même situation ^^'
En tout cas merci d'avoir pris le temps d'en parler un peu !

Ramón

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Ramón » 09 juin 2017, 10:46

alo, l'humain est un animal. L'humain est manipulateur. Et l'humain a des stratégies comportementales à but sexuel pour le plaisir et reproductif. Il n'y a rien de rabaissant à établir un constat. Simplement, l'humain n'est pas que ça. Reste que le modèle de nos sociétés est orienté sur la sexualité, sur le pouvoir, sur l'empathie,... et sur la manipulation linguistique des éléments décrivant ces comportements. La littérature en philosophie politique insiste bien là-dessus depuis au moins Platon pour ce que l'on connaît.

J'aime beaucoup aussi Nannerl. Elle me convient, même si j'ajouterais bien un élément comme la fidélité du sentiment amoureux de la personne qui aime. Ce n'est pas quelque chose qui fluctue.

thailog, "créé par le patriarcat"... Je vais faire la même remarque que sur le sujet sur le hentai. Le patriarcat n'est pas un être vivant, ce n'est pas un être pensant, ce n'est pas un être agissant. Le patriarcat, au sens strict, c'est "le commandement des pères" (ou dans un sens plus reculé du mot "arkhein" "bienveillance des pères" [bien que ce ne soit pas le seul sens], ce qui est tout à fait intéressant à considérer dans des sociétés moins peuplées où les individus ont tous leur importance pour le groupe). Donc le patriarcat c'est bien les hommes et plus particulièrement les pères de famille. D'ailleurs, nombre de féministes insistent sur le fait que les mères et les enfants sont souvent victimes de leur propre père, de leur propre mari ou de leur propre frère. Dans les problèmes des femmes, il y a souvent un homme ou plusieurs hommes derrière.
Le patriarcat n'est donc pas l'ennemi, l'ennemi c'est les personnes qui défendent le modèle familial traditionnel qui met l'homme, le mari, au-dessus du reste. Le patriarcat est invisible puisque c'est un concept social. Bats-toi contre un concept, tu vas vite te rendre compte que tu brasses du vent. Bats-toi contre des humains qui valident et pratiquent les comportements liés à ce concept, et là tu vas avoir un changement radical. Les ennemis, ce sont des individus, pas des concepts. Les concepts disparaissent avec les individus qui les portent. Le patriarcat disparaîtra avec la disparition des patriarches.

Plus généralement, le texte parle bien, dès le titre, des hommes qui ont envie de posséder une femme comme partenaire, et qui valident le concept d'amour romantique, qui est "l'amour patriarcal" par excellence. C'est eux le problème, qu'ils aient ou non l'intention de dominer (encore une fois, l'intention ça ne vaut rien, seul les actes comptent, c'est les actes qui nous définissent, pas nos pensées, nos ressentis).

Sinon, je ne suis pas d'accord avec tout un tas d'autres éléments du texte, mais là il faudrait que je le relise pour le coup. Je n'ai pas tiqué de la même manière sur ce qui a retenu votre attention, disons que je l'ai très vite associé au thème du billet.

Ramón

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Ramón » 09 juin 2017, 11:15

Du coup Amaelle, je te réponds à part ;)

Je pense que c'est une bonne définition. J'ai l'impression que je ne dois pas forcément être loin, je suis un grand amateur de la littérature romantique et de l'esthétique qu'elle porte. Mais clairement, dans la pratique, c'est niet. Je ne supporte pas l'idéalisation des choses, encore moins des relations entre deux personnes. Tout ce qui relève du fantasme. C'est oppressif quand on implique une ou plusieurs autres personnes dedans.
Du coup, je comprends bien ce que tu peux ressentir quand une personne devient trop "envahissante" (faute d'un meilleur terme), j'ai une tendance à la fuite.
Plus jeune j'ai donc eu des ambitions similaires : le couple amoureux type (avec le "coup de foudre", puis la vie à deux, puis la vie de famille). Mais dès le moment où une relation commençait, très vite la mise à distance s'imposait à moi. Déjà j'ai un côté misanthropique qui me pousse à la solitude, mais en plus dès que les représentations sociales de l'amour s'imposait à moi j'en ai perçu directement le danger qu'elles représentaient de manière pratique et pour moi, et pour la personne avec qui je m'engageais. Un envahissement total de mon espace et du sien. En gros, quelque chose d'absolument contraire à mes principes d'autonomie, de respect, de liberté,... de l'intrusif dans le mauvais sens.
Après, je n'ai jamais mis d'autres mots dessus que misanthrope. Les déclinaisons aromantiques m'étant inconnues il y a 15-20 ans ;). Et actuellement, je ne saurai préciser plus sinon de dire que j'ai une aversion pour la relation romantique mais pas pour le courant romantique et son esthétique. Du coup, je trouve la relation romantique esthétique mais chez les autres.

Globalement, toutes mes relations cumulées représentent 9-10 mois de ma vie. Si cela a été source d'une forte frustration plus jeune, c'est passé. Surtout que bon, lâcheté masculine oblige dans certain cas, apathie alcoolique de l'autre, je n'ai pas pris la décision de rompre, ce n'est arrivé que récemment (l'an dernier) et j'étais tombé sur la crème de la crème des psychopathes XD (vraiment en plus, grosse psychopathologie sans empathie, avec manipulations, chantages, menaces,...).
D'ailleurs, le fait d'être sorti de mes fantasmes premiers m'a libéré sur tout un tas d'autres pans de ma vie. Par contre, te dire comment cela s'est déroulé au point de te donner des conseils... je sèche un peu. Je dirais : se libérer de nos fantasmes, se libérer de nos idéaux, se concentrer sur le concret, le présent, accepter l'autre dans son altérité par rapport à nous,... même si tout cela reste bien flou en termes de comportements à adopter au quotidien.
Pour s'accepter tel que nous sommes, je pense que la meilleure manière reste de réussir dans ce que l'on entreprend. Nos échecs envahissent notre pensée, et nuisent à notre action, ils nous crispent. Comment faire pour réussir ? Il faut commencer par des réalisations simples, presque évidentes, cela permet de se dire "ça je sais, ça je sais faire, ça je saurai faire plus tard,..." et par palier augmenter la difficulté pour atteindre nos ambitions les plus... ambitieuses :P

Vala :D

Avatar de l’utilisateur
lost_star
Membre
Messages : 29
Inscription : 05 mai 2017, 22:24
A été aimé : 2 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par lost_star » 10 juin 2017, 11:27

Hello Amaelle et bienvenue :)

Je comprends tout à fait ton ressenti car je suis également lithromantic et je l'ai découvert il y a peu comme toi et je trouve que c'est la pire des orientations romantiques... et j'en souffre tout comme toi. En as-tu parlé avec ta QPP ? Ahlala c'est tellement contradictoire... On tient énormément à la personne jusqu'à en être accro mais en même temps on étouffe dans la relation...
aro/ace lost in space 8-)

Amaelle
Membre junior
Messages : 6
Inscription : 04 juin 2017, 21:55
A été aimé : 1 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Amaelle » 11 juin 2017, 13:40

Mr.Nya a écrit :
09 juin 2017, 11:15
Du coup Amaelle, je te réponds à part ;)

Je pense que c'est une bonne définition. J'ai l'impression que je ne dois pas forcément être loin, je suis un grand amateur de la littérature romantique et de l'esthétique qu'elle porte. Mais clairement, dans la pratique, c'est niet. Je ne supporte pas l'idéalisation des choses, encore moins des relations entre deux personnes. Tout ce qui relève du fantasme. C'est oppressif quand on implique une ou plusieurs autres personnes dedans.
Du coup, je comprends bien ce que tu peux ressentir quand une personne devient trop "envahissante" (faute d'un meilleur terme), j'ai une tendance à la fuite.
Plus jeune j'ai donc eu des ambitions similaires : le couple amoureux type (avec le "coup de foudre", puis la vie à deux, puis la vie de famille). Mais dès le moment où une relation commençait, très vite la mise à distance s'imposait à moi. Déjà j'ai un côté misanthropique qui me pousse à la solitude, mais en plus dès que les représentations sociales de l'amour s'imposait à moi j'en ai perçu directement le danger qu'elles représentaient de manière pratique et pour moi, et pour la personne avec qui je m'engageais. Un envahissement total de mon espace et du sien. En gros, quelque chose d'absolument contraire à mes principes d'autonomie, de respect, de liberté,... de l'intrusif dans le mauvais sens.
Après, je n'ai jamais mis d'autres mots dessus que misanthrope. Les déclinaisons aromantiques m'étant inconnues il y a 15-20 ans ;). Et actuellement, je ne saurai préciser plus sinon de dire que j'ai une aversion pour la relation romantique mais pas pour le courant romantique et son esthétique. Du coup, je trouve la relation romantique esthétique mais chez les autres.

Globalement, toutes mes relations cumulées représentent 9-10 mois de ma vie. Si cela a été source d'une forte frustration plus jeune, c'est passé. Surtout que bon, lâcheté masculine oblige dans certain cas, apathie alcoolique de l'autre, je n'ai pas pris la décision de rompre, ce n'est arrivé que récemment (l'an dernier) et j'étais tombé sur la crème de la crème des psychopathes XD (vraiment en plus, grosse psychopathologie sans empathie, avec manipulations, chantages, menaces,...).
D'ailleurs, le fait d'être sorti de mes fantasmes premiers m'a libéré sur tout un tas d'autres pans de ma vie. Par contre, te dire comment cela s'est déroulé au point de te donner des conseils... je sèche un peu. Je dirais : se libérer de nos fantasmes, se libérer de nos idéaux, se concentrer sur le concret, le présent, accepter l'autre dans son altérité par rapport à nous,... même si tout cela reste bien flou en termes de comportements à adopter au quotidien.
Pour s'accepter tel que nous sommes, je pense que la meilleure manière reste de réussir dans ce que l'on entreprend. Nos échecs envahissent notre pensée, et nuisent à notre action, ils nous crispent. Comment faire pour réussir ? Il faut commencer par des réalisations simples, presque évidentes, cela permet de se dire "ça je sais, ça je sais faire, ça je saurai faire plus tard,..." et par palier augmenter la difficulté pour atteindre nos ambitions les plus... ambitieuses :P

Vala :D
Merci beaucoup de m'avoir répondu!
Si je comprend bien, il faudrait en somme que je m'habitue à mon aversion pour la romance, puisque visiblement pour toi c'est plus simple maintenant qu'avant, comme tu le dis
"S'accepter comme on est" me paraît un très bon conseil même si ce n'est pas facile à appliquer, mais je vais m'y essayer :)
Et aussi la gradation dans la.difficulté, ça peut sûrement être bien ^^
En tout cas merci beaucoup encore une fois :)

Amaelle
Membre junior
Messages : 6
Inscription : 04 juin 2017, 21:55
A été aimé : 1 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Amaelle » 11 juin 2017, 13:43

lost_star a écrit :
10 juin 2017, 11:27
Hello Amaelle et bienvenue :)

Je comprends tout à fait ton ressenti car je suis également lithromantic et je l'ai découvert il y a peu comme toi et je trouve que c'est la pire des orientations romantiques... et j'en souffre tout comme toi. En as-tu parlé avec ta QPP ? Ahlala c'est tellement contradictoire... On tient énormément à la personne jusqu'à en être accro mais en même temps on étouffe dans la relation...
On est bien d'accord, à mes yeux aussi y a pas pire comme orientation... Parce que c'est si contradictoire qu'on a que le choix entre souffrir et souffrir au final...
J'en ai beaucoup parlé avec ma QPP, c'est elle qui est la plus informée sur ca et elle m'aide beaucoup tout les jours donc je ne peux pas trop m'estimer malheureuse non plus, j'ai une chance énorme de l'avoir *.*
Et toi est-ce que tu es ou a été en relation? Comment ça s'est passé?

Avatar de l’utilisateur
lost_star
Membre
Messages : 29
Inscription : 05 mai 2017, 22:24
A été aimé : 2 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par lost_star » 11 juin 2017, 14:35

Exactement...
Oh tu en as de la chance en effet ! C'est super qu'elle te comprenne ainsi, je t'envie :oops:
J'ai été et je suis en relation mais c'est moins facile :?
aro/ace lost in space 8-)

Ramón

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Ramón » 12 juin 2017, 10:08

"En somme" c'est un peu l'impression que ça donne de manière rétrospective, oui. Mais "dans le jus", là maintenant pour toi, je ne crois pas que ce soit la manière la plus sereine de l'aborder. Dépasser ton aversion plutôt ? Trouver un moyen pour que ça ne te bouffe plus ? Parce qu'au final, tu vas vivre avec ton corps, tes pensées,... toute ta vie, donc autant être ta propre source d'inspiration... disons... "contre vents et marées" ;)
Non, c'est même plutôt difficile d'arriver à s'accepter et se "réaliser". C'est pour cela que les paliers c'est pas mal. Après tout, avant de pouvoir faire de la physique nucléaire il faut bien commencer par savoir lire, compter, faire de la chimie, de la physique,... ;)

Au plaisir ! :)

Avatar de l’utilisateur
Nagisa
Aspirant
Messages : 30
Inscription : 17 juin 2017, 16:18
A été aimé : 4 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Nagisa » 19 juin 2017, 22:49

Je n'ai pas spécialement de conseils à donner en matière de relations de couple car chez moi elles sont néantes.
J'ai parfois ce fantasme de vouloir une relation mais en même temps si je prend le temps de réellement y penser et de m'imaginer dans cette situation je suis limite dégoutée, je ne sais pas trop comment l'expliquer. En plus n'ayant jamais était en couple c'est d'autant plus flou car il n'y a pas d'expérience qui vient appuyer cela. C'est juste un énorme ressenti qui me bloque :s

Peut être que comme le souligne Mr.Nya, arriver à ce détacher de ces fantasmes, de ces idéalisations, peut permettre de surpasser tout ça.
C'est ce que j'essaye de faire petit à petit en tentant d'accepter mes défauts et les défauts des autres :)

J'aime bien la vision du couple de PassionA : une amitié très profonde.

Avatar de l’utilisateur
Drytos
Aguerri
Messages : 561
Inscription : 07 avr. 2017, 12:21
Localisation : Lille
Pronom : Iel
A aimé : 146 fois
A été aimé : 99 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Drytos » 22 juil. 2017, 13:06

Nagisa a écrit :
19 juin 2017, 22:49

J'ai parfois ce fantasme de vouloir une relation mais en même temps si je prend le temps de réellement y penser et de m'imaginer dans cette situation je suis limite dégoutée, je ne sais pas trop comment l'expliquer.

J'aime bien la vision du couple de PassionA : une amitié très profonde.
Pour les relations, c'est un peu pareille pour ma part... Je n'ai pas de fantasme à proprement parlé, mais j'ai parfois un "doute" qui plane... Je veux pas m'enfermer en me disant que je veux rester seule, et je laisse la situation "couple" possible peut-être dans le futur... Je n'irais jamais réclamer une telle situation, mais je me dit que si jamais un jours on me propose, je dirais peut-être oui... pour essayé...
Pourtant tout ßa reste confus et je ressent beaucoup de choses contradictoires dans ma tête... Déjà je ne comprend pas l'intêret de se mettre "par deux"... j'ai beau réfléchir, j'ai l'impression que je comprend pas pourquoi je devrais faire ßa... Et cette tradition de "couple" me parait un peu dérisoire... je sais pas, je n'arrive pas à comprendre même avec de la bonne volonté.... Et derrière ßa, je me dit que peut-être moi-même je voudrais accepter de faire cette chose dont je ne comprend pas l'interet...? (bien sûre je sais que y a un interet purement "survie de l'espèce" là dedans. Mais là je ne parle pas de ßa, on en est plus au stade ou chacun doit faire des enfants pour la survie de l'espèce (au contraire même :lol: ), en plus la survie de l'espèce n'implique pas de rester par deux tout le temps).
Ensuite en réflechissant je sais très bien, que je n'aime pas le contact physique, que donner la main, embrasser, faire des calins, c'est niette... Et que je voudrais pas me forcer à faire ces choses que je n'ai pas envie... De plus j'ai besoin d'énnormément de temps seul, et d'une très grande indépendance... une personne qui m'écris tous les jours et veut me voir souvent me serais barbant... et partager mon espace personelle, houlà pire du pire... Du coup même si j'accepter une relation de couple, si je reste dans cet état d'esprit elle est clairement vouée à l'échec.
Ensuite j'ai déjà eu des occasion, avec des gens qui m'envoyaient des signaux comme quoi je les interessait, que je trouver, intelligent et beau, tout ce qui serait nécessaire à ce que j'accepte pour "essayer" comme je me suis souvent dit dans ma tête, sauf que non, à chaque fois dans la situation, j'ai pas envie, et même si je les aimes bien ou beaucoup, il me devient très clair que je ne veux pas essayer une situation amoureuse avec eux.

Du coup au final bah, je pense pas que je puisse être en couple... et ßa m'attriste pas non plus de me dire que je le serais jamais. Mais je pense que ma peur est vraiment de finir seuls sans amis. Alors moi aussi j'ai cette vision de passionA d'une amitié très forte et soudé. J'ai vraiment des moment où des personnes m'interessent beaucoup, et cette envie d'être quelque chose de spécial pour elles... Mais pas dans le sens amoureux...
Et comme je disais ailleurs, je vois pas trop non plus pourquoi ßa devrais être avec une seule personne et point barre. Si plusieurs personnes m'interessent autant, pourquoi ne pourrais je pas être spécial pour elles tous, et pourquoi ne pourraient-t-elles pas avoir autant d'importance à mes yeux sans devoir faire un choix...? Du coup je pense que ce qui m'irait le mieux serait une genre de relation polyplatonique, ou on est pas amoureux mais tous de même où il y a un lien très forts entre nous, qui ne pourra nous limité qu'à de simples potes...

Mais je reste ouvert malgré tout et voit comment les choses vont venir... seul, en relation queer , en couple, j'envisage tout, même si j'ai vraiment des doute pour l'un durée d'un couple romantiquement dans la norme...

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenator
Messages : 1528
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 388 fois
A été aimé : 412 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par PassionA » 22 juil. 2017, 15:17

Drytos, je comprends tout à fait ce "doute" que tu ressens pour avoir vécu la même chose. Même après plusieurs tentatives de relations ratées j'avoue que je n'arrive pas à me défaire du sentiment que ce serait peut-être possible quand même, si les étoiles s'alignaient, etc... Difficile de ne pas se dire : qui sait, peut-être qu'il existe une vision du couple qui pourrait nous convenir ?

Les relations de type tendre avec contact physique ne me dérangent pas, tant qu'elles en restent là. Cette attirance de tendresse je ne la ressens qu'avec certaines personnes, mais quand ça "click" avec quelqu'un alors ça me fait beaucoup de bien de pouvoir partager cela (je n'ai connu que deux personnes avec qui ça a fonctionné) - le problème étant de garder cette relation à ce stade et de ne pas la voir sombrer dans le romantisme ou la sexualité.

Comme tu le dis, ça ne m'attriste pas de me dire que je ne serais jamais en couple, vu que je ne crois jamais l'avoir désiré et que je me sens très bien seul. Ce qui m'attriste en revanche c'est d'avoir dû dire adieu à des personnes pour qui j'avais de l'affection juste parce qu'elles ne pouvaient m'accepter en tant qu'ami, sans aller plus loin. Je veux dire, j'ai des relations amicales avec quand même pas mal de monde, mais occasionnellement il va y en avoir une plus étroite, intime, et profonde et c'est celle là malheureusement qui a tendance à conduire à la ruine. Du coup, depuis quelques années j'ai encore augmenter la distance de sécurité dans toutes mes relations, et je sais que ce n'est pas une solution parce que j'ai besoin de pouvoir partager certaines choses intimes aussi.

L'espoir, c'est que les relations QPR prennent plus d'ampleur et soient mieux connues, à ce niveau là peut-être arriverons-nous mieux à naviguer dans nos relations. Je pense que les jeunes générations devraient bien s'en tirer, la mienne malheureusement me semble être pas mal figée dans la sexualité/romance - si tu dis QPR ils entendent sex friend. Sinon, en discutant avec des personnes âgées, j'ai également vu que l'âge rendaient ce type de relations plus faciles (Yay! Dans 30 à 40 ans ça devrait aller mieux...).

Avatar de l’utilisateur
Drytos
Aguerri
Messages : 561
Inscription : 07 avr. 2017, 12:21
Localisation : Lille
Pronom : Iel
A aimé : 146 fois
A été aimé : 99 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Drytos » 22 juil. 2017, 16:03

PassionA a écrit :
22 juil. 2017, 15:17

Les relations de type tendre avec contact physique ne me dérangent pas, tant qu'elles en restent là. Cette attirance de tendresse je ne la ressens qu'avec certaines personnes, mais quand ça "click" avec quelqu'un alors ça me fait beaucoup de bien de pouvoir partager cela (je n'ai connu que deux personnes avec qui ça a fonctionné) - le problème étant de garder cette relation à ce stade et de ne pas la voir sombrer dans le romantisme ou la sexualité.


L'espoir, c'est que les relations QPR prennent plus d'ampleur et soient mieux connues, à ce niveau là peut-être arriverons-nous mieux à naviguer dans nos relations. Je pense que les jeunes générations devraient bien s'en tirer, la mienne malheureusement me semble être pas mal figée dans la sexualité/romance - si tu dis QPR ils entendent sex friend. Sinon, en discutant avec des personnes âgées, j'ai également vu que l'âge rendaient ce type de relations plus faciles (Yay! Dans 30 à 40 ans ça devrait aller mieux...).

Je pense que le plus grand probléme est là... qu'une personne accepte qu'il n'y aura jamais de sexe et de romantisme, et que pourtant, on est très attaché à elle...

Je trouve ßa dommage que tu dois mettre de la distance, mais je suppose que c'est compliqué... quand on commence à se rapprocher d'une personne qui nous interesse, si on lui plait romantiquement et/ou sexuellement, elle ne va pas forcément pouvoir s'empêcher de se faire des espoir, et tomber de haut quand elle comprendra que la relation "n'évoluera pas plus".
De mon côté je suis très introvertie et j'aime la solitude. Je me fais des amis très rarement mais quand je m'en fais, c'est durable. ce ne sont pas juste des connaissance ou des petite amitié, je n'ai que peu d'amis, mais ce sont des amitiés de qualité, durable et profonde à chaque fois.

pour ce qui est des relations queer, je pense que je me trouve dans la bonne génération... la génération plutôt engagé dans tout ce qu'est LGBT+ et je crois que j'ai l'espoir de rencontrer d'autre Ace-aro voire trans en plus, avec qui je pourrais contruire des amitiés très profonde et durable...
Rien que dans mon groupe d'ami nous somme, deux ace, une lesbienne, un gay et une hétéro. Je baigne dans un entourage de diversité LGBT et du coup ßa me laisse croire que rencontrer d'autre personnes comme moi ou du moins bien en marge qui partage mes visions des choses, c'est encore possible :)

Avatar de l’utilisateur
PassionA
Avenator
Messages : 1528
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 388 fois
A été aimé : 412 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par PassionA » 29 juil. 2017, 23:55

Drytos a écrit :
22 juil. 2017, 16:03
De mon côté je suis très introvertie et j'aime la solitude. Je me fais des amis très rarement mais quand je m'en fais, c'est durable. ce ne sont pas juste des connaissance ou des petite amitié, je n'ai que peu d'amis, mais ce sont des amitiés de qualité, durable et profonde à chaque fois.
Je te souhaite vraiment que ça dure. J'ai un peu plus de bouteille que toi (une petite quinzaine d'années) et "spoiler alert", quand on est jeune on tombe de haut quand on met beaucoup d'espoir dans nos amitiés. J'ai vu des amitiés d'enfance s’effondrer pour les raisons les plus idiotes. J'ai vu des amitiés basées sur rien perdurer contre vent et marées. J'ai vu des amitiés incroyablement profondes et sincères ne durer qu'une année. Les gens changent en permanence et l'on se retrouve à prendre des chemins différents, et doucement glisser hors de leurs vies - et il n'y a aucun mal à ça, c'est la nature des relations humaines d'être volatiles quand on est jeune.

Avatar de l’utilisateur
Drytos
Aguerri
Messages : 561
Inscription : 07 avr. 2017, 12:21
Localisation : Lille
Pronom : Iel
A aimé : 146 fois
A été aimé : 99 fois

Re: Espace de discussion aromantique

Message par Drytos » 30 juil. 2017, 23:26

PassionA a écrit :
29 juil. 2017, 23:55
Je te souhaite vraiment que ça dure. J'ai un peu plus de bouteille que toi (une petite quinzaine d'années) et "spoiler alert", quand on est jeune on tombe de haut quand on met beaucoup d'espoir dans nos amitiés. J'ai vu des amitiés d'enfance s’effondrer pour les raisons les plus idiotes. J'ai vu des amitiés basées sur rien perdurer contre vent et marées. J'ai vu des amitiés incroyablement profondes et sincères ne durer qu'une année. Les gens changent en permanence et l'on se retrouve à prendre des chemins différents, et doucement glisser hors de leurs vies - et il n'y a aucun mal à ça, c'est la nature des relations humaines d'être volatiles quand on est jeune.
J'aime bien ton "spoiler" XD
Du coup, oui, ßa je m'en doute... En réalité, plus jeune j'avais du mal à accepté cette idée, et au collège mon père me disait déjà "tu verras que tu ne garderas pas tes amis"... ßa me révoltais, mais en partie parce que je savais qu'il avait raison, et que j'avais peur de perdre les seuls amis que j'avais... Aujourd'hui, je suis moins fataliste que mon père... Il n'avait peut-être en fait, pas totalement raison... Les amitié forte et profonde dont je parles aujourd'hui, sont les même que mon père me disait que je perdrais, il y a 10 ans de cela. Je suis introverti comme je dis, mais vraiment ! je ne me suis pas faite de nouveau amis depuis des années, et mon "cercle" de 4 amis, sont donc les amis que j'ai depuis plus de 10 ans. On a déjà tous des chemins différents, étant donné qu'en quittant le collège, on s'est tous éparpillé. Aujourd'hui, pas un habite au même endroit, mais on continue de se voir, 5 fois par ans, à chaque aniversaire. On se fait parfois des skypes de groupe où on peu rester des h en vidéo. à la différence de mon père, j'ai les "nouvelles technologie" qui nous aide à ne pas nous perdre de vue. L'éloignement nous a davantage rapproché. Je sais ce qu'il en est des "amitié de jeunesse" en général, mais les amis que j'ai sont "différent" dans ma tête. Comme je ne bois pas, ne fume pas, n'aime pas sortir, aller en boite, et trouve les sujets actuelles des "jeunes" souvent futil, je ne me fais pas vraiment d'amis de mon environnement. Je garde juste mes 4 "vieux" amis qui sont aussi "spéciaux" et asociaux que moi...
Biensure on en parle souvent entre nous, que peut-être le temps nous separra, et ßa nous fais peur. certains sont en couples déjà... Mais quand on en parle,personne n'as envie qu'on s'éloignent avec le temps. Je pense que la volonté de ne pas être séparé et déjà un bon début.
Un d'eux 4 est asexuel et veut rester, de souhait célibataire. à partir de cette année on va étudier dans la même ville et donc vivre ensemble en colloc, pour une durée indéterminée.
Je ne reste pas non plus trop optimiste, et je me dit que malgré nos volonté, peut-être que le temps, les amours, les occupations vont réellements nous séparés... Mais ßa ne changera rien au fait qu'ils resteront mes amis, et que même si je ne les vois plus, je ne les oublierais pas pour autant. Ils auront été partie entière de ma vie. :)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : ginny anne et 1 invité