L'anarchisme

Tout commence avec de grandes idées ; venez partager vos opinions sur les sujets les plus divers.
Alfred
Adepte
Messages : 187
Enregistré le : 21 oct. 2015, 16:44
A aimé : 3 fois
A été aimé : 22 fois

Re: L'anarchisme

Message par Alfred » 06 févr. 2016, 16:53

Je crois qu'il y a beaucoup de choses pertinentes sur ce "topic". La sincérité des regards de Hassan et les premiers paragraphes de l'intervention de Mr. Nya déploient beaucoup de possibilités de désobstructions pour les questionnements à l'origine de cet échange.
Mais, la réalité n'a plus rien à voir avec le paléo-libéral Bastiat... Quant à l'époques où les plus grands anarchistes ont crées ESCP-Europe ( la première école de commerce du monde), elle est très loin dernière nous.
Je pense, cher Mr. Nya, qu'il nous faut regarder plus loin que le XIXème siècle et les résultats déplorables de la révolution française: L'effondrement de tous les courants de pensée dans un magma informe a développé un effondrement des frontières entre les différentes dynamiques idéologiques structurantes de la pensée. Ainsi, dans un soucis définitionnel, je vous propose:
- L'anarchie: Un modèle structurant la vision de la société comme étant une conjugaison des individualités plurielles en dehors de tout corps sociétal organique. Cela signifie qu'il ne saurait y avoir d'Unité constituée de parties organiques: Les parties primant sur le "Tout", les individus sont désolidarisés de tout corps patriotiques et se retrouvent en proie aux communautarismes; à différentes plate-formes de combat où s'expriment des coordinations d'individualités qui, entre elles, se retrouvent en état de guerre perpétuelle.
- Le socialisme: Un modèle n'acceptant que le corps organique sociétal comme prédestinant aux individualité. Les individus particuliers sont niés et sont intégrés a prioriquement depuis une super-structure prédestinant à l'hyper-structure de l'Etat administratif qui pense autant la culture que la guerre ou la langue ( la France actuelle, en quelque sorte).
- Le libéralisme: Un modèle structurant l'individu dans son rapport à l'être-ensemble et qui s'efforce de trouver une harmonie entre les particuliers et le système globalisant. Bref, je crois, le moins catastrophique... Malgré de nombreuse variantes. Mais le traîtement équitable de la nécessité de penser simultanément une pluralité des particuliers avec la volonté de penser une unité réunissant de manière transcendante la coordination de cette même diversité plurielle semble la plus fiable et la moins dommageable pour l'ensemble des personnes prises dans leur diversité...
Après, bien sûr les schémas que je propose sont assez caricaturaux. Mais ils permettent de dégrossir un peu les enjeux de départ de la discussion.

Après, sur un autre registre, Mr. Nya m'a fait grande joie en considérant que le communisme n'avait jamais existé: Un utopisme inefficace n'a jamais fait de mal au genre humain. Et, on dit tellement de mal de cette utopie de manière injuste!
Par contre, je ne peux accepter qu'on dise que capitalisme et socialisme se rejoignent. Les tenants actuels du libéralisme, et, plus récemment de l'anarcho-capitalisme ou encore du libertarianisme, sont issus de l'Ecole autrichienne d'économie ( Von Mises ou Murray Rothbard sont bien plus étudiés que Bastiat). Et là, nous assistons à de nouvelles frontières infranchissables entre socialisme et libéralisme. Vous savez... toute l'école dîte "néo-libérale" américaine est née de réfugiés politiques menacés d'extermination par le troisième reich allemand. Et, si ce dernier a séduit le "grand nombre" depuis d'odieuses nationalisations, des pillages abjects, (...), les libéraux autrichiens et allemands ont été les premiers spoiliés et exterminés du système social-nationaliste. Alors, non, nous n'avons pas moralement la possibilité de fusionner socialisme et capitalisme: Les libéraux ont tellement souffert des exactions des états socialistes sur-puissants, que nous ne pouvons confondre les deux. Après, vous remarquerez que les socialistes sont toujours dans une logique économique de redistribution, les libéraux de rétribution. Que les socialistes sont au niveau économique dans une quête aveugle de progrès, que les libéraux traditionnalistes dans une dynamique de conservatisme. C'est à dire qu'il n'y a rien de plus étranger, y compris sur le plan moral.
Amicalement.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités