Raconte-moi une légende

Installez-vous confortablement et venez nous raconter toutes vos histoires extraordinaires, même si elles n'ont rien à voir avec l'asexualité.
Avatar de l’utilisateur
Yaya
Altruiste
Messages : 1179
Inscription : 27 mars 2008, 15:45
Localisation : Y a quelque chose en moi de... Picardie ^^
A aimé : 53 fois
A été aimé : 80 fois

Re: Raconte-moi une légende

Message par Yaya » 23 nov. 2017, 09:28

J'aime beaucoup la légende Lady Godiva... Et pour mes 4 mois de sevrage tabacologique, j'avais fait une petite folie en achetant aux enchères un marque-page du XIXème de lady Godiva pour ma collection de marque-pages ! :oops:

Image
"Ne suivez jamais les traces du malheur, il pourrait bien se retourner et faire volte-face" (dicton japonais)

Avatar de l’utilisateur
piwi
Avenista
Messages : 1312
Inscription : 23 oct. 2017, 00:07
Localisation : Mont de Marsan
A aimé : 491 fois
A été aimé : 215 fois

Re: Raconte-moi une légende

Message par piwi » 30 nov. 2017, 19:55

Je ne vais pas vous raconter une légende mais une histoire (vraie).

J'avais accompagné un couple d'amis à une soirée dansante. Moi qui n'aime pas trop danser... bref.

Au cours de la soirée, alors que je sirotais mon rafraîchissement, une femme s'est assise à côté de moi. Je n'ai pas regardé son visage (je n'ai jamais su qui elle était) mais j'ai regardé ses chaussures : elles étaient couleur saumon avec des lanières fines sur le dessus du pied et un petit talon pas trop haut. Je les trouvais charmantes et me disais que j'aurais bien aimé posséder les mêmes. Mais, pas beaucoup d'argent dans ma bourse... où trouver les mêmes ?... etc.

Quelques jours plus tard, au coin de ma rue, sur le rebord d'une fenêtre fermée, à hauteur de tête, étaient posées des chaussures IDENTIQUES à celles de ma voisine de bal. Je prends la paire, la retourne et vois que la pointure correspond à la mienne. Je rentre dans l'immeuble et sonne à l'appartement correspondant à la fenêtre. Personne. Je sonne chez le voisin d'en face. C'était une dame. Je lui explique que je viens de trouver une paire de chaussures sur le rebord de la fenêtre de l'appartement d'en face et m'enquiers de l'identité de ses voisins. La dame me répond que, là, vivaient deux étudiants qui avaient quitté les lieux il y a un mois environ.

Je remercie la dame et quitte les lieux avec les chaussures dont j'avais rêvé quelques jours auparavant.

Je me dis que ça n'est qu'une coïncidence, mais tout de même... :shock:
Il y a des fois où les choses sont bizarres non ?
mon âme n'a pas de sexe (iel)

Avatar de l’utilisateur
Muriel Evelyne
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2350
Inscription : 11 mai 2016, 02:22
Localisation : Roazhon, Breizh (Rennes, Bretagne)
A aimé : 874 fois
A été aimé : 443 fois

Re: Raconte-moi une légende

Message par Muriel Evelyne » 02 déc. 2017, 13:46

Je pense que personne ne doit hésiter à faire comme piwi. S'il arrive quelque chose d'insolite, racontez-le dans ce topic car il naît chaque jour de nouvelles légendes depuis une éternité, de nos jours on les appelle des légendes urbaines dont je vous rappelle ci-dessous la définition :)

Une légende urbaine (de l'anglais : urban legend) est une histoire moderne, se rapprochant du mythe, pouvant emprunter à tous les genres littéraires (anecdote, horreur, blague, etc. ) et se répandant de proche en proche par le bouche-à-oreille ou par d'autres moyens populaires (contemporains ou non).
Image

Avatar de l’utilisateur
Marc-Antoine
Affilié
Messages : 320
Inscription : 28 nov. 2017, 15:39
Localisation : Pas de Calais
A aimé : 126 fois
A été aimé : 145 fois
Contact :

Re: Raconte-moi une légende

Message par Marc-Antoine » 02 déc. 2017, 14:00

La légende du Panda :)

Il y a très longtemps, les pandas avaient un pelage du blanc le plus pur. Ils vivaient au coeur d'une épaisse forêt de bambous et n'en sortaient jamais. Un jour pourtant, un jeune panda intrépide voulu s'aventurer à l'extérieur. Il se retrouva bien vite en danger, face à un léopard affamé.
Au même instant, une bergère, qui passait par là, voyant le petit panda en si mauvaise posture, se jeta sur lui pour le protéger et le sauver. Malheureusement, ce fut elle que le léopard attaqua, et elle mourut avant d'avoir pu s'échapper.
Le jeune panda alla raconter cette triste aventure aux autres, et tous décidèrent de rendre hommage à la jeune fille courageuse qui avait sauvé l'un des leurs. En signe de deuil, ils plongèrent leurs pattes dans de la cendre et organisèrent une cérémonie.
Lors de celle-ci, ils essuyaient régulièrement les larmes qui coulaient de leurs yeux, émus par le courage de la petite fille. Ils se bouchaient les oreilles de leurs pattes, pour ne plus entendre leurs propres gémissements, et ils se serrèrent les uns contre les autres, s'entourant de leurs pattes à la recherche de réconfort.
La cendre se déposa ainsi autour de leurs yeux, sur leurs oreilles et jusque dans leur dos. Leur fourrure si blanche garda à jamais ces traces noires.
Da garan ...
Image

Avatar de l’utilisateur
Marc-Antoine
Affilié
Messages : 320
Inscription : 28 nov. 2017, 15:39
Localisation : Pas de Calais
A aimé : 126 fois
A été aimé : 145 fois
Contact :

Re: Raconte-moi une légende

Message par Marc-Antoine » 07 janv. 2018, 17:42

Image
Da garan ...
Image

Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 3376
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 568 fois
A été aimé : 808 fois

Re: Raconte-moi une légende

Message par Baelfire » 02 févr. 2018, 15:45

La légende du Phoenix, l'oiseau Immortel





L’origine du phoénix vient de l’oiseau sacré égyptien Benu, un héron cendré qui fut le premier être à se poser sur la colline originelle issue du limon : il incarnait le Dieu du Soleil et était associé au cycle annuel des crues du Nil. Il était adoré à Héliopolis où on racontait qu’il n’apparaissait que tous les 500 ans.
On rapportait que le phoénix ne se nourrissait que de rosée puis qu’il s’envolait alors pour des contrées étrangères où il recueillait des herbes odorantes qu’il amassait ensuite sur l’autel d’Héliopolis, afin de les embraser et de s’y réduire lui- même en cendres. Mais il renaissait trois jours plus tard pour une vie renouvelée. En effet, une fois le corps incinéré, un nouveau jeune phénix naît à partir des cendres chaudes. Après sa naissance, le jeune oiseau porte le corps calciné de son père dans un tronc creux de Myrrhe jusqu’à l’hôtel du Soleil pour être brûlé avec les plus grands soins des prêtres.

Les mythes antiques dépeignirent plus tard le phénix comme paré d’un plumage doré ou multicolore qui luit faiblement dans les ténèbres et selon les différentes descriptions qui en sont faites, les couleurs de son plumage peuvent varier du rouge feu au bleu clair en passant par l’orange, le pourpre et l’or. On peut dire que par ses couleurs royales et sa grandeur, le phoénix est un oiseau très impressionnant.

A travers les différentes époques et pays, le phoénix va être considéré sous différentes facettes. Ainsi, il symbolisait dans l’ancienne Rome, la force vitale et toujours renouvelée de l’Empire et c’est pourquoi il apparaissait sur les pièces de monnaie et sur les mosaïques de l’époque impériale.

Les pères de l’église le considéraient comme le symbole de l’immortalité de l’âme et de la résurrection du Christ. D’ailleurs, dans certaines crémations rituelles, le feu est aussi considéré comme véhicule ou messager du monde des vivants vers celui des morts. De même, le phénix porte souvent une étoile qui indique sa nature céleste et la vie dans l’autre monde.

La religion catholique considérait que la partie terrestre de cet oiseau représentait le corps du Christ et sa présence sur terre parmi les hommes et que sa partie aérienne représentait Dieu et sa partie spirituelle. Et le cycle vital du phénix restait souvent associé à l’image des « Mille ans de bonheur » qui doivent réunir sur terre le Christ et les fidèles ressuscités.

Dans la symbolique alchimique, il est la destruction et la recomposition de la Materia Prima qui se transforme pour devenir pierre philosophale.

Dans la pensée philosophique et religieuse persane, le farsi (qui est la forme parlée du Persan) a nommé Angha ou Ghoghnous tout oiseau mythique qui se brûle lui-même pour mourir et renaître de ses cendres.

Dans la tradition chinoise, l’oiseau légendaire Feng-Huang qui symbolise le bonheur conjugal est l’équivalent du phoénix car il est issu de l’union des forces solaires et lunaires. Pour les Chinois, cet oiseau mythique aurait été de nature androgyne, c’est à dire qu’il serait mâle et femelle à la fois. Dans ce cas, il représenterait la félicité et l’harmonie suprême.

Et dans d’autres contrées asiatiques, le phoénix ne serait pas hermaphrodite mais bien sexué : le phénix mâle se nommerait Feng et le phénix femelle se nommerait Huang. Les deux unis formeraient ainsi l’allégorie du bonheur conjugal et leur union les conduirait au nirvana, au paradis des immortels.

Alors que dans d’autres légendes, ce qui est étonnant chez cet animal, c’est qu’il n’existe pas de phoénix femelle. Il est donc impossible pour eux de perpétuer l’espèce par la procréation. Mais alors afin d’assurer à cette race une certaine survivance, cet oiseau fabuleux est doté d’une extraordinaire longévité pouvant aller jusqu’à 500 ans.

En plus de son prodigieux pouvoir de résurrection, le phoénix est doté d’autres pouvoirs magiques tout aussi étonnants : par exemple son chant aurait la capacité de donner du courage à l’homme au cœur pur et de la crainte à l’homme au cœur impur. De plus, ses larmes peuvent guérir tout être vivant, qu’il soit malade, blessé ou à l’agonie.

De nos jours la symbolique du phoénix renvoie à l’image de l’âme, de sa renaissance mais aussi à l’esprit et la lumière. Et si plusieurs œuvres littéraires continuent d’utiliser la richesse de ce mythe, comme par exemple le conte philosophique de Voltaire « La princesse de Babylone », les écrits de Rabelais ou encore Harry Potter, c’est parce qu’il symbolise l’un des nombreux rêves de l’homme : celui de renaître de ses cendres, de se délester de ses erreurs passées pour ensuite se reconstruire et poursuivre inlassablement sa quête d’éternité.

Le phénix ou phoenix (qui se dit Phoinix en Grec) est un oiseau ressemblant au héron, qui symbolise l'immortalité et la résurrection.
Son nom vient du mot grec qui désignait la couleur rouge (couleur du feu) en référence à la légende sur sa mort et sa résurrection dans les flammes. Selon Hérodote il serait d'origine éthiopienne.

Le phoénix est présent dans de nombreuses civilisations et symbolise pour chacune d'elle quelque chose :

Pour les égyptien. Son origine vient de l'oiseau sacré égyptien Benu (dit Bennou, Bennu, Benhu) un héron cendré qui fut le premier être à se poser sur la colline originel issue du limon. Il incarnait le dieu du soleil à Héliopolis, ses adorateurs racontaient qu'il n'apparaissait que tous les 500 ans.
On rapporte aussi que le phénix se nourrissait exclusivement de rosée et qu'il ramenait des herbes odorantes provenant de lointaines régions pour les poser sur l'autel d'Héliopolis, dans le but de les enflammer pour s'y réduire lui-même en cendres.
Il renaissait 3 jours plus tard. Il était associé au cycle quotidien du soleil et au cycle annuel des crues du Nil. De là vient le rapport avec la régénération et la vie.

Pour les romains Dans l'antiquité on décrivait le phoénix avec un plumage doré et multicolore. Pour les romains, il était le symbole de la force vitale et toujours renouvelée de leur empire, c'est pour cette raison qu'on retrouve le phoénix sur certaines pièces de monnaie et fresques de l'époque.

Pour l'église chrétienne il est le symbole de l'immortalité de l'âme et de la résurrection du Christ.

Pour les chinois il est un oiseau légendaire que l'on nomme " Feng-Huang ", comme pour la licorne " Ky-Lin ", le Yin et le Yang se réunissent en lui.

Dans les légendes juives il se nomme " Milcham " et l'explication de son immortalité vient de Eve qui après avoir goûté le fruits de l'arbre interdit, réussit aussi à tenter les animaux et a leur faire goûter du fruit aussi. Seul l'oiseau " Milcham " ne céda pas à la tentation, pour cela l'ange de la mort obéissant à dieux lui offrit pour récompense de ne jamais lui faire connaître l'expérience de la mort. Depuis cela, tous les milles ans l'oiseau brûle, il reste alors qu'un oeuf qui se transforme en poussin et l'oiseau continue à vivre.
Les gens qui pensent que l'amour est plus important que l'argent devraient essayer de rembourser leur prêt immobilier avec de gros bisous.

Avatar de l’utilisateur
Yaya
Altruiste
Messages : 1179
Inscription : 27 mars 2008, 15:45
Localisation : Y a quelque chose en moi de... Picardie ^^
A aimé : 53 fois
A été aimé : 80 fois

Re: Raconte-moi une légende

Message par Yaya » 02 juin 2018, 17:31

La déesse Pelé (Par Betty Fullard-Leo)

Dans les anciens chants hawaïens, Pele est décrite comme étant « Celle qui Façonne le Monde Sacré ». Déesse des volcans, Pele est passionnée, volatile et capricieuse. Résidant dans les cratères du volcan Kilauea, elle envoie des rubans de lave fumante le long des montagnes et fait naître des nouveaux tronçons de terre sur la côte sud-est de manière quasi permanente.

Pele est née de l’esprit féminin nommé Haumea ou Hina, qui elle-même est la progéniture des êtres suprêmes que l’on nomme Papa (Terre Mère) et Wakea (Père Ciel).

Pele fut l’une des premières à naviguer vers Hawaii, alors qu’elle était pourchassée par sa soeur plus vieille Na-maka-o-kaha’i. Cette dernière était furieuse parce que Pele avait séduit son époux. Pele arriva en premier à l’île Kaua’i et se mit à creuser le sol à l’aide de son o’o (bâton creuseur).

Mais à chaque fois qu’elle creusait un trou dans lequel elle comptait se construire une maison, Na-maka-o-kaha’i, déesse de le l’océan, inondait le trou. Pele dû naviguer plus bas et donna naissance à la chaîne d’îles jusqu’à ce qu’elle arrive enfin à l’île d’Hawaii sur laquelle trône le volcan Mauna Loa. On dit qu’il s’agit du volcan le plus haut du monde si on le mesure à partir de sa base au fond de la mer; c’est aussi le plus large des volcans de notre terre. Mauna Loa est si haut que même Na-maka-o-kaha’i n’arrivait pas à envoyer des vagues assez hautes pour noyer les feux et les trous de Pele. Cette dernière décida donc d’installer sa demeure sur les pentes du volcan.

Elle invita ses frères à venir la rejoindre. Une falaise près de Kilauea, volcan situé à proximité de Mauna Loa, est sacrée à son frère le plus vieux. Ka-moho-ali’i, roi des requins et gardien de la gourde qui contient l’eau de vie qui lui confère le pouvoir de ranimer les morts. Par respect pour son frère, Pele ne permet jamais aux nuages issus de la vapeur des volcans d’aller au-dessus de sa falaise.

Ses autres frères résidant à Mauna Loa sont : Kane-hekili, le tonnerre; Ka-pho-i-kahi-ola, l’explosion; Ke-ua-a-kepo, pluie de feu et Ke-o-ahi-kama-kaua, lance de lave s’échappant des fissures. Parmi tous ses frères et soeurs, Pele préfère sa jeune soeur Hi’iaka. Il est dit que cette dernière naquit d’un oeuf que Pele elle-même couva pendant son voyage jusqu’à Hawaii. Hi’iaka est une déesse de la danse.

Lorsque Hi’iaka devint une femme, Pele se rendit sous la forme d’un esprit sur la côte nord de l’île Kaua’i (la première qu’elle visita) et observa une danse faite sur une « pahula », une plateforme faite pour la danse. Elle se transforma en une jeune femme séduisante et devint rapidement amoureuse de Lohi’au, un jeune chef très beau. Elle demeurera quelques jours avec lui mais éventuellement, son esprit dû retourner à son corps endormi sur son volcan. Dès son réveil, Pele envoya sa soeur Hi’iaka convaincre son amoureux Lohi’au de venir la rejoindre. Avant qu’elle ne parte, les deux soeurs firent chacune un serment : Hi’iaka promit de ne pas encourager Lohi’au s’il devait être séduit par elle et en retour, Pele promit de retenir ses feux et sa lave pour les empêcher de couler et de brûler une clairière d’arbres « ohi’a lehua » en pleine floraison et dans laquelle Hi’iaka dansait avec son amie Hopoe.

Arrivée sur l’île de Kaua’i, Hi’iaka trouva Lohi’au mort de chagrin après le départ de Pele. Grâce à ses capacités, elle fut capable de ramener l’esprit de celui-ci dans son corps et ainsi le ramener à la vie. Ensemble, ils entreprirent le voyage de retour jusqu’à Hawaii, mais la nature suspicieuse de Pele gagna sur elle et sa promesse. Comme quarante jours s’étaient écoulés depuis le départ de sa jeune soeur, Pele décida qu’elle avait été trahie et envoya une marée de lave sur sa clairière d’ohi’a lehua, tuant Hopoe du même coup. Lorsque Hi’iaka arriva enfin chez elle et qu’elle aperçut non seulement sa clairière détruite mais aussi son amie ensevelie sous la lave, elle se jeta dans les bras de Lohi’au, ce qui provoqua de nouveau la colère de Pele qui envoya une seconde marée de lave. Elle tua ainsi son amoureux mais sa soeur, une déesse, y survécut.

Cette légende connaît toutefois une fin heureuse puisqu’un des frères de Pele, Kane-milo-hai, attrapa l’esprit de Lohi’au et le restaura dans son corps et pour la seconde fois, le jeune chef fut ramené à la vie. Il retourna à son île accompagné de Hi’iaka.

Les légendes et histoires à propos de Pele, ses rivales et ses amours sont très nombreuses. Une grande majorité de ses amants ne furent pas assez chanceux pour sauver leur vie lorsqu’elle lança de la lave au visage, les emprisonnant en des piliers difformes et qui parsèment aujourd’hui les champs volcaniques.

Un de ses amoureux qui fut un bon choix pour elle était Kamapua’a, un demi dieu qui cachait les poil qui poussait le long de son dos en portant une cape. Le dieu porc pouvait apparaître sous la forme d’une plante et de plusieurs poissons. Lui et Pele étaient à couteaux tirés u début : elle avait recouvert la terre de lave, la transformant ainsi en une terre aride. En guise de réponse, il apporta des torrents de pluie afin d’éteindre les feux et il appela les sangliers qui vinrent creuser la terre pour que les graines se remettent à pousser.

Pele et Kamapua’a se livrèrent une bataille enragée jusqu’à ce les frères de Pele la supplient de plier car ils craignaient que les tempêtes pluvieuses de Kamapua’a innondraient tous les bâtons enflammés et détruiraient les pouvoirs de Pele, l’empêchant ainsi de les rallumer. Il est dit que c’est à Ka-lua-o-Pele, un endroit tordu, que Kamapua’a attrapa finalement Pele. Les deux devinrent des amoureux tempêtés et il dit que Pele lui donna un enfant et qu’ensuite, Kamapua’a s’en alla loin et que Pele retourna à ses occupations d’avant.

La plus grande rivale de Pele est Poliahu, déesse des montagnes enneigées, une beauté qui tout comme Pele, avait séduit un grand nombre de chefs mortels. Cette rivalité est née autour d’un jeune chef Maui nommé Ai-wohi-ku-pua. Ce dernier était en route vers l’île d’Hawaii afin d’y courtiser une cheftaine, nommée Laie, dans le but de l’épouser. Alors qu’il pagayait le long de la côte d’Hana, il aperçut Pele sous une forme humaine d’une grande beauté et portant le nom d’Hina-i-ka-malama. Ai-wohi-ku-pua s’arrêta rapidement, le temps d’une brève affaire, puis il continua son chemin jusqu’à Hawaii où Poliahu le séduit à son tour. Il demanda à Pele d’oublier la promesse qu’il lui avait fait et il partit vers l’île de Kaua’i avec la déesse des neiges. Mais Pele, sous la forme d’Hina-i-ka-malama les pourchassa, furieuse, et finit par regagner son amant. Poliahu se montra particulièrement vindicative et leur envoya des bourrasques glaciales jusqu’à ce qu’ils soient séparés.

On croyait que Pele ainsi que d’autres dieux et déesses étaient des « akua noho », c’est-à-dire des « déités qui parlent ». Ils pouvaient prendre la forme d’un être vivant sur terre et qui devenait leur « kahu ». Les kahu de Pele avaient l’habitude de porter leurs cheveux comme s’ils avaient explosés et leurs yeux étaient enflammés et rougis. Ils se promenaient ici et là et revendiquaient n’importe quoi en clamant : « si tu ne me donnes pas ceci, Pele te dévorera ». Comme la plupart des gens avaient vu d’autres gens être détruits par les coulées de lave envoyées par Pele, tous étaient terrorisés par ses kahu.

Même lorsque l’ancienne religion fut abolie, Pele continua d’intriguer les hommes. En 1819, la cheftaine Kapi’olani défia la déesse en mangeant des baies d’ohelo aux abords du cratère Halema’uma’u sans lui en avoir offert avant et sans lui en avoir demandé la permission. Elle jeta également des pierres dans la lave fondue du cratère. Comme elle ne fut pas blessée, elle insista pour dire que cela prouvait que Pele n’avait plus aucun pouvoir et qu’il était maintenant temps pour le peuple hawaiien d’accepter le christianisme comme leur nouvelle religion. Quelques années plus tard, en 1823, le révérend Ellis se rendit sur l’île et visita le volcan Kilauea – il était le premier blanc à s’y rendre. Lui et ses missionnaires mangèrent des baies d’ohelo bien que le peuple les avait averti de les donner en offrande à Pele. Dans ses notes, Ellis écrit : « aux abords du cratère, les guides hawaiiens se tournèrent le visage vers l’endroit d’où sortait le plus de fumée et de vapeur et tenant une branche d’ohelo dans leurs mains, ils la cassèrent en deux, en jetèrent une dans le cratère et récitèrent :

E Pele, eia ka ‘ohelo ‘au
(Ô Pele, voici tes branches)
e taumaha aku wau ‘ia ‘oe
(Je t’en offre une)
e ‘ai ho’i au tetahi
(Et je mange l’autre).

À ce jour, le pouvoir de Pele est indiscutable pour les natifs et ceux qui croient en elle. Parmi les histoires qui circulent à son sujet, il y a celle du chauffeur qui ramasse le long d’une route du Parc national de Kilauea une vieille femme accompagnée par un petit chien et qui à un moment regarde dans leur rétroviseur et se rend compte que la vieille femme a disparu. Dans d’autres histoires, il est dit que le visage de Pele apparaît mystérieusement sur des photographies d’éruptions volcaniques. Depuis 1983, elle a détruit plus de cent structures sur l’île d’Hawaii et elle a ajouté plus de 70 acres de terre à la côte sud-est de l’île!

Image
"Ne suivez jamais les traces du malheur, il pourrait bien se retourner et faire volte-face" (dicton japonais)

Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 3376
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 568 fois
A été aimé : 808 fois

Re: Raconte-moi une légende

Message par Baelfire » 31 juil. 2018, 19:31

Le château du Géant

Image


On raconte à Saint-Guilhem-le-Désert, qu’un Géant* avait élu domicile aux ruines du château qui domine le village en compagnie d’une pie et qu’il terrorisait les populations villageoises. Un jour, Guilhem, las de devoir gérer la peur que procurait le Géant sur les populations villageoises, décida de se déguiser en servante et de faire mine de transporter de l’eau au château pour aller combattre cet imposteur.

Image

Il se munit de « Joyeuse », son épée légendaire, et fit marche vers la forteresse. Lors de son parcours, la pie qui rodait dans les parages s’aperçut que la servante qui faisait route vers le château n’avait pas la même allure que d’habitude. Interpellé, l’oiseau reconnu Guilhem et s’en alla avertir le Géant en ces termes :

- « Géant, ce n’est pas ta servante qui vient t’apporter de l’eau, c’est Guilhem qui s’en vient pour te tuer. »

Mais sûr de son fait et ne doutant pas de sa supériorité, le Géant ne tint pas compte des mises en garde de sa compagne et ouvrit la porte de sa forteresse.

S’en suivit un âpre combat qui vit la victoire de Guilhem précipitant son adversaire au bas des falaises du château.
La pie dépourvue, ayant perdu son protecteur, prit la fuite pour aller se cacher on ne sait où...

Depuis ce jour, les habitants du village vivent en toute quiétude et bien que la vallée de Gellone soit fréquentée par de nombreuses espèces d’oiseaux, on ne revit jamais de pie.

* le Géant ne serait autre qu'Ysoré roi des Saxons, un peu plus grand que la taille moyenne des hommes de l'époque
Les gens qui pensent que l'amour est plus important que l'argent devraient essayer de rembourser leur prêt immobilier avec de gros bisous.

Avatar de l’utilisateur
Alban
Ace Creed
Messages : 2274
Inscription : 06 mai 2009, 18:46
Localisation : Nord
A aimé : 102 fois
A été aimé : 130 fois

Re: Raconte-moi une légende

Message par Alban » 06 août 2018, 13:20

On se rapproche du 15 aout donc une légende sur la ville de Lourdes :

Voici une légende célèbre de la ville de Lourdes, qui donne une explication au blason et au nom de la ville. Le blason de la ville de Lourdes représente un aigle déployé tenant en son bec un poisson au-dessus du château.
Image

Le lieu de cette légende est le château de Lourdes (appelé Mirambel à l'époque), et les personnages principaux sont Charlemagne, Mirat le Sarrazin, et Turpin l'évêque du Puy-en-Velay.
Image

En 778, Charlemagne, qui combattait avec succès les Maures (arabes) dans le sud de la france, buta à Lourdes devant une forteresse défendue par Mirat et ses troupes, qui avaient juré de ne se rendre à aucun mortel.
Après plusieurs mois de siège du château, alors que Mirat allait être réduit par la famine à capituler, un aigle passa au-dessus du château-fort, emportant un poisson énorme qu'il venait de pêcher dans le lac (une truite ou un brochet selon les versions...).
Hasard miraculeux : l'aigle lâcha le poisson au-dessus du château. La proie vint à tomber en un point de l'enceinte, appelé « Pierre de l'aigle ».
Mirat saisit le poisson et l'envoie à Charlemagne qui décide, croyant à une abondance de réserves, de lever le siège... L'empereur a pour conseiller l'évêque du Puy-en-Velay.
Celui-ci, inspiré, décide une manoeuvre subtile en invitant Mirat à déposer les armes non pas devant Charlemagne, mais devant la statue de la "Reine des Cieux" célébrée au Puy, et que les musulmans honorent aussi. Il en fut ainsi et Mirat, peu après, voulut se faire baptiser et prit le nom de Lorus (qui signifie « la rose » en arabe), qui deviendra Lourdes.
Les anges d'aujourd'hui, ce sont tous ceux qui s'intéressent aux autres avant de s'intéresser à eux-mêmes.

Avatar de l’utilisateur
Grignoteuse de bouquins
Associé
Messages : 749
Inscription : 02 oct. 2017, 19:17
Localisation : Nice
Pronom : Elle
A aimé : 312 fois
A été aimé : 115 fois

Re: Raconte-moi une légende

Message par Grignoteuse de bouquins » 18 août 2018, 00:45

Il était une fois , il y a très longtemps dans la savane , 4 clans .

Les animaux cohabitaient ensemble dans la paix et dans l'harmonie.
Ces 4 clans étaient :

Le clan des Lions
Le clan des Guépards
Le clan des Léopards
Le clans des Jaguars

Un jour , les 4 clans et tous les animaux de la savane se rassemblèrent pour faire respecter une règle : Personne ne doit franchir la limite du territoire de chacun , au risque d'être exilé.

Pour faire promettre a tout les animaux qu'ils n'allaient pas transgresser cette règle , les lions mirent leurs pattes dans l'argile afin de laisser leur trace de loyauté , suivie des animaux des 4 clans et des animaux de la savane .

Parmis ces animaux , il y avait le cheval . Il avait le poil blanc ,il était arrogant et très provocateur . Un jour , le cheval transgressa cette règle : il s'aventura sur le grand territoire des lions avec son amie la jument .

Du côté des lions , tout allait mal . Ils avaient du mal a nourrir leur famille et ils étaient en malnutrition . Ils avaient les griffes sales et noires tellement ils avaient courus dans la terre pour ne même pas trouver une seule once de nourriture .

Alors dès que le chef du clan vit les deux chevaux sur son territoire , il se mit dans une colère noire . Pourtant , lui aussi avait marqué dans l'argile sa trace de sabot , il avait promis de ne pas s'aventurer sur leur territoire .

Déja qu'ils avaient faim , on allait pas venir les déranger , en plus de ca . Le lion se tapis dans les hautes herbes , toutes griffes sorties , prêt a donner une bonne lecon a ces deux chevaux peu futés . Dès que les chevaux passaient a côté de lui , il bondit sur eux , décidé a griffer et a salir leur beau pelage blanc . Les chevaux partaient en galopant , Ils avaient compris la lecon . Le lion était fier de lui : il s'était fait respecter . La règle que les animaux avaient convenus tous ensemble avait été trahie .

Depuis ce jour , les chevaux ont étés exilés . Mais en se regardant , il y avait un problème : leur pelage était zébré de grosses griffures noires !!!

Voila comment son apparus les premiers zèbres , et une chose et sûre : les zèbres et les lions ne s'entendront plus jamais . :D
♠ Why frick frack when you can snick snack ? ♠ :cake:

Avatar de l’utilisateur
Muriel Evelyne
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2350
Inscription : 11 mai 2016, 02:22
Localisation : Roazhon, Breizh (Rennes, Bretagne)
A aimé : 874 fois
A été aimé : 443 fois

Re: Raconte-moi une légende

Message par Muriel Evelyne » 07 oct. 2018, 13:30

Occulture est une chaîne hyper intéressante, composée pour l'instant de 25 vidéos, plus 5 vidéos format court sous l'appellation "Occultruc", au sujet de toutes les légendes du monde entier, ici une très connue de ma chère Bretagne :)

Image

Avatar de l’utilisateur
Muriel Evelyne
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2350
Inscription : 11 mai 2016, 02:22
Localisation : Roazhon, Breizh (Rennes, Bretagne)
A aimé : 874 fois
A été aimé : 443 fois

Re: Raconte-moi une légende

Message par Muriel Evelyne » 31 oct. 2018, 21:57



Image

Avatar de l’utilisateur
Arianou
Affranchi
Messages : 459
Inscription : 01 nov. 2016, 22:07
Localisation : Lyon
A aimé : 49 fois
A été aimé : 74 fois

Re: Raconte-moi une légende

Message par Arianou » 02 déc. 2018, 18:42


Un petit air de Lorraine car c'est bientôt la St Nicolas :)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités