le sens caché des contes et légendes

Et vous ne l'aurez pas volé après une aussi dure journée.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 3310
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : En Pécorie
A aimé : 556 fois
A été aimé : 784 fois

le sens caché des contes et légendes

Message par Baelfire » 10 janv. 2018, 10:56

A une époque où nous sommes sensés être réalistes, instruits et plutôt désenchantés ce regain pour le merveilleux/irrationnel m'a interpellée. Films, séries; livres de légendes, retour en force des religions, jeux de rôles, fantasy, ésotérisme. Pourquoi ?

Eh bien tout simplement parce qu'il n'y a rien d'irrationnel dans tout ça. C'est la vie, ses épreuves et ses multiples aspects qui nous sont racontés. Des sortes de mises en garde, une sagesse qui se transmet au fil des siècles. Lire entre les lignes, ne rien prendre au sens premier semblent être les clés pour comprendre.

Les contes nous expliquent que l’on apprend de nos expériences, que l’on doit toujours persévérer pour atteindre notre objectif. Et puis un jour, on rencontre cette personne (notre prince(sse) ? notre petite fée ?) qui nous aide à reprendre confiance en nous et à devenir le héros de notre vie !

Voilà ce que nous disent les contes de fées : « n’abandonne jamais, va de l’avant, ton bonheur est au bout du chemin ! Si tu crois en ton génie et si tu parviens à mettre de l’extraordinaire dans ta vie, si tu sors des sentiers battus et des voies que l’on a balisées pour toi, alors tout finira bien pour toi ».

Épreuves après épreuves, nous grandissons et finissons par trouver notre happy end.

Tout le monde connaît l'histoire du Petit Chaperon Rouge par exemple.https://www.iletaitunehistoire.com/genr ... lidcon_020

A première vue on peut y voir une histoire enfantine de fillette un peu débile et de sa grand mère pas très maline non plus. Elles se font bouffer par un vilain méchant loup qui craint le fort et brave bûcheron.

Le loup représente le Mal bien sûr mais il est aussi la "Connaissance", le savoir qui va libérer l'enfant. Le loup et le chasseur/bûcheron sont deux figures masculines que la jeune fille doit apprendre à reconnaître : le premier est séducteur et meurtrier, le second est bienveillant et sauveur. Mais sans le premier elle n'apprend rien et reste naïve. Il y a une fin alternative à ce conte où le bûcheron ouvre le ventre du loup et sauve la fillette et sa mère grand.

Bon. On pourrait y passer des heures tellement les sens cachés et les symboliques sont nombreux. Et puis il y a un nombre infini d'interprétations possibles.

C'était juste histoire de dire que nos vies sont bien des contes de fées :). Pas étonnant donc que l'on y soit autant attaché.
ImageImage

Ramón

Re: le sens caché des contes et légendes

Message par Ramón » 10 janv. 2018, 11:17

Je pensais que c'était à cause de la drogue moi :P

Mais sinon, les contes ont bien souvent une morale destinée à faire peur, à faire attention, à être prudent, sinon il nous arrivera malheur. C'est plus destiné à empêcher d'agir d'une certaine manière que d'agir en assumant nos actes.
Après, effectivement, le conte de fées est particulier, bien plus positif que le conte.

Avatar de l’utilisateur
Léonis
Associé
Messages : 730
Inscription : 17 sept. 2017, 22:39
Pronom : Elle
A aimé : 90 fois
A été aimé : 223 fois

Re: le sens caché des contes et légendes

Message par Léonis » 10 janv. 2018, 12:17

C'est normalement le cas de toutes les histoires. Pet importe la culture ou l'époque on retrouve ce comportement : raconter des fausses histoires, des fictions. Et le plus surprenant c'est que l'humain le fait de la même manière depuis qu'il parle et ce partout dans le monde. Ce comportement a clairement pour but de maximiser les chances de survies. En apprenant la manière dont un héros fictif à survécu à l'attaque d'un ours, nous apprenons nous-même à affronter cette situation.

Joseph Campbell avait étudié dans la première moitié du 20ème un très grand nombre de contes et légendes de toutes époques et de toutes cultures. Il a découvert qu'il y avait un schéma récurrent dans les récits et ce peu importe leur provenance. Il livre ses conclusions dans son livre "le héros aux mille et un visages" et présente le schéma du monomyth. Il sa'agit d'une structure narrative qui semble universelle et vers laquelle l'humain tend de manière naturel indistinctement de sa culture ou son époque. Et il en va de même pour les archétypes de personnage qui se retrouvent à l'identique partout.
Ce qu'on apprend de ce genre d'étude c'est qu'une histoire a pour seul but que celui de faire "évoluer" son spectateur. Nous apprenons au travers du fictif des comportements, des astuces, des principes qui vont nous aider dans notre vie réelle. Dans une histoire normalement bien faites, chaque personnage a un sens et représente quelque chose. La manière dont le héros va gérer ce personnage sera révélateur de force moral ou physique et montrera son évolution dans le récit. Le spectateur en ressortira grandi car il aura appris à gérer également ce genre de chose.
Non, le héros ne fait pas que "sauver la princesse" dans un récit. La princesse n'est que le symbolique de la pureté et de la bonté qu'un sombre ennemi a tenté d'éteindre ou de monopoliser. Non, à la fin le prince charmant ne "saute" pas la princesse. Le couple sert à mettre en évidence qu'il faut unir la bonté et une certaine force pour obtenir un bonheur que seul on ne peut atteindre.
Il s'agit bien de discours autour d'archétype, du coup c'est un peu simpliste mais le sens est là et à telle point qu'on n'y fait plus du tout attention allant même à remettre en cause l'archétype et vouloir substituer prince et princesse pour faire "plus moderne". Oubliant au passage que ce qui compte c'est "comment ça sonne" et non pas "à quoi ça ressemble".

Ce qu'il faut retenir de l'étude des contes, c'est que les éléments qui y sont présents ne le sont qu'en réponse au besoin d'exprimer un sentiment ou une idée. Un personnage qui triomphe de la mort par l'astuce et non la force ? On va alors mettre un petit garçon qui se réfugie en haut d'un arbre car un loup le pourchasse et on va mettre en scène un dialogue autour des deux personnage pour que le garçon s'en sorte. Il va tenter de convaincre le loup et échouer tout d'abord, puis finir par utiliser la ruse dont a fait preuve le loup pour réussir à le tromper et s'enfuir. Moralité : les épreuves les plus cruelles nous force parfois à apprendre de nos ennemis pour réussir à les surmonter.
La forme aurait pus être totalement différente, l'intention et le message restent les mêmes.
Un récit n'est que la mise en scène de concepts et d'idées qui se voient personnifier au travers de personnage plus ou moins fantasques.
Pas de mensonge : je suis un garçon qui aime être une fille. Parlez de moi au féminin ça me fera plaisir :mrgreen:
Plus d'explication : Ma présentation
"Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose." Sigmund Freud

Avatar de l’utilisateur
Némésis
Amibe
Messages : 97
Inscription : 06 oct. 2017, 04:09
A aimé : 117 fois
A été aimé : 22 fois

Re: le sens caché des contes et légendes

Message par Némésis » 10 janv. 2018, 19:43

On dit que l'on apprend plus de choses sur une personne en étudiant les histoires qu'elles crées plutôt que son histoire réelle. Je crois que c'est vrai. On est depuis notre naissance entouré d'histoires de toute sorte (les contes, les légendes, les personnages mythiques, les séries télé...) celles-ci nous forment et affectent notre façon de voir les prochaines histoires auxquelles nous seront confrontés incluant la nôtre. Il en va de même pour les cultures de partout à travers le monde. Si les mythes se ressemblent beaucoup d'une culture à l'autre, c'est parce que toutes les cultures cherchent à comprendre les mêmes choses : Les origines du monde, sa fin, la naissance, la mort, les phénomènes naturels... Selon montre que tout les humains se ressemblent au final et veulent la même chose : comprendre le monde ou ils vivent ce que l'histoire humaine réelle ne démontre pas puisqu'elle tourne autour des différences culturels au lieu des ressemblances. Parfois il suffit d'une différence de nom sur une divinité donné pour déclencher une guerre! Je n'ai jamais compris ce phénomène qui pousse certains humains a se refermer sur leurs propres histoires et ne pas considérer comprendre ne serais-ce qu'un mot de celles des autres qu'ils considèrent comme ennemies. Je sais comment ça s'appelle: l'Archétexte et je connaît son but: renforcer le clan dans un contexte de survie, mais je ne comprends pas comment il arrive à subsister dans une société pourtant individualiste... En tout cas
Némésis, déesse de la juste colère et de la vengeance :)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités